Résumé de la déclaration du CCNI du 5 avril 2022 : Orientations initiales sur la deuxième dose de rappel des vaccins contre la COVID-19 au Canada

Date de publication: 5 avril 2022

Sur cette page

Télécharger en format PDF
(497 KB, 5 pages)

Organisation : Agence de la santé publique du Canada

Publiée : 2022-04-05

Aperçu

  • Le 5 avril 2022, l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a publié les orientations initiales du Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) sur l'utilisation des deuxièmes doses de rappel d'un vaccin contre la COVID-19 au Canada. Ces orientations sont fondées sur les données probantes actuelles et l'opinion d'expert du CCNI.
  • L'activité de la COVID-19 au Canada continue de changer au fur et à mesure que les mesures de santé publique sont levées et que des variants continuent d'émerger et de circuler. Le CCNI continue de souligner l'importance de terminer une série primaire de vaccins avec un vaccin à ARNm autorisé et de recevoir une dose de rappel d'un vaccin à ARNm autorisé dès qu'il vous est recommandé de le faire.
  • Lors de l'élaboration des orientations initiales sur l'utilisation des deuxièmes doses de rappel, le CCNI a examiné les données probantes disponibles sur la durée de la protection conférée par une première dose de rappel de vaccin contre la COVID-19 et sur la sécurité et l'efficacité réelle d'une deuxième dose de rappel de vaccin contre la COVID-19. Le CCNI a également pris en compte l'épidémiologie de la COVID-19 au Canada et les facteurs de risque associés aux conséquences sévères de la maladie (p. ex., l'âge avancé).

Dans le contexte où la protection contre la maladie sévère décroit potentiellement au fil du temps écoulé après la première dose de rappel et/ou il existe un risque d'évasion immunitaire posé par des variants préoccupants à transmissibilité élevée et pouvant causer une maladie sévère :

  • Le CCNI recommande aux administrations de se préparer au déploiement rapide d'une deuxième dose de rappel de vaccins contre la COVID-19 dans les semaines à venir avec priorisation des populations ci-dessous vu que la surveillance et l'évaluation attentives suggèrent des tendances inquiétantes dans l'évolution de la pandémie de COVID-19.
    1. Adultes de 80 ans et plus vivant dans la collectivité
    2. Résidents en établissements de soins de longue durée ou dans d'autres milieux de vie collectifs pour aînés
    3. Bien que le plus grand bénéfice soit attendu chez les adultes de 80 ans et plus, les administrations peuvent également envisager d'offrir une deuxième dose de rappel de COVID-19 aux adultes de 70 à 79 ans vivant dans la collectivité.
  • En général, les administrations devraient viser à fournir une dose de rappel 6 mois après la réception de la dose précédente. Cependant, cet intervalle de 6 mois doit être évalué en fonction de l'épidémiologie locale et du moment. Les dates d'infections récentes du SRAS-CoV-2 devront également être prises en compte, lorsqu'indiqué.
  • Une deuxième dose de rappel peut être envisagée également chez les adultes âgés de moins de 70 ans issus des communautés de Premières Nations, Inuits ou Métis – ou y vivant - ; et ce, en collaboration avec les partenaires de soins de santé et de santé publique.
  • Le CCNI réexamine actuellement ses recommandations concernant les premières doses de rappel du vaccin contre la COVID-19 pour les jeunes adultes (moins de 50 ans) et les adolescents de 12 à 17 ans, et publiera une déclaration à ce sujet avec un avis mis à jour dans les semaines à venir.

Pour le texte complet de la déclaration, y compris les données probantes à l'appui et sa justification, voir la Déclaration du CCNI : Orientations initiales sur la deuxième dose de rappel d'un vaccin contre la COVID-19 au Canada.

Pour de plus amples informations sur les recommandations du CCNI concernant l'utilisation des vaccins contre la COVID-19, voir le chapitre « Vaccin contre la COVID-19 » du Guide canadien d'immunisation (GCI), ainsi que des déclarations supplémentaires sur le site du CCNI.

Ce que vous devez savoir

  • Le 5 avril 2022, l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a publié les orientations initiales du Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) sur l'utilisation de deuxièmes doses de rappel d'un vaccin contre la COVID-19 au Canada. Ces orientations sont fondées sur les données probantes actuelles et l'opinion d'expert du CCNI.
  • Les indicateurs épidémiologiques de la COVID-19 varient au Canada, certaines régions notant une augmentation de son activité. On peut s’attendre à une vigueur accrue de la maladie par suite de la levée de mesures de santé publique et de la propagation du très transmissible variant préoccupant Omicron BA.2.
  • Les recommandations du CCNI sur l'utilisation des deuxièmes doses de rappel d'un vaccin contre la COVID-19 sont fondées sur des données probantes concernant la nécessité (p. ex., diminution de l'efficacité du vaccin au fil du temps) et les avantages (sécurité et efficacité réelle) d'une deuxième dose de rappel en contexte canadien.
  • Selon les données probantes, la protection contre la maladie sévère et l’hospitalisation dues à la COVID-19 est plus élevée chez les personnes qui ont reçu une première dose de rappel que chez celles n'ayant reçu qu'une série primaire de vaccins. On dispose de peu de données probantes sur la durée de la protection conférée par une première dose de rappel, les études suggérant une certaine diminution au fil du temps.
  • Certaines administrations ont déjà proposé une deuxième dose de rappel à des groupes particuliers à haut risque, notamment les résidents d'établissements de soins de longue durée. D'après des données préliminaires, l'administration d'une deuxième dose de rappel confère une protection supplémentaire, y compris contre les formes sévères de la maladie.
  • Les données préliminaires suggèrent que la sécurité d'une deuxième dose de rappel d'un vaccin à ARNm contre la COVID-19 est comparable à celle des doses précédentes. Les données de sécurité canadiennes et internationales suggèrent qu'une deuxième dose de rappel est bien tolérée et qu'il n'y a pas de signaux de sécurité supplémentaires.
  • Le CCNI recommande de prioriser les personnes de 80 ans et plus vivant dans la collectivité ainsi que les résidents d'établissements de soins de longue durée et d'autres milieux de vie collectifs pour les ainés, car ils risquent davantage de subir les conséquences sévères causées par la COVID-19.
  • Des programmes d'administration d'une deuxième dose de rappel pour d'autres groupes à haut risque et pour le grand public pourraient se révéler nécessaires si les données suggèrent des tendances inquiétantes de la pandémie COVID-19.
  • Les provinces et territoires peuvent se référer à la déclaration complète du CCNI afin de connaître les options vaccinales possibles et les facteurs à prendre en compte lorsqu'il s'agit de déterminer la nécessité et les avantages des programmes de doses de rappel dans diverses populations.
  • Pour l'instant, les recommandations concernant les deuxièmes doses de rappel du vaccin contre la COVID-19 ne sont pas officiellement approuvées, leur utilisation n'étant pas actuellement autorisée par Santé Canada.
  • Le CCNI continuera de surveiller les données probantes émergentes sur la nécessité et les bienfaits des deuxièmes doses de rappel du vaccin contre la COVID-19 et mettra à jour ses orientations, si nécessaire.

Pour le texte complet de la déclaration, incluant les données probantes à l'appui et sa justification, voir la Déclaration du CCNI : Orientations initiales sur la deuxième dose de rappel d'un vaccin contre la COVID-19 au Canada.

Pour de plus amples informations sur les recommandations du CCNI concernant l'utilisation des vaccins contre la COVID-19, voir le chapitre « Vaccin contre la COVID-19 » du Guide canadien d'immunisation (GCI), ainsi que des déclarations supplémentaires sur le site du CCNI.

Citations

« Le CCNI a examiné les données probantes les plus récentes sur les deuxièmes doses de rappel d'un vaccin contre la COVID-19 chez les ainés. De telles doses de rappel offrent une protection importante contre la maladie sévère causée par la COVID-19, alors que la protection de la première dose de rappel diminue et que le variant préoccupant BA.2 se propage. Il pourrait se révéler nécessaire pour les provinces et territoires de considérer l'usage de deuxièmes doses de rappel dans certains milieux; c’est qu’une surveillance et évaluation étroites suggèrent des tendances inquiétantes dans la trajectoire de la pandémie en raison de la levée de mesures de santé publique et de la circulation du très transmissible variant préoccupant Omicron BA.2. Le bienfait le plus important des deuxièmes doses de rappel est attendu dans les établissements de soins de longue durée, les milieux de vie collectifs pour ainés et chez les personnes de 80 ans et plus vivant dans la collectivité; néanmoins, les administrations peuvent choisir d'offrir une deuxième dose de rappel d'un vaccin contre la COVID-19 aux adultes de 70 à 79 ans vivant dans la collectivité.

Au fur et à mesure que les mois de printemps et d'été approchent, le CCNI continuera à examiner les données probantes émergentes tandis que les administrations suivront de près l'épidémiologie. À l’heure actuelle, le déploiement à grande échelle d'une deuxième dose de rappel dans la population générale n'est pas nécessaire pour soutenir l'objectif principal du programme, qui consiste à prévenir les maladies sévères. Cependant, la planification future devra tenir compte du fait que des rappels supplémentaires pourraient se révéler nécessaires pour des groupes particuliers à l'automne 2022 ou plus tôt si une surveillance étroite suggère des tendances plus inquiétantes dans la pandémie de COVID-19. »

Dre Robyn Harrison, vice-présidente du CCNI

« L'activité de la COVID-19 continue d'être observée dans l’ensemble du pays. Certaines régions rapportent une augmentation récente de sa transmission, qui fait suite à la levée de certaines mesures de santé publique. Alors que le virus de la COVID-19 continue à circuler et à évoluer, nous devons songer à l’avenir et nous préparer à de nouveaux variants préoccupants potentiels ou encore à de nouvelles vagues de la pandémie.

Les directives initiales du CCNI sur l'utilisation des deuxièmes doses de rappel des vaccins contre la COVID-19 aideront les provinces et territoires à décider quand lancer ces programmes de vaccination dans différentes populations selon un ordre de priorité et en fonction de l'épidémiologie locale et de circonstances spécifiques. D’après les données préliminaires, une deuxième dose de rappel du vaccin peut offrir une protection supplémentaire contre l'infection, la maladie sévère, l'hospitalisation et le décès. À l'heure actuelle, nous nous attendons à ce que des groupes à haut risque particuliers profitent le plus d’une deuxième dose de rappel; nous songeons ici aux résidents d'établissements de soins de longue durée et aux ainés de 80 ans et plus qui vivent dans la collectivité. Pendant que le CCNI poursuit son examen, il continue à recommander aux adultes de recevoir une série primaire de vaccins et une première dose de rappel avec un vaccin à ARNm autorisé. Maintenir à jour sa vaccination contre la COVID-19, voilà l'un des meilleurs moyens de se protéger et de protéger notre milieu contre la COVID-19. De cette façon, nous réduirons collectivement l'impact de futures vagues. Aussi, je remercie le CCNI de continuer à fournir des conseils d'experts en temps opportun pour aider à protéger la santé des Canadiens. »

Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :