Résumé de la séance de consultation dans le cadre du Symposium sur les opioïdes : Restreindre davantage le marketing et la publicité sur les opioïdes

Introduction

Les ordonnances écrites par des professionnels de la santé sont un moyen courant d’obtenir des opioïdes au Canada. Les professionnels de la santé reçoivent de l’information de diverses sources, y compris de l’industrie pharmaceutique, dans le but d’orienter leurs décisions en matière de prescriptions ainsi que les conseils qu’ils donnent aux patients. Reconnaissant l’urgence de la crise des opioïdes et le rôle que peuvent jouer le marketing et la publicité en ce qui touche la prescription des opioïdes, Santé Canada propose de restreindre davantage le marketing et la publicité sur les opioïdes.

Le 5 septembre 2018, Santé Canada a tenu une séance de consultation à l’occasion du Symposium sur les opioïdes afin de recueillir les commentaires des intervenants sur l’intention de Santé Canada de restreindre davantage le marketing et la publicité sur les opioïdes auprès des professionnels de la santé. Cette séance s’ajoutait à une consultation plus vaste de Santé Canada lancée en juin 2018 par l’intermédiaire d’un Avis d’intention et la publication subséquente d’un rapport résumant les commentaires reçus par Santé Canada.

Le résumé qui suit de la séance de consultation des intervenants lors du Symposium sur les opioïdes qui a eu lieu à Toronto le 5 septembre 2018 reflète les points de vue des personnes et des groupes qui ont assisté au Symposium et ont choisi de participer à la séance de consultation. À ce titre, le présent résumé ne peut pas être rigoureusement généralisé pour englober la population canadienne dans son ensemble et ne reflète pas nécessairement la position du gouvernement du Canada.

Un rapport « Ce que nous avons entendu » résumant l’ensemble du Symposium sur les opioïdes seront également disponible.

Qui a fourni des commentaires à Santé Canada?

Il y avait près de 200 participants sur invitation seulement au Symposium sur les opioïdes. Les participants comprenaient des personnes ayant vécu ou vivant une expérience liée à la consommation d’opioïdes; des experts dans le domaine; des chercheurs et des universitaires; des membres des forces de l’ordre; des premiers répondants; des groupes autochtones; des défenseurs des politiques sur les drogues; des professionnels de la santé; des organismes de professionnels de la santé; des organismes de réglementation; des établissements d’éducation des professionnels de la santé; des organismes de soutien pour les personnes qui vivent avec une douleur chronique; et des représentants des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ainsi que des administrations municipales.

De plus, environ 1 600 personnes assistant au Symposium sur les opioïdes par webdiffusion ont été invitées à faire part de leurs commentaires à Santé Canada par courriel.

La séance sur la restriction du marketing et de la publicité sur les opioïdes était une séance plénière ouverte à tous les participants, y compris les participants en ligne.

Qu’est-ce qui a été demandé aux intervenants?

À la suite d’une présentation contextuelle de Santé Canada sur le marketing et la publicité visant les opioïdes, il a été demandé aux participants du Symposium sur les opioïdes de travailler en petits groupes pour répondre à la question suivante :

Quel serait l’impact de nouvelles restrictions sur le marketing et la publicité sur les opioïdes sur : les professionnels de la santé; les patients souffrant de douleurs chroniques ou aiguës; les personnes atteintes de troubles liés à la consommation d’opioïdes; et les autres, comme les personnes ou un groupe/une organisation que vous représentez?

Qu’ont dit les intervenants?

À l’égard des nouvelles restrictions sur le marketing et la publicité sur les opioïdes, les participants au Symposium sur les opioïdes ont fourni des commentaires axés sur quatre thèmes principaux :

  1. L’éducation des professionnels de la santé et des patients est essentielle pour fournir des renseignements exacts et à jour sur les opioïdes.
  2. L’accès au traitement ne devrait pas être limité pour les personnes qui en ont besoin.
  3. La portée des restrictions pourrait être élargie au-delà des opioïdes.
  4. La stigmatisation pourrait être réduite en mobilisant les personnes qui vivent avec une douleur chronique ou des troubles de consommation d’opioïdes.

1. Éducation des professionnels de la santé et des patients

Les participants ont souligné que les restrictions sur le marketing et la publicité pourraient limiter l’accès des professionnels de la santé à l’information sur les nouveaux traitements aux opioïdes. Les participants ont indiqué que les restrictions pourraient réduire encore davantage la quantité de renseignements disponibles au sujet des traitements des troubles liés à la consommation d’opioïdes. Un consensus s’est dégagé sur le besoin absolu de disposer de renseignements à jour fondés sur des données probantes, peu importe leur source, au sujet des risques et des avantages liés aux produits opioïdes.

Certains participants estimaient que les restrictions pourraient accroître la sensibilisation des prescripteurs aux risques liés aux opioïdes et encourager les décisions fondées sur des données probantes en ce qui concerne les prescriptions.

De plus, les participants ont indiqué que les restrictions ne devraient pas limiter l’accès des patients à l’information sur les traitements opioïdes. Il a été suggéré de rédiger en langage clair des messages pour l’éducation du public en vue spécialement d’aider les patients et les prescripteurs à passer de façon sécuritaire à des traitements alternatifs.

2. Accès aux traitements

Certains participants ont exprimé l’inquiétude que les restrictions sur la publicité relative aux opioïdes pourraient entraîner une réticence de la part des prescripteurs à offrir des traitements aux opioïdes, ce qui pourrait limiter l’accès des patients aux opioïdes, y compris pour le traitement des troubles liés à la consommation d’opioïdes. Ils ont souligné que sans l’accès aux opioïdes, certaines personnes pourraient recourir à des drogues illégales, ce qui augmenterait les risques de surdose ou de décès.

D’un autre côté, les restrictions visant le marketing et la publicité sur les opioïdes pourraient permettre de faire connaître davantage d’autres options de traitement non pharmaceutique, comme la physiothérapie, la massothérapie, l’acupuncture, la chiropratique et la thérapie cognitive du comportement. Les participants ont mentionné que ces traitements pourraient ne pas être facilement accessibles puisqu’ils ne sont pas couverts par les régimes de soins de santé provinciaux et territoriaux. Certains participants ont suggéré que les programmes de traitement non pharmaceutiques soient financés par les gouvernements ou par une taxe sur l’industrie pour les brevets de médicaments.

3. Portée des restrictions

Plusieurs participants ont indiqué que le marketing et la publicité sur les médicaments d’ordonnance constituent un problème qui s’étend au-delà des opioïdes. D’autres ont souligné la nécessité d’une application stricte des règles existantes, notamment le recours aux sanctions criminelles.

4. Stigmatisation

Plusieurs participants ont exprimé l’inquiétude que les restrictions puissent accroître la stigmatisation des personnes qui vivent avec une douleur chronique ou des troubles liés à la consommation d’opioïdes, en augmentant les perceptions négatives relatives à la consommation d’opioïdes. Certains participants ont indiqué que la décriminalisation des drogues illégales pourrait aider à réduire la stigmatisation.

Les participants ont souligné l’importance de tenir compte du point de vue des patients dans l’élaboration de politiques visant à réduire la consommation problématique des opioïdes.

Prochaines étapes

Nous remercions tous les participants qui ont contribué à cette séance de consultation. Les commentaires reçus éclaireront les prochaines étapes qu’entreprendra le gouvernement fédéral. Nous poursuivrons nos entretiens avec les intervenants et les experts en matière au début de 2019.

Consultez la page sur le marketing et la publicité visant les opioïdes pour des mises à jour sur nos travaux et des renseignements sur d’autres activités de consultation.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :