Monique Lafontaine lors d’un événement de l’Ontario Association of Broadcasters

Discours

Monique Lafontaine, Conseillère régionale pour l’Ontario
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes

Le 7 novembre 2019
Toronto (Ontario)

Le discours prononcé fait foi

Bonjour. Nous nous trouvons aujourd’hui sur le territoire traditionnel des Premières Nations du Traité no 13. J’aimerais les remercier et rendre hommage à leurs aînés.

Je suis heureuse d’être ici avec vous aujourd’hui et d’avoir l’occasion de vous rencontrer.

Étant donné le rythme rapide des changements dans l’industrie, je crois que le thème de la conférence de cette année, « Une radiodiffusion à l’épreuve du temps », est on ne peut plus approprié. L’un des principaux défis que doivent relever les radiodiffuseurs est de trouver comment tirer avantage des technologies numériques de plus en plus perfectionnées.

Nouer des liens solides avec les auditoires est au cœur de la radiodiffusion. La façon d’établir et de maintenir ces liens et d’en tirer le maximum continuera d’évoluer à mesure que la technologie évolue.

Il est intéressant de noter que, selon les données du Rapport de surveillance des communications 2019 du CRTC, qui sera publié dans quelques semaines, les Canadiens adultes continuent de consacrer beaucoup plus de temps à établir des liens avec les radiodiffuseurs traditionnels. En moyenne, ils passent 14,6 heures par semaine à écouter des stations de radio, par rapport à 8,1 heures à l’écoute de services en ligne. L’écart est d’autant plus important en ce qui a trait au contenu télévisuel : ils consacrent 26,2 heures chaque semaine à regarder la télévision traditionnelle et 3,2 heures à regarder du contenu en ligne.

Toutefois, si nous approfondissons un peu plus notre analyse, nous constatons que les adolescents, comme vous le savez, dépendent moins des plateformes traditionnelles pour obtenir leur contenu. Les Canadiens de 12 à 17 ans consacrent 4,4 heures chaque semaine à écouter la radio et 13,9 heures à regarder la télévision.

En posant un regard sur l’avenir, le Conseil estime que le cadre législatif et réglementaire du Canada doit suivre cette évolution. Ce fut le message central de notre rapport Emboîter le pas au changement, publié l’an dernier.

Dans ce rapport, le CRTC recommande en particulier que les approches en matière de politique future :

  • soient agiles, novatrices et capables de s’adapter aux changements des technologies et des consommateurs;
  • tiennent compte du fait que tous ceux qui profitent du système de radiodiffusion canadien doivent s’impliquer de façon appropriée et équitable;
  • soient axées sur la production, la promotion et la découvrabilité de contenu canadien de grande qualité, y compris les émissions de nouvelles et d’information.

Sur le plan législatif, nous avons hâte de lire le rapport définitif et les recommandations du Groupe d’examen du cadre législatif en matière de radiodiffusion et de télécommunications. La publication du rapport est prévue pour le début de 2020.

Afin de moderniser les règlements sur la radiodiffusion, le Conseil se prépare à une instance que bon nombre d’entre vous attendez avec intérêt : un examen exhaustif de notre politique sur la radio commerciale. D’autres renseignements à ce sujet seront communiqués bientôt.

En attendant cette instance, comme le président du CRTC l’a indiqué en juin dernier, à Banff, si vous souhaitez jouir d’une plus grande souplesse, nous vous invitons à envisager également des solutions qui contribueront à l’atteinte des principaux objectifs de politique publique, tels que le soutien des artistes musicaux canadiens et l’offre d’un contenu diversifié sur les ondes.

Une autre instance qui est en cours et qui vise à renforcer notre secteur de radiodiffusion est l’élaboration conjointe d’une nouvelle politique en matière de radiodiffusion autochtone. Cette politique a été créée il y a près de trente ans et elle doit être mise à jour. D’ailleurs, des séances de mobilisation sont en cours partout au Canada.

Alors que nous nous préparons à l’avenir, je m’en voudrais de ne pas mentionner le Fonds pour la large bande du Conseil. L’objectif de ce fonds de 750 millions de dollars est que d’ici 2021, 90 % des Canadiens aient accès à des services Internet à large bande fixes offrant des vitesses de téléchargement d’au moins 50 mégabits par seconde (Mbps) et des vitesses de téléversement d’au moins 10 Mbps, en plus d’offrir une option de données illimitées. Les 10 % qui restent devraient avoir un accès semblable dès que possible au cours de la prochaine décennie.

En juin de l’année en cours, nous avons publié le premier appel de demandes ciblant les territoires ainsi que les collectivités dépendantes des satellites. Cet automne, nous lancerons un deuxième appel ouvert à toutes les régions du pays.

Une autre façon d’assurer une radiodiffusion à l’épreuve du temps est l’investissement de l’industrie dans ses talents. Le tout premier prix Inspiring Women in Broadcasting Award de l’Ontario Association of Broadcasters, remis à des femmes inspirantes dans l’industrie de la radiodiffusion, est une mesure positive et bienvenue. J’ai très hâte de travailler avec la récipiendaire du prix à titre de mentor et je tiens à féliciter l’Ontario Association of Broadcasters pour le lancement de cette importante initiative.

Le CRTC encourage également les radiodiffuseurs à accroître la représentation des femmes dans l’industrie de la production cinématographique et télévisuelle du Canada. Avec l’aide d’un comité directeur, le CRTC a tenu l’an dernier le Sommet sur les femmes dans la production. Pendant le Sommet, les présidents des principaux radiodiffuseurs du Canada ont discuté des façons de veiller à ce que les femmes aient davantage l’occasion d’occuper des rôles clés de création.

À la fin du mois de septembre, les radiodiffuseurs se sont acquittés de leur engagement d’élaborer des plans d’action, qui sont maintenant sur le site Web du CRTC. La prochaine étape vise à ce que le CRTC collabore avec de petits radiodiffuseurs indépendants de ce secteur.

Enfin, le Conseil a entamé un projet de collaboration qui promet de renforcer l’industrie grâce à des technologies de pointe. Il s’agit de la mise en place d’une surveillance numérique pour les radiodiffuseurs. Cette initiative aidera à créer une base de données sur la musique canadienne faisant autorité et à appuyer une approche moderne et plus efficace pour analyser les marchés. Le nouveau système réduira également le fardeau administratif et réglementaire qui pèse sur les radiodiffuseurs et l’organisme de réglementation. Or, nous sommes reconnaissants de la participation de nos partenaires à ce projet.

Conclusion

Toutes les nouveautés que j’ai évoquées aujourd’hui reflètent les questions complexes associées aux communications dans le monde moderne. En effet, les radiodiffuseurs et les organismes de réglementation doivent relever d’importants défis. Pour ce faire et ainsi veiller à ce que notre système soit à l’épreuve du temps, il nous faut innover, collaborer et investir dans notre effectif.

Le CRTC est prêt à travailler avec les radiodiffuseurs et les intervenants de l’industrie. J’invite donc chacun d’entre vous ainsi que vos associations de l’industrie à jouer un rôle actif, si possible, dans toutes les instances et initiatives du CRTC qui vous touchent.

Si nous poursuivons notre collaboration, je suis certaine que nous réussirons et que notre système en bénéficiera.

Merci.

Personnes-ressources

Relations avec les médias
(819) 997-9403

Renseignements généraux
(819) 997-0313
Numéro sans frais : 1 (877) 249-CRTC (2782)
Ligne ATS : (819) 994-0423
Poser une question ou déposer une plainte

Restez branché
Suivez-nous sur Twitter @CRTCfra
Aimez-nous sur Facebook www.facebook.com/crtcfra


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :