Évaluation du programme des Centres de collaboration nationale en santé publique de 2014-2015 à 2018-2019

Préparé par :
Bureau de l’audit et de l’évaluation
Santé Canada et Agence de la santé publique du Canada

Version traduite. En cas de divergence entre le présents texte et le texte anglais, la version anglaise a préséance.

Mars 2019

Table des matières

Liste des tableaux

Liste des acronymes

ACSP
Administrateur en chef de la santé publique
ASPC
Agence de la santé publique du Canada
CCN
Centres de collaboration nationale
CCNDS
Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé Canada
CCNSA
Centre de collaboration nationale de la santé autochtone Canada
CCNPPS
Centre de collaboration nationale sur les politiques publiques et la santé
CCNMI
Centre de collaboration nationale des maladies infectieuses
CCNMO
Centre de collaboration nationale des méthodes et des outils
CCNSE
Centre de collaboration nationale en santé environnementale
CCNSP
Centre de collaboration nationale de la santé publique Canada
IRSC
Instituts de recherches en santé du Canada
ONG
Organisations non gouvernementales
SRAS
Syndrome respiratoire aigu sévère

 

thumbnail

Télécharger le format de rechange
(Format PDF , 868 ko, 69 pages)

Organisation: Santé Canada

Date publiée : 2019-06-24

 

Résumé

L'objectif de l'évaluation était d'évaluer la pertinence et le rendement du programme des Centres de collaboration nationale en santé publique (CCNSP) pour la période d'avril 2014 à septembre 2018. L'évaluation a été réalisée pour satisfaire aux exigences de la Loi sur la gestion des finances publiques et de la Politique sur les résultats de 2016 du Conseil du Trésor du Canada. Dans le cadre de l'évaluation de la pertinence, il s'agissait d'établir le besoin continu du programme, si le rôle des centres de collaboration nationaux (CCN) était bien compris et si le programme cadre avec les priorités du gouvernement, de l'ASPC et en matière de santé publique. Dans le cadre de l'évaluation du rendement, il s'agissait de se pencher sur l'atteinte des résultats escomptés, l'utilisation des ressources, les mécanismes de coordination avec l'ASPC et l'efficience liée au modèle de programme.

1. Description du programme

La création du programme des CCNSP a été annoncée en 2004, en même temps que celle de l'ASPC et du Réseau pancanadien de santé publique, comme volet faisant partie intégrante de la stratégie adoptée par le gouvernement du Canada pour renforcer le système de santé publique au Canada.

Ce programme vise à rendre la recherche sur la santé publique plus pertinente et compréhensible pour les professionnels et organisations de la santé publique, afin qu'ils puissent l'utiliser dans le cadre de leurs pratiques quotidiennes et pour élaborer des politiques (c.-à-d., utiliser les connaissances scientifiques dans le dévelopement des politiques et la pratique de santé publique).

Le programme des CCNSP distribue 5,8 millions de dollars par année à six centres de collaboration nationaux (CCN), répartis à l'échelle du Canada, qui résument, appliquent et échangent des connaissances sur un thème particulier pour les rendre utiles et accessibles aux décideurs, aux gestionnaires de programme et aux professionnels de la santé publique Note de bas de page [a]. Chaque centre reçoit un montant égal dans le cadre d'une entente de contribution entre l'ASPC et un organisme externe chargé d'héberger le centre. Voici les six centres et leurs hôtes respectifs :

2. Constatations clés

Pertinence

Les services d'application des connaissances continuent d'être nécessaires pour rendre les renseignements basés sur les données probantes plus accessible et utile aux professionnels de la santé publique à l'appui de la prise de décisions et de l'élaboration de politiques. On s'attend de plus en plus que l'utilisation de données probantes opportunes et bien documentées devienne pratique courante dans la prise de décisions en santé publique, mais cela demeure difficile à réaliser (p. ex., croissance du volume et de la complexité des données, élargissement de la santé publique afin d'y inclure les déterminants sociaux de la santé, compressions continues des ressources sur le terrain). De plus, dans le système de santé publique multijuridictionnel du Canada, il y a un besoin continu d'établir des réseaux reliant toutes les administrations afin de partager des renseignements et des pratiques exemplaires.

Bien que d'autres organisations proposent des services de synthèse, d'application et d'échange de connaissances en santé publique, l'évaluation a révélé que les CCN occupent un créneau unique axé sur l'application de connaissances fondées sur des données probantes d'une manière très pratique pour appuyer les professionnels de la santé publique de tout le pays. De plus, les CCN sont différents d'autres organisations de par leur nature non gouvernementale, ce qui accroît leur capacité de répondre aux besoins sur le terrain. Par ailleurs, leur portée est nationale, alors que celle d'autres organisations tend à être provinciale ou locale. Quelques informateurs clés ont toutefois laissé entendre qu'il est nécessaire de réévaluer les thèmes abordés par les centres en fonction de l'évolution des priorités en santé publique.

Le mandat du programme des CCNSP a évolué depuis la dernière évaluation. Alors qu'il était axé sur le renforcement de la capacité en santé publique et ciblait les professionnels au niveau local, il vise désormais d'appuyer la prise de décisions et de l'élaboration de politiques à tous les niveaux du système de santé publique. La plupart des centres, mais non tous, ont tenu compte de cette réorientation du mandat du programme dans le cadre de leurs collaborations. L'intention du programme des CCNSP concorde clairement avec les priorités globales du gouvernement du Canada et de l'ASPC en matière de renforcement de la capacité en santé publique et du leadership scientifique. Cependant, même si les CCN sont structurés de manière à pouvoir mieux réagir aux besoins directs des professionnels de la santé publique, certains se demandent si leur travail concorde bien avec les priorités du secteur de la santé publique au niveau opérationnel. Ces questions se posent, en partie, parce que la façon dont les CCN élaborent leurs plans de travail est mal connue, parce qu'ils recueillent des commentaires de diverses sources pour informer leur élaboration.

Atteinte des résultats

Les CCN ont réalisé un vaste éventail de produits et d'activités d'application des connaissances de grande qualité, et les intervenants les considèrent comme une source de référence fiable pour de multiples enjeux ayant trait à la santé publique. Il y a aussi de nombreux exemples de contributions des CCN aux processus de prise de décisions et d'élaboration de politiques dans le domaine de la santé publique.

Dans bien des cas, les CCN ont répondu à des besoins émergents, notamment en cernant les lacunes en matière de connaissances. Toutefois, le processus actuel pour élaborer les plans de travail fait en sorte qu'il est difficile pour les centre de trainter ces besoin émergents rapidement.

Dans le cadre de leurs activités régulières, les CCN ont entrepris de nombreuses activités en collaboration avec des partenaires externes. Ces collaborations ont permis aux intervenants de tirer parti mutuellement de leur capacité d'obtenir des résultats et d'échanger des renseignements entre les régions et les administrations. Dans bien des cas, les CCN ont réuni des intervenants que les organisations gouvernementales n'auraient pas pu réunir de la même façon. La capacité qu'ont les CCN de favoriser l'établissement de relations est perçue comme un important service à valeur ajoutée qu'ils fournissent.

Des collaborations ont eu lieu régulièrement impliquant deux ou trois CCN et traitant de divers initiatives. Ces collaborations étaient réputées être productives, car chaque CCN avait une expertise précieuse à y apporter. Cependant, l'exigence que l'ensemble des six CCN collaborent à des projets « signature » était perçue comme détournant des ressources limitées qui pourraient mieux être utilisées ailleurs.

Efficacité

Globalement, il a été établi que les Centres fonctionnent efficacement et utilisent leurs ressources limitées avec prudence et de façon innovatrice pour produire un nombre considérable de résultats. Toutefois, leur capacité de produire des résultats a diminué, étant que le financement provenant de l'ASPC a diminué, passant d'une affectation annuelle de 1,5 M$ pendant les premières années du programme à un budget fixe de 974 000 $ par an pendant la période couverte par l'actuel accord de contribution (soit de 2015 à 2020).

Dans l'ensemble, le modèle de programme des CCNSP a été jugé comme avantageux parce qu'il aide les centres à fonctionner efficacement, leur permettant d'avoir accès aux services et à l'expertise de leur organisation d'accueil, de tirer parti de leurs réseaux et d'avoir accès à du financement pour faire avancer des projets conjoints. Le modèle qui ne crée aucun lien de dépendance entre les Centres et le gouvernement a également permis aux CCN de demeurer apolitiques et de rester au contact des activités qui se déroulent sur le terrain. Toutefois, bien que les centres mènent des activités de faible envergure, ils doivent suivre les procédures de leur organisme d'accueil et respecter leur accord de contribution avec l'ASPC. Les exigences actuelles en matière de production de rapports sur le rendement étaient considérées comme lourdes et demandant un grand effort de temps, compte tenu, notamment, de la réduction du budget accordé au programme au fil du temps.

L'interaction et la communication entre l'ASPC et les CCN au sujet des priorités étaient limitée, et il était donc difficile pour les CCN de faire concorder leurs plans de travail annuels avec les domaines d'intérêt de l'ASPC, afin de favoriser la collaboration et d'éviter le double emploi. Une initiative dirigée par la haute direction de l'ASPC, qui a été lancée en février 2018, s'est montrée prometteuse pour le développement de collaborations plus étroites entre les CCN et l'ASPC, mais il est trop tôt pour en évaluer les résultats.

Recommandations

Recommandation 1

Établir un partenariat bilatéral entre l'ASPC et les CCN afin de mieux faire connaître le travail de chacun et d'accroître la collaboration dans les domaines d'intérêt commun.

À l'ASPC, il y a toujours un manque général de compréhension du rôle, du mandat et de la valeur des CCNSP. Par ailleurs, les CCN s'inquiétaient du fait que les priorités de l'ASPC ne leur sont pas transmises systématiquement et en temps opportun. Il a donc été difficile pour les CCN d'harmoniser leurs plans de travail annuels avec les domaines d'intérêt de l'ASPC et d'établir des liens avec les secteurs de programme concernés. Compte tenu de cela, l'ASPC devrait s'appuyer sur les efforts initiaux de l'initiative de la haute direction et s'engager de façon plus stratégique et plus régulière avec les CCN, afin de tirer parti des connaissances, des ressources et des réseaux de l'autre pour faire progresser des objectifs communs.

Recommandation 2

Explorer les possibilités, dans le cadre du renouvellement de l'accord de contribution, afin de veiller à ce que chaque CCN demeure pertinent par rapport aux nouveaux besoins du secteur de la santé publique en ce qui concerne les enjeux abordés, l'éventail des collaborations et les publics cibles.

Le mandat du programme des CCN a évolué depuis la dernière évaluation; alors qu'il se concentrait sur le renforcement de la capacité en santé publique et sur les professionnels à l'échelon local, le mandat vise désormais à appuyer la prise de décisions à tous les niveaux du système de santé publique. Ce ne sont pas tous les centres qui ont adopté ce changement du mandat du programme auprès de leurs publics cibles et dans leurs collaborations, puisqu'ils continuent de se concentrer sur les praticiens locaux. De plus, bien que les sujets du programme des CCNSP aient pu être pertinents lorsqu'ils ont été choisis il y a plus de 13 ans, on s'inquiétait que ces thèmes n'aient jamais été révisés depuis la création du programme et que les efforts en matière d'application des connaissances devraient étudier d'autres enjeux qui cadrent avec les priorités émergentes de santé publique à l'échelle mondiale. Étant donné que le cycle de financement actuel prend fin en 2020, l'ASPC devrait explorer les possibilités pour s'assurer que les CCN demeurent pertinents, notamment en clarifiant les directives données aux CCN, afin de remplir le mandat actuel du programme et de répondre aux besoins en évolution du secteur de la santé publique.

Recommandation 3

Étudier des options pour maximiser les affectations des ressources aux CCN et pour permettre à ces derniers d'utiliser ces mêmes ressources plus efficacement afin de réaliser leur mandat principal, soit :

Les réductions des affectations de fonds de l'ASPC aux CCN ont limité leur capacité de produire leurs résultats. Dans ce contexte, l'ASPC devrait examiner les possibilités d'optimiser l'affectation des ressources et de gérer les attentes. L'ASPC devrait plus particulièrement réexaminer l'exigence que l'ensemble des six CCN collaborent à des projets « signature », étant donné qu'ils collaborent les uns avec les autres par d'autres moyens. L'ASPC devrait également laisser une plus grande marge de manœuvre aux CCN pour qu'ils puissent aborder les questions émergentes dès qu'ils se présentent, sans devoir réviser profondément leurs plans de travail et sans que cela touche la responsabilité pour les résultats obtenus pendant l'année. L'ASPC devrait simplifier les exigences en matière de mesure du rendement en insistant particulièrement sur la fourniture de données utiles pour orienter la gestion et l'évaluation continues du programme, tout en maintenant le fardeau redditionnel imposé aux CCN en fonction de leur niveau actuel de financement.

Réponse et plan d'action de la direction

Réponse et plan d'action de la direction pour le programme des CCNSP (2018-2019 et 2019-2020)
Recommandations Réponse Plan d'action Livrables Date d'achèvement prévue Responsabilité Ressources
Recommandation formulée dans le rapport d'évaluation Indiquer si la direction du programme accepte la recommandation, l'accepte sous certaines conditions ou la rejette, et justifier la réponse Indiquer les mesures que la direction compte prendre pour donner suite à la recommandation Déterminer les principauxlivrables Indiquer la date limite de mise en œuvre de chaque livrable Indiquer le cadre supérieur et le cadre de direction (niveau DG et SMA) qui devront rendre compte de la réalisation de chacun des livrables Décrire les ressources humaines et financières nécessaires pour donner suite à la recommandation, y compris la source des ressources (nouvelle source ou budget existant)
Recommandation 1 : Établir un partenariat bilatéral entre l'ASPC et les CCN afin de mieux faire connaître le travail de chacun et d'accroître la collaboration dans les domaines d'intérêt commun. D'accord. La notion de « partenariat » est maintenant au cœur de la relation d'affaires qu'entretient l'ASPC avec les CCN. 1. Officialiser le mandat des dirigeants de l'ASPC et des CCN en tant que principaux agents de liaison pour chacun des six CCN, avec l'objectif de permettre des collaborations efficaces et stratégiques entre l'ASPC et les CCN. 1.1 Établir le cadre de référence des dirigeants de l'ASPC et des CCN 30 septembre 2019 Vice-président,Prévention etcontrôle desmaladies infectieusesConseiller scientifique principal Ressources existantes
2. Augmenter la sensibilisation à l'interne du travail annuel des CCN, favoriser les échanges sur les nouveaux enjeux de santé publique résultant des domaines d'affaires des CCN et encourager les collaborations nouvelles entre les CCN, les responsables des programmes de l'ASPC et d'autres intervenants en matière de santé publique. 2.1 Un plan de mobilisation révisé pour les CCN, y compris la présentation des produits et des enjeux choisis au personnel et aux gestionnaires de l'ASPC par différents mécanismes (la gouvernance des directions générales, des séminaires Parlons santé, le bulletin Nouvelles diffusées de l'ASPC et de Santé Canada). 30 septembre 2019    
2.2 Les accords de contribution renouvelés pour 2020 et au-delà définiront la relation entre les CCN et l'ASPC ainsi que les principes grâce auxquels ce partenariat sera préservé. 30 septembre 2019    
Recommandation 2 : Explorer les possibilités, dans le cadre du renouvellement de l'accord de contribution, afin de veiller à ce que chaque CCN demeure pertinent par rapport aux nouveaux besoins du secteur de la santé publique en ce qui concerne les enjeux abordés, l'éventail des collaborations et les publics cibles. D'accord. 1. Déterminer et examiner, de concert avec les dirigeants de l'ASPC et les CCN, les principaux secteurs prioritaires pour la mobilisation des connaissances en matière de santé publique.

1.1 La prochaine invitation à soumissionner qui sera transmise aux CCN contiendra une section permettant d'indiquer des secteurs d'intérêt en matière de mobilisation des connaissances.

30 juin 2019 Vice-président,Prévention etcontrôle desmaladies infectieusesConseiller scientifique principal Ressources existantes
1.2 Une réunion de planification avec les responsables des CCN et l'Unité des rapports de l'administrateur en chef de la santé publique (ACSP). 30 septembre 2019    
2. Collaborer avec le Centre de subventions et de contributions (CSC) pour perfectionner le processus et la documentation de renouvellement afin de rendre le tout plus efficace et efficient, tout en conservant les exigences fondamentales du SCT. 2.1 Documentation axée sur le processus restructuré ou simplifié d'invitation à soumissionner 30 juin 2019    
3. Programme du CCNSP devrait examiner les plans de travail annuels des CCN afin d'évaluer leur capacité à aborder une vaste gamme d'actions (collaborations, réseautage et détermination des lacunes) qui reflètent les grandes priorités. 3.1 Un processus ou calendrier d'évaluation du plan de travail annuel qui est documenté et mis à jour afin d'inclure la consultation des responsables des programmes touchés, les dirigeants de l'ASPC et des CCN et les directeurs régionaux de l'ASPC. 30 septembre 2019    
Recommandation 3 : Étudier des options pour maximiser les affectations des ressources aux CCNSP et pour permettre à ces derniers d'utiliser ces mêmes ressources plus efficacement afin de réaliser leur mandat principal, soit :
  • revoir l'exigence concernant l'obligation pour les six CCN de collaborer à des projets « signature »;
  • laisser une marge de manœuvre aux CCN pour qu'ils adaptent leur plan de travail afin d'aborder de nouveaux enjeux, étant donné que leur mandat principal exige de combler les lacunes en matière de connaissances;
  • simplifier les exigences en matière de mesure du rendement.
D'accord. 1. À l'avenir, les CCN ne seront plus tenus de s'engager dans un projet de « premier plan » qui implique l'ensemble des six centres. Le programme continuera d'encourager les CCN à collaborer entre eux, comme ils l'entendent, pour les projets d'envergure. 1.1 Suppression de l'exigence imposée aux CCNSP de participer aux projets de « premier plan », comme il est inscrit dans les ententes suggérées qui sont soumises pour des signatures.La disposition d'une entente qui autorise une certaine flexibilité dans l'entente, comme il est inscrit dans les ententes suggérées qui sont soumises pour des signatures 30 juin 2019 Vice-président,Maladies infectieusescontrôle desmaladies infectieusesConseiller scientifique principal Ressources existantes
2. Le cycle actuel de planification des travaux autorise une certaine flexibilité grâce à laquelle les CCN peuvent suggérer et mettre en place des changements à leurs plans de travail en fonction des priorités qui émergent. Le programme des CCNSP discutera de manière proactive des changements dans le plan de travail, ainsi que d'un possible financement additionnel en cours d'année pour s'adapter à ces changements.   30 juin 2019    
3. Le programme des CCNSP examinera le processus de surveillance du programme et les pratiques en place pour alléger le fardeau imposé aux bénéficiaires du CCNSP, tout en remplissant les obligations del'Agence en vertu de la Loi sur la gestion financière et la procédure opérationnelle normalisée (PON)_ du CSC. 3.1 Une documentation à jour sur les exigences imposées aux CCN pour la production de rapports 30 septembre 2019    

1.0 But de l'évaluation

L'objectif de cette évaluation était d'évaluer la pertinence et le rendement du programme des Centres de collaboration nationale en santé publique (CCNSP) pour la période d'avril 2014 à septembre 2018. L'évaluation a été réalisée pour satisfaire aux exigences de laLoi sur la gestion des finances publiques et de la Politique sur les résultats de 2016 du Conseil du Trésor du Canada.

2.0 Description du programme

2.1 Contexte du programme

Suivant l'épidémie du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003, un examen par le comité consultatif national sur le SRAS, intitulé le rapport Naylor, a cerné les enjeux auxquels se heurtaient différents acteurs du système de santé publique du Canada à l'échelle régionale, locale, provinciale et territoriale. Le rapport Naylor recommandait que des améliorations soient apportées à l'infrastructure de santé publique du Canada par la création d'un organisme indépendant, dont le mandat serait de soutenir les autres niveaux de gouvernement dans le renforcement de leurs systèmes de santé publique et de favoriser un environnement de collaboration parmi les acteurs du milieu de la santé publique. Parmi les éléments fondamentaux de cette infrastructure améliorée décrite dans le rapport Naylor figurait une ressource centrale pour l'application des connaissances et la prise de décisions basées sur les données probantes, y compris l'identification des besoins en rechercheNote de bas de page [1].

Pour répondre à ce besoin, le gouvernement du Canada a mis sur pied l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) et fondé du même coup le Réseau pancanadien de santé publique (RPSP) et le programme des CCNSP. Ces trois initiatives faisaient ainsi partie des efforts investis par le gouvernement du Canada pour renforcer le système de santé publique du pays.

2.2 Profil du programme

Les Centres de collaboration nationale (CCN) Note de bas de page [b] ont été créés afin d'offrir un point de référence national pour l'échange de connaissances dans les secteurs prioritaires de la santé publique, tout en exploitant l'expertise en place dans les régions du Canada. En d'autres mots, les centres visent à promouvoir une prise de décisions fondée sur des données probantes par l'entremise des activités suivantes :

En tout, six centres de collaboration nationale ont été établis dans le cadre du programme des CCNSP. Chacun d'eux est hébergé au sein d'un organisme indépendant, que ce soit une université ou un organisme provincial de santé publique, et se spécialise dans un secteur prioritaire précis de santé publique. Les six centres sont les suivants (pour en apprendre davantage sur chaque centre, veuillez consulter l'annexe B) :

2.3 Évaluations antérieures

Le programme des CCNSP a fait l'objet d'une évaluation en 2014 qui couvrait la période de 2008-2009 à 2013-2014 Note de bas de page [2].

Cette évaluation a rapporté que le programme des CCNSP cadrait, de manière générale, avec les rôles et les priorités du gouvernement fédéral et de l'ASPC, et qu'il demeurait essentiel de maintenir en place des mécanismes pour améliorer la prise de décisions fondée sur des données probantes dans le domaine de la santé publique. Il n'était toutefois pas certain qu'il y avait harmonisation et complémentarité avec d'autres organismes impliqués dans l'application des connaissances, leur synthèse et leur échange. L'évaluation concluait également que le programme avait fait des progrès vers une utilisation accrue des données probantes pour informer la pratique en santé publique, même si ces progrès variaient d'un centre à l'autre. L'évaluation démontrait que les produits de connaissance et les activités connexes étaient utilisés par les professionnels de la santé publique pour appuyer leur processus décisionnel, mais que la conception des centres, orientée vers un sujet précis, a limité leur capacité à répondre aux enjeux émergents en matière de santé publique.

L'évaluation a fait des recommandations pour clarifier le rôle de l'ASPC et des CCN en matière d'application des connaissances et pour améliorer la mesure du rendement. La réponse et le plan d'action de la direction du programme avait été mis en œuvre de façon intégrale.

2.4 Description détaillée du programme

L'objectif du programme de CCNSP est de promouvoir l'utilisation des connaissances par les professionnels de la santé publique du Canada pour la prise de décisions fondée sur des données probantes (c.-à-d., soutenir l'utilisation de données scientifiques pour le développment des politiques et la pratique) Note de bas de page [3]. Le programme des CCNSP repose sur une théorie du changement selon laquelle une amélioration dans la disponibilité et de l'accessibilité des connaissances et une collaboration accrue permettront aux professionnels de la santé publique d'adopter de meilleures pratiques et de prendre des décisions plus éclairées. On prévoit que ceci mènera à de meilleurs résultats en santé publique.

Voici les résultats prévus du programme des CCNSP :

L'atteinte de ces résultats vient appuyer l'objectif de l'ASPC, qui consiste à protéger les Canadiens et à leur donner les moyens d'améliorer leur santé grâce à des mécanismes permettant au système de santé publique de travailler en collaboration afin d'aborder les questions actuelles et émergentes liées à l'infrastructure de santé publique. Le lien entre les activités, les extrants et les résultats du programme de contribution des CCNSP est décrit dans le modèle logique du programme (voir l'annexe A).

2.5 Harmonisation du programme et ressources

Les données financières du programme pour les exercices financiers 2014-2015 à 2018-2019 sont présentées ci-dessous (tableau 1). Le programme distribue environ 5,8 millions de dollars par année à l'ensemble des six CCN, chacun recevant approximativement 974 000 dollars annuellement. La somme des dépenses pour le programme atteint les 31,6 millions de dollars sur cinq ans.

Tableau 1 : Budget prévu du programme de CCNSP (2014-2015 à 2018-2019) (en dollars)

Année Subventions et contributions Fonctionnement et entretien SalairesTableau A note de bas de page A Total
2014-2015 5 842 000 97 000 317 700 6 256 700
2015-2016 5 842 000 97 000 339 680 6 278 680
2016-2017 5 842 000 107 695 442 956 6 392 651
2017-2018 5 842 000 71 900 448 492 6 362 392
2018-2019 5 842 000 40 000 442 342 6 324 342
Total 29 210 000 413 595 1 991 170 31 614 765

Source des données : Estimation du budget prévu fourni par la Direction générale du dirigent principal des finances de l'ASPC.

Tableau note de bas de page A

Les salaires comprennent le programme d'avantages sociaux des employés.

Retour à la tableau de la note de bas de page A

3.0 Description de l'évaluation

3.1 Portée, approche et conception de l'évaluation

L'évaluation s'est penchée sur les principaux enjeux se rapportant à la pertinence et au rendement du programme, notamment :

  1. le besoin continu pour un tel programme;
  2. la compréhension du rôle des CCN;
  3. le dédoublement, le chevauchement et la complémentarité avec d'autres programmes;
  4. l'harmonisation des priorités des CCN avec celles du secteur de la santé publique et de l'ASPC;
  5. l'efficacité par l'atteinte des résultats prévus (c.-à-d., mesure dans laquelle les CCN collaborent avec d'autres partenaires de la santé publique, utilisation et utilité des produits de connaissance, incidence sur la prise de décisions éclairées);
  6. l'économie et l'efficience par l'évaluation de l'utilisation des ressources et l'efficience des pratiques (c.-à-d.,, utilisation des ressources disponibles, mécanismes d'harmonisation avec l'ASPC, modèles de programme).

Pour chaque élément fondamental, des questions précises ont été formulées à partir d'éléments du programme, et ce sont ces questions qui ont guidé le processus d'évaluation. Une description détaillée de la méthodologie d'évaluation est présentée à l'annexe C.

Les données de l'évaluation ont été recueillies par les moyens suivants :

3.2 Limites et stratégies d'atténuation

La plupart des évaluations sont limitées par des contraintes qui peuvent avoir des conséquences sur la validité et la fiabilité des résultats et des conclusions. Le tableau 2 présente les limites avec lesquelles il a fallu composer lors de la mise en œuvre des méthodes sélectionnées pour la présente évaluation. Il y est aussi question des stratégies d'atténuation mises en place pour s'assurer que les constatations de l'évaluation pourront être utilisées pour orienter la planification du programme et la prise des décisions. Le recours à plusieurs sources de données et à la triangulation avait pour but d'accroître la fiabilité et la crédibilité des constatations et des conclusions de l'évaluation.

4.0 Constatations

4.1 Pertinence

4.1.1 Besoin continu d'application des connaissances

Il demeure nécessaire de rendre les renseignements basés sur des données probantes plus accessible et plus utile aux professionnels de la santé publique, afin d'appuyer la prise de décisions et l'élaboration de politiques. Il demeure aussi nécessaire d'encourager l'établissement de réseaux et de collaborations à travers le système de santé publique pour assurer l'échange de renseignements et de pratiques exemplaires.

Depuis son lancement en 2004, le programme des CCNSP vise à répondre au besoin en mobilisation des connaissances au sein de la santé publique et à faciliter l'application des données probantes et des résultats de la recherche émergente pour élaborer des politiques et mettre en œuvre des pratiques. Dans le contexte de cette évaluation, les observations tirées de l'ensemble des sources d'enquête utilisées indiquent qu'il demeure nécessaire pour les professionnels de la santé d'accéder à des données de sources fiables et de les utiliser de manière collaborative pour appuyer leurs décisions et élaborer des politiques.

Un examen de la littérature récente révèle que, pour améliorer la santé de la population, il faut continuer d'encourager l'adoption à plus large échelle de stratégies fondées sur des données probantes et offertes dans des formats novateurs par le milieu de la santé publique Note de bas de page [5]. Pour appuyer une telle entreprise, l'accès en temps opportun à des renseignements fiables et exploitables dans l'ensemble des partenariats intersectoriels est une priorité essentielle pour la santé publique du XXIe siècleNote de bas de page [6]. D'autre part, des études ont démontré que, malgré les nombreuses réalisations accomplies dans le secteur de la santé publique au cours des 30 dernières années, les praticiens et les décideurs doivent accorder une plus grande attention aux approches fondées sur des données probantes dans le domaine de la santé publique, ces dernièresayant des avantages directs et indirects variés, y compris les suivants Note de bas de page [7] :

Afin de réaliser ces avantages, les chercheurs ont observé qu'il fallait diffuser à large échelle et de manière plus cohérente les renseignements d'ordre pratique sur les interventions efficaces en santé publique à tous les niveaux du gouvernement Note de bas de page [8].

Les informateurs clés, y compris des membres du personnel des CCN et des intervenants externes, ont repris les constatations tirées des analyses documentaires et de la littérature, selon lesquelles il est de plus en plus attendu que la prise de décisions s'appuie sur des données probantes. Plus spécifiquement, on s'attend que la pratique a évolué en la matière au fil des cinq dernières années pour être considérée comme la norme. Compte tenu de ceci, la majorité des informateurs clés internes et externes ont souligné la nécessité de soutenir, de façon continue, la résolution des enjeux qui limitent la capacité d'utiliser efficacement les renseignements fondés sur des données probantes. Voici les enjeux qui ont été cités par les informateurs clés :

4.1.2 Comprendre le rôle des CCN

Le rôle des CCN est relativement bien compris par les professionnels de la santé publique en dehors de l'ASPC. Toutefois, les informateurs clés internes ont souligné un manque général de compréhension du rôle des CCN au sein même de l'APSC.

La majorité des informateurs clés externes étaient en mesure d'exprimer la mission et la vision des CCN. Bon nombre des informateurs clés externes comprenaient que le rôle élargi des CCN était de soutenir le système de santé publique en rendant la recherche plus pertinente, plus accessible et plus compréhensible pour la pratique et l'élaboration de politiques, ce qui cadre bien avec les responsabilités fondamentales de l'ASPC. Quelques-uns des informateurs clés externes ont souligné que le programme des CCNSP avait un rôle à jouer dans la promotion de l'innovation et dans l'application de méthodes et d'outils nouveaux pour aborder les problèmes auxquels se heurte la santé publique.

D'après les entrevues qui ont été menées avec les informateurs clés internes, le rôle et la mission à long terme des CCN et la manière dont ils sont liés au travail que l'Agence entreprend semblent largement méconnus. Une majorité d'informateurs clés internes ont exprimé une certaine confusion à savoir si les CCN ont comme mandat de soutenir les travaux de l'ASPC, ainsi qu'au sujet de la manière dont l'Agence pourrait collaborer avec les CCN pour faire progresser des secteurs d'intérêt commun (voir la section 4.3.3 pour de plus amples renseignements).

D'après les entrevues avec les informateurs clés internes et externes, il semble que ce manque de clarté entourant le rôle des CCN s'explique, du moins en partie, par les perceptions qu'entretiennent les membres du personnel des CCN et de l'ASPC. D'une part, selon les informateurs clés des CCN, les centres ne considèrent pas l'ASPC comme partie de leur principal public cible. D'autre part, la majorité des informateurs clés internes ont indiqué ne pas savoir comment entrer en contact avec les CCN et ne pas être en mesure de le faire, puisqu'ils perçoivent ces centres comme étant indépendants de l'ASPC. Globalement, il s'est révélé difficile de trouver un juste équilibre entre soutenir l'ASPC et maintenir l'indépendance des CCN et leur capacité d'élaborer des plans de travail à partir des besoins établis sur le terrain.

4.1.3 S'adapter à l'évolution du mandat du programme

Le mandat du programme des CCNSP a évolué depuis la dernière évaluation. Alors qu'il se concentrait sur le renforcement de la capacité en santé publique en ciblant les professionnels à l'échelon local, le programme vise désormais à appuyer la prise de décisions à tous les niveaux du système de santé publique. Cependant, tous les CCN ne ciblent pas tous les niveaux du système de santé publique et tous n'ont pas modifié la portée de leur collaboration pour refléter l'évolution du mandat du programme.

Comme il a été mentionné par les responsables des programmes et dans les documents publics, dont le Rapport sur les plans et priorités de l'ASPC, le mandat du programme des CCNSP était, pour les années antérieures à 2014-2015, de renforcer la capacité en santé publique, d'appliquer les connaissances en santé et d'encourager et appuyer l'utilisation du savoir et des données probantes par les professionnels de la santé du Canada, en collaboration avec les administrations provinciales, territoriales et locales, le milieu universitaire, les professionnels de la santé publique et les organisations non gouvernementales.

Ce mandat a été modifié au moment où les accords de contribution ont été renouvelés en avril 2015. Selon les documents publics portant sur la question, comme le Rapport sur les plans et les priorités de 2015-2016, le mandat du programme a été élargi, passant d'une attention particulière au renforcement de la capacité en santé publique à la promotion de l'utilisation des connaissances pour la prise de décisions basés sur les données probantes par les décideurs en politiques, les gestionnaires de programme et les professionnels.

Le changement d'orientation du programme s'est aussi accompagné d'un changement dans le public cible et les collaborateurs. Avant le renouvellement des accords de contribution, l'énoncé du mandat du programme décrivait clairement un objectif de collaboration avec les gouvernements locaux. L'énoncé actuel cible toutefois les professionnels de la santé publique qui assument différents rôles au sein du système de santé publique, des intervenants de première ligne aux décideurs et aux gestionnaires.

La plupart des CCN ont adapté leur public cible à ce changement au mandat du programme. Ainsi, comme l'ont confirmé la plupart des informateurs clés des CCN, les centres s'adressent essentiellement aux professionnels de la santé publique de l'ensemble du système. Cela dit, le CCNSE tend à cibler plus particulièrement les inspecteurs de la santé publique, lesquels représentent un groupe plus restreint de professionnels de la santé publique au Canada. Le CCNSA est également différent des autres CCN, étant donné qu'il est le seul centre axé sur une population et a un engagement et des responsabilités envers les particuliers, les familles et les collectivités d'origine autochtone. Toutefois, d'après les informateur clés des CCN, le public cible du CCNSA inclut également des organisations, des réseaux, des praticiens, des éducateurs et des organisations non gouvernementales non autochtones qui ont un intérêt direct dans la santé et le bien-être des Autochtones.

Dans la pratique, comme discuté dans la section 4.2.1, selon les sondages et les évaluations qu'ont menés les CCN, ce sont généralement des personnes ou des organisations œuvrant à l'échelle locale ou régionale du système de santé publique qui utilisent leurs produits.

De plus, une évaluation des collaborateurs et des partenaires qui figurent dans les données sur le rendement des CCN démontre que tous les CCN ne visent pas une collaboration de portée nationale. Plus précisément, la plupart des CCNSE, CCNSA et CCNMO ont indiqué que leurs collaborateurs et leurs partenaires étaient situés dans leur régiond'appartenance, ou à l'extérieur du Canada dans le cas du CCNMO Note de bas de page [c]. D'autres CCN semblent entretenir une relation de portée plus nationale avec leurs collaborateurs et leurs partenaires (voir la section 4.2.1 et l'annexe B pour de plus amples renseignements). De plus, d'après ces mêmes données sur le rendement, les collaborateurs et les partenaires des CCN sont essentiellement les administrations provinciales, territoriales ou locales. La seule exception à la règle est le CCNSA, qui collabore essentiellement avec le gouvernement du Canada et les organisations autochtones nationales.

4.1.4 Chevauchements, dédoublements et complémentarité

Il existe d'autres organismes impliqués dans des activités de synthèse, d'application et d'échange de connaissances. Toutefois, les données probantes suggèrent que les CCN ont trouvé une niche unique axée sur le transfert des renseignements fondés sur les données probantes, de manière accessible et pratique, aux professionnels de la santé publique du Canada.

Comme il est mentionné dans le Rapport d'évaluation du programme des CCNPS de 2014, il existe un certain nombre d'organismes et d'initiatives qui appuient les activités de synthèse, d'application et d'échange de connaissances dans le domaine de la santé publique. Ceci n'a pas beaucoup changé depuis les cinq dernières années. Le tableau 3 ci-après présente un aperçu de certains des joueurs clés actuels du milieuNote de bas de page [d].

L'évaluation précédente ne permettait pas de conclure quant à la mesure dans laquelle les efforts déployés à l'époque sur le plan de la synthèse, de l'application et de l'échange de connaissances venaient compléter le programme des CCNSP. Dans le contexte de la présente évaluation, la plupart des informateurs clés internes et externes ont indiqué que, malgré tout chevauchement, la majorité des CCN ont trouvé leur niche et leurs publics différents ou qu'ils visent des enjeux différents de ceux d'autres organismes œuvrant dans leur secteur. D'autres utilisateurs externes des connaissances ont souligné que les dédoublements, s'il y en a, peuvent représenter des facteurs positifs. Ils permettraient ainsi aux organismes concernés d'échanger des données, de mettre leur expertise en commun et de tirer parti de secteurs d'intérêt partagé. En général, les CCN semblent se distinguer des autres organismes, puisque leur portée est nationale, qu'ils sont non gouvernementaux et que leur objectif est d'appliquer l'information fondée sur des données probantes de manière très pratique. Comme l'illustre le tableau 3, l'équipe d'évaluation n'a pas trouvé des organismes dévoués à l'application et la synthèse de connaissances sur les enjeux de santé autochtone.

Plusieurs informateurs clés externes ont également souligné que les CCN viennent compléter le travail d'autres organismes du domaine et qu'ils assurent une certaine uniformité dans l'ensemble du pays sur le plan de l'accès aux meilleures données probantes en santé publique. Voici des exemples d'activités complémentaires :

Tableau 3 : Autres initiatives d'acquisition, de synthèse, d'application et d'échange de connaissances en santé publique
Nom de l'initiative Portée Services/activités/outils offerts
Rayonnement géographique Champ d'intérêt (maladie particulière ou santé publique en général) Création de connaissances Application des connaissances Réseautage/collaboration Éducation/formation
Réseau canadien d'info-traitements sida (CATIE) National Sida/VIH Oui Oui Oui Oui
Association canadienne de santé publique (ACSP) National Santé publique   Oui Oui Oui
Institut de la santé publique et des populations, Instituts de recherche en santé du Canada (ISPP, IRSC) National Santé publique Oui Oui Oui  
Réseau pancanadien de santé publique National Santé publique     Oui  
Base de données Cochrane des revues systématiques International Ensemble de la santé   Oui    
Santé publique Ontario Provincial Santé publique   Oui Oui Oui
Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) Provincial Santé publique Oui Oui Oui Oui
British Columbia Centre for Disease Control Provincial Maladies transmissibles et chroniques, blessures évitables et risques liés à l'hygiène du milieu Oui Oui Oui Oui
Autorités régionales de la santé (environ 73 un peupartout au Canada, dont près de la moitié en Ontario) Note de bas de page [10] Local Santé publique   Oui Oui Oui
Institut Wellesley Local (région du Grand Toronto) Déterminants sociaux de la santé et équité en santé   Oui Oui Oui

Référence : Examen des sites Web de chaque initiative (réalisé en octobre 2018).

4.1.5 Harmonisation avec les priorités gouvernementales et les priorités en santé publique

Le mandat général du programme cadre avec les priorités globales du gouvernement du Canada et de l'ASPC pour ce qui est de renforcer la capacité en santé publique et le leadership scientifique. Cependant, à l'échelle opérationnelle, il est difficile de déterminer si les activités des CCN concordent bien avec les priorités de l'ASPC et du secteur de la santé publique. De même, certains informateurs clés ont souligné la nécessité de réévaluer les thèmes abordés par les centres en fonction des priorités en santé publique évoluant.

Au cours des cinq dernières années, l'amélioration du transfert des connaissances et de la prise de décisions fondés sur des données probantes au sein du personnel de santé publique, de même que la protection de la santé de la population canadienne, ont été définies comme des priorités du gouvernement du Canada. À ce titre, le mandat global du programme des CCNSP dans ce domaine continue de cadrer avec les priorités établies dans les sources suivantes :

Les constatations se rapportant au degré d'harmonisation entre les priorités des CCN et de l'ASPC à l'échelle opérationnelle sont mitigées et inégales d'un CCN à l'autre. Comme l'ont mentionné des informateurs clés internes et des CCN, la discussion entre l'ASPC et les centres quant à la manière d'harmoniser leur priorité est généralement limitée. Voir la section 4.3.3 pour obtenir plus de renseignements sur le sujet.

Les informateurs clés externes entretenaient également des perspectives mitigées sur l'harmonisation des travaux des CCN avec les priorités du secteur de la santé publique. D'un côté, un certain nombre de ces informateurs étaient d'avis que le travail des CCN cadrait bien avec les priorités du secteur. Certains allaient jusqu'à affirmer que c'est grâce à eux si des dossiers de secteurs émergents avaient progressé. Parmi ces secteurs, notons les considérations relatives à l'équité en santé pour les inspecteurs de la santé publique (CCNDS et CCNSE), la formation sur la santé des enfants et des jeunes autochtones pour donner suite à l'appel à l'action lancé par la Commission de vérité et réconciliation (CCNSA), les modules de formation en ligne sur l'évaluation des incidences sur la santé (CCNPPS) et les stratégies d'intervention en santé publique auprès des réfugiés (CCNMI), pour n'en nommer que quelques-uns. Voir la section 4.2.4 pour plus de renseignements sur le travail des CCN dans ce secteur.

D'un autre côté, bon nombre d'informateurs clés externes, même s'ils convenaient de l'utilité des travaux des CCN, se demandaient si ces derniers étaient axés sur les bons enjeux. De nombreux intervenants ont indiqué ne pas connaître la rétroaction prise en considération pour élaborer les plans de travail ni être consultés sur la question.

Cependant, les CCN recourent à des moyens variés dans le cadre de leur processus de travail régulier pour déterminer les besoins en connaissances du secteur de la santé publique. Ces mécanismes comprennent des analyses périodiques de la conjoncture, des sondages ciblés et l'obtention de la rétroaction de divers professionnels de la santé publique par l'entremise de leur comité consultatif et de leurs réseaux de collaborateurs. D'autres mécanismes importants pour que les CCN restent à jour avec les enjeux émergents en santé publique sont les demandes externes de renseignements et les invitations à collaborer qu'ils reçoivent sur une base continue. Celles-ci les renseignent sur les besoins des intervenants dont ils doivent tenir compte au moment de planifier leurs travaux. Comme l'ont mentionné les informateurs clés des CCN, les renseignements ainsi obtenus servent à définir les priorités de leurs plans de travail provisoires et à orienter leurs activités.

Certains informateurs clés internes et externes ont soulevé des préoccupations concernant le renouvellement du programme par rapport aux thèmes actuellement ciblés et aux organismes hôtes. Pour eux, les thèmes du programme des CCNSP étaient peut-être pertinents il y a 13 ans lorsqu'ils ont été sélectionnés, mais il faudrait maintenant les réévaluer en fonction des priorités en santé publique, qui ont évolué depuis. Voici des thèmes qu'un ou plusieurs intervenants clés externes ont proposés :

4.2 Efficacité : Atteinte des résultats

4.2.1 Rayonnement, accessibilité et utilisation des ressources fondées sur des données probantes

Les données de l'évaluation démontrent que, dans l'ensemble, les six CCN sont parvenus à mobiliser des renseignements fondés sur des données probantes et les diffuser par une variété de méthodes, atteignant ainsi les professionnels de partout au Canada.

Activités et produits générés par les CCN

Les CCN travaillent ensemble pour promouvoir l'utilisation de leurs résultats de recherche scientifique et des connaissances qu'ils génèrent, le tout pour renforcer la pratique, les programmes et les politiques du Canada en matière de santé publique. Pour ce faire, les centres doivent cerner les lacunes sur le plan des connaissances, favoriser l'établissement de réseaux et fournir une gamme de ressources fondées sur des données probantes, y compris des services d'application des connaissancesNote de bas de page [15].

Selon les données sur le rendement fournies par les CCN, ces derniers ont chaque année créé des produits d'application des connaissances et des activités connexes, y compris des publications, évaluées par des pairs ou non, telles que des billets de blogues, des commentaires, des exposés de position, des fiches de renseignements, des documents d'orientation, des examens des données probantes, des vidéos, des baladodiffusions, des infographies, des chapitres de livres, des articles et des rapportsNote de bas de page [16].

De manière générale, les CCN ont offert des niveaux constants de produits et d'activités d'application des connaissances durant la période de l'évaluation. De 2015-2016 à 2017-2018, ils ont collectivement créé de 250 à 450 de ces produits et réalisé en moyenne 260 activités connexes chaque année. Les activités proposées étaient variées et conçues pour répondre aux besoins uniques de leur public cible, y compris des ateliers et des programmes livrés en personne, des formations en ligne et des webinaires, des exposés et des occasions d'échange de connaissances.

Rayonnement des produits et des activités des CCN

L'évaluation s'est penchée sur le rayonnement des produits et des activités des CCN en examinant les mesures Web et les sondages menés par les CCN auprès des utilisateurs. Les lecteurs devraient garder en tête que ces données ne permettent peut-être pas d'effectuer une évaluation exhaustive, puisque chaque centre utilise une diversité de moyens pour distribuer ses produits, y compris les listes d'envoi, les ateliers, les webinaires, les cours en ligne, les présentations, les cours, les rassemblements nationaux, etc.

Les mesures Web qui figurent au tableau 4 indiquent que les CCN ont obtenu un degré d'engagement en ligne relativement élevé pour leurs produits. En 2017-2018, le contenu des sites du CCNMO et du CCNSA a été consulté par un nombre d'internautes uniques de deux à trois fois plus grand que le nombre d'internautes ayant visité le contenu Web comparable le plus populaire de l'ASPC. Par ailleurs, le contenu Web du CCNMI a été consulté près de deux fois plus souvent que les pages de l'ASPC consacrées aux maladies infectieuses.

Tableau 4 : Nombre de visites aux sites Web des CCN comparativement à des pages sélectionnées du site de l'ASPC en 2017-2018 (par ordre décroissant d'importance)
Sites Web Visiteurs uniques Durée moyenne de la visite
CCNMO 195 687 5 min 30 s
CCNSA 127 142 2 min 59 s
Vaccins et immunisation (ASPC) 94 542 57 s
Déterminants sociaux de la santé et inégalités en santé (ASPC) 45 088 2 min 34 s
CCNMI 44 636 2 min 27 s
CCNDS 44 598 1 min 44 s
CCNSE 40 264 2 min
CCNPPS 34 566 2 min 27 s
Maladies infectieuses (ASPC) 25 393 1 min 1 s
Rapport de l'ACSP (ASPC) 5 928 13 min

Source des données : Données autodéclarées des CCN (telles qu'elles ont été fournies dans le questionnaire sur la mesure du rendement de 2017-2018) et des analyses Web de l'ASPC

Une analyse des données des sondages utilisées dans les évaluations menées par les CCN démontre que, de manière générale, les fournisseurs de soins de santé représentaient de 20 à 30 % des utilisateurs des connaissances. Les gestionnaires des programmes de santé publique, les organisations communautaires et non gouvernementales, les chercheurs et les étudiants, les médecins hygiénistes en chef et les fournisseurs de soins de santé figurent également parmi les utilisateurs des connaissances. Tandis que tous les CCN atteignent les professionnels de la santé publique en général, certains d'entre eux parviennent en revanche à atteindre des publics plus spécialisés. C'est le cas du CCNSA, par exemple, qui a atteint surtout des organisations communautaires et des organismes qui servent les populations autochtones, de même que les inspecteurs en santé publique étaient le groupe le plus atteint par le CCNSE.

Chaque centre a été en mesure de démontrer que leur formation et leurs produits atteignaient des utilisateurs de partout au Canada. D'après les données des sondages obtenues des centres, les Ontariens représentent de 30 à 60 % des utilisateurs des connaissances, suivis par les Québécois, qui forment de 10 à 15 % de ces utilisateurs. De tels chiffres reflètent bien la distribution de la population canadienne Note de bas de page [17]. Certains centres touchent une plus grande proportion d'utilisateurs de la région où ils sont situés que d'autres. Quelque 30 % des utilisateurs du CCNPPS, notamment, résident au Québec; 10 % des utilisateurs du CCNDS, situé en Nouvelle-Écosse, sont des résidents de cette province, alors que ces derniers ne comptent que pour 1 à 3 % des utilisateurs des autres centres. Enfin, parmi les utilisateurs du CCNSA et du CCNSE, de 17 à 20 % sont des résidents de la Colombie-Britannique, où logent ces centres, une proportion inférieure à 10 % pour les utilisateurs des autres régions. Puisque l'évaluation ne comportait pas une analyse de la connaissance CCN parmi les professionnels de la santé publique du Canada, il n'est pas possible de déterminer si ces centres ont une concentration plus élevée d'utilisateurs au sein de leur propre région, parce que les utilisateurs sont plus conscients de l'existence du centre situé près de chez eux. De plus, deux informateurs clés des CCN ont indiqué que la distribution régionale des utilisateurs reflétait la répartition géographique des professionnels de la santé, particulièrement ceux dont la pratique et l'expertise se rapportent aux travaux d'un centre en particulier au Canada. L'équipe d'évaluation n'a pas été en mesure de valider cette déclaration, car il n'existe aucune statistique sur le nombre de professionnels de la santé au Canada et sur leur répartition.

4.2.2 Utilité des ressources fondées sur des données probantes

En général, les produits des CCN sont perçus comme étant des sources de référence crédibles par les utilisateurs des connaissances. Ces derniers décrivent les produits en question comme étant pertinents et opportuns et les perçoivent comme étant utiles à un vaste public lié à la santé publique.

Interrogés sur la pertinence et le caractère opportun des ressources des CCN, la plupart des informateurs clés, tant au sein de l'ASPC que d'organismes externes, ont indiqué que les CCN produisaient un travail de grande crédibilité et pertinent à leurs besoins. Certains utilisateurs des connaissances ont souligné le fait qu'une telle chose était particulièrement importante pour les unités de santé publique locales ou régionales qui fonctionnent dans un contexte de pénurie de ressources.

Les données des sondages recueillies par les CCN confirment que les utilisateurs des connaissances ont une opinion positive de la qualité et la pertinence de leurs produits. D'après les sondages du CCNSA, du CCNMO et du CCNPPS, de 80 à 100 % des répondants exprimaient un degré de satisfaction élevé par rapport aux produits de formation et de synthèse des connaissances et soulignaient avoir accès à des renseignements à jour.

Quelques-uns des utilisateurs externes des connaissances ont pris soin de noter que le CCNSA représentait une source de qualité particulière pour des produits culturellement adaptés, qui reflètent les réalités culturelles et historiques des Autochtones. Les réponses au sondage du CCNSA viennent confirmer cette affirmation et révèlent que plus de 90 % des utilisateurs des connaissances ont jugé ses produits et ses services comme étant pertinents sur le plan culturel. Un des informateurs clés a également mentionné que ce centre permettait aux étudiants des universités d'avoir accès à des connaissances liées aux enjeux de santé publique qui touchent les Autochtones, des connaissances qui, autrement, n'auraient peut-être pas été accessibles.

Si, dans l'ensemble, les répondants convenaient que les CCN proposent des produits et des services d'information opportuns et pertinents, une faible proportion d'utilisateurs des connaissances, la plupart œuvrant au sein de l'ASPC, ont exprimé une préoccupation quant à la capacité de ces produits à répondre aux besoins locaux ou à ceux des utilisateurs de connaissances spécialisées. Plus précisément, quelques informateurs clés externes ont souligné que, compte tenu de la portée élargie des enjeux traités par les CCN, jumelée au fait que leur travail aborde des enjeux de santé publique d'un point de vue national, les produits d'application des connaissances ne sont pas toujours pertinents pour les réalités locales et régionales ou pour les besoins des utilisateurs de connaissances spécialisées. En général, ces préoccupations étaient considérées comme une limite acceptable à l'utilité des produits d'application des connaissances, compte tenu du mandat de ces centres et des niveaux de ressources auxquels ils ont accès.

4.2.3 Contribution à l'élaboration de politiques et à la prise de décisions

De nombreux exemples illustrent l'utilisation des produits des CCN pour appuyer et informer la prise de décisions et l'élaboration de politiques.

Les utilisateurs des connaissances provenant du domaine de la santé publique au Canada et au sein de l'ASPC ont décrit une variété de manières dont ils accédaient aux produits et aux activités des CCN. La formation offerte par les centres à des fins de perfectionnement professionnel représentait la manière la plus commune d'utiliser ces produits. Les éducateurs œuvrant dans les universités ou des programmes communautaires, quant à eux, utilisaient les documents des CCN comme ressources pour soutenir l'apprentissage des étudiants ou des membres de la collectivité. Par ailleurs, plusieurs utilisateurs clés internes et externes ont dit consulter les produits d'application des connaissances des CCN pour obtenir un aperçu des données probantes disponibles, lesquelles informent souvent leurs travaux. Les CCN répondent également à des requêtes formulées par des intervenants de tous les niveaux du système de santé publique, dont des demandes d'information ou de consultation sur des sujets précis ou des lettres d'appui (p. ex., pour les propositions de financement de recherche). Ils sont également invités à participer à des évaluations par les pairs, à soumettre des articles à des fins de publication, à s'associer pour un projet donné ou à livrer une présentation au cours d'événements. Les CCN ont également contribué à renforcer les relations pour soutenir l'échange de connaissances sur des enjeux de santé publique importants en tirant profit des réseaux établis au fil du temps avec des intervenants clés sur des enjeux précis de politique et de pratique. Ces réseaux comprennent les intervenants de première ligne, les professionnels de la santé, les partenaires d'autres provinces ou territoires, les organisations non gouvernementales et les organisations autochtones.

De plus, une étude des données empiriques disponibles suggère que les produits des CCN ont été utilisés de diverses façons pour appuyer la prise de décisions fondée sur des données probantes par une vaste gamme d'utilisateurs. Des exemples fournis par des informateurs clés et validés grâce aux données probantes incluses dans des documents internes et publics de chaque CCN comprennent les suivants : (voir l'annexe B pour plus de renseignements).

Par ailleurs, les CCN ont contribué à soutenir l'élaboration de politiques par le gouvernement du Canada. Certains d'entre eux ont livré des présentations lors d'audiences de comités permanents du Sénat et de la Chambre des communes sur divers sujets, notamment la santé mentale des peuples autochtones (CCNSA), la résistance aux antibiotiques (CCNMI), les effets du radon sur la santé (CCNSE) et l'impact de la chaleur accablante (CCNSE).

4.2.4 Traiter les enjeux émergents et combler les lacunes dans les connaissances

De nombreux exemples illustrent la contribution des CCN pour aborder divers enjeux émergents en santé publique. Toutefois, en raison du processus actuel d'élaboration de plans de travail et des ressources limitées des centres, il est difficile pour ces derniers d'intervenir rapidement. De plus, les CCN ne peuvent aborder des enjeux émergents que lorsqu'il existe un volume important de données à leur sujet.

Les informateurs clés externes et extraits des données sur le rendement ont cerné plusieurs exemples des produits ou des ressources des CCN qui abordent des enjeux émergents en santé publique, y compris les suivants :

L'évaluation a soulevé de nombreux exemples de la manière dont les CCN ont abordé les enjeux émergents. Certains intervenants clés externes ont salué les CCN, indiquant qu'ils sont des références fiables en matière de renseignements pertinents et opportuns sur des dossiers chauds. De nombreux autres intervenants externes et internes ont toutefois affirmé qu'ils n'étaient souvent pas certains que les CCN avaient fait preuve de flexibilité ou qu'ils avaient activement contribué à fournir de l'information sur des enjeux émergents en temps opportun. À cet égard, le personnel interne du CCN a expliqué que le processus annuel pour l'élaboration de leur plan de travail a cours dans les mois précédant un nouvel exercice financier, et qu'il leur est difficile de modifier ce plan une fois qu'il est établi. Un petit nombre d'informateurs clés externes ont souligné que le champ d'action des CCN est souvent lié à des enjeux pour lesquels il existe déjà un volume important de données et de résultats de recherche. Des informateurs clés des CNN ont cependant déclaré qu'ils rassemblaient activement des acteurs de partout au pays autour d'enjeux pour lesquels les données et la recherche sont déficientes.

4.2.5 Favoriser les collaborations avec les partenaires de santé publique

Les CCN entreprennent des initiatives de collaboration avec un éventail de partenaires dans leur principal secteur d'activités. Ces collaborations visent à produire des résultats plus grands que ce que les participants auraient pu générer à eux seuls, ainsi qu'à établir des réseaux dans l'ensemble du système. De façon générale, la capacité des CCN de collaborer à diverses initiatives et de se lier avec différents partenaires du système de santé publique est perçue comme l'une des capacités les plus estimées des centres.

Nature, but et portée des mécanismes de collaboration

La collaboration entre les six CCN et les intervenants de santé publique est un aspect fondamental du programme des CCNSP qui est systématiquement consigné dans les plans de travail annuels des CCN. Les informateurs clés externes et le personnel des CCN ont décrit ces collaborations comme étant un moyen stratégique de traiter les besoins en connaissances sur des enjeux précis. Les collaborations permettent aux CCN d'élargir leur champ de rayonnement au-delà de ce qu'ils pourraient atteindre seuls.

Comme le révèlent les données sur le rendement et les entrevues auprès des informateurs clés, les CCN ont tous développé des réseaux au fil du temps grâce à différents mécanismes. En général, les collaborations des CCN s'incarnent de la manière suivante :

Les CCN doivent rendre compte à l'ASPC des collaborateurs et des partenaires avec qui ils ont travaillé, en précisant le nom du projet sur lequel l'association a eu lieu. Une analyse des données sur les collaborations et sur les partenariats soumises pour 2015-2016 à 2017-2018 Note de bas de page [e] indique qu'environ 570 collaborations uniques ont été documentées, ce qui représente approximativement 95 collaborations par centre sur trois ans. Au premier rang des collaborateurs figuraient les organisations gouvernementales de tous les niveaux du système de santé publique, et plus particulièrement les gouvernements provinciaux, territoriaux ou locaux, suivis par les groupes de chercheurs universitaires, les organisations non gouvernementales et les organisations autochtones. Si la plupart des CCN ont indiqué s'engager essentiellement avec des organisations gouvernementales, le CCNMO a rapporté collaborer un peu plus avec des acteurs du milieu universitaire. Le CCNSA a quant à lui signalé travailler davantage avec des organisations nationales autochtones et avec des groupes universitaires.

En ce qui concerne la répartition géographique, la plupart des collaborations étaient essentiellement avec des organisations à portée nationale. Cela dit, certains centres semblaient davantage se concentrer sur des collaborateurs issus de leur propre région. Ainsi, les données illustrent que le CCNPPS et le CCNSE ont déclaré coopérer en premier lieu avec des organisations situées dans leur région respective, ensuite avec des organisations de portée nationale. À l'inverse, les données soumises par d'autres centres montrent que le CCNDS collabore essentiellement avec des partenaires de l'Ontario, le CCNSA s'associe surtout avec des organisations nationales et le CCNMO avec des partenaires internationaux. D'ailleurs, il importe de souligner que, bien que le programme ait une portée nationale, environ 14 % des collaborations déclarées des centres incluaient des parties situées en dehors du Canada. Pour plus de renseignements sur les activités de collaboration pour chaque CCN, voir les profils reproduits en annexe B.

Les données sur le rendement contiennent de nombreux exemples de collaboration entre l'ASPC et les CCN. Les buts de ses activités étaient très variés et traitaient des domaines suivants :

Comme l'illustrent les données sur le rendement, le degré de collaboration entre l'ASPC et les CCN variaient considérablement d'un centre à l'autre. Le CCNMI, le CCNSA et le CCNDS ont eu des collaborations soutenues avec l'ASPC pour mener des initiatives communes ou pour échanger des connaissances. Il importe de souligner que, de tous les centres, c'est le CCNMI qui a déclaré le plus haut niveau d'interaction avec l'ASPC. Toutefois, les informateurs clés internes mentionnaient régulièrement ne pas connaître la valeur ajoutée du CCNMI pour les activités de l'ASPC. Le degré d'échange déclaré avec l'ASPC est beaucoup plus faible pour le CCNMO et le CCNPPS, et très limité pour le CCNSE. Ainsi, tant le CCNSE que les informateurs clés internes ont reconnu une très faible harmonisation des travaux entrepris par ce Centre et ceux de l'ASPC. D'après certaines données empiriques, le CCNSE a davantage interagi avec Santé Canada qu'avec l'ASPC sur les questions environnementales de santé publique (p. ex., la gestion des déversements de pétrole brut du point de vue de la santé publique).

Les informateurs clés ont soulevé certains problèmes qui freinaient la collaboration entre les CCN et l'ASPC. Voir la section 4.3.3 de ce rapport pour obtenir plus de renseignements à ce sujet.

Avantages des collaborations

Les informateurs clés externes ont confirmé que les collaborations et les réseaux mis en place par les CCN avaient permis aux partenaires de tirer profit de la capacité de chacun pour obtenir des résultats, échanger des renseignements au-delà des cloisons régionales, professionnelles et juridictionnelles, et apporter une diversité de perspectives à un enjeu donné. D'après eux, la nature collaborative et fiable des CCN encourage l'engagement des intervenants et le développement de relations durables. Elle aiderait aussi les CCN à mieux cerner et à valider les lacunes et les besoins en matière de connaissances et faciliterait l'échange de renseignements.

De plus, les informateurs clés ont souligné que les CCN avaient permis de rassembler des intervenants que les organisations gouvernementales n'auraient pas réussi à réunir de la même manière. C'est particulièrement vrai pour le CCNSA, qui est parvenu à collaborer avec des organisations nationales autochtones. Pour expliquer cette force des CCN, les informateurs clés déclarent que ces entités sont perçues comme n'ayant pas de visées politiques, ce qui donc inspire la confiance d'une vaste gamme d'intervenants qui consentent ensuite à discuter et à échanger des renseignements entre les provinces et territoires plus facilement qu'avec l'ASPC. Parmi les exemples cités par les informateurs clés, citons le forum Vers l'élimination de la tuberculose dans les communautés autochtones du Nord, organisé en janvier 2018 par le CCNMI, avec le soutien du CCNSA, du CCNPPS et du CCNDS. Ce forum a permis de réunir des intervenants autochtones et non autochtones issus de sept provinces et territoires différents pour partager leurs expériences dans la lutte contre la tuberculose à l'échelle communautaire et pour discuter des facteurs intersectoriels, dont l'histoire des politiques de colonisation et des inégalités sociales affectant la santé de la population.

Si les informateurs clés convenaient, de façon générale, de la valeur obtenue par la collaboration avec les CCN, certains informateurs clés externes ont tout de même mentionné que les CCN auraient pu être plus stratégiques et plus systématiques dans leurs engagements afin d'optimiser l'échange de renseignements et l'utilisation de ressources pour l'application des connaissances, et d'éviter le chevauchement des efforts. Certains ont suggéré d'augmenter les liens avec les réseaux existants de professionnels de la santé publique et les trois organisations provinciales de santé publique déjà en place. D'autres, d'avis que les interactions personnelles permettraient aux centres d'élargir leur public, ont proposé que ces derniers participent davantage à des conférences de portée nationale. En revanche, les informateurs clés des CCN ont mentionné que les baisses de financement ont réduit leur capacité à participer à plusieurs événements au fil du temps (voir la section 4.3.1 pour plus de renseignements sur l'affectation des ressources).

4.2.6 Favoriser la collaboration entre les CCN

Les CCN collaborent et coordonnent régulièrement leurs activités dans le cadre de diverses initiatives. La collaboration est perçue comme étant profitable et bénéfique lorsqu'elle s'inscrit naturellement dans le cadre de projets pour lesquels des CCN peuvent apporter leur savoir-faire. En revanche, l'obligation pour les six centres de collaborer à des projets « signature » donne l'impression d'utiliser des ressources déjà limitées qui pourraient être utilisées plus efficacement ailleurs.

Les accords de contribution exigent des CCN qu'ils collaborent à différentes initiatives. Comme le révèlent les entrevues et les documents de programmes, les CCN ont mis en place divers mécanismes pour favoriser la collaboration entre eux, dont les suivants :

Certains CCN ont adopté des pratiques supplémentaires pour promouvoir l'échange de renseignements et la collaboration avec d'autres centres. En voici des exemples :

Dans le cadre de l'approche coordonnée qu'ils ont adoptée, les six centres contribuent aussi à un prix annuel d'application des connaissances des CCNSP. Ils participent aussi à une série de webinaires sur l'application des connaissances en médecine de santé publique, offerte en partenariat avec les Médecins de santé publique du Canada. Chaque CCN offre du contenu pour ces webinaires, conçus pour combler les lacunes en matière de connaissances sur des enjeux précis et pour répondre aux besoins en formation continue.

De plus, l'ASPC a exigé des CCN en 2015 qu'ils entreprennent des projets de collaboration de premier plan auxquels tous les centres participeraient pour démontrer la valeur qu'ils peuvent apporter lorsqu'ils travaillent tous ensemble sur un sujet donné. L'ASPC a ordonné aux CCN qu'ils réservent 6 % de leur budget annuel (sous forme de fonds et de contributions en nature pour le temps des employés) à ces projets. Depuis 2015, des projets « signature » suivants ont été réalisés :

Au moment de l'évaluation, les CCN travaillaient à des questions de santé publique touchant aux interventions à long terme suivant les évacuations en cas de catastrophe naturelle au Canada.

Le projet sur la promotion de la santé mentale au sein de la population a donné lieu à la publication de ressources sur la promotion de la santé mentale auprès des enfants et des jeunes. Un forum a eu lieu en 2018, en partenariat avec l'ASPC, l'Association canadienne pour la santé mentale, le Centre de toxicomanie et de santé mentale et la Commission de la santé mentale du Canada. Une vaste gamme d'intervenants a pris part pour préciser les fonctions de la santé publique dans le traitement des enjeux de santé mentale.

Même si les projets de collaboration sont perçus comme générant des avantages par certains informateurs clés des CCN, tous ont soulevé des préoccupations par rapport à ces projets, soulignant qu'il s'est révélé particulièrement difficile de trouver des thèmes auxquels tous les centres pourraient apporter une contribution significative. Il est d'ailleurs arrivé que certains centres ne participent que d'une façon limitée à des projets « signature » donnés. Une impression répandue se dégageait des centres, selon laquelle la collaboration aux projets « signature » est en quelque sorte artificielle et qu'elle exige du temps et des ressources considérables qui pourraient être consacrés à d'autres travaux pour lesquels les centres ont une véritable expertise. Quelques membres du personnel des CCN ont suggéré que l'ASPC remplace sa directive sur les projets de collaboration par des conseils sur des dossiers hautement prioritaires. Deux CCN ou plus pourraient y travailler, voire contribuer des ressources humaines pour appuyer des projets de collaboration qui présentent un intérêt particulier pour l'ASPC.

Au-delà des projets « signature »et des initiatives de collaboration impliquant chaque CCN, les documents fournis et les entrevues menées auprès d'informateurs clés démontrent que chaque centre collabore régulièrement avec un ou deux autres centres Note de bas de page [f]. Selon la plupart des informateurs clés des CCN, ces collaborations se produisent en général de façon naturelle, selon des initiatives auxquelles chacun des CCN concernés peut offrir leur expertise de façon utile. Voici quelques exemples :

Les informateurs clés des CCN convenaient généralement que les CCN peuvent obtenir de nombreux avantages lorsqu'ils travaillent ensemble, surtout si la collaboration s'installe de manière organique. Parmi ces avantages figure la capacité à aborder un enjeu de santé publique complexe d'une variété de points de vue et à atteindre un plus vaste public d'intervenants pour confirmer les besoins en connaissances et échanger des renseignements. Cela dit, certains informateurs clés externes encourageaient les CCN à continuer de consolider les liens collaboratifs entre eux et à communiquer plus clairement avec leurs publics sur la manière dont les NCC coordonnent leurs activités pour favoriser des partenariats efficaces et pour éviter le dédoublement d'efforts entre eux-mêmes.

4.3 Efficacité

4.3.1 Utilisation des ressources disponibles

Les CCN fonctionnent efficacement et utilisent leurs ressources limitées en faisant preuve de prudence et de manière innovatrice. Les réductions des fonds alloués par l'ASPC aux CCN ont restreint la capacité de ces derniers au fil du temps de produire des extrants, mais il existe des occasions d'optimiser l'affectation des ressources et de gérer les attentes.

L'allocation budgétaire de l'ASPC aux CCN a diminué depuis la création du programme : elle est passée d'une allocation annuelle de 1,5 M$ dans les premières années du programme à un budget fixe de 974 000 $ par année pendant la période couverte par l'actuel accord de contribution (soit de 2015 à 2020).

D'après la répartition du budget des CCN qui figure dans les accords de contribution et qui est reproduit au tableau 5 ci-après, environ 12 % du financement des CCN est consacré aux frais généraux (p. ex., loyer, matériel et services publics, autres paiements à l'organisme hôte et mesure du rendement). Conséquemment, les CCN réalisent leurs activités principales avec un budget d'environ 857 000 $ par année (c.-à-d., 88 % de 974 000 $).

Tel que décrit dans la section 4.2.1 de ce rapport, et selon la majorité des utilisateurs externes et les données sur le rendement, les CCN ont livré un nombre important d'extrants, que ce soit des produits (articles publiés, outils, DVD et baladodiffusions) ou des activités (ateliers, webinaires, exposés dans des conférences et formation enligne) dans le cadre de leur budget pourtant assez restreintNote de bas de page [g].

Tableau 5 : Répartition du budget annuel des CCN
Dépenses d'exploitation prévues des CCN Pourcentage du budget alloué
Salaires, honoraires des consultants externes et des entrepreneurs 76 %
Travail collaboratif des CCN 6 %
Déplacements 5 %
Inscription aux conférences, réunions, événements 1 %
Total des dépenses d'exploitation 88 %
Frais généraux prévus des CCN Pourcentage du budget alloué
Loyer et services publics 5 %
Autre (matériel, équipement, autres entrepreneurs) 4 %
Mesure du rendement 2 %
Autres paiements à l'organisme hôte 1 %
Total des frais généraux 12 %

Référence : Annexe B : Budget, Accords de contribution des CCNSP, 2015-2020

Bon nombre des informateurs clés liés aux CCN et qui provenaient des centres, des organismes hôtes et des membres des comités ont souligné le fait que les réductions budgétaires avaient rendu difficile pour eux la tâche de maintenir des niveaux de dotation constants les cinq années de leur accord de contribution, étant donné que les politiques des ressources humaines et les ententes collectives des organismes hôtes exigent que les CCN indexent les salaires, malgré un budget annuel fixe. Compte tenu de cette contrainte, les informateurs clés des CCN et plusieurs utilisateurs externes ont mentionné que les centres luttaient souvent pour gérer les attentes et pour maintenir la capacité de réaliser leur mandat par ailleurs ambitieux. Par conséquent, il est difficile pour les CCN d'entreprendre de tâches nouvelles et d'aller au-delà de ce qui est prévu dans leur plan de travail sans compromettre la réalisation des travaux pour lesquels ils sont responsables. Certains informateurs clés liés aux CCN ont indiqué qu'en cas de réductions additionnelles, les CCN n'auraient sans doute pas les ressources nécessaires pour remplir leur mandat, tel qu'il est défini actuellement.

Même si chaque centre peut obtenir des ressources additionnelles en concluant des contrats avec d'autres organismes, les données issues des questionnaires sur la mesure du rendement démontrent que la contribution de l'ASPC demeure la principale source de financement des CCN[h]. L'accord de contribution de quatre des CCN (le CCNSA, le CCNMO, le CCNMI et le CCNDS) pour 2015-2020 a été modifié afin d'y inclure un financement supplémentaire destiné à réaliser des projets particuliers au nom de l'ASPC. La somme additionnelle la plus basse offerte, soit 90 000 $ (une hausse de 2 % par rapport au budget initial), a permis au CCNDS d'élargir le North-West Regional Equity Forum (forum du Nord-Ouest sur l'équité en santé) et de créer un programme de formation sur les secteurs émergents de l'équité en santé. La somme additionnelle la plus élevée, fixée à 381 000 $ (une hausse de 7 % par rapport au budget initial), a été offerte au CCNMO pour élaborer une ressource interactive en ligne qui offre des outils et des renseignements sur le virus Ebola. Les modifications ainsi apportées ont fait en sorte que trois des six accords de contribution (ceux du CCNSA, du CCNMI et du CCNMO) ont dépassé les cinq millions de dollars sur une période de cinq ans (2015-2020).

En ce qui concerne l'exploitation de sources externes, seulement 3 % du financement des CCN ont été assurés par des contrats externes ou par des ressources de leur organisme hôte. Le montant des sommes ainsi obtenues variait considérablement d'une année à l'autre et d'un CCN à l'autre. Par exemple, de tous les centres, c'est le CCNSA qui a obtenu la plus importante source de financement additionnel par contrats (p. ex., 10 % de son financement en 2017-2018). Le CCNSE, en revanche, n'a déclaré aucun financement additionnel ni soutien en nature pour les années 2016-2017 et 2017-2018. Et même si tous les CCN ont déclaré avoir reçu du soutien en nature de leur organisme hôte sous différentes formes (p. ex., services juridiques, soutient aux ressources humaines), la valeur nominale d'un tel appui n'était pas consignée de manière uniforme d'un CCN à l'autre. Il n'a donc pas été possible de rendre compte de la valeur ou de l'exploitation d'un tel soutien des organismes hôtes.

Comme l'ont mentionné de nombreux informateurs clés externes et des CCN ainsi que noté dans les documents du programme, les CCN ont mis en œuvre des approches novatrices variées ou des pratiques efficientes pour maximiser leurs extrants. Ceux-ci comprennent le recours au placement des étudiants pour renforcer leur capacité, l'utilisation de l'intelligence artificielle pour déterminer la pertinence des données, l'exploitation des médias sociaux, y compris la production de vidéos, pour élargir le champ de rayonnement et le lancement de plateformes de réunion en ligne pour favoriser le réseautage. Ces outils ont été particulièrement importants, compte tenu des restrictions budgétaires imposées au poste de déplacements. Toutefois, il est reconnu que des limites demeurent dans certaines régions concernant l'accessibilité à Internet. Aussi, les CCN ont souligné que les réunions en personne demeurent essentielles pour bâtir des relations et se faire connaître des intervenants (p. ex., la participation à des conférences nationales, les réunions de sensibilisation du CCNMO avec les responsables des programmes de maîtrise en santé publique partout au pays).

Si de nombreux informateurs clés externes et liés aux CCN ont demandé que les fonds alloués aux centres soient augmentés, d'autres informateurs ont suggéré d'autres solutions. Parmi elles figure une révision de la formule utilisée pour déterminer la somme allouée afin d'établir le niveau de financement de chaque CCN sur différents critères, dont la pertinence, le rendement, la portée des travaux et le degré de maturité.

4.3.2 Avantages et inconvénients du modèle du programme des CCNSP

Le modèle suivi par le programme des CCN s'est révélé bénéfique sur de nombreux plans. Il permet notamment d'appuyer des activités efficientes et de fournir des avantages aux organismes hôtes, tout en permettant aux CCN de rester apolitiques et connectés sur la réalité du terrain. Mais le modèle s'accompagne également de défis, imposant par exemple aux CCN de suivre à la fois les procédures et les politiques de leur organisme hôte et les règles de leur accord de contribution.

Le modèle des organismes hôtes

Dans le programme des CCN, des accords de contribution sont établis entre l'ASPC et un organisme hôte plutôt qu'avec le CCN lui-même, qui n'est pas considéré comme une personne morale. Dans le cas du CCNSA, du CCNMI, du CCNMO et du CCNDS, l'accord de contribution est conclu avec une université; pour le CCNSE et le CCNPPS, il est établi avec un organisme provincial de santé publique. Depuis la création du programme, l'organisme hôte est demeuré le même pour l'ensemble des centres, sauf pour le CCNMI, qui est passé des mains de l'International Centre of Infectious Diseases à celles de l'Université du Manitoba en juillet 2015.

Selon la majorité des informateurs clés issus des CCN et des organismes hôtes, le modèle est bénéfique à plusieurs égards. Par exemple, il permet aux CCN d'accéder à une infrastructure utile et à des services de soutien, tels qu'un espace de bureau, une connexion Internet, des services de référence grâce à un accès libre et gratuit aux bibliothèques universitaires, des services juridiques et de ressources humaines, un accès à des chercheurs ayant une expertise pertinente, un accès à l'aide d'étudiants grâce à des placements ou au travail bénévole. De plus, certains organismes offrent des ressources financières pour mener des projets conjoints avec les CCN (p. ex., l'hôte et le CCN peuvent s'associer pour organiser une conférence sur le campus).

De plus, le modèle permet aux CCN de tirer profit des réseaux et de l'expertise de l'organisme hôte. Les centres peuvent également bénéficier de la réputation de l'hôte et d'une exposition nationale afin d'augmenter leur propre visibilité et leur portée.

Le modèle actuel comporte aussi des défis. D'après les informateurs clés des CCN, les six centres fonctionnent selon le principe d'une « entreprise au sein d'une entreprise », ce qui signifie que les centres doivent se plier aux procédures administratives de leur hôte, ainsi qu'aux exigences de l'accord de contribution conclu avec l'ASPC. Par exemple, certains centres doivent suivre les procédures et les politiques d'approbation de leur hôte pour les autorisations de se déplacer ou pour obtenir des contrats et du financement de sources externes.

Le modèle axé sur les accords de contribution

Les CCN ont été créés pour servir de point de référence à l'échelle fédérale, provinciale et territoriale pour permettre la collaboration avec les gouvernements locaux, les universités, les professionnels de la santé publique et les organisations non gouvernementales. Un modèle axé sur les accords de contribution a été choisi pour appuyer le mandat du programme.

Les informateurs clés des CCN et la plupart des informateurs externes clés ont souligné que le fait que les centres soient indépendants du gouvernement du Canada est une bonne chose, car leur plan de travail n'est pas orienté par un programme politique. Par ailleurs, les centres sont ainsi bien placés pour servir de tierce partie entre différents ordres de gouvernement, les collectivités et les chercheurs, ce qui permet de surmonter les cloisons qui caractérisent le système de santé canadien. Certains informateurs clés externes ont également souligné que le modèle des CCN a permis aux centres d'être plus flexibles que les gouvernements et plus connectés aux progrès qui ont lieu au premier plan de la santé publique, grâce à leurs interactions avec les professionnels et grâce aux directives de leurs comités consultatifs externes, qui a une large perspective des orientations stratégiques à suivre sur le terrain.

Exigences en matière de rapports

Les informateurs clés des CCN considèrent les exigences actuelles en matière de production de rapports comme étant lourdes et exigeant un effort considérable en terme de temps. Actuellement, les CCN doivent soumettre un plan de travail au début de l'année et rendre compte tous les ans de la concrétisation de leur plan de travail en répondant à un questionnaire sur la mesure du rendement et en produisant un rapport de fin d'année. Les CCN doivent aussi présenter un rapport verbal de mi-année à l'ASPC par téléconférence. En 2015-2016, ce rapport devait être fourni par écrit; en 2017-2018, l'exigence a été modifiée afin qu'il puisse être rendu par téléconférence. Les CCN doivent également entreprendre un travail d'évaluation périodique, que ce soit à l'interne ou en recourant à des experts-conseils externes. Ils doivent également participer à une évaluation du programme par l'ASPC, quirépond ainsi à une exigence de la Loi sur la gestion des finances publiques.

Bon nombre d'informateurs clés ont indiqué que le questionnaire sur la mesure du rendement (mis en place en 2015-2016) était une bonne initiative, puisqu'il leur permet de rendre compte de leurs réalisations de façon systématique. Toutefois, ils ont également mentionné que remplir ce questionnaire, en plus de produire le rapport de fin d'année et de soumettre les plans de travail annuels à jour représentaient une tâche demandant un grand investissement en terme de temps, d'une part parce que le format de chaque méthode varie largement et d'autre part, aussi parce qu'il y a des chevauchements concernant les renseignements à fournir.

En moyenne, les CCN consacrent 2 % de leur budget à la mesure du rendement, ce qui ne tient pas compte du temps consacré par le personnel pour remplir les différents rapports. Certains ont mentionné que, bien que le financement accordé aux CCN ait diminué depuis leur création, les exigences en matière de production de rapports n'ont pas été modifiées, sauf en ce qui concerne le rapport de mi-année qui peut maintenant être présenté oralement par téléconférence.

Plusieurs informateurs clés des CCN ont déclaré ne pas connaître l'usage que fait l'ASPC des données sur le rendement soumis par les CCN et ne pas avoir reçu de rétroaction à ce jour sur la valeur ou sur l'utilisation de ces renseignements.

L'examen des données sur le rendement mené dans le cadre de la présente évaluation a révélé que les CCN avaient fourni un volume considérable de données utiles pour appuyer la réddition de compte du programme. L'équipe de l'évaluation a jugé particulièrement utiles les données contenues dans les questionnaires sur la mesure du rendement et dans les évaluations menées par les CCN. Les rapports de fin d'année étaient d'une utilité limitée pour l'évaluation, puisque les renseignements essentiels pour déterminer la pertinence, le rendement et l'efficience du programme des CCNSP figuraient déjà dans les questionnaires sur la mesure du rendement. L'examen a également permis de relever des points à améliorer en ce qui concerne la qualité des données déclarées. Parmi ces points, il avait un manque de clarté et d'uniformité dans la manière dont les extrants des CCN étaient mesurés et déclarés d'un centre à l'autre au fil du temps. Il s'est également révélé difficile de rassembler les données de chaque CCN pour mener une analyse à l'échelle des programmes, en raison d'un manque d'uniformité dans les renseignements déclarés d'un centre à l'autre.

Quelques informateurs clés de l'ASPC ont suggéré que les exigences en matière de rapports soient revues pour les harmoniser davantage au degré de maturité des CCN et à leur niveau de financement.

4.3.3 Coordination avec l'ASPC

Les CCN ont exprimé des préoccupations par rapport au fait que les priorités de l'ASPC ne leur sont pas transmises systématiquement et en temps opportun. Cette situation représente un défi important pour la capacité des CCN d'harmoniser les activités de leur plan de travail annuel avec celles de l'ASPC et à entrer en contact avec les secteurs de programme appropriés.

Même si le bureau des programmes de l'ASPC communique avec les CCN relativement à l'élaboration de leur plan de travail, des informateurs clés et des CCN et de l'ASPC ont mentionné que l'échange de renseignements pourrait être amélioré. Par exemple, d'après les entrevues menées auprès d'informateurs clés de l'ASPC, le travail des CCN et la valeur potentielle qu'il pourrait apporter à l'Agence demeurent méconnus. Toutefois, il a également été mentionné que l'ASPC a toujours eu des difficultés à trouver une façon d'entrer en contact avec les CCN et de collaborer avec eux. De la même façon, les CCN ont déclaré éprouver des difficultés à naviguer au sein de l'Agence. Ils ne savent pas toujours à qui ils doivent s'adresser dans les secteurs de programme ni comment gérer leurs relations avec les personnes-ressources de l'ASPC en raison du roulement de personnel.

Tous les CCN ont exprimé des préoccupations quant à la contribution de l'ASPC à leur plan de travail, qu'ils considèrent comme trop bref et dépourvue d'axe stratégique. De plus, comme cette contribution est souvent remise tardivement dans le processus de conception, il est difficile de l'incorporer aux activités de l'année financière à venir. Les CCN ont également souligné qu'ils ne recevaient pas nécessairement de commentaires précis ou systématiques sur les priorités de l'ASPC. Certains ont même pris l'initiative de consulter les sources publiques d'information pour connaître les activités de l'Agence (p. ex., le Rapport sur les plans et les priorités de l'ASPC et son site Web). Pour les centres, cette situation affecte leur capacité à demeurer proactifs, puisqu'il est difficile pour eux d'avoir une longueur d'avance s'ils apprennent les priorités de l'ASPC en même temps que le public général.

D'après les CCN et la plupart des informateurs clés internes, l'ASPC entretient une relation de type bailleur de fonds--bénéficiaire avec les centres. Selon eux, il pourrait être profitable de développer un partenariat bilatéral et d'améliorer les communications afin de maximiser les bienfaits du programme et d'harmoniser correctement les niveaux d'efforts des parties. La majorité des informateurs clés internes et des CCN ont mentionné qu'il serait possible d'en faire plus pour s'assurer que les secteurs de programme de l'ASPC communiquent avec les CCN pour tirer profit de leur capacité lorsque c'est pertinent de le faire, particulièrement lorsqu'il y a un chevauchement des travaux. Par exemple, de nombreux informateurs clés externes ont souligné le fait que l'ASPC pourrait tirer profit de la capacité des CCN à réunir une vaste gamme d'intervenants clés et de leur compréhension du système de santé publique en général.

L'ASPC a récemment mis en place plusieurs initiatives pour favoriser l'échange de renseignements avec les CCN. Par exemple, le secrétariat du programme a tenu, occasionnellement, des séances de mobilisation des connaissances à Ottawa pour les membres du portefeuille de la Santé afin d'aider les CCN à entrer en relation avec des utilisateurs potentiels de connaissances à l'échelle fédérale. Plus récemment, l'ASPC a confié à six directeurs généraux de divers secteurs de programmes au sein de l'Agence le mandat d'entrer en contact avec un CCN donné. Dans la plupart des cas, les liens ainsi créés mettent en communication un directeur général responsable de programmes qui cadrent étroitement avec l'enjeu de santé publique traité par le CCN avec qui il est associé. Lancée en février 2018, cette initiative vise à renforcer les relations horizontales, à fournir une évaluation stratégique des activités des CCN à l'échelle des cadres de l'ASPC et d'échanger activement des renseignements avec les CCN sur les priorités, les questions et les occasions bilatérales.

Même s'il est encore trop tôt pour évaluer les résultats de cette initiative, la plupart des informateurs clés internes et des CCN ont mentionné que cette approche était prometteuse et qu'elle permettrait sans doute de créer une collaboration plus étroite entre les CCN et l'ASPC. Certains responsables ont souligné que le développement de meilleurs liens avec les CCN prendra du temps et que le but ultime de cette initiative demeure imprécis.

5.0 Conclusions

Dans l'ensemble, les services d'application des connaissances sont toujours nécessaires pour rendre les renseignements basés sur des données probantes plus accessible et plus utile aux professionnels de la santé publique, à l'appui de la prise de décisions et l'élaboration de politiques. De plus, dans le système de santé multijuridictionnel du Canada, il demeure essentiel de renforcer les réseaux qui y sont établis. Les CCN occupent une niche unique, axée sur l'application pratique des connaissances basées sur les données probantes pour appuyer les professionnels de la santé du pays.

Les activités des CCN cadrent avec les priorités globales du gouvernement du Canada et de l'ASPC pour ce qui est de renforcer la capacité en santé publique et le leadership scientifique. Toutefois, certains informateurs clés ont soulevé des préoccupations à propos du renouvellement du programme et des six thèmes choisis en 2004. D'après eux, il faut réévaluer ces thèmes à la lumière des priorités évoluant en santé publique. De plus, le mandat du programme des CCNSP a évolué au fil du temps. Au départ axé sur le renforcement des capacités en santé publique et ciblant les professionnels locaux, le programme a aujourd'hui pour mission de soutenir la prise de décisions et l'élaboration de politiques à tous les niveaux du système de santé publique. Toutefois, tous les CCN n'ont pas encore intégré ce changement dans leurs collaborations.

En ce qui concerne les résultats, l'évaluation démontre que les CCN ont produit des ressources utiles, accessibles et pertinentes à la pratique pour une vaste gamme de professionnels de la santé publique du Canada. Les produits et les activités de synthèse des connaissances sont estimés et utilisés pour appuyer la prise de décisions et l'élaboration de politiques basées sur les données probantes. Dans de nombreux cas, les CCN ont répondu à des besoins émergents, même si le processus actuellement suivi pour préparer des plans de travail et le budget limité des CCN ont fait en sorte qu'il leur était souvent difficile d'agir promptement.

La capacité des CCN à favoriser les relations et la collaboration avec une gamme d'intervenants de l'ensemble du système est considérée comme une importante source de valeur ajoutée. Il arrive régulièrement que deux ou trois CCN travaillent ensemble à diverses initiatives dans lesquelles chacun peut apporter une expertise appréciable. Si ces collaborations sont considérées comme bénéfiques, l'exigence pour les six CCN de collaborer à des projets « signature » ne fait que détourner des ressources déjà limitées, selon plusieurs.

Sur le plan de l'efficience, les centres ont produit un nombre important d'extrants malgré un budget relativement limité. Toutefois, leur capacité de livrer ces extrants a été restreinte au fur et à mesure que l'ASPC a réduit leur financement. Le modèle des CCNSP a permis aux centres d'opérer de manière efficiente. Toutefois, le modèle compte aussi des défis, les CCN étant ainsi soumis aux procédures et aux politiques de leur organisme hôte et aux règles de leur accord de contribution. Le modèle qui établit l'indépendance des Centres du gouvernement du Canada fait en sorte que les CCN peuvent demeurer apolitiques et se tenir au courant de ce qui se passait sur le terrain. Des préoccupations ont été soulevées concernant les exigences en matière production de rapports, considérées comme lourdes étant donné le niveau de financement accordé aux CCN.

Enfin, les interactions entre l'ASPC et les CCN demeurent limitées, ce qui fait en sorte qu'il est difficile pour les CCN d'harmoniser leurs plans de travail annuels aux secteurs d'intérêt de l'Agence. L'initiative des dirigeants de l'ASPC lancée en février 2018 s'annonce prometteuse pour la création de collaborations plus étroites entre les CCN et l'ASPC, mais il est trop tôt pour en évaluer les résultats.

6.0 Recommandations

Recommandation 1

Établir un partenariat bilatéral entre l'ASPC et les CCN afin de mieux faire connaître le travail de chacun et d'accroître la collaboration dans les domaines d'intérêt commun.

À l'ASPC, il y a toujours un manque général de compréhension du rôle, du mandat et de la valeur des CCNSP. Par ailleurs, les CCN s'inquiétaient du fait que les priorités de l'ASPC ne leur sont pas transmises systématiquement et en temps opportun. Il a donc été difficile pour les CCN d'harmoniser leurs plans de travail annuels avec les domaines d'intérêt de l'ASPC et d'établir des liens avec les secteurs de programme concernés. Compte tenu de cela, l'ASPC devrait s'appuyer sur les efforts initiaux de l'initiative de la haute direction et s'engager de façon plus stratégique et plus régulière avec les CCN, afin de tirer parti des connaissances, des ressources et des réseaux de l'autre pour faire progresser des objectifs communs.

Recommandation 2

Explorer les possibilités, dans le cadre du renouvellement de l'accord de contribution, afin de veiller à ce que chaque CCN demeure pertinent par rapport aux nouveaux besoins du secteur de la santé publique en ce qui concerne les enjeux abordés, l'éventail des collaborations et les publics cibles.

Le mandat du programme des CCN a évolué depuis la dernière évaluation; alors qu'il se concentrait sur le renforcement de la capacité en santé publique et sur les professionnels à l'échelon local, le mandat vise désormais à appuyer la prise de décisions à tous les niveaux du système de santé publique. Ce ne sont pas tous les centres qui ont adopté ce changement du mandat du programme auprès de leurs publics cibles et dans leurs collaborations, puisqu'ils continuent de se concentrer sur les praticiens locaux. De plus, bien que les sujets du programme des CCNSP aient pu être pertinents lorsqu'ils ont été choisis il y a plus de 13 ans, on s'inquiétait que ces thèmes n'aient jamais été révisés depuis la création du programme et que les efforts en matière d'application des connaissances devraient étudier d'autres enjeux qui cadrent avec les priorités émergentes de santé publique à l'échelle mondiale. Étant donné que le cycle de financement actuel prend fin en 2020, l'ASPC devrait explorer les possibilités pour s'assurer que les CCN demeurent pertinents, notamment en clarifiant les directives données aux CCN, afin de remplir le mandat actuel du programme et de répondre aux besoins en évolution du secteur de la santé publique.

Recommandation 3

Étudier des options pour maximiser les affectations des ressources aux CCN et pour permettre à ces derniers d'utiliser ces mêmes ressources plus efficacement afin de réaliser leur mandat principal, soit :

Les réductions des affectations de fonds de l'ASPC aux CCN ont limité leur capacité de produire leurs résultats. Dans ce contexte, l'ASPC devrait examiner les possibilités d'optimiser l'affectation des ressources et de gérer les attentes. L'ASPC devrait plus particulièrement réexaminer l'exigence que l'ensemble des six CCN collaborent à des projets « signature », étant donné qu'ils collaborent les uns avec les autres par d'autres moyens. L'ASPC devrait également laisser une plus grande marge de manœuvre aux CCN pour qu'ils puissent aborder les questions émergentes dès qu'ils se présentent, sans devoir réviser profondément leurs plans de travail et sans que cela touche la responsabilité pour les résultats obtenus pendant l'année. L'ASPC devrait simplifier les exigences en matière de mesure du rendement en insistant particulièrement sur la fourniture de données utiles pour orienter la gestion et l'évaluation continues du programme, tout en maintenant le fardeau redditionnel imposé aux CCN en fonction de leur niveau actuel de financement.

Annexe A - Modèle logique du programme des CCNSP

La figure  1 - Annexe A - Modèle logique du programme des CCNSP

Figure 1 - Description textuel

Ce diagramme illustre les composantes du modèle logique du programme des CCNSP en reproduisant visuellement les intrants (ressources), activités et résultats prévus du programme.

L'intrant clé des Centres de collaboration nationale en santé publique est un financement à même les services votés de l'Agence. Cet intrant devrait permettre de produire l'activité/extrant suivant : élaborer et gérer des accords de contribution avec les Centres de collaboration nationale. Cette activité/extrant devrait entraîner les résultats immédiats, intermédiaires et ultimes suivants; résultats immédiats : Les organisations de santé publique disposent de ressources et de structures pour collaborer à l'échelle du système de santé publique afin de répondre aux besoins et aux lacunes en matière de savoir et ainsi renforcer la prise de décisions fondée sur des données probantes; résultats intermédiaires : Des produits et des outils d'application et de diffusion du savoir en santé publique sont élaborés et communiqués en passant par différents réseaux; résultats ultimes : (i) les connaissances sont mobilisées à travers les réseaux et les secteurs afin de combler les lacunes en matière d'information, de renforcer la capacité de prendre des décisions fondées sur des données probantes et de composer avec de nouveaux enjeux liés à la santé qui sont cernés dans le système de santé publique, (ii) les professionnels de la santé publique, les décideurs et les Canadiens ont accès à des données et à des renseignements fiables et utilisables, (iii) les Canadiens sont protégés et ils ont les moyens d'améliorer leur santé en mettant en place des mécanismes permettant au système de santé publique de travailler en collaboration pour se pencher sur les enjeux existants et nouveaux liés à l'infrastructure de la santé publique.

Annexe B - Profils des centres de collaboration nationale

1. CCN en santé environnementale (CCNSE)

2. CCN en santé autochtone (CCNSA)

3. CCN des maladies infectieuses (CCNMI)

4. CCN des méthodes et des outils (CCNMO)

5. NCC sur les politiques publiques et la santé (CCNPPS)

6. NCC des déterminants de la santé (CCNDS)

Annexe C - Description de l'évaluation

L'évaluation du programme des Centres de collaboration nationale en santé publique (CCNSP) couvrait la période d'avril 2014 à septembre 2018. Elle visait à analyser la pertinence, le rendement et l'efficience du programme au cours de cette période, en fonction des exigences fournies dans la Politique sur les résultats du Conseil du Trésor du Canada de 2016.

Cette évaluation était conçue pour aborder les résultats prévus du programme des CCNSP de l'ASPC et pour fournir un aperçu des enjeux et des questions qui figurent dans le tableau suivant.
Enjeu fondamental Question d'évaluation
Pertinence
Enjeu 1 : Besoin continu

1. Quel modèle de programme et quelles institutions hôtes sont nécessaires pour renforcer la capacité en santé publique en 2018?

  • À quelles priorités devrions-nous nous attarder?
  • Dans quelle mesure les CCNSP répondent-ils à ces besoins?
  • Quels sont les secteurs d'amélioration possibles?

1.1 Dans quelle mesure le niveau de capacité en santé publique au Canada a-t-il changé au cours des cinq dernières années?

1.2 Considérant ces changements, dans quelle mesure le programme des CCNSP est-il encore pertinent pour ce qui est :

  • des rôles et des objectifs
  • du modèle du programme
  • de la portée des travaux
  • des enjeux abordés et des activités réalisées
Élément 2 : Harmonisation avec les responsabilités et les rôles fédéraux
  • 2. Dans quelle mesure le rôle des CCN est-il comprit à l'interne et à l'externe?
  • 3. La portée et les activités des CCN sont-elles complémentaires aux activités d'autres intervenants, dont celles de l'ASPC, ou viennent-elles les chevaucher ou les dédoubler?
Élément 3 : Harmonisation avec les priorités du gouvernement du Canada
  • 4. Dans quelle mesure les priorités des CCN et celles du programme des CCNSP s'harmonisent-elles avec les priorités et les objectifs de l'ASPC? Dans quelle mesure les priorités des CCN s'harmonisent-elles avec les priorités du secteur de la santé publique?
Rendement
Élément 4 : Efficacité
  • 5. Dans quelle mesure existe-t-il des preuves qui démontrent la contribution du programme aux résultats prévus?
  • 6. Dans quelle mesure les CCN ont-ils atteint leur objectif de promouvoir l'utilisation des connaissances pour favoriser la prise de décisions fondées sur des données probantes?
  • 6.1 Dans quelle mesure les produits de connaissances et les activités connexes ont-ils atteint les praticiens de la santé publique, les gestionnaires de programmes et les décideurs?
  • 6.2 Existe-t-il des preuves qui démontrent l'utilisation des produits d'application des connaissances des CCN pour appuyer la prise de décisions?
  • 6.3 Dans quelle mesure existe-t-il des données probantes quant à l'utilité des produits et des activités de connaissances des CCN? (c.-à-d., est-il possible de démontrer que ces produits et ces activités sont pertinents et offerts en temps utile pour appuyer la prise de décisions?)
  • 6.4 Dans quelle mesure les activités de formation sur l'application, la synthèse et l'échange de connaissances ont-elles permis un savoir accru?
  • 7. Dans quelle mesure les CCN arrivent-ils à aborder les priorités émergentes du domaine de la santé publique?
Élément 5 : Efficience et économie
  • 8. Quels sont les mécanismes en place qui permettent la collaboration et l'harmonisation des priorités entre l'ASPC et les CCN? Quelle est l'efficacité de ces mécanismes et quels sont les secteurs d'amélioration possibles?
  • 9. Dans quelle mesure les CCNSP sont-ils efficients?
    • 9.1 Dans quelle mesure les CCN mettent-ils à profit d'autres ressources (ressources financières, collaboration, expertise et savoir d'autres partenaires)?
    • 9.2 Quel est le niveau des coûts administratifs du programme par rapport aux dépenses totales du programme?
    • 9.3 Y a-t-il d'autres modèles de mobilisation en santé publique? Comment se comparent-ils? Pourraient-ils améliorer l'approche des CCNSP?
    • 9.4 Quelles sont les pratiques exemplaires qui ont été mises en place pour atteindre les résultats prévus?
  • 10. Dans l'ensemble, dans quelle mesure les CCNSP sont-ils rentables?

Collecte de données et méthodes d'analyse

Les sources d'information utilisées dans cette évaluation comprenaient une revue de la littérature, un examen des données financières et des entrevues avec des informateurs clés. Les données ont été analysées par triangulation des renseignements recueillis auprès de différentes sources et selon les méthodes décrites ci-dessous.

Le recours à plusieurs sources de données et à la triangulation avait pour but d'accroître la fiabilité et la crédibilité des constatations et des conclusions de l'évaluation.

Notes de bas de pages

Notes de bas de pages 1

Lorsqu'il est question du programme des CCNSP, le terme englobe tous les aspects de la gestion du programme par l'ASPC, y compris le secrétariat du programme des CCNSP. Lorsqu'il est question des CCN, le terme englobe les centres proprement dits, leurs activités et leur personnel.

Retour à la référence de la note de bas de page [a]

Notes de bas de pages 2

Tout renvoi au programme des CCNSP inclut également l'ensemble des aspects de la gestion du programme par l'ASPC, notamment les fonctions de secrétariat. Tout renvoi aux CCN inclut les centres eux-mêmes, leurs activités et leur personnel.

Retour à la référence de la note de bas de page [b]

Notes de bas de pages 3

D'après les données soumises par chaque CCN dans les questionnaires portant sur la mesure du rendement de 2015-2016 à 2017-2018. Ces questionnaires exigent de chaque centre qu'ils déclarent les groupes avec lesquels ils ont collaboré durant l'année, de même que le nom du projet sur lequel ils ont travaillé ensemble.

Retour à la référence de la note de bas de page [c]

Notes de bas de pages 4

La liste fournie n'est pas exhaustive et elle n'inclut pas une évaluation de tous les organismes participant à des activités de synthèse, d'application et d'échange de connaissances se rapportant aux thèmes de chacun des centres.

Retour à la référence de la note de bas de page [d]

Notes de bas de pages 5

Puisque les questionnaires sur la mesure du rendement ont été établis à mi-chemin de la période couverte par cette évaluation, les chiffres sont fournis ici pour donner une idée de l'ampleur des collaborations, et non pour donner un portrait global de la situation. Les collaborations de 2014-2015 n'ont pas été incluses, et certains CCN peuvent ne pas avoir déclaré toutes leurs activités de partenariat. Il importe enfin de souligner que le nombre de collaborations ne fournit aucune indication des variations dans leurs caractéristiques; p. ex., leur durée ou leurs résultats.

Retour à la référence de la note de bas de page [e]

Notes de bas de pages 6

Les collaborations qui impliquent moins de six CCN ne sont pas considérées dans les 6 % du budget à réserver pour les projets qui impliquent l'ensemble des centres.

Retour à la référence de la note de bas de page [f]

Notes de bas de pages 7

Il est impossible de tirer des conclusions sur le coût par extrant, ni de comparer les extrants entre chaque CCN. Cette incapacité est due au vaste écart dans le type, la nature et la portée des extrants produits par chaque CCN et les différences potentielles dans la manière dont ces extrants sont déclarés par chacun des CNN. Par exemple, tous n'utilisent pas la même méthode pour rendre compte d'une participation à des conférences et certains déclarent notamment chaque présentation orale livrée dans une même conférence.

Retour à la référence de la note de bas de page [g]

Notes de bas de pages 8

Il se peut que le questionnaire sur la mesure du rendement ne reflète pas intégralement toutes les sources supplémentaires de financement que les CCN ont pu obtenir en plus de la somme offerte par l'ASPC.

Retour à la référence de la note de bas de page [h]

Notes de bas de pages 9

À la fin de la série, les utilisateurs obtiennent un certificat signé par l'Université McMaster.

Retour à la référence de la note de bas de page [i]

Notes en fin de texte

Notes en fin de texte 1

Santé Canada, Leçons de la crise du SRAS - Renouvellement de la santé publique au Canada, 2004. Sur Internet : http://publications.gc.ca/collections/Collection/H21-220-2003F.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page [1]

Notes en fin de texte 2

Agence de la santé publique du Canada, Évaluation du programme des Centres de collaboration nationale en santé publique de 2008-2009 à 2013-2014, 2014. Sur Internet : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/organisation/mandat/a-propos-agence/bureau-evaluation/rapports-evaluation/evaluation-programme-centres-collaboration-nationale-sante-publique-2008-2009-a-2013-2014.html

Retour à la référence de la note de bas de page [2]

Notes en fin de texte 3

Agence de la santé publique du Canada, Tableaux des renseignements supplémentaires 2017-2018 Plan ministériel : Agence de la santé publique du Canada, 2017. Sur Internet : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/organisation/transparence/rapports-gestion/rapport-plans-priorites/2017-2018-tableaux-renseignements-supplementaires.html

Retour à la référence de la note de bas de page [3]

Notes en fin de texte 4

Agence de la santé publique du Canada, Tableaux des renseignements supplémentaires 2017-2018 Plan ministériel : Agence de la santé publique du Canada, 2017. Sur Internet : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/organisation/transparence/rapports-gestion/rapport-plans-priorites/2017-2018-tableaux-renseignements-supplementaires.html

Retour à la référence de la note de bas de page [4]

Notes en fin de texte 5

Jansen et coll., Health Research Policy and Systems, Conditions for Sustainability of Academic Collaborative Centres for Public Health in the Netherlands: a mixed methods design, 2015. Sur Internet : https://health-policy-systems.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12961-015-0026-7

Retour à la référence de la note de bas de page [5]

Notes en fin de texte 6

DeSalvo KB, YC Wang, A Harris, J Auerbach et D Koo, P. O'Carroll, Public Health 3.0: A Call to Action for Public Health to Meet the Challenges of the 21st Century, 2017. Sur Internet : https://www.cdc.gov/pcd/issues/2017/17_0017.htm

Retour à la référence de la note de bas de page [6]

Notes en fin de texte 7

Stefan K. Lhachimi, Malgorzata M. Bala, Giedrius Vanagas, Evidence-Based Public Health, 2016. Sur Internet : https://www.hindawi.com/journals/bmri/2016/5681409/

Retour à la référence de la note de bas de page [7]

Notes en fin de texte 8

Brownson RC, JE Fielding et CM Maylahn, Evidence-based Decision Making to Improve Public Health Practice. Front Public Health, 2014. Sur Internet : https://uknowledge.uky.edu/frontiersinphssr/vol2/iss2/2/

Retour à la référence de la note de bas de page [8]

Notes en fin de texte 9

Instituts de recherche en santé du Canada, Évaluation du programme de financement de l'application des connaissances des Instituts de recherche en santé du Canada, 2013. Sur Internet : http://www.cihr-irsc.gc.ca/f/47332.html

Retour à la référence de la note de bas de page [9]

Notes en fin de texte 10

Centre de collaboration nationale sur les politiques publiques et la santé. Profil structurel de la santé publique au Canada, 2013. Sur Internet : http://www.ccnpps.ca/712/profil-structurel-de-la-sante-publique-au-canada.ccnpps

Retour à la référence de la note de bas de page [10]

Notes en fin de texte 11

Agence de la santé publique du Canada, Horizons stratégiques 2013-2018, 2013. Sur Internet : http://publications.gc.ca/collections/collection_2014/aspc-phac/HP55-1-2013-fra.pdf.

Retour à la référence de la note de bas de page [11]

Notes en fin de texte 12

Agence de la santé publique du Canada, Rapport de l'administrateur en chef de la santé publique sur l'état de la santé publique au Canada, 2017 - Concevoir un mode de vie sain, 2017. Sur Internet : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/rapport-administrateur-en-chef-sante-publique-sur-etat-sante-publique-au-canada/2017-concevoir-mode-vie-sain.html

Retour à la référence de la note de bas de page [12]

Notes en fin de texte 13

Innovation, Sciences et Développement économique Canada, Vision scientifique du Canada, 2018. Sur Internet : http://www.ic.gc.ca/eic/site/131.nsf/fra/h_00000.html

Retour à la référence de la note de bas de page [13]

Notes en fin de texte 14

Bureau de la ministre des Sciences, L'examen du soutien fédéral aux sciences - Investir dans l'avenir du Canada - Consolider les bases de la recherche au pays, 2017. Sur Internet : http://www.examenscience.ca/eic/site/059.nsf/fra/accueil.

Retour à la référence de la note de bas de page [14]

Notes en fin de texte 15

Centres de collaboration nationale en santé publique, À propos, sans date. Sur Internet : https://ccnsp.ca/about-us/.

Retour à la référence de la note de bas de page [15]

Notes en fin de texte 16

Pour de plus amples renseignements, voir les publications extraites des sites suivants :

Centre de collaboration nationale des maladies infectieuses : https://ccnmi.ca/?post_type=publications

Centre de collaboration nationale de la santé autochtone : https://www.nccah-ccnsa.ca/524/Recherche_de_publication.nccah;

Centre de collaboration nationale en santé environnementale : http://www.ccnse.ca/content/publications-et-produits;

Centre de collaboration nationale des méthodes et outils : https://www.nccmt.ca/fr/impact/publications;

Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé : http://nccdh.ca/fr/resources/nccdh/;

Centre de collaboration nationale sur les politiques publiques et la santé : http://www.ccnpps.ca/80/publications.ccnpps.

Retour à la référence de la note de bas de page [16]

Notes en fin de texte 17

Statistique Canada, Estimations démographiques annuelles : Canada, provinces et territoires (Population totale seulement), 2018. https://www150.statcan.gc.ca/n1/fr/pub/91-215-x/91-215-x2018001-fra.pdf?st=qval7n9R

Retour à la référence de la note de bas de page [17]

Notes en fin de texte 18

Agence de la santé publique du Canada, Rapport de l'administrateur en chef de la santé publique sur l'état de la santé publique au Canada 2016 - Regard sur la violence familiale au Canada, 2016. Sur Internet : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/rapport-administrateur-en-chef-sante-publique-sur-etat-sante-publique-au-canada/2016-regard-violence-familiale-canada.html

Retour à la référence de la note de bas de page [18]

Notes en fin de texte 19

Agence de la santé publique du Canada, Rapport de l'administrateur en chef de la santé publique sur l'état de la santé publique au Canada, 2017 - Concevoir un mode de vie sain, 2017. Sur Internet : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/rapport-administrateur-en-chef-sante-publique-sur-etat-sante-publique-au-canada/2017-concevoir-mode-vie-sain.html

Retour à la référence de la note de bas de page [19]

Notes en fin de texte 20

Agence de la santé publique du Canada, Rapport de l'administrateur en chef de la santé publique sur l'état de la santé publique au Canada 2016 - Regard sur la violence familiale au Canada, 2016. Sur Internet : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/rapport-administrateur-en-chef-sante-publique-sur-etat-sante-publique-au-canada/2016-regard-violence-familiale-canada.html

Retour à la référence de la note de bas de page [20]

Notes en fin de texte 21

Agence de la santé publique du Canada, Rapport de l'administrateur en chef de la santé publique sur l'état de la santé publique au Canada, 2017 - Concevoir un mode de vie sain, 2017. Sur Internet : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/rapport-administrateur-en-chef-sante-publique-sur-etat-sante-publique-au-canada/2017-concevoir-mode-vie-sain.html

Retour à la référence de la note de bas de page [21]

Notes en fin de texte 22

Emploi et Développement social Canada, Cadre d'apprentissage et de garde des jeunes enfants autochtones, Sur Internet : https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/programmes/apprentissage-jeunes-enfants-autochtones/2018-cadre.html

Retour à la référence de la note de bas de page [22]

Notes en fin de texte 23

Ministère de la Santé et des Soins de Longue durée de l'Ontario, Ligne directrice concernant les relations avec les communautés autochtones, 2018. Sur Internet : http://www.health.gov.on.ca/fr/pro/programs/publichealth/oph_standards/docs/protocols_guidelines/
Relationship_with_Indigenous_Communities_Guideline_fr.PDF

Retour à la référence de la note de bas de page [23]

Notes en fin de texte 24

Centre de collaboration nationale de la santé autochtone, Revue des compétences essentielles pour la santé publique : Une perspective de santé publique Autochtone, 2015. Sur Internet : https://www.nccah-ccnsa.ca/525/Voir_publication.nccah?id=145

Retour à la référence de la note de bas de page [24]

Notes en fin de texte 25

Centre de collaboration nationale des maladies infectieuses, Notifiable Diseases Database : Factsheet, 2018. Sur Internet : https://nccid.ca/publications/notifiable-diseases-database-factsheet/ (en anglais seulement)

Retour à la référence de la note de bas de page [25]

Notes en fin de texte 26

Centre de collaboration nationale des maladies infectieuses, Featured Antimicrobial Stewardship Tools, 2018. https://nccid.ca/wp-content/uploads/sites/2/2018/03/Featured-AMS-Tools.pdf (en anglais seulement)

Retour à la référence de la note de bas de page [26]

Notes en fin de texte 27

Centre de collaboration nationale des maladies infectieuses, Semaine de la sensibilisation aux antibiotiques; Pour les fournisseurs; Documents de prescription (virale), 2018. Sur Internet : https://infoantibio.ca/

Retour à la référence de la note de bas de page [27]

Notes en fin de texte 28

Centre de collaboration nationale des maladies infectieuses, Featured Antimicrobial Stewardship Tools, 2018. https://nccid.ca/wp-content/uploads/sites/2/2018/03/Featured-AMS-Tools.pdf (en anglais seulement)

Retour à la référence de la note de bas de page [28]

Notes en fin de texte 29

Centre de collaboration nationale des méthodes et outils. (2018). Bonifiez votre CV grâce aux modules d'apprentissage certifiés par l'Université McMaster. Sur Internet : https://www.nccmt.ca/fr/developpement-des-capacites/certified-modules

Retour à la référence de la note de bas de page [29]

Notes en fin de texte 30

Agence de la santé publique du Canada, Rapport de l'administrateur en chef de la santé publique sur l'état de la santé publique au Canada, 2017 - Concevoir un mode de vie sain, 2017. Sur Internet : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/rapport-administrateur-en-chef-sante-publique-sur-etat-sante-publique-au-canada/2017-concevoir-mode-vie-sain.html

Retour à la référence de la note de bas de page [30]

Notes en fin de texte 31

Centre de collaboration nationale sur les politiques publiques et la santé, Évaluation d'impact sur la santé, sans date. Sur Internet : http://www.ccnpps.ca/13/evaluation-d'impact-sur-la-sante.ccnpps

Retour à la référence de la note de bas de page [31]

Notes en fin de texte 32

Centre de collaboration nationale sur les politiques publiques et la santé, Formation continue en ligne - Un cadre d'analyse de politique publique, 2017. Sur Internet : http://www.ccnpps.ca/641/formations-en-ligne.ccnpps?id_article=1629

Retour à la référence de la note de bas de page [32]

Notes en fin de texte 33

Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé, Le rôle de la santé publique dans l'amélioration de l'équité en santé : Parlons-en, 2013. Sur Internet : http://nccdh.ca/fr/resources/entry/lets-talk-public-health-roles

Retour à la référence de la note de bas de page [33]

Notes en fin de texte 34

Centre de collaboration nationale sur les politiques publiques et la santé, Un cadre de référence pour soutenir l'action en santé mentale des populations. 2017. Sur Internet : http://www.ccnpps.ca/551/publications.ccnpps?id_article=1710

Retour à la référence de la note de bas de page [34]

Notes en fin de texte 35

Santé publique Ontario, Equity Indicators for Ontario Local Public Health Agencies, User Guide, 2016. Sur Internet (en anglais seulement) : http://nccdh.ca/images/uploads/comments/
Health_Equity_Indicators_for_Ontario_Local_Public_Health_Agencies_-_PHO.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page [35]

Notes en fin de texte 36

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée, Ligne directrice sur l'équité en matière de santé, 2018. Sur Internet : http://health.gov.on.ca/fr/pro/programs/publichealth/oph_standards/docs/protocols_guidelines/
Health_Equity_Guideline_2018_fr.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page [36]

Notes en fin de texte 37

Ministère de la Santé et du Mieux-être de la Nouvelle-Écosse, Nova Scotia Public Health Health Equity Protocol, sans date. Sur Internet : https://novascotia.ca/dhw/publichealth/documents/05-Health-Equity-Protocol.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page [37]

Notes en fin de texte 38

Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé, Améliorer la santé à Saskatoon : de l'information à l'action, 2012. Sur Internet : http://nccdh.ca/fr/resources/entry/casestudy-SK

Retour à la référence de la note de bas de page [38]

Notes en fin de texte 39

Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé, Apprendre par la pratique : l'équité dans la prévention de la grippe à Saskatoon, 2015. Sur Internet : http://nccdh.ca/fr/resources/entry/learning-from-practice-equity-in-influenza-prevention-in-saskatoon

Retour à la référence de la note de bas de page [39]

Notes en fin de texte 40

Médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Énoncé de position sur l'équité en santé du médecin hygiéniste en chef du Manitoba, 2018. Sur Internet : https://www.gov.mb.ca/health/cppho/docs/ps/health_equity.fr.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page [40]

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :