Jean Pierre Blais à l’audience publique sur les demandes de licence visant l’exploitation de stations de radio pour desservir les Canadiens autochtones dans de grands marchés urbains

Discours

Gatineau (Québec)
27 mars 2017

Jean-Pierre Blais, président
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes

Scénario

-   Présentation de l’ainée, Mme Renaud, par le président du CRTC Jean-Pierre Blais.

Bonjour, Mesdames et Messieurs, et bienvenue à cette audience publique. Avant de débuter, j’aimerais inviter Ainée Monique Renaud, Métisse d’origine Algonquine et Huron-Wendat, à ouvrir cette audience par une prière traditionnelle qui aidera à guider nos réflexions dans les jours à venir.

Mme Renaud est née, et a vécu dans la région de Hull/Gatineau, toute sa vie. Elle détient un Baccalauréat en éducation et a enseigné 35 ans à Gatineau. Elle est à la retraite depuis plusieurs années.

Mme Renaud fait du travail en guérison traditionnelle dans sa communauté depuis plusieurs années.  Elle donne aussi des ateliers de guérison dans lesquels elle enseigne les principes de la guérison depuis 1993.  Elle reçoit et conseille les gens qui demandent de l’aide à ce niveau soit à sa résidence ou à la loge Kumik ou Ishkotew et offre aussi des enseignements de groupes dans différents cercles.

Mme Renaud fait la Cérémonie de la Bénédiction de l’eau, une cérémonie autochtone sacrée, depuis 2002 dans cette région. Elle a enseigné le chant de la Bénédiction de l’eau à des centaines de femmes depuis. Cette cérémonie se tient à la lune de l’Ours à l’île Victoria depuis plusieurs années ainsi qu’au Kumik. Elle est une gardienne de l’eau et de la terre.

Récemment, Mme Renaud a travaillé avec les Ministres responsable de la pré-enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. Elle a offert du soutien spirituel aux dirigeants, aux familles des victimes et aux Ministres responsables et a aussi eu l’occasion de rencontrer et discuter de sa vision sur la réconciliation avec le Premier Ministre Justin Trudeau.

Mme Renaud est une grand-mère qui utilise les Sept Enseignements sacrés des Anishinabe dans tous les aspects de sa vie et les partage avec tous.

Mme Renaud… (Invitation à rejoindre Jean-Pierre Blais)

-   Remise du cadeau (tabac)

-   Explication et prière par Mme Renaud, Ainée autochtone.

Priorité à l’allocution          

Je vous remercie, Mme Renaud, pour cette prière. Nous espérons qu’elle nous guidera, conseillers, intervenants, membres du personnel et le public à avoir des discussions informées et ouvertes lors de cette audience afin que l’on puisse ensuite en arriver à une décision éclairée. Merci aussi de nous avoir accueillis sur le territoire algonquin traditionnel. Je remercie le peuple Algonquin et rends hommage à ses aînés.

Dans le cadre de cette instance, le CRTC examinera des demandes afin d’octroyer cinq licences d’opération de stations de radio autochtones dans les villes d’Ottawa, Toronto, Calgary, Edmonton et Vancouver.

Historique

En juin 2015, le CRTC a révoqué les licences des stations de radio d’Aboriginal Voices Radio, ce qui a libéré cinq fréquences dans ces grands marchés. Nous avions pris une telle décision parce que le diffuseur avait été, à multiples reprises, en situation de non‑conformité grave et répétée par rapport aux règlements et à ses conditions de licence.

Détenir une licence de radiodiffusion au Canada est un privilège. De plus, avoir le mandat de desservir la communauté autochtone est d’une importance significative. Le CRTC a constaté avec regrets qu’AVR était en non-conformité depuis ses débuts et n’a pas respecté ses engagements et le mandat particulier qui lui avait été confié.

À la suite de cette révocation, le CRTC a lancé un appel de demandes pour l’exploitation de ces fréquences libérées, tout en spécifiant clairement que les propositions innovatrices qui desserviraient les communautés autochtones seraient priorisées.  Nous avons reçu douze propositions sur lesquelles nous nous pencherons avec attention lors de la présente audience.

Le rêve de Champlain

Au début de mon mandat au CRTC, j’ai reçu en cadeau le livre intitulé Le rêve de Champlain dans lequel on parle de la vie et du travail de Samuel de Champlain. Je crois, tout comme l’auteur de ce livre, David Hackett Fischer,  que Champlain n’était pas l’un des nombreux mercenaires européens qui cherchaient à s’emparer des terres et à exploiter les Autochtones. Plutôt, il était humaniste, accueillant et inclusif. L’explorateur avait une vision de la colonie où, et je cite, « les gens de cultures différentes pourraient vivre ensemble dans l’amitié et la concorde ».  N’est-ce pas là un sujet d’actualité malgré les plus de 400 ans qui séparent notre époque et celle de Champlain?

À l’issue de la Commission de vérité et de réconciliation du Canada, le gouvernement canadien cherche à assurer la protection et la promotion de la culture autochtone. Le système de radiodiffusion canadien joue un rôle important vers la réconciliation des peuples autochtones avec la société canadienne. Le Conseil a également déjà soulevé le besoin immédiat de desservir la communauté autochtone dans son ensemble puisque des questions d'importance vitale aux Canadiens autochtones ne font pas l'objet d'une couverture médiatique complète ou ne sont pas traitées du tout dans les médias non autochtones.

Alors que le CRTC travaille à paver la voie vers l’avenir, il nous est impossible de réécrire l’histoire. Aujourd’hui, il est question de donner une voix aux peuples autochtones, par laquelle vous saurez partager votre histoire et guérir vos blessures. Cette voix, votre voix, vous permettra de diffuser l’information sur les enjeux qui vous concernent et d’avoir les moyens pour façonner votre destin.

Comme l’a si bien dit Ainé Art Solomon : « Pour guérir une nation, nous devons d'abord guérir les individus, les familles et les communautés. »

Tel que décrit dans notre dernière planification triennale, le Conseil entamera l’examen de sa politique sur la radio autochtone prochainement. Cependant, nous ne pouvions attendre que ce processus soit terminé avant d’octroyer ces licences. Les communautés autochtones dans ces cinq grands marchés méritent d’avoir accès à des stations qui leur ressemblent et qui traitent d’enjeux qui les concernent. Rien ne nous empêche, cependant, lors de cette audience, d’entamer la conversation en vue de cette prochaine consultation.

Finalement, je voudrais partager avec vous que je regrette profondément que le panel d’aujourd’hui n’inclue aucun membre autochtone. Les gouvernements passés et présent n’ont pas nommé de candidats qualifiés issus de vos communautés depuis près de 20 ans. Malheureusement je n’y peux rien. Par contre, mes collègues et moi vous promettons d’offrir une oreille attentive, d’écouter chaque argument avec bonne foi et de prendre une décision au meilleur de nos connaissances. Puisque chacun d’entre vous ne pourront obtenir une licence, certains seront déçus. Mais le temps presse et vous avez besoin d’une voix afin de continuer d'avancer sur le chemin de la réconciliation.

Processus

Avant de commencer, j’aimerais faire quelques présentations.

Le comité d’audience se compose des personnes suivantes :

  • Linda Vennard, conseillère régionale, Alberta et Territoires du Nord-Ouest;
  • Christopher MacDonald, conseiller régional, Région de l'Atlantique et Nunavut;
  • Et moi-même, Jean-Pierre Blais, président du CRTC. Je présiderai d’ailleurs cette audience.

L’équipe du Conseil qui nous assiste comprend :

  • Rachel Marleau, coordonnatrice de l’audience;
  • Crystal Hulley, conseillère juridique;
  • Et Jade Roy, secrétaire de l’audience.

J’invite maintenant madame Roy à expliquer la procédure que nous suivrons.

Madame la secrétaire.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :