Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement : résumé des recommandations pour les infections à Chlamydia trachomatis (CT), à Neisseria gonorrhoeae (NG) et la syphilis  

Conseils pour le dépistage, le traitement et le suivi des ITS

Les cas déclarés d’ITS au Canada sont en augmentation (2016)

121 244 cas de Chlamydia trachomatis (CT)

  • 76 % des cas sont chez les 15 à 29 ans
  • La plus forte augmentation des taux est chez les adultes de 40 ans et plus

23 708 cas de Neisseria gonorrhoeae (NG)

  • 57 % des cas sont chez les 15 à 29 ans
  •  La plus forte augmentation des taux est chez les adultes de 30 ans et plus

3 829 cas de syphilis infectieuse

  • 92 % des cas sont des hommes

Télécharger le format de rechange
(Format PDF, 300 Ko, 4 pages)

Organisation : Agence de la santé publique du Canada

Publiée : 2019-02-20

Savez-vous si la personne devant vous a déjà eu un test de dépistage des infections transmises sexuellement (ITS)?

En 2018, plus de 60% des Canadiens ont indiqué qu’ils n’avaient jamais passé un test de dépistage d’ITS.

Normalisez les discussions sur la santé sexuelle et offrez le dépistage des ITS aux personnes sexuellement actives dans le cadre des soins de santé courants.

Le dépistage des ITS permet de discuter de la transmission, des signes et symptômes, de la réduction des risques et des mesures préventives.


Dépistage prénatal

  • Dépistage à la première visite prénatale et le répéter selon les facteurs de risque
  • Envisagez de répéter le dépistage de la syphilis dans les régions où des éclosions sont observées chez les hétérosexuels, peu importe les facteurs de risque

Dépistage selon les facteurs de risque

  • > 25 ans
  • Offrez le dépistage et le répéter selon les  facteurs de risque

Dépistage annuel Note de bas de page +

  • < 25 ans
  • hommes gais, bisexuels et autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (gbHARSAH), et populations transgenres

Un dépistage plus fréquent des ITS peut être approprié pour les individus ayant des facteurs de risque comportementaux .

Les facteurs de risque comportementaux pour l’acquisition d’ITS comprennent, sans s’y limiter : un diagnostic antérieur d’ITS, un nouveau partenaire sexuel, des partenaires sexuels multiples ou anonymes, des partenaires sexuels ayant une ITS, des relations sexuelles sans condom et des relations sexuelles sous l’influence de l’alcool ou de drogues.

Les ITS sont souvent asymptomatiques. Dépistez pour une its, dépistez pour toutes !

Dépistage : Détection précoce des ITS chez des personnes asymptomatiquesNote de bas de page

Chlamydia trachomatis (CT) et Neisseria gonorrhoeae (NG)
Figure #. La version textuelle suit.
Figure 1 - Équivalent textuel

L’image numéro 1 est une représentation graphique des différents spécimens et tests de laboratoire qui peuvent être utilisés pour effectuer le dépistage pour les infections à Chlamydia trachomatis (CT) et Neisseria gonorrhoeae (NG). Les échantillons d’urine du premier jet peuvent être testés pour CT et NG par test d’amplification des acides nucléiques (TAAN). Les prélèvements par écouvillonnage urétral, vaginal ou cervical peuvent être testés par TAAN pour CT et NG et/ou par culture pour NG. Les prélèvements par écouvillonnage rectal ou pharyngé peuvent être testés pour CT et NG par TAAN, si disponible et/ou par culture.

Conseils

  • Le test d’amplification des acides nucléiques (TAAN) est très sensible et constitue le test privilégié pour le dépistage de la CT et de la NG chez les personnes asymptomatiques
    • Les spécimens préférés pour le TAAN sont l’urine du premier jet ou un écouvillonnage vaginal autoprélevé
    • Prélevez des spécimens pharyngés et rectaux de personnes ayant des antécédents de relations sexuelles orales ou anales réceptives, respectivement
    • Vérifiez auprès de votre laboratoire la disponibilité du TAAN pour les spécimens rectaux et pharyngés
  • Prélevez des spécimens pour la CT et la NG en raison des taux élevés de co-infection
  • Lorsque vous soupçonnez un cas de NG, prélevez des spécimens pour le TAAN et la culture
    • La culture permet d’effectuer des tests de sensibilité aux antimicrobiens pour guider le traitement 
    • Idéalement, prélevez des spécimens avant le traitement empirique/épidémiologique
Syphilis
Figure #. La version textuelle suit.
Figure 2 - Équivalent textuel

L’image numéro 2 est une représentation graphique du dépistage de la syphilis par prélèvement sanguin. Les laboratoires effectueront une sérologie pour la syphilis à l’aide d’un algorithme combinant des tests non tréponémiques et tréponémiques.

Conseils

  • Les algorithmes des tests peuvent varier selon la province et le territoire

Offrez le dépistage du VIH lors du dépistage d’autres ITSNote de bas de page

Un diagnostic et un traitement précoces donnent de meilleurs résultats pour la santé

Traitement : Traitement privilégié des ITS en l’absence de contre-indications, d’allergies ou de grossesse
Chlamydia trachomatis (CT) Neisseria gonorrhoeae (NG) Syphilis
  • Doxycycline 100 mg PO bid pendant 7 jours

OU

  • Azithromycine 1 g PO en une seule dose

Pour les infections anogénitales et pharyngées

  • Ceftriaxone 250 mg IM en une seule dose PLUS azithromycine 1 g PO en une seule dose

OU

Pour les infections anogénitales

  • Cefixime 800 mg PO en une seule dose PLUS azithromycine 1 g PO en une seule

Remarque : Cefixime n’est pas le traitement privilégié chez les gbHARSAH

Pour la syphilis infectieuse (phases primaire, secondaire et latente précoce) 

  • Pénicilline
  • G  benzathine à action prolongée 2,4 millions d’unités IM en une

Pour la syphilis latente tardive

  • Pénicilline G  benzathine à action prolongée 2,4 millions d’unités IM par semaine pour 3 doses
Conseils
  • Pour les infections à NG, utilisez toujours une bithérapie pour prévenir la résistance et traiter une possible co-infection à CT
    • L’utilisation de deux antimicrobiens ayant des mécanismes d’action différents pourrait améliorer l’efficacité du traitement et prévenir ou retarder l’émergence et la propagation de la NG résistante
    • Ceftriaxone 250 mg IM en une seule dose PLUS azithromycine 1 g PO en une seule dose est le traitement recommandé pour les infections pharyngées à NG et pour les gbHARSAH
  • Pour les infections à CT, considérez l’utilisation de l’azithromycine si une mauvaise  adhésion au traitement est envisagée
  • Les personnes et leurs partenaires devraient s’abstenir de tout contact sexuel jusqu’à la fin d’un traitement à doses multiples ou pendant 7 jours après un traitement à dose unique
  • Tous les partenaires qui ont eu des contacts sexuels avec la personne dans les 60 jours précédant le prélèvement du spécimen ou l’apparition des symptômes, devraient être testés et traités
Conseils
  • Informez les personnes de la réaction potentielle de Jarisch-Herxheimer au traitement à la pénicilline
  • Envisagez la désensibilisation à la pénicilline pour les personnes allergiques à la pénicilline, suivie d’un traitement à la pénicilline G benzathine à action prolongée
    • Il n’existe pas d’alternative satisfaisante à la pénicilline pour le traitement de la syphilis pendant la grossesse
  • Les personnes et les partenaires devraient s’abstenir de tout contact sexuel pendant 7 jours après le traitement
  • Tous les partenaires sexuels ou les contacts périnataux devraient être testés et traités en fonction du stade d’infection de la personne et de la date du prélèvement du spécimen ou de l’apparition des symptômes :
    • Syphilis primaire : 3 mois
    • Syphilis secondaire : 6 mois
    • Syphilis latente précoce : 1 an
    • Latente tardive/tertiaire : partenaire(s) sexuel(s) à long terme de la personne et enfants, selon le cas
Suivi : Interventions suivant le dépistage et le traitement des ITS, incluant les tests de contrôle
Chlamydia trachomatis (CT) Neisseria gonorrhoeae (NG) Syphilis

Un test de contrôle par TAAN 3 à 4 semaines après la fin du traitement est recommandé uniquement lorsque :

  • L’adhérence au traitement est sous-optimale
  • Des symptômes persistants ou non résolus sont présents
  • Un traitement non-privilégié a été prescrit
  • La personne est enceinte ou pré-pubère

Un test de contrôle est toujours recommandé :

  • Par culture, 3 à 7 jours après la fin du traitement; et/ou
  • Par TAAN, 2 à 3 semaines après la fin du traitement

Le test de contrôle est particulièrement important lorsque :

  • Un échec au traitement
  • et une NG résistante
  • sont soupçonnés L’adhérence au traitement est sous-optimale
  • Des symptômes persistants ou non résolus sont présents
  • Un traitement non-privilégié a été prescrit
  • La personne est enceinte ou pré-pubère
  • Une infection pharyngée a été détectée

Indications pour le suivi clinique et sérologique après le traitement :

  • Syphilis infectieuse (primaire, secondaire et latente précoce) : 3, 6 et 12 mois
  • Syphilis latente tardive et tertiaire : 12 et 24 mois
  • Neurosyphilis : 6, 12 et 24 mois
  • Co-infection au VIH : 3, 6, 12 et 24 mois et chaque année par la suite
  • Grossesse :
    • Syphilis primaire, secondaire et latente précoce : s’il y a risque de réinfection, tous les mois jusqu’à l’accouchement; autrement 1, 3, 6 et 12 mois
    • Syphilis latente tardive : au moment de l’accouchement et 12 et 24 mois

Conseils

  • Lorsque le test de contrôle est indiqué, les spécimens devraient être prélevés à tous les sites positifs
  • Le test de contrôle par TAAN devrait être effectué à l’intervalle recommandé après le traitement afin d’éviter la détection de matériel génétique résiduel
  • En plus du test de contrôle, un dépistage répété est recommandé de 3 à 6 mois après le traitement en raison du risque de réinfection

Conseils

  • Le suivi clinique et sérologique sert à évaluer la réponse au traitement
  • Consultez un collègue ou un spécialiste expérimenté en gestion de la syphilis si la réponse sérologique au traitement est inadéquate

Consultez les Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement pour obtenir des renseignements plus détaillés.

Les recommandations ne remplacent pas les exigences législatives, réglementaires, politiques et pratiques des provinces et des territoires ou les lignes directrices professionnelles qui régissent la pratique des professionnels de la santé dans leurs administrations respectives, dont les recommandations peuvent différer en raison de l’épidémiologie locale ou du contexte local.

Renseignements supplémentaires :

Pour en savoir plus : consultez Canada.ca et recherchez Santé sexuelle ou téléchargez l’application mobile Lignes directrices canadiennes sur les ITS.

Notes de bas de page

Footnote 1

Offrez un dépistage plus fréquent selon les facteurs de risque

Return to footnote + referrer

Footnote 2

Pour des recommandations propres au VIH consultez la Fiche d’information sur le VIH : dépistage et test disponible sur Canada.ca

Return to footnote referrer

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :