Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada : document technique – la simazine

Table des matières

Recommandation

La concentration maximale acceptable (CMA) de simazine dans l'eau potable est de 0,01 mg/L (10 µg/L).

Propriétés physico-chimiques, utilisations et sources de contamination

La simazine (C7H12ClN5) est une triazine utilisée comme agent de stérilisation du sol et comme herbicide de prélevée contre les mauvaises herbes dicotylédones et graminées qui infestent un large éventail de cultures. Elle est également employée contre les mauvaises herbes aquatiques. Entre 100 000 et 500 000 kg sont utilisés chaque année au Canada.Note de bas de page 1 La solubilité de la simazine dans l'eau est de 3,5 mg/L à 20°C; sa pression de vapeur est de 8,1 × 10-7 Pa à 20°C.Note de bas de page 2 Le logarithme du coefficient de partage octanol-eau de la simazine est de 1,94;Note de bas de page 3 il est donc peu probable qu'elle atteigne un degré de bioaccumulation sensible dans les tissus humains ou animaux.

La simazine appliquée au sol demeurera principale-ment dans la couche supérieure de 5 cm.Note de bas de page 4 Sa pénétration à travers les couches de sol dépend du pH; elle est plus soluble aux faibles pH, car elle se lie davantage à l'argile ou aux matières organiques du sol aux pH plus élevés.Note de bas de page 5 La simazine est moins sujette à la lixiviation que d'autres triazines herbicides;Note de bas de page 6 le degré de lixiviation diminue avec l'augmentation de la teneur en matières organiques et en argile.Note de bas de page 7 La dégradation microbienne peut faciliter grandement l'élimination de la simazine du sol.Note de bas de page 4 Des processus biologiques sont également les principaux artisans de son élimination de l'eau. Sa persistance dans les milieux aquatiques dépend de nombreux facteurs, notamment de la quantité d'algues et de mauvaises herbes présentes; sa demi-vie moyenne dans les eaux stagnantes est, d'après les rapports, d'environ 30 jours.Note de bas de page 4

Exposition

La simazine a été décelée dans neuf des 440 échantillons d'eau superficielle (concentration moyenne décelable de 0,6 µg/L) provenant de bassins hydrographiques de l'Ontario couverts par des relevés, de 1981 à 1985 (limites de détection de 0,2 µg/L); seulement 800 kg au total avaient été utilisés dans ces régions en 1983.Note de bas de page 8 La simazine a été décelée dans 55 des 1 199 échantillons d'eau prélevés dans des réseaux municipaux et privés de distribution d'eau potable en Nouvelle-Écosse (1986), au Québec (1986), en Ontario (de 1979 à 1986), au Manitoba (1986) et en Alberta (de 1978 à 1986) (les limites de détection variaient de 0,025 à 1,0 µg/L). La concentration maximale a été trouvée dans l'eau d'un puits privé de l'Ontario et se chiffrait à 23 µg/L.Note de bas de page 9

Télécharger le rapport complet
(Format PDF, 129 Ko, 4 pages)

Organisation : Santé Canada

Type : Lignes directrices
Date publiée : 1989-06

Sujets connexes

Calculée à partir des teneurs maximales en résidus tolérées par la Direction des aliments du ministère de la Santé nationale et du Bien-être social,Note de bas de page 10 l'apport maximal de simazine dans les aliments est, en théorie, de 0,02 mg/jour. On n'a trouvé aucune information sur la quantité réelle de simazine absorbée. Des essais normalisés sur les résidus, réalisés dans plusieurs pays, montrent que les concentrations dans les plantes récoltées sont habituellement inférieures à 0,04 mg/kg. Au nombre des exceptions, toutefois, on peut citer l'asperge qui renfermait 0,13 mg/kg de simazine et le maïs fourrager où la concentration était de 0,35 mg/kg, sept jours après l'application de 4,4 kg d'ingrédient actif par hectare. La teneur en résidus dans la viande bovine, le mouton et le lait était inférieure à 0,1 mg/kg (limite résiduelle négligeable pour le Canada)Note de bas de page 10 après ingestion d'aliments renfermant 10 ppm de simazine.Note de bas de page 7

Méthodes d'analyse et techniques de traitement

Le dosage de la simazine dans l'eau peut se faire par extraction avec du chloroforme, séparation par chromatographie gaz-liquide, suivie d'une détection par conduction électrolytique, mode azote (limite de détection de 0,2 µg/L).Note de bas de page 8 Une autre méthode possible serait l'extraction au dichlorométhane, la séparation sur colonne chromatographique capillaire et la détection en mode azote-phosphore (limite de détection estimative de 0,1 à 2 µg/L).Note de bas de page 11

Des rapports indiquent que les méthodes de traite-ment classiques seraient relativement inefficaces pour l'extraction de la simazine de l'eau potable.Note de bas de page 11 On a signalé une baisse de 44 pour cent de la concentration de simazine après le traitement par adsorption sur du charbon actif en poudre, à Saint-Hyacinthe au Québec,Note de bas de page 12 d'une eau dont la concentration initiale en simazine était de 480 ng/L. Des rapports font aussi état d'une élimination de 43 à 100 pour cent de la simazine de l'eau par adsorption sur du charbon actif en poudre et d'une extraction de 35 à 89 pour cent par adsorption sur granules de charbon actif (les concentrations initiales n'étaient pas indiquées).Note de bas de page 11 Parmi les autres méthodes d'extraction de la simazine de l'eau dont l'efficacité a été vérifiée (concentrations initiales non rapportées), on peut citer l'extraction par résines échangeuses d'ions (81 à 95 pour cent), l'oxydation par le chlore (17 à 74 pour cent, selon la concentration), l'oxydation par le dioxyde de chlore (8 à 27 pour cent), l'ozonation (92 pour cent dans de l'eau distillée traitée artificielle-ment, l'oxydation (19 à 42 pour cent dans de l'eau distillée traitée artificiellement renfermant du peroxyde d'hydrogène, 1 à 25 pour cent dans de l'eau fluviale traitée artificiellement) et l'oxydation par du permanganate de potassium (jusqu'à 26 pour cent dans de l'eau distillée traitée artificiellement).Note de bas de page 11

Effets sur la santé

On dispose de peu d'information sur le degré d'absorption de la simazine ingérée. Quatre jours après l'administration, par sonde gastrique à des rats Carworth Farm E, de 0,8 mg de simazine marquée radioactive-ment, mélangée à 1 mL d'huile d'arachides, 91,9 pour cent (chez les mâles) à 94,5 pour cent (chez les femelles) a été recouvré; 40,6 pour cent a été éliminé dans les urines, 47,2 pour cent a été retrouvé dans les fèces et 3 pour cent de la dose est demeurée dans les tissus des animaux. La N-déalkylation et la formation d'acide mercapturique ont été les principales voies de métabolisme,Note de bas de page 13 Note de bas de page 14 les principaux métabolites urinaires étant la N-acétyl-S-[4-amino-6-(1-méthyl-1-cyanoéthylamino)-s-triazinyl-2]-L-cystéine et la 2-chloro-4-amino-6-(1-méthyl-1-cyanoéthylamino)-s-triazine.Note de bas de page 13

On n'a trouvé aucun rapport sur la toxicité de la simazine ingérée par les humains, bien que le contact avec la peau provoque une dermatite.Note de bas de page 14 On croit que la simazine n'entraîne qu'une légère toxicité aiguë chez les mammifères.Note de bas de page 7

Au cours d'une étude menée chez des rats Charles River (30 par sexe et par dose), les sujets ont reçu des aliments renfermant 0, 1, 10 ou 100 ppm de simazine pendant deux années. On n'a observé aucun signe de toxicité à aucune des doses, et noté aucune différence entre les animaux traités et les témoins après examen pathologique macroscopique et histopathologique. La dose sans effet nocif observé (DSENO) a été jugée supérieure à 100 ppm,Note de bas de page 15 ce qui équivaut à 5 mg/kg p.c. par jour.Note de bas de page 11 Cette étude est très limitée pour qu'on en dérive une DSENO, en raison du très fort taux de mortalité imputable à des causes non signalées (de 50 à 82 pour cent pour divers groupes).Note de bas de page 7

Des chiens (deux mâles et deux femelles par groupe de dose, de souches non spécifiées) ont reçu des aliments renfermant 0, 15, 150 ou 1 500 ppm pendant deux ans ou moins; deux sujets par groupe ayant été sacrifiés après 52 semaines pour un examen pathologi-que poussé. Les chiens ayant reçu 1 500 ppm avaient un poids corporel légèrement inférieur; on a également décelé sporadiquement des teneurs légèrement plus élevées en phosphatase alcaline et en transaminase glutamo-oxaloacétique dans le sérum chez ces animaux après 84 ou 104 semaines de traitement. Le groupe ayant reçu la plus forte dose accusait également une légère hyperplasie de la glande thyroïde. Aucune autre différence liée au composé n'a été mise en évidence par l'examen des urines, l'examen macroscopique après autopsie ou l'examen histopathologique. La DSENO pour les chiens a été fixée à 150 ppm, ce qui serait équivalent, d'après les rapports, à 5 mg/kg p.c. par jour.Note de bas de page 7

On n'a constaté aucun effet oncogène dans une étude limitée de 18 mois où des souris hybrides ont reçu des doses de 215 mg/kg p.c. par gavage, de l'âge de sept jours à l'âge de 18 jours, puis un régime quotidien renfermant 215 mg/kg p.c. par jour.Note de bas de page 16 Une autre étude réalisée chez la souris Swiss-CD-1, on n'a constaté aucune augmentation sensible de l'incidence des tumeurs chez 60 animaux par sexe et par dose de simazine (doses de 0, 15, 1 000 et 3 000 ppm, voie d'administration non spécifiée) pendant 21 mois. Cette étude n'a pas été retenue pour l'évaluation du pouvoir cancérogène en raison de la perte par autolyse d'un grand nombre de tissus animaux.Note de bas de page 7

La simazine n'a pas eu d'effets mutagènes dans plusieurs systèmes d'essais microbiens.Note de bas de page 11 Elle a induit des mutations létales dans une épreuve sur la létalité récessive liée au sexe chez Drosophila melanogaster;Note de bas de page 17 l'injection de simazine aux mâles D. melanogaster a provoqué une élévation de la létalité liée au sexe.Note de bas de page 18 Des essais sur l'induction de la synthèse non programmée de l'ADN dans des fibroblastes pulmonaires humains ont donné des résultats tant positifsNote de bas de page 19 que négatifs.Note de bas de page 20 À partir des résultats de six essais additionnels in vivo et in vitro, on en a déduit que ni la simazine ni ses métabolites n'accusent de pouvoir mutagène.Note de bas de page 7

Dans trois études réalisées chez le rat, on a observé aucun effet tératogène aux doses inférieures à celles qui ont engendré de la toxicité chez la mère. Des rates gravides ont reçu des doses de simazine pouvant atteindre 600 mg/kg p.c. par jour, par intubation du 6e au 15e jour de la gestation. Un effet toxique chez la mère et le foetus a été observé aux doses égales ou supérieures à 100 mg/kg p.c. par jour. Les effets nocifs observés ont été, entre autres, l'augmentation de l'incidence des avortements et des résorptions embryonnaires, accompagnée d'une hypoplasie du poumon, d'une réduction du poids et de la vitalité des ratons et d'une augmentation de l'incidence des variations dans le squelette, comme de la non-ossification des sternèbres.Note de bas de page 7 La simazine n'a pas montré d'effets tératogènes aux doses non toxiques pour la mère chez des lapines ayant reçu 5, 75 ou 200 mg/kg p.c. par jour durant la gestation.Note de bas de page 7

On n'a observé aucun effet nocif à la reproduction dans une étude menée chez trois générations de rats albinos Charles River ayant reçu 50 ou 100 ppm de simazine dans leur régime alimentaire. La DSENO pour cette étude a été fixée à 100 ppm, ou 5 mg/kg p.c. par jour.Note de bas de page 7

Justification

La Direction des aliments du ministère de la Santé nationale et du Bien-être social a calculé un apport quotidien négligeable (AQN) pour la simazine comme suit :

AQN = 5 mg/kg p.c. par jour ÷ 4 000 ≈ 0,0013 mg/kg p.c. par jour

où :

  • 5 mg/kg p.c. par jour est la dose sans effet nocif observé fixée à partir d'une étude étalée sur deux années chez le chienNote de bas de page 7
  • 4 000 est le facteur d'incertitude.

La concentration maximale acceptable (CMA) de simazine dans l'eau potable est calculée à partir de l'AQN comme suit :

CMA = 0,0013 mg/kg p.c. par jour × 70 kg × 0,20 ÷ 1,5 L/jour ≈ 0,01 mg/L

où :

  • 0,0013 mg/kg p.c. par jour est l'AQN calculée par la Direction des aliments
  • 70 kg est le poids corporel moyen d'un adulte
  • 0,20 est la proportion de l'apport quotidien de simazine attribuée à l'eau potable
  • 1,5 L/jour est la consommation moyenne quotidienne d'eau potable d'un adulte.

Références bibliographiques

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :