ARCHIVÉE - Nouveau système d'hybridation du maïs (MS3)

FD/OFB-97-10
Novembre, 1997

Information sur des aliments nouveaux - Biotechnologie alimentaire

Santé Canada a prévenu Plant Genetics Systems (Canada) Inc. que le Ministère ne s'oppose pas à l'utilisation alimentaire du maïs provenant d'un nouveau système d'hybridation fondé sur la stérilité mâle (MS3) mis au point par modification génétique. Le Ministère a effectué une évaluation détaillée du système MS3 conformément à ses Lignes directrices relatives à l'évaluation de l'innocuité des aliments nouveaux (septembre 1994). Ces lignes directrices sont fondées sur des principes internationaux d'évaluation de l'innocuité des aliments provenant d'organismes modifiés génétiquement.

Contexte :

Le texte qui suit résume l'avis que Plant Genetics Systems (Canada) Inc. a donné à santé Canada et ne contient aucun renseignement commercial confidentiel.

1. Introduction

Plant Genetics Systems N.V. a mis au point un nouveau système d'hybridation du maïs (Zea mays) en utilisant une souche dont le mâle est stérile et ne produit donc pas de pollen. Le croisement des plantes dont le mâle est stérile avec une souche fertile produit des plantes hybrides qui donnent des rendements plus élevés que les variétés conventionnelles. Ce système d'hybridation entraîne aussi une tolérance au glufosinate d'ammonium, herbicide non sélectif qui est l'ingrédient actif de l'herbicide Liberty, ce qui facilite le maintien de la souche dont le mâle est stérile et la femelle est parente.

2. Mise au point de la plante modifiée

On a produit le transformant MS3 en transformant un cultivar de maïs pour y introduire de l'ADN contenant le gène barnase tiré du Bacillus amyloliquefaciens, bactérie répandue dans le sol, et un gène bar, tiré du Streptomyces hygroscopicus, microorganisme répandu dans le sol.

Le gène barnase introduit encode une enzyme, la ribonucléase (RNAse), et est relié à un promoteur spécifique à l'anthère qui dirige l'expression du gène vers l'anthère de la fleur où le pollen est produit. Le gène bar introduit encode la phosphinothricine acétyltransférase (PAT), une enzyme. L'ADN introduit inclut en outre le gène barstar provenant du B. amyloliquefaciens qui encode un inhibiteur spécifique de la RNAse encodé par le gène barnase introduit. Le gène barstar est contrôlé par les signaux d'expression bactérienne et n'est donc pas fonctionnel dans les végétaux. Il est toutefois nécessaire pour empêcher la RNAse de perturber le développement des bactéries où l'ADN introduit a été préparé. Les gènes bla et cat aussi inclus sur l'ADN introduit sont contrôlés par les signaux d'expression bactérienne. Ces gènes encodent la résistance à l'ampicilline et au chloramphénicol respectivement, des antibiotiques, et ont été inclus comme marqueurs sélectibles du développement de l'ADN introduit dans les bactéries. Aucun de ces gènes marqueurs sélectibles n'est fonctionnel dans les végétaux.

3. Information concernant le produit

L'expression du gène barnase introduit dans les plants de maïs MS3 entraîne l'expression de la RNAse qui perturbe le développement cellulaire en affectant l'ARN cellulaire. Lorsqu'elle est exprimée dans l'anthère par l'effet du promoteur spécifique, cette enzyme perturbe le développement du pollen. L'inhibition du développement du pollen rend stérile la partie mâle du végétal mais garde les parties femelles des fleurs. L'enzyme PAT exprimée, qui est issue du gène bar introduit, agit en médiateur du métabolisme rapide du glufosinate d'ammonium, ce qui permet aux végétaux de tolérer l'herbicide. On a établi la séquence des gènes introduits et leurs fonctions sont bien définies. Des analyses moléculaires détaillées ont démontré que l'expression des gènes introduits est limitée aux feuilles et aux fleurs des végétaux et qu'on ne peut déceler aucune expression dans les graines. Le maïs MS3 ne diffère du maïs non transgénique que par l'insertion de cinq nouveaux gènes, soit barnase, barstar, bar, bla et cat, et par l'expression de deux nouvelles protéines, RNAse et PAT. Comme on l'a signalé, les gènes barstar, bla et cat ne sont pas fonctionnels dans les végétaux et ne produisent pas de protéines.

4. Exposition alimentaire

Le grain d'hybrides dérivé du maïs MS3 sert principalement dans les provendes. Ce maïs cultivé peut toutefois être transformé par mouture sèche ou humide en divers produits du maïs destinés à l'alimentation des êtres humains. Les utilisations, dans les aliments destinés à la consommation humaine, des grains d'hybrides ne devraient pas différer des utilisations qui sont faites des variétés de maïs cultivé non transgénique. C'est pourquoi l'exposition alimentaire des canadiens aux grains hybrides de maïs dérivé du MS3 ne différera pas de l'exposition à d'autres variétés de maïs cultivé disponibles sur le marché.

De plus, comme aucune des protéines introduites n'est détectée dans le grain de maïs, il n'y aura aucune exposition alimentaire à ces protéines.

5. Nutrition

On a comparé la composition du grain provenant du maïs hybride dérivé de la souche MS3 à celle du grain provenant de maïs non transgénique. On a comparé des paramètres (humidité, fibres, protéines grasses, cendres, amidon, huile, acides gras et acides aminés) sans observer de différences significatives. L'utilisation de grains d'hybrides de maïs dérivé du MS3 n'aurait donc aucune incidence significative sur la qualité nutritive de l'approvisionnement en aliments du Canada.

Conclusion :

Après avoir examiné les renseignements présentés pour appuyer l'utilisation alimentaire du grain provenant du nouveau système d'hybridation du maïs fondé sur la stérilité mâle (MS3), Santé Canada a conclu que ce maïs ne pose aucune préoccupation en ce qui concerne l'innocuité. Santé Canada est d'avis que le grain tiré du maïs hybride dérivé du MS3 est aussi sûr et nutritif que les variétés de maïs offertes actuellement sur le marché.

L'avis de Santé Canada ne porte que sur l'utilisation, dans l'alimentation, du grain provenant du nouveau système d'hybridation du maïs fondé sur la stérilité mâle (MS3). Les processus réglementaires en vigueur à l'Agence canadienne d'inspection des aliments ont été appliqués aux enjeux qui ont trait à la production de MS3 et d'hybrides dérivés du MS3 au Canada et à leur utilisation comme provendes.


Ce document d'information sur des aliments nouveaux vise à résumer les avis qui ont trait au produit en question et proviennent de la Direction des aliments, Direction générale de la protection de la santé, Santé Canada. Cet avis est fondé sur l'analyse détaillée des renseignements présentés par le pétitionnaire conformément aux Lignes directrices relatives à l'évaluation de l'innocuité des aliments nouveaux.

Pour information:

Section, biotechnologie alimentaire
Direction des aliments
Direction générale de la protection de la santé
Santé Canada
Pré Tunney
Ottawa, Ontario K1A 0L2
Téléphone :(613) 952-5137
Télécopieur : (613) 952-6400

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :