Errata, éclaircissements et modifications - Guide technique sur les exigences de la Loi sur les produits dangereux (LPD) et du Règlement sur les produits dangereux (RPD) - SIMDUT 2015 Exigences pour les fournisseurs

Juillet 2019

Les errata, éclaircissements et modifications suivants sont publiés dans le Guide technique afin de corriger des erreurs, d'apporter des éclaircissements ou des changements liés aux modifications au Règlement sur les produits dangereux.

1. Modification au Règlement sur les produits dangereux pour permettre l'utilisation de plages de concentrations prescrites

Une modification au Règlement sur les produits dangereux est entrée en vigueur le 4 avril 2018 permettant l'utilisation de plages de concentrations prescrites pour les ingrédients dangereux sur les fiches de données de sécurité, si la concentration réelle ou la plage de concentrations réelle de ces ingrédients constitue des secrets industriels. Toutefois, à cause de cette modification, certaines sous-parties de la « Partie 4 - Fiches de données de sécurité » du Guide ne sont plus à jour.

Avant correction

Une analyse de l'ancien article 4.5 du Règlement sur les produits dangereux se trouve à la page 141, avec d'autres directives à l'annexe 3 : Directive concernant la divulgation des concentrations d'ingrédients et des plages de concentrations dans les fiches de données de sécurité aux pages 157 à 164 et à l'annexe 4 : Comparaison en ce qui concerne les exigences relatives à la communication de la concentration des ingrédients et à la protection des RCC sur à la page 165.

Page 91 lit « L'annexe 3 de la partie 4 du Guide technique donne plus de renseignements au sujet des plages de concentrations. »

Il y a une référence à « l'annexe 3 du présent chapitre » sur les pages 125, 139, 140 et 147.

Page 139 lit « Si la concentration ou plage de concentrations réelle d'un ingrédient…Le terme « plage de concentrations réelle » est utilisé à l'article 4.5 du RPD »

Page 147 lit « L'article 4.5 du RPD renferme une disposition selon laquelle, dans des circonstances données, la plage de concentrations réelle d'un ingrédient du mélange doit être indiquée sur la FDS. »

Page 195 lit « Pour plus d'information sur les exigences relatives à la communication de la concentration et les RCC, consulter l'annexe 3. »

Page 544 lit « (voir l'alinéa 3(2)d) de l'annexe 1 et l'article 4.5 du RPD). »

Après correction

La Ligne directrice concernant l'utilisation de plages de concentrations conformément au Règlement sur les produits dangereux est disponible. Ce document remplace l'analyse de l'article 4.5 du Règlement sur les produits dangereux et les annexes 3 and 4 de la Partie 4. La référence aux annexes 3 et 4 de la partie 4 dans la table des matières n'est plus applicable.

L'analyse de l'article 4.5 du Règlement sur les produits dangereux dans le Guide technique est remplacée par les analyses des paragraphes 4.4.1(1), 4.4.1(2), 4.4.1(3), 4.4.1(4), 4.5(1), 4.5(2), 4.5(3) et 4.5(4) du Règlement sur les produits dangereux dans le Ligne directrice concernant l'utilisation de plages de concentrations conformément au Règlement sur les produits dangereux. Les annexes 3 et 4 du Guide technique sont remplacées par les annexes 1 et 2, respectivement, dans la Ligne directrice concernant l'utilisation de plages de concentrations conformément au Règlement sur les produits dangereux.

Page 91 lit « L'annexe 1 de la Ligne directrice concernant l'utilisation de plages de concentrations conformément au Règlement sur les produits dangereux donne plus de renseignements au sujet des plages de concentrations. »

Il y a une référence à « l'annexe 3 du présent chapitre » sur les pages 125, 139, 140 et 147 est remplacée par une référence à « L'annexe 1 de la Ligne directrice concernant l'utilisation de plages de concentrations conformément au Règlement sur les produits dangereux ».

Page 139 lit « Si la concentration réelle ou plage de concentrations réelle d'un ingrédient…Le terme « concentration réelle » et « plage de concentrations réelle » est utilisé à l'article 4.4.1 et 4.5 du RPD, respectivement, »

Page 147 lit « Les articles 4.4.1 et 4.5 du RPD renferme une disposition selon laquelle, dans des circonstances données, la concentration réelle ou la plage de concentrations réelle d'un ingrédient, respectivement, du mélange doit être indiquée sur la FDS. »

Page 195 lit « Pour plus d'information sur les exigences relatives à la communication de la concentration et les RCC, consulter l'annexe 1 de la Ligne directrice concernant l'utilisation de plages de concentrations conformément au Règlement sur les produits dangereux. »

Page 544 lit « (voir l'alinéa 3(2) d) de l'annexe 1 et l'article 4.4.1 ou l'article 4.5 du RPD). »

2. Clarification sur la classification des substances qui ont été évaluées par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) et le National Toxicology Program (NTP) en ce qui concerne la cancérogénicité

Page 429 dans la version française

Avant modification

Substances évaluées par le CIRC, le NTP ou l'ACGIH

Si une substance a été évaluée et établie comme cancérogène par une ou plusieurs

des organisations suivantes, cette substance doit être considérée comme cancérogène

conformément au RPD.

Après modification

Substances évaluées par le CIRC, le NTP ou l'ACGIH

Santé Canada considère que les déterminations du CIRC et du NTP sont des preuves suffisantes pour établir la classification d'un cancérogène. Si le classificateur utilise les déterminations du CIRC ou du NTP, il n'est pas tenu de procéder à sa propre évaluation de la cancérogénicité basée sur des principes scientifiques reconnus. Toutefois, si le classificateur effectue sa propre évaluation des dangers et que sa détermination diffère de celle du CIRC et / ou du NTP, il devra justifier, par des preuves suffisantes et significatives fondées sur des principes scientifiques établis, pourquoi son résultat de classification diffère de celui du CIRC et / ou du NTP. Notez que dans ce scénario, il ne suffirait pas que le classificateur mette simplement en doute certains des éléments de preuve utilisés par le CIRC et/ou le NTP; il faudrait plutôt que le classificateur dispose de preuves convaincantes pour justifier une classification inférieure. Santé Canada peut demander en tout temps l'accès à ces preuves pour les valider, au besoin.

3. Erreurs trouvées dans le Calendrier de la transition au SIMDUT 2015 – Page 8 dans la version anglaise / Page 9 dans la version française :

Avant correction

Étape 1 : Du 11 février 2015 au 31 mai 2017, les fournisseurs (fabricants et importateurs) peuvent utiliser le SIMDUT 1988 ou le SIMDUT 2015 pour la classification et la communication des dangers associés à leurs produits. Les fournisseurs doivent utiliser une étiquette et une fiche signalétique (FS) ou une FDS qui sont conformes au SIMDUT 1988 ou au SIMDUT 2015, et non une combinaison des deux.

Étape 2 : Après le 1er juin 2018, et jusqu'au 31 mai 2018, les distributeurs pourront continuer de vendre des produits dangereux dont l’étiquette et la FS ou la FDS sont conformes soit au SIMDUT 1988, soit au SIMDUT 2015, et les fournisseurs qui importent de tels produits pour leur propre utilisation pourront continuer de le faire. Toutefois, pendant cette étape, tous les autres fournisseurs devront se conformer aux exigences du SIMDUT 2015.

Après correction

Étape 1 : Du 11 février 2015 au 31 mai 2018, les fournisseurs (fabricants et importateurs) peuvent utiliser le SIMDUT 1988 ou le SIMDUT 2015 pour la classification et la communication des dangers associés à leurs produits. Les fournisseurs doivent utiliser une étiquette et une fiche signalétique (FS) ou une FDS qui sont conformes au SIMDUT 1988 ou au SIMDUT 2015, et non une combinaison des deux.

Étape 2 : Après le 1er juin 2018, et jusqu’au 31 août 2018, les distributeurs pourront continuer de vendre des produits dangereux dont l’étiquette et la FS ou la FDS sont conformes soit au SIMDUT 1988, soit au SIMDUT 2015, et les fournisseurs qui importent de tels produits pour leur propre utilisation pourront continuer de le faire. Toutefois, pendant cette étape, tous les autres fournisseurs devront se conformer aux exigences du SIMDUT 2015.

Avant correction

Étape Période de transition Fournisseurs EmployeursNote de bas de page *
Fabricants et importateurs Distributeurs

Notes de bas de page

Note de bas de page *

Les exigences peuvent varier – consultez l’organisme FPT responsable pour connaître ses exigences relatives au SIMDUT et les périodes de transition. Les exigences particulières associées au SIMDUT par sphère de compétence se trouvent à l’adresse SIMDUT.org.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Étape 1 Du 11 février 2015 au 31 mai 2017 SIMDUT 1988 ou SIMDUT 2015 SIMDUT 1988 ou SIMDUT 2015 SIMDUT 1988 ou SIMDUT 2015Note de bas de page *
Étape 2 Du 1er juin 2017 au 31 mai 2018 SIMDUT 2015 SIMDUT 1988 ou SIMDUT 2015 SIMDUT 1988 ou SIMDUT 2015Note de bas de page *
Étape 3 Du 1er juin 2018 au 30 novembre 2018 SIMDUT 2015 SIMDUT 2015 SIMDUT 1988 ou SIMDUT 2015Note de bas de page *
Mise en oeuvre complète 1er décembre 2018 SIMDUT 2015 SIMDUT 2015 SIMDUT 2015Note de bas de page *

Après correction

Étape Période de transition Fournisseurs EmployeursNote de bas de page *
Fabricants et importateurs Distributeurs

Notes de bas de page

Note de bas de page *

Les exigences peuvent varier – consultez l’organisme FPT responsable pour connaître ses exigences relatives au SIMDUT et les périodes de transition. Les exigences particulières associées au SIMDUT par sphère de compétence se trouvent à l’adresse SIMDUT.org.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Étape 1 Du 11 février 2015 au 31 mai 2018 SIMDUT 1988 ou SIMDUT 2015 SIMDUT 1988 ou SIMDUT 2015 SIMDUT 1988 ou SIMDUT 2015Note de bas de page *
Étape 2 Du 1er juin 2018 au 31 août
2018
SIMDUT 2015 SIMDUT 1988 ou SIMDUT 2015 SIMDUT 1988 ou SIMDUT 2015Note de bas de page *
Étape 3 Du 1er juin 2018 au 30 novembre 2018 SIMDUT 2015 SIMDUT 2015 SIMDUT 1988 ou SIMDUT 2015Note de bas de page *
Mise en oeuvre complète 1er décembre 2018 SIMDUT 2015 SIMDUT 2015 SIMDUT 2015Note de bas de page *

4. Erreur trouvée dans la version anglaise du Guide technique

Concernant l’Analyse du Règlement sur les produits dangereux – Paragraphe 8.3.11(2) – Tableau 1 Concentration des ingrédients d’un mélange, classés dans la catégorie « Corrosion cutanée – catégorie 1 » et/ou « Lésions oculaires graves – catégorie 1 » ou « Irritation oculaire – catégorie 2 », qui entraîne la classification du mélange dans la catégorie « Lésions oculaires graves – catégorie 1 » ou « Irritation oculaire – catégorie 2 » - Page 388 dans la version anglaise / Page 417 dans la version française :

Avant correction

Sum of ingredients classified in Concentration triggering classification of a mixture in:
Serious Eye Damage Eye Irritation
Category 1 Category 2
Skin Corrosion - Category 1 + Serious Eye Damage - Category 1 (see Note below) ≥3% ≥ 1% but < 3%
Eye Irritation - Category 2   ≥ 10%
10 x (Skin Corrosion - Category 1 + Serious Eye Damage - Category 1) (see Note below) + eye Category 2   ≥ 10%

Note: If an ingredient is classified in both Skin Corrosion - Category 1 and Serious Eye Damage - Category 1, its concentration is considered only once in the calculation.

(GHS, 5th revised edition, 2013, Table 3.3.3)

Après correction

Sum of ingredients classified in Concentration triggering classification of a mixture in:
Serious Eye Damage Eye Irritation
Category 1 Category 2
Skin Corrosion - Category 1 + Serious Eye Damage - Category 1 (see Note below) ≥3% ≥ 1% but < 3%
Eye Irritation - Category 2   ≥ 10%
10 x (Skin Corrosion - Category 1 + Serious Eye Damage - Category 1) (see Note below) + Eye irritation - Category 2   ≥ 10%

Note: If an ingredient is classified in both Skin Corrosion - Category 1 and Serious Eye Damage - Category 1, its concentration is considered only once in the calculation.

(GHS, 5th revised edition, 2013, Table 3.3.3)

5. Erreur trouvée dans la version française du Guide technique

Concernant l’Analyse du Règlement sur les produits dangereux – Paragraphe 8.3.11(2) – Tableau 1 Concentration des ingrédients d’un mélange, classés dans la catégorie « Corrosion cutanée – catégorie 1 » et/ou « Lésions oculaires graves – catégorie 1 » ou « Irritation oculaire – catégorie 2 », qui entraîne la classification du mélange dans la catégorie « Lésions oculaires graves – catégorie 1 » ou « Irritation oculaire – catégorie 2 » - Page 388 dans la version anglaise / Page 417 dans la version française :

Avant correction

Somme des concentrations des ingrédients classes dans la catégorie suivante : Concentration entraînant la classification dans la catégorie suivante :
Lésions oculaires graves Irritation oculaire
Catégorie 1 Catégorie 2
« Corrosion cutanée – catégorie 1 » + « Lésions oculaires graves – catégorie 1 » (voir remarque ci-dessous) ≥3 % ≥1 %, mais <3 %
« Irritation oculaire – catégorie 2 »   ≥10 %
10 x (« Corrosion cutanée – catégorie 1 » + « Lésions oculaires graves – catégorie 1 ») (voir remarque ci-dessous)   ≥10 %

Remarque : Si un ingrédient est classé à la fois dans la catégorie « Corrosion cutanée – catégorie 1 » et dans la catégorie « Lésions oculaires graves – catégorie 1 », sa concentration n’est comptée qu’une seule fois dans le calcul.

(SGH, 5e édition révisée, 2013, tableau 3.3.3)

Après correction

Somme des concentrations des ingrédients classes dans la catégorie suivante : Concentration entraînant la classification dans la catégorie suivante :
Lésions oculaires graves Irritation oculaire
Catégorie 1 Catégorie 2
« Corrosion cutanée – catégorie 1 » + « Lésions oculaires graves – catégorie 1 » (voir remarque ci-dessous) ≥3 % ≥1 %, mais <3 %
« Irritation oculaire – catégorie 2 »   ≥10 %
10 x (« Corrosion cutanée – catégorie 1 » + « Lésions oculaires graves – catégorie 1 ») (voir remarque ci-dessous) + « Irritation oculaire – catégorie 2 »   ≥10 %

Remarque : Si un ingrédient est classé à la fois dans la catégorie « Corrosion cutanée – catégorie 1 » et dans la catégorie « Lésions oculaires graves – catégorie 1 », sa concentration n’est comptée qu’une seule fois dans le calcul.

(SGH, 5e édition révisée, 2013, tableau 3.3.3)

6. Rajustement des frais associés aux demandes de dérogation - page 508 de la version anglaise / page 550 de la version française :

Avant correction

Renseignements sur le paiement

La demande doit être accompagnée du droit prévu (voir les articles 4, 5 et 7 du RCRMD) :

Type de demande Pour chaque demande

(demandes 1 à 15)
Rabais au volume Petites entreprises

(demandes 1 à 15)
Rabais au volume pour petites entreprises
demandes 16 à 25 demandes > 25
demandes 16 à 25 demandes > 25
Originale 1 800 $ chacune 400 $ chacune 200 $ chacune 900 $ chacune 200 $ chacune 100 $ chacune
Représentée 1 440 $ chacune 320 $ chacune 160 $ chacune 720 $ chacune 160 $ chacune 80 $ chacune

Pour être admissible au droit prévu pour les petites entreprises, le demandeur doit avoir tiré des recettes brutes annuelles d’au plus trois millions de dollars pour l’exercice précédant celui où la demande est présentée, et ne pas avoir plus de 100 employés.

Après correction

Renseignements sur le paiement

À partir du 1er avril 2019, le rajustement annuel prescrit par la Loi sur les frais de service s’appliquera aux frais associés aux demandes de dérogation présentées en vertu de la Loi sur le contrôle des renseignements relatifs aux matières dangereuses. Un tableau des frais rajustés se trouve dans la structure de frais des demandes de dérogation.

 
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :