Mieux comprendre pour développer de meilleures idées : Un dialogue à travers le pays sur la lutte contre le racisme

Vision

La vision du gouvernement du Canada cherche à favoriser et promouvoir une société inclusive où tous peuvent participer pleinement aux sphères économique, culturelle, sociale et politique.

Contexte

La concrétisation de cette vision permettra non seulement de bâtir un meilleur pays, mais aussi de réduire le coût humain associé au racisme et à la discrimination. En effet, comme l’a déclaré le premier ministre le 21 mars 2017 à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, « le racisme dénigre les gens, divise les communautés, et alimente la peur et l’animosité dans toute la société »Note de bas de page 1.

La création d’une société exempte de racisme nécessite des efforts continus. Nous devons continuellement actualiser nos priorités et nos activités afin de les adapter aux besoins les plus pressants et aux opportunités les plus prometteuses. Au fil des années, le gouvernement du Canada a instauré une série de lois, de politiques et de programmes dans le but de surmonter le racisme et la discrimination, notamment la Charte canadienne des droits et libertés, la Loi sur le multiculturalisme canadien et le Plan d'action canadien contre le racisme (PACCR).

Plus tôt cette année, le Comité permanent du Patrimoine canadien de la Chambre des communes a publié un rapport intitulé « Agir contre le racisme systémique et la discrimination religieuse, y compris l’islamophobie ». Ce rapport comportait 30 recommandations, notamment celle de rétablir le PACCR (qui a pris fin en 2010) en entamant un dialogue avec la société civile, les organisations communautaires et les groupes interreligieux. Peu après la publication du rapport, le gouvernement du Canada annonçait, dans le Budget de 2018, des fonds pour un dialogue à l’échelle du pays au sujet d’une nouvelle stratégie nationale de lutte contre le racisme.

État des connaissances

Le racisme et la discrimination peuvent se manifester dans tous les aspects de notre vie, que ce soit sous forme de préjugés inconscients qui peuvent influencer notre façon d’agir ou de percevoir les autres, ou encore pas la sous-représentation ou la surreprésentation des communautés racisées et des peuples autochtones dans des institutions comme le système carcéral, les services de protection de l’enfance, etc. Avant de passer à l’action, il faut d’abord reconnaître que le racisme et la discrimination font partie de la réalité dans laquelle nous vivons.

Il est évident que les communautés racisées ont vécu des expériences variées en matière de racisme et de discrimination. En outre, si l’on adopte un point de vue intersectionnel, on constate une situation complexe où divers groupes et individus subissent des torts et sont exclus. Voici des chiffres à prendre en considération :

Termes clé

Dans le contexte de cette mobilisation, nous utiliserons les définitions suivantes élaborées par la Fondation canadienne des relations raciales et la Commission ontarienne des droits de la personne :

Race : La race, en tant que « construction social », signifie que la société crée des idées de race en fonction de facteurs géographiques, historiques, politiques, économiques, sociaux et culturels ainsi que de traits physiques, bien qu’aucun de ces éléments ne puisse légitimement être utilisé pour classer les groupes de personnesNote de bas de page 10.

Racialisation : Processus selon lequel des groupes en viennent à être socialement désignés comme étant différents, en raison de caractéristiques telles que l’origine ethnique, la langue, la situation économique, la religion, la culture, les opinions politiques, etc.Note de bas de page 11.

Intersectionnalité : Idée selon laquelle de multiples identités chez les personnes (par exemple le genre, l’ethnicité, l’orientation sexuelle, la capacité, etc.) s’entremêlent pour créer un ensemble qui diffère des identités qui le formentNote de bas de page 12.

Équité : Exactitude, impartialité, équité. Processus distinct consistant à accepter les différences inhérentes des groupes de personnes afin d’assurer l’égalité dans tous les aspects de la vie d’une personneNote de bas de page 13.

Discrimination : Fait de traiter une personne injustement, soit en lui imposant des fardeaux, soit en l’empêchant d’avoir accès aux privilèges, aux bénéfices ou aux avantages offerts à d’autres, en raison de sa race, de sa citoyenneté, de son état familial, d’un handicap, de son sexe ou d’autres caractéristiques personnellesNote de bas de page 14.

Discrimination systémique ou institutionnelle : La discrimination systémique ou institutionnelle découle de politiques, pratiques et comportements qui font partie des structures sociales et administratives de l’organisation et dont l’ensemble crée ou perpétue une situation désavantageuse pour les personnes racisées. Ces schèmes peuvent sembler neutres en apparence, mais ils n’en ont pas moins un effet d’exclusion pour les personnes impactéesNote de bas de page 15.

Participation sociale : Participation à des activités significatives (sociales, culturelles, physiques, éducatives, récréatives, etc.) qui augmentent le sentiment d’appartenance et de bien-être d’une personne.

Ce qui a été fait par les autres

Au cours des dernières années, d’autres ordres de gouvernement ont entrepris des travaux dans le but de mieux comprendre la prévalence du racisme et de la discrimination et les expériences à cet égard dans les communautés canadiennes, ainsi que d’élaborer des stratégies pour les contrer. En voici des exemples :

Travaux antérieurs et actuels

Le gouvernement du Canada a pris plusieurs mesures dans le but de combattre le racisme et la discrimination, notamment :

Financement du Programme de soutien aux communautés, au multiculturalisme et à la lutte contre le racisme : investissement annuel de 8,5 millions de dollars par l’intermédiaire du ministère du Patrimoine canadien dans des projets et des événements qui permettent :

Budget de 2018 : en plus des deux millions de dollars destinés au dialogue sur la lutte contre le racisme :

Le Plan d’action canadien contre le racisme (2005-2010) : PACCR a été lancé en 2005 au terme de la Conférence mondiale contre le racisme, tenue en 2001 à Durban, en Afrique du Sud. Le PACCR était un plan horizontal de cinq ans relevant de Patrimoine canadien, et dont l’objectif était de favoriser l’inclusion de tous les Canadiens dans la société et l’économie grâce à l’élimination des barrières empêchant la participation pleine et active et l’accès aux possibilités.

Le PACCR regroupait plus de 40 initiatives et stratégies faisant partie de budgets et programmes existants dans plus de 20 ministères et organismes. En outre, un financement de 53,6 millions de dollars a été consacré à neuf nouvelles initiatives dans quatre ministères (Patrimoine canadien, Citoyenneté et immigration Canada, Ressources humaines et Développement des compétences Canada, ainsi que le ministère de la Justice)Note de bas de page 16.

L’évaluation du PACCR a confirmé qu’il était nécessaire de combattre le racisme et la discrimination, et qu’il était approprié pour le gouvernement de remplir ce rôle. Toutefois, elle a aussi révélé qu’il était difficile de mesurer le rendement du PACCR et celui des initiatives qu’il finançait, et a aussi cerné des défis dans la gestion de sa gouvernance horizontale. Pour en savoir plus sur le PACCR, consultez l’ Évaluation du Plan d'action canadien contre le racisme.

D’autres initiatives fédérales sont en cours sur des enjeux liés au racisme et à la discrimination, et/ou aux peuples autochtones et aux communautés racisées, notamment les suivantes :

Types de mesures pouvant être prises

Le gouvernement du Canada peut prendre de nombreuses mesures et utiliser divers outils pour lutter contre le racisme et la discrimination, notamment :

Mobilisation sur la lutte contre le racisme

Le Budget de 2018 prévoyait des fonds pour un dialogue à l’échelle du pays concernant l’élaboration d’une nouvelle stratégie fédérale de lutte contre le racisme.

Buts et objectifs

S’appuyant sur ce qui a été fait auparavant (par exemple, CAPAR), cette mobilisation a pour but d’orienter l’élaboration d’une nouvelle stratégie de lutte contre le racisme d’après les recommandations reçues des Canadiens, en particulier de ceux ayant subi du racisme et de la discrimination.

À cette fin, la mobilisation sera axée sur les objectifs suivants :

Principes

Pour orienter ces travaux, la mobilisation a été conçue en fonction des principes suivants :

Thèmes

Dans le but d’axer la mobilisation sur les cas où le racisme intervient le plus directement dans la vie des gens, ainsi que sur les domaines de politiques qui relèvent le plus des champs de compétence fédéraux, les thèmes suivants seront les sujets prioritaires de la mobilisation :

Soutien à l’emploi et au revenu

Par exemple :

Participation sociale

Par exemple :

Justice

Par exemple :

Comment participer

Cliquez sur ces liens pour le sondage en ligne et l'enquête pour soumettre vos rétroactions.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :