Chlamydiose

La chlamydiose est l'infection transmissible sexuellement (ITS) la plus couramment signalée au Canada. Lorsqu'elle n'est pas traitée, elle peut entraîner des problèmes de santé douloureux et la stérilité.

Après avoir été en baisse pendant de nombreuses années, le taux de chlamydiose augmente de façon régulière depuis 1997. L'augmentation du taux de cette infection bactérienne est attribuable, en partie, à l'amélioration des tests de laboratoire et de dépistage, et au défaut d'adopter régulièrement des pratiques sexuelles sécuritaires. Au Canada,  la chlamydiose touche disproportionnellement les jeunes et les jeunes adultes sexuellement actifs, en particulier les femmes âgées entre 15 et 24 ans.

La chlamydiose se transmet par des relations vaginales, anales et orales et peut aussi être transmise par la mère à son enfant au cours de l'accouchement. Elle est connue sous le nom de « maladie silencieuse », car plus de 50 % des hommes infectés et 70 % des femmes infectées n'ont pas de symptômes et ignorent qu'ils en sont atteints.

La seule façon de savoir avec certitude si l'on est atteint de chlamydiose consiste à subir un test de dépistage. On diagnostique l'infection notamment en procédant à une analyse d'urine ou en prélevant des d'échantillons dans la région touchée et on la traite par des antibiotiques.

Symptômes de la chlamydiose

Comme on le mentionne plus haut, la majorité des personnes infectées ne présentent aucun symptôme et peuvent donc ne pas savoir qu'elles sont infectées, à moins de subir un test. Pour les femmes, les symptômes peuvent être les suivants :

  • écoulement vaginal
  • sensation de brûlure à la miction (action d'uriner)
  • douleurs abdominales basses, s'accompagnant parfois de fièvre et de frissons
  • douleurs au moment des relations sexuelles
  • saignements vaginaux entre les règles ou après des relations sexuelles

Pour les hommes, les symptômes peuvent être les suivants :

  • écoulement urétral
  • sensation de brûlure à la miction (action d'uriner)
  • sensation de brûlure ou de démangeaison à l'ouverture de l'urètre
  • douleur ou enflure aux testicules

La chlamydiose peut infecter le rectum tant chez l'homme que chez la femme. Les symptômes d'une infection anale comprennent les douleurs rectales, les saignements et les écoulements. Les personnes infectées par des relations orales ne présentent habituellement aucun symptôme. Une infection oculaire peut se produire au contact  de sécrétions génitales infectées.Les symptômes se manifestent en règle générale de deux à six semaines après l'infection, mais ils peuvent être plus longs à apparaître. Toutefois, même en l'absence de symptômes, l'infection peut avoir été transmise et peut causer de graves problèmes de santé et l'infertilité, surtout chez les femmes. Par conséquent, toute personne à risque devrait subir un test.

Risques pour la santé associés à la chlamydiose

Chez jusqu'à 40 % des femmes infectées, une chlamydiose non traitée peut entraîner une atteinte inflammatoire pelvienne (AIP). Les effets d'une AIP peuvent inclure des douleurs abdominales, de la fièvre, des abcès internes, des douleurs pelviennes persistantes et une cicatrisation des trompes de Fallope, qui peut causer une infertilité et accroître le risque de grossesses ectopiques ou tubaires pouvant mettre en danger la vie de la femme.

Chez les hommes, les risques peuvent inclure une cicatrisation de l'urètre, rendant la miction difficile, et provoquant occasionnellement une infertilité. Chez les deux sexes, il arrive, dans de rares cas, que l'infection gagne les articulations et provoque de l'inflammation et de l'enflure, un type d'arthrite appelé syndrome Reiter.

Si une femme enceinte est atteinte de chlamydiose, son enfant risque de naître prématurément ou de développer une conjonctivite ou une pneumonie.

Réduire vos risques

Voici quelques suggestions qui peuvent vous aider à vous protéger contre, et de transmettre la chlamydiose :

  • Renseignez-vous sur les pratiques sexuelles sécuritaires et mettez-les en pratique.
  • Prenez des décisions éclairées. Demandez à votre partenaire (ou à vos partenaires) s'il souffre d'une ITS et parlez-lui de l'utilisation de moyens de protection.
  • L'utilisation correcte et régulière d'un condom durant les rapports sexuels peut réduire le risque de contracter la chlamydiose et d'autres ITS.
  • Si vous êtes sexuellement actif, soumettez-vous à un test de dépistage de la chlamydiose.
  • Si vous êtes atteint de chlamydiose, assurez-vous de suivre à la lettre le traitement prescrit par votre professionnel de la santé et ses recommandations au sujet du suivi. Évitez d'avoir des rapports sexuels qui pourraient vous exposer à un risque de réinfection jusqu'à ce que votre partenaire sexuel et vous ayez terminé votre traitement aux antibiotiques et qu'on ait confirmé la disparition de l'infection.
  • Vous, ou un professionnel de la santé, devez également aviser toute personne avec qui vous avez eu des relations sexuelles et qui pourrait avoir été exposée au risque d'infection, car elle devra subir un test de dépistage et se faire traiter, le cas échéant.
  • Les personnes qui ont la chlamydiose sont plus susceptibles d'être infectées par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH).
  • Les personnes qui ont à la fois le VIH et la chlamydiose peuvent transmettre le VIH à d'autres plus facilement.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :