Page 10 : Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada : document technique – la turbidité

Partie II. Science et considérations techniques (continué)

9.0 Réseau de distribution

La turbidité, ainsi que d'autres paramètres de la qualité de l'eau, est fréquemment surveillée pour aider à orienter l'exploitation et l'entretien des réseaux de distribution. Plusieurs études ont aussi désigné la turbidité comme indicateur utile pour évaluer l'intégrité des réseaux de distribution (Kirmeyer et coll., 2000, 2001; U.S. EPA, 2006c). Par conséquent, la turbidité doit être incluse dans la surveillance régulière du réseau de distribution pour que les écarts par rapport aux conditions normales puissent être détectés. La turbidité dans les réseaux de distribution peut être surveillée en même temps que d'autres paramètres, comme le pH, le résidu de désinfectant, E. coli, la NBH, les coliformes totaux et la pression, afin de mieux comprendre la source de la turbidité, et donc les mesures correctives appropriées à prendre lorsqu'on observe des augmentations de la turbidité.

La turbidité peut servir à signaler d'éventuels problèmes de contamination ou des difficultés dans un réseau de distribution. Une augmentation de la turbidité dans un réseau de distribution peut révéler une rupture de l'intégrité du réseau, comme des bris de conduite principale, un refoulement, une intrusion, des raccordements croisés ou le détachement d'un biofilm, qui peuvent compromettre la qualité microbiologique de l'eau (Kirmeyer et coll., 2000). Tel qu'indiqué dans la section 7.1.1., plusieurs études ont établi l'existence de corrélations entre l'augmentation du nombre de microorganismes (numération sur plaque) et l'augmentation de la turbidité (Snead et coll., 1980; Goshko et coll., 1983; Haas et coll., 1983; Power et Naby, 1999). La turbidité peut aussi augmenter à la suite de l'ouverture d'une borne-fontaine, d'un entretien du réseau ou de réparations dans le réseau et de la défaillance d'appareils de robinetterie. Une étude a noté que la turbidité était supérieure à 1 UTN de façon répétée dans un site d'échantillonnage régulier en raison de la fermeture d'un appareil de robinetterie, qui créait des culs-de-sac dans le réseau (Burlingame et Johnson, 2002).

Une augmentation de la turbidité a aussi été associée au relargage de produits de corrosion ou aux perturbations des dépôts (U.S. EPA, 2006d). Burlingame et Johnson (2002) ont rapporté une corrélation statistique entre des échantillons prélevés dans un réseau de distribution ayant une turbidité supérieure à 2 UTN et des concentrations de fer supérieures à 0,3 mg/L. Lorsque la turbidité de l'eau de la source d'approvisionnement est élevée, des charges élevées de sédiments peuvent causer l'accumulation de contaminants inorganiques dans les réseaux de distribution. En particulier, des teneurs importantes en sédiments peuvent être introduites dans les réseaux de distribution alimentés en eaux souterraines ou en eaux non filtrées provenant d'autres sources dont la turbidité est de plus de 1,0 UTN (U.S. EPA, 2006d). La coloration de l'eau dans un réseau de distribution est souvent attribuée à la présence de fer colloïdal et de particules de fer qui peuvent provenir des matériaux du réseau de distribution ou bien de la source d'eau (Schock et Lytle, 2011).

Même si les mesures de la turbidité ne peuvent pas automatiquement être utilisées pour juger de la salubrité de l'eau d'un réseau de distribution, plusieurs publications proposent de maintenir les valeurs de turbidité sous 1,0 UTN (Geldriech, 1996; Burlingame et Johnson, 2002; Friedman et coll., 2005). De plus, il existe plusieurs études de cas portant sur des services publics dont la valeur utilisée pour déclencher un examen de l'intégrité du réseau de distribution est de 1,0 UTN ou moins (Kirmeyer et coll., 2001; Burlingame et Johnson, 2002). Le concept de l'optimisation des réseaux de distribution a récemment été introduit dans l'industrie de l'eau (Friedman et coll., 2005, 2010; Lauer, 2010). Un aspect important des plans d'optimisation des réseaux de distribution est la mise sur pied d'objectifs de qualité de l'eau et d'exploitation. Un niveau de turbidité de moins de 1,0 UTN a été désigné comme un objectif potentiel pour les services publics, à utiliser pour la surveillance et les opérations régulières, pour l'entretien des conduites principales d'eau, pour le maintien de la qualité de l'eau dans les culs-de-sac et pour l'acceptation du consommateur au robinet (Friedman et coll., 2005).

On a souvent associé une turbidité excessive à des goûts et à des odeurs inacceptables. Une turbidité de plus de 5 UTN devient visible et les consommateurs peuvent alors juger l'eau inacceptable. Dans certains cas, si l'on ne corrige pas la turbidité et l'on ne réduit pas la charge organique avant d'appliquer certains produits chimiques, d'autres contaminants pouvant causer des problèmes de santé (p. ex. des SPD) peuvent se former ou être libérés. On doit tout faire pour réduire la turbidité au niveau le plus bas qu'il soit raisonnablement possible d'atteindre dans le réseau de distribution, notamment en diminuant les niveaux de turbidité à l'entrée du réseau de distribution et par des travaux d'entretien réguliers comprenant la purge et le nettoyage des conduites.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :