Chapitre 2 : Résumé : Ce que disent les mères : l'Enquête canadienne sur l'expérience de la maternité – Travail et accouchement

Résumé - Résultats

Chapitre 2 : Travail et accouchement

Lieu de l’accouchement

Presque tous (97,9 %) les accouchements ont eu lieu à l’hôpital ou dans une clinique. Seulement 1,2 % et 0,8 % des accouchements ont eu lieu à domicile ou dans une maison des naissances, respectivement. Les femmes des groupes d’âge supérieur et les multipares étaient proportionnellement plus nombreuses à accoucher à l’extérieur du cadre hospitalier.

Déplacement jusqu’au lieu de l’accouchement

Le quart (25,6 %) des femmes se sont déplacées vers une autre ville, un autre village ou une autre localité pour accoucher. Globalement, 2,5 % des femmes ont parcouru plus de 100 kilomètres pour accoucher. La proportion de femmes s’étant déplacées est beaucoup plus élevée dans les territoires que dans les provinces.

Accoucheur

Plus des deux tiers (69,6 %) des femmes ont été assistées à l’accouchement par un obstétricien ou un gynécologue, 14,6 % par un médecin de famille, 4,7 % par une infirmière ou une infirmière praticienne et 4,3 % par une sage-femme. La moitié (49,4 %) des femmes ont été suivies par le même professionnel de la santé tout au long de leur grossesse et à la naissance, et la majorité (88,4 %) d’entre elles estimaient qu’il était important d’être suivi par le même professionnel de la santé. Parmi les femmes qui n’avaient pas été suivies par le même professionnel de la santé tout au long de la grossesse et à la naissance, 42,3 % étaient du même avis.

Type d’accouchement

Environ les trois quarts (73,7 %) des femmes ont donné naissance à leur bébé par voie vaginale. Les accouchements par césarienne (26,3 %) étaient plus fréquents chez les femmes des groupes d’âge supérieur, les primipares, les femmes ayant un niveau de scolarité élevé et celles vivant dans un ménage dont le revenu est au-dessus du seuil de faible revenu. Peu (8,1 %) de femmes ont demandé à leur professionnel de la santé, à un moment donné pendant la grossesse, d’accoucher par césarienne. Ce pourcentage inclut 5,3 % de multipares ayant eu une césarienne lors de leur accouchement précédent.

Position pour accoucher

Près de la moitié (47,9 %) des femmes qui ont accouché par voie vaginale ont signalé être en décubitus dorsal (c.-à-d., couchées sur le dos) au moment de la naissance. Plus de la moitié (57,0 %) des femmes ayant accouché par voie vaginale qui ne se trouvaient pas en décubitus latéral (c.-à-d., couchées sur le côté) au moment de la naissance ont signalé que leurs jambes reposaient dans des étriers.

Déclenchement ou accélération du travail

Près de la moitié (44,8 %) des femmes qui ont accouché ou tenté d’accoucher par voie vaginale ont signalé que le professionnel de la santé avait essayé de déclencher leur travail au moyen de médicaments ou d’autres techniques, et 37,3 % ont indiqué que le professionnel de la santé avait essayé d’accélérer leur travail. On avait administré des médicaments ou utilisé d’autres techniques pour déclencher le travail à près des deux tiers (65,0 %) des femmes qui ont accouché par césarienne après avoir tenté d’accoucher par voie vaginale.

Monitorage fœtale électronique

Parmi les femmes ayant accouché ou tenté d’accoucher par voie vaginale, 90,8 % ont fait état d’un monitorage fœtale électronique (MFE) à un moment donné pendant le travail et 62,9 % ont fait part d’une utilisation continue du MFE. Le recours au MFE diminuait plus l’âge de la mère augmentait, et était plus élevé chez les primipares que chez les multipares. Chez une petite proportion (6,5 %) de femmes, l’auscultation du rythme cardiaque du fœtus a été effectuée pendant le travail uniquement au moyen d’un stéthoscope, d’un appareil Doppler ou d’un fœtoscope (c’est-à-dire que le MFE n’a pas du tout été utilisé pendant le travail).

Rasage du pubis, lavement et poussée sur l’abdomen

Chez les femmes qui ont accouché ou tenté d’accoucher par voie vaginale, presque une sur cinq (19,1 %) a signalé que son pubis ou son périnée avait été rasé; 5,4 % avaient subi un lavement et chez 13,2 % d’entre elles, on avait poussé sur le dessus de l’abdomen pour faire descendre le bébé pendant l’accouchement. Les primipares, les femmes ayant un niveau de scolarité moins élevé et celles vivant dans un ménage dont le revenu se situait au niveau ou au-dessous du seuil de faible revenu étaient plus susceptibles de faire état de ces procédures.

Épisiotomie et points de suture dans la région du périnée

Une femme sur cinq (20,7 %) ayant accouché ou tenté d’accoucher par voie vaginale avait eu une épisiotomie. Les deux tiers (64,1 %) des femmes ont signalé avoir eu des points de suture dans la région du périnée près de l’orifice du vagin pour réparer une déchirure ou une coupure. Les primipares, les femmes ayant un niveau de scolarité élevé et celles vivant dans l’une des provinces étaient plus susceptibles d’avoir subi ces procédures. Un peu plus du tiers (35,9 %) des femmes ayant accouché ou tenté d’accoucher par voie vaginale ont signalé n’avoir eu ni épisiotomie ni point de suture.

Gestion de la douleur

Chez les femmes ayant accouché ou tenté d’accoucher par voie vaginale, les exercices de respiration (74,1 %) et le changement de position (69,5 %) étaient les techniques sans médicaments les plus souvent utilisées pour calmer la douleur pendant le travail et l’accouchement. Les bains ou les douches étaient la technique jugée la plus efficace pour calmer la douleur sans médicaments (54,8 %). L’anesthésie épidurale ou spinale était la technique avec médicaments la plus souvent utilisée (57,3 %) chez les femmes qui ont accouché ou tenté d’accoucher par voie vaginale. La plupart des femmes (81,1 %) qui avaient utilisé cette technique estimaient qu’elle les avait beaucoup aidées. Il y avait un écart important dans l’utilisation de l’anesthésie épidurale ou spinale entre les provinces et les territoires. Environ les trois quarts (77,0 %) des femmes ont signalé avoir reçu avant le travail suffisamment d’information à propos des techniques pour calmer la douleur.

Soutien pendant le travail et l’accouchement

La majorité des femmes avaient à leurs côtés leur mari ou leur conjoint pendant le travail (94,6 %) et l’accouchement (92,3 %). Environ un tiers (35,5 %) des femmes avaient à leurs côtés une compagne ou un compagnon autre que leur mari ou conjoint pendant le travail ou l’accouchement. Les femmes les plus jeunes (15-19 ans) et les femmes vivant dans un ménage dont le revenu se situait au niveau ou au-dessous du seuil de faible revenu étaient plus susceptibles d’avoir eu à leurs côtés une compagne ou un compagnon autre que leur mari ou conjoint pendant le travail ou l’accouchement. La majorité des femmes étaient très satisfaites du soutien reçu de leur mari ou conjoint ou encore de leur compagne ou compagnon.

Contact entre la mère et le nourrisson à la naissance

Près des trois quarts (71,9 %) des femmes ont tenu leur bébé dans leurs bras pour la première fois immédiatement après avoir accouché ou dans les cinq minutes suivant la naissance. Environ le tiers (31,1 %) des mères ont signalé avoir tenu leur bébé nu contre leur peau au premier contact, et moins de la moitié (45,3 %) l’avaient eu dans leur lit pendant la première heure suivant la naissance. Le contact entre la mère et le nourrisson après la naissance variait selon la province ou le territoire.

Expérience de l’accouchement et satisfaction à l’égard des soins

Quatre-vingts pour cent des femmes ont exprimé une opinion « très positive » (53,8 %) ou « assez positive » (26,2 %) sur leur expérience globale du travail et de l’accouchement. Celles qui ont été assistées par une sage-femme à l’accouchement étaient proportionnellement plus nombreuses (71,1 %) à qualifier leur expérience du travail et de l’accouchement de « très positive » que celles qui ont été assistées par un autre professionnel de la santé. Environ les trois quarts des femmes étaient « très satisfaites » du respect qui leur avait été témoigné (78,5 %), de la compétence perçue des professionnels de la santé (75,9 %), du respect de leur intimité et de leur dignité (75,6 %) et de leur participation personnelle à la prise de décisions (72,6 %). Environ les deux tiers des femmes étaient « très satisfaites » de la compassion et de la compréhension à leur égard (65,4 %) et de l’information qui leur avait été fournie (61,8 %) par les professionnels de la santé tout au long de la grossesse, du travail, de l’accouchement et du postpartum immédiat.

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :