Ian Scott à l’occasion de la conférence annuelle de la Western Association of Broadcasters

Discours

Banff (Alberta)
Le 6 juin 2019

Ian Scott, Président et premier dirigeant
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes

La version prononcée fait foi

Bonjour,

Avant de commencer, je tiens à souligner que nous sommes rassemblés sur le territoire traditionnel des Premières Nations signataires du Traité no 7. J’aimerais les remercier et rendre hommage à leurs aînés.

Je vous remercie de m’avoir donné l’occasion de prendre la parole devant vous aujourd’hui. Je suis heureux de participer de nouveau à votre conférence.

Je souhaite faire le point sur certaines principales activités en cours au CRTC et sur celles que nous entreprendrons bientôt. Mais d’abord, je vous renvoie à la même période l’an passé, lorsque nous avons publié notre rapport Emboîter le pas au changement.

Préparé à la demande du gouvernement, notre rapport examinait l’avenir des modèles de distribution de la programmation et la mesure dans laquelle le marché du Canada en matière de contenu national demeurera concurrentiel dans le nouvel environnement mondial. Il présente bon nombre de conclusions et de recommandations importantes. L’une d’entre elles était l’idée que, même si les services numériques deviennent plus populaires, les services de télévision et de radio traditionnels demeurent toujours pertinents pour les Canadiens.

Étant donné cette réalité, et la nécessité de favoriser la production et la découvrabilité de contenu canadien, dont la programmation de nouvelles, la conclusion de notre rapport était que les approches politiques devaient changer. Une nouvelle approche est requise pour faire en sorte que l’industrie de la production médiatique du Canada demeure dynamique et viable et qu’elle exploite les possibilités offertes par les technologies et les tendances actuelles et émergentes. Nous voulons également veiller à ce que tous ceux qui profitent du système canadien contribuent de la manière qui convient.

Je désire prendre un peu de temps avec vous ce matin pour discuter de certaines idées et occasions qui concernent les médias de diffusion, et au secteur de la radio en particulier. Voici le message que je veux vous transmettre aujourd’hui : nous sommes disposés à innover. Nous sommes plus que prêts à collaborer avec vous pour cerner de nouvelles façons de favoriser la promotion et la découvrabilité de contenu canadien sur les ondes du Canada et à appuyer la production continue d’une programmation de nouvelles et d’information locales.

De nouvelles solutions pour de nouveaux défis

L’industrie de la radio repose sur des bases solides. La radio est une entreprise mature. On l’aime. On en profite et, alors que nous soulignons cette année le 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles, j’ajouterais qu’elle joue un rôle important dans l’épanouissement des communautés linguistiques en situation minoritaire dans l’ensemble du Canada. La radio a maintenu sa rentabilité et sa viabilité dans un monde en évolution. Elle s’adapte aux changements des habitudes des consommateurs.

Par contre, cet environnement comporte sa part de défis. Nous vivons une période de complexités et de changements. Nous en sommes conscients.

Notre politique sur la radio commerciale vise à faire en sorte que le secteur atteigne les objectifs de la politique énoncés dans la Loi sur la radiodiffusion. Cela comprend fournir aux auditeurs une diversité de contenu, y compris du contenu de nouvelles et d’information produit localement, et soutenir la musique et les artistes canadiens dans les deux langues officielles. Cela comprend également refléter le caractère multiculturel et multiracial de la société canadienne.

Nous en sommes aux premières étapes de la préparation d’un examen exhaustif de notre politique sur la radio commerciale. Nous avons beaucoup entendu parler des conditions de marché avec lesquelles vous devez composer. Les enjeux que vous avez soulevez comprennent :

  • la politique sur la propriété commune
  • l’avenir des stations de radio AM
  • les changements provoqués par les services de diffusion en continu et le contenu en ligne
  • les exigences en matière de programmation musicale et de programmation locale
  • les nouvelles approches pour promouvoir et découvrir la musique canadienne et les artistes émergents
  • le maintien des sources de nouvelles locales
  • l’atteinte d’un public plus jeune, et
  • la contribution au développement du contenu canadien.

Nous sommes prêts à être flexibles en ce qui concerne les nouvelles approches en matière de réglementation, en prenant en considération le mandat que nous confère la Loi sur la radiodiffusion. À faire les choses un peu différemment qu’avant. Tout comme nous l’avons suggéré dans notre rapport Emboîter le pas au changement. Il est possible que certains règlements ne soient plus nécessaires ou que des objectifs puissent être atteints de manière non traditionnelle. Pensez-y. Offrez vos meilleures solutions à ces défis.

Cependant, je vous préviens tout de suite. Une ouverture au changement n’est pas une invitation à se débarrasser de tous les règlements. La déréglementation complète n’est pas une option, et tout changement que nous apportons doit toujours respecter les objectifs et le mandat conférés par la Loi sur la radiodiffusion. Par contre, nous sommes ouverts à de nouvelles façons d’assurer que les artistes canadiens soient appuyés par vos stations et que les Canadiens aient accès à une diversité de contenu, qui inclut un contenu de nouvelles et d’information locales de grande qualité.

Si votre industrie trouve des solutions crédibles et incitatives à ces défis ainsi qu’à d’autres défis, nous ferons notre part et les étudierons.

Comment y parviendrez-vous? Il est difficile de répondre à cette question. Si vous voulez une plus grande souplesse pour convertir des stations AM en stations FM ou pour effectuer des regroupements, de quelle façon garantirez-vous le soutien aux artistes et une diversité des voix dans le marché? Augmenterez-vous le montant d’argent consacré au développement de contenu canadien? Affecterez-vous des sommes à d’autres types d’activités promotionnelles? Ferez-vous différemment la promotion des artistes, par exemple à l’aide d’émissions de création orale? C’est à vous de faire de propositions. Mes collègues et moi écouterons et prendrons vos idées en considération.

Système de surveillance numérique

Je peux vous dire que nous allons déjà de l’avant avec un projet qui vous facilitera la vie. Ce projet devrait réduire le fardeau administratif et réglementaire de vos activités, et des nôtres, et cadre parfaitement à la notion de gouvernement numérique.

Nous avons fait allusion à un système de surveillance numérique destiné aux radiodiffuseurs dans notre rapport Emboîter le pas au changement. Un nouvel outil éliminera les incertitudes liées au contenu, comme savoir si une pièce musicale peut se qualifier comme contenu canadien. Il aidera à créer une base de données sur la musique canadienne faisant autorité. De plus, il nous aidera à créer une meilleure approche pour l’analyse du marché : une approche basée sur les données recueillies auprès des radiodiffuseurs et de l’industrie des médias numériques.

J’ai le plaisir de vous annoncer que le projet est en cours. Nous avons déjà entamé des discussions avec l’industrie de la radio, y compris avec des organismes de protection des droits et des fournisseurs de logiciels de gestion de la radiodiffusion.

Considérez ce projet comme étant un exemple des approches novatrices que je viens de mentionner. Vous nous avez dit que la conformité constitue un fardeau et prend du temps. Nous avons écouté. En réponse, nous développons un outil numérique qui nous permettra d’être moins interventionnistes. Cela dit, ne vous attendez pas à des passe-droits. Même avec le système de surveillance numérique en place, si nous découvrons que vous ne respectez pas vos obligations, nous prendrons des mesures pour que vous soyez de nouveau conformes.

Préservation des nouvelles locales

Bien sûr, l’une des conditions que vous devrez toujours respecter est d’offrir une programmation de nouvelles et d’information locales. J’y ai déjà fait allusion. Les nouvelles locales exercent d’innombrables fonctions importantes à la radio. Elles offrent des informations fiables. Elles créent des liens entre les gens et leur communauté. Elles protègent notre démocratie. Et, puisqu’une élection fédérale sera bientôt à nos portes, je ne peux pas penser à un meilleur moment pour rappeler l’importance de ce contenu.

Toutefois, je comprends également que les nouvelles locales comportent leurs propres défis, notamment le coût. De quelle façon pouvons-nous faire en sorte que les radiodiffuseurs tels que vous continuent d’exercer cette importante fonction dans l’avenir? Travaillons ensemble pour trouver une solution.

Soit dit en passant, je suis heureux de vous annoncer que les appuis déjà en place pour la programmation de nouvelles locales portent fruit. Le rapport annuel du Fonds des nouvelles locales indépendantes montre les effets positifs du fonds sur les émissions de nouvelles. Certaines stations qui ont reçu de l’argent du fonds ont répondu aux besoins de leurs collectivités en produisant davantage d’émissions. En retour, elles sont admissibles à recevoir plus de fonds. Il s’agit d’un important cercle vertueux.

Politique en matière de radiodiffusion autochtone

Je terminerai en mentionnant une importante question de politique qui nous attend. Il s’agit d’une nouvelle politique en matière de radiodiffusion autochtone. Dans un esprit de réconciliation, nous sommes heureux d’élaborer cette politique conjointement avec les peuples autochtones de tout le pays. Notre objectif est de créer une politique qui veille à ce que les cultures, les langues et les points de vue des peuples autochtones soient soutenus dans le système canadien de radiodiffusion.

Nous annoncerons bientôt nos plans pour aller de l’avant avec cette nouvelle politique en utilisant ce qui est pour nous une approche non traditionnelle. La réconciliation n’exige rien de moins.

Conclusion

J’ai commencé en résumant les défis auxquels doit faire face l’industrie de la radio dans l’ère numérique d’aujourd’hui. Je ne les énumérerai pas de nouveau, mais devant ces défis, la radio garde la tête haute. Son avantage est, et a toujours été, qu’elle est très locale et extrêmement importante. Ce sont ses forces. Elle doit continuer de tirer profit de ces avantages.

Alors que nous nous préparons à examiner la politique sur la radio commerciale, et que vous vous préparez à y participer, nous faisons face à un défi intéressant. Nous devons adapter nos politiques réglementaires à l’environnement des médias numériques en évolution rapide, tout en veillant à ce que les objectifs de la Loi sur la radiodiffusion continuent d’être atteints. Ce ne sera pas un équilibre facile à trouver. Pour y parvenir, nous devrons tous répondre à des questions difficiles et chercher au-delà des approches traditionnelles.

Merci.


Personnes-ressources

Relations avec les médias
(819) 997-9403

Renseignements généraux
(819) 997-0313
Numéro sans frais : 1 (877) 249-CRTC (2782)
Ligne ATS : (819) 994-0423
Poser une question ou déposer une plainte

Restez branché
Suivez-nous sur Twitter @CRTCfra
Aimez-nous sur Facebook www.facebook.com/crtcfra


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :