Information sur les aliments nouveaux - Jus de fruits bruts soumis au traitement à ultra-haute pression

Santé Canada a notifié A. Lassonde inc. qu'il ne s'oppose pas à l'utilisation à des fins alimentaires de jus de fruits bruts soumis au traitement à ultra-haute-pression. Le Ministère a réalisé une évaluation approfondie de ces produits alimentaires traités à ultra-haute pression conformément aux Lignes directrices sur l'évaluation de l'innocuité des aliments nouveaux. Ces lignes directrices sont fondées sur les principes admis internationalement de l'établissement de l'innocuité d'aliments comportant des caractères nouveaux.

Contexte :

Le texte qui suit résume l'avis remis par A. Lassonde Inc. à Santé Canada ainsi que l'évaluation que le Ministère en a faite. Il ne contient aucun renseignement commercial confidentiel.

1. Introduction

Le présent document d'information sur les aliments nouveaux a été préparé pour résumer l'avis sur les produits visés de la Direction des aliments, Direction générale des produits de santé et des aliments, Santé Canada. Cet avis est fondé sur l'analyse détaillée des renseignements fournis par le requérant, conformément aux Lignes directrices relatives à l'évaluation de l'innocuité des aliments nouveaux.

Le requérant a l'intention de produire des jus de fruits bruts soumis au traitement par ultra-haute pression contenant un ou plusieurs des ingrédients suivants : des pommes, des oranges, des canneberges et des bleuets. L'objectif du traitement à ultra-haute pression consiste à prolonger la durée de conservation au réfrigérateur des produits traités. Avant d'y être soumis pendant un cycle de 1 minute à 80 000 lb/po2 ou 550 MPa, les jus de fruits bruts seront emballés dans des bouteilles de poly(téréphtalate d'éthylène) (PET).

Au cas où ce cycle de traitement devrait être interrompu, le requérant sollicite l'autorisation de traiter son produit pendant une période cumulative pouvant atteindre 9 minutes, ce qui permettrait le redémarrage du traitement par ultra-haute pression.

Comme le processus initial de fabrication de jus de fruits bruts ne comporte pas de traitement de létalité (c.-à-d., l'exposition à la chaleur), la salubrité de ces jus traités par ultra-haute pression ne repose que sur un traitement assainissant des matières brutes, le traitement par ultra-haute pression lui-même et les conditions de stockage (p. ex., la réfrigération).

L'évaluation menée par la Direction des aliments a porté sur l'ajout envisagé du traitement à ultra-haute pression au processus de fabrication initial, la comparaison entre la composition nutritionnelle des jus traités et celle des jus non traités, la possibilité que le traitement donne lieu à l'apparition de composés toxiques dans les produits et l'innocuité microbiologique des produits finis traités par ultra-haute pression. A. Lassonde a fourni les justifications scientifiques montrant que la consommation de ces jus de fruits bruts traités à 80 000 lb/po2 ou 550 MPa pendant au moins 1 minute et au plus 9 minutes ne comporte pas davantage de danger que celle des produits équivalents non traités.

La Direction des aliments assume la responsabilité imposée par la loi de l'évaluation préalable à la mise en marché des aliments et des ingrédients alimentaires nouveaux, et la responsabilité en question est exposée en détail au titre 28 du Règlement sur les aliments et drogues. Les jus de fruits bruts traités à ultra-haute pression sont considérés comme des aliments nouveaux en vertu de la partie suivante de leur définition :

« b) ... un aliment qui a été fabriqué, préparé, conservé ou emballé au moyen d'un procédé qui :

  1. n'a pas été appliqué auparavant à l'aliment,
  2. fait subir à l'aliment un changement majeur; »

2. Mise au point de l'aliment nouveau

A. Lassonde inc. a communiqué de l'information décrivant l'incidence du traitement à ultra-haute pression sur la composition nutritionnelle et l'innocuité microbiologique ainsi que toxicologique des produits traités.

Les justifications scientifiques à l'appui de l'innocuité nutritionnelle et toxicologique des jus de fruits bruts traités par ultra-haute pression à 80 000 lb/po2 ou 550 MPa pendant 9 minutes au maximum ont été fournies. Les données microbiologiques présentées ne concernaient que les produits finis soumis à 80 000 lb/po2 ou 550 MPa pendant 1 minute, en alléguant que la prolongation du traitement ne peut nuire à leur innocuité microbiologique. Cette justification s'est révélée acceptable pour les évaluateurs.

3. Exposition alimentaire

Les jus de fruits bruts soumis au traitement par ultra-haute pression devraient être consommés à la même fréquence et en même quantité que le sont les jus de fruits bruts non traités.

4. Chimie

L'innocuité de tous les matériaux d'emballage est régie en vertu du titre 23 de la partie B du Règlement sur les aliments et drogues. Le fabricant est en tout temps responsable de veiller à ce que les matériaux d'emballage de ses produits soient acceptables pour l'utilisation visée. Une liste de tous les matériaux d'emballage (y compris ceux conviennent au traitement à ultra-haute pression) dont l'utilisation dans les établissements enregistrés auprès du gouvernement fédéral est acceptée par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) est  consultable sur son site Web.

Afin de démontrer que l'utilisation des matériaux dans lesquels les jus de fruits bruts traités par ultra-haute pression sont emballés est acceptable, le requérant a fourni une lettre de non-opposition datée du 15 avril 2014 qui lui a été adressée par le Bureau d'innocuité des produits chimiques. La lettre indique que le Bureau ne s'oppose pas à l'utilisation de bouteilles de PET Ind Lass soumises pendant 9 minutes au maximum à une pression pouvant atteindre 87 000 lb/po2 ou 600 MPa.

5. Microbiologie

Le requérant a fourni des données montrant l'innocuité microbiologique de ses jus de fruits bruts traités à ultra-haute pression par rapport aux spécifications microbiologiques suivantes : une numération des microorganismes aérobies totaux, des levures et des moisissures de moins de 106 unités formatrices de colonies (UFC)/g et des coliformes, de moins de 10 UFC/g. Le requérant a présenté les données au sujet de trois lots de trois jus différents traités à ultra-haute pression (c.-à-d., d'oranges, de bleuets et de canneberges) afin de montrer que ses produits respectent les spécifications avec constance. Les méthodes microbiologiques appliquées pour l'analyse des jus traités à ultra-haute pression figurent dans les Méthodes de la DGPS pour l'analyse microbiologique des aliments (MFHPB-18, Numération des colonies aérobies dans les aliments, MFHPB-22, Dénombrement des levures et des moisissures dans les aliments et MFHPB-34, Dénombrement des Escherichia coli et des coliformes dans des produits et des ingrédients alimentaires au moyen de plaques de dénombrement des E. coli PetrifilmMD 3MMD) de Santé Canada.

Selon les données fournies, le requérant a prouvé que ces jus de fruits bruts traités à ultra-haute pression ne comportent pas davantage de dangers microbiologiques que les produits équivalents qui ne le sont pas. Par conséquent, le Bureau des dangers microbiens ne s'oppose pas à l'utilisation à des fins alimentaires de ces produits traités à ultra-haute pression.

6. Nutrition

Le requérant a présenté des données publiées par Gebhardt et coll. (1982) et Mattick et Moyer (1983) de même qu'issues du Fichier canadien sur les éléments nutritifs et de la Nutrient Database de l'USDA. Les teneurs des jus de fruits à l'étude en certains de leurs composants majeurs et mineurs y sont comparées, mais sans que le soient celles de toutes leurs substances d'importance sur le plan nutritionnel. Par exemple, dans la comparaison des produits à base de fruits et de légumes présentée par le requérant, les minéraux comptaient parmi leurs constituants mineurs et les vitamines étaient absentes.

Selon les renseignements à l'appui recueillis dans la documentation scientifique présentés par le requérant et une recherche documentaire réalisée par le Bureau des sciences de la nutrition, en règle générale, le traitement à ultra-haute pression à 80 000 lb/po2 ou 550 MPa pendant 9 minutes au maximum ne suscite aucune préoccupation nutritionnelle chez les évaluateurs du domaine.

7. Toxicologie

L'eau mise à part, constituant de 80 à 90 % des jus, leurs principaux composants sont des glucides, soit principalement des sucres (comptant pour environ 11 à 13 % de ces boissons). Or, le traitement à ultra-haute pression ne porte pas atteinte aux plus abondants de ceux-ci (le sucrose, le fructose et le glucose). En outre, ses effets sur les autres composants des jus, par exemple l'acide citrique et l'acide ascorbique, sont moindres que ceux produits par le traitement thermique. Selon l'information d'autres sources examinée par la Section de l'évaluation toxicologique préalable à la mise en marché (SETMP), le traitement à ultra-haute pression n'oxyde pas les lipides contenus dans les avocats pas d'avantage qu'il n'agit sur le pH de la salsa à base de tomates. Par rapport au traitement thermique, le traitement à ultra-haute pression réduit la formation des produits issus de la réaction de Maillard, particulièrement des furanes. Les petites molécules dans les fruits et les légumes, par exemple des acides organiques, des vitamines, des pigments et des composés aromatiques, sont liées par covalence et ne sont généralement pas modifiées par le traitement à ultra-haute pression.

Pour les motifs exposés ci-dessus, le traitement à ultra-haute pression standard ne suscite pas de préoccupations chez les évaluateurs toxicologiques. En effet, ils ont approuvé l'utilisation à des fins alimentaires d'une gamme de produits à base de fruits et de légumes traités à 87 000 lb/po2 ou 600 MPa pendant au moins 2 minutes et au plus 9 minutes. Ainsi, la proposition du requérant de recourir à un traitement moins intensif, soit à 80 000 lb/po2 ou 550 MPa pendant 1 minute, se révèle encore moins préoccupante sur le plan toxicologique.

8. Étiquetage

L'exposition au traitement à ultra-haute pression, soit à 80 000 lb/po2 ou 550 MPa pendant 9 minutes au maximum n'exerce pas d'effet important sur la composition des aliments qui y sont soumis; elle n'a pas davantage suscité de préoccupations en matière d'innocuité des jus de fruits bruts. Dans ces conditions, des exigences d'étiquetage particulières n'ont pas à être imposées.

Conclusion :

Selon l'examen par Santé Canada des renseignements présentés à l'appui de l'utilisation à des fins alimentaires de jus de fruits bruts (de pommes, d'oranges, de canneberges, de bleuets ou de tout mélange de ces fruits) traités à 80 000 lb/po2 ou 550 MPa pendant 1 minute au minimum et 9 minutes au maximum n'a pas causé d'inquiétudes sur le plan de l'innocuité des aliments. Santé Canada est d'avis que les produits alimentaires soumis à ultra-haute pression offerts sur le marché canadien ne comportent pas davantage de danger que les produits équivalents qui ne le sont pas.

Cette opinion ne vise que le caractère approprié de la vente de ces produits traités à ultra-haute pression. Il incombe au fabricant ou à l'importateur de veiller en tout temps à ce que leurs produits soient conformes à toutes les exigences légales et réglementaires. Dans le but de veiller à l'innocuité et à l'intégrité de tous les aliments offerts sur le marché canadien, tout renseignement inédit relatif à ces produits indiquant une incidence éventuelle sur la santé et la sécurité doit être communiqué à Santé Canada aux fins d'un examen. La vente d'un aliment qui comporte un risque pour la santé des consommateurs enfreindrait les dispositions de la Loi sur les aliments et drogues.

Le présent document sur les aliments nouveaux résume l'avis sur le produit visé par la Direction des aliments, Direction générale des produits de santé et des aliments, Santé Canada. Cet avis est fondé sur l'analyse détaillée des renseignements fournis par le requérant, conformément aux Lignes directrices relatives à l'évaluation de l'innocuité des aliments nouveaux.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez communiquer avec :

Section des aliments nouveaux
Direction des aliments
Direction générale des produits de santé et des aliments
Santé Canada, IA 2204A1
251, promenade Sir Frederick Banting
Ottawa (Ontario) K1A 0K9
novelfoods-alimentsnouveaux@hc-sc.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :