Jean-Pierre Blais au personnel du CRTC

Discours

Gatineau (Québec)
Le 16 juin 2017

Jean-Pierre Blais, Président
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes

Priorité à l’allocution

Bonjour.

Je suis honoré de me trouver devant vous tous pour une dernière fois — afin de réfléchir à tout ce que nous avons fait et à tout ce que nous avons accompli depuis cinq ans. Mais surtout, afin de vous remercier pour votre travail exceptionnel.

On ne souligne pas toujours nos réalisations, nous, les fonctionnaires. Trop souvent, elles passent inaperçues ou sont tenues pour acquises. Je suis ici aujourd’hui pour célébrer le travail exceptionnel que nous avons réalisé ensemble. Comme l’a dit un jour le grand penseur et conférencier américain Ralph Waldo Emerson, « la récompense pour une chose bien faite est de l’avoir faite ».

Je sors enrichi de mes cinq dernières années de travail. Et il devrait en être de même pour vous. Ensemble, nous avons modifié de manière importante le système de communication du pays afin qu’il emprunte la voie de la réussite, maintenant et pour longtemps.

Vision : accompli

Lorsque je suis entré en fonction il y a presque exactement cinq ans, j’avais une vision pour le déroulement de mon mandat. J’ai présenté cette vision quelques mois plus tard, en octobre 2012, lors de la conférence annuelle de la Section canadienne de l’Institut international des communications. Dans ce discours, j’ai abordé cette journée, celle de la fin de mon mandat. Voici ce que j’avais prédit :

En 2017, je vois que le CRTC est une institution qui jouit de la confiance des Canadiens. Ils nous font confiance pour veiller au maintien et à l’amélioration d’un système de communication de classe mondiale au Canada. Ils nous font confiance pour défendre leurs intérêts en tant que citoyens, créateurs et consommateurs.

Dans notre cas, la confiance est la conséquence d’avoir fait la bonne chose. D’avoir fait les bons choix de telle sorte que le système de communication du Canada — et les Canadiens en tant que consommateurs, créateurs et citoyens au sein de ce système — puisse réussir dans un contexte de changement d’une ampleur sans précédent. Voilà la vision que j’ai proposée. Et c’est exactement ce que nous avons concrétisé.

Dès le premier jour de mon mandat, ou presque, nous avons imaginé de nouvelles approches à l’égard des consultations, lesquelles ont permis d’amener les Canadiens directement au cœur des conversations sur des enjeux d’une importance fondamentale dans leur vie quotidienne : les services sans fil, le contenu télévisuel et la connectivité à la large bande. Ce faisant, nous avons grandement élargi et diversifié le dossier public sur lequel nous nous sommes appuyés, mes collègues conseillers et moi-même, pour prendre nos décisions. Nous sommes passés de douzaines de voix à des centaines de voix. De centaines à des milliers. Et plus encore – des voix provenant de tous les coins du pays et de toutes les couches de la société.

Et, en passant, ce travail n’est pas passé inaperçu. Vous êtes nombreux dans cette pièce à avoir remporté des prix pour le travail accompli dans le but d’aider le CRTC à faciliter les communications avec les Canadiens et pour les décisions stratégiques qui en ont découlé. Mais plus encore, d’autres ministères et organismes du gouvernement du Canada ont suivi notre exemple. Soyez-en fier! L’imitation est la forme la plus sincère de flatterie.

Lors de nos consultations auprès des Canadiens, nous avons appris que l’ancien mode de fonctionnement — les quotas de radiodiffusion, les systèmes de points, les traités de coproduction et autres marques de même nature — avait de moins en moins d’importance dans cette ère du « sur demande » et axée sur le consommateur. La large bande est en voie de transformer de manière radicale la télévision en tant que médium. Le système qui la soutient devait aussi évoluer. C’est exactement ce que nous avons fait.

Le fondement de tous ces changements, au CRTC et à l’échelle de l’industrie, c’est la large bande. Et c’est ce que j’ai mentionné mardi dans mon discours au Festival international des médias de Banff. La large bande est plus qu’un simple vecteur du divertissement, des services gouvernementaux, des soins de santé, de l’éducation ou même de la démocratie. C’est la technologie même qui en permet la concrétisation. C’est pourquoi nous disons vivre aujourd’hui dans un monde numérique.

Faciliter l’accès à la large bande ainsi que façonner la manière dont cette technologie se rend aux consommateurs et la façon dont ils l’utilisent ont été des thèmes récurrents des cinq dernières années. Ce sont sur ces raisons que nous avons appuyé nos décisions relatives à la neutralité du réseau et aux services de télécommunications de base, et même la décision publiée hier concernant l’examen du code sur les services sans fil.

Des solutions, et non des problèmes

Je suis fier de nos réalisations des cinq dernières années en tant que groupe. Je garderai un très beau souvenir de cette période de ma carrière. En 2012, j’ai mis de l’avant un plan ambitieux de changements pour cette organisation, et je peux honnêtement affirmer que nous avons atteint ces objectifs – grâce à notre travail acharné et à notre dévouement.

J’espère que vous partagez cette même fierté à l’égard de nos réalisations. Cela n’a pas toujours été facile. Plusieurs personnes ont refroidi nos décisions. Souvent, il s’agissait de gens qui n’avaient pas participé à nos audiences ou contribué au dossier public. Ce sont ceux qui se tiennent loin et qui critiquent nos décisions après coup.

J’aimerais simplement leur dire ceci : « Les leaders pensent à des solutions et en parlent. Les suiveurs pensent à des problèmes et en parlent. »

Je vous demande de continuer à penser à des solutions et à en parler — de continuer à être des meneurs.

Certains d’entre vous se demandaient si je voulais demeurer en fonction à la fin de mon mandat. La réponse est non. Je n’ai pas soumis ma candidature car j’ai fait ce que j’avais prévu faire il y a cinq ans : ramener le CRTC sur le chemin qui lui permette de tisser un lien de confiance avec les Canadiens et de créer un système de communication de calibre mondiale au cœur duquel se trouvent les Canadiens.

De fait, c’est la même raison pour laquelle je suis encore ici alors que mon mandat se termine dans deux jours seulement. Si j’avais quitté plus tôt, avant notre décision sur l’examen du code sur les services sans fil, je serais parti sans avoir terminé le travail. La décision d’hier vient boucler ce chapitre. C’est la dernière récompense pour un travail bien fait.

Prédire l’avenir

Quiconque est venu dans mon bureau a vu cette figurine. Il s’agit d’une représentation de Merlin, l’ancien magicien de la légende arthurienne. Dans son récit acclamé du roi Arthur, La quête du roi Arthur, T. H. White imagine Merlin comme une personne qui remonte le temps. Merlin connaît l’avenir. Il l’a déjà vécu. Voilà pourquoi il constitue le mentor idéal pour un futur roi.

Au cours de mon mandat comme président, Merlin s’est avéré une inspiration. Sa présence m’a gardé concentré sur ma vision. Après tout, il savait déjà que nous étions pour la concrétiser ensemble!

Merci!

Contacts

Relations avec les médias
(819) 997-9403

Renseignements généraux
(819) 997-0313
Numéro sans frais : 1 (877) 249-CRTC (2782)
Ligne ATS : (819) 994-0423
Poser une question ou déposer une plainte

Restez branché
Suivez-nous sur Twitter @CRTCfra
Aimez-nous sur Facebook www.facebook.com/crtcfra


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :