ARCHIVÉE - Information: L'évaluation de l'innocuité du maïs génétiquement modifié

Avril 1997

À la lumière d'un examen approfondi de la question, Santé Canada a déterminé qu'il n'existe aucune différence entre la composition et la valeur nutritive du maïs génétiquement modifié en vue de lui conférer une résistance à certains insectes nuisibles et celles d'autres variétés disponibles sur le marché et que, par conséquent, il peut être utilisé comme aliment. Le Ministère a donc informé Ciba Seeds qu'il ne s'oppose pas à la commercialisation de cette variété de maïs au Canada.

La modification génétique de ce maïs permet de le protéger contre certains insectes nuisibles, notamment la pyrale du maïs, un des principaux fléaux de la culture du maïs.

Ciba Seeds a synthétisé un gène, le gène Bt, qui renferme une forme tronquée d'une protéine antiparasitaire de la sous-espèce kurstaki (B.t.k.) de Bacillus thuringiensis . Le gène permet aux plants de maïs de produire cette protéine antiparasitaire dans les feuilles et le pollen dont se nourrissent les larves de la pyrale du maïs. À l'instar des protéines de B.t.k. qu'on retrouve dans la nature et dans les produits antiparasitaires dérivés de B.t.k., cette protéine tue les larves qui l'ingèrent. Cette découverte permet aux producteurs de réduire leur utilisation de produits antiparasitaires qui peuvent laisser des résidus chimiques dans l'environnement et sur les plants de maïs.

Le fabricant a aussi introduit un second gène qui permet la sécrétion de phosphinothricine-acétyltransférase. Cette protéine est un enzyme qui, en sa qualité de marqueur biologique, permet aux chercheurs d'identifier les plants génétiquement modifiés.

La protéine antiparasitaire est produite en très faibles quantités dans les feuilles et le pollen des plants de maïs. Dans la plupart des autres tissus de la plante, y compris les grains, les niveaux de protéine sont à peine décelables. Les chercheurs prévoient que la protéine antiparasitaire et la phosphinothricine-acétyltransférase seront détruites durant le conditionnement du maïs. Des études sur la digestion du produit ont démontré que, même si les protéines survivaient au conditionnement, elles seraient digérées comme des protéines alimentaires. Des études sur la toxicité aiguë chez les souris et les oiseaux n'ont révélé aucun effet provenant de l'une ou l'autre des protéines. La comparaison entre le maïs résistant aux insectes et d'autres variétés disponibles dans le commerce n'a indiqué aucune différence dans la concentration ou la biodisponibilité des nutriments.

Santé Canada a mené son évaluation du maïs résistant aux insectes conformément aux Lignes directrices relatives à l'évaluation de l'innocuité des aliments nouveaux (septembre 1994). Ces lignes directrices sont

- 2 -

fondées sur les principes acceptés à l'échelle internationale pour établir l'innocuité des aliments issus d'organismes génétiquement modifiés. Elles ont été élaborées en consultation avec d'autres organismes gouvernementaux, des consommateurs et des représentants de l'industrie.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :