Chirurgie oculaire au laser

Des milliers de Canadiens choisissent la chirurgie au laser pour corriger un défaut de la vue et mettre un terme à leur besoin de verres correcteurs ou de lentilles. Comme toute autre intervention médicale, la chirurgie au laser comporte des avantages, mais aussi des risques.

La chirurgie oculaire au laser est l'intervention la plus courante pour corriger des troubles visuels causés par des erreurs de réfraction, comme la myopie (difficulté à voir de loin), l'hypermétropie (difficulté à voir de près) et l'astigmatisme (vision déformée des objets à distance).

Ce n'est que plus récemment que la chirurgie au laser a été utilisée pour la presbytie (incapacité de distinguer nettement des objets à proximité), qui fait partie du processus normal de vieillissement et peut être corrigée par le port de lunettes de lecture.

Tous ces problèmes sont dus à un défaut de focalisation de l'image sur la rétine, cette membrane sensible à la lumière située à l'arrière de l'oeil. La capacité de l'oeil de focaliser une image dépend en grande partie de la forme de la cornée, la membrane antérieure transparente de l'oeil.

La chirurgie au laser permet de modifier de façon permanente la forme de la cornée au moyen d'un dispositif laser. L'appareil le plus utilisé est le laser à excimères, qui produit un faisceau de rayons ultraviolets qui vaporise le tissu. La modification chirurgicale de la forme de la cornée peut permettre de remédier à des problèmes légers ou modérés de réfraction chez la plupart des patients.

Chirurgies au laser courantes

Au Canada, deux types de chirurgies oculaires au laser à excimères se pratiquent de façon courante : la PRK (kératectomie photoréfractive), depuis le début des années 1990, et le LASIK (kératomileusie in situ au laser), depuis le milieu des années 1990. Il existe également deux nouvelles chirurgies pratiquées depuis peu, LASEK (kératomileusis épithéliale au laser) et Epi-LASIK.

PRK : Le chirurgien enlève la membrane externe de la cornée (épithélium) à l'aide d'une lame chirurgicale ou d'un instrument contondant. Le faisceau laser guidé par ordinateur vaporise ensuite de petites quantités de tissu sous la cornée. On enlève juste assez de tissu pour modifier la forme de la cornée de façon à corriger la vue. Le processus de guérison initial prend environ une semaine.

LASIK : Ce type de chirurgie est plus complexe. Le chirurgien effectue une incision sur la cornée au moyen d'une lame très aiguisée ou d'un laser, puis rabat une partie de la cornée. À l'aide du laser guidé par ordinateur, il enlève soigneusement une épaisseur calculée de tissus sous-jacents. Le rabat cornéen est ensuite remis en place et l'oeil guérit plus rapidement qu'avec la PRK.

L'utilisation de la technologie Wavefront, qui permet d'obtenir une représentation détaillée de la structure de l'oeil, est une récente percée dans le domaine de la chirurgie LASIK. Grâce à elle, le chirurgien peut corriger la vision avec une précision inégalée. Votre chirurgien vous indiquera si cette solution peut être envisagée dans votre cas.

LASEK : Il s'agit d'une variation des deux techniques précédentes (PRK et LASIK). Le chirurgien effectue une incision à l'aide d'une fine lame sur la membrane externe de la cornée (épithélium), qu'il rabat en une seule couche après l'avoir assouplie au moyen d'alcool. Le faisceau laser est ensuite dirigé vers les tissus sous-jacents, comme dans le cas de la PRK. À la fin de l'intervention, l'épithélium est remis en place. La LASEK se prête mieux à la correction des problèmes de vision mineurs. Le processus de guérison prend environ deux semaines.

Epi-LASIK : Il s'agit ici d'une version modifiée de la technique LASEK au cours de laquelle la membrane externe de la cornée est retirée par voie mécanique à l'aide d'un instrument contondant plutôt que d'une lame acérée.

Avantages et risques de la chirurgie oculaire au laser

La chirurgie au laser se pratique par un spécialiste et, dans la plupart des cas, le résultat est satisfaisant. L'usage restreint ou l'abandon des verres correcteurs ou des lentilles cornéennes constitue pour certains patients une nette amélioration. Toutefois, la chirurgie au laser comporte certains risques.

La PRK s'accompagne des risques suivants :

  • douleur d'intensité modérée à sévère les premiers jours;
  • vue embrouillée durant la cicatrisation; ce problème se résorbe généralement dans la semaine suivant la chirurgie; et
  • régression; dans certains cas, la cornée peut reprendre sa forme initiale au bout de six mois environ. Le patient doit alors choisir entre une deuxième chirurgie (amélioration) et le port de verres correcteurs ou de lentilles cornéennes.

Avec le LASIK, le patient souffre moins après l'opération. Mais comme il y a incision de la cornée, le risque de complications est plus élevé :

  • sécheresse oculaire allant de légère à importante et pouvant nuire à la vision;
  • vision nocturne réduite par la présence de halos et d'éblouissements, ce qui pourrait compromettre la capacité de conduire la nuit; et
  • kéractétasie, un trouble grave caractérisé par l'amincissement et le renflement de la cornée. Dans les cas les plus graves, une greffe de cornée ou un implant cornéen pourrait s'avérer nécessaire.

La PRK et le LASIK comportent également un risque d'infection de la cornée (kératite infectieuse), une complication grave pouvant entraîner une perte importante de la vision.

La nouvelle technique chirurgicale LASEK comporte certains des mêmes problèmes que la PRK (douleur, sécheresse et régression) et le LASIK. Toutefois, avec cette technique, le risque de certaines complications associées à l'incision de la cornée, comme la fragilisation de l'oeil et la sécheresse oculaire, est moins important.

Les risques de la chirurgie au laser sont beaucoup plus grands pour certaines personnes ayant des problèmes de santé ou des modes de vie particuliers. Discutez en détail des points suivants avec votre chirurgien afin de prendre une décision éclairée :

  • votre état de santé (y compris vos antécédents familiaux) - particulièrement en ce qui concerne le lupus, le diabète, la chéloïde ou toute autre maladie des yeux (par exemple, herpès simplex, glaucome, sécheresse oculaire, infections des paupières ou chirurgie oculaire antérieure);
  • la pratique d'un sport où il y a risque de coup à la figure - avec le LASIK, le rabat cornéen pourrait se déplacer et ce, des années après la chirurgie; et
  • votre plan de carrière - certaines carrières (par exemple, agent de police ou pilote) sont assorties d'exigences visuelles précises pouvant être atteintes par la chirurgie au laser. Il pourrait être bien de discuter de la question avec votre employeur actuel ou éventuel et votre chirurgien afin de vous assurer que la chirurgie ne nuira pas à vos perspectives d'emploi.

Il est impossible d'aborder tous les risques potentiels dans ce seul article. Avant de subir une chirurgie oculaire au laser, discutez avec votre chirurgien des options qui s'offrent à vous afin de connaître les types d'intervention qui conviennent dans votre cas. Notez bien que les effets à long terme de la chirurgie oculaire au laser sont encore inconnus.

Autres considérations

Il importe d'avoir des attentes réalistes. Si vous avez plus de 40 ans, vous devrez sans doute porter des lunettes de lecture après une chirurgie au laser. L'oeil se modifie avec l'âge et il se peut que vous ayez encore besoin de verres correcteurs ou de lentilles cornéennes plus tard. Une deuxième chirurgie peut aussi être nécessaire si la correction obtenue durant la première opération ne suffit pas.

Le coût est également un facteur à considérer. La plupart des régimes d'assurance-maladie ne couvrent pas la chirurgie oculaire au laser.

Pour réduire les risques

Selon Santé Canada - il y a plus de chances d'obtenir des résultats satisfaisants après une chirurgie oculaire au laser si vous :

  • choisissez votre chirurgien oculaire avec soin. D'habitude, c'est le professionnel des soins de la vue qui oriente son patient vers un chirurgien oculaire; et
  • discutez des risques, des avantages et de vos attentes avec votre chirurgien. Lisez le formulaire de consentement éclairé avec soin. Posez des questions. Assurez-vous d'être admissible à une chirurgie oculaire au laser avant de prendre la décision.

De plus, demandez à votre chirurgien une copie de votre rapport préopératoire, dans lequel figure de l'information sur votre vision avant l'opération, vos résultats en matière de réfraction et la forme de votre cornée. Gardez-la dans un endroit sûr.

Après l'opération, vous pouvez réduire le risque de complications en suivant à la lettre les recommandations de votre spécialiste de la vue.

Rôle de Santé Canada

Santé Canada réglemente la sécurité, l'efficacité et la qualité des matériels médicaux importés et vendus au Canada, y compris les appareils de chirurgie au laser, grâce à un examen préalable à la mise en marché et à une surveillance post-commercialisation des effets indésirables des produits. Dans le cadre de ce travail, Santé Canada surveille les plaintes relatives aux matériels médicaux vendus au Canada et communique des renseignements sur la sécurité de ces matériels aux professionnels de la santé et au public.

Pour plus d'information

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :