3.4 Le produit final - Votre politique sur la PI institutionnelle

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Élaborer une politique sur la PI est à la fois un art et un métier. L'art tient à la vision : comment vous percevez la PI comme un moyen de faire avancer la mission et les buts de votre institution. Le métier repose, quant à lui, sur l'identification, le tri et le repérage des questions qui vous aideront à concrétiser cette vision. Le présent guide fournit un survol des grands principes en matière d'élaboration de politiques sur la PI dans les musées et procure un cadre visant à faciliter l'ébauche de ces politiques, mais il n'existe aucune « façon absolue » d'atteindre cet objectif. C'est à vous d'opter pour l'art ou le métier.

Puisque la PI est grandement régie par la société par voie de codes édictés, la loi joue un grand rôle dans la formulation de toute politique. Tout aussi important, quoique souvent minimisé, est le rôle des valeurs institutionnelles. À titre de constantes d'une organisation, les valeurs définissent à la fois une norme de comportement et les croyances sous-jacentes d'un établissement.Note en bas de page 95 Ceux et celles qui élaborent les politiques sur la PI constatent souvent que les points qui les contrecarrent le plus ne sont pas les aspects légaux (qui sont habituellement traités par une interprétation des règles du droit) mais les aspects déontologiques, qui exigent souvent une « introspection institutionnelle » [Traduction libre] et poussent une organisation à examiner les bases mêmes de ses croyances et de ses codes d'éthique.

Dans un exposé sur le rôle des valeurs dans la politique sur la PI d'un muséeNote en bas de page 96, Mme Rachelle Browne de l'institut Smithsonian (Smithsonian Institution) a exploré la complexité de l'exercice visant à identifier les sources de valeurs fondamentales d'une institution. Elle a noté des cas où des musées pouvaient avoir des bases juridiques à partir desquelles choisir une trajectoire particulière, mais rejetaient la position légale et la qualifiaient de « peu sûre » [Traduction libre] étant donné qu'elle compromettait les liens entre le musée et ses collectivités, contredisait sa mission et son objectif, ou n'étayait nullement ses activités. En partant de positions prônées dans les dix commandements ( « tu ne voleras pas »), les règles d'or ( « fais aux autres ce que tu voudrais que l'on te fasse ») et la sagesse populaire (« fais-toi de nouveaux mais, mais n'oublie pas les anciens »), Browne a insisté sur le fait que les « enjeux légaux ne devraient pas constituer la seule lentille permettant à un musée de concentrer sa politique sur la PI » [Traduction libre]. Les valeurs et les codes d'éthique jouent un rôle d'importance égale, et sont - en fin de compte - responsables de traduire l'essence et les visées de toute politique.

Coordonnées pour cette page Web

Ce document est publié par le Réseau canadien d’information sur le patrimoine (RCIP). Pour fournir des commentaires ou des questions à ce sujet, veuillez communiquer directement avec le RCIP. Pour trouver d’autres ressources en ligne destinées aux professionnels de musées, visitez la page d'accueil du RCIP ou la page Muséologie et conservation sur Canada.ca.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :