Allocution de l’administratrice en chef de la santé publique, le 6 mai 2022

Discours

Le 6 mai 2022 | Ottawa (Ontario) | Agence de la santé publique du Canada

La pandémie de la COVID‑19 continue de provoquer du stress et de causer de l’anxiété à de nombreux Canadiens, particulièrement à ceux qui n’ont pas accès à leur réseau de soutien habituel. Le portail en ligne Espace mieux-être Canada offre aux personnes de tous âges partout au pays un accès immédiat à du soutien en matière de santé mentale et de toxicomanie sans frais et de façon confidentielle. Ces services sont accessibles 24 heures sur 24, sept jours sur sept. L’application Mieux-être, qui sert de complément gratuit au portail en ligne EMC, constitue un moyen supplémentaire pour les Canadiens d’obtenir des ressources en ligne liées à la santé mentale et à la consommation de substances, et d’évaluer, puis de faire le suivi des aspects de leur bien-être mental.

Bien que la COVID-19 circule encore dans tout le pays, les indicateurs actuels d’activité de la maladie, allant des cas signalés quotidiennement à la positivité des tests de laboratoire, révèlent une diminution de la transmission dans de nombreuses régions. Les données sur les eaux usées montrent également des indices d’un éventuel plafonnement ou d’un déclin après le pic dans plusieurs régions. Comme notre réseau et nos données sur les eaux usées continuent de se développer, l’Agence de la santé publique du Canada, en collaboration avec des partenaires, vient de lancer un tableau de bord en ligne pour afficher les tendances relatives aux eaux usées dans certaines villes du pays. À l’avenir, ces données seront de plus en plus utiles pour communiquer des signaux, tels que la présence nouvelle ou croissante du virus.

Actuellement, les tendances des indicateurs tardifs de gravité, comme les hospitalisations, sont encore élevées, mais commencent à diminuer dans certaines régions. Néanmoins, les semaines de résurgence de la COVID-19, y compris la propagation de la maladie et l’absentéisme parmi les travailleurs de la santé, ont contribué à des conséquences prolongées sur le système de santé.

Avec la prédominance du sous‑variant BA.2 d’Omicron et la poursuite de l’évolution du virus du SRAS‑CoV‑2, le chemin à parcourir risque d’être semé d’embûches. Toutefois, avec l’arrivée des températures plus clémentes, on peut espérer que, tout en restant prudents, nous pourrons profiter d’une période de faible activité et de temps pour récupérer.

C’est pourquoi le thème de la Semaine de la santé mentale de cette année est si approprié, puisqu’il met l’accent sur la façon dont nous pouvons développer et améliorer nos capacités d’empathie pour nous épauler les uns les autres. L’Association canadienne pour la santé mentale nous encourage, par le biais des communications, de l’information et des ressources proposées cette semaine, à développer et à mettre en pratique ces compétences, en commençant par nous écouter les uns les autres sans nous juger. Autrement dit, l’empathie nous aide à nous mettre à la place d’une autre personne et à chercher à comprendre son point de vue. Elle nous aide non seulement à tisser des liens entre nous et à nous soutenir mutuellement, mais aussi à réguler nos propres émotions et à réduire notre sentiment d’isolement.

La pandémie a bouleversé nos vies à bien des égards, certaines recherches suggérant que jusqu’à 50 % des Canadiens ont vu leur santé mentale décliner pendant la pandémie. Nous savons que ces répercussions ont touché certains groupes plus que d’autres et qu’au fil de l’évolution de la pandémie, nous avons été confrontés à différents défis, et encore aujourd’hui. Si bien des gens sont heureux de voir les mesures s’atténuer, cela peut aussi être source d’anxiété et de stress pour les communautés qui s’adaptent progressivement aux changements.

À l’heure actuelle, comme tout au long de la pandémie, Espace Mieux-être Canada continue d’offrir des ressources et des mesures de soutien virtuelles et confidentielles en matière de santé mentale et de dépendance aux substances aux personnes de tous âges au Canada. À ce jour, près de 2,3 millions de personnes au Canada ont utilisé ces ressources, qui sont offertes gratuitement, 24 heures par jour, 7 jours par semaine.

En santé mentale, tous les gestes comptent. J’encourage tous les Canadiens à faire ce qu’ils peuvent pour favoriser leur propre santé mentale et leur bien-être, ainsi que ceux de leur famille et de leurs amis. Faire preuve d’empathie en posant un geste de bienveillance envers quelqu’un peut aider énormément. Et, ensemble, nous pouvons tous contribuer à créer des changements positifs dans nos écoles, nos lieux de travail et nos communautés.

Si la trajectoire de la COVID-19 risque de nous faire connaître encore des hauts et des bas à l’avenir, le maintien d’une approche « vaccins plus » peut nous permettre de rester préparés et mieux protégés. Il faut donc rester attentif à l’activité de la COVID-19 dans votre région et continuer à appliquer des mesures de protection personnelle – comme rester à la maison si vous êtes symptomatique ou si vous recevez un résultat de test positif, améliorer la ventilation et continuer à porter un masque dans les espaces intérieurs communs ou les espaces bondés lorsque vous êtes en compagnie de personnes avec lesquelles vous n’habitez pas.

Le principe de base de l’approche « vaccins plus » est de tenir à jour toutes les doses de vaccin recommandées pour vous, c’est-à-dire une série primaire de vaccins contre la COVID‑19 pour toute personne âgée de 5 ans ou plus et les doses de rappel recommandées pour les personnes âgées de 12 ans ou plus.

Alors que nous reprenons davantage d’activités et de rencontres au Canada et dans le monde, d’autres maladies infectieuses graves, comme la grippe et la rougeole, font un retour en force. Le Canada a signalé une augmentation de l’activité grippale au cours des dernières semaines et l’Organisation mondiale de la santé a signalé une augmentation de 79 % des cas de rougeole dans le monde au cours des deux premiers mois de cette année par rapport à la même période l’année dernière. Comme il s’agit de maladies évitables par la vaccination, les vaccinations tardives ou manquées, en particulier pendant la pandémie, sont un facteur majeur de ces tendances à la hausse. Quel que soit notre âge, nous devons tenir nos vaccins à jour tout au long de notre vie. Intégrez la prévention dans votre plan de santé en consultant votre professionnel de la santé ou les ressources locales en matière de soins de santé.

Consultez mon document d’information pour obtenir des renseignements et des ressources sur la COVID-19, y compris de l’information sur les vaccins et les moyens de réduire vos risques d’infection et de propagation du virus à d’autres personnes.

Coordonnées

Relations avec les médias
Agence de la santé publique du Canada
613-957-2983
media@hc-sc.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :