Les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique et les Nations Heiltsuk, Kitasoo/Xai’xais, Nuxalk et Wuikinuxv unissent leurs efforts pour protéger la côte centrale de la Colombie-Britannique

Communiqué de presse

Signature d’un protocole d’accord pour lancer une évaluation de faisabilité d’un projet de réserve d’aire marine nationale de conservation sur la côte centrale de la Colombie-Britannique.

13 août 2021                  Côte centrale, Colombie-Britannique              Parcs Canada

Les aires protégées jouent un rôle essentiel dans la protection du patrimoine naturel et culturel marin et dans la lutte contre les changements climatiques et la perte de biodiversité, et elles offrent aux Canadiens des occasions d’en apprendre davantage sur des sites culturels et naturels emblématiques.

Aujourd’hui, Marilyn Slett, chef de la Nation Heiltsuk, Doug Neasloss, chef de la Nation Kitasoo/Xai’xais, Samuel Schooner, chef de la Nation Nuxalk et Danielle Shaw, chef de la Nation Wuikinuxv, l’honorable Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada, l’honorable Katrine Conroy, ministre des Forêts, des Terres, de l’Exploitation des ressources naturelles et du Développement rural de la Colombie-Britannique et l’honorable George Heyman, ministre de l’Environment and Climate Change Strategy de la Colombie-Britannique, ont annoncé la signature d’un protocole d’entente visant à lancer une évaluation de faisabilité d’une réserve d’aire marine nationale de conservation (RAMNC) dans la région de la côte centrale de la Colombie-Britannique.

L’aire d’étude de la réserve d’aire marine nationale de conservation proposée s’étend sur environ 14 200 kilomètres carrés et est située au large de la forêt pluviale de Great Bear, près de Bella Bella, sur la côte centrale de la Colombie-Britannique. Le paysage se compose d’un vaste éventail de caractéristiques côtières, notamment des fjords, des falaises, des archipels, des détroits, un littoral ouvert, des plages de sable et des rivages rocheux. Cet environnement marin dynamique abrite de nombreuses espèces de mammifères marins, notamment des épaulards et des baleines à bosse, des marsouins communs et des marsouins de Dall, plus de 6 000 espèces d’invertébrés, 400 espèces de poissons et 150 espèces d’oiseaux, ainsi que certaines des plus grandes forêts de varech de la Colombie-Britannique. Il abrite également un important nombre d’espèces en péril, y compris l’eulachon, l’ormeau, le bocaccio, le guillemot marbré et les loutres de mer.

Depuis des millénaires, le bien-être des Heiltsuk, Kitasoo/Xai'Xais, Nuxalk et des Wuikinuxv est inextricablement lié à la santé du milieu marin. La gestion et l’utilisation d’abondantes ressources marines, en particulier le saumon, l’eulachon et le hareng, ont soutenu les civilisations anciennes et permis le développement de cultures et de sociétés riches et complexes. Les archéologues ont fait remonter l’origine des villages de la côte centrale à 14 000 ans, ce qui en fait l’un des plus anciens sites continuellement occupés au Canada. Avant le contact, la côte centrale abritait certaines des concentrations de population les plus élevées d’Amérique du Nord.

Aujourd’hui, les membres des communautés Heiltsuk, Kitasoo/Xai'Xais, Nuxalk et Wuikinuxv continuent d’honorer leur responsabilité en tant que gardiens de l’environnement marin. L’énergie vitale des communautés des Nations provient de l’existence d’un réseau d’espèces, de populations et de zones diverses et saines. Le maintien et la restauration des écosystèmes marins soutiendront non seulement la santé physique des Nations, mais sont inextricablement liés à la santé et à la continuité culturelles.

L’évaluation de faisabilité, menée par les Nations de la côte centrale, Parcs Canada et le gouvernement de la Colombie-Britannique s’appuiera, entre autres, sur la science occidentale, les connaissances traditionnelles et les résultats des consultations auprès des collectivités autochtones, des intervenants, y compris l’industrie de la pêche, les organisations non gouvernementales et les Canadiens, pour examiner les avantages et les effets sociaux, environnementaux et économiques de la création d’une réserve d’aire marine nationale de conservation sur la côte centrale de la Colombie-Britannique. Les résultats de l’évaluation de faisabilité éclaireront les futures décisions quant à la poursuite de la proposition, y compris les limites proposées et les considérations de zonage.

S’appuyant sur la science, le savoir autochtone et les perspectives locales, le Canada s’est engagé à conserver 25 % des aires marines et côtières d’ici 2025 et à atteindre 30 % d’ici 2030. Le budget de 2021 prévoyait 976,8 millions de dollars sur cinq ans pour l’établissement et la gestion de nouvelles aires marines protégées et d’autres mesures efficaces de conservation par zone, en collaboration avec les gouvernements provinciaux, territoriaux et autochtones et les intervenants.

Basée sur un modèle de gouvernance et de gestion collaborative, le renforcement de la protection de cet écosystème marin de la côte centrale, issu d’un projet de réserve d’aire marine nationale de conservation aiderait à la conservation de la biodiversité, à gérer les pêches de manière durable et à l’atténuer les impacts des changements climatiques. De plus, il contribuerait au maintien de la culture, des traditions et du bien-être des Premières Nations locales, qui sont de longue date les gardiens de ces terres et de ces eaux.

 

Une réserve d’aire marine nationale de conservation sur la côte centrale, est considérée comme un élément important du réseau potentiel d’aires marines protégées en cours de planification pour la biorégion du plateau nord de la région du Pacifique. Parcs Canada, Colombie-Britannique, et les nations Heiltsuk, Kitasoo/Xai'xais, Nuxalk et Wuikinuxv sont partenaires dans l’élaboration de cette approche planifiée de la conservation marine dans le plateau nord. Une consultation sur ce processus de réseau plus large est prévue plus tard en 2021 dans le but d’achever le plan d’action du réseau d’ici juin 2022. Les commentaires de cette consultation fourniront une rétroaction importante à prendre en compte dans le processus d’évaluation de la faisabilité de la réserve d’aire marine nationale de conservation de la côte centrale.

                                                                                                             -30-

Multimédia supplémentaire

Cette carte identifie l’aire d’étude pour le projet de réserve d’aire marine nationale de conservation de la Côte centrale de la Colombie-Britannique.

Citations

« La côte centrale de la Colombie-Britannique regorge de vie et d’histoire. Les innombrables espèces marines, oiseaux et plantes, mais aussi les riches cultures et histoires des collectivités locales des Premières Nations rendent cette région remarquable. Je suis fier que le gouvernement du Canada prenne aujourd’hui une mesure importante, avec le gouvernement de la Colombie-Britannique et les Nations Heiltsuk, Kitasoo/Xai’xais, Nuxalk et Wuikinuxv, pour protéger ce lieu précieux. En plus d’aider à conserver la biodiversité et le patrimoine marin culturel, la protection des zones marines joue également un rôle essentiel dans l’atténuation des impacts du changement climatique. S’appuyant sur la science, le savoir autochtone et les perspectives locales, le Canada s’est engagé à conserver 25 % des aires marines et côtières d’ici 2025 et à atteindre 30 % d’ici 2030. »

L’honorable Jonathan Wilkinson
Ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada

« Nos eaux côtières abritent une incroyable variété de vie animale et végétale, et il est si important que nous travaillions avec nos partenaires fédéraux et de Premières Nations pour explorer la protection de cette zone. Cet accord nous permettra de poursuivre la conservation d’une zone écologique importante pour les générations futures, ainsi que de protéger l’habitat des nombreuses espèces sauvages qui y vivent. »

 

L’honorable Katrine Conroy
Ministre des Forêts, des Terres, de l’Exploitation des ressources naturelles et du Développement rural de la Colombie-Britannique

 

« L’environnement marin unique de la côte centrale de la Colombie-Britannique abrite une biodiversité riche, unique, spectaculaire et en péril qui a une profonde importance historique et culturelle pour les peuples autochtones. Tous les Britanno-Colombiens se soucient de notre côte – cela fait partie de notre identité – et savent que nous devons protéger sa santé. Il est essentiel que tous les ordres de gouvernement se réunissent pour préserver l’environnement marin irremplaçable de cette région, pour le présent et pour l’avenir. »

L’honorable George Heyman
Ministre de l’Environnement et de la stratégie du changement climatique de la Colombie-Britannique

« La nation Heiltsuk soutient cette évaluation de faisabilité collaborative de la RAMNC, nous sommes impatients de travailler au co-développement d’une approche et d’un processus complémentaires à nos Gvi'ilas. Nos Gvi'ilas, les lois de nos ancêtres comme principe primordial pour guider toute utilisation des ressources et gestion de l’environnement. Gvi'ilas fait référence à notre “pouvoir” ou autorité sur toutes les questions qui affectent nos vies. Il s’agit d’un système de lois complexe et complet qui incarne des valeurs, des croyances, des enseignements, des principes, des pratiques et des conséquences. Inhérente à cela est la compréhension que toutes choses sont liées et qu’il est important de maintenir l’unité. »

 

Marilyn Slett
Chef, Nation Heiltsuk

« La protection et la durabilité de notre environnement marin est une priorité pour la Nation Kitasoo/Xai’xais. Avec l’annonce et la signature du protocole d’entente d’aujourd’hui, nous sommes impatients de collaborer avec le Canada et la Colombie-Britannique à l’évaluation de la faisabilité d’une réserve d’aire marine nationale de conservation et d’apprendre comment mieux protéger l’environnement marin et les aspects écologiques, sociaux, culturels et valeurs économiques qu’elle soutient. »

 

Doug Neasloss
Chef, Nation Kitasoo/Xai’xais

« L’annonce d’aujourd’hui est une étape importante dans la réconciliation, la cogestion et la protection des écosystèmes sur la côte centrale. Les Nuxalkmc dépendent des riches ressources marines de nos territoires traditionnels depuis des milliers d’années et, en tant que nation, nous nous engageons à protéger cette région importante pour nos générations futures. L’évaluation de faisabilité de la réserve d’aire marine nationale de conservation a le potentiel d’aider à conserver nos ressources partagées et de démontrer une véritable gouvernance collaborative avec les peuples autochtones. »

Samuel Schooner
Chef, Nation Nuxalk

« Une véritable réconciliation consiste en une collaboration étroite et a tissé continuellement des relations. Guidée par le principe de ńàńakila (protéger et/ou surveiller), la nation Wuikinuxv espère parvenir à une approche équilibrée de la conservation marine dans des zones et des habitats marins importants le long de notre côte. Nous croyons que les outils fournis dans le cadre des réserves d’aires marines nationales de conservation peuvent aider à atteindre ces objectifs et permettre une prise de décision conjointe. C’est avec ces sentiments à l’esprit que nous signons ce protocole d’accord. »

Danielle Shaw
Chef, Nation Wuikinuxv

Faits en bref

  • Un nombre important de zones spirituellement et culturellement importantes se trouvent dans la zone d’étude, notamment des pétroglyphes, des pictoglyphes, des boîtes funéraires, des sites de village, des totems et d’autres zones importantes pour la culture et le bien-être des Premières Nations locales telles que la récolte, l’éducation et la spiritualité des sites.

  • La côte centrale est une zone importante pour les sciences marines et l’éducation, comme l’ont démontré la Central Coast Indigenous Resource Alliance, le Coastal Guardian Watchman, Supporting Emerging Aboriginal Stewards Initiative, le Hakai Institute et le Qqs camp.

  • Les aires marines nationales de conservation sont gérées et utilisées d’une manière durable qui répond aux besoins des générations présentes et futures sans compromettre la durabilité écologique. La création d’une réserve d’aire marine nationale de conservation sur la côte centrale soutiendrait de nombreuses pêches communautaires durables qui sont vitales pour l’économie locale. La pêche commerciale, à l’exception du chalutage de fond, est autorisée dans les AMNC situées dans des zones qui permettent une utilisation écologiquement durable.

  • BC Parks et les Premières Nations locales gèrent des dizaines d’aires marines protégées côtières dans l’aire d’étude

  • Parcs Canada est chargé de protéger les lieux du patrimoine naturel du Canada qui revêtent une importance nationale et de faire connaître aux Canadiens et au monde entier leurs histoires, y compris l’histoire, les cultures et les contributions des peuples autochtones. Parcs Canada protège un vaste réseau de lieux du patrimoine naturel et culturel qui comprend cinq aires marines nationales de conservation, 171 lieux historiques nationaux, 47 parcs nationaux et un parc urbain national.

  • Les aires marines nationales de conservation et les parcs nationaux côtiers gérés par Parcs Canada représentent actuellement 2,12 % du total de 13,81 % des aires marines et côtières protégées du Canada.

  • Dans le cadre du budget 2021, le gouvernement du Canada a fait un investissement historique pour protéger la santé de nos océans, notamment un financement de 976,8 millions de dollars sur cinq ans pour atteindre des objectifs ambitieux de conservation marine grâce à la création d’aires marines protégées (y compris des aires marines nationales de conservation) et d’autres mesures de conservation efficace par zone, telles que les refuges marins.

  • Le budget 2021 a également fait un investissement historique de 2,3 milliards de dollars sur cinq ans dans le Patrimoine naturel du Canada pour faire face à la crise de biodiversité, pour protéger et conserver la nature et créer des emplois dans la conservation et la gestion de la nature.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Joanna Sivasankaran
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l’Environnement et du Changement climatique
819-790-1907
Joanna.sivasankaran@ec.gc.ca

Relations avec les médias
Agence Parcs Canada
pc.medias-media.pc@canada.ca

Relations avec les médias
Operations and Rural Development
Ministry of Forests, Lands, Natural Resource
250-356-7506

Eleanor Schmitt 
Nation Heiltsuk
250-957-2381
htc.ea@heiltsuk.ca

Bureau du conseil de bande Kitasoo/Xai’xais
250-839-1255
kitasooband@gmail.com

Bureau du conseil de bande Nuxalk
250-779-5613

Chef Danielle Shaw 
Nation Wuikinuxv
250-230-2504

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :