Chapitre 3 – Prévention - Mesures de prévention des piqûres et éducation en matière de paludisme : Recommandations canadienne pour la prévention et le traitement du paludisme (malaria)

Une déclaration d’un comité consultatif (DCC) du
Comité consultatif de la médecine tropicale et de la médecine des voyages (CCMTMV)

Mis à jour en 2017

Table des matières

Préambule

Le Comité consultatif de la médecine tropicale et de la médecine des voyages (CCMTMV) donne de façon continue à l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) des conseils opportuns de nature médicale, scientifique et sanitaire concernant les maladies infectieuses tropicales et les risques pour la santé associés aux voyages internationaux. L’ASPC reconnaît que les recommandations et les conseils formulés dans cette déclaration reposent sur les meilleures pratiques médicales et connaissances scientifiques actuellement accessibles et les diffuse dans le but d’informer les voyageurs ainsi que les professionnels de la santé qui sont appelés à leur prodiguer des soins.

Les personnes qui administrent ou utilisent des médicaments, des vaccins ou d’autres produits devraient bien connaître la monographie des produits, ainsi que toute autre norme ou instruction approuvée concernant leur usage. Les recommandations relatives à l’usage des produits et les autres renseignements présentés ici peuvent différer de ceux qui figurent dans la monographie ou toute autre norme ou instruction approuvée pertinente établie par les fabricants autorisés. Les fabricants font approuver leurs produits et démontrent l’innocuité et l’efficacité de ceux-ci uniquement lorsque ces produits sont utilisés conformément à la monographie ou à toute autre norme ou instruction approuvée semblable.

Encadré 1 : Conseils à l’intention des voyageurs

Les voyageurs peuvent grandement réduire leur risque de contracter le paludisme en utilisant des antipaludéens prophylactiques (veuillez consulter le chapitre 4) et des mesures de prévention des piqûres de moustiques. Afin d’optimiser la protection, les prestataires de soins de santé doivent mettre l’accent sur l’importance de suivre les recommandations en matière de prévention du paludisme, y compris la protection contre les piqûres de moustiques, au cours de la consultation avant le voyage.

Pour les patients qui contractent le paludisme, le diagnostic et le traitement précoces sont essentiels. (Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter les chapitres 6 et 7.) Avant de se rendre dans une région où le paludisme est endémique, tous les voyageurs devraient être informés que toute fièvre (d’étiologie inconnue) qui survient au cours du voyage et jusqu’à un an après le retour pourrait être attribuable au paludisme. En cas de fièvre, ils doivent se faire examiner par un médecin dans les plus brefs délais, qu’ils aient ou non suivi une chimioprophylaxie. De même, les prestataires de soins de santé devraient s’informer des antécédents de voyage des patients qui se présentent pour aider à poser le diagnostic adéquat.

Contexte

Les voyageurs peuvent utiliser un certain nombre d’interventions sécuritaires et efficaces afin de réduire le risque de contracter le paludisme. Leur utilité est toutefois limitée par une observance sous-optimale. Le présent chapitre porte sur l’éducation en matière de prévention du paludisme, ainsi que sur les valeurs et les préférences des voyageurs qui peuvent avoir une incidence sur l’observance des mesures préventives. Il fournit également un aperçu des mesures de protection individuelle contre les piqûres de moustiques. Des recommandations plus détaillées en matière de mesures de protection individuelle sont accessibles dans la Déclaration relative aux mesures de protection individuelle pour prévenir les piqûres ou morsures d’arthropodesRéférence 1 du Comité consultatif de la médecine tropicale et de la médecine des voyages (CCMTMV).

Méthodologie

Général

Le présent chapitre des lignes directrices du CCMTMV en matière de paludisme a été élaboré par un groupe de travail composé de bénévoles du CCMTMV. Les critères présentés dans la déclaration du CCMTMV quant au Processus fondée sur les preuves pour l’élaboration de lignes directrices et de recommandations liées à la médecine de voyage et à la médecine tropicaleRéférence 2 ont été utilisés afin de déterminer si une méthode GRADE (Grading of Recommendations, Assessment, Development and Evaluation) était nécessaire pour le présent chapitre. L’éducation en matière de paludisme et les interventions de protection contre les piqûres utilisent des approches qui n’ont pas de parallèles raisonnables (p. ex. il est insensé de conseiller aux voyageurs de ne pas utiliser d’interventions de prévention des piqûres lorsqu’elles sont indiquées) et qui présentent peu ou pas de risque d’effets néfastes ainsi que de possibles avantages importants (p. ex. utilisation de moustiquaires de lit et de répulsifs pour prévenir les piqûres). En outre, et plus précisément pour la protection contre les piqûres, le CCMTMV a déjà examiné les données probantes et publié une ligne directriceRéférence 1. Nous ne croyons pas que les efforts requis pour appliquer la méthode GRADE dans de telles circonstances en valent ses potentielles retombées; par conséquent, le comité a choisi d’élaborer des recommandations sans cette méthode ou de les fonder sur des lignes directrices existantes (c.-à-d. les méthodes de prévention des piqûres). Bien que prudente du point de vue de l’optimisation de ressources limitées, cette décision réduit notre capacité à effectuer des estimations quantitatives des avantages et des effets néfastes, par exemple l’avantage absolu d’une intervention ou le nombre de patients à traiter pour prévenir un cas de paludisme.

Le groupe de travail, avec l’aide du secrétariat, était responsable de la recherche, de la synthèse et de l’analyse documentaires, de la formulation de questions clés et des recommandations préliminaires ainsi que de la rédaction des chapitres. Le tableau 3.1 présente le résumé des recommandations en matière d’interventions formulées à partir des données probantes recueillies et des opinions d’experts.

Recherche documentaire systématique

Nous avons déterminé, au moyen de discussions et d’un consensus au sein du comité, une seule question clé pour laquelle une recherche documentaire systématique a été effectuée :

Quelles sont les valeurs et les préférences des voyageurs en matière de mesures de prévention du paludisme (p. ex. moustiquaires de lit, vêtements, moustiquaires aux fenêtres)?

On a recherché des données probantes pertinentes dans les bases de données suivantes : Ovid MEDLINE, Embase, PubMed, Cochrane et Scopus. L’annexe présente la version intégrale de la stratégie de recherche. Les études ont été incluses si l’examen des résumés révélait que les populations cibles comprenaient des voyageurs, que les interventions comprenaient des mesures individuelles visant à prévenir les piqûres de moustiques (la chimioprophylaxie a été exclue) et que les interventions visaient à réduire l’exposition aux moustiques infectés par le paludisme. Les données probantes tirées de résidents de régions où le paludisme est endémique ont été exclues, tout comme les fiches d’information, les études de cas ou les aperçus ciblant les voyageurs ou les cliniciens. Nous avons également utilisé une recherche systématique pour mettre à jour les données probantes en matière d’observance des recommandations en matière de prévention du paludisme.

Résultats

L’examen systématique a fourni 83 études. Après l’élimination des doublons et l’évaluation de la pertinence des titres et des résumés, nous avons examiné la pertinence de 34 articles en texte intégral. La plupart des études portaient sur les connaissances, les attitudes et les pratiques en matière de prévention du paludisme; cependant, elles ne fournissaient pas de données probantes précises liées aux valeurs et aux préférences des voyageurs en matière d’utilisation de mesures de prévention des piqûres pour se protéger du paludisme. Finalement, une seule étude liée aux valeurs et aux préférences des voyageurs a été retenue.

Valeurs et préférences

On a déterminé une seule étudeRéférence 3 évaluant précisément les valeurs et les préférences des voyageurs (dans les régions à risque faible ou modéré). Dans cette étude, les patients fréquentant une clinique de consultation avant le voyage ont eu l’occasion de remplir un questionnaire auto-administré. Dans le cadre de l’évaluation, chaque participant a reçu de l’aide à la prise de décision comprenant des renseignements sur le risque de paludisme et les risques associés à l’utilisation d’interventions préventives. L’aide à la prise de décision est décrite de façon plus détaillée dans une étude distincteRéférence 4. Les patients ont également reçu des renseignements sur les coûts liés aux approches préventives et ont dû choisir une option de prévention du paludisme parmi quatre (ne rien faire ne constituait pas une option). Les choix des patients variaient considérablement; 26 % d’entre eux ont choisi des mesures de prévention des piqûres seulement. Même si la qualité de ces données probantes est très faible (risque de biais très élevé, risque de caractère indirect très élevé Note de bas de page a), l’étude mettait en évidence que les valeurs et les préférences des patients pourraient être très divergentes en ce qui concerne les approches privilégiées en matière de prévention du paludisme lors de voyages dans des régions à risque faible ou modéréRéférence 3. Cela implique que les voyageurs informés prendront des décisions différentes en matière de prévention du paludisme lorsque le risque est relativement faible.

Observance, le point faible dans la prévention du paludisme

La non-observance des recommandations en matière de prévention du paludisme est fréquenteRéférence 5, Référence 6, Référence 7, Référence 8, Référence 9, Référence 10, Référence 11, Référence 12, Référence 13, Référence 14, Référence 15, Référence 16, Référence 17. Certains groupes semblent être à risque plus élevé de non-observance, par exemple : les grands randonneurs pédestres, les voyageurs qui n’ont pas l’intention a priori d’utiliser de telles recommandations, les voyageurs qui ne sont pas préoccupés par le paludisme, les immigrants qui retournent dans leur pays d’origine pour rendre visite à des amis et à des parents, les voyageurs faisant un séjour de longue durée et les voyageurs plus jeunesRéférence 5, Référence 6, Référence 7, Référence 8, Référence 9, Référence 18, Référence 19, Référence 20, Référence 21, Référence 22, Référence 23, Référence 24, Référence 25, Référence 26, Référence 27. Les raisons invoquées à l’appui de la non-observance sont variées; citons notamment le manque de connaissances en matière de paludisme et de sa prévention, la crainte ou l’expérience passée d’effets secondaires des médicaments antipaludéens, les fausses croyances en une immunité durable contre le paludisme qui aurait été acquise à la suite d’infections antérieures, le coût des médicaments, la confusion semée par des recommandations contradictoires, un oubli et le peu d’intérêt à prendre un antipaludéenRéférence 5, Référence 6, Référence 7, Référence 9, Référence 18, Référence 19, Référence 20, Référence 26, Référence 27, Référence 28.

Même si le problème de la non-observance est bien documenté, il existe peu de données probantes sur la façon d’améliorer l’observance. Certaines recherches ont indiqué que l’envoi de messages textes était un outil aidant à mieux comprendre les interventions contre le paludisme. Utilisés comme rappel pour les voyageurs, les messages textes n’ont pas permis d’améliorer l’observance dans le cadre d’une étudeRéférence 29, mais ils ont été temporairement associés à une réduction des déclarations de cas de paludisme dans le cadre d’une autre étudeRéférence 30. Les messages textes ont également été utilisés avec succès pour améliorer l’observance du traitement antipaludéen et les lignes directrices relatives à la prévention parmi les professionnels de la santéRéférence 31. D’autres facteurs s’étant avérés efficaces pour améliorer l’observance comprennent une consultation avant le voyageRéférence 18, Référence 25, Référence 32 et l’intention d’utiliser des mesures préventives avant le voyageRéférence 25.

Éducation

Les prestataires de soins de santé jouent un rôle clé dans l’éducation des voyageurs à propos des risques en matière de santé et de leur prévention, y compris le paludismeRéférence 33. À cette fin, les prestataires de soins de santé doivent approfondir et maintenir leurs connaissances en matière de paludisme afin de s’assurer de fournir des conseils à jour et appropriés à leurs patients. Les voyageurs devraient être informés des mesures de prévention ainsi que de l’importance du diagnostic et du traitement précoces (veuillez consulter l’encadré 1). De plus, les prestataires de soins de santé qui prodiguent des conseils en matière de paludisme doivent s’assurer de communiquer adéquatement les risques, à la fois du paludisme et des interventions utilisées pour le prévenir, étant donné que cela peut avoir une incidence sur la probabilité qu’un voyageur ait recours aux pratiques recommandées Référence 33.

Les voyageurs doivent être informés que la qualité des services de soins de santé à leur destination peut être différente de celle du Canada. Idéalement, les voyageurs prendront le temps, avant leur départ, de déterminer l’emplacement des établissements de soins de santé à leur destination, et ils envisageront de se procurer une assurance-maladie de voyage. Les prestataires de soins de santé peuvent recommander aux patients de consulter la page Web du gouvernement du Canada sur les maladies et les blessures à l’étrangerRéférence 34 pour obtenir de plus amples renseignements sur l’accès à de l’aide médicale au cours d’un voyage.

Prévention – Mesures de protection individuelle

Général

Ce sujet est abordé en détail dans la Déclaration relative aux mesures de protection individuelle pour prévenir les piqûres ou morsures d’arthropodes du CCMTMVRéférence 1. Le résumé du contenu de cette déclaration, y compris ses principales recommandations, est présenté ci-dessous.

Moustiques du paludisme

Seuls les moustiques anophèles transmettent le paludisme. Ces moustiques sont souvent plus actifs durant la soirée, et les plus efficaces piquent et se reposent lorsqu’ils sont à l’intérieur. Toutefois, certains vecteurs du paludisme peuvent et même préfèrent piquer lorsqu’ils sont à l’extérieur, et à différentes heures du jour, notamment en fin d’après-midi et aux premières heures du jour. Tout renseignement sur les principaux vecteurs du paludisme dans une région géographique donnée peut être utile pour l’élaboration de stratégies de gestion des risques. Par exemple, en sachant qu’A. albimanus, qui est un important vecteur présent dans certaines parties des Amériques, peut piquer tôt en soirée et souvent à l’extérieur, on peut souligner l’importance de prendre des mesures de prévention qui sont efficaces dans ce contexte, comme porter des vêtements traités aux insecticides et appliquer une lotion insectifuge.

De plus amples renseignements sur les vecteurs du paludisme et d’autres vecteurs sont fournis dans la Déclaration relative aux mesures de protection individuelle pour prévenir les piqûres ou morsures d’arthropodes du CCMTMV, tout particulièrement dans l’« Annexe 1 : Information sommaire sur les principaux arthropodes vecteurs » et ses référencesRéférence 1.

Mesures pour éviter les piqûres de moustiques du paludisme

Plusieurs mesures peuvent être prises avant de partir en voyage pour réduire les risques de paludisme. Le voyageur peut notamment planifier ses activités durant les périodes de la journée où le risque est réduit (pendant le jour ou en dehors de la saison du paludisme) ou se rendre dans des zones où la transmission est moins probable, par exemple dans les centres urbains. Idéalement, les voyageurs se préparent également eux-mêmes avant le voyage, en apprenant les interventions décrites ci-dessous et en se familiarisant avec celles-ci.

Lorsque le voyageur se trouve dans une région où le paludisme est endémique, il doit se concentrer sur la prévention des piqûres de moustiques. Les principales approches sont l’utilisation de barrières physiques ou chimiques. Elles ne sont pas mutuellement exclusives, mais sont souvent combinées en une seule intervention. Par exemple, l’utilisation d’une moustiquaire imprégnée d’un insecticide et le port de vêtements traités avec un insecticide constituent des barrières à la fois physiques et chimiques.

Barrières physiques

Il y a une panoplie de barrières physiques qui peuvent être utilisées pour diminuer le contact entre les vecteurs et leurs hôtes humains. Voici les approches recommandées :

  • Protéger les lieux de travail et d’hébergement en installant des moustiquaires aux portes, aux fenêtres et aux corniches (l’espace ouvert entre le toit et le mur) et en bouchant les trous dans les toits, les murs et les autres espaces du bâtiment, ce qui empêche les moustiques d’entrerRéférence 35, Référence 36, Référence 37.
  • Utiliser des moustiquaires de lit. En plus d’être une barrière chimique (voir ci-après), les moustiquaires de lit constituent une barrière physique contre les moustiques. Ils agissent aussi comme barrière contre d’autres bestioles comme les punaises, les rongeurs et les serpents.
  • Porter des vêtements appropriés. Des vêtements longs, amples et pâles peuvent aider à réduire l’exposition aux piqûres de moustiques. Idéalement, les manches devraient être déroulées et les extrémités du pantalon rentrées dans les basRéférence 38, Référence 39, Référence 40.

Barrières chimiques

Les barrières chimiques agissent de diverses façons, notamment en chassant les moustiques ou en les tuant. Voici les approches recommandées :

  • Utiliser des insectifuges topiques sur les régions cutanées exposéesRéférence 41, Référence 42. Les produits homologués au Canada qui renferment de 20 à 30 % de DEET ou 20 % d’icaridine devraient être le premier choix étant donné qu’ils peuvent fournir une protection de durée relativement longue. S’ils sont utilisés adéquatement, ces insectifuges fournissent une protection très élevée contre les piqûres d’insectes porteurs de paludisme et d’autres insectes (p. ex. > 90 %).
  • Les insectifuges qui contiennent du p-menthane-3,8-diol devraient être considérés comme des insectifuges topiques de deuxième choix pour les adultes et les enfants d’au moins trois ans.
  • Utiliser des moustiquaires de lit imprégnées d’insecticideRéférence 43.
  • Porter des vêtements traités au moyen d’un insecticide pour se protéger contre les piqûres de moustiques porteurs du paludisme ou d’autres vecteurs et arthropodesRéférence 44, Référence 45, Référence 46, Référence 47.

Autres interventions

Éviter les mesures qui sont inefficaces contre les moustiques porteurs du paludisme et d’autres vecteurs, ou dont l’efficacité n’a pas été démontrée de façon convaincante. Citons en exemple les dispositifs électroniques (à ultrasons)Référence 48, Référence 49, les bracelets, colliers et bandes aux chevilles imprégnés d’insectifuge topiqueRéférence 50, les dispositifs d’électrocutionRéférence 48, Référence 51, les pièges qui attirent les moustiques par l’odeur, le citrosa (plante d’intérieur ressemblant au géranium)Référence 52, Référence 53, Référence 54, la vitamine B1 administrée par voie oraleRéférence 55 et les hydratants pour la peau qui ne renferment pas d’insectifuge recommandé.

Recommandations

Les recommandations (tableau 3.1) n’ont pas été élaborées à l’aide de la méthode GRADE. Elles renferment plutôt des recommandations non fondées sur la méthode GRADE formulées dans d’autres lignes directrices du CCMTMV, qui reflètent le jugement des experts éclairé par la synthèse des données probantes et des déclarations concernant les bonnes pratiquesRéférence 2. Les recommandations sont résumées dans le tableau 3.1.

Les recommandations déterminent les interventions qui peuvent fournir une protection contre les piqûres, dont le potentiel d’effets nocifs graves est très faible et dont le coût d’utilisation est faible. Ces recommandations sont limitées par les éléments suivants :

  1. l’absence de données probantes directes indiquant que les interventions recommandées réduisent la probabilité de résultats importants pertinents pour les patients (p. ex. paludisme clinique) chez les voyageurs;
  2. le manque de données probantes relatives aux valeurs et aux préférences des voyageurs en matière d’utilisation de mesures de protection individuelle efficaces pour prévenir les piqûres, comme les insectifuges et les moustiquaires de lit;
  3. la cohérence relative des données probantes indiquant que l’observance des pratiques recommandées au sein des voyageurs est sous-optimale.

Synthèse des recommandations

  • Les prestataires de soins de santé devraient rappeler aux voyageurs l’importance de l’observance des mesures de prévention du paludisme, comme l’utilisation de la chimioprophylaxie et des mesures de prévention des piqûres.
  • Les prestataires de soins de santé devraient rappeler aux patients l’importance de se faire examiner par un médecin si une maladie fébrile d’étiologie inexpliquée survient au cours d’un voyage ou dans les 12 mois suivant le retour d’une région où le paludisme est endémique.
  • Les prestataires de soins de santé devraient s’informer des antécédents de voyage de tous les patients afin d’aider à confirmer (ou à écarter) le diagnostic potentiel de paludisme (et d’autres maladies associées aux voyages).
  • Les prestataires de soins de santé devraient approfondir et maintenir leurs connaissances de façon à être en mesure de fournir des conseils appropriés propres au voyageur en matière de prévention du paludisme.
  • Protéger les lieux de travail et d’hébergement contre l’entrée de moustiques en installant des moustiquaires aux portes, aux fenêtres et aux corniches (l’espace ouvert entre le toit et le mur), en bouchant les trous dans les toits, les murs et les autres espaces autour du bâtimentRéférence 35, Référence 36, Référence 37.
  • Porter des vêtements appropriés, c’est-à-dire des vêtements pleine longueur, amples et de couleur claire, dérouler les manches et rentrer les extrémités du pantalon dans les bas ou les bottesRéférence 38, Référence 39, Référence 40.
  • Utiliser des insectifuges topiques sur les régions cutanées exposéesRéférence 41, Référence 42. Les produits homologués au Canada qui renferment de 20 à 30 % de DEET ou 20 % d’icaridine devraient être le premier choix. Les insectifuges qui contiennent du p-menthane-3,8-diol devraient être considérés comme des insectifuges topiques de deuxième choix pour les adultes et les enfants d’au moins trois ans.
  • Utiliser des moustiquaires de lit imprégnées d’insecticideRéférence 43.
  • Porter des vêtements traités aux insecticidesRéférence 44, Référence 45, Référence 46, Référence 47.

Remerciements

Le présent chapitre a été préparé par S. Schofield et a été approuvé par le CCMTMV.

Références

Référence 1

Comité consultatif de la médecine tropicale et de la médecine des voyages. Déclaration relative aux mesures de protection individuelle pour prévenir les piqûres ou morsures d’arthropodes. Relevé des maladies transmissibles au Canada, vol. 38 (DCC-3), p. 1-18, 2012.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Référence 2

Comité consultatif de la médecine tropicale et de la médecine des voyages. Processus fondée sur les preuves pour l’élaboration de lignes directrices et de recommandations liées à la médecine de voyage et à la médecine tropicale. 2017; Accès : https://canada-preview.adobecqms.net/fr/sante-publique/services/publications/maladies-et-affections/processus-fondee-preuves-elaboration-lignes-directrices-recommandations-medecine-voyage-medicine-tropicale.html. Consulté le 9 janvier, 2018.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Référence 3

Voumard, R., Berthod, D., Rambaud-Althaus, C., D’Acremont, V., Genton, B. Recommendations for malaria prevention in moderate to low risk areas: Travellers’ choice and risk perception. Malar J 2015;14(1) (pagination):Arte Number: 139. ate of Pubaton: 01 Ar 2015.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Référence 4

Auer, R., Voumard, R., Benaroyo, L., Genton, B. Communication du risque en médecine des voyages. Rev Med Suisse, 6 mai 2015, vol.11, nº 473, p. 1006-1011.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Référence 5

Chatterjee, S. Compliance of malaria chemoprophylaxis among travelers to India. J Travel Med 1999 Mar;6(1): 7-11.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Référence 6

Laver, S.M., Wetzels, J., Behrens, R.H. Knowledge of malaria, risk perception, and compliance with prophylaxis and personal and environmental preventive measures in travelers exiting Zimbabwe from Harare and Victoria Falls International airport. J Travel Med 2001 Nov-Dec;8(6): 298-303.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Référence 7

Landry, P., Iorillo, D., Darioli, R., Burnier, M., Genton, B. Do travelers really take their mefloquine malaria chemoprophylaxis? Estimation of adherence by an electronic pillbox. J Travel Med 2006 Jan-Feb;13(1): 8-14.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Référence 8

Banerjee, D., Stanley, P.J. Malaria chemoprophylaxis in UK general practitioners traveling to South Asia. J Travel Med 2001 Jul-Aug;8(4): 173-175.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Référence 9

Molle, I., Christensen, K.L., Hansen, P.S., Dragsted, U.B., Aarup, M., Buhl, M.R. Use of medical chemoprophylaxis and antimosquito precautions in Danish malaria patients and their traveling companions. J Travel Med 2000 Sep-Oct;7(5): 253-258.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Référence 10

Pistone, T., Ezzedine, K., Gaudin, A.F., Hercberg, S., Nachbaur, G., Malvy, D. Malaria prevention behaviour and risk awareness in French adult travellers. Travel Med Infect Dis 2010 Jan;8(1): 13-21.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Référence 11

Ollivier, L., Michel, R., Carlotti, M.P., Mahem, P., Romand, O., Todesco, A., et al. Chemoprophylaxis compliance in a French battalion after returning from malaria-endemic area. J Travel Med 2008 Sep-Oct;15(5): 355-357.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Référence 12

Queyriaux, B., Texier, G., Ollivier, L., Galoisy-Guibal, L., Michel, R., Meynard, J.B., et al. Plasmodium vivax malaria among military personnel, French Guiana, 1998-2008. Emerg Infect Dis 2011 Jul;17(7): 1280-1282.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Référence 13

Unger, H.W., McCallum, A.D., Ukachukwu V, McGoldrick C, Perrow K, Latin G, et al. Imported malaria in Scotland–an overview of surveillance, reporting and trends. Trav Med Infect Dis 2011;9(6): 289-297.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Référence 14

Vliegenthart-Jongbloed, K., de Mendonca Melo, M., van Wolfswinkel, M.E., Koelewijn, R., van Hellemond, J.J., van Genderen, P.J. Severity of imported malaria: protective effect of taking malaria chemoprophylaxis. Malar J 2013;12: 265.

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Référence 15

Siikamaki, H., Kivela, P., Lyytikainen, O., Kantele, A. Imported malaria in Finland 2003-2011: prospective nationwide data with rechecked background information. Malar J 2013 Mar 14;12: 93-2875-12-93.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Référence 16

Luthi, B., Schlagenhauf, P. Risk factors associated with malaria deaths in travellers: a literature review. Travel Med Infect Dis 2015 Jan-Feb;13(1): 48-60.

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Référence 17

Angelin, M., Evengård, B., Palmgren, H. Travel health advice: Benefits, compliance, and outcome. Scand J Infect Dis 2014 June 2014;46(6): 447-453.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Référence 18

Lobel, H.O., Baker, M.A., Gras, F.A., Stennies, G.M., Meerburg, P., Hiemstra, E., et al. Use of malaria prevention measures by North American and European travelers to East Africa. J Travel Med 2001 Jul-Aug;8(4): 167-172.

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Référence 19

Leonard, L., VanLandingham, M. Adherence to travel health guidelines: the experience of Nigerian immigrants in Houston, Texas. J Immigr Health 2001 Jan;3(1): 31-45.

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Référence 20

Morgan, M., Figueroa-Muñoz, J.I. Barriers to uptake and adherence with malaria prophylaxis by the African community in London, England: focus group study. Ethn Health 2005 Nov;10(4): 355-372.

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Référence 21

Alon, D., Shitrit, P., Chowers, M. Risk behaviors and spectrum of diseases among elderly travelers: A comparison of younger and older adults. J Travel Med 2010; 17(4): 250-255.

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Référence 22

Toovey, S., Moerman, F., Van Gompel, A. Special infectious disease risks of expatriates and long-term travelers in tropical countries. Part II: Infections other than malaria. J Travel Med 2007 January/February 2007;14(1): 50-60.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Référence 23

Baggett, H.C., Graham, S., Kozarsky, P.E., Gallagher, N., Blumensaadt, S., Bateman, J., et al. Pretravel health preparation among US residents traveling to India to VFRs: Importance of ethnicity in defining VFRs. J Travel Med 2009 March-April 2009;16(2): 112-118.

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Référence 24

Piyaphanee, W., Wattanagoon, Y., Silachamroon, U., Mansanguan, C., Wichianprasat, P., Walker, E. Knowledge, attitudes, and practices among foreign backpackers toward malaria risk in southeast Asia. J Travel Med 2009 Mar-Apr;16(2): 101-106.

Retour à la référence de la note de bas de page 24

Référence 25

Goldstein, I., Grefat, R., Ephros, M., Rishpon, S. Intent-to-adhere and adherence to malaria prevention recommendations in two travel clinics. J Travel Med 2015;22(2): 130-132.

Retour à la référence de la note de bas de page 25

Référence 26

Sagui, E., Resseguier, N., Machault, V., Ollivier, L., Orlandi-Pradines, E., Texier, G., et al. Determinants of compliance with anti-vectorial protective measures among non-immune travellers during missions to tropical Africa. Malar J 2011;10: 232.

Retour à la référence de la note de bas de page 26

Référence 27

Schofield, S., Crane, F., Tepper, M. Good interventions that few use: Uptake of insect bite precautions in a group of Canadian Forces personnel deployed to Kabul, Afghanistan. Mil Med 2012;177(2): 209-215.

Retour à la référence de la note de bas de page 27

Référence 28

Brisson, M., Brisson, P. Compliance with antimalaria chemoprophylaxis in a combat zone. Am J Trop Med Hyg 2012 Apr;86(4): 587-590.

Retour à la référence de la note de bas de page 28

Référence 29

Ollivier, L., Romand, O., Marimoutou, C., Michel, R., Pognant, C., Todesco, A., et al. Use of short message service (SMS) to improve malaria chemoprophylaxis compliance after returning from a malaria endemic area. Malar J 2009 Oct 23;8: 236.

Retour à la référence de la note de bas de page 29

Référence 30

Scott, W., Weina, P.J. Texting away malaria: a new alternative to directly observed therapy. Mil Med 2013;178(2): e255-e259.

Retour à la référence de la note de bas de page 30

Référence 31

Zurovac, D., Sudoi, R.K., Akhwale, W.S., Ndiritu, M., Hamer, D.H., Rowe, A.K., et al. The effect of mobile phone text-message reminders on Kenyan health workers’ adherence to malaria treatment guidelines: a cluster randomised trial. The Lancet 2011;378(9793): 795-803.

Retour à la référence de la note de bas de page 31

Référence 32

Tafuri, S., Guerra, R., Gallone, M.S., Cappelli, M.G., Lanotte, S., Quarto, M., et al. Effectiveness of pre-travel consultation in the prevention of travel-related diseases: a retrospective cohort study. Trav Med Infect Dis 2014;12(6): 745-749.

Retour à la référence de la note de bas de page 32

Référence 33

Muller, J.M., Simonet, A.L., Binois, R., Muggeo, E., Bugnon, P., Liet, J., et al. The respect of recommendations provided in an international travelers’ medical service: far from the cup to the lips. J Travel Med 2013 Mar-Apr;20(2): 78-82.

Retour à la référence de la note de bas de page 33

Référence 34

Gouvernement du Canada. Maladie ou blessure. 2016. Accès : https://voyage.gc.ca/assistance/info-d-urgence/malade-blesse (consulté le 20 février 2017).

Retour à la référence de la note de bas de page 34

Référence 35

Lindsay S.W., Jawara, M., Paine, K., Pinder, M., Walraven, G.E.L., Emerson, P.M. Changes in house design reduce exposure to malaria mosquitoes. Trop Med Int Health 2003;8(6): 512-517.

Retour à la référence de la note de bas de page 35

Référence 36

Lindsay, S.W., Emerson, P.M., Charlwood, J.D. Reducing malaria by mosquito-proofing houses. Trends Parisitol 2002;18(11): 510-514.

Retour à la référence de la note de bas de page 36

Référence 37

Njie, M., Dilger, E., Lindsay, S., Kirby, M. Importance of eaves to house entry by anopheline, but not culicine, mosquitoes. J Med Entomol 2009;46(3): 505-510.

Retour à la référence de la note de bas de page 37

Référence 38

Christophers, S.R. Mosquito repellents; being a report of the work of the mosquito repellent inquiry, Cambridge, 1943-5. J Hyg 1947;45(2): 176-231.

Retour à la référence de la note de bas de page 38

Référence 39

Schoepke A, Steffen R, Gratz N. Effectiveness of personal protection measures against mosquito bites for malaria prophylaxis in travelers. J Travel Med 1998;5(4): 188-192.

Retour à la référence de la note de bas de page 39

Référence 40

Joy, R.J.T. Malaria in American troops in the South and Southwest Pacific in World War II. Med Hist 1999;43(02): 192-207.

Retour à la référence de la note de bas de page 40

Référence 41

Maia, M., Moore, S. Plant-based insect repellents: a review of their efficacy, development and testing. Malar J 2011;10: S11.

Retour à la référence de la note de bas de page 41

Référence 42

Moore, S.J., Debboun, M. History of insect repellents. In Debboun, M., Francis, S., Strickman, D.A., editors. Insect repellents: principles, methods and uses. 1st ed.: CRC Press; 2006. p. 3-29.

Retour à la référence de la note de bas de page 42

Référence 43

Lengeler, C. Insecticide-treated bed nets and curtains for preventing malaria. Cochrane Database Syst Rev 2004;2(CD000363).

Retour à la référence de la note de bas de page 43

Référence 44

Schreck, C.E., Haile, D.G., Kline, D.L. The effectiveness of permethrin and deet, alone or in combination, for protection against Aedes taeniorhynchus. Am J Trop Med Hyg 1984;33(4): 725-730.

Retour à la référence de la note de bas de page 44

Référence 45

Schreck, C.E., Posey, K., Smith, D. Durability of permethrin as a potential clothing treatment to protect against blood-feeding arthropods. J Econ Entomol 1978;71(3): 397-400.

Retour à la référence de la note de bas de page 45

Référence 46

Vaughn, M.F., Meshnick, S.R. Pilot study assessing the effectiveness of long-lasting permethrin-impregnated clothing for the prevention of tick bites. Vector Borne Zoonotic Dis 2011;11(7): 869-875.

Retour à la référence de la note de bas de page 46

Référence 47

Soto, J., Medina, F., Dember, N., Berman, J. Efficacy of Permethrin-Impregnated Uniforms in the Prevention of Malaria and Leishmaniasis in Colombian Soldiers. Clin Infect Dis 1995 Sep.;21(3): 599-602.

Retour à la référence de la note de bas de page 47

Référence 48

Surgeoner, G.A., Helson, B.V. A field evaluation of electrocutors for mosquito control in southern Ontario. Proc Ent Soc Ont 1977;108: 53-57.

Retour à la référence de la note de bas de page 48

Référence 49

Enayati, A.A., Hemingway, J., Garner, P. Electronic mosquito repellents for preventing mosquito bites and malaria infection. Cochrane Database Syst Rev 2007;(2):CD005434.

Retour à la référence de la note de bas de page 49

Référence 50

Fradin, M.S., Day, J.F. Comparative Efficacy of Insect Repellents against Mosquito Bites. N Engl J Med 2002 07/04;347(1): 13-18.

Retour à la référence de la note de bas de page 50

Référence 51

Nasci, R.S., Harris, C.W., Porter, C.K. Failure of an insect electrocuting device to reduce mosquito biting. Mosq News 1983;43(2):180-184.

Retour à la référence de la note de bas de page 51

Référence 52

Jensen, T., Lampman,.R, Slamecka, M.C., Novak, R.J. Field efficacy of commercial antimosquito products in Illinois. J Am Mosq Control Assoc 2000;16(2):148-52.

Retour à la référence de la note de bas de page 52

Référence 53

Matsuda, B.M., Surgeoner, G.A., Heal, J.D., Tucker, A.O., Maciarello, M.J. Essential oil analysis and field evaluation of the citrosa plant “Pelargonium citrosum” as a repellent against populations of Aedes mosquitoes. J Am Mosq Control Assoc 1996 Mar;12(1): 69-74.

Retour à la référence de la note de bas de page 53

Référence 54

Cilek, J.E., Schreiber, E.T. Failure of the “mosquito plant”, Pelargonium x citrosumvan Leenii’, to repel adult Aedes albopictus and Culex quinquefasciatus in Florida. J Am Mosq Control Assoc 1994;10(4): 473-476.

Retour à la référence de la note de bas de page 54

Référence 55

Khan, A.A., Maibach, H.I., Strauss, W.G., Fenley, W.R. Vitamin B1 is not a systemic mosquito repellent in man. Trans St Johns Hosp Dermatol Soc 1969;55(1): 99-102

Retour à la référence de la note de bas de page 55

Notes de bas de page

Notes de bas de page a

Risque très élevé que l'échantillon de l'étude ne soit pas représentatif; risque très élevé que la mesure de l'exposition (p. ex. outils visuels) ne soit pas fiable; vérification de l'exposition et des résultats probablement incomplète (c.-à-d. méthodologie non validée, estimations des risques prises en compte potentiellement inadéquates). Veuillez consulter la référence (2) pour obtenir une description de l'approche du CCMTMV en matière d'évaluation des données probantes.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Annexes

Annexe 1 : Stratégie de recherche

Question de recherche documentaire

Quelles sont les valeurs et les préférences des voyageurs en matière de mesures de prévention du paludisme (p. ex. moustiquaires de lit, vêtements, moustiquaires aux fenêtres)?

Embase, de 2009 au 10 mars 2016 [Recherche (Résultats)]

  1. (Plasmodium ovale malaria/pc ou malaria falciparum/pc ou malaria/pc ou Plasmodium knowlesi malaria/pc ou Plasmodium vivax malaria/pc) et (prophylaxis/ ou prevention/ ou “prevention and control”/ ou malaria control/) (2 976)
  2. (malaria adj (prophylaxis ou prevent*)).ti. (804)
  3. malaria prophylaxis.ab. /freq=2 (68)
  4. malaria prevent*.ab. /freq=2 (176)
  5. ou/1-4 (3 647)
  6. ((travel* ou tour* ou visit* ou sightseer) adj4 (option ou favo?r ou prefer* ou deci* ou select* ou inclin* ou value* ou pick* ou alternative ou adhere* ou determin* ou choice ou chose ou choose)).mp. (7 135)
  7. (decision making/ ou perception/ ou high risk behavior/ ou attitude to health/) et travel/ (856)
  8. 6 ou 7 (7 931)
  9. 5 et 8 (44)
  10. limit 9 to ((english ou french) et yr=“2009 -Current”) (24)

Ovid MEDLINE(R) In-Process & Other Non-Indexed Citations, Ovid MEDLINE(R) Daily et Ovid MEDLINE(R), de 2009 au 10 mars 2016 [Recherche (Résultats)]

  1. *malaria/pc ou *malaria, cerebral/pc ou *malaria, falciparum/pc ou *malaria, vivax/pc (8 532)
  2. (malaria adj (prophylaxis ou prevent*)).ti. (593)
  3. (malaria adj (prophylaxis ou prevent*)).ab. /freq=2 (225)
  4. ou/1-3 (8 696)
  5. ((travel* ou tour* ou visit* ou sightseer) adj4 (option ou favo?r ou prefer* ou deci* ou select* ou inclin* ou value* ou pick* ou alternative ou adhere* ou determin* ou choice ou chose ou choose)).mp. (4 955)
  6. (Health Knowledge, Attitudes, Practice/ ou decision making/ ou risk taking/ ou risk factors/ ou attitude to health/ ou perception/) et travel/ (2 726)
  7. 5 ou 6 (7 574)
  8. 4 et 7 (187)
  9. limit 8 to (yr=“2009 -Current” et (english ou french)) (52)

PubMed, du 1er janvier 2009 au 10 mars 2016 [Recherche (Résultats)]

((travel*[Titre/Résumé] OU tour*[Titre/Résumé] OU visit*[Titre/Résumé]) ET ((“malaria prophylaxis”[Titre/Résumé] OU “malaria prevent*”[Titre/Résumé]) OU (“Malaria/pc”[Mesh] OU “Malaria, Vivax/pc”[Mesh] OU “Malaria, Cerebral/pc”[Mesh] OU “Malaria, Falciparum/pc”[Mesh])) ET ((nets[Titre/Résumé] OU netting[Titre/Résumé] OU net[Titre/Résumé] OU “ITN”[Titre/Résumé] OU “LLIN”[Titre/Résumé] OU repellent[Titre/Résumé] OU insecticide[Titre/Résumé] OU cloth*[Titre/Résumé] OU air condition*[Titre/Résumé] OU screen*[Titre/Résumé] OU dusk[Titre/Résumé]) OU ((“health, attitude to”[Mesh] OU “attitude to health”[Mesh] OU “risk taking”[Mesh] OU “decision making”[Mesh]) ET (“*travel”[Mesh]))) ET (option[Titre/Résumé] OU favour[Titre/Résumét] OU favor[Titre/Résumé] OU prefer*[Titre/Résumé] OU deci*[Titre/Résumé] OU select*[Titre/Résumé] OU inclin*[Titre/Résumé] OU value*[Titre/Résumé] OU pick*[Titre/Résumé] OU alternative [Titre/Résumé] OU adhere*[Titre/Résumé] OU determin*[Titre/Résumé] OU choice OU chose OU choose)) ET ((“2009/01/01”[PDat] : “2016/12/31”[PDat])) (12)

Cochrane, de 2009 au 10 mars 2016 [Recherche (Résultats)]

  1. Descripteur de MeSH : [Malaria] ce terme uniquement et accompagné de qualificatifs : [Prevention & control - PC] (431)
  2. Descripteur de MeSH : [Malaria, Falciparum] ce terme uniquement et accompagné de qualificatifs : [Prevention & control - PC] (330)
  3. Descripteur de MeSH : [Malaria, Cerebral] ce terme uniquement et accompagné de qualificatifs : [Prevention & control - PC] (2)
  4. Descripteur de MeSH : [Malaria, Vivax] ce terme uniquement et accompagné de qualificatifs : [Prevention & control - PC] (55)
  5. #1 ou #2 ou #3 ou #4 (766)
  6. “malaria prophylaxis” ou “malaria prevent*”:ti,ab,kw (les variations de mots ont été recherchées) (216)
  7. #5 ou #6 (895)
  8. Descripteur de MeSH : [Attitude to Health] ce terme uniquement (2 806)
  9. Descripteur de MeSH : [Risk-Taking] ce terme uniquement (1 090)
  10. Descripteur de MeSH : [Decision Making] ce terme uniquement (1 955)
  11. #8 ou #9 ou #10 (5 673)
  12. Descripteur de MeSH : [Travel] ce terme uniquement (294)
  13. #11 et #12 (2)
  14. nets ou netting ou net ou “ITN” ou “LLIN” ou repellent ou insecticide ou cloth* ou air condition* ou screen* ou dsuk:ti,ab,kw (les variations de mots ont été recherchées) (33 938)
  15. option ou favour ou favor ou prefer* ou deci* ou select*OU inclin* ou value* ou pick* ou alternative ou adhere* ou determin* ou choice ou chose ou choose:ti,ab,kw (les variations de mots ont été recherchées) (280 470)
  16. #14 et #15 (14 771)
  17. #13 ou #16 (14 772)
  18. #7 et #17 Année de publication de 2009 à 2016 (49)

Scopus, de 2010 au 10 mars 2016 [Recherche (Résultats)]

(TITLE-ABS-KEY ( malaria PRE/0 ( prophylaxis OU prevent* ) ) ) ET ( TITLE-ABS-KEY ( ( travel* OU tour* OU visit* OU sightseer ) W/4 ( option OU favo?r OU prefer* OU deci* OU select* OU inclin* OU value* OU pick* OU alternative OU adhere* OU determin* OU choice OU chose OU choose ) ) ) ET ( LIMIT-TO ( PUBYEAR, 2016 ) OU LIMIT-TO ( PUBYEAR, 2015 ) OU LIMIT-TO ( PUBYEAR, 2014 ) OU LIMIT-TO ( PUBYEAR, 2013 ) OU LIMIT-TO ( PUBYEAR, 2012 ) OU LIMIT-TO ( PUBYEAR, 2011 ) OU LIMIT-TO ( PUBYEAR, 2010 ) ) (23)

  • Table des matières
  • Signaler un problème ou une erreur sur cette page
    Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

    Merci de votre aide!

    Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

    Date de modification :