Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Section II : analyse des programmes par résultat stratégique

 

Résultat stratégique 1 : une économie concurrentielle au Canada atlantique

Mesure du rendement :

Indicateur de rendement Cible quinquennale (2013-2014 à 2017-2018)   Résultats réels
Augmentation du PIB du Canada atlantique pour chaque dollar dépensé par l’APECA en aide directe aux entreprises   4,50 $ À présenter dans le Rapport ministériel sur le rendement 2017-2018[i]

 

Le fait d’avoir une économie concurrentielle accroît les possibilités de développement économique grâce à la croissance du revenu gagné et des possibilités d’emploi. La productivité est un élément déterminant de la compétitivité et une source de prospérité à long terme pour une région. La compétitivité et la productivité sont des facteurs essentiels qui permettent aux économies de s’adapter à l’évolution du marché. L’Agence appuie les entreprises et les collectivités et travaille avec elles afin de les aider à devenir plus concurrentielles, plus novatrices et plus productives, et à se positionner pour l’avenir. Elle élabore également des initiatives pour appuyer les besoins particuliers des collectivités rurales et urbaines du Canada atlantique en matière de développement économique.

En 2013-2014, l’APECA a poursuivi son travail visant à stimuler la compétitivité grâce à des investissements dans des domaines comme l’innovation, les compétences en affaires, l’infrastructure locale et le développement des collectivités ainsi que la promotion du commerce extérieur. Afin d’aider les PME à devenir plus concurrentielles, l’Agence a ciblé des moteurs de la productivité, dont l’innovation et la commercialisation, l’adoption de la technologie, les compétences en affaires et en gestion ainsi que l’accès aux capitaux pour les entreprises et les collectivités. L’APECA a en outre mis l’accent sur les activités de commerce et d’investissement pour aider les entreprises à être plus actives sur les marchés internationaux et pour stimuler le commerce international.

L’APECA entretient des collaborations avec des entreprises, des gouvernements et d’autres parties prenantes pour veiller à ce que les PME puissent saisir les occasions importantes qui surviendront dans la région au cours des prochaines années. Ces collaborations permettent au gouvernement et à l’industrie de se concentrer sur les investissements et les activités qui favorisent les capacités des entreprises régionales et l’élaboration de stratégies pour aplanir les principales difficultés liées à ces occasions. L’Agence aide également les collectivités rurales et urbaines à se repositionner en vue de produits à valeur ajoutée, de meilleurs emplois et d’exportations à valeur élevée.

L’APECA continue d’influer sur l’amélioration globale de la compétitivité de l’économie du Canada atlantique. L’augmentation du PIB de la région attribuable aux investissements de l’APECA en est un indicateur. Au cours de la période de cinq ans allant de 2008 à 2013, il est estimé que les dépenses réalisées par l’APECA pour aider les entreprises de la région ont ajouté près d’un milliard de dollars au PIB réel du Canada atlantique. Au cours de cette période, l’aide accordée directement aux entreprises par l’APECA pour réaliser des projets commerciaux a fait augmenter le PIB de plus de 5,40 $ pour chaque dollar dépensé par l’Agence[ii]

 

Programme 1.1 : développement des entreprises

Malgré l’amélioration récente de la situation économique et quelques occasions prometteuses à l’horizon (dans les domaines de l’énergie et de la construction navale), de grands défis restent encore à surmonter si la région veut maximiser sa capacité de croissance. La productivité, qui dans un certain nombre de secteurs reste beaucoup plus faible au Canada atlantique que dans les principaux pays et dans d’autres régions du Canada, est l’un des indicateurs les plus révélateurs de l’existence de grands défis. L’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA) travaille en partenariat avec les entreprises, les intervenants, les industries et les institutions du Canada atlantique afin d’améliorer la croissance et la productivité de l’économie de la région, ainsi que d’accroître la capacité concurrentielle, les revenus gagnés et la création d’emplois.

L’APECA s’emploie à améliorer la capacité de croissance économique des régions rurales et urbaines du Canada atlantique au moyen de divers mécanismes stratégiques, notamment : en aidant les entreprises – particulièrement les petites et moyennes entreprises – quant à leur mise sur pied, à leur expansion ou à leur modernisation ainsi qu’au démarrage et à l’augmentation de leurs activités d’exportation; en établissant des partenariats avec les universités et d’autres institutions afin de renforcer la capacité de recherche-développement, d’accroître les activités de commercialisation et d’améliorer la productivité de la région; et en faisant la promotion de la transition vers l’économie du savoir.

Ressources financières budgétaires : (dollars)

Budget principal des dépenses 2013-2014   Dépenses prévues 2013-2014   Autorisations totales pouvant être utilisées 2013-2014   Dépenses réelles (autorisations utilisées) 2013-2014   Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
170 201 748 170 201 748 179 986 762 180 674 018 10 472 270

 

Ressources humaines : (Équivalents temps plein - ETP)

Prévu 2013-2014   Réel 2013-2014   Écart (nombre réel moins nombre prévu)
170 215 45*

* L’écart entre les ETP prévus et réels affectés aux programmes est principalement attribuable au réalignement des ressources humaines selon le nouveau guide du Secrétariat du Conseil du Trésor (SCT) sur les dépenses consacrées aux services internes. Selon ce guide, il est désormais jugé pour un plus grand nombre de ressources qu’elles sont affectées aux activités stratégiques et de programmes plutôt qu’aux activités de services internes. Cette réorganisation n’a eu aucune incidence sur le nombre total d’ETP à l’Agence ou sur le travail réalisé par ces ETP.


Résultats du rendement :

Résultat attendu Indicateur de rendement Cible annuelle (2013-2014) Résultat réel
Amélioration de la croissance et de la compétitivité des PME du Canada atlantique Nombre de points de pourcentage de plus du taux de survie des entreprises qui ont reçu de l’aide de l’APECA par rapport au taux de celles qui n’en ont pas reçu* 10 18
Nombre de points de pourcentage de plus du taux de croissance de la productivité du travail des entreprises qui ont reçu de l’aide de l’APECA par rapport au taux de celles qui n’en ont pas reçu** 0,3 7

* Il s’agit d’entreprises semblables (âge, taille, secteur et région géographique) qui n’ont pas reçu de contribution monétaire directement de l’Agence.

** Il s’agit d’entreprises semblables (taille, secteur et région géographique) qui n’ont pas reçu de contribution monétaire directement de l’Agence.


Analyse du rendement et leçons retenues :

En 2013-2014, l’APECA a continué à travailler à l’amélioration de la productivité et de la compétitivité des entreprises du Canada atlantique. L’Agence a versé des fonds d’assistance grâce à ses trois sous-programmes afin de stimuler l’innovation et la commercialisation, d’améliorer la productivité et les compétences en affaires, de développer les marchés internationaux, et de fournir les fonds nécessaires à la croissance et à l’atteinte des résultats attendus.

Il est possible d’utiliser le taux de survie des entreprises pour évaluer dans quelle mesure l’APECA favorise la compétitivité des entreprises. Divers facteurs influent sur la survie, comme l’âge de l’entreprise, son emplacement et sa taille. L’Agence dépasse largement l’objectif qu’elle s’est fixé relativement à cet indicateur de rendement[iii] . En effet, le taux de survie à cinq ans des entreprises appuyées par l’APECA est considérablement supérieur à celui des autres entreprises. De 2001 à 2011, il a été de 57 % pour les entreprises appuyées comparativement à 39 % pour celles qui ne l’ont pas été, un écart de 18 points de pourcentage. Ce résultat semble démontrer que le ralentissement économique de 2008-2009 a moins nui aux entreprises appuyées qu’aux autres. L’Agence a aidé les entreprises en démarrage en leur fournissant l’accès à des capitaux, à des renseignements et à des conseils ainsi que des outils et des guides, ce qui a pu les aider à mieux traverser la période de ralentissement.

D

La croissance de la productivité du travail est un autre indicateur de la compétitivité. La productivité du travail dans les entreprises appuyées par l’APECA, qui est estimée à l’aide du chiffre d’affaires par travailleur, a connu une forte croissance entre 2006 et 2011. Le chiffre d’affaires par travailleur a augmenté de 5,8 %[iv] par année dans le cas des entreprises appuyées par l’Agence, pour atteindre un sommet de sept points de pourcentage de plus que dans le cas des entreprises qui n’ont pas reçu d’aide. Pour ce qui est des entreprises établies, l’Agence a appuyé financièrement des projets d’amélioration de la productivité, d’agrandissement, de modernisation, d’exportation et de R-D, augmentant ainsi leurs chances de survie et de croissance. C’est la première fois que cet indicateur de rendement est utilisé, et il fera l’objet d’un suivi à l’avenir pour veiller à ce que les cibles représentent un bon point de référence.

Sous-programme 1.1.1 : innovation et commercialisation

Il est essentiel de hausser le niveau de recherche-développement (R-D) et d’innovation dans la région afin d’accroître la compétitivité au Canada atlantique et de rétrécir l’écart de productivité comparativement au reste du pays. L’APECA investit dans l’innovation et la commercialisation en appuyant la recherche et le développement liés à de nouveaux produits, services et processus et leur commercialisation sur le marché. De plus, l’APECA appuie l’adoption et l’adaptation de technologies de pointe dans les entreprises. Le Fonds d’innovation de l’Atlantique (FIA) et le Programme de développement des entreprises (PDE) sont les programmes de financement qui soutiennent l’objectif de l’APECA visant à renforcer la capacité d’innovation et de commercialisation au Canada atlantique. Les clients du PDE et du FIA comptent des entreprises et des institutions telles que les universités et les établissements de recherche.

Ressources financières budgétaires : (dollars)

Dépenses prévues 2013-2014 Dépenses réelles 2013-2014 Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
non disponible[v] 85 223 919 non disponible

Ressources humaines : (ETP)

Prévu 2013-2014 Réel 2013-2014 Écart (nombre réel moins nombre prévu)
non disponible 79 non disponible

 

Résultats du rendement :

Résultat attendu Indicateur de rendement Cible annuelle (2013-2014) Résultat réel
Capacités d’innovation et de commercialisation renforcées au Canada atlantique Montant obtenu d’autres sources pour chaque dollar investi par l’APECA dans les projets d’innovation 1,00 $ 1,83 $
Nombre de partenaires pour le développement technologique et la commercialisation 45 44
Cible quadriennale 2011-2012 à 2014-2015
Revenus tirés des activités de la commercialisation 150 millions de dollars À présenter dans le Rapport ministériel sur le rendement 2014-2015

 

Analyse du rendement et leçons retenues :

Grâce à son FIA et à son PDE, l’Agence a approuvé l’octroi de 61,7 millions de dollars pour la réalisation de 161 projets d’innovation et de commercialisation en 2013-2014, ce qui englobe les modifications apportées aux projets approuvés au cours d’exercices antérieurs. Elle a ainsi aidé les PME du Canada atlantique à accroître leur productivité et à être plus concurrentielles en leur permettant de développer de nouveaux produits, services et procédés, de réaliser des gains d’efficacité, de réduire le gaspillage, d’acquérir des compétences, d’aller chercher d’autres investissements du secteur privé et de commercialiser leurs idées. Comme le démontre l’évaluation de la sous-activité de programme Innovation en 2010 (p. ex. du FIA et du PDE), le soutien de l’APECA a amélioré la capacité de commercialisation et les niveaux de productivité au Canada atlantique, et les projets d’innovation ont permis de s’attaquer aux lacunes en matière de compétences dans des domaines spécialisés.

L’Agence a approuvé une aide financière de 53,7 millions de dollars pour de nouveaux projets d’innovation dont le coût total est de 151,7 millions de dollars. Ces fonds ont servi à appuyer 81 projets grâce à la composante Innovation du PDE et onze projets grâce au FIA. Par conséquent, pour chaque dollar que l’Agence a investi, d’autres bailleurs de fonds, comme le secteur privé, les universités et les établissements de recherche, des programmes nationaux et les gouvernements des provinces de l’Atlantique, ont investi 1,83 $. L’effet de levier est élevé, car certains projets du FIA ont suscité des investissements importants.

Le FIA est demeuré un important catalyseur qui a incité un grand nombre d’entreprises, d’universités et d’établissements de recherche au Canada atlantique à collaborer et à investir dans des idées, des procédés, des produits et des services nouveaux. Les projets retenus dans le cadre de la série concurrentielle du FIA de 2013 le démontrent bien, car bon nombre d’entre eux prévoyaient la collaboration entre les universités et le secteur privé. Les projets financés ont donné lieu à l’engagement de 44 partenariats dignes d’intérêt.

Grâce au PDE, l’Agence a pu continuer d’appuyer la commercialisation des résultats de la R-D. Elle a engagé une somme supplémentaire de 6,9 millions de dollars dans 46 projets dans le but d’accroître les compétences et le savoir-faire dont les PME ont besoin pour commercialiser de nouveaux produits, procédés ou services, ainsi que d’aider directement les clients à commercialiser le résultat de leurs activités de R-D. Par exemple, un projet visait la commercialisation du prototype d’un appareil de détection du cancer du sein et un autre, l’achèvement du travail de développement, de fabrication et de commercialisation de produits devant procurer des gains d’efficience au secteur de la fabrication des semiconducteurs.

 

Sous-programme 1.1.2 : productivité et croissance

L’APECA investit dans la productivité et la croissance pour donner aux gens du Canada atlantique un meilleur accès à l’information, aux compétences en affaires et au financement nécessaires pour démarrer et/ou agrandir une entreprise. Ces investissements aident les entreprises à voir le jour, à être plus productives et à croître, ce qui crée de la richesse et des emplois dans l’économie. Les investissements dans la productivité et la croissance sont faits directement auprès des entreprises pour les aider à augmenter leur capacité concurrentielle par l’intermédiaire d’activités telles que l’amélioration de la productivité, les agrandissements, les modernisations, de même que le développement des compétences en affaires, la formation et l’embauche de personnel qualifié. L’APECA appuie aussi les entreprises de façon indirecte en accordant des contributions à des organismes sans but lucratif, notamment les associations de développement économique et d’entreprises, qui mènent des activités favorisant la productivité et la croissance d’entreprises.

Le Programme de développement des entreprises est le principal programme de financement axé sur les compétences en affaires et la croissance. L’APECA administre également Entreprises Canada, qui offre aux entreprises de l’information exhaustive sur les services, programmes, règlements et ressources du gouvernement. En réduisant la complexité des relations avec les divers ordres gouvernementaux, Entreprises Canada joue un rôle vital dans le processus de développement des entreprises. 

Ressources financières budgétaires : (dollars)

Dépenses prévues 2013-2014 Dépenses réelles 2013-2014 Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
non disponible[vi] 71 690 427 non disponible

 

Ressources humaines : (ETP)

Prévu 2013-2014 Réel 2013-2014 Écart (nombre réel moins nombre prévu)
non disponible 84 non disponible

 

Résultats du rendement :

Résultat attendu Indicateur de rendement Cible annuelle (2013-2014) Résultat réel
Amélioration de la productivité et de la capacité de croissance des PME du Canada atlantique Montant obtenu d’autres sources pour chaque dollar investi par l’APECA dans des projets commerciaux sous Productivité et croissance 2,00 $ 1,97 $
Pourcentage de participants aux activités de perfectionnement des compétences en affaires qui disent avoir ainsi amélioré leurs compétences en affaires 75 % 96 %*
Nombre de points de pourcentage de plus du taux de croissance des ventes des entreprises qui ont reçu de l’aide de l’APECA par rapport au taux de celles qui n’en ont pas reçu** 0,5 point de pourcentage 3,6 points de pourcentage

* Comme l’Agence a dépassé la cible de 75 % pendant plusieurs années, celle-ci a été élevée à 85 % pour l’exercice 2014-2015.

** Il s’agit d’entreprises semblables (taille, secteur et région géographique) qui n’ont pas reçu de contribution monétaire directement de l’Agence.

Analyse du rendement et leçons retenues :

En 2013-2014, l’APECA a accordé une aide financière directe de 49,7 millions de dollars aux PME pour leur permettre d’améliorer leur productivité, d’acquérir de la technologie, d’agrandir et/ou de moderniser leurs installations, de former leurs employés et d’engager du personnel spécialisé. Grâce à ces investissements, les PME ont pu mettre sur pied des programmes d’amélioration de la qualité et de la productivité, diversifier leurs gammes de produits ou lancer de nouveaux produits, développer leur clientèle, réduire leurs frais d’exploitation, et saisir les occasions de se développer et de participer à la chaîne d’approvisionnement liée à de grands projets, comme la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale. Chaque dollar de l’APECA investi dans ces projets a incité d’autres bailleurs de fonds à investir 1,97 $, ce qui a contribué à réduire les risques tout en stimulant l’activité économique.

Pour aider les entrepreneurs à mettre sur pied et à développer leurs entreprises, l’Agence a octroyé des contributions supplémentaires de 10 millions de dollars aux organismes sans but lucratif qui ont réalisé des activités au cours desquelles les participants ont pu perfectionner leurs compétences en affaires. Parmi ces activités, il y a eu les suivantes : un symposium de deux jours où ont été présentées les plus récentes approches et des pratiques exemplaires en matière de productivité; des services-conseils portant sur des difficultés particulières des entreprises; et un concours national de modèle d’entreprise destiné à initier les étudiants aux pratiques de démarrage en employant le minimum de ressources nécessaires. Des 8 250[vii] participants à des activités de perfectionnement des compétences appuyées par l’APECA qui ont répondu à un sondage, 96 %[viii] ont mentionné que l’activité leur a permis d’améliorer leurs compétences en affaires.

De même, le chiffre d’affaires des entreprises qui ont reçu de l’aide de l’APECA s’est élevé à 16,6 milliards de dollars[ix] en 2011, comparativement à 14 milliards de dollars[x] en 2006, ce qui correspond à une hausse annuelle moyenne de 3,5 %. À titre comparatif, le chiffre d’affaires des entreprises qui n’ont pas reçu d’aide de l’Agence a baissé au cours de la même période : il était de 64 milliards de dollars[xi] en 2006 et de 63,7 milliards de dollars[xii] en 2011, soit une baisse annuelle moyenne de 0,1 %. Cela représente un écart de 3,6 points de pourcentage entre le taux de croissance du chiffre d’affaires des entreprises qui ont reçu de l’aide de l’Agence et celui des entreprises qui n’en ont pas reçu. Bien que ces résultats soient concluants, l’utilisation du chiffre d’affaires à titre d’indicateur est récente et sera l’objet d’un suivi afin de confirmer s’il s’agit d’un bon point de référence.

Sous-programme 1.1.3 : promotion du commerce extérieur

La Stratégie commerciale mondiale du Canada reconnaît que les chaînes de valeur mondiales et les nouvelles forces économiques offrent des possibilités et elle aide à déceler une concurrence accrue pour le Canada. Pour renforcer la position du pays sur le marché international, elle recommande de profiter des débouchés mondiaux émergents et de rehausser l’image du Canada sur la scène mondiale en tant que partenaire commercial de choix et destination d’investissement de premier ordre. Conformément à cette stratégie, le sous-programme de l’APECA Promotion du commerce extérieur (PCE) cherche à saisir les occasions internationales en vue d’accroître le nombre d’exportateurs et le volume des ventes à l’exportation, d’attirer des investissements étrangers directs et d’appuyer la commercialisation des technologies à l’échelle internationale. Par ailleurs, le sous-programme PCE vise à faire connaître le Canada atlantique à l’étranger comme étant un leader mondial en production et en exportation d’énergie et en recherche énergétique, un centre d’innovation, un bassin de travailleurs qualifiés, un fournisseur fiable de produits de qualité à des prix concurrentiels et la porte d’entrée du marché nord-américain. L’Entente sur la promotion du commerce extérieur (EPCE) ainsi que le Programme de développement des entreprises (PDE) soutiennent l’APECA à coordonner, au Canada atlantique, les efforts des organismes fédéraux, provinciaux et du secteur privé qui cherchent des débouchés internationaux. Les clients du PCE comptent des entreprises, des organismes sans but lucratif, des institutions d’apprentissage et de recherche, et les gouvernements provinciaux.

Ressources financières budgétaires : (dollars)

Dépenses prévues 2013-2014 Dépenses réelles 2013-2014 Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
non disponible[xiii] 23 759 672 non disponible

 

Ressources humaines : (ETP)

Prévu 2013-2014 Réel 2013-2014 Écart (nombre réel moins nombre prévu)
non disponible 52 non disponible

 

Résultats du rendement :

Résultat attendu Indicateur de rendement Cible annuelle (2013-2014) Résultat réel
Activités d’exportation élargies des PME du Canada atlantique Nombre de PME qui ont accru leurs ventes sur les marchés internationaux (nouveaux exportateurs, nouveaux marchés d’exportation et croissance des ventes sur les marchés existants) 290 234
Nombre de points de pourcentage de plus du taux de croissance des ventes à l’exportation des entreprises qui ont reçu de l’aide de l’APECA par rapport au taux de celles qui n’en ont pas reçu* 5,0 points de pourcentage non disponible**
Nouvelles occasions d’investissements étrangers directs au Canada atlantique Nombre de transactions d’investissement étranger direct réalisées (ententes conclues) grâce en partie aux ressources humaines ou financières de l’APECA 3 9

* La formulation de cet indicateur de rendement a été modifiée : au lieu de « croissance des exportations des entreprises ayant reçu de l’aide de l’APECA », il est désormais question de « nombre de points de pourcentage de plus du taux de croissance des ventes à l’exportation des entreprises qui ont reçu de l’aide de l’APECA par rapport au taux de celles qui n’en ont pas reçu. » Il s’agit d’entreprises semblables (âge, taille, secteur et région géographique) qui n’ont pas reçu de contribution monétaire directement de l’Agence.

** Statistique Canada souligne que les données utilisées pour cet indicateur ne sont pas disponibles en 2013-2014.

Analyse du rendement et leçons retenues :

Au cours de l’exercice, l’Agence a participé aux efforts déployés par le gouvernement du Canada pour stimuler le développement des relations d’affaires, attirer des investissements étrangers et favoriser la collaboration en matière de technologies. Grâce aux programmes de l’APECA et à l’EPCE, les PME du Canada atlantique ont participé à des activités destinées à déterminer et à saisir les occasions sur de nouveaux marchés comme le Brésil, la Chine et l’Inde, tout en maintenant une présence sur les marchés traditionnels comme les États-Unis et l’Europe, où l’APECA a également exploré les moyens de faire fond sur l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne.

Plus de 850 Canadiens et Canadiennes de la région de l’Atlantique ont participé à des séances visant à préparer les exportateurs et à faire connaître les occasions sur les nouveaux marchés, et plus de 650 entreprises de la région ont également pris part aux missions commerciales appuyées par l’APECA. Par exemple, l’Agence a appuyé une mission réunissant onze exposants de la région de l’Atlantique au premier salon Oceanology International, en Chine, en septembre 2013. Selon les sondages remplis[xiv], 63 réunions d’affaires ont été organisées. Elles ont donné lieu à la conclusion d’ententes de partenariat d’une valeur de plus de 250 000 $, qui sont susceptibles de générer un chiffre d’affaires pouvant atteindre 7,5 millions de dollars au cours de la période de douze mois se terminant en septembre 2014.

En outre, 234 PME du Canada atlantique ont augmenté leurs ventes sur les marchés internationaux, ce qui correspond à 81 % de l’objectif annuel de 290. Ce résultat est basé sur le nombre de clients qui ont répondu aux sondages[xv]. Comme ils ont été moins nombreux que prévu à répondre, les résultats ne fournissent qu’une approximation de la situation réelle. Afin d’améliorer la collecte de données, un mode de collecte en ligne a été mis sur pied en 2013-2014 et il est toujours à l’essai. Pour le Rapport sur les plans et les priorités de 2014-2015, l’APECA a prévu deux nouveaux indicateurs de la hausse de l’activité d’exportation des PME du Canada atlantique. Ces indicateurs sont basés sur les données internes recueillies directement auprès des clients.

Comme pour l’augmentation du nombre de possibilités d’investissements étrangers directs au Canada atlantique, la mesure correspond au nombre de transactions d’investissement étranger direct réalisées. L’APECA a largement dépassé son objectif, puisqu’il y a eu neuf transactions.

Programme 1.2 : développement des collectivités

L’économie de la région de l’Atlantique est fondée sur la grande diversité géographique, linguistique et culturelle de ses collectivités. Entre les régions rurales et les centres urbains, les occasions et les défis varient considérablement. Les collectivités sont la base du développement économique et elles sont essentielles à la prospérité. L’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA) reconnaît l’importance de ces collectivités dans un cadre de développement économique et appuie leurs efforts visant à développer les ressources dont elles ont besoin afin de contribuer pleinement à leur propre développement économique.

Ainsi, l’APECA concentre ses efforts et ses stratégies sur le développement des collectivités rurales et vise à mettre en place et à entretenir une infrastructure publique de haute qualité. L’APECA collabore avec les autres ordres de gouvernement, les autres ministères fédéraux, les organisations non gouvernementales et les groupes communautaires afin de conjuguer l’aide, de coordonner les efforts de développement économique, et de réagir aux défis économiques. Il faut donc adopter une approche souple et holistique, selon les capacités, les forces et les défis réels d’une collectivité donnée. Le développement des collectivités est un processus ascendant qui aide à développer les outils, les ressources et les initiatives nécessaires à l’appui du développement stratégique individuel et unique.

Ressources financières budgétaires : (dollars)

Budget principal des dépenses 2013-2014 Dépenses prévues 2013-2014 Autorisations totales pouvant être utilisées 2013-2014 Dépenses réelles (autorisations utilisées) 2013-2014 Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
91 307 430 91 307 430 96 523 001 94 103 327 2 795 897

 

Ressources humaines : (ETP)

Prévu 2013-2014 Réel 2013-2014 Écart (nombre réel moins nombre prévu)
75 85 10*

* L’écart entre les ETP prévus et réels affectés aux programmes est principalement attribuable au réalignement des ressources humaines selon le nouveau guide du SCT sur les dépenses consacrées aux services internes. Selon ce guide, il est désormais jugé pour un plus grand nombre de ressources qu’elles sont affectées aux activités stratégiques et de programmes plutôt qu’aux activités de services internes. Cette réorganisation n’a eu aucune incidence sur le nombre total d’ETP à l’Agence ou sur le travail réalisé par ces ETP.

Résultats du rendement :

Résultat attendu Indicateur de rendement Cible annuelle (2013-2014) Résultat réel
Dynamisme et viabilité des collectivités du Canada atlantique Nombre de points de pourcentage de plus du taux de croissance des ventes des entreprises qui ont reçu de l’aide des CBDC par rapport au taux de celles qui n’en ont pas reçu* 5 4,2
Pourcentage de projets qui atteignent les objectifs 80 100

* Il s’agit d’entreprises semblables (taille, secteur et région géographique) qui n’ont pas reçu de contribution monétaire directement des CBDC.

Analyse du rendement et leçons retenues :

Le Fonds des collectivités innovatrices (FCI) est le principal outil dont dispose l’APECA pour investir dans les collectivités. En 2013-2014, l’Agence a travaillé avec les collectivités et les parties prenantes dans le cadre du FCI pour élaborer des projets ayant d’importantes retombées économiques. Ce travail a mené à l’approbation de 94 projets auxquels l’APECA a contribué pour 47,1 millions de dollars, tandis que d’autres bailleurs de fonds y ont contribué 102 millions de dollars.

L’Agence a investi plus de 12,6 millions de dollars pour appuyer les Corporations au bénéfice du développement communautaire (CBDC) en 2013-2014. Le chiffre d’affaires des entreprises appuyées par les CBDC a atteint 1,2 milliard de dollars en 2011, en hausse comparativement à 730 millions de dollars en 2006[xvi]. Cela représente une augmentation annuelle moyenne de 10,8 %. À titre comparatif, le chiffre d’affaires des entreprises qui n’ont pas reçu d’aide des CBDC est passé de 21,2 milliards de dollars en 2006 à 29,1 milliards de dollars en 2011, soit une augmentation annuelle moyenne de 6,6 %. Il y a donc un écart d’un peu plus de quatre points de pourcentage entre le taux de croissance du chiffre d’affaires des entreprises appuyées par les CBDC et les autres entreprises. Bien que la cible ambitieuse fixée par l’Agence n’ait été que partiellement atteinte, les clients des CBDC ont enregistré un meilleur rendement que les entreprises du Canada atlantique qui n’ont pas reçu d’aide pendant cette période.

En 2013-2014, l’APECA a travaillé étroitement avec les collectivités du Canada atlantique pour réaliser des investissements stratégiques qui correspondent à leurs priorités. Elle a approuvé en tout 336 projets, ce qui correspond à un engagement de 84,5 millions de dollars au Canada atlantique. Les retombées de tels projets pour les collectivités ont été évaluées à l’aide d’examens qualitatifs, et les résultats ont démontré que les objectifs escomptés ont été atteints pour tous les projets de l’échantillon.

L’Agence a maintenu son engagement auprès des communautés de langue officielle en situation minoritaire en octroyant une aide financière de 9,3 millions de dollars pour la réalisation de 52 projets partout au Canada atlantique, y compris des projets appuyés grâce à l’Initiative de développement économique (IDE), contribuant ainsi à la vitalité de ces communautés.

L’APECA a en outre travaillé étroitement avec les chefs de file autochtones, les gouvernements des provinces de l’Atlantique, et Affaires autochtones et Développement du Nord Canada pour appuyer le travail réalisé dans la région afin d’assurer le développement économique des collectivités autochtones. L’Agence a mis en œuvre de nouvelles lignes directrices et procédures relatives à son obligation de consulter les communautés autochtones conformément aux lignes directrices fédérales élaborées par Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Des séances d’information connexes ont également été offertes à tous les membres du personnel pour veiller à ce que l’obligation de consulter, les outils et les ressources soient bien compris, et à ce que les lignes directrices fédérales soient respectées et les relations avec les communautés autochtones soient resserrées.

Sous-programme 1.2.1 : mobilisation des collectivités

Pour pouvoir assumer la responsabilité de leur propre développement économique, les collectivités doivent disposer des capacités et des ressources nécessaires pour prendre les rênes de leur processus de développement. L’APECA joue généralement un rôle de meneur dans la coordination des mesures mises en vigueur par le gouvernement du Canada en vue de faciliter l’accès des collectivités aux programmes de financement et aux autres ressources. Ainsi, les collectivités peuvent réagir plus efficacement à des occasions et besoins particuliers et renforcer leur capacité de s’adapter aux ajustements économiques en suivant une approche coordonnée et stratégique. Ce sous-programme vise à amener les membres de la collectivité à travailler ensemble à la planification, à l’élaboration et à la mise en œuvre des initiatives de développement économique. Le processus doit être établi et dirigé par la collectivité.

Afin de favoriser ce travail, l’APECA collabore avec d’autres ordres de gouvernement et des organismes sans but lucratif. Elle appuie des organismes communautaires et des groupes d’affaires (des groupes sectoriels, par exemple) afin de faciliter le processus de développement dans certaines collectivités d’intérêt, comme elle le fait auprès de collectivités géographiques. Elle collabore d’ailleurs avec plusieurs organismes autochtones, acadiens et francophones de la région, dont les activités touchent les domaines social, politique, commercial et économique. Dans ce contexte, l’APECA joue un rôle de facilitation afin d’aider les intervenants à façonner leur propre vision de développement et à obtenir les ressources et l’expertise dont ils ont besoin pour réaliser cette vision. Cette approche ascendante est fondée sur la collaboration entre les collectivités comme telles ainsi qu’avec les divers ordres de gouvernement et les autres intervenants. Il s’agit d’une approche globale particulièrement importante pour les collectivités qui vivent une adaptation ou une transition sur le plan économique. Un facteur essentiel de la réussite est la forte présence de l’APECA dans les collectivités, laquelle est rendue possible par une approche décentralisée pour l’exécution des programmes et le développement économique.

Ressources financières budgétaires : (dollars)

Dépenses prévues 2013-2014 Dépenses réelles 2013-2014 Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
non disponible[xvii] 2 394 233 non disponible

 

Ressources humaines : (ETP)

Prévu 2013-2014 Réel 2013-2014 Écart (nombre réel moins nombre prévu)
non disponible 2 non disponible

 

Résultats du rendement :

Résultat attendu Indicateur de rendement Cible annuelle (2013-2014) Résultat réel
Capacité accrue des collectivités de cerner les besoins et les possibilités de développement économique Montant total des fonds approuvés des projets de mobilisation des collectivités 1,25 million de dollars 1,12 million de dollars

 

Analyse du rendement et leçons retenues :

Pour tenir compte de l’évolution de l’économie du Canada atlantique et de difficultés comme la mondialisation, le ralentissement dans le secteur primaire et l’exode rural, l’APECA a réagi rapidement en adaptant son soutien aux besoins de la plupart des organismes communautaires appuyés dans le cadre du sous-programme Mobilisation des collectivités. L’Agence a annoncé en mai 2012 qu’elle continuerait à accorder des fonds de fonctionnement aux 50 organismes de développement économique régional (ODER) du Canada atlantique jusqu’au 21 mai 2013 afin de faciliter la transition.

L’APECA a dépensé 2,4 millions de dollars dans le cadre de ce sous-programme en 2013-2014, ce qui comprend le versement de fonds de fonctionnement aux ODER pour une dernière fois, et elle a continué à travailler en association avec les collectivités et les parties prenantes pour investir de façon stratégique dans des projets qui cadrent avec les priorités de développement économique énoncées par les collectivités rurales et urbaines de la région. Au total, 26 nouveaux projets de mobilisation des collectivités ont été approuvés, ce qui correspond à un investissement de 1,12 million de dollars pour les collectivités du Canada atlantique.

En 2013-2014, l’Agence a réalisé une évaluation des sous-programmes Mobilisation des collectivités et Investissement dans les collectivités. Il a été déterminé que ces deux sous-programmes sont complémentaires et raffermissent les capacités et les atouts des collectivités. Afin de mieux répondre aux besoins des collectivités du Canada atlantique et de les aider à saisir les occasions qui se présentent, l’APECA a décidé de revoir son sous-programme Mobilisation des collectivités. Elle a examiné les approches qui permettent l’utilisation la plus efficace et efficiente des ressources dans ce domaine, et le sous-programme a été intégré dans le sous-programme Investissement dans les collectivités. C’est donc la dernière fois que l’APECA rend compte au Parlement des résultats du sous-programme Mobilisation des collectivités.

Sous-programme 1.2.2 : développement des entreprises dans les collectivités

Le manque de capitaux commerciaux disponibles dans les régions rurales du Canada entrave considérablement le développement économique et nuit ainsi à la création et à l’expansion des petites entreprises rurales, qui sont essentielles à la viabilité et à la durabilité des collectivités. Par l’entremise du Programme de développement des collectivités, l’APECA accorde des contributions aux Corporations au bénéfice du développement communautaire (CBDC) implantées dans le Canada atlantique rural et gérées par des conseils d’administration locaux qui œuvrent pour l’essor de l’économie des collectivités. Ces contributions procurent aux CBDC des fonds d’investissement indispensables pour appuyer les petits entrepreneurs des milieux ruraux et leur fournir de bons conseils commerciaux et des moyens de perfectionner leurs compétences. De plus, l’APECA finance le réseau des CBDC qui offre toute une gamme de programmes et de services aux petites entreprises dans les régions rurales du Canada atlantique. L’APECA se sert en outre de la flexibilité qu’offrent ses programmes de financement actuels afin d’aider les collectivités autochtones à améliorer leur accès au financement de capital, particulièrement par l’entremise de l’Ulnooweg Development Group. Enfin, pour aider à combler les écarts de capitaux d’investissement auprès des petites entreprises dans les autres collectivités du Canada atlantique, l’APECA fournit un appui ciblé aux organismes communautaires sans but lucratif.

Ressources financières budgétaires : (dollars)

Dépenses prévues 2013-2014 Dépenses réelles 2013-2014 Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
non disponible[xviii] 18 183 175 non disponible

 

Ressources humaines : (ETP)

Prévu 2013-2014 Réel 2013-2014 Écart (nombre réel moins nombre prévu)
non disponible 17 non disponible

 

Résultats du rendement :

Résultat attendu Indicateur de rendement Cible annuelle (2013-2014) Résultat réel
Les entreprises du Canada atlantique ont accès à du capital. Pourcentage des fonds des CBDC prêtés aux entreprises 75 % 83 %
Nombre d’entreprises qui reçoivent du financement des CBDC 1 339 1 239
Les entreprises du Canada atlantique ont accès à des renseignements et à des conseils. Nombre de clients ayant reçu des prêts des CBDC qui ont obtenu de la formation ou des conseils 7 002 6 647

 

Analyse du rendement et leçons retenues :

En 2013-2014, l’Agence a continué à améliorer les ententes de contribution conclues dans le cadre du Programme de développement des collectivités (PDC) afin que les ressources consacrées au PDC soient utilisées de façon plus efficace et efficiente conformément au modèle Développement des collectivités de l’avenir. Cette approche permet d’optimiser l’utilisation des fonds du PDC mis à la disposition des CBDC.

Une importance accrue a été accordée au rendement des activités de prêt des CBDC. Le nombre d’entreprises qui obtiennent un prêt des CBDC démontre que ces dernières, grâce aux investissements de l’APECA, sont en mesure de répondre aux besoins particuliers des collectivités et d’appuyer les entreprises rurales. En 2013-2014, l’Agence a dépassé de 8,06 points de pourcentage son objectif quant au pourcentage des fonds des CBDC consacrés à des prêts actifs, atteignant 83 %.

Par l’entremise des CBDC, l’APECA a maintenu une source essentielle de fonds d’investissement axés sur les entreprises rurales ainsi que de conseils en affaires et de perfectionnement des compétences. Les CBDC ont appuyé 1 239 entreprises grâce à leur fonds d’investissement. Elles ont approuvé 1 328 prêts, qui représentent un investissement direct total de 60,4 millions de dollars dans les PME locales, participant ainsi à la création de 1 422 emplois dans les collectivités rurales du Canada atlantique. En outre, les CBDC ont offert 436 séances de formation et 6 211 séances de consultation à leurs clients dans l’ensemble de la région.

L’APECA a poursuivi sa collaboration avec le réseau des CBDC afin de veiller à ce que toutes les CBDC se conforment à des normes et à un cadre de gouvernance communs. Ce cadre est basé sur les principes de la responsabilisation, de la transparence et de la confidentialité, et il favorise l’adoption de pratiques exemplaires de façon à ce que les intérêts des collectivités et des parties prenantes soient protégés et pris en compte dans les principales décisions.

Sous-programme 1.2.3 : investissement dans les collectivités

Pour assurer leur durabilité et leur croissance, les collectivités doivent investir dans les initiatives qui présentent un potentiel de stimulation du développement économique. L’APECA collabore avec les collectivités, investissant de façon ciblée pour exploiter les occasions qui stimulent la croissance économique durable et renforcent les capacités de développement communautaire. Ce faisant, l’APECA accorde des contributions à des organismes divers qui mènent des activités de développement économique critique, y compris les secteurs stratégiques, les compétences, les atouts critiques des collectivités et d’autres secteurs clés. L’APECA travaille avec les collectivités autochtones et francophones pour déterminer les investissements qui peuvent stimuler un changement et qui appuient le développement stratégique. Ces investissements misent sur les capacités, les forces et les occasions existantes dans les collectivités telles qu’elles sont définies dans les plans et les stratégies de développement économique communautaire. Ces investissements viennent aussi en aide aux collectivités qui vivent une adaptation ou une transition (et dans l’éventualité d’une catastrophe naturelle) sur le plan économique afin de les appuyer dans des secteurs qui les aideront à réagir de façon la plus appropriée possible à leur situation. L’outil principal de l’APECA en matière d’investissement dans les collectivités est le Fonds des collectivités innovatrices.

Ressources financières budgétaires : (dollars)

Dépenses prévues 2013-2014 Dépenses réelles 2013-2014 Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
non disponible[xix] 73 066 338 non disponible

 

Ressources humaines : (ETP)

Prévu 2013-2014 Réel 2013-2014 Écart (nombre réel moins nombre prévu)
non disponible 65 non disponible

 

Résultats du rendement :

Résultat attendu Indicateur de rendement Cible annuelle (2013-2014) Résultat réel
Capacité accrue de répondre aux besoins sur le plan économique et en matière de développement des entreprises et de tirer profit des débouchés Nombre de partenaires dans les projets d’investissement dans les collectivités 500 715
Montant obtenu d’autres sources pour chaque dollar investi par l’APECA dans les projets d’investissement dans les collectivités 1,50 $ 1,93 $

 

Analyse du rendement et leçons retenues :

En 2013-2014, les efforts déployés par l’APECA pour consolider les capacités à l’échelle locale au Canada atlantique ont porté leurs fruits. Plus de 300 projets à l’appui des collectivités du Canada atlantique, représentant un investissement total de 62 millions de dollars, ont été approuvés dans le cadre du sous-programme Investissement dans les collectivités. En tout, 715 partenaires ont collaboré à ces projets, un nombre supérieur à l’objectif. Comme le nombre de partenaires a été plus élevé que prévu, l’Agence a également dépassé son objectif quant au montant obtenu d’autres sources pour chaque dollar investi dans les projets d’investissement dans les collectivités.

Selon les conclusions de l’évaluation des sous-programmes Mobilisation des collectivités et Investissement dans les collectivités réalisée en 2014, les projets appuyés grâce à ces sous-programmes ont contribué à la mise en place d’une infrastructure et au développement de nouveaux produits, ainsi qu’à l’augmentation du tourisme, du chiffre d’affaires et du revenu des entreprises.

L’APECA a continué à mettre l’accent sur les retombées économiques découlant des investissements réalisés grâce au Fonds des collectivités innovatrices. À cette fin, l’Agence a collaboré avec les collectivités et les parties prenantes à des projets stratégiques liés au renforcement des capacités locales et au développement du secteur des affaires. Les investissements ont servi notamment à aider des associations industrielles à réaliser des projets de développement pour assurer la croissance de secteurs particuliers, ce dont les PME en milieu rural ont profité. L’Agence a également cherché à saisir d’autres possibilités grâce au Programme de développement stratégique du tourisme, qui vise à aider les collectivités rurales de la région à accueillir les touristes.

Dans le cadre du Plan d’action économique du gouvernement du Canada, l’APECA a joué un rôle essentiel dans la mise en œuvre, l’exécution et la conclusion du Fonds d’amélioration de l’infrastructure communautaire au Canada atlantique. En deux ans, le Fonds a permis d’appuyer 299 projets et d’injecter 16,6 millions de dollars dans la remise en état et l’amélioration des infrastructures locales existantes. Cela a permis à l’Agence d’inciter d’autres partenaires à investir au total 32,7 millions de dollars.

L’Agence a continué de soutenir la communauté de langue officielle en situation minoritaire francophone de la région de l’Atlantique grâce à la Feuille de route pour les langues officielles du Canada, une initiative qui permet à l’APECA de financer des projets dans le but exclusif de promouvoir la dualité linguistique et de soutenir les communautés de langue officielle en situation minoritaire.

De plus, l’APECA a poursuivi sa collaboration avec le Congrès des chefs des Premières nations de l’Atlantique et d’autres organismes autochtones, et elle a misé sur les investissements visant à renforcer la situation des entrepreneurs autochtones et l’économie autochtone. En 2013-2014, une somme de 4,1 millions de dollars a été consacrée à un total de onze projets concernant les Autochtones.

Sous-programme 1.2.4 : programme d’infrastructure

L’offre et l’entretien d’une infrastructure publique de qualité établissent la base du développement économique et sont des mesures essentielles à la prospérité. L’eau potable, les installations de traitement des déchets, les autoroutes, les routes municipales et les ponts ainsi que les réseaux de transport en commun influencent la croissance économique et ont des incidences importantes sur l’environnement. Cela exige la conception de programmes pour renouveler et construire des infrastructures dans les municipalités rurales et urbaines du Canada atlantique au moyen d’investissements destinés à protéger l’environnement et à appuyer la croissance économique à long terme. En travaillant avec Infrastructure Canada et les provinces, l’APECA surveille le flux des fonds fédéraux affectés à chaque région par divers programmes de financement en infrastructure. Elle veille ainsi à l’atteinte des objectifs en matière d’infrastructure écoefficace et de transport local.

Ressources financières budgétaires : (dollars)

Dépenses prévues 2013-2014 Dépenses réelles 2013-2014 Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
non disponible[xx] 459 581 non disponible

 

Ressources humaines : (ETP)

Prévu 2013-2014 Réel 2013-2014 Écart (nombre réel moins nombre prévu)
non disponible 1 non disponible

 

Résultats du rendement :

Résultat attendu Indicateur de rendement Cible annuelle (2013-2014) Résultat réel
Le financement d’Infrastructure Canada offert par l’intermédiaire de l’APECA permet l’obtention d’investissements en infrastructure provenant d’autres sources Montant obtenu d’autres sources par dollar investi grâce aux programmes d’infrastructure exécutés par l’APECA pour Infrastructure Canada Non applicable. Les fonds ont été entièrement engagés au cours de l’exercice 2010-2011. 2,27 $

 

Analyse du rendement et leçons retenues :

Au cours de l’exercice, l’APECA a continué à travailler étroitement avec Infrastructure Canada (INFC) afin d’assurer l’exécution efficace des programmes d’infrastructure dans la région de l’Atlantique, comme le prévoit l’accord sur les niveaux de service conclu avec INFC.

Bien que tous les fonds aient été engagés, certains projets financés grâce au volet Collectivités du Fonds Chantiers Canada ont coûté moins cher que prévu. Cela a libéré une somme de 873 000 $ qui a servi à financer huit nouveaux projets à l’Île-du-Prince-Édouard, dont le coût total était de 2,9 millions de dollars. L’APECA a donc obtenu un effet de levier de 2,27 $ pour chaque dollar qu’elle a investi, même si le total des fonds avait déjà été engagé.

En outre, l’Agence a administré avec diligence le volet Collectivités du Fonds Chantiers Canada pour veiller à ce que les projets soient réalisés dans les délais prévus et conformément aux exigences du programme. Le Fonds sur l’infrastructure municipale rurale a cessé d’exister le 31 mars 2014, et l’APECA a suivi les procédures de clôture prévues par INFC.

L’Agence a examiné les approches qui permettent l’utilisation la plus efficace et efficiente des ressources dans ce domaine, et ce sous-programme a été intégré dans le sous-programme Investissement dans les collectivités. C’est donc la dernière fois que l’APECA rend compte au Parlement des résultats du sous-programme Programme d’infrastructure.

Programme 1.3 : politiques, défense des intérêts et coordination

Le programme Politiques, défense des intérêts et coordination (PDIC) de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA) est essentiel pour découvrir les occasions et les défis propres à l’économie régionale et y réagir efficacement. Le programme PDIC offre des renseignements, des analyses et des conseils bien fondés sur un grand éventail de questions et de sujets et permet d’appuyer la prise de décision avisée à l’échelle de l’APECA et par le ministre. En offrant des positions stratégiques et fondées en matière de politiques qui tiennent compte des possibilités de la région, en influençant les politiques et les programmes nationaux qui ont un effet sur le développement et les intérêts du Canada atlantique et en coordonnant la création d’autres politiques et programmes dans la région pour constituer des approches intégrées en matière de développement, le programme PDIC aide l’APECA à remplir son mandat et à faire en sorte qu’elle demeure pertinente et sensibilisée aux occasions et aux défis qui se présentent au Canada atlantique.

Ressources financières budgétaires : (dollars)

Budget principal des dépenses 2013-2014 Dépenses prévues 2013-2014 Autorisations totales pouvant être utilisées 2013-2014 Dépenses réelles (autorisations utilisées) 2013-2014 Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
10 855 783 10 855 783 11 764 232 10 634 165 (221 618)

 

Ressources humaines : (ETP)

Prévu 2013-2014 Réel 2013-2014 Écart (nombre réel moins nombre prévu)
73 62 (11)*

* L’écart entre les ETP prévus et réels affectés aux programmes est principalement attribuable au réalignement des ressources humaines selon le nouveau guide du SCT sur les dépenses consacrées aux services internes. Selon ce guide, il est désormais jugé pour un plus grand nombre de ressources qu’elles sont affectées aux activités stratégiques et de programmes plutôt qu’aux activités de services internes. Cette réorganisation n’a eu aucune incidence sur le nombre total d’ETP à l’Agence ou sur le travail réalisé par ces ETP.

Résultats du rendement :

Résultat attendu Indicateur de rendement Cible annuelle (2013-2014) Résultat réel
Politiques et programmes qui visent à renforcer l’économie de la région de l’Atlantique Des politiques et des programmes économiques régionaux qui tiennent compte des possibilités de développement au Canada atlantique Soutien continu des priorités de l’Agence par le gouvernement, collaboration avec d’autres ministères fédéraux et engagement auprès de partenaires au Canada atlantique dans des domaines qui contribueront à augmenter la compétitivité de l’économie du Canada atlantique La cible a été atteinte, comme le démontrent les exemples ci-dessous.

 

Analyse du rendement et leçons retenues :

Grâce au soutien du programme PDIC à l’égard des principales activités de l’APECA en 2013-2014, l’Agence a pu continuer à mettre de l’avant des positions stratégiques représentatives du potentiel de la région, à influer sur les politiques et les programmes nationaux dans la région, et à coordonner les politiques et les programmes dans la région pour aider les entreprises et les collectivités à saisir les nouvelles possibilités et à relever les grands défis. Comme cela a été démontré dans l’évaluation du programme PDIC réalisée en 2012, la fonction PDIC est utile et procure les résultats attendus.

Pour tenir compte efficacement des possibilités et des difficultés de la région de l’Atlantique, l’APECA a continué à fournir des renseignements, des analyses et des conseils visant une vaste gamme d’enjeux. Elle a alimenté la base de recherches économiques de la région et appuyé de nombreuses études, dont un rapport sur le potentiel du secteur de la bioénergie au Canada atlantique. L’Agence a également cherché à mieux comprendre la dynamique des économies régionales en achevant et en diffusant une étude sur les régions économiques fonctionnelles.

L’APECA a œuvré en faveur de l’inclusion des facteurs régionaux dans la nouvelle Stratégie d’approvisionnement en matière de défense afin de veiller à ce que les entreprises du Canada atlantique puissent profiter des approvisionnements importants pour la défense et la Garde côtière canadienne. L’Agence a collaboré avec le ministère des Finances du Canada notamment pour éliminer les droits de douane sur l’importation d’unités mobiles de forage au large utilisées pour la prospection de pétrole et de gaz, réduire le coût des activités d’exploration à haut risque et accroître la compétitivité du secteur des hydrocarbures extracôtiers du Canada atlantique. Elle a également fait la promotion de la compétitivité des industries primaires de la région afin de veiller à ce qu’elles soient bien représentées dans les initiatives fédérales destinées à appuyer le développement de nouveaux produits et marchés.

Dans son rôle de coordination, l’APECA a mobilisé les gouvernements provinciaux et fédéral à l’égard d’un vaste ensemble de mesures afin d’aider les entreprises, d’accroître leurs capacités et de profiter des occasions liées à de grands travaux. L’Agence a continué d’assumer son rôle de chef de file relativement à la Porte d’entrée de l’énergie de l’Atlantique en collaborant avec les secteurs public et privé. Elle a en outre continué à coprésider le Comité des représentants fédéraux-provinciaux sur la porte d’entrée de l’Atlantique avec Transports Canada afin de favoriser l’efficacité et la compétitivité du réseau de transport et de promouvoir les atouts stratégiques de la région sur la scène internationale.

Enfin, l’APECA a continué à jouer son rôle de chef de file à l’égard des conseils fédéraux du Canada atlantique et de la transition vers l’établissement du nouveau Conseil fédéral de l’Atlantique.

Sous-programme 1.3.1 : politiques

Le travail d’élaboration des politiques assure une solide compréhension pour élaborer les priorités et les initiatives stratégiques de l’APECA, concevoir ses programmes, contribuer aux politiques nationales et entretenir des relations fédérales-provinciales. Ce travail comprend l’analyse de politiques et l’offre de conseils – notamment l’élaboration de politiques et de cadres de travail –, l’analyse économique, la recherche et l’engagement des intervenants. Le sous-programme Politiques est exécuté par les fonctionnaires au siège social, aux bureaux régionaux et au bureau d’Ottawa. Le travail d’élaboration des politiques de l’Agence est soutenu en partie par un fonds spécialisé de l’APECA, soit la Mesure de recherche stratégique visant la région de l’Atlantique (MRSRA), qui contribue à renforcer les capacités de recherche stratégique au Canada atlantique.

Ressources financières budgétaires : (dollars)

Dépenses prévues 2013-2014 Dépenses réelles 2013-2014 Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
non disponible[xxi] 5 241 871 non disponible

 

Ressources humaines : (ETP)

Prévu 2013-2014 Réel 2013-2014 Écart (nombre réel moins nombre prévu)
non disponible 28 non disponible

 

Résultats du rendement :

Résultat attendu Indicateur de rendement Cible annuelle (2013-2014) Résultat réel
Décisions stratégiques, bien documentées, qui tiennent compte à la fois des possibilités et des défis propres à l’économie du Canada atlantique, et des possibilités de développement des entreprises et des collectivités Mesure dans laquelle l’analyse des politiques, la recherche stratégique, l’analyse économique et les activités de mobilisation sont utiles et éclairent le processus décisionnel relativement au développement économique dans la région de l’Atlantique Continuer à fournir aux décideurs des conseils avisés, grâce à l’analyse de l’environnement, à l’analyse des enjeux et à la recherche relative aux enjeux et aux possibilités de développement économique du Canada atlantique Élaboration d’initiatives stratégiques réussies, comme le montrent les exemples ci-dessous.
Pourcentage de projets qui atteignent les objectifs 75 % 100 %

 

Analyse du rendement et leçons retenue

En 2013-2014, l’Agence a effectué des recherches, des analyses et des activités de mobilisation des parties prenantes pour appuyer la prise de décisions stratégiques liées aux possibilités et aux difficultés dans divers domaines qui ont une incidence sur l’économie de la région de l’Atlantique, notamment les compétences en affaires, la productivité, l’innovation et la commercialisation, le développement des collectivités, le tourisme, le commerce extérieur et les grands travaux (comme Muskrat Falls et la construction navale).

Forte de l’engagement pris dans le Budget de 2014, l’APECA a poursuivi l’examen de son approche de l’innovation pour veiller à demeurer à l’écoute des besoins des entreprises. Elle a également effectué des analyses afin de démontrer que ses activités de promotion du commerce extérieur sont en phase avec le Plan d’action sur les marchés mondiaux

L’Agence a mené diverses analyses économiques axées sur la démographie, le commerce extérieur, l’accès aux capitaux, l’innovation, la productivité et les chaînes d’approvisionnement. Elle a rédigé et diffusé des rapports sur la situation économique de la région, comme le Portrait de l’économie du Canada atlantique. Pour présenter les perspectives régionales, ses bureaux régionaux ont produit le profil économique de leur province et de leurs sous-régions respectives ainsi que des analyses liées aux secteurs stratégiques.

De plus, l’Agence a entrepris, avec l’industrie, le milieu universitaire et tous les ordres de gouvernement, d’améliorer la compréhension de la dynamique et des possibilités de l’économie régionale du Canada atlantique. Grâce au soutien de la MRSRA, des efforts ont été déployés notamment pour analyser les possibilités qu’offre le secteur de la bioénergie dans la région et étudier les régions économiques fonctionnelles au Canada atlantique. Une étude a également été réalisée pour la Porte d’entrée de l’énergie de l’Atlantique afin d’examiner les avantages d’une agrégation sur le gaz naturel et une autre étude a été élaborée pour la Porte d’entrée de l’Atlantique afin d’examiner l’incidence d’une augmentation des exportations de produits de la mer sur le réseau de transport.

Enfin, le président de l’APECA a pu continuer à compter sur la fonction Politiques de l’Agence pour s’acquitter de son rôle de président du Comité des politiques de développement territorial (CPDT) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OECD). Le CPDT est le principal forum international pour discuter et échanger sur les expériences relatives aux politiques régionales, échanger des pratiques exemplaires visant les politiques urbaines et rurales et des approches du développement économique ainsi qu’élaborer des indicateurs régionaux. En décembre 2013, le Comité a tenu une réunion de ministres qui a mené à l’adoption de la recommandation de l’OCDE pour un investissement public efficace entre niveaux de gouvernement. La recommandation approuvée en mars 2014 par le Conseil de l’OCDE comprend douze principes directeurs pour aider tous les ordres de gouvernement à évaluer les avantages et les inconvénients de leur capacité d’investissement public et à déterminer quelles améliorations apporter en priorité.

Sous-programme 1.3.2 : défense des intérêts

Les décideurs du gouvernement fédéral doivent comprendre les intérêts du Canada atlantique et en tenir compte, et les intervenants régionaux doivent être bien informés des mesures prises par le gouvernement fédéral et des occasions qui présentent un intérêt économique pour la région. Les activités de l’APECA en matière de défense des intérêts visent la promotion des intérêts de la région en ce qui concerne l’élaboration de programmes et de politiques nationaux. L’APECA cherche la création de retombées industrielles régionales associées aux contrats d’approvisionnement du gouvernement fédéral, particulièrement pour les grands projets de l’État, dans le but d’améliorer la situation des entreprises de la région de l’Atlantique.

Ressources financières budgétaires : (dollars)

Dépenses prévues 2013-2014 Dépenses réelles 2013-2014 Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
non disponible[xxii] 3 323 735 non disponible

 

Ressources humaines : (ETP)

Prévu 2013-2014 Réel 2013-2014 Écart (nombre réel moins nombre prévu)
non disponible 19 non disponible

 

Résultats du rendement :

Résultat attendu Indicateur de rendement Cible annuelle (2013-2014) Résultat réel
Prise en compte des intérêts du Canada atlantique en matière de développement des entreprises et des collectivités dans les politiques, les programmes et les règlements à caractère économique du gouvernement fédéral qui sont établis ou modifiés Incidence et valeur stratégique des plans dressés et des approches adoptées sur le plan de la défense sectorielle et horizontale des intérêts Preuve de l’incidence découlant de l’analyse et des interventions annuelles Des examens qualitatifs des initiatives entreprises en 2013-2014 ont confirmé l’incidence et la valeur stratégique de plans et d’approches adoptés à l’appui du travail sectoriel et horizontal de défense des intérêts.

 

Analyse du rendement et leçons retenues :

En 2013-2014, l’APECA a continué de veiller à ce que les principaux décideurs tiennent compte des besoins du Canada atlantique dans les politiques, les programmes et les règlements du gouvernement fédéral. Le travail de défense des intérêts a ciblé des domaines prioritaires comme les marchés publics dans le secteur de la défense, les chaînes d’approvisionnement mondiales, le développement responsable des ressources, les compétences et la main-d’œuvre ainsi que l’innovation et la commercialisation.

L’APECA a su promouvoir l’inclusion des facteurs régionaux dans la nouvelle Stratégie d’approvisionnement en matière de défense afin de veiller à ce que les entreprises du Canada atlantique puissent profiter des approvisionnements importants pour la défense et la Garde côtière canadienne. En outre, l’Agence a exécuté seize initiatives de développement industriel, impliquant plus de 500 PME du Canada atlantique, et a facilité l’organisation de 295 rencontres interentreprises avec des entrepreneurs du secteur de la défense. Ces activités ont fait la promotion des occasions liées aux grands travaux prévus dans la région et ont fait fond sur les réussites du Plan d’action pour la construction navale en Atlantique.

L’Agence a collaboré avec le ministère des Finances du Canada notamment pour soutenir les mesures prévues dans le Budget de 2014 afin, entre autres choses, d’éliminer les droits de douane sur l’importation d’unités mobiles de forage au large utilisées pour la prospection de pétrole et de gaz. Ces mesures auront pour effet de réduire le coût des activités d’exploration à haut risque et d’accroître la compétitivité du secteur des hydrocarbures extracôtiers du Canada atlantique afin d’attirer des investissements internationaux.

En outre, l’Agence a attiré l’attention sur les enjeux de la compétitivité des secteurs de la foresterie et de l’agriculture au Canada atlantique dans le cadre des recherches fédérales en cours sur la bioéconomie, qui visent à trouver des moyens qui permettront à ces secteurs de développer de nouveaux produits et de pénétrer des marchés non traditionnels.

L’APECA a poursuivi son travail avec d’autres ministères pour veiller à ce que les politiques, les programmes et les mesures d’approvisionnement du gouvernement fédéral, comme le Programme d’accès à l’innovation pour les entreprises du Conseil national de recherches du Canada et le Programme canadien des accélérateurs et des incubateurs, contribuent à améliorer les résultats de la commercialisation au Canada atlantique. L’Agence a appuyé les efforts déployés pour permettre au secteur de l’aérospatiale et aux établissements universitaires du Canada atlantique de profiter des initiatives nationales de développement de la technologie de pointe, et d’y collaborer, grâce à la mise sur pied du Consortium en aérospatiale pour la recherche et l’innovation au Canada.

Sous-programme 1.3.3 : coordination

La loi constitutive de l’APECA lui confère le mandat de coordonner les politiques et les programmes du gouvernement du Canada relativement aux possibilités de développement économique au Canada atlantique. Le sous-programme Coordination de l’APECA compte sur divers partenaires économiques pour tenir compte des priorités économiques de la région de l’Atlantique au moyen d’une démarche de collaboration cohérente en matière de développement, y compris des initiatives fédérales-provinciales, des tables rondes et des groupes d’experts. L’Agence coordonne aussi ses efforts avec ceux d’autres ministères fédéraux, y compris les conseils fédéraux régionaux, pour veiller au développement régional.

Ressources financières budgétaires (dollars)

Dépenses prévues 2013-2014 Dépenses réelles 2013-2014 Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
non disponible[xxiii] 2 068 559 non disponible

 

Ressources humaines : (ETP)

Prévu 2013-2014 Réel 2013-2014 Écart (nombre réel moins nombre prévu)
non disponible 15 non disponible

 

Résultats du rendement :

Résultat attendu Indicateur de rendement Cible annuelle (2013-2014) Résultat réel
Coordination des activités des partenaires en vue de donner suite aux priorités économiques du Canada atlantique grâce à une démarche cohérente en matière de développement Mesures stratégiques conjointes qui témoignent de positions communes relativement aux priorités régionales en matière de développement économique Élaborer des mesures stratégiques en collaboration avec des partenaires fédéraux et provinciaux Élaboration d’initiatives stratégiques réussies, comme le montrent les exemples ci-dessous.
Pourcentage de projets qui atteignent les objectifs 75 % 100 %

 

Analyse du rendement et leçons retenues :

Dans le but d’actualiser sa politique et ses pratiques en matière d’innovation commerciale, l’APECA a passé en revue ses programmes dans ce domaine en 2013-2014. Grâce à son travail de coordination, l’Agence a appuyé son ministre d’État, qui a dirigé une série de séances de mobilisation, où des entrepreneurs, des chercheurs et des parties prenantes du milieu de l’enseignement postsecondaire triés sur le volet ont été invités à préciser comment l’Agence pourrait mieux soutenir l’innovation et favoriser la productivité et la croissance au Canada atlantique. Voici quelques autres exemples d’activités de coordination importantes : le travail soutenu de l’APECA avec des partenaires provinciaux à l’Île-du-Prince-Édouard pour réorienter les initiatives de l’Agence visant le perfectionnement des compétences en affaires en fonction de secteurs prioritaires; la participation à un comité de mise en œuvre du plan culturel du Gros Morne à Terre-Neuve-et-Labrador en collaboration avec des parties prenantes fédérales, provinciales et régionales; la collaboration avec des parties prenantes de la province et de l’industrie en Nouvelle-Écosse pour l’organisation du Atlantic Venture Forum; et la participation, avec des parties prenantes de la province, du gouvernement fédéral et de l’industrie au Nouveau-Brunswick, à l’évaluation des conséquences possibles d’une épidémie imminente de la tordeuse des bourgeons de l’épinette dans l’Est du pays et à l’élaboration de mesures destinées à prévenir ou à atténuer ces conséquences.

L’APECA a continué à coprésider le Comité des représentants fédéraux-provinciaux sur la porte d’entrée de l’Atlantique avec Transports Canada, a appuyé la mise en œuvre du plan de promotion internationale de la Porte d’entrée de l’Atlantique et a fait la promotion des atouts stratégiques de la région à divers salons commerciaux. L’Agence a maintenu son rôle de chef de file dans le dossier de la Porte d’entrée de l’énergie de l’Atlantique en favorisant l’exécution de projets énergétiques, et elle a collaboré avec Ressources naturelles Canada et l’Association canadienne de l’énergie éolienne afin d’organiser, à l’Île-du-Prince-Édouard, un colloque sur l’intégration de l’énergie éolienne partout en Amérique du Nord. Ce colloque technique a contribué à préciser les difficultés liées à l’accroissement de la part d’énergie éolienne dans les réseaux régionaux.

Par l’entremise des quatre conseils fédéraux régionaux, l’APECA a assuré la mobilisation autour d’enjeux horizontaux afin de promouvoir les priorités du gouvernement du Canada et celles de la région également. En 2013-2014, les conseils fédéraux ont dirigé la collaboration interministérielle dans des domaines prioritaires comme l’excellence en matière de gestion du rendement, Objectif 2020, le mieux-être en milieu de travail, la gestion des talents, les communications, les chefs de file de demain, les langues officielles et la protection civile. L’Agence a également lancé la transition vers la mise sur pied du nouveau Conseil fédéral de l’Atlantique, qui remplace les quatre anciens conseils de la région.

Dans le cadre de son rôle de coordination, l’APECA a travaillé étroitement avec les partenaires des secteurs public et privé afin de promouvoir les capacités des entreprises régionales en lien avec les grands projets. Elle a notamment maintenu son soutien à l’égard d’importantes initiatives de promotion des fournisseurs, de l’organisation de séances de sensibilisation visant la normalisation internationale et de l’amélioration de la productivité.

Services internes

Les services internes sont des groupes d’activités et de ressources connexes qui sont gérés de façon à répondre aux besoins des programmes et des autres obligations générales d’une organisation. Ces groupes sont les suivants : services de gestion et de surveillance, services des communications, services juridiques, services de gestion des ressources humaines, services de gestion des finances, services de gestion de l’information, services des technologies de l’information, services de gestion des biens immobiliers, services de gestion du matériel, services de gestion des acquisitions et services de gestion des voyages et autres services administratifs. Les services internes comprennent uniquement les activités et les ressources destinées à l’ensemble d’une organisation et non celles fournies à un programme particulier.

Ressources financières budgétaires : (dollars)

Budget principal des dépenses 2013-2014 Dépenses prévues 2013-2014 Autorisations totales pouvant être utilisées 2013-2014 Dépenses réelles (autorisations utilisées) 2013-2014 Écart (dépenses réelles moins dépenses prévues)
27 606 110 27 608 110 30 141 664 28 746 598 1 138 488

 

Ressources humaines : (ETP)

Prévu 2013-2014 Réel 2013-2014 Écart (nombre réel moins nombre prévu)
247 193 (54)*

* L’écart entre les ETP prévus et réels affectés aux programmes est principalement attribuable au réalignement des ressources humaines selon le nouveau guide du SCT sur les dépenses consacrées aux services internes. Selon ce guide, il est désormais jugé pour un plus grand nombre de ressources qu’elles sont affectées aux activités stratégiques et de programmes plutôt qu’aux activités de services internes. Cette réorganisation n’a eu aucune incidence sur le nombre total d’ETP à l’Agence ou sur le travail réalisé par ces ETP.

 

Analyse du rendement et leçons retenues :

En 2013-2014, l’APECA a continué d’implanter de nouvelles façons d’offrir ses programmes et services à la population canadienne de manière plus efficace. Elle a mis l’accent sur l’adoption de processus opérationnels communs et a appuyé la volonté du gouvernement de privilégier des solutions normalisées.

L’initiative Objectif 2020 a été lancée, et l’Agence a réussi à mobiliser une grande partie de ses employés afin qu’ils fassent connaître leur vision de la fonction publique de l’avenir. Trois grands thèmes sont ressortis : promouvoir l’utilisation des nouvelles technologies et de processus simplifiés; perfectionner et mobiliser les personnes de talent; et travailler en collaboration.

Afin de promouvoir l’utilisation des nouvelles technologies et de processus simplifiés, l’Agence a procédé à des améliorations technologiques, comme l’adoption du système d’exploitation Windows 7 et de la suite Office 2013 de Microsoft, et elle a organisé des séances de travail axées sur les employés, comme des activités kaizen[xxiv] où les employés ont évalué l’efficience et l’efficacité des processus. Par exemple, les activités kaizen ont permis d’améliorer les procédures contractuelles et le mode de présentation des demandes d’aide du FIA. L’Agence a également adopté des solutions pangouvernementales, comme l’outil de gestion du rendement.

La collaboration avec d’autres ministères fédéraux a été améliorée grâce à une utilisation optimale des médias sociaux. Des lignes de conduite et des pratiques exemplaires ont été élaborées pour permettre aux employés d’utiliser les médias sociaux afin de communiquer avec les clients et les collègues.

Dans sa poursuite de l’objectif de perfectionnement et de mobilisation des talents, l’APECA a maintenu de saines pratiques en matière de gestion des ressources humaines en offrant de la formation à ses gestionnaires et à ses employés ainsi qu’en élaborant des outils de dotation novateurs et efficaces.

Enfin, l’APECA a consolidé son cadre de planification pour mieux intégrer la gestion du risque et des ressources humaines dans ses activités de planification et de prise de décisions, et elle a adopté des mesures d’atténuation du risque et des plans d’action de gestion. L’Agence a également poursuivi la mise en œuvre de son plan d’évaluation pour les années 2012 à 2017, et elle a mis en œuvre sa stratégie portant sur les valeurs et l’éthique, qui continue de favoriser l’atteinte de l’objectif selon lequel les valeurs et l’éthique sont des bases de la culture organisationnelle de l’Agence.

 

[i] La mesure de l’incidence sur le produit intérieur brut au Canada atlantique est une tâche multidimensionnelle à long terme. Par conséquent, l’Agence publie les résultats tous les cinq ans, en fonction de l’analyse de données provenant des systèmes internes, à l’aide d’un modèle économétrique du Conference Board du Canada. Cet indicateur sera mesuré en 2018, pour la période quinquennale de 2013-2014 à 2017-2018.

[ii] Calculs de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique à partir de simulations du Conference Board du Canada, août 2013.

[iii] Centre des projets spéciaux sur les entreprises, Statistique Canada, avril 2014.

[iv] Ibid.

[v] Non disponible : Dans le cas du Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014, les calculs des dépenses prévues et des ressources humaines prévues sont disponibles uniquement pour les programmes de l’AAP. Ils le seront pour les sous-programmes dans le rapport 2014-2015. Ceci vaut pour toutes les données « non disponibles » dans ce tableau.

[vi] Ibid.

[vii] Agence de promotion économique du Canada atlantique, récapitulation des activités de perfectionnement des compétences en affaires (PCA) réalisées au Canada atlantique en 2013-2014, printemps 2014. (Description du sondage : toutes les personnes ayant participé à une activité de PCA ont été invitées à remplir un questionnaire. Des 8 603 répondants, 8 251 ont répondu « un peu » ou « beaucoup » lorsqu’on leur a demandé si les compétences acquises dans le cadre de l’activité ont été utiles au démarrage ou à la survie ou à la croissance de leur entreprise. Choisir une réponse : pas du tout/un peu/beaucoup.)

[viii] Ibid.

[ix] Statistique Canada, Centre des projets spéciaux sur les entreprises, 2014.

[x] Ibid.

[xi] Ibid.

[xii] Ibid.

[xiii] Non disponible : Dans le cas du Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014, les calculs des dépenses prévues et des ressources humaines prévues sont disponibles uniquement pour les programmes de l’AAP. Ils le seront pour les sous-programmes dans le rapport 2014-2015. Ceci vaut pour toutes les données « non disponibles » dans ce tableau.

[xiv] Rapport sur les activités de PCE : Un questionnaire est remis aux PME du Canada atlantique à la suite de leur participation à un projet appuyé par l’APECA puis de nouveau un an plus tard pour recueillir des renseignements supplémentaires. Il ne s’agit pas d’un sondage obligatoire, mais de nombreux efforts sont déployés pour que le plus grand nombre possible de questionnaires soient remplis.

[xv] Ibid.

[xvi] Centre des projets spéciaux sur les entreprises, Statistique Canada, mars 2014.

[xvii] Non disponible : Dans le cas du Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014, les calculs des dépenses prévues et des ressources humaines prévues sont disponibles uniquement pour les programmes de l’AAP. Ils le seront pour les sous-programmes dans le rapport 2014-2015. Ceci vaut pour toutes les données « non disponibles » dans ce tableau.

[xviii] Ibid.

[xix] Ibid.

[xx] Ibid.

[xxi] Ibid.

[xxii] Ibid.

[xxiii] Ibid.

[xxiv] Kaizen est un mot japonais qui signifie amélioration. Le concept kaizen est reconnu dans le monde entier en tant que pilier important de la stratégie concurrentielle à long terme d’une organisation. L’APECA a adapté cette approche pour régler un dossier particulier pendant une semaine en demandant aux employés d’évaluer un processus précis dans le but de l’améliorer et en mettant en œuvre les changements au cours de la même semaine.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :