Les infections transmissibles sexuellement au Canada, Mise à jour 2016

Télécharger le format de rechange
(Format PDF, 1.3 Mo, 28 pages)

Organisation : Agence de la santé publique du Canada

Publiée : 2019-02-11

Cat. : HP40-228/2018F-PDF

ISBN : 978-0-660-28214-5

Pub. : 180351

Table Des Matières

Avant-Propos

Le Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) est heureux de présenter Les infections transmissibles sexuellement au Canada, Mise à jour 2016. Le présent rapport vise à fournir de l'information sur les tendances dans le nombre de cas et les taux d'infection à Chlamydia trachomatis, de gonorrhée, de syphilis infectieuse et de syphilis congénitale de 2007 à 2016 aux personnes qui auraient besoin de données de surveillance, notamment des gestionnaires de programme, des décideurs, des chercheurs et autres.

La chlamydiose, la gonorrhée et la syphilis sont des infections transmissibles sexuellement à déclaration obligatoire au Canada. Les taux de ces trois infections ont augmenté depuis la fin des années 1990 et demeurent une préoccupation importante pour la santé publique au Canada. Les infections transmissibles sexuellement peuvent avoir de graves conséquences sur la santé sexuelle, reproductive et sur la santé en général des personnes, et peuvent constituer un fardeau important pour le système de soins de santé.

Les infections transmissibles sexuellement au Canada, Mise à jour 2016 est fondé sur les données de surveillance transmises au Système canadien de surveillance des maladies à déclaration obligatoire (SMCD) par les autorités sanitaires provinciales et territoriales.

Les commentaires et suggestions qui permettraient d'améliorer l'utilité des publications futures sont appréciés et doivent être transmis au personnel du Centre des maladies transmissibles et de la lutte contre les infections de l'Agence de la santé publique du Canada à ccdic-clmti@phac-aspc.gc.ca .

Remerciements

La publication de ce rapport n'aurait pas été possible sans la collaboration des équipes de santé publique dans toutes les provinces et tous les territoires, dont la contribution continue à la surveillance nationale des infections transmissibles sexuellement est appréciée.

Ce rapport a été préparé par le Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections de la Direction générale de la prévention et du contrôle des maladies infectieuses de l'Agence de la santé publique du Canada.

Abréviations

Alb.
Alberta
ASPC
Agence de la santé publique du Canada
Î.-P.-E.
Île-du-Prince-Édouard
ITS
Infection transmissible sexuellement
ITSS
Infection transmissible sexuellement et par le sang
N.-B.
Nouveau-Brunswick
N.-É.
Nouvelle-Écosse
Nt
Nunavut
Ont.
Ontario
Sask.
Saskatchewan
SCSMCO
Système canadien de surveillance des maladies à déclaration obligatoire
T.N.-O.
Territoires du Nord-Ouest
Yn
Yukon

1.0 Introduction

Les infections transmissibles sexuellement (ITS) demeurent une préoccupation importante pour la santé publique au Canada. Le taux de cas déclarés d'ITS a augmenté de façon constante depuis 1997 pour diverses raisons, dont l'amélioration du dépistage et des tests, ainsi que l'évolution des comportements et des normes sociales (1-3). En juillet 2018, l'Agence de la santé publique du Canada a publié un cadre d'action pancanadien sur les infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) qui présente une vision, des objectifs stratégiques et des principes directeurs pour répondre aux ITSS au Canada à travers tous les secteurs et pour contribuer aux efforts mondiaux pour éliminer les ITSS comme enjeux de santé majeurs (4).

À part le VIH, il y existe trois ITS qui font l'objet d'une déclaration au Canada : l'infection à Chlamydia trachomatis, la gonorrhée et la syphilis. Le taux rapporté de chlamydiose est le plus élevé, suivi de la gonorrhée et de la syphilis, respectivement.

Le présent résumé fait le point sur les taux de ces ITS et sur le nombre de cas signalés au Canada en 2016. Il décrit également les tendances relatives au nombre de cas et aux taux déclarés par groupe d'âge, sexe, province et territoire de 2007 à 2016.

2.0 Méthodes

2.1 Sources de données

L'infection à Chlamydia trachomatis est à déclaration obligatoire à l'échelle nationale depuis 1991, alors que la gonorrhée et la syphilis le sont depuis 1924. Les autorités sanitaires des provinces et des territoires fournissent des données non nominales sur les cas confirmés en laboratoire à l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) par l'entremise du Système canadien de surveillance des maladies à déclaration obligatoire (SCSMDO). Tous les cas sont conformes aux définitions nationales (1-3). Les variables soumises avec le diagnostic comprennent l'âge au moment du diagnostic, le sexe, l'année du diagnostic et la province ou le territoire du diagnostic. Les données reçues sont validées en collaboration avec la province ou le territoire correspondant. Les données du 1er janvier au 31 décembre 2016 étaient disponibles pour toutes les provinces et tous les territoires, et ont été extraites du SCSMDO en mai 2018, de même que les données historiques à jour pour 2007 à 2015.

2.2 Analyse des données

Une analyse descriptive a été effectuée à l'aide de Microsoft Excel. Tous les stades de la syphilis sont à déclaration obligatoire, mais seuls les stades infectieux (primaire, secondaire et latente précoce) et la syphilis congénitale ont été inclus dans ce rapport. Les taux annuels nationaux de cas déclarés de chlamydiose, de gonorrhée et de syphilis infectieuse ont été calculés en utilisant le nombre de cas du SCSMDO comme numérateurs, et les estimations annuelles de la population de juillet 2017 de Statistique Canada comme dénominateurs. Les taux par groupe d'âge, sexe et province ou territoire ont également été calculés. Pour toutes les années, des taux ont été donnés pour 100 000 personnes. Pour la syphilis congénitale, les taux ont été calculés pour 100 000 naissances vivantes. Les taux, pourcentages et pourcentages de variation ont été calculés en utilisant des nombres non arrondis. Ainsi, les nombres présentés peuvent différer de ceux obtenus par des calculs basés sur des nombres arrondis. Aucune méthode statistique pour analyses comparatives n'a été utilisée. Les petits nombres sont plus susceptibles de changer, de sorte que les taux correspondants doivent être interprétés avec prudence. Les rapports antérieurs peuvent présenter des taux différents pour certaines années en raison de retards dans les rapports ou du fait de la mise à jour des données par les provinces et territoires ou d'améliorations dans le nettoyage et la validation des données.

3.0 Infection à Chlamydia trachomatis

Entre 2007 et 2016, le nombre de cas déclarés et les taux de chlamydiose ont augmenté de façon constante, à l'exception d'une diminution observée en 2013. Le nombre de cas rapportés est passé de 73 937 en 2007 à 121 244 en 2016, ce qui correspond à une augmentation des taux de 49 % durant cette période (de 224,8 à 334,3 pour 100 000 personnes).

3.1 Sexe

En 2016, les femmes représentaient 61 % de tous les cas. Au cours de la période 2007-2016, les femmes ont constamment eu des taux plus élevés de chlamydiose que les hommes (Figure 1). Cependant, de 2007 à 2016, les taux chez les hommes ont augmenté plus rapidement, avec une hausse de 69 % chez les hommes (de 154,3 à 261,0 pour 100 000 personnes) comparativement à une augmentation de 40 % chez les femmes (de 290,6 à 405,6 pour 100 000 personnes).

Figure 1. Taux globala et taux selon le sexe de cas d'infection à Chlamydia trachomatis déclarés, 2007-2016, Canada
Figure 1. Text version below.
Figure 1 - Équivalent textuel

Ce graphique présente le taux global et taux selon le sexe de cas de chlamydiose déclarés, entre 2007 et 2016 au Canada. L'axe horizontal montre les années de 2007 à 2016. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de chlamydiose pour 100 000 personnes chez les hommes, les femmes et le taux global.

Année Taux
Homme Femme Total
2007 154,3 290,6 224,8
2008 168,9 326,8 248,8
2009 176,1 341,0 259,6
2010 190,4 364,6 278,5
2011 203,7 384,5 295,2
2012 215,1 388,9 303,0
2013 220,9 376,5 299,6
2014 230,7 382,5 307,6
2015 249,2 398,7 325,0
2016 261,0 405,6 334,3

3.2 Groupe d'âge

En 2016, les taux les plus élevés ont été observés chez les 15-19 ans, 20-24 ans et 25-29 ans (Figure 2). Dans l'ensemble, les cas chez les 15 à 29 ans représentaient 76 % du total des cas de chlamydiose déclarés en 2016, comme en 2015, alors qu'ils ne représentaient que 19 % de la population totale.

Parmi les cas, les femmes étaient plus jeunes que les hommes : 81 % des cas chez les femmes étaient âgées de 15 à 29 ans et 68 % des cas chez les hommes étaient de ce groupe d'âge. Les taux chez les femmes étaient plus élevés que chez les hommes dans tous les groupes d'âge, sauf chez les 40 ans et plus (Figure 2). Les taux des hommes et des femmes étaient semblables dans le groupe des 30 à 39 ans.

Figure 2. Taux de cas d'infection à Chlamydia trachomatis déclarés au Canada selon le sexe et le groupe d'âge, en 2016
Figure 2. Text version below.
Figure 2 - Équivalent textuel

Ce graphique présente le taux de cas de chlamydiose déclarés au Canada selon le sexe et le groupe d'âge, en 2016. L'axe horizontal montre les groupes d'âge de moins de 15 ans jusqu'à plus de 60 ans. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de chlamydiose pour 100 000 personnes chez les hommes, les femmes et le taux global.

Groupes d'âge Taux
Homme Femme Total
<15 ans 1,9 19,2 10,3
15-19 ans 527,6 1 874,2 1 182,2
20-24 ans 1 226,0 2 314,3 1 756,7
25-29 ans 865,4 1 085,4 975,4
30-39 ans 386,6 389,2 388,6
40-59 ans 94,1 69,3 81,8
60+ ans 10,8 3,9 7,1

Au cours des dix dernières années (2007-2016), tous les groupes d'âge ont connu une augmentation des taux de chlamydiose. Fait à souligner, les groupes d'âge affichant les taux les plus élevés n'étaient pas ceux ayant connu les hausses les plus élevées au cours des dernières années. Ainsi, même si les taux les plus élevés ont été observés dans les groupes des 15 à 29 ans, les hausses relatives les plus élevées ont été observées dans le groupe des 40 à 59 ans (en hausse de 135 %, passant de 34,9 à 81,8 pour 100 000 personnes) et dans le groupe des 60 ans et plus (en hausse de 115 %, passant de 3,3 à 7,1 pour 100 000 personnes).

De 2007 à 2016, chez les hommes, le groupe affichant le taux le plus élevé était celui des 20-24 ans, suivi du groupe des 25-29 ans (Figure 3) tandis que les hausses les plus élevées des taux ont été observées chez les 40 ans et plus. Chez les femmes, le groupe affichant les taux les plus élevés était celui des 20 à 24 ans, suivi du groupe des 15 à 19 ans (Figure 4). Les hausses les plus élevées des taux chez les femmes ont également été observées chez les 40 ans et plus.

Figure 3. Taux de cas d'infection à Chlamydia trachomatis déclarés au Canada par groupe d'âge chez les hommes, entre 2007 et 2016
Figure 3. Text version below.
Figure 3 - Équivalent textuel

Ce graphique présente le taux de cas de chlamydiose déclarés au Canada par groupe d'âge chez les hommes, entre 2007 et 2016. L'axe horizontal montre les années de 2007 à 2016. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de chlamydiose pour 100 000 personnes pour tous les groupes d'âge.

Année Groupes d'âge
<15 ans 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60+ ans
2007 1,9 320,4 808,5 500,8 188,7 41,5 5,1
2008 2,4 366,0 895,4 536,6 206,2 45,5 4,2
2009 2,5 401,8 924,0 562,2 210,9 47,1 5,0
2010 2,4 422,1 992,2 609,1 238,8 50,6 6,4
2011 2,2 446,4 1 078,3 651,7 252,8 56,1 6,0
2012 2,4 464,5 1 089,4 713,1 275,8 62,2 6,3
2013 2,3 452,3 1 092,2 743,9 297,8 66,8 7,7
2014 1,4 458,8 1 127,5 778,2 320,8 72,9 9,1
2015 1,9 504,4 1 192,8 839,7 357,1 83,3 10,1
2016 1,9 527,6 1 226,0 865,4 386,6 94,1 10,8
Figure 4. Taux de cas d'infection à Chlamydia trachomatis déclarés au Canada par groupe d'âge chez les femmes, entre 2007 et 2016
Figure 4. Text version below.
Figure 4 - Équivalent textuel

Ce graphique présente le taux de cas de chlamydiose déclarés au Canada par groupe d'âge chez les femmes, entre 2007 et 2016. L'axe horizontal montre les années de 2007 à 2016. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de chlamydiose pour 100 000 personnes pour tous les groupes d'âge.

Année Groupes d'âge
<15 ans 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60+ ans
2007 18,3 1 461,8 1 646,2 676,6 205,7 28,2 1,8
2008 19,2 1 659,3 1 811,9 764,6 241,4 34,5 1,4
2009 20,9 1 728,7 1 874,2 788,0 261,9 40,1 2,2
2010 20,7 1 803,0 2 017,6 853,2 288,0 47,4 2,3
2011 21,8 1 876,4 2 146,9 895,8 317,7 50,6 3,0
2012 19,7 1 832,5 2 175,3 948,0 337,4 55,5 3,1
2013 20,9 1 762,8 2 113,1 944,7 332,4 53,7 2,4
2014 20,3 1 741,7 2 152,1 1 006,1 354,0 57,2 3,1
2015 20,8 1 794,1 2 271,5 1 061,5 384,8 64,5 3,0
2016 19,2 1 874,2 2 314,3 1 085,4 389,2 69,3 3,9

3.3 Répartition géographique

En 2016, les provinces et les territoires qui ont déclaré des taux de chlamydiose supérieurs à la moyenne nationale de 334,3 pour 100 000 personnes étaient les suivants : Nunavut (3 652,8 pour 100 000 personnes), Territoires du Nord-Ouest (1 981,3 pour 100 000 personnes), Yukon (729,9 pour 100 000 personnes), Manitoba (546,4 pour 100 000 personnes), Saskatchewan (543,4 pour 100 000 personnes) et Alberta (392,5 pour 100 000 personnes) (Tableau 1 et Figure 5).

Les provinces et les territoires dont les taux sont inférieurs à la moyenne nationale étaient les suivants : Colombie-Britannique (32,3 pour 100 000 personnes), Nouvelle-Écosse (309,9 pour 100 000 personnes), Québec (305,7 pour 100 000 personnes), Ontario (299,3 pour 100 000 personnes), Nouveau-Brunswick (256,9 pour 100 000 personnes), Île-du-Prince-Édouard (193,3 pour 100 000 personnes) et Terre-Neuve-et-Labrador (181,8 pour 100 000 personnes) (Tableau 1 et Figure 5). De 2007 à 2016, toutes les provinces et tous les territoires, sauf le Nunavut, ont observé une augmentation de leurs taux de chlamydiose.

Tableau 1. Nombre et taux de cas d'infection à Chlamydia trachomatis déclarés pour 100 000 personnes au Canada par province, territoire et sexe, en 2016
Province ou territoire GlobalNote de bas de page 1 Hommes Femmes
Nombre de cas Taux Nombre de cas Taux Nombre de cas Taux
Colombie-Britannique 15 241 320,3 6 086 257,8 9 129 380,9
Alberta 16 628 392,5 6 525 303,8 10 103 483,8
Saskatchewan 6 242 543,4 2 281 393,8 3 961 695,6
Manitoba 7 202 546,4 2 633 401,3 4 565 689,5
Ontario 41 833 299,3 16 820 244,9 24 966 351,2
Québec 25 439 305,7 9 584 231,7 15 771 376,8
Nouveau-Brunswick 1 946 256,9 675 180,3 1 271 331,8
Nouvelle-Écosse 2 940 309,9 983 211,4 1 954 404,1
Île-du-Prince-Édouard 289 193,3 84 115,2 205 267,8
Terre-Neuve-et-Labrador 964 181,8 340 130,0 624 232,1
Yukon 278 729,9 110 568,3 168 896,9
Territoires du Nord-Ouest 884 1 981,3 351 1 537,4 533 2 446,4
Nunavut 1 358 3 652,8 462 2 398,9 896 5 000,6
Canada 121 244 334,3 46 934 261,0 74 146 405,6
Footnote 1

Le taux global comprend les cas au sexe non précisé.

Return to footnote 1 referrer

Figure 5. Taux de cas d'infection à Chlamydia trachomatis déclarés pour 100 000 personnes par province et territoire au Canada, en 2016
Figure 5. Text version below.
Figure 5 - Équivalent textuel

Cette carte présente le taux de cas de chlamydiose déclarés au Canada par province et territoire, en 2016. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de chlamydiose pour 100 000 personnes par différentes couleurs, correspondant à celles sur la carte.

Province et Territoire Taux
Colombie-Britannique 320,3
Alberta 392,5
Saskatchewan 543,4
Manitoba 546,4
Ontario 299,3
Québec 305,7
Nouveau-Brunswick 256,9
Nouvelle-Écosse 309,9
Île-du-Prince-Édouard 193,3
Terre-Neuve-et-Labrador 181,8
Yukon 729,9
Territoires du Nord-Ouest 1 981,3
Nunavut 3 652,8
Canada 334,3

4.0 Gonorrhée

Entre 2007 et 2016, les taux de gonorrhée ont augmenté de façon constante, à l'exception d'une diminution en 2009. Au total, 23 708 cas ont été déclarés en 2016, soit près du double des 11 874 cas signalés en 2007; ce qui correspond à une augmentation de 81 % des taux, de 36,1 à 65,4 pour 100 000 personnes.

4.1 Sexe

Au cours de la période 2007-2016, plus d'hommes ont été diagnostiqués de gonorrhée que de femmes et ils représentaient plus de 55 % de tous les cas chaque année. En 2016, les hommes représentaient 64% de l'ensemble des cas. De 2007 à 2016, chez les hommes, les taux ont presque doublé (de 42,4 à 84,1 pour 100 000 personnes) par rapport à une augmentation de 56% chez les femmes (de 29,9 à 46,8 pour 100 000 personnes) (Figure 6).

Figure 6. Taux globalNote de bas de page a et taux selon le sexe de cas de gonorrhée déclarés, 2007-2016, Canada
Figure 6. Text version below.
Figure 6 - Équivalent textuel

Ce graphique présente le taux global et taux selon le sexe de cas de gonorrhée déclarés, entre 2007 et 2016 au Canada. L'axe horizontal montre les années de 2007 à 2016. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de gonorrhée

Année Taux
Homme Femme Total
2007 42,4 29,9 36,1
2008 42,6 33,5 38,0
2009 36,7 29,6 33,2
2010 37,8 29,1 33,5
2011 40,2 29,6 34,9
2012 42,5 32,4 37,5
2013 48,2 32,8 40,5
2014 58,7 32,9 45,8
2015 70,1 40,6 55,3
2016 84,1 46,8 65,4

4.2 Groupe d'âge

En 2016, les taux les plus élevés ont été observés chez hommes de 20 à 39 ans et chez les femmes de 15 à 29 ans (Figure 7).Les taux chez les hommes étaient plus élevés que chez les taux chez les femmes dans tous les groupes d'âge, exception faite des 19 ans et moins. Dans l'ensemble, les cas rapportés chez les 15 à 39 ans représentaient 82 % du total des cas de gonorrhée déclarés en 2016, alors qu'ils ne représentaient que 33 % de la population totale.

Figure 7. Taux globala et taux selon le sexe de cas d'infection à Chlamydia trachomatis déclarés, 2007-2016, Canada
Figure 7. Text version below.
Figure 7 - Équivalent textuel

Ce graphique présente le taux de cas de gonorrhée déclarés au Canada selon le sexe et le groupe d'âge, en 2016. L'axe horizontal montre les groupes d'âge de moins de 15 ans jusqu'à plus de 60 ans. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de gonorrhée pour 100 000 personnes chez les hommes, les femmes et le taux global.

Groupes d'âge Taux
Homme Femme Total
<15 ans 0,4 3,1 1,7
15-19 ans 83,9 171,6 126,5
20-24 ans 246,6 207,5 228,0
25-29 ans 269,6 146,5 208,6
30-39 ans 171,7 67,5 119,5
40-59 ans 60,3 13,5 37,0
60+ ans 9,3 0,9 4,8

Au cours des dix dernières années (2007-2016), tous les groupes d'âge ont connu une augmentation des taux, sauf les enfants de moins de 15 ans. À l'instar de l'infection à Chlamydia trachomatis, les groupes d'âge présentant les taux globaux les plus élevés n'étaient pas ceux ayant connu les hausses relatives les plus élevées. Les taux les plus élevés ont été observés chez les 20-24 ans et 25-29 ans. Toutefois, l'augmentation la plus élevée des taux globaux a été observée dans le groupe des 30-39 ans (160%, de 46,0 à 119,5 pour 100 000 personnes), suivi du groupe des 40-59 ans (138%, de 15,5 à 37,0 pour 100 000 personnes) et du groupe des 60 ans et plus (126%, de 2,1 à 4,8 pour 100 000 personnes).

Entre 2007 et 2016, les taux les plus élevés ont été observés chez les hommes de 20 à 24 ans et de 25 à 29 ans (Figure 8). Chez les hommes, la hausse la plus marquée entre 2007 et 2016 a été observée dans le groupe des 30-39 ans (162 % de 65,6 à 171,8 pour 100 000 personnes).

Chez les femmes, les deux groupes présentant les taux les plus élevés, les 20-24 ans et les 15-19 ans, ont affiché des taux très semblables pendant une grande partie de cette période (Figure 9). Cependant, depuis 2011, le groupe des 20-24 ans affichait des taux plus élevés que celui des 15-19 ans. Chez les femmes, les hausses les plus marquées ont été observées dans le groupe des 40-59 ans (244 %, de 3,9 à 13,5 pour 100 000 personnes).

Figure 8. Taux de cas de gonorrhée déclarés au Canada par groupe d'âge chez les hommes, entre 2007 et 2016
Figure 8. Text version below.
Figure 8 - Équivalent textuel

Ce graphique présente le taux de cas de gonorrhée déclarés au Canada par groupe d'âge chez les hommes, entre 2007 et 2016. L'axe horizontal montre les années de 2007 à 2016. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de gonorrhée pour 100 000 personnes pour tous les groupes d'âge.

Année Groupes d'âge
<15 ans 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60+ ans
2007 0,4 72,2 155,3 118,5 65,6 27,1 4,2
2008 0,7 71,6 166,2 121,6 67,5 24,3 4,0
2009 0,4 61,9 144,4 104,0 55,8 22,4 3,2
2010 0,8 60,9 140,6 113,6 59,3 23,0 4,3
2011 0,7 62,0 149,0 117,1 64,1 26,0 4,3
2012 0,6 62,5 154,5 136,1 69,7 25,9 3,7
2013 0,6 67,4 168,8 152,6 84,4 29,8 4,2
2014 0,3 70,5 198,2 190,2 105,9 38,5 5,7
2015 0,5 75,1 218,2 229,1 142,6 45,8 6,3
2016 0,4 83,9 246,6 269,6 171,8 60,3 9,3
Figure 9. Taux de cas de gonorrhée déclarés au Canada par groupe d'âge chez les femmes, entre 2007 et 2016
Figure 9. Text version below.
Figure 9 - Équivalent textuel

Ce graphique présente le taux de cas de gonorrhée déclarés au Canada par groupe d'âge chez les femmes, entre 2007 et 2016. L'axe horizontal montre les années de 2007 à 2016. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de gonorrhée pour 100 000 personnes pour tous les groupes d'âge.

Année Groupes d'âge
<15 ans 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60+ ans
2007 3,5 150,8 151,6 67,8 26,2 3,9 0,4
2008 3,2 166,6 165,2 80,6 29,8 5,2 0,4
2009 3,0 146,2 149,2 70,4 26,6 4,4 0,4
2010 3,0 143,7 142,0 70,4 26,3 5,1 0,5
2011 2,5 140,8 144,7 76,5 27,1 5,7 0,5
2012 2,8 150,5 159,2 85,3 31,5 6,2 0,7
2013 3,7 151,1 155,5 87,4 34,6 6,9 0,3
2014 2,8 135,0 161,6 90,0 38,0 8,3 0,5
2015 3,0 153,7 190,8 123,2 53,6 10,6 0,7
2016 3,1 171,6 207,5 146,5 67,5 13,5 0,9

4.3 Répartition géographique

En 2016, les provinces et les territoires qui ont déclaré des taux de gonorrhée supérieurs à la moyenne nationale de 65,4 pour 100 000 personnes étaient les suivants : les Territoires du Nord-Ouest (1 051,2 pour 100 000 personnes), le Nunavut (503,0 pour 100 000 personnes), le Yukon (196,9 pour 100 000 personnes), le Manitoba (69,9 pour 100 000 personnes), la Saskatchewan (120,6 pour 100 000 personnes), l'Alberta (89,3 pour 100 000 personnes) et la Colombie-Britannique (77,6 pour 100 000 personnes (Tableau 2 et Figure 10).

Les provinces et les territoires dont les taux étaient inférieurs à la moyenne nationale étaient les suivants : Québec (57,4 pour 100 000 personnes), Ontario (48,5 pour 100 000 personnes), Nouvelle-Écosse (21,4 pour 100 000 personnes), Nouveau-Brunswick (9,6 pour 100 000 personnes), Île-du-Prince-Édouard (8,0 pour 100 000 personnes) et Terre-Neuve-et-Labrador (6,6 pour 100 000 personnes) (Tableau 2 et Figure 10). De 2007 à 2016, toutes les provinces et tous les territoires ont observé une augmentation de leurs taux de gonorrhée.

Tableau 2. Nombre et taux de cas de gonorrhée déclarés pour 100 000 personnes au Canada par province, territoire et sexe, en 2016
Province ou territoire GlobalNote de bas de page 1 Hommes Femmes
Nombre de cas Taux Nombre de cas Taux Nombre de cas Taux
Colombie-Britannique 3 691 77,6 2 508 106,2 1 175 49,0
Alberta 3 781 89,3 2 107 98,1 1 674 80,2
Saskatchewan 1 385 120,6 686 118,4 699 122,8
Manitoba 2 240 169,9 1 040 158,2 1 200 181,2
Ontario 6 780 48,5 4 473 65,1 2 296 32,3
Québec 4 777 57,4 3 755 90,8 996 23,8
Nouveau-Brunswick 73 9,6 40 10,7 33 8,6
Nouvelle-Écosse 203 21,4 131 28,2 72 14,9
Île-du-Prince-Édouard 12 8,0 8 11,0 4 5,2
Terre-Neuve-et-Labrador 35 6,6 25 9,6 10 3,7
Yukon 75 196,9 37 191,2 38 202,9
Territoires du Nord-Ouest 469 1 051,2 242 1 060,0 227 1 041,9
Nunavut 187 503,0 65 337,5 122 680,9
Canada 23 708 65,4 15 117 84,1 8 546 46,7
Footnote 1

Le taux global comprend les cas au sexe non précisé.

Return to footnote 1 referrer

Figure 10. Taux de cas de gonorrhée déclarés pour 100 000 personnes par province et territoire au Canada, en 2016
Figure 10. Text version below.
Figure 10 - Équivalent textuel

Cette carte présente le taux de cas de gonorrhée déclarés au Canada par province et territoire, en 2016. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de gonorrhée pour 100 000 personnes par différentes couleurs, correspondant à celles sur la carte.

Province et Territoire Taux
Colombie-Britannique 77,6
Alberta 89,3
Saskatchewan 120,6
Manitoba 169,9
Ontario 48,5
Québec 57,4
Nouveau-Brunswick 9,6
Nouvelle-Écosse 21,4
Île-du-Prince-Édouard 8,0
Terre-Neuve-et-Labrador 6,6
Yukon 196,9
Territoires du Nord-Ouest 1 051,2
Nunavut 503,0
Canada 65,4

5.0 Syphilis infectieuse

Entre 2007 et 2016, les cas de syphilis ont augmenté de façon constante, avec une hausse particulièrement importante entre 2014 et 2015 (augmentation de 33 % en un an, passant de 2 397 à 3 186 cas). Dans l'ensemble, le nombre de cas de syphilis infectieuse a plus que triplé entre 2007 et 2016 (passant de 1 250 cas déclarés en 2007 à 3 829 en 2016), soit une augmentation de 178 % des taux, de 3,8 à 10,6 pour 100 000 personnes.

5.1 Sexe

Entre 2007 et 2016, plus d'hommes ont été diagnostiqué de syphilis comparativement aux femmes, représentant ainsi plus de 85 % de tous les cas chaque. En 2016, les hommes représentaient 92 % de l'ensemble des cas. De 2007 à 2016, les taux ont augmenté de 192 % chez les hommes (de 6,7 à 19,5 pour 100 000 personnes) contre une augmentation de 75 % chez les femmes (de 1,0 à 1,7 pour 100 000 personnes) année (Figure 11).

Figure 11. Taux globalNote de bas de page a et taux selon le sexe de cas de syphilis infectieuse déclarés au Canada entre 2007 et 2016
Figure #. Text version below.
Figure 11 - Équivalent textuel

Ce graphique présente le taux global et taux selon le sexe de cas de syphilis infectieuse déclarés, entre 2007 et 2016 au Canada. L'axe horizontal montre les années de 2007 à 2016. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de syphilis infectieuse pour 100 000 personnes chez les hommes, les femmes et le taux global.

Année Taux
Homme Femme Total
2007 6,7 1,0 3,8
2008 7,3 1,1 4,2
2009 8,6 0,9 4,7
2010 9,2 0,9 5,0
2011 9,6 0,7 5,1
2012 11,3 0,6 5,9
2013 11,9 0,8 6,3
2014 12,7 0,9 6,7
2015 16,9 1,0 8,9
2016 19,5 1,7 10,6

5.2 Groupe d'âge

En 2016, les hommes affichaient des taux plus élevés que les femmes dans presque tous les groupes d'âge, excepté les moins de 15 ans (Figure 12).Les taux les plus élevés ont été observés chez les 25-39 ans chez les hommes et chez les 15-29 ans chez les femmes. Dans l'ensemble, les hommes âgés de 25 à 39 ans représentaient 42 % du total des cas déclarés de syphilis chez les hommes en 2016, même s'ils ne représentaient que 21% de la population masculine totale. Les femmes âgées de 15 à 29 ans représentaient 56% du total des cas déclarés de syphilis chez les femmes; toutefois, elles ne représentaient que 19 % de la population féminine totale.

Figure 12. Taux de cas de syphilis infectieuse déclarés au Canada selon le sexe et le groupe d'âge, en 2016
Figure 12. Text version below.
Figure 12 - Équivalent textuel

Ce graphique présente le taux de cas de syphilis infectieuse déclarés au Canada selon le sexe et le groupe d'âge, en 2016. L'axe horizontal montre les groupes d'âge de moins de 15 ans jusqu'à plus de 60 ans. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de syphilis infectieuse pour 100 000 personnes chez les hommes, les femmes et le taux global.

Groupes d'âge Taux
Homme Femme Total
<15 ans 0,0 0,1 0,0
15-19 ans 5,7 3,5 4,6
20-24 ans 26,9 6,0 16,8
25-29 ans 40,5 5,4 23,3
30-39 ans 38,5 2,9 20,7
40-59 ans 28,4 1,1 14,8
60+ ans 5,2 0,1 2,5

Au cours des dix dernières années (2007-2016), tous les groupes d'âge ont connu une augmentation des taux, sauf les enfants de moins de 15 ans. Les groupes d'âge affichant les taux les plus élevés étaient différents de ceux présentant les augmentations de taux les plus importantes. Les taux globaux les plus élevés ont été observés chez les 25-39 ans (Figure 12) tandis que les hausses relatives les plus importantes ont été relevées dans les groupes d'âge plus jeunes : une hausse de 287 %, de 4,3 % à 16,8 pour 100 000 personnes chez les 20-24 ans, suivie d'une augmentation de 258 %, de 1,3 à 4,6 pour 100 000 personnes chez les 15-19 ans.

Les deux groupes d'âge présentant les taux les plus élevés chez les hommes, les 25-29 ans et les 30-39 ans, ont affiché des taux très semblables au fil des ans. Chez les femmes, pour la majeure partie de la période, le taux le plus élevé a été observé chez les 20-24 ans, suivies des 25-29 ans.

Chez les hommes, la hausse des taux la plus importante a été relevée chez les 15-19 ans avec une augmentation de 368 %, de 1,2 à 5,7 pour 100 000 personnes - (Figure 13). Ce groupe est suivi de près par le groupe des 20-24 ans, en hausse de 331 %, de 6,2 à 26,9 pour 100 000 personnes. Chez les femmes, l'augmentation la plus marquée a eu lieu chez les 60 ans et plus, en hausse de 203 %, de 0,03 à 0,09 pour 100 000 personnes. Ce groupe est suivi du groupe des 20-24 ans, en hausse de 155 %, de 2,4 à 6,0 pour 100 000 personnes (Figure 14).

Figure 13. Taux de cas de syphilis infectieuse déclarés au Canada par groupe d'âge chez les hommes, entre 2007 et 2016
Figure 13. Text version below.
Figure 13 - Équivalent textuel

Ce graphique présente le taux de cas de syphilis infectieuse déclarés au Canada par groupe d'âge chez les hommes, entre 2007 et 2016. L'axe horizontal montre les années de 2007 à 2016. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de syphilis infectieuse pour 100 000 personnes pour tous les groupes d'âge.

Année Groupes d'âge
<15 ans 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60+ ans
2007 0,03 1,23 6,23 9,92 14,22 10,46 1,77
2008 0,00 1,22 9,01 13,12 13,57 11,43 1,87
2009 0,00 3,39 12,72 16,95 16,39 12,26 1,67
2010 0,00 3,91 12,90 15,36 15,91 14,17 2,64
2011 0,00 4,45 16,09 19,77 17,25 13,64 2,11
2012 0,00 6,25 21,61 22,14 20,36 14,96 2,94
2013 0,00 3,93 20,87 25,72 21,65 16,03 3,41
2014 0,00 4,09 19,73 25,39 24,74 18,12 2,87
2015 0,03 5,29 23,56 36,43 33,33 23,89 4,37
2016 0,00 5,74 26,85 40,55 38,52 28,38 5,18
Figure 14. Taux de cas de syphilis infectieuse déclarés au Canada par groupe d'âge chez les femmes, entre 2007 et 2016
Figure 14. Text version below.
Figure 14 - Équivalent textuel

Ce graphique présente le taux de cas de syphilis infectieuse déclarés au Canada par groupe d'âge chez les femmes, entre 2007 et 2016. L'axe horizontal montre les années de 2007 à 2016. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de syphilis infectieuse pour 100 000 personnes pour tous les groupes d'âge.

Année Groupes d'âge
<15 ans 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60+ ans
2007 0,07 1,38 2,35 3,16 1,88 0,81 0,03
2008 0,04 2,09 3,60 3,01 2,14 0,84 0,06
2009 0,00 0,91 3,30 2,95 1,59 0,74 0,08
2010 0,00 1,46 3,32 2,64 1,53 0,60 0,05
2011 0,00 1,65 1,98 1,86 1,21 0,41 0,03
2012 0,00 1,49 2,20 1,09 1,02 0,53 0,03
2013 0,04 1,98 3,08 2,08 1,51 0,41 0,10
2014 0,04 1,83 3,56 2,31 1,65 0,59 0,05
2015 0,00 1,67 3,25 3,83 1,99 0,65 0,05
2016 0,07 3,49 5,99 5,44 2,88 1,13 0,09

5.3 Répartition géographique

En 2016, les provinces et les territoires qui ont signalé des taux de chlamydiose supérieurs à la moyenne nationale de 10,6 pour 100 000 personnes étaient les suivants : Nunavut (260,9 pour 100 000 personnes), Manitoba (17,6 pour 100 000 personnes), Colombie-Britannique (12,4 pour 100 000 personnes) et Québec (11,7 pour 100 000 personnes) (Tableau 3).

Voici les autres provinces et territoires dont les taux sont inférieurs à la moyenne nationale : Ontario (10 pour 100 000 personnes), Alberta (9,6 pour 100 000 personnes), Saskatchewan (7,4 pour 100 000 personnes), Terre-Neuve-et-Labrador (4,3 pour 100 000 personnes), Nouvelle-Écosse (1,8 pour 100 000 personnes), Nouveau-Brunswick (1,7 pour 100 000 personnes), Île-du-Prince-Édouard (1,3 pour 100 000 personnes), Yukon (0,0 pour 100 000 personnes) et Territoires du Nord-Ouest (0,0 pour 100 000 personnes) (Figure 15). De 2007 à 2016, toutes les provinces et tous les territoires ont vu leur taux global de cas de syphilis augmenter, excepté les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon, qui ont connu une hausse puis un recul, aucun cas n'ayant été signalé en 2016.

Tableau 3. Nombre et taux de cas de syphilis infectieuse déclarés pour 100 000 personnes au Canada par province, territoire et sexe, en 2016
Province ou territoire GlobalNote de bas de page 1 Hommes Femmes
Nombre de cas Taux Nombre de cas Taux Nombre de cas Taux
Colombie-Britannique 591 12,4 577 24,4 13 0,5
Alberta 408 9,6 356 16,6 52 2,5
Saskatchewan 85 7,4 79 13,6 6 1,0
Manitoba 232 17,6 158 24,1 74 11,2
Ontario 1 391 10,0 1 313 19,1 70 1,0
Québec 970 11,7 927 22,4 41 1,0
Nouveau-Brunswick 13 1,7 13 3,5 0 0,0
Nouvelle-Écosse 17 1,8 17 3,7 0 0,0
Île-du-Prince-Édouard 2 1,3 2 2,7 0 0,0
Terre-Neuve-et-Labrador 23 4,3 21 8,0 2 0,7
Yukon 0 0,0 0 0,0 0 0,0
Territoires du Nord-Ouest 0 0,0 0 0,0 0 0,0
Nunavut 97 260,9 45 233,7 52 290,2
Canada 3 829 10,6 3 508 19,5 310 1,7
Footnote 1

Le taux global comprend les cas au sexe non précisé.

Return to footnote 1 referrer

Figure 15. Taux de cas de syphilis déclarés pour 100 000 personnes par province et territoire au Canada, en 2016
Figure 15. Text version below.
Figure 15 - Équivalent textuel

Figure 15. Taux de cas de syphilis déclarés pour 100 000 personnes par province et territoire au Canada, en 2016 Cette carte présente le taux de cas de syphilis infectieuse déclarés au Canada par province et territoire, en 2016. L'axe vertical montre le taux de cas déclarés de syphilis infectieuse pour 100 000 personnes par différentes couleurs, correspondant à celles sur la carte.

Province et Territoire Taux
Colombie-Britannique 12,4
Alberta 9,6
Saskatchewan 7,4
Manitoba 17,6
Ontario 10,0
Québec 11,7
Nouveau-Brunswick 1,7
Nouvelle-Écosse 1,8
Île-du-Prince-Édouard 1,3
Terre-Neuve-et-Labrador 4,3
Yukon 0,0
Territoires du Nord-Ouest 0,0
Nunavut 260,9
Canada 10,6

5.4 Syphilis congénitale

Le nombre de cas confirmés de syphilis congénitale signalés au Canada a varié d'un à 10 cas par an de 2007 à 2016 (Tableau 4).

Tableau 4. Nombre de cas signalés et taux de syphilis congénitale au Canada, de 2007 à 2016

Indicateur
Année du diagnostic
2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Nombre de cas 7 5 10 5 4 3 1 1 5 4
Taux pour 100 000 naissances vivantes 1,90 1,32 2,63 1,33 1,06 0,79 0,26 0,26 1,31 1,04

6.0 Conclusion

De 2007 à 2016, les tendances observées dans les années précédentes se vérifiaient encore : les taux ont augmenté pour les trois ITS. Depuis 2015, les taux de syphilis et de gonorrhée ont affiché la plus forte augmentation relative (18,8 % et 18,2 % respectivement), tandis que les taux d'infection à Chlamydia trachomatis ont légèrement augmenté (2,9 %). Les femmes présentaient des taux plus élevés de chlamydiose alors que les hommes affichaient des taux plus élevés de gonorrhée. Ces derniers représentaient également la grande majorité des cas de syphilis (92 %). Pour les trois maladies, les taux ont augmenté plus rapidement chez les hommes.

En 2016, la plupart des cas de chlamydiose et de gonorrhée ont été observés chez les jeunes et les jeunes adultes, tandis que des taux élevés de syphilis infectieuse ont été observés chez les 20-59 ans. Plus particulièrement, les taux des trois maladies ont augmenté chez les groupes plus âgés.

Ces hausses s'expliquent notamment par une augmentation réelle de l'incidence attribuable à des comportements sexuels à risque et à l'évolution des normes sociétales, mais aussi par des analyses de laboratoire plus sensibles et une augmentation du dépistage. L'Agence de la santé publique du Canada a publié trois articles sur la surveillance de l'infection à Chlamydia trachomatis, de la gonorrhée et de la syphilis au Canada pour la période 2010-2015 en février 2018 (1-3). Ces articles décrivent en détail les raisons possibles de l'augmentation des ITS. La surveillance continue des ITS et la recherche aideront à guider les activités de prévention et de contrôle des ITS.

Annexe A : Taux Déclarés D'Infection À Chlamydia Trachomatis Pour 100 000 Personnes Au Canada, Par Sexe Et Groupe D'Âge, CNDSS, 2007-2016

Taux de cas d'infection à Chlamydia trachomatis déclarés pour 100 000 personnes au Canada par groupe d'âge chez les hommes, entre 2007 et 2016
Année Taux global Groupes d'âge
<15 ans 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60+ ans
2007 154,3 1,9 320,4 808,5 500,8 188,7 41,5 5,1
2008 168,9 2,4 366,0 895,4 536,6 206,2 45,5 4,2
2009 176,1 2,5 401,8 924,0 562,2 210,9 47,1 5,0
2010 190,4 2,4 422,1 992,2 609,1 238,8 50,6 6,4
2011 203,7 2,2 446,4 1078,3 651,7 252,8 56,1 6,0
2012 215,1 2,4 464,5 1089,4 713,1 275,8 62,2 6,3
2013 220,9 2,3 452,3 1092,2 743,9 297,8 66,8 7,7
2014 230,7 1,4 458,8 1127,5 778,2 320,8 72,9 9,1
2015 249,2 1,9 504,4 1192,8 839,7 357,1 83,3 10,1
2016 261,0 1,9 527,6 1226,0 865,4 386,6 94,1 10,8
Taux de cas de d'infection à Chlamydia trachomatis déclarés pour 100 000 personnes au Canada par groupe d'âge chez les femmes, entre 2007 et 2016
Année Taux global Groupes d'âge
<15 ans 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60+ ans
2007 290,6 18,3 1461,8 1646,2 676,6 205,7 28,2 1,8
2008 326,8 19,2 1659,3 1811,9 764,6 241,4 34,5 1,4
2009 341,0 20,9 1728,7 1874,2 788,0 261,9 40,1 2,2
2010 364,6 20,7 1803,0 2017,6 853,2 288,0 47,4 2,3
2011 384,5 21,8 1876,4 2146,9 895,8 317,7 50,6 3,0
2012 388,9 19,7 1832,5 2175,3 948,0 337,4 55,5 3,1
2013 376,5 20,9 1762,8 2113,1 944,7 332,4 53,7 2,4
2014 382,5 20,3 1741,7 2152,1 1006,1 354,0 57,2 3,1
2015 398,7 20,8 1794,1 2271,5 1061,5 384,8 64,5 3,0
2016 405,6 19,2 1874,2 2314,3 1085,4 389,2 69,3 3,9

Annexe B : Taux Déclarés De Gonorrhée Pour 100 000 Personnes Au Canada, Par Sexe Et Groupe D'Âge, CNDSS, 2007-2016

Taux de cas de gonorrhée déclarés pour 100 000 personnes au Canada par groupe d'âge chez les hommes, entre 2007 et 2016
Année Taux global Groupes d'âge
<15 ans 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60+ ans
2007 42,4 0,4 72,2 155,3 118,5 65,6 27,1 4,2
2008 42,6 0,7 71,6 166,2 121,6 67,5 24,3 4,0
2009 36,7 0,4 61,9 144,4 104,0 55,8 22,4 3,2
2010 37,8 0,8 60,9 140,6 113,6 59,3 23,0 4,3
2011 40,2 0,7 62,0 149,0 117,1 64,1 26,0 4,3
2012 42,5 0,6 62,5 154,5 136,1 69,7 25,9 3,7
2013 48,2 0,6 67,4 168,8 152,6 84,4 29,8 4,2
2014 58,7 0,3 70,5 198,2 190,2 105,9 38,5 5,7
2015 70,1 0,5 75,1 218,2 229,1 142,6 45,8 6,3
2016 84,1 0,4 83,9 246,6 269,6 171,8 60,3 9,3
Taux de cas de gonorrhée déclarés pour 100 000 personnes au Canada par groupe d'âge chez les femmes, entre 2007 et 2016
Année Taux global Groupes d'âge
<15 ans 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60+ ans
2007 29,9 3,5 150,8 151,6 67,8 26,2 3,9 0,4
2008 33,5 3,2 166,6 165,2 80,6 29,8 5,2 0,4
2009 29,6 3,0 146,2 149,2 70,4 26,6 4,4 0,4
2010 29,1 3,0 143,7 142,0 70,4 26,3 5,1 0,5
2011 29,6 2,5 140,8 144,7 76,5 27,1 5,7 0,5
2012 32,4 2,8 150,5 159,2 85,3 31,5 6,2 0,7
2013 32,8 3,7 151,1 155,5 87,4 34,6 6,9 0,3
2014 32,9 2,8 135,0 161,6 90,0 38,0 8,3 0,5
2015 40,6 3,0 153,7 190,8 123,2 53,6 10,6 0,7
2016 46,8 3,1 171,6 207,5 146,5 67,5 13,5 0,9

Annexe C : Taux Déclarés De Syphilis Infectieuse Pour 100 000 Personnes Au Canada, Par Sexe Et Groupe D'Âge, CNDSS, 2007-2016

Taux de cas de syphilis infectieuse déclarés pour 100 000 personnes au Canada par groupe d'âge chez les hommes, entre 2007 et 2016
Année Taux global Groupes d'âge
<15 ans 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60+ ans
2007 6,70 0,03 1,23 6,23 9,92 14,22 10,46 1,77
2008 7,30 0,00 1,22 9,01 13,12 13,57 11,43 1,87
2009 8,60 0,00 3,39 12,72 16,95 16,39 12,26 1,67
2010 9,20 0,00 3,91 12,90 15,36 15,91 14,17 2,64
2011 9,60 0,00 4,45 16,09 19,77 17,25 13,64 2,11
2012 11,30 0,00 6,25 21,61 22,14 20,36 14,96 2,94
2013 11,90 0,00 3,93 20,87 25,72 21,65 16,03 3,41
2014 12,70 0,00 4,09 19,73 25,39 24,74 18,12 2,87
2015 16,90 0,03 5,29 23,56 36,43 33,33 23,89 4,37
2016 19,50 0,00 5,74 26,85 40,55 38,52 28,38 5,18
Taux de cas de syphilis infectieuse déclarés pour 100 000 personnes au Canada par groupe d'âge chez les femmes, entre 2007 et 2016
Année Taux global Groupes d'âge
<15 ans 15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60+ ans
2007 1,00 0,07 1,38 2,35 3,16 1,88 0,81 0,03
2008 1,10 0,04 2,09 3,60 3,01 2,14 0,84 0,06
2009 0,90 0,00 0,91 3,30 2,95 1,59 0,74 0,08
2010 0,90 0,00 1,46 3,32 2,64 1,53 0,60 0,05
2011 0,70 0,00 1,65 1,98 1,86 1,21 0,41 0,03
2012 0,60 0,00 1,49 2,20 1,09 1,02 0,53 0,03
2013 0,80 0,04 1,98 3,08 2,08 1,51 0,41 0,10
2014 0,90 0,04 1,83 3,56 2,31 1,65 0,59 0,05
2015 1,00 0,00 1,67 3,25 3,83 1,99 0,65 0,05
2016 1,70 0,07 3,49 5,99 5,44 2,88 1,13 0,09

Références

  1. Choudhri Y., Miller J., Sandhu J., Leon A., Aho J. L'infection à chlamydia au Canada de 2010 à 2015. Relevé des maladies transmissibles au Canada. 2018;44(2) :54-60. https://doi.org/10.14745/ccdr.v44i02a03f
  2. Choudhri Y., Miller J., Sandhu J., Leon A., Aho J. La gonorrhée au Canada de 2010 à 2015. Relevé des maladies transmissibles au Canada. 2018;44(2) :40-46. https://doi.org/10.14745/ccdr.v44i02a01f
  3. Choudhri Y., Miller J., Sandhu J., Leon A., Aho J. La syphilis infectieuse et la syphilis congénitale au Canada, de 2010 à 2015. Relevé des maladies transmissibles au Canada. 2018;44(2) :47-53. https://doi.org/10.14745/ccdr.v44i02a02f
  4. Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections. Résumé du cadre pancanadien sur les infections transmissibles sexuellement et par le sang. Relevé des maladies transmissibles au Canada 2018;44(7/8):201-4. https://doi.org/10.14745/ccdr.v44i78a05f
footnote

Le taux global comprend le sexe non précisé.

Return to footnote a referrer

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :