ARCHIVÉE - Stratégie intégrée en matière de modes de vie sains et de maladies chroniques - composante fonctionnelle « programmes communautaires »

 

Introduction et contexte

Le présent rapport d’évaluation formative des programmes communautaires axés sur le diabète et le renforcement des capacités communautaires (PCD) présente des conclusions fondées sur l’analyse des résultats de quatre sources de données : 1-) un examen des données relatives à la surveillance du rendement recueillies par les projets financés durant l’année financière 2006-2007 à l’aide de l’Outil de cueillette de données de projets (OCDP); 2-) une étude des documents pertinents; 3-) un examen de l’Évaluation des résultats préliminaires du rapport sur les projets communautaires axés sur le diabète; et 4-) des entrevues avec trois représentants de programmes. À ces sources s’ajoutent des entrevues menées auprès de trois représentants de programmes. L’évaluation a été réalisée par la firme JLS Management Consulting Inc. sous la surveillance de l’Unité d’évaluation du Centre de prévention et de contrôle des maladies chroniques (CPCMC) de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC).

L’évaluation formative des PCD satisfait aux exigences relatives aux déclarations du Cadre de gestion et de responsabilisation axé sur les résultats (CGRR) élaboré par la Stratégie intégrée en matière de modes de vie sains et de maladies chroniques (SIMVSMC) en février 2007. Elle est conçue pour produire des données qui alimenteront l’évaluation globale de la SIMVSMC en rapport avec sa pertinence, la conception et la prestation des programmes, les succès ou les progrès.

Dans la section qui suit, un profil de la SIMVSMC est présenté. Le reste du présent rapport est organisé comme suit : la section 2 décrit la méthodologie utilisée aux fins de l’évaluation; la section 3 présente les principaux résultats; la section 4 expose les conclusions issues de l’évaluation;et la section 5 dresse une liste de recommandations.

1.1 Description du programme

Stratégie intégrée en matière de modes de vie sains et de maladies chroniques (SIMVSMC)

La SIMVSMC a été lancée en octobre 2005 avec une allocation de 300 millions de dollars sur cinq ans et de 74,5 millions de dollars par année par la suite. Son but premier est de fournir un cadre de travail cohérent permettant au gouvernement canadien d’exercer un leadership, par le truchement d’un éventail de mesures en santé publique, afin de promouvoir la santé des Canadiens et de réduire les effets des maladies chroniques au Canada. Les trois piliers interreliés de la Stratégie intégrée sont les suivants :

  • promotion de la santé pour combattre les facteurs menant à une mauvaise alimentation, à l’inactivité physique et à l’excès de poids;
  • prévention des maladies chroniques par des mesures ciblées et intégrées pour agir sur les principales maladies chroniques et leurs facteurs de risque; et
  • soutien au dépistage précoce et à la prise en charge des maladies chroniques.

La SIMVSMC déploie des stratégies intégrées et des stratégies concernant des maladies particulières, notamment le diabète (parmi les populations non autochtones), le cancer et les maladies cardiovasculaires. Elle est administrée à l’aide d’une structure matricielle qui inclut 14 volets de programmes et six volets fonctionnels (voir une description visuelle de la matrice de la SIMVSMC à l’Annexe A).

  • Les volets de programmes de la SIMVSMC sont les suivants :
    • Coordination
    • Fonds pour la promotion des modes de vie sains (FPMVS)
    • Réseau intersectoriel de promotion des modes de vie sains
    • Marketing social en matière des modes de vie sains
    • Développement et échange des connaissances en matière de modes de vie sains
    • Consortium pour la santé en milieu scolaire
    • Santé mentale
    • Observatoire des pratiques exemplaires
    • Projets pilotes pour la prévention intégrée des maladies chroniques
    • Collaboration internationale
    • Surveillance accrue des maladies chroniques
    • Renouvellement de la Stratégie canadienne sur le diabète (destinée aux populations non
      autochtones)
    • Stratégie canadienne de lutte contre le cancer
    • Maladies cardiovasculaires
  • Les volets fonctionnels de la SIMVSMC sont les suivants :
    • Surveillance
    • Développement, échange et diffusion des connaissances (DEDC)
    • Programmes communautaires
    • Information publique sur le diabète
    • Leadership, coordination et élaboration de politiques stratégiques
    • Suivi et évaluation

La SIMVSMC est déployée par le Centre de prévention et de contrôle des maladies chroniques (CPCMC) et le Centre pour la promotion de la santé (CPS), qui se trouvent dans les bureaux nationaux de l’Agence de la santé publique du Canada, et par ses sept bureaux régionaux, soit en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan et Manitoba, en Ontario, au Québec, dans la région de l’Atlantique et dans le Nord.

Les programmes communautaires et le renforcement des capacités communautaires dans le cadre de la Stratégie intégrée en matière de modes de vie sains et de maladies chroniques

Le volet fonctionnel des programmes communautaires de la SIMVSMC a trois champs d’action :

  • Transfert des connaissances aux organisations communautaires pour planifier, mettre en oeuvre et évaluer les interventions à l’aide de données probantes qui permettent d’aborder de multiples facteurs parmi les populations à risque élevé dans divers milieux sociaux, économiques et physiques
  • Création de partenariats et collaboration
  • Diffusion par le personnel de l’ASPC

Le volet fonctionnel des programmes communautaires inclut trois éléments concernant des maladies particulières (le diabète, le cancer et les maladies cardiovasculaires), ainsi que le Fonds pour la promotion des modes de vie sains (FPMVS). Le but général des éléments concernant des maladies particulières des PCD est de prévenir les maladies chroniques et de promouvoir le dépistage précoce et la gestion des maladies chroniques. En même temps, l’intégration est conçue pour prendre place à un certain nombre de niveaux à l’intérieur du volet fonctionnel, dont ceux-ci : le ciblage des facteurs de risque communs (par exemple, une alimentation saine et l’activité physique); la collaboration intersectorielle; l’action coordonnée dans le continuum des soins de santé; et une combinaison d’approches à l’attention des populations à risque élevé. Le Fonds pour la promotion des modes de vie sains, qui fait partie du Programme sur les modes de vie sains, soutient des mesures efficaces et durables à tous les niveaux qui font la promotion de l’adoption de modes de vie sains et de la création de milieux favorables à la santé.

Deux événements importants reliés aux maladies cardiovasculaires ont eu des effets sur le volet fonctionnel des programmes communautaires : 1-) l’annonce par le ministre fédéral de la Santé, en octobre 2006, de l’élaboration de la nouvelle Stratégie canadienne en santé cardiovasculaire, dirigée par un comité directeur d’experts; et 2-) l’annonce par le premier ministre en novembre 2006 de la création du Partenariat canadien contre le cancer visant à mettre en oeuvre la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer (SCLC). Conséquemment, la présente évaluation formative met l’accent sur un des éléments particuliers à des maladies – les PCD. L’élément des PCD du FPMVS sera inclus dans une évaluation plus large du Programme sur les modes de vie sains.

Programmes communautaires axés sur le diabète et le renforcement des capacités communautaires (PCD)

Les PCD relèvent du volet de programme « SIMVSMC » de la nouvelle Stratégie canadienne sur le diabète (SCD). La nouvelle SCD, issue de la SCD initiale (1999-2005), bénéficie d’un budget de 115 millions de dollars. Dans le budget de 2005, le volet non autochtone de la SCD a été renouvelé pour cinq années additionnelles en tant que volet de la SIMVSMC et est administré par le Centre de prévention et de contrôle des maladies chroniques (CPCMC).

La nouvelle SCD est axée sur la prévention du diabète de type 2 parmi les populations à risque élevé, sur le dépistage précoce du diabète de type 2, ainsi que sur la gestion du diabète de types 1 et 2. Le modèle logique de la nouvelle SCD est présenté à l’Annexe B.

Les PCD sont un des éléments ou volets de la nouvelle SCD qui en contient six, les cinq autres étant les suivants :

  • Système national de surveillance du diabète (SNSD)
  • Développement et échange des connaissances en matière de prévention et de prise en charge du diabète
  • Information publique sur le diabète
  • Coordination du diabète
  • Suivi et évaluation du diabète

Les PCD fournissent un financement pour des projets de subventions et contributions visant à élaborer, mettre en oeuvre et évaluer des initiatives communautaires aux niveaux national et régional. Leur but est de promouvoir des modes de vie sains parmi des populations à risque et les personnes atteintes de diabète au moyen de programmes communautaires adaptés aux besoins particuliers des collectivités, en tenant compte de la diversité culturelle et ethnique, de la démographie et d’autres facteurs de risque élevé, comme l’obésité et la sédentarité.

Les projets financés dans le cadre des PCD doivent poursuivre les objectifs suivants :

  • planifier, mettre en oeuvre et évaluer les interventions à l’aide de données probantes qui permettent d’aborder de multiples facteurs parmi les populations à risque élevé dans divers milieux sociaux, économiques et physiques;
  • faciliter et accroître les liens parmi les professionnels de la santé, les planificateurs, les chercheurs et les décideurs dans et entre les organisations et les ressorts territoriaux pour mieux harmoniser les orientations stratégiques, établir les priorités en matière de diabète, améliorer la surveillance et la mise en application des connaissances et partager des pratiques exemplaires;
  • collaborer à l’intégration de systèmes de prévention, de dépistage et de gestion du diabète; et
  • élaborer ou défendre des politiques publiques plus vigoureuses de prévention, de dépistage précoce et de prise en charge ou de gestion du diabète.

Voici des exemples qui montrent comment des projets sont entrepris pour atteindre des objectifs de programmes :

  • Un projet de sensibilisation et de prévention ciblant les femmes à risque élevé de contracter le diabète durant la grossesse (Healthy Start for Mom & Me) a élaboré un processus communautaire qui inclut deux groupes de discussion avec des femmes ayant le diabète et une consultation auprès de partenaires communautaires.
  • Destiné à des personnes âgées à risque élevé, le projet Attitude Makes a Difference a déterminé les pratiques exemplaires dans la prévention et le traitement du diabète chez les personnes âgées afin de comprendre ce que les diabétiques ou les prédiabétiques ressentent par rapport à leur maladie. Le projet a établi les mesures clés requises pour améliorer la prévention et le traitement du diabète, ainsi que le soutien aux personnes qui en sont atteintes.
  • Le projet appelé The Prevention, Detection and Management of Diabetes for Canadians with a Disability a regroupé des thérapeutes en loisirs et des physiothérapeutes afin d’élaborer des stratégies et des approches visant à éduquer les intervenants au sujet de la prévention et de la gestion du diabète parmi les personnes qui en sont atteintes.

Portée des programmes et bénéficiaires visés

Les PCD sont conçus pour bénéficier aux populations à risque élevé de contracter le diabète de type 2 et les personnes qui en sont atteintes. Les groupes ciblés peuvent inclure, sans toutefois s’y limiter, des personnes qui :

  • ont le diabète;
  • ont un état préclinique ou asymptomatique (comme un état prédiabétique);
  • ont un excès de poids ou sont obèses;
  • sont âgées de plus de 40 ans;
  • ont une hypertension artérielle ou un cholestérol élevé;
  • ont des antécédents familiaux de diabète;
  • sont issues de populations ethnoculturelles à risque élevé (par exemple, autochtones, africaines, hispaniques ou sud-asiatiques);
  • ont des antécédents de diabète gestationnel; ou
  • ont donné naissance à un bébé de plus de 4 kilos (9 livres).

Pour atteindre ces groupes, les PCD peuvent financer des projets qui ciblent des professionnels de la santé, des chercheurs, des décideurs ou des planificateurs. Parmi les candidats admissibles au financement, mentionnons des organisations non gouvernementales canadiennes, des organismes à but non lucratif, des organismes bénévoles, des régies régionales de la santé, des unités de santé, des hôpitaux, des centres de santé communautaire, des écoles (de la maternelle à la 12e année) et des établissements postsecondaires.

Principes directeurs

On s’attend à ce que les projets financés par les PCD respectent deux principes directeurs lors de leur élaboration et de leur mise en oeuvre :

  • Promouvoir la participation communautaire : Les membres des populations ciblées doivent jouer un rôle actif dans l’élaboration, la planification, la mise en oeuvre et l’évaluation des projets, de même que dans la diffusion de leurs résultats.
  • Soutenir la collaboration intersectorielle : Une solide collaboration parmi les groupes bénévoles et communautaires, les gouvernements, le milieu des affaires, les travailleurs et les organisations professionnelles doit être soutenue aux niveaux local, municipal, provincial ou territorial et fédéral afin de mobiliser les ressources requises pour mettre en place des mesures efficaces. De même, les partenariats entre le secteur de la santé et d’autres secteurs de la collectivité sont fortement encouragés à soutenir l’approche communautaire en matière de prévention et de gestion du diabète.

Coordination des programmes et soutien

Les PCD sont des programmes variés et dynamiques, financés par le gouvernement fédéral, coordonnés au niveau régional et offerts au niveau local dans diverses collectivités à travers le Canada. L’influence réciproque de ces divers niveaux d’intervention a permis aux projets des PCD d’évoluer dans différentes directions dans l’ensemble du pays.

En décembre 2007, le Réseau communautaire du diabète a été intégré au Fonds pour la promotion des modes de vie sains (FPMVS) pour devenir le Réseau communautaire. Ce réseau, qui relève de l’ASPC, est un groupe de consultation et de partage d’informations nationales et régionales conçu pour participer à la coordination des activités communautaires dans le cadre de la nouvelle SCD et du FPMVS. Le réseau, qui se réunit tous les mois, est composé de représentants du bureau national et des bureaux régionaux concernés par les volets fonctionnels suivants : Programmes communautaires; Développement, échange et diffusion des connaissances (DEDC); Suivi et évaluation du diabète; et Information publique sur le diabète. Ce système de communications met en liaison le personnel du bureau national de l’ASPC aux employés des bureaux régionaux qui sont en lien direct avec les communautés. Cela permet aux employés du bureau national et des bureaux régionaux de répondre aux besoins variés des groupes communautaires.

Les évaluateurs du bureau national et des bureaux nationaux qui travaillent dans le domaine du diabète et au FPMVS ont été regroupés en décembre 2007 pour former le Groupe de travail sur l’évaluation des modes de vie sains et du diabète. Ce groupe se réunit chaque mois pour discuter et partager des informations sur des questions relatives au suivi et à l’évaluation des programmes communautaires, y compris l’utilisation d’un outil commun de surveillance du rendement des projets financés dans le cadre des deux programmes.

Ressources des PCD

Les PCD disposent d’un budget annuel d’environ 6,4 millions de dollars, dont 4 millions sont alloués à des projets communautaires sous forme de subventions et de contributions. Le nombre d’employés affectés aux PCD est de 15,5 équivalents temps plein (ETP), soit 5,0 au bureau national et 10,5 dans les bureaux régionaux. Le nombre d’employés varie selon les régions de manière à refléter le budget global alloué à chaque bureau régional. Durant l’exercice 2006-2007, le nombre réel d’employés affectés aux PCD a été de 11,0 ETP (3,0 au bureau national et 8,0 dans les bureaux régionaux).

Présentement, les conseillers en programmes de l’ASPC dans les régions gèrent les subventions et contributions allouées au diabète et aux modes de vie sains, en plus de fournir un lien fédéral avec les provinces et les territoires. Les trois ETP du bureau national gèrent le volet de coordination des programmes en matière de diabète, les subventions et contributions des PCD, ainsi que des séances d’information, la correspondance, la planification des programmes et la présentation des rapports.

En 2005-2006, 16 projets ont été financés dans le cadre de la Stratégie canadienne sur le diabète initiale; aux neuf projets existants se sont ajoutés sept nouveaux projets. Des informations détaillées sur le financement des projets de 2005-2006 n’étaient pas disponibles au moment de la cueillette des données.

Le Tableau 1 présente le financement des projets en 2006-2007 selon les régions de l’ASPC.

Tableau 1 : Fonds alloués aux PCD par région en 2006-2007
Région Total de projets financés Financement total
Niveau national 5 1 324 640 $
Colombie-Britannique 4 249 894 $
Alberta 3 259 511 $
Manitoba/Saskatchewan 4 249 601 $
Ontario 11 837 139 $
Québec 5 445 000 $
Provinces de l’Atlantique 7 355 196 $
Nord 2 147 228 $
Total 41 3 868 209 $

Au moment de l’évaluation, les données relatives aux projets financés en 2007-2008 n’étaient pas disponibles.

1.2 Contexte de l’évaluation

La présente évaluation formative des PCD a pour but d’aider les programmes à satisfaire aux exigences en vertu du Cadre de gestion et de responsabilisation axé sur les résultats (CGRR) élaboré par la SIMVSMC en février 2007. Le CGRR contient un plan détaillé de suivi et d’évaluation pour la SIMVSMC. Les activités contenues dans le plan incluent des évaluations des principaux volets fonctionnels et volets de programmes. Elles sont axées sur les progrès accomplis quant à l’atteinte de résultats immédiats et sur les progrès intérimaires accomplis quant à l’atteinte de résultats à court terme.

On prévoit que les diverses parties du travail d’évaluation, y compris les évaluations formatives des principaux volets fonctionnels et volets de programmes, seront résumées dans une évaluation très importante devant être terminée en 2011. La présente évaluation formative des PCD est conçue pour produire des données qui alimenteront l’évaluation globale de la SIMVSMC en rapport avec sa pertinence, la conception et la prestation des programmes, les succès ou les progrès, en plus d’informer la haute direction sur les progrès de l’initiative.

Objectifs et portée de l’évaluation

Les objectifs de l’évaluation formative des PCD sont d’examiner les questions liées à la pertinence, à la conception et à la prestation, ainsi que de déterminer les progrès ou les succès du volet fonctionnel des programmes communautaires. Les conclusions seront utilisées pour proposer des améliorations à ce volet fonctionnel et à la SIMVSMC dans son ensemble.

La présente évaluation couvre les trois premières années de mise en oeuvre, soit les exercices 2005-2006, 2006-2007 et 2007-2008 (jusqu’en novembre 2008). Comme il a été dit précédemment, elle est axée sur les PCD en tant que volet fonctionnel de la SIMVSMC.

L’évaluation repose sur le Plan de suivi et d’évaluation des programmes communautaires axés sur le diabète et le renforcement des capacités communautaires, ainsi que sur le modèle logique présenté à la page suivante. Les principales questions qui ont orienté l’évaluation sont les suivantes :

  • Pertinence : Le volet est-il aussi compatible avec les priorités ministérielles et répond-il à un besoin réel de manière réaliste?
  • Conception et prestation des PCD : Les moyens les plus appropriés et les plus efficaces sont-ils utilisés pour atteindre les objectifs poursuivis?
  • Succès ou progrès : Le volet est-il efficace, sans produire des résultats non souhaités?

Pour obtenir une liste complète des questions d’évaluation et des liens vers des indicateurs et des sources de données, veuillez consulter le Plan de suivi et d’évaluation des programmes communautaires axés sur le diabète et le renforcement des capacités communautaires, à l’Annexe C.

Figure 1 : Modèle logique du volet fonctionnel des programmes communautaires de la SIMVSMC

Figure 1 : Modèle logique du volet fonctionnel des programmes communautaires de la SIMVSMC
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :