Laboratoire de recherche sur la listériose

Chercheur scientifique : Dr. Franco Pagotto franco.pagotto@hc-sc.gc.ca

Associés en recherche : Karine Hébert et Kevin Tyler

Listeria monocytogenes

Activités de recherche

L. monocytogenes est un organisme psychrophile, capable de croître aux températures de réfrigération. L'organisme constitue donc un important problème dans le cas des aliments réfrigérés à longue durée de conservation. La capacité de l'organisme de croître dans une importante plage de températures avec ou sans oxygène lui permet de se multiplier dans un nombre appréciable d'environnements. La listériose, un terme générique utilisé pour une variété de syndromes causés par L. monocytogenes, représente un problème pour l'industrie alimentaire, en partie en raison de la présence généralisée de l'organisme.

Notre programme de recherche axé sur l'organisme Listeria cible trois (3) principaux secteurs qui englobent et combinent les méthodologies actuelles et nouvelles, le typage moléculaire et la salubrité des aliments prêts-à-manger. Les études de recherche dans ces trois secteurs sont effectuées à l'appui de la politique du Ministère, son évaluation des risques et ses activités d'établissement des normes, ainsi qu'en soutien à la politique du gouvernement du Canada sur la gestion des éventuels risques présentés par les pathogènes émergents. Certains aspects de ces travaux de recherche sont axés sur l'innocuité et le contrôle microbiologique des fruits et légumes fraîchement coupés. La modélisation prédictive de la multiplication de L. monocytogenes (et peut-être d'autres pathogènes d'origine alimentaire) est réalisée sur des fruits, légumes et rejetons fraîchement coupés, en plus d'autres aliments prêts-à-manger (ou peu transformés).

Le Laboratoire de recherche sur la listériose mène également des projets de recherche axés sur le traitement du phénomène de mécanisme permettant aux pathogènes d'origine alimentaire d'entrer dans le continuum de la ferme à l'assiette et de causer une maladie humaine. Listeria doit souvent être en mesure de surmonter de nombreux obstacles et défis en raison d'un processus de transformation alimentaire ou simplement du périple de l'environnement vers l'hôte humain. Notre laboratoire s'intéresse aux mécanismes réels qui nous permettront de comprendre et de suivre les pathogènes d'origine alimentaire le long du continuum de la chaîne alimentaire. Nous y arrivons en élaborant des projets qui abordent certaines questions, notamment le mécanisme qui permet à un organisme de se multiplier, de s'adapter et de survivre dans certains aliments. L'étude visant à démontrer que certains pathogènes ne constituent pas un problème alimentaire pourrait même contribuer au traitement de la question de salubrité globale des aliments. Nous mettons également l'accent sur l'influence d'une pratique de transformation des aliments pour la multiplication, la survie et la « détectabilité » d'un pathogène. Les travaux axés sur ces thèmes contribuent à déterminer « comment » et « pourquoi » certains pathogènes se retrouvent dans certains aliments, en plus de fournir des renseignements utiles pour l'élaboration de méthodes autres que de culture ou même de techniques conventionnelles plus efficaces et améliorées pour détecter et isoler ces pathogènes.

Intérêts de recherche

  1. Écologie, virulence, détection et maîtrise de Listeria monocytogenes et d'autres pathogènes d'origine alimentaire dans les aliments prêts-à-manger et peu transformés.
  2. Génomique moléculaire, protéomique et applications diagnostiques fondées sur les analytes pour les pathogènes d'origine alimentaire.

Publications récentes :

Pagotto, F., Ng, L.-K., Clark, C. et J. Farber. 2006. Service de référence sur la listériose au Canada. Pathogènes et maladies d'origine alimentaire 3: pages 132 à 137.

Leclair, D., Pagotto, F., Farber, J.M, Cadieux, B. et J.W. Austin. 2006. Comparison of DNA fingerprinting methods for use in investigation of type E botulism outbreaks in the Canadian Arctic. Journal of Clinical Microbiology 44: pages 1635 à 1644.

Kirkwood, J., Ghetler, A., Sedman, J., Leclair, D. Pagotto, F., Austin, J.W. et A. Ashraf. 2006. Differentiation of Group I and Group II strains of Clostridium botulinum by focal plane array fourier transform infrared spectroscopy. Journal of Food Protection 69: pages 2377 à 2383.

D'Aoust, J.-Y., Pagotto F., Akhtar, M., Bussey, J., Cooper, C., McDonald, C., Meymandy, M. et K. Tyler. 2007. Evaluation of the BAX gel and fluorometric systems for the detection of foodborne Salmonella. Journal of Food Protection 70: pages 835 à 840.

Lyautey, E., Lapen, D.R., Wilkes, G., McCleary, K., Pagotto, F., Tyler, K., Hartmann, A., Piveteau, P., Rieul, A., Robertson, W.J., Medeiros, D.T., Edge, T.A., Gannon, V. et E. Topp. 2007. Distribution and characteristics of Listeria monocytogenes isolated from surface waters of the South Nation River Watershed. Applied and Environmental Microbiology 73: pages 5401 à 5410.

Lyautey, E., Hartmann, A., Pagotto, F., Tyler, K., Lapen, D.R., Wilkes, G., Piveteau, P., Rieu, A., Robertson, W.J., Medeiros, D.T., Edge, T.A., Gannon, V. et E. Topp. 2007. Characteristics and frequency of detection of fecal Listeria monocytogenes shed by livestock, wildlife, and humans. Canadian Journal of Microbiology 53: pages 1158 à 1167.

Lenati, R.F., O'Connor, D.L., Hébert, K.C., Farber, J.M. et F.J. Pagotto. 2008. Growth and survival of Enterobacter sakazakii in human breast milk with and without fortifiers as compared to powdered infant formula. International Journal of Food Microbiology 122: pages 171 à 179.

Greco, C., Mastronardi, C., Pagotto, F., Mack, D. et S. Ramirez-Arcos. 2008. Assessment of biofilm-forming ability of coagulase-negative staphylococci isolated from contaminated platelet preparations in Canada. Transfusion 48: pages 969 à 977.

Pagotto, F., Corneau, N., Mattison, K., et S. Bidawid. 2008. Development of a DNA microarray for the simultaneous detection and genotyping of noroviruses. Journal of Food Protection 71: pages 1434 à 1441.

Blais, B.W., Martinez-Perez, A., Gauthier, M., Allain, R., Pagotto, F., et K. Tyler. 2008. Development of unique bacterial strains for use as positive controls in the food microbiology testing laboratory. Journal of Food Protection 71: pages 2301 à 2306.

Palcich, G., De Moraes Gillio, C., Aragon-Alegro, L.C., Pagotto, F.J., Farber, J.M., Landgraf, M. et M.T. Destro. 2009. Enterobacter sakazakii in dried-infant formulas and milk kitchens of maternity wards in Sao Paulo, Brazil. Journal of Food Protection 72: pages 37 à 42.

MacLean, L.L., Pagotto, F., Farber, J.M., et M.B. Perry. 2009. The structure of the O-antigen in the endotoxin of the emerging food pathogen Cronobacter (Enterobacter) muytjensii strain 3270. Carbohydrate Research 344: pages 667 à 671.

Chiarini, E. Tyler, K., Farber, J.M., Pagotto, F. et M.T. Destro. 2009. Listeria monocytogenes in two different poultry facilities: manual and automatic evisceration. Poultry Science 88: pages 791 à 797.

MacLean, L.L., Pagotto, F., Farber, J.M., et M.B. Perry. 2009. Structure of the antigenic repeating pentasaccharide unit of the LPS O-polysaccharide of Cronobacter sakazakii implicated in the Tennessee outbreak. Biochemistry and Cell Biology 87: pages 459 à 465.

Mattison, K., Brassard, J., Gagne, M.J., Ward, P., Houde, A., Lessard, L., Simard, C., Shukla, A., Pagotto, F., Jones, T.H. et Y.-L. Trottier. 2009. The feline calicivirus as a sample process control for the detection of food and waterborne RNA viruses. International Journal of Food Microbiology 132: pages 73 à 77.

Pagotto, F.J. et J.M. Farber. 2009. Cronobacter spp. (Enterobacter sakazakii): Advice, policy and research in Canada. International Journal of Food Microbiology 136: pages 238 à 245.

Clark, C.G., Farber, J., Pagotto, F., Ciampa, N., Doré, K., Nadon, C., Bernard, K., Ng, L.-K., et le RLSPC. 2009. Surveillance for Listeria monocytogenes and listeriosis, 1995-2004. Epidemiology and Infection 138: pages 559 à 572.

MacLean, L.L., Vinogradov, E., Pagotto, F., Farber, J.M. et M.B. Perry. 2009. Characterization of the O-antigen in the lipopolysaccharide of Cronobacter (Enterobacter) malonaticus 3267. Biochemistry and Cell Biology 87: pages 927 à 932.

Miled-Bennour, R., Ells, T.C., Pagotto, F.J., Farber, J.M., Kérouanton, A., Meheut, T., Colin, P., Joosten, H., Leclercq, A., et N.G. Besse. 2010. Genotypic and phenotypic characterisation of a collection of Cronobacter (Enterobacter sakazakii) isolates. International Journal of Food Microbiology 139: pages 116 à 125.

Xue, J.Z., Pagotto, F., et B.W. Blais. 2010. Cloth-based hybridization array system for the identification of food-borne Listeria and confirmation of Listeria monocytogenes. Internet Journal of Food Safety 12: pages 87 à 94.

MacLean, L.L., Vinogradov, E., Pagotto, F., Farber, J.M., et M.B. Perry. 2010. The structure of the O-antigen of Cronobacter sakazakii isolate HPB2855 involved in a neonatal infection. Carbohydrate Research 345: pages 1932 à 1937.

Chapitres d'ouvrages

Pagotto, F., Corneau, N. et J.M. Farber. 2006. Listeria monocytogenes. Dans H. Riemann and D.O. Cliver (éditeurs.), Foodborne infections and intoxications, third edition. Academic Press, pages 313 à 340.

Pagotto, F., Corneau, N., Scherf, C., Leopold, P., Clark, C. et J.M. Farber. 2005. Molecular typing and differentiation of foodborne bacterial pathogens. Dans P.M. Fratamico, A.K. Bhunia, and S.L. Smith (ed.), Foodborne Pathogens: Microbiology and Molecular Biology, Caister Academic Press, pages 51 à 75.

Farber, J.M., Pagotto, F. et C. Scherf. Incidence and behaviour of Listeria monocytogenes in meat products. Listeria, Listeriosis, and Food Safety, Third Edition, 2007. CRC Press, pages 503 à 570.

Pagotto, F.J., Lenati, R.F. et J.M. Farber. 2008. Enterobacter sakazakii. Dans M.P. Doyle and L.R. Beuchat (ed.), Food Microbiology: Fundamentals and Frontiers, 3rd edition, ASM Press, pages 271 à 291.

Farber, J.M., Pagotto, F. et J.-L. Cordier. 2008. Regulatory aspects. Dans J.M. Farber and S.J. Forsythe (ed.), Enterobacter sakazakii, ASM Press, pages 235 à 253.

Farber, J.M., Pagotto, F. et R. Lenati. 2008. Pathogenicity of Enterobacter sakazakii. Dans J.M. Farber and S.J. Forsythe (ed.), Enterobacter sakazakii, ASM Press, pages 127 à 144.

Pagotto, F. et A. Reid. 2009. Emerging methods for bacterial subtyping. Dans S. Brul, P. Fratamico, and T. McMeekin (ed.) Tracking pathogens in the food chain. Woodhead Publishing Ltd.

Liens connexes

Certains hyperliens donnent accès à des sites d'organismes qui ne sont pas assujettis à la  
. L'information qui s'y trouve est donc dans la langue du site.

Information particulière

1. Nom de l'organisme : Listeria monocytogenes

  • Organisme gram positif non sporulé en forme de bâtonnet qui a une motilité culbutante;
  • Catalase positif, hémolytique sur les géloses de sang de cheval ou de mouton et positif pour Campylobacter; et
  • L. monocytogenes est le seul agent pathogène humain vraiment reconnu du genre, m me si l'on a isolé L. ivanovii et L. seeligeri chez des patients malades.

a) Caractéristiques principales du microorganisme et de la maladie

  • Listeria est un psychrotrophe et peut donc se multiplier aux températures de réfrigération;
  • Listeria est très répandu dans l'environnement;
  • Le microorganisme semble légerement plus thermotolérant que beaucoup de microbes végétatifs; et
  • Listeria entraîne un taux élevé de mortalité.

b) Source du microorganisme

  • On trouve des Listeria dans les sols, les eaux usées, la végétation, les eaux de courant et l'ensilage;
  • Les Listeria peuvent aussi prévalent dans la population animale et en particulier le bétail, les moutons et les poulets; et
  • Les porteurs humains représentent jusqu'a 5 % de la population générale, mais ils sont beaucoup plus nombreux dans certains groupes comme les travailleurs des abattoirs.

2. Caractéristiques de la maladie : Nom de la maladie :

Le microorganisme cause la listériose. Il y en a deux formes, envahissante et non envahissante. La listériose envahissante entraîne un taux de mortalité clinique d'environ 20 à 30 % et un taux d'hospitalisation qui atteint presque 90 %. La listériose non envahissante a été appelée « gastroentérite fébrile ». Listeria ne produit pas de toxine létale.

a) Symptômes (listériose envahissante)

  • symptômes ressemblant ceux de la grippe : fièvre, maux de t te, diarrhée, vomissements, méningite, septicémie, avortement spontané chez les femmes enceintes, notamment.

Symptômes (listériose non envahissante)

  • diarrhée, fièvre, douleurs musculaires, maux de tête et, moins souvent, crampes abdominales et vomissements;
  • les symptômes gastro-intestinaux comme des nausées, des vomissements et la diarrhée peuvent précéder les formes plus graves de listériose ou peuvent être les seuls symptômes.

b) Période d'incubation

  • Envahissante : 1 à 90 jours, moyenne de 30 jours; et
  • Non envahissante : 11 heures à sept jours, moyenne de 18 heures.

c) Cause de la listériose

  • Dans le cas des infections envahissantes, les microorganismes pénètrent par voie orale et l'on croit qu'ils sont absorbés par des cellules épithéliales spécialisées (cellules M) dans le petit intestin et transportés dans les tissus lymphes des sous-jacents o ils sont absorbés par les macrophages; et
  • L. monocytogenes envahit ces cellules et peut se propager de façon intracellulaire, évitant ainsi l'exposition aux anticorps.

d) Populations à risque

  • Les femmes enceintes et leur foetus, les nouveau-nés, les personnes qui suivent une thérapie aux immunosuppresseurs ou aux corticostéro des, et en particulier les receveurs d'une greffe, les patients qui ont le cancer et le SIDA, les patients qui ont une maladie comme l'hépatite, le diabète et l'alcoolisme et les personnes qui suivent une hémodialyse de longue durée; et
  • La plupart des personnes en bonne santé présentent rarement des signes cliniques et ne deviennent pas malades la suite d'une listériose d'origine alimentaire. La gastroentérite fébrile est habituellement résolutive et disparaît dans un trois jours.

e) Mortalité clinique

  • Listeria est plus susceptible de causer la mort que d'autres bactéries l'origine de toxi-infections alimentaires : de 20 à 30 % des listérioses alimentaires peuvent être mortelles chez les personnes risque élevé.

f) Examens diagnostiques

  • Un examen définitif consiste notamment à isoler Listeria du sang, du Liquide céphalo-rachidien (LCR), du placenta ou du foetus avorté, ou d'un autre site normalement stérile. Les cultures de matières fécales ne sont pas très sensibles.

g) Traitement

  • La listériose peut être traitée aux antibiotiques.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :