ARCHIVÉE - Lignées de canola 23-198, 23-18-17 à forte teneur en acide laurique

DA/BBA-096-100-A
Octobre 1999


Santé Canada a prévenu Calgene Inc. que le Ministère ne s'oppose pas à l'utilisation alimentaire des lignées 23-198 et 23-18-17 de canola transgénique, que l'on a mises au point pour produire de l'huile à forte teneur en acide laurique. Le Ministère a effectué une évaluation détaillée des lignées 23-198 et 23-18-17 conformément à ses Lignes directrices relatives à l'évaluation de l'innocuité des aliments nouveaux (septembre 1994). Ces lignes directrices sont fondées sur des principes internationaux d'évaluation de l'innocuité des aliments dérivés d'organismes modifiés génétiquement.

Contexte :

Le texte qui suit résume l'avis que Calgene Inc. a donné à Santé Canada et ne contient aucun renseignement commercial confidentiel.

1. Introduction

On a mis au point les lignées de canola (Brassica napus) 23-198 et 23-18-17 par modification génétique spécifique afin de produire une huile à forte teneur en acide laurique. On a mis au point des variétés nouvelles qui proviennent de la variété de canola 212/86 en introduisant un gène du laurier de la Californie, dont les feuilles constituent une autre source de «laurier», épice commerciale tirée du Laurus nobilis. Le gène introduit code une thioestérase, enzyme active dans la voie de biosynthèse des acides gras de la graine en développement qui entraîne l'accumulation de triacylglycérides contenant de l'acide laurique estérifié (12:0) et, à un degré moindre, de l'acide myristique (14:0). Dans l'huile transformée provenant de ces variétés nouvelles, le niveau d'acide laurique ressemble à celui que contiennent l'huile de palmiste et l'huile de noix de coco.

2. Mise au point de la plante modifiée

On a créé les lignées 23-198 et 23-18-17 par transformation provoquée par l'Agrobacterium au cours de laquelle l'ADN de transfert (ADN-T) contenait le gène codant l'enzyme 12:0 ACP thioestérase (TE de laurier) provenant du laurier de Californie (Umbellularia californica). L'ADN-T contenait en outre des séquences codant la néomycine phosphotransférase II (NPTII), une enzyme. On a utilisé l'expression de l'activité de la NPTII comme caractéristique sélectible pour analyser les plantes transformées afin d'y détecter la présence du gène TE de laurier. Aucune autre séquence d'ADN traductible n'a été incorporée au génome de la plante. Les données provenant de plusieurs générations de rétrocroisements démontrent la stabilité héréditaire du gène codant l'ACP thioestérase.

3. Information concernant le produit

L'expression du gène TE du laurier a été limitée à la mise au point de graines puisque la transcription du promoteur est limitée à la période de maturation de la graine. La technique d'analyse Western a permis de suivre l'expression de la TE du laurier pendant la maturation de la graine et la TE n'a été détectable que dans des échantillons de graines à mi-chemin de la maturité, à un niveau de 0,015 % de la protéine totale. On a trouvé la protéine exprimée, NPTII, dans les graines et d'autres tissus du canola transgénique et l'on a considéré que sa présence n'avait aucune signification quant au risque pour la santé humaine attribuable à l'exposition. L'huile de canola comestible raffinée ne contient pas de protéine détectable et est constituée de glycosides purifiés. On n'a pas trouvé de protéine TE de laurier détectable dans les échantillons d'huile raffinée à un seuil de détection de 0,05 ppm. Outre les caractéristiques que constituent la teneur importante en acide laurique et, à un degré moindre, la teneur en acide myristique de l'huile de graines, les caractéristiques relatives à la maladie, aux parasites et à l'agronomie des lignées 23-198 et 23-18-17 de canola étaient comparables à celles d'autres variétés de canola disponibles sur le marché.

4. Exposition alimentaire

L'huile raffinée est le seul produit du canola consommé par les êtres humains. La présence d'acide laurique dans cette huile permettra de l'utiliser pour remplacer d'autres huiles à l'acide laurique comme l'huile de noix de coco et l'huile de palmiste dans des produits comme les garnitures de confiserie, margarines, tartinades, shortenings et huiles à frire commerciales. Elle remplacera aussi le beurre de cacao, le saindoux, le gras de bœuf, l'huile de palme et les huiles de tournesol, de carthame, d'arachides, de graines de coton, de maïs et de soya partiellement ou entièrement hydrogénées. On ne prévoit pas que les quantités totales d'acides gras saturés et insaturés contenus dans des produits comportant cet acide laurique qui contient de l'huile de canola différeront des valeurs courantes.

5. Nutrition

La composition modifiée en acides gras de l'huile tirée des lignées 23-198 et 23-18-17 de canola transgénique ne pose pas de préoccupations nutritionnelles quant à l'utilisation prévue de l'huile en cause. L'analyse des niveaux d'acide érucique, de tocophérols et de stérols n'a pas révélé de différences importantes par rapport aux quantités respectives de ces composés dans d'autres huiles de canola disponibles sur le marché. La consommation de produits contenant cette huile n'aura pas d'incidence importante sur la qualité nutritive de l'approvisionnement en aliments au Canada.

6. Innocuité

Comme seule l'huile transformée provenant des lignées 23-198 et 23-18-17, ou de lignées dérivées de celles-ci, sera disponible pour la consommation humaine et comme la transformation élimine les matières protéiques, ce produit ne pose pas de préoccupations supplémentaires quant à sa toxicité ou à son allergénicité.

Conclusion :

Après avoir étudié les renseignements présentés à l'appui de l'utilisation alimentaire des lignées 23-198 et 23-18-17 de canola à forte teneur en acide laurique, Santé Canada a conclu que ces lignées ne posent aucune préoccupation en ce qui concerne l'innocuité. Santé Canada est d'avis que l'huile raffinée provenant des lignées 23-198 et 23-18-17 de canola est aussi sécuritaire et nutritive que celle qui provient des variétés de canola actuellement disponibles sur le marché.

L'avis de Santé Canada ne porte que sur l'utilisation alimentaire des lignées de canola à forte teneur en acide laurique. Les processus réglementaires en vigueur à l'Agence canadienne d'inspection des aliments s'appliquent aux enjeux liés à la production de lignées de canola à forte teneur en acide laurique au Canada et à leur utilisation comme provende.


Le présent document d'information sur des aliments nouveaux résume l'avis donné sur le produit visé par la Direction des aliments, Direction générale de la protection de la santé, Santé Canada. Cet avis est fondé sur l'analyse détaillée des renseignements fournis par le pétitionnaire conformément aux Lignes directrices relatives à l'évaluation de l'innocuité des aliments nouveaux.

Pour obtenir plus de renseignements, prière de communiquer avec :

Bureau de la biotechnologie alimentaire
Direction des aliments
Direction générale de la protection de la santé
Santé Canada
Parc Tunney
Ottawa (Ontario) K1A 0L2
Téléphone : (613) 941-5535
Télécopieur : (613) 952-6400

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :