Évaluation de substance dangereuse – Diisocyanate de 4,4'-méthylènediphényle

Remarque importante : Les évaluations des substances dangereuses sont des documents techniques produits par Santé Canada en tant que ressources éducatives et informatives pour les fournisseurs de produits dangereux en vertu de la Loi sur les produits dangereux (LPD) et de ses règlements. Pour obtenir de plus amples renseignements concernant les rôles et responsabilités des fournisseurs, consultez les responsabilités des fournisseurs.

Cette évaluation de substance dangereuse a été réalisée conformément à la version antérieure du Règlement sur les produits dangereux (RPD) et à ses modifications. En savoir plus sur les modifications du RPD et la période de transition. 

Identification

Nom chimique :

Diisocyanate de 4,4'-méthylènediphényle (4,4'-MDI)

N° CAS :

101-68-8

Composition chimique :

C15H10N2O2

Synonymes :

1,1'-Méthylènebis(4-isocyanatobenzène); 4,4'-diisocyanate de diphénylméthane; méthylènebis(isocyanate de 4-phényle); benzène, 1,1'-méthylènebis[4-isocyanato-; diisocyanate de méthylène bisphényle (MDI); bis(1,4-isocyanatophényl)méthane; di-(4-isocyanatophényl)méthane.

N° ONU :

Non disponible

Pictogramme(s) :

Figure 1.
Figure 1. Text version below.
Figure 1 - Description du texte

Le symbole dans le pictogramme est un crâne humain avec 2 tibias croisés derrière. Le symbole indique que les produits dangereux avec ce pictogramme peuvent causer la mort ou l'empoisonnement.

Figure 2.
Figure 2. Text version below.
Figure 2- Description du texte

Le symbole contenu dans ce pictogramme est un point d'exclamation. Ce symbole indique que les produits dangereux portant ce pictogramme peuvent provoquer certains effets sur la santé, par exemple :

  • irritation de la peau
  • irritation des yeux
  • sensibilisation de la peau
Figure 3.
Figure 3. Text version below.
Figure 3 - Description du texte

Le symbole du pictogramme est une silhouette noire de la tête et de la poitrine d'une personne avec une étoile blanche qui s'étend à partir du centre de la poitrine. Ce symbole indique que les produits dangereux avec ce pictogramme peuvent causer certains effets sur la santé, par exemple :

  • cancérogénicité
  • effets sur certains organes cibles après une exposition unique ou répétée
  • toxicité pour la reproduction

Classification du SIMDUT

Dangers pour la santé :

Toxicité aiguë – par inhalation – catégorie 2

Irritation oculaire – catégorie 2

Sensibilisant respiratoire – catégorie 1

Sensibilisant cutané – catégorie 1A

Toxicité pour certains organes cibles — expositions répétées — catégorie 2

Dangers physiques :

Le 4,4'-MDI ne satisfait pas aux critères de classification.

Dangers pour la santé

Toxicité aiguë (voie orale) :

Ne répond pas aux critères

Dose létale médiane (DL50) : 9 200 mg/kg (rat) Note de bas de page 1.

Dans une étude de toxicité aiguë par voie orale, on a administré du 4,4'-MDI dans du DMSO par gavage à des rats à jeun (6 par dose; sexe non indiqué) à des doses de 2 000, 4 000, 8 000 ou 16 000 mg/kg. Les animaux ont ensuite été observés pendant 14 jours. Des signes de toxicité ont été notés aux doses de 4 000 mg/kg et plus et comprenaient la cambrure, l'hyporéflexie, la léthargie et l'hypothermie Note de bas de page 1.

Les données existantes ne répondent pas aux critères de classification de la classe de danger Toxicité aiguë (voie orale).

Toxicité aiguë (voie cutanée) :

Ne répond pas aux critères

DL50 : > 2 000 mg/kg (lapin) Note de bas de page 1.

Il n'y a eu aucune mort ou aucun signe d'intoxication après l'administration sous pansement occlusif de 2 000 mg/kg de 4,4'-MDI sur la peau rasée de 3 lapins (sexe non indiqué). Après 24 heures, le pansement occlusif a été retiré et l'excès de produit a été essuyé Note de bas de page 1.

Les données existantes ne répondent pas aux critères de classification de la classe de danger Toxicité aiguë (voie cutanée).

Toxicité aiguë (par inhalation – gaz) :

Sans objet

Le 4,4'-MDI n'est pas un gaz. Les critères de classification pour la Toxicité aiguë (par inhalation – gaz) ne s'appliquent pas à cette substance.

Toxicité aiguë (par inhalation – vapeurs) :

Ne répond pas aux critères

Aucune mortalité n'est survenue à la concentration de vapeur saturée de 4,4'-MDI; 5 sur 6 rats ont présenté une détresse respiratoire sous forme de râles qui ont disparu 12 heures après l'exposition. Tous les rats étaient vivants et en bonne santé à la fin de la période d'observation de 14 jours. Aucun changement microscopique n'a été observé à l'autopsieNote de bas de page 1.

Les données existantes ne répondent pas aux critères de classification pour la Toxicité aiguë (par inhalation – vapeurs).

Toxicité aiguë (par inhalation – poussières et brouillards) :

Catégorie 2

Concentration létale médiane (CL50) : 0,368 mg/L (rat mâle, 4 heures) Note de bas de page 2.

Dans une étude conforme à la ligne directrice 403 de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), des rats (5 par sexe par groupe) ont été exposés à un aérosol liquide de 4,4'-MDI à une concentration de 300,0, 354,2, 399,2, 500,0 ou 553,8 mg/m3. La mortalité est survenue de manière dépendante de la concentration à partir de 354,2 mg/m3. Les rats mâles sont apparus plus sensibles que les femelles. La CL50 était de 0,368 mg/L (rats mâles) Note de bas de page 2.

Les données existantes pour les brouillards de 4,4'-MDI répondent aux critères de classification pour la Toxicité aiguë – par inhalation – catégorie 2 [paragraphe 8.1.1(1) du RPD].

Corrosion cutanée / irritation cutanée :

Ne répond pas aux critères

Dans une étude conforme à la ligne directrice 404 de l'OCDE, le 4,4'-MDI a donné des résultats négatifs pour l'irritation de la peau Note de bas de page 2. La cote moyenne (24, 48, 72 heures) était de 0,61/4 pour l'œdème. La cote pour l'érythème n'a pu être obtenue en raison de la coloration de la peau par la substance d'essai. Dans un test de Draize, on a appliqué 0,5 ml de 4,4'-MDI sur la peau intacte et abrasée de 6 lapins dans des conditions semi-occlusives pendant 24 heures. La cote combinée d'irritation primaire était de 0,47. L'exposition de la peau n'a pas provoqué d'irritation cutanée Note de bas de page 1.

Les données existantes ne répondent pas aux critères de classification de la classe de danger Corrosion cutanée / irritation cutanée.

Lésions oculaires graves / irritation oculaire :

Catégorie 2

Dans une étude bien réalisée équivalente à la ligne directrice 405 de l'OCDE, l'application de 100 mg de 4,4'-MDI sur les yeux de 6 lapins a provoqué une irritation oculaire Note de bas de page 1. Les cotes moyennes (24, 48 et 72 heures) étaient de 2,5/3 pour la rougeur de la conjonctive, 2,4/4 pour le chémosis et 1/2 pour l'iritis, ce qui satisfait aux critères de classification de la catégorie 2. Comme aucune observation n'a été faite après 72 heures, la réversibilité n'a pu être déterminée pour la classification dans une sous-catégorie.

Les données disponibles répondent aux critères de classification de la catégorie Irritation oculaire – catégorie 2 [paragraphe 8.3.2(3) du RPD].

Sensibilisation respiratoire :

Catégorie 1

De nombreuses études de cas chez des humains sont disponibles, et elles démontrent une sensibilisation respiratoire avec un degré élevé de proportionnalité chez de nombreux sujets répondeurs Note de bas de page 3Note de bas de page 4Note de bas de page 5Note de bas de page 6Note de bas de page 7Note de bas de page 8. Plus précisément, un test de provocation par inhalation a révélé que 21 sur 59 travailleurs exposés au 4,4'-MDI ont eu des réactions positives d'asthme et d'alvéolite allergique aiguë Note de bas de page 4. Dans un autre test de provocation par inhalation, 8 personnes qui travaillaient également dans une usine utilisant du 4,4'-MDI ont été exposées à la résine de 4,4'-MDI pendant 4 à 120 minutes par jour Note de bas de page 7. Une baisse significative du volume expiratoire maximal en une seconde et de la capacité vitale forcée a été observée chez les 8 participants. D'autres études chez les humains ont démontré que l'exposition au 4,4'-MDI peut provoquer une allergie respiratoire chez ceux qui ont été exposés professionnellement au 4,4'-MDI Note de bas de page 6. L'étude du lien entre ces réponses allergiques et la production d'immunoglobulines E (IgE) a donné des résultats mitigés. Dans quelques études, certaines personnes présentaient une réponse allergique, mais aucun changement décelable des taux d'IgE. Chez d'autres personnes exposées au 4,4'-MDI mais ne présentant aucun signe d'allergie, on a détecté une production d'IgE Note de bas de page 6. D'après les données obtenues chez les humains, le 4,4'-MDI satisfait aux critères de classification de la catégorie 1 du paragraphe 8.4.1(1) du RPD. Les détails de l'étude sont insuffisants pour permettre une sous-classification.

Données chez les animaux : Le 4,4'-MDI n'a pas produit de résistance des voies respiratoires chez les cobayes à la suite d'un test de provocation à des concentrations faibles. Seule une légère trachéobronchite a été observée Note de bas de page 9.

Les données disponibles répondent aux critères de classification de la catégorie Sensibilisant respiratoire – catégorie 1 [paragraphe 8.4.1(1) du RPD].

Sensibilisation cutanée :

Catégorie 1A

Il existe plusieurs rapports de cas de dermatite de contact médiée par le 4,4'-MDI chez les humains Note de bas de page 10Note de bas de page 11Note de bas de page 12. Des résultats positifs ont également été obtenus dans des essais des ganglions lymphatiques locaux chez la souris, avec des valeurs d'indice de simulation (IS) de 16,88 et 27,04 rapportées lors d'une exposition à 1 % de 4,4'-MDI Note de bas de page 13Note de bas de page 14. La concentration estimée nécessaire pour produire un IS de 3 (CE3) était < 2 % dans ces études, ce qui satisfait aux critères de classification de la catégorie 1A.

Les données existantes répondent aux critères de classification de la sous-catégorie Sensibilisant cutané – catégorie 1A [paragraphe 8.4.1(4) du RPD].

Mutagénicité sur les cellules germinales :

Ne répond pas aux critères

In vivo : Des résultats négatifs ont été obtenus lors de tests de micronoyaux d'érythrocytes de mammifères, conformément à la ligne directrice 474 de l'OCDE, chez des rats Note de bas de page 2 et des souris Note de bas de page 15 exposés à des aérosols de 4,4'-MDI.

In vitro : Des résultats négatifs ont été obtenus avec des cellules bactériennes, soit les souches TA98, TA100, TA1535, TA1537 et TA97 de Salmonella (S.) typhimurium dans un test d'Ames, avec et sans activation métabolique lorsqu'un excipient approprié (1,2-diméthoxyéthane) était utilisé Note de bas de page 2. Le 4,4'-MDI s'est avéré mutagène pour les souches TA100 et TA98 de S. typhimurium avec activation métabolique lorsque le diméthylsulfoxyde (DMSO) était utilisé comme solvant Note de bas de page 16Note de bas de page 17, même s'il a été démontré que le 4,4'-MDI est instable dans le DMSO Note de bas de page 18. Toutefois, dans un autre test d'Ames, le 4,4'-MDI a donné des résultats négatifs sur les souches TA98, TA100, TA1535, TA1537 et TA97 de S. typhimurium en présence et en l'absence d'activation métabolique lorsque le DMSO était utilisé comme solvant Note de bas de page 19.

Les données existantes ne répondent pas aux critères de classification de la classe de danger Mutagénicité sur les cellules germinales.

Cancérogénicité :

Ne répond pas aux critères

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le 4,4'-MDI dans le groupe 3, un agent inclassable quant à sa cancérogénicité pour l'Homme Note de bas de page 20. La cancérogénicité du 4,4'-MDI n'a pas été évaluée par le National Toxicology Program (NTP) ou l'American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH).

Une étude de toxicité chronique à doses répétées et de cancérogénicité sur 2 ans par voie d'exposition par inhalation a été menée sur le 4,4'-MDI (résumé de l'étude dans Note de bas de page 21). Des groupes de 80 rats Wistar femelles ont été exposés à des aérosols de 4,4'-MDI, corps entier, à 0,23, 0,70 ou 2,05 mg/m3 pendant 17 heures par jour, 5 jours par semaine, pendant jusqu'à 24 mois. Un seul adénome bronchio-alvéolaire lié au traitement a été observé chez un animal ayant reçu la dose élevée. Cependant, la différence d'incidence des adénomes entre le groupe à dose élevée et le groupe témoin n'était pas statistiquement significative (résumé de l'étude dans Note de bas de page 21).

Bien qu'une étude de cancérogénicité soit également disponible sur la forme polymérique du 4,4'-MDI (pMDI), où une augmentation statistiquement significative des adénomes pulmonaires a été observée chez les mâles dans le groupe à forte dose (résumé de l'étude dans Note de bas de page 21), cette étude n'est pas prise en compte à des fins de classification. Étant donné que des données adéquates du type visé au sous-alinéa 2.1 a)(ii) du RPD sont disponibles sur le 4,4'-MDI pour évaluer sa cancérogénicité, des données sur une substance similaire des types visés au sous-alinéas 2.1b)(i) à (iv) du RPD ne sont pas pris en compte.

Toxicité pour la reproduction :

Ne répond pas aux critères

Le 4,4'-MDI a donné des résultats négatifs dans une étude de toxicité pour la reproduction combinée à une étude de toxicité chronique à doses répétées Note de bas de page 2. Des rates (20 par concentration) ont été exposées à 0,23, 0,70 ou 2,05 mg/m³ d'aérosols respirables de 4,4'-MDI pendant 17 heures par jour, 5 jours par semaine pendant une période allant jusqu'à 24 mois. Aucun résultat lié au traitement n'a été signalé pour ce qui est des organes reproducteurs évalués, qui comprenaient les surrénales, les ovaires, l'utérus, le vagin et les glandes mammaires. Dans une étude d'embryotoxicité, des rats (10 par sexe par concentration) ont été exposés par inhalation (corps entier) à 1, 3 ou 9 mg/m3 de 4,4'-MDI pendant 6 heures par jour, du 6e au 15e jour après la conception Note de bas de page 22. On a observé une réduction importante de la consommation alimentaire dans les groupes exposés à des concentrations moyenne et élevée. Le traitement n'a pas influé sur les paramètres reproductifs ou fœtaux (nombre de corps jaunes, sites d'implantation, pertes pré- et post-implantatoires, poids des fœtus et du placenta, anomalies macroscopiques et viscérales et degré d'ossification). On a signalé une augmentation légère mais significative du nombre de portées dont les fœtus présentaient une anomalie squelettique (sternèbres asymétriques). Toutefois, cette augmentation n'a été observée qu'après l'exposition à la concentration maximale (9 mg/m3).

Les données existantes ne répondent pas aux critères de classification de la classe de danger Toxicité pour la reproduction.

Toxicité pour certains organes cibles – exposition unique :

Ne répond pas aux critères

Exposition par voie orale : Des effets sur le système nerveux central (SNC), y compris la cambrure, l'hyporéflexie, la léthargie et l'hypothermie, ont été observés à des concentrations d'exposition élevées de 4,4'-MDI chez les rats (4 000 – 16 000 mg/kg) dans une étude de toxicité aiguë à dose unique Note de bas de page 1. Ces doses dépassent les plages de valeurs de concentration pour la classification.

Exposition par voie cutanée : Aucune mort ni aucun signe d'intoxication n'ont été observés chez des rats dans une étude de toxicité aiguë bien menée à des doses uniques de 4,4'-MDI atteignant 2 000 mg/kg Note de bas de page 1.

Exposition par inhalation : Dans une étude conforme à la ligne directrice 403 de l'OCDE, des rats ont été exposés aux aérosols de 4,4'-MDI à raison de 300,0, 354,2, 399,2, 500,0 ou 553,8 mg/m3 pendant 4 heures Note de bas de page 2. L'exposition a provoqué une irritation des voies respiratoires. La mortalité dépendait de la concentration à partir de 354,2 mg/m3 et était associée à un œdème aigu des poumons. Les auteurs de l'étude ont conclu que les effets sur les voies respiratoires inférieures dépendent d'un aérosol hautement respirable qu'on ne rencontre habituellement pas sur le lieu de travail. Les autopsies n'ont révélé aucune anomalie chez les animaux sacrifiés au terme de la période d'observation. Par conséquent, ces données ne répondent pas aux critères de classification.

Dans une autre étude, 6 rats ont été exposés à la concentration de vapeur saturée de 4,4'-MDI pendant 4 heures Note de bas de page 1. Tous les animaux ont survécu jusqu'à la fin de la période d'observation de 14 jours. Sur les 6 animaux exposés, 5 ont présenté une détresse respiratoire s'étant manifestée par des râles, qui ont disparu après 12 heures, et tous les rats étaient vivants et en bonne santé au jour 14. L'autopsie n'a révélé aucun effet nocif dans les tissus des rats survivants. Par conséquent, ces données ne répondent pas aux critères de classification.

Les données existantes ne répondent pas aux critères de classification de la classe de danger Toxicité pour certains organes cibles – exposition unique.

Toxicité pour certains organes cibles – expositions répétées :

Catégorie 2

Exposition par voie orale : Aucune donnée disponible

Exposition par voie cutanée : Dans une étude d'exposition cutanée de doses répétées, on a appliqué quotidiennement 0,5 g de 4,4'-MDI sur la peau de 6 lapins pendant 20 jours Note de bas de page 1. Seuls des œdèmes et des érythèmes ont été observés, sans mention de toxicité générale.

Exposition par inhalation : Dans une étude de toxicité chronique par inhalation de 4,4'-MDI, des rats femelles ont été exposés à des aérosols de 4,4'-MDI de 0,23, 0,70 ou 2,05 mg/m3 pendant 18 heures par jour, 5 jours par semaine pendant 24 mois Note de bas de page 23. Un groupe témoin a été exposé à l'air pur. Les auteurs de l'étude ont rapporté une altération dépendante de la dose de la fonction pulmonaire, une augmentation du poids des poumons et un retard intermédiaire de la clairance pulmonaire uniquement dans le groupe exposé à la dose élevée, ainsi qu'une fibrose interstitielle dépendante de la dose, légère à modérée, et une bronchiolisation alvéolaire, également observées uniquement dans le groupe exposé à la dose élevée.

Les données existantes répondent aux critères de classification de la catégorie Toxicité pour certains organes cibles – expositions répétées - catégorie 2.

Danger par aspiration :

Aucune donnée disponible

Il n'existe aucune donnée sur l'humain pour le 4,4'-MDI. Cette substance n'est pas un hydrocarbure liquide.

Matières infectieuses présentant un danger biologique :

Sans objet

Le 4,4'-MDI n'est pas un microorganisme, ni une protéine, ni un acide nucléique.

Dangers physiques

Matières et objets explosibles :

Non évalué*

* Les explosifs sont exclus de la LPDet de ses règlements. Les matières explosives sont réglementées aux termes de la Loi sur les explosifs. Pour de plus amples renseignements, visitez le site Ressources naturelles Canada.

Gaz inflammables :

Sans objet

Le 4,4'-MDI n'est pas un gaz. Les critères de classification des Gaz inflammables ne s'appliquent pas à cette substance.

Aérosols (inflammables) :

Non évalué

La classification d'un produit dangereux dans la classe de danger Aérosols inflammables ou Aérosols dépend du produit.

Gaz comburants :

Sans objet

Le 4,4'-MDI n'est pas un gaz. Les critères de classification des Gaz comburants ne s'appliquent pas à cette substance.

Gaz sous pression :

Sans objet

Le 4,4'-MDI n'est pas un gaz. Les critères de classification des Gaz sous pression ne s'appliquent pas à cette substance.

Liquides inflammables :

Sans objet

Le 4,4'-MDI n'est pas un liquide. Les critères de classification des Liquides inflammables ne s'appliquent pas à cette substance.

Matières solides inflammables :

Ne répond pas aux critères

L'inflammabilité du 4,4'-MDI a été évaluée selon la méthode A.10 de l'UE, et la substance ne s'est pas avérée inflammable (d'après le résumé de l'étude Note de bas de page 2).

Les données existantes ne répondent pas aux critères de classification de la classe de danger Matières solides inflammables.

Matières autoréactives :

Aucune donnée disponible

Le 4,4'-MDI se décompose à une température d'environ 400 °C Note de bas de page 2. Les matières autoréactives doivent présenter une température de décomposition auto-accélérée (TDAA) de ≤75 °C pour satisfaire aux critères minimaux de classification dans cette classe de danger.

Les données existantes ne répondent pas aux critères de classification de la classe de danger Matières autoréactives.

Liquides pyrophoriques :

Sans objet

Le 4,4'-MDI n'est pas un liquide. Les critères de classification des Liquides pyrophoriques ne s'appliquent pas à cette substance.

Matières solides pyrophoriques :

Ne répond pas aux critères

Les propriétés pyrophoriques du 4,4'-MDI ont été évaluées selon la méthode A.13 de l'UE (d'après le résumé de l'étude Note de bas de page 2). Selon le résultat du test, il n'y a eu aucune inflammation au contact de l'air et la substance testée n'a donc pas de propriétés pyrophoriques.

Les données existantes ne répondent pas aux critères de classification de la classe de danger Matières solides pyrophoriques.

Matières auto-échauffantes :

Ne répond pas aux critères

Le 4,4-'MDI a une température d'auto-inflammation de 601 °C (d'après le résumé de l'étude Note de bas de page 2), ce qui est bien supérieur à la température à laquelle l'inflammation spontanée devrait se produire pour la classification.

Les données existantes ne répondent pas aux critères de classification de la classe de danger Matières auto-échauffantes.

Matières qui, au contact de l'eau, dégagent des gaz inflammables :

Sans objet

Le 4,4'-MDI a une structure chimique qui ne contient pas de métaux ou de métalloïdes et est donc exclu de la classification [paragraphe 7.12.1(1) du RPD].

Liquides comburants :

Sans objet

Le 4,4'-MDI n'est pas un liquide. Les critères de classification des Liquides comburants ne s'appliquent pas à cette substance.

Matières solides comburantes :

Ne répond pas aux critères

D'après l'alinéa 7.14.1(1)b) du RPD, il n'est pas nécessaire de classer les solides organiques qui contiennent de l'oxygène, du fluor ou du chlore si ces éléments ne sont chimiquement liés qu'au carbone ou à l'hydrogène. Le 4,4'-MDI contient de l'oxygène qui est chimiquement lié au carbone seulement.

Les données existantes ne répondent pas aux critères de classification de la classe de danger Matières solides comburantes.

Peroxydes organiques :

Sans objet

Le 4,4'-MDI n'est pas un peroxyde organique. Les critères de classification des Peroxydes organiques ne s'appliquent pas à cette substance.

Matières corrosives pour les métaux :

Aucune donnée disponible

On ne dispose d'aucune donnée pour déterminer si cette substance est corrosive pour les métaux. Cependant, des produits pulvérisés de polyuréthane/polyurée contenant des isocyanates tels que le 4,4'-MDI ont été utilisés de façon courante pour protéger les surfaces en acier et en aluminium telles que les plateformes de camion, les remorques et les bateaux Note de bas de page 24.

Poussières combustibles :

Aucune donnée disponible

On ne dispose d'aucune donnée pour déterminer si le 4,4'-MDI satisfait aux critères de classification des Poussières combustibles.

Asphyxiants simples :

Sans objet

Le 4,4'-MDI n'est pas un gaz. Les critères de classification des Asphyxiants simples ne s'appliquent pas à cette substance.

Gaz pyrophoriques :

Sans objet

Le 4,4'-MDI n'est pas un gaz. Les critères de classification des Gaz pyrophoriques ne s'appliquent pas à cette substance.

Produits chimiques sous pression :

Non évalué

La classification d'un produit dangereux dans la classe de danger Produits chimiques sous pression dépend du produit.

Renseignements sur la réglementation et autres renseignements

Renseignements sur la réglementation :

Les évaluations des substances dangereuses sont préparées par Santé Canada en tant que ressources éducatives et informatives. En vertu de la LPD, les fournisseurs de produits dangereux doivent, lors de la vente ou de l'importation d'un produit dangereux, fournir une étiquette et une fiche de données de sécurité qui répondent aux exigences énoncées dans le RPD.

Autres renseignements :

Les données et les classifications contenues dans ces évaluations des substances dangereuses sont basées sur des sources accessibles au public, telles que la littérature évaluée par des pairs ou les rapports d'organismes internationaux. De nouvelles données, y compris des informations exclusives, pourraient avoir un impact sur la classification des substances ou des produits dangereux qui les contiennent. Il est de la responsabilité du fournisseur de s'assurer de l'exactitude, de la suffisance et de la fiabilité de ses classifications de produits dangereux.

Dernière mise à jour :

2022

Préparé par :

Bureau des matières dangereuses utilisées au travail, Santé Canada

Références

Note de bas de page 1

BASF Corp. (1967) Material Safety Data Sheet for diethylamine and an evaluation of the acute toxicity and irritantcy potential of 4 polyurethane intermediates with cover letter dated 042689, The Hine Labs Inc. EPA/OTS Doc #: 86-890000191. NTIS/OTS 0516728.

Retour à la référence de la note de bas de page 1 referrer

Note de bas de page 2

European Chemicals Agency (2015) 4,4'-methylenediphenyl diisocyanate - REACH dossier. Available at: https://www.echa.europa.eu/.

Retour à la référence de la note de bas de page 2 referrer

Note de bas de page 3

HSE(2001) Asthmagen? Critical assessments of the evidence for agents implicated in occupational asthma. Health and Safety Executive.

Retour à la référence de la note de bas de page 3 referrer

Note de bas de page 4

Baur, X., et al (1994) Respiratory and other hazards of isocyanates. International Archives of Occupational & Environmental Health 66(3):141-152.

Retour à la référence de la note de bas de page 4 referrer

Note de bas de page 5

Dufour, M. H., Lemiere, C., Prince, P. and Boulet, L. P. (2009) Comparative airway response to high-versus low-molecular weight agents in occupational asthma. European Respiratory Journal 33; Journal Article(4):734-739. Switzerland,European Respiratory Society (4 Ave Sainte-Luce, Lausanne CH-1003, Switzerland).

Retour à la référence de la note de bas de page 5 referrer

Note de bas de page 6

ECETOC (1999) Skin and respiratory sensitizers: Reference chemicals data bank, 50-00-0. Volume 77: 1-92.

Retour à la référence de la note de bas de page 6 referrer

Note de bas de page 7

Vandenplas, O., et al (1993) Hypersensitivity pneumonitis-like reaction among workers exposed to piphenylmethane diisocyanate (MDI). Am.Rev.Respir.Dis. 147338-346.

Retour à la référence de la note de bas de page 7 referrer

Note de bas de page 8

Liss, G. M., et al (1988) Pulmonary and immunologic evaluation of foundry workers exposed to methylene diphenyldiisocyanate (MDI). Journal of Allergy & Clinical Immunology 82(1):56-61.

Retour à la référence de la note de bas de page 8 referrer

Note de bas de page 9

E.I.Dupont De Nemours & Co (2000) Immunopathological features of isocyanate compounds. EPA/OTS Doc #: 86-870001119. NTIS/OTS 0516022.

Retour à la référence de la note de bas de page 9 referrer

Note de bas de page 10

Estlander, T., Keskinen, H., Jolanki, R. and Kanerva, L. (1992) Occupational dermatitis from exposure to polyurethane chemicals. Contact Derm. 27(3):161-165.

Retour à la référence de la note de bas de page 10 referrer

Note de bas de page 11

Stevens, M. A. (1967) Use of the albino guinea-pig to detect the skin-sensitizing ability of chemicals. Br.J.Ind.Med. 24189-202.

Retour à la référence de la note de bas de page 11 referrer

Note de bas de page 12

Militello, G., Sasseville, D., Ditre, C. and Brod, B. A. (2004) Allergic contact dermatitis from isocyanates among sculptors. Dermatitis 15; Journal Article(3):150-153. Canada,.

Retour à la référence de la note de bas de page 12 referrer

Note de bas de page 13

Hilton, J., Dearman, R. J., Basketter, D. A. and Kimber, I. (1995) Identification of chemical respiratory allergens: Dose-response relationships in the mouse IgE test. Toxicology Methods 5(1):51-60Taylor & Francis.

Retour à la référence de la note de bas de page 13 referrer

Note de bas de page 14

Dearman, R. J., Spence, L. M. and Kimber, I. (1992) Characterization of murine immune responses to allergenic diisocyanates. Toxicology & Applied Pharmacology 112(2):190-197.

Retour à la référence de la note de bas de page 14 referrer

Note de bas de page 15

Lindberg, H. K., et al (2011) Micronuclei, hemoglobin adducts and respiratory tract irritation in mice after inhalation of toluene diisocyanate (TDI) and 4,4'-methylenediphenyl diisocyanate (MDI). Mutat.Res. 723(1):1-10. Netherlands,.

Retour à la référence de la note de bas de page 15 referrer

Note de bas de page 16

E I Dupont De Nemours & Co Inc (1976) Laboratory report on isocyanic acid, methyleendi-para-phenylene ester with cover letter (sanitized). EPA/OTS Doc #: 86-9100004599. NTIS/OTS 0530217.

Retour à la référence de la note de bas de page 16 referrer

Note de bas de page 17

E I Dupont De Nemours & Co Inc (1976) Laboratory report: on isocyanic acid, methylenedi-para-phenylene ester. EPA/OTS Doc #: 86-9100004588. NTIS/OTS 0530216.

Retour à la référence de la note de bas de page 17 referrer

Note de bas de page 18

Herbold, B., Haas, P., Seel, K. and Walber, U. (1998) Studies on the effect of the solvents dimethylsulfoxide and ethyleneglycoldimethylether on the mutagenicity of four types of diisocyanates in the Salmonella/microsome test. Mutat.Res. 412167-175.

Retour à la référence de la note de bas de page 18 referrer

Note de bas de page 19

Zeiger, E., et al (1987) Salmonella mutagenicity tests III. Results from the testing of 255 chemicals. Environ.Mutagen. 91-110.

Retour à la référence de la note de bas de page 19 referrer

Note de bas de page 20

IARC (1999) Re-evaluation of some organic chemicals, hydrazine and hydrogen and hydrogen peroxide (part three). International Agency for Research on Cancer, Lyon, France. IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans. Volume 71.

Retour à la référence de la note de bas de page 20 referrer

Note de bas de page 21

Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG). 4,4'-Methylene diphenyl diisocyanate (MDI) [101–68-8] and "polymeric" MDI (PMDI) [9016-87-9] [MAK Value Documentation, 2008]. Weinheim, Germany: Wiley-VCH Verlag GmbH & Co. KGaA; 2015.

Retour à la référence de la note de bas de page 21 referrer

Note de bas de page 22

Buschmann, J., Koch, W., Fuhst, R. and Heinrich, U. (1996) Embryotoxicity study of monomeric 4,4'-methylenediphenyl diisocyanate (MDI) aerosol after inhalation exposure in Wistar rats. Fundamental & Applied Toxicology 32(1):96-101.

Retour à la référence de la note de bas de page 22 referrer

Note de bas de page 23

Feron, V.J., Kittel, B., Kuper, C.F., Ernst, H., Rittinghausen, S., Muhle, H., Koch, W., Gamer, A., Mallett, A.K. and Hoffmann, H.D. (2001) Chronic pulmonary effects of respirable methylene diphenyl diisocyanate (MDI) aerosol in rats: combination of findings from two bioassays. Arch Toxicol 75:159-175.

Retour à la référence de la note de bas de page 23 referrer

Note de bas de page 24

NIOSH (2016) NIOSH Alert: Preventing asthma and death from MDI exposure during spray-on truck bed liner and related appliances. DHHS (NIOSH) Publication No. 2006-149.

Retour à la référence de la note de bas de page 24 referrer

Détails de la page

Date de modification :