OP PRESENCE Mali - Capitaine Paronuzzi

Transcription - Capitaine Paronuzzi

Bonjour, ici le capitaine Paronuzzi, je suis pilote d’hélicoptère CH-146 Griffon. Je travaille pour les Forces canadiennes dans le cadre de l’OP PRESENCE, et nous sommes ici à l’appui de la mission au Mali, en Afrique, la MINUSMA de l’ONU.

Aujourd’hui, nous parlerons du rôle des hélicoptères Griffon dans le cadre de la mission d’évacuations aéromédicales de l’avant à laquelle nous participons ici. Alors, lorsque notre équipe sera appelée à intervenir, ce sera sous la forme d’un message en neuf points. L’ONU communiquera avec nous pour nous informer qu’il y a des blessés dans le secteur. Notre équipe sera basée ici au Camp Castor, à l’aérodrome de Gao. Donc, pour cet exercice, les blessés se trouvent juste de l’autre côté de la rivière, le long de l’une des principales routes de ravitaillement. Dès que nous recevrons l’appel, mon travail à bord du Griffon consistera à assurer la coordination avec le contrôleur de la tour, avec le personnel des opérations. Nous appelons la tour et nous partons. C’est l’hélicoptère Chinook qui partira en premier, puis les hélicoptères Chinook se placeront de chaque côté de l’hélicoptère médical, qui est en fait l’hélicoptère Chinook, pour l’escorter. Nous allons nous diriger vers le lieu où se trouvent les blessés, après quoi le pilote du Chinook choisira un point d’ancrage, un endroit un peu retiré, tout en demeurant à la portée des armes défensives des hélicoptères Griffon.

Les hélicoptères Griffon se dirigeront vers l’endroit où se trouvent les blessés et établiront la communication avec ceux qui ont demandé de l’aide, où se trouve la marque au sol. Dans ce cas-ci, il existe une possibilité de heurter un IED, et des militaires blessés se trouvent au sol.

Ils vont nous fournir une vue d’ensemble de la situation et nous dire à quel endroit, selon eux, se trouvent les forces ennemies, le cas échéant. Notre travail consiste à nous y rendre et à sécuriser la zone, ainsi qu’à examiner la situation pour pouvoir transmettre l’information appropriée aux membres du personnel de l’hélicoptère d’évacuation médicale et leur dire à quoi s’attendre lorsqu’ils atterriront. Nous tournerons en rond à plusieurs reprises pour évaluer la situation au sol et déterminer à quel endroit devrait être le point de rassemblement des blessés d’après le diagramme d’évacuation en neuf points que nous avons, puis nous assurerons la surveillance pendant que l’hélicoptère d’évacuation médicale s’approchera.

Le Chinook atterrira au point de rassemblement des blessés, juste ici. Ensuite l’équipe de protection de la force et le personnel médical descendront de l’hélicoptère et amorceront le dialogue avec les troupes de l’ONU au sol, puis procéderont au transfert des blessés. Une fois le transfert fait, le Chinook est prêt à décoller, et le personnel à bord nous en informera, puis nous prendrons position pour raccompagner le Chinook au camp. Le Chinook décollera, escorté à gauche et à droite par les deux hélicoptères Griffon, puis retournera au Camp Castor, où nos collègues des opérations auront été mis au courant de notre heure d’arrivée prévue et auront pris les dispositions nécessaires pour qu’une ambulance vienne à la rencontre de l’hélicoptère afin de procéder encore une fois au transfert des blessés pour les transporter à l’hôpital de rôle 2.

À ce moment-là, nous aurons accompli notre travail. Les hélicoptères Griffon reviendront, et atterriront au Camp Castor, et nous nous préparerons en vue de notre prochaine mission. Il s’agit de mon deuxième déploiement avec les Forces canadiennes. Cette fois-ci, c’est dans le cadre d’une mission de l’ONU, et nous sauvons des vies.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :