Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada : document technique – le dicamba

Table des matières

Recommandation

La concentration maximale acceptable (CMA) de dicamba dans l'eau potable est de 0,12 mg/L (120 µg/L).

Propriétés physico-chimiques, utilisations et sources de contamination

Le dicamba est un herbicide à large spectre, dérivé chloré de l'acide benzoïque, utilisé en grandes quantités pour lutter d'une façon générale contre les mauvaises herbes qui parasitent les cultures céréalières, les pâturages et les surfaces non cultivées. Entre 500 000 kg et 1 million de kilogrammes de dicamba, de son sel d'amine ou de son ester de butoxyéthyle sont vendus chaque année au Canada.Note de bas de page 1
Le dicamba n'est que légèrement soluble dans l'eau alors que ses sels et ses esters le sont largement.Note de bas de page 2 Sa pression de vapeur est de 3,9 x 10-6 Pa à 20°C. Il est stable à l'oxydation et à l'hydrolyse et est persistant dans le sol, car il y demeure de trois à 12 mois.Note de bas de page 3 Il n'est pas fortement adsorbé sur les particules de sol et est facilement lixivié dans la nappe phréatique;Note de bas de page 4 aussi, l'Environmental Protection Agency des États-Unis le considère-t-elle comme un produit chimique de priorité A en raison des risques de contamination des eaux souterraines.Note de bas de page 5

Exposition

Le dicamba n'a pas été décelé dans des échantillons prélevés dans les réseaux publics de distribution d'eau potable en Alberta, mais il l'a été en deux occasions (sur 48 analyses) dans des échantillons provenant de réseaux publics du Manitoba et dans environ 6 pour cent des puits privés couverts par des relevés dans le sud de l'Ontario,Note de bas de page 6-8 la concentration maximale signalée étant de 2,3 µg/L.Note de bas de page 8 Des traces de dicamba ont été trouvées, à l'occasion, dans des eaux superficielles du Manitoba et de l'Ontario.Note de bas de page 8 Il s'est retrouvé dans 18 pour cent des échantillons d'eaux superficielles du bassin hydrographique de la rivière Thames, en Ontario.Note de bas de page 9

Télécharger le format de rechange
(Format PDF, 26 Mo, 3 pages)

Organisation : Santé Canada
Type : Lignes directrices
Date publiée : 2009-02-06

Sujets connexes

Calculée à partir des limites maximales de résidus tolérées par la Direction des aliments du ministère de la Santé nationale et du Bien-être socialNote de bas de page 10 et des schèmes de consommation du Canadien moyen,Note de bas de page 11 l'apport alimentaire maximal de dicamba d'un Canadien adulte serait, en théorie, de 0,0003 mg/kg p.c. par jour, soit moins de 3 pour cent de l'apport quotidien acceptable (AQA) établi par le ministère de la Santé nationale et du Bien-être social en supposant que chacune des cultures pour lesquelles l'usage est homologué renferme la concentration maximale admise de 0,1 µg/g. L'apport réel sera inférieur à cette «pire valeur» supposée. Aux États-Unis, l'apport maximal théorique provenant du régime alimentaire est d'environ 10 fois cette valeur, soit 33 pour cent de l'AQA, car les concentrations maximales de résidus tolérées sont plus élevées et un plus grand nombre d'emplois sur les cultures sont homologués.Note de bas de page 12 Le dicamba n'a pas été couvert par des enquêtes sur les résidus dans l'ensemble des aliments ni au Canada ni aux États-Unis.

Méthodes d'analyse et techniques de traitement

Le dosage du dicamba dans l'eau peut se faire par dilution isotopique, extraction par chromatographie en phase gazeuse/spectrométrie de masse,Note de bas de page 13 méthylation et chromatographie en phase gazeuseNote de bas de page 14 ou pentafluorobenzylation et chromatographie en phase gazeuse associée à une détection par capture d'électrons.Note de bas de page 15 Dans cette dernière technique, la limite de détection étant de 0,05 à 0,1 µg/L,Note de bas de page 9,Note de bas de page 15 la limite de dosage quantitatif est donc d'environ 0,5 µg/L.
L'adsorption sur granules de charbon actif serait une technique d'extraction possible du dicamba de l'eau potable.Note de bas de page 16

Effets sur la santé

Le dicamba est facilement et presque complètement absorbé par le tube digestif. Chez le rat, le métabolisme est rapide, 70 pour cent de la dose étant excrétée sous forme intacte dans les urines en cinq heures, et la majeure partie de la quantité restante dans les trois jours.Note de bas de page 17
Le dicamba a une toxicité aiguë assez faible.Note de bas de page 4 Son principal effet toxique s'exerce sur le foie, donnant lieu à une vacuolisation, à la nécrose, à la formation de dépôts graisseux et à des modifications du poids du foie aux plus fortes doses chez le rat et le chien.Note de bas de page 4 Dans une étude sur la toxicité sub-chronique (15 semaines), des rats mâles Wistar ont reçu par leur alimentation des doses de dicamba technique équivalant à 0, 3,8, 12, 37, 119 ou 364 mg/kg p.c. par jour. La dose sans effet nocif observé (DSENO) a été fixée à 37 mg/kg p.c. par jour à partir des augmentations des rapports relatifs poids du foie/poids corporel aux doses de 119 et de 364 mg/kg p.c. par jour.Note de bas de page 18

Dans une étude de 13 semaines, des rats Sprague-Dawley mâles et femelles ont reçu par leurs aliments des doses de dicamba technique dans une formulation renfermant de la diméthylamine, à raison de 41, 206, 330 et 413 mg de dicamba par kilogramme d'aliments par jour. À la dose supérieure, soit 413 mg/kg dans les aliments ou environ 21 mg/kg p.c. par jour, on a observé une nécrose et la vacuolisation du foie. La DSENO liée aux effets sur le foie était de 206 mg de dicamba par kilogramme d'aliments, soit d'environ 10 mg/kg p.c. par jour (étude non publiée, citée au renvoi 4).

Des rats Sprague-Dawley (32 par sexe et par dose) ont reçu dans leur régime alimentaire du dicamba technique aux doses équivalant à 0, 0,25, 2,5, 5, 12,5 ou 25 mg/kg p.c. par jour pendant deux ans. À aucune des doses on n'a décelé de différences dans le taux de survie, le poids corporel, la consommation d'aliments, le poids des organes ou l'histologie, mais les données présentées étaient insuffisantes pour qu'on en déduise une DSENO.Note de bas de page 19
Dans une étude échelonnée sur deux années où des chiens (trois par sexe et par dose) ont reçu du dicamba technique à raison de 0, 0,125, 0,625 ou 1,25 mg/kg p.c. par jour dans leurs aliments, on a observé une perte de poids corporel chez les mâles à qui l'on avait administré 0,625 et 1,25 mg/kg p.c. par jour, et la DSENO déduite a été de 0,125 mg/kg p.c. par jour. On n'a noté aucun effet lié au composé sur le taux de survie, la consommation d'aliments, l'hématologie, l'examen des urines ou le poids des organes. Aucune donnée n'a été présentée sur la pathologie macroscopique ni sur l'histologie d'autres organes que le coeur, le poumon, le foie et le rein.Note de bas de page 19
Aucune hausse de l'incidence des tumeurs, qui seraient liées au composé, n'a été observée dans une étude échelonnée sur deux années chez le chien ni dans une étude portant sur l'alimentation de rats, étalée sur deux ans.Note de bas de page 19 Il faut cependant souligner que ces études étaient insuffisantes et ne permettaient pas d'évaluer le pouvoir cancérogène du dicamba.
Le dicamba ne s'est pas révélé mutagène lors de plusieurs épreuves microbiennes, incluant le test d'Ames/Salmonella.Note de bas de page 4,Note de bas de page 20,Note de bas de page 21 D'autres épreuves de courte durée s'avèrent nécessaires pour les essais chez les mammifères, les anomalies chromosomiques et les tests de réparation de l'ADN.
Dans une étude réalisée chez trois générations de rats CD (20 femelles et 10 mâles par dose) ayant reçu du dicamba à raison de 0, 0,25, 2,5, 5, 12,5 ou 25 mg/kg p.c. par jour, on n'a constaté aucun effet sur la fertilité, la viabilité ou le développement des ratons.Note de bas de page 22 On n'a observé aucun effet tératogène ni foetotoxiques chez les rates albinos ayant reçu par gavage du dicamba technique du 6e au 19e jour, à des doses atteignant 400 mg/kg p.c. par jour.Note de bas de page 16 Des lapines blanches New Zealand ont reçu, par voie orale du dicamba technique à raison de 0, 0,5, 1, 3, 10 ou 20 mg/kg p.c. du 6e au 18e jour de la gestation. On a observé une DSENO de 3 mg/kg p.c. par jour, fondée sur des réductions de poids corporel tant du foetus que de la mère et sur l'augmentation des échecs après nidation aux doses de 10 ou de 20 mg/kg p.c. par jour. Aucun effet tératogène n'a été observé.Note de bas de page 23

Justification

Fondé sur des évaluations de données non publiées par la Direction des aliments du ministère de la Santé nationale et du Bien-être social,Note de bas de page 24 l'AQA de dicamba a été calculé comme suit :
Formulaire
Long description - L'équation utilisée pour calculer l'apport quotidien acceptable (AQA) pour le dicamba.
L'AQA pour le dicamba est calculé en divisant la dose sans effet nocif observé de 1,25 mg/kg de poids corporel par jour par le facteur d'incertitude de 100. Ce calcul donne un AQA pour le dicamba de 0,0125 mg/kg de poids corporel par jour.

où :

  • 1,25 mg/kg p.c. par jour est la dose sans effet nocif observé dans une étude échelonnée sur deux années chez le chienNote de bas de page 4
  • 100 est le facteur d'incertitude (multiplié par 10 pour la variation intra-espèces; multiplié par 10 pour la variation inter-espèces).

La concentration maximale acceptable (CMA) de dicamba dans l'eau potable est calculée à partir de l'AQA comme suit :

Formulaire
Long description - L'équation utilisée pour calculer la concentration maximale acceptable (CMA) pour le dicamba dans l'eau potable.
La CMA pour le dicamba se calcule en multipliant l'AQA de 0,0125 mg/kg de poids corporel par jour par 70 kg, soit le poids moyen d'un adulte, puis par 0,20, soit la proportion de l'apport quotidien attribuable à l'eau potable. Le résultat de ces multiplications est ensuite divisé par 1,5 L/jour, qui est la consommation journalière moyenne d'eau potable pour un adulte. Cette équation donne une CMA arrondie de 0,12 mg/L de dicamba dans l'eau potable.

où :

  • 0,0125 mg/kg p.c. par jour est l'AQA, tel que calculé ci-dessus
  • 70 kg est le poids corporel moyen d'un adulte
  • 0,20 est la proportion de l'apport quotidien total de dicamba attribuée à l'eau potable (l'apport alimentaire maximal est, en théorie, inférieur à 3 pour cent d'AQA)
  • 1,5 L/jour est la consommation moyenne quotidienne d'eau potable d'un adulte.

Il est à noter que l'application d'un facteur d'incertitude de 1 000 dans le calcul de l'AQA donne une CMA de 0,01 mg/L.

Références bibliographiques

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :