Huile de caméline

Information sur les aliments nouveaux - Huile de caméline

En janvier 2010, Santé Canada a avisé Canpressco Products Inc., située à Midale en Saskatchewan, qu'il ne s'opposait pas à l'utilisation de l'huile de caméline pressée à froid comme ingrédient alimentaire. Le Ministère a réalisé une évaluation approfondie de l'huile de caméline conformément à ses Lignes directrices sur l'évaluation de l'innocuité des aliments nouveaux. Ces lignes directrices sont fondées sur des principes acceptés internationalement pour l'établissement de l'innocuité des aliments à caractères nouveaux.

Contexte

Le texte qui suit résume l'avis que Canpressco Products Inc. a fourni à Santé Canada ainsi que l'évaluation de Santé Canada; il ne contient aucun renseignement commercial confidentiel.

1. Introduction

L'huile de caméline est extraite de la plante oléagineuse Camelina sativa. Culture ancienne appartenant à la famille des Brassicaceae, Camelina sativa est un oléagineux indigène de l'Europe du Nord et de l'Asie centrale. Cultivée et consommée en Europe jusque dans les années 1940, elle a depuis été abandonnée au profit de variétés procurant un meilleur rendement. Elle est actuellement cultivée au Canada, aux États-Unis, en Slovénie et en Italie. Cependant, à l'échelle mondiale, sa culture n'occupe qu'une superficie limitée.

L'huile de caméline peut être utilisée pour la cuisson, dans les sauces pour salade, les produits à tartiner et les margarines. Bien qu'elle supporte les températures de friture, il est déconseillé de la soumettre à la chaleur pendant de longues périodes. Riche en gras oméga-3 et oméga-6 ainsi qu'en vitamine E, elle constitue une huile de choix pour les sauces pour salade et les margarines.

2. Nutrition

L'huile de caméline est principalement insaturée (> 90 %) et riche en oméga-3 et en oméga-6. Sa teneur totale en acides gras oméga-3 atteint environ 39 % (dont 38 % d'acide alpha-linolénique). Au total, elle contient environ 18 % d'acides gras oméga-6 (dont 17 % d'acide linoléique). Sa teneur en acide (Z)-docos-13-énoïque est inférieure à 5 %, soit la teneur maximale permise dans les huiles à cuisson et à salade, dans les margarines, le shortening ou les aliments qui rappellent la margarine ou le shortening selon l'article B.09.022 du Règlement sur les aliments et drogues.

La liste des autres lipides qu'elle contient figure ci-dessous :

Tableau 1: Le profil des acids gras de l'huile de caméline
Lipides (en pourcentage des lipides totaux) Huile de caméline
Lipides saturés 7,9
Lipides monoinsaturés
  • Acide oléique
  • Acide eicosénoique
34,7

16,7
16,1
Lipides polyinsaturés
  • Acide linoléique
  • Acide alpha-linolénique
57,4

16,9
38,1

3. Exposition alimentaire

L'estimation des apports alimentaires a été réalisée afin de déterminer l'exposition potentielle de la population canadienne à l'huile de caméline. On a estimé que l'huile de caméline serait ajoutée aux huiles comestibles (margarines, produits à tartiner et huiles à salade) en une teneur approximative de 5 %. Par exemple, l'huile de palme pourrait contenir 5 % d'huile de caméline. Dans ce cas, au Canada, l'exposition à l'huile de caméline serait faible, soit de moins d'un gramme par jour par personne.

4. Évaluation toxicologique

La méthode de pressage à froid utilisée pour la production de l'huile de caméline ne laisse qu'une faible quantité de protéines dans le produit fini (< 300 mg de protéines/100 g d'huile). Puisque la caméline cultivée est apparentée à la moutarde, un allergène alimentaire connu, il est possible que sa consommation provoque une réaction chez les personnes allergiques à la moutarde. Aucun cas de réaction allergique provoquée par la consommation d'huile de caméline n'a été signalé. Le pétitionnaire a été informé que si de tels cas lui étaient signalés, il devrait en informer Santé Canada.

Les graines de caméline contiennent des inhibiteurs de la trypsine, lesquels peuvent compromettre l'activité de cette enzyme nécessaire à la digestion des protéines.  Cependant, puisqu'elle ne contient qu'une petite quantité de protéines, l'apport alimentaire potentiel en inhibiteurs de la trypsine par l'huile de caméline serait négligeable. Ainsi, la preuve fournie par le pétitionnaire appuie la position selon laquelle le danger que comportent les inhibiteurs de la trypsine est mineur.

Les graines de caméline contiennent aussi des glucosinolates, des composés toxiques présents dans les plantes du genre Brassica, lesquels peuvent être convertis en isothiocyanates et en d'autres composés susceptibles d'altérer la fonction thyroïdienne. Selon la preuve présentée par le pétitionnaire démontrant que l'huile ne contient qu'une faible quantité de protéines, le danger que comporte la présence de glucosinolates dans l'huile de caméline est négligeable.

Selon la preuve fournie, aucune préoccupation n'a été soulevée dans les conclusions de l'évaluation toxicologique de l'huile de caméline.

5. Évaluation chimique

La méthode de pressage à froid ne devrait pas entraîner la présence de résidus chimiques dans l'huile de caméline. Les résultats déposés des analyses chimiques (métaux lourds, indice de peroxyde) de l'huile de caméline étaient acceptables. L'indice d'iode n'a pas été communiqué, mais cette donnée relève plutôt d'une qualité que d'un paramètre d'innocuité. Toutes les données présentées ont démontré que le produit final est sans danger et ne suscite aucune préoccupation en matière d'innocuité.

6. Microbiologie

Les spécifications microbiologiques n'étaient pas requises, car généralement, les propriétés physico-chimiques des huiles végétales ne favorisent pas la croissance de microflore.

7. Étiquetage

Santé Canada et l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) se partagent les responsabilités à l'égard des exigences d'étiquetage des aliments. Santé Canada est responsable de l'élaboration de politiques et de l'établissement de normes aux termes de la Loi sur les aliments et drogues et de son règlement d'application, alors que l'ACIA veille au respect de ces mesures. De plus, l'ACIA administre et applique les aspects de la Loi sur les aliments et drogues et de la Loi sur l'emballage et l'étiquetage des produits de consommation qui font en sorte que l'étiquette soit compréhensible, véridique et non trompeuse.

Lorsqu'elle compte au nombre des ingrédients d'aliments (sauce pour salade, margarine), l'huile de caméline doit faire partie des lipides déclarés dans le tableau de la valeur nutritive. Huile de caméline la désignera dans la liste des ingrédients. Canpressco a été informée qu'elle doit communiquer avec l'ACIA afin de résoudre les questions relatives au nom usuel de la substance et à l'étiquetage des produits contenant de l'huile de caméline. L'entreprise a aussi été informée qu'elle doit communiquer avec la Division des aliments des animaux de l'ACIA afin d'obtenir plus de renseignements sur la façon d'obtenir l'autorisation d'utiliser les sous-produits de l'huile de caméline comme aliments du bétail.

Conclusion

L'étude des renseignements présentés à l'appui de l'utilisation de l'huile de caméline à titre d'aliment a permis à Santé Canada de conclure qu'elle ne suscite aucune préoccupation relative à l'innocuité des aliments. Santé Canada n'oppose aucune objection à l'utilisation de l'huile de caméline pressée à froid comme ingrédient alimentaire. Il convient de noter qu'il est interdit d'ajouter de l'huile de caméline aux aliments faisant l'objet d'une norme en vertu du Règlement sur les aliments et drogues à moins que la norme prévoie l'adjonction d'huile végétale. Veiller à ce que son produit soit en tout temps conforme à toutes les exigences légales et réglementaires relève de la responsabilité du fabricant.

Le présent document d'information sur des aliments nouveaux résume l'avis donné sur le produit visé par la Direction des aliments, Direction générale des produits de santé et des aliments, Santé Canada. Cet avis est fondé sur l'analyse détaillée des renseignements fournis par le pétitionnaire conformément aux Lignes directrices relatives à l'évaluation de l'innocuité des aliments nouveaux.

(Also available in English)

Pour obtenir plus de renseignements, prière de communiquer avec :

Bureau de la biotechnologie alimentaire
Direction des aliments
Direction générale des produits de santé et des aliments
Santé Canada
Pré Tunney
Ottawa (Ontario) K1A 0L2

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :