Allocution de la vice-première ministre et ministre des Finances devant le comité plénier 

Discours

Le texte prononcé fait foi

Depuis le début de la crise de la COVID, nous faisons tout ce qu'il faut pour protéger la vie et les moyens de subsistance des Canadiens, pour aider nos entreprises à traverser la tempête et pour positionner le Canada en vue d'une relance solide, résiliente et durable.

Alors que certaines régions du Canada commencent à rouvrir, nous devons nous rappeler que nous n'avons pas terminé la lutte contre le virus. Notre détermination à gagner ce combat et à fournir aux Canadiens le soutien dont ils ont besoin est plus ferme que jamais.

Le budget de cette année, que j'ai déposé le 19 avril et dont le projet de loi C-30 permettrait la mise en œuvre, permet de relever les trois défis fondamentaux auxquels les Canadiens font face en ce moment.

Premièrement, nous devons vaincre la COVID. Pour cela, il faut acheter des vaccins et soutenir les systèmes de santé des provinces et des territoires. Il faut faire appliquer les règles de mise en quarantaine. Et il faut apporter aux Canadiens et aux entreprises canadiennes l'aide dont ils ont besoin pour surmonter les confinements et se rétablir complètement, une fois la COVID éradiquée.

Nous gagnerons la lutte contre la COVID. De plus en plus de vaccins sont offerts aux Canadiens, et ils sont efficaces! Plus de 60 % des Canadiens adultes ont reçu leur première dose.

Les Canadiens collaborent et se font vacciner. Poursuivons nos efforts pancanadiens. Ensemble, on peut y arriver.

Deuxièmement, il faut que nous venions à bout de cette récession liée à la COVID. Cela veut dire qu'il faut faire en sorte que les entreprises durement touchées puissent rebondir, commencer à croître et se remettre à embaucher des gens.

Cela veut aussi dire qu'il faut aider les gens qui ont été les plus durement touchés par cette récession – les femmes, les jeunes, les Canadiens racisés, les travailleurs à faible revenu et les petites entreprises.

Et c'est exactement ce que nous faisons. Lorsqu'il sera pleinement mis en œuvre, ce budget permettra de créer près de 500 000 nouvelles occasions de formation et d'emploi pour les Canadiens.

Et notre troisième véritable défi consiste à créer de la croissance économique à long terme et à bâtir un Canada plus résilient; un pays meilleur, plus juste, plus prospère et plus innovateur.

C'est pourquoi nous avons l'intention d'investir de manière ambitieuse dans la transition verte et dans les nouveaux emplois qui en découlent; dans la transformation numérique et l'innovation; et dans l'infrastructure, comme le logement, le transport en commun et les corridors commerciaux, dont nous avons besoin en tant que pays dynamique et en pleine croissance.

La COVID-19 a exercé des pressions extrêmes sur nos systèmes de santé.

C'est pourquoi, dans le cadre du projet de loi C-30, nous proposons de fournir 4 milliards de dollars par le biais du Transfert canadien en matière de santé, afin d'aider les provinces et les territoires à atténuer les pressions immédiates que subissent leurs systèmes de santé.

Des fonds supplémentaires dans les soins de santé aideront à payer pour les nombreuses procédures qui ont dû être retardées à cause de la COVID. Cela contribuera à la résilience de nos systèmes de santé. C'est ce que les Canadiens méritent et ce dont ils ont besoin.

Madame la Présidente, pour se rétablir complètement de la COVID, il faut un nouvel investissement à long terme dans l'infrastructure sociale. Cela veut dire être en mesure d'offrir des services d'apprentissage et de garde de jeunes enfants, des bourses d'études et des compléments de revenu – pour permettre à la classe moyenne de prospérer et à un plus grand nombre de Canadiens d'en faire partie.

Nous savons que sans service de garde, les parents – habituellement les mères – n'ont d'autre choix que de recourir au télétravail, de la maison. Cette triste constatation est plus évidente que jamais.

C'est pourquoi nous comptons investir 30 milliards de dollars sur cinq ans, ce qui équivaudra à 9,2 milliards de dollars par année, lorsqu'on ajoute cet investissement aux engagements précédents, afin de mettre en place des services d'apprentissage et de garde des jeunes enfants abordables, accessibles et de qualité, partout au Canada. Nous visons des frais de 10 dollars par jour, en moyenne, d'ici cinq ans.

En prenant cet engagement, je remercie les féministes du Québec qui ont ouvert la voie pour le reste du Canada. Je leur en suis très reconnaissante.

Pour minimiser les cicatrices économiques et enclencher une relance solide, nous devons absolument aider les entreprises canadiennes à surmonter cette crise jusqu'à la fin.

Il est prévu que la subvention salariale, la subvention pour le loyer et la mesure de soutien en cas de confinement prennent fin le mois prochain. Le présent budget prévoit la prolongation de ces mesures jusqu'au 25 septembre 2021.

Afin d'aider les gens qui ne peuvent pas encore travailler, nous allons maintenir l'accès assoupli à l'assurance-emploi durant une autre année, soit jusqu'à l'automne 2022.

Et pour soutenir les Canadiens qui ne sont pas couverts par l'assurance-emploi, la Prestation canadienne de la relance économique sera prolongée de 12 semaines supplémentaires.

Nous proposons également de prolonger la Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants de quatre semaines supplémentaires, jusqu'à un maximum de 42 semaines, à 500 dollars par semaine. En parallèle, la période de prestations de maladie de l'assurance-emploi passera de 15 à 26 semaines.

Il s'agit d'une aide concrète et mesurable pour des gens qui en ont besoin maintenant, Madame la Présidente.

Pendant que nous mettons en œuvre une relance résiliente, il est essentiel d'aider les travailleurs à faible revenu. Ils travaillent plus fort que tout le monde, pour un salaire moindre.

Ils sont aux premières lignes, et la COVID nous a montré que leur travail est indispensable.

Par conséquent, nous comptons élargir l'Allocation canadienne pour les travailleurs en faisant en sorte qu'environ un million de travailleurs de plus soient admissibles aux prestations complémentaires de revenu, ce qui permettra à près de 100 000 Canadiens de sortir de la pauvreté.

Nous proposons aussi de mettre en place un salaire minimum fédéral de 15 dollars l'heure.

Les jeunes Canadiens doivent être au cœur de notre relance – non seulement pour les aider à se remettre de la récession liée à la COVID, mais aussi parce que leur réussite future est inhérente à notre réussite en tant que pays.

Ainsi, nous nous sommes fixé comme objectif de rendre le CÉGEP et l'université plus accessibles et plus abordables; nous créerons des emplois dans les métiers spécialisés et le secteur de la haute technologie; et nous doublerons la bourse d'études canadiennes pendant deux années supplémentaires, tout en prolongeant la dispense d'intérêts sur la partie fédérale des prêts étudiants et des prêts aux apprentis jusqu'en mars 2023. Cela se traduira par une réduction des coûts pour environ 1,5 million de Canadiens qui doivent travailler pour rembourser leur prêt étudiant.

Figure également dans notre budget un important changement qui fera en sorte qu'aucune personne gagnant 40 000 dollars par année ou moins n'aura à effectuer de paiement sur son prêt étudiant. Et le plafond des paiements mensuels sur les prêts étudiants sera réduit, passant de 20 % à 10 % du revenu du ménage.

Nous savons tous que, au cours des 14 derniers mois, aucun autre groupe n'a été plus durement touché par les répercussions sanitaires de la crise que les aînés. Et la vérité est que, même avant la pandémie, de nombreux aînés comptaient sur des prestations mensuelles pour joindre les deux bouts.

Nous proposons donc un versement unique de 500 dollars en août 2021, pour les pensionnés de la Sécurité de la vieillesse qui auront 75 ans ou plus en juin 2022.

De plus, ce budget prévoit une nouvelle augmentation de 10 % des prestations de la pension de la Sécurité de la vieillesse pour les personnes âgées de 75 ans ou plus, à compter de juillet 2022. Cela permettra d'augmenter les prestations que reçoivent environ 3,3 millions d'aînés et arrive à un moment où plusieurs vivent plus longtemps et épuisent leurs épargnes.

Les petites entreprises ont été très durement touchées par la COVID. Nous devons créer les conditions qui leur permettront de se rétablir et de retrouver le chemin de la croissance.

Le budget propose donc la mise en place du Programme d'embauche pour la relance économique du Canada, afin d'aider les entreprises à embaucher des employés.

Nous investirons également jusqu'à 4 milliards de dollars pour venir en aide à jusqu'à 160 000 petites et moyennes entreprises pour l'achat et l'adoption de technologies dont elles ont besoin pour prospérer.

Madame la Présidente, en terminant, permettez-moi, par votre intermédiaire, de m'adresser directement à l'opposition.

Le projet de loi C-30, la Loi d'exécution du budget, constitue une première étape importante permettant de créer des emplois, de favoriser la croissance et de stimuler la relance.

Les vaccins, nous les avons, et les Canadiens souhaitent retourner au travail. Il est temps que nous aussi, les membres de cette Chambre, retournions au travail.

Merci. Je répondrai maintenant avec plaisir à vos questions.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :