Estimations de l’incidence et de la prévalence du VIH, et des progrès réalisés par le Canada en ce qui concerne les cibles 90-90-90 pour le VIH

Télécharger le format de rechange
(Format PDF, 452 Ko, 24 pages)

Organisation : Agence de la santé publique du Canada

Publiée : Décembre 2018

Sur cette page

Faits saillants

  • En 2018, on estime que 62 050 personnes vivaient avec le VIH (PVVIH) au Canada. Le nombre de personnes vivant avec le VIH au Canada continue d’augmenter en raison de la transmission continue et de la longévité accrue des personnes qui vivent avec le VIH.
  • On estime que 87 % des 62 050 personnes qui vivent avec le VIH avaient reçu un diagnostic. L’engagement dans le continuum de soins du VIH s’est amélioré au fil du temps, et des personnes ayant reçu un diagnostic, on a estimé que 85 % suivaient un traitement antirétroviral (TAR) et que 94 % de ces personnes avaient des niveaux indétectables du virus à la fin de 2018.
    • Cela signifie qu’environ 13 % des personnes vivant avec le VIH (soit 8 300) ne connaissaient pas leur état sérologique. Les stratégies de dépistage communautaires, comme l’autodépistage, offrent de nouvelles possibilités de rejoindre les personnes non diagnostiquées, ce qui peut mener à de meilleurs résultats pour la santé et à une baisse de la transmission du VIH à d’autres personnes.
    • L’acheminement vers les programmes de soins et le lancement du traitement du VIH continue de présenter des défis en raison des obstacles structurels et sociaux. Dans des enquêtes récentes sur les personnes qui consomment des drogues, près de la moitié de tous les participants qui étaient au courant de leur séropositivité ont déclaré avoir évité les services liés au VIH en raison de la stigmatisation et de la discrimination.
    • L’identification des prédicteurs et des groupes à risque accru de ne pas atteindre la suppression de la charge virale peut aider à cibler les efforts d’intervention. Les enquêtes menées auprès des populations clés ont démontré une variation dans la déclaration d’une charge virale indétectable, allant de 63 % chez les personnes qui s’injectent des drogues à 96,7 % chez les hommes gais, bisexuels et autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes.
  • On estime qu’il y a eu 2 242 nouvelles infections au VIH au Canada en 2018, ce qui représente une légère augmentation par rapport à l’estimation de 2016.
    • La tendance récente de l’incidence du VIH ne semble pas diminuer, ce qui a également été démontré pour d’autres ITSS (par exemple, l’hépatite C).
  • Le Canada a encore du travail à faire pour atteindre toutes les cibles 90-90-90. Ces estimations serviront à appuyer l’engagement relatif à la mesure des répercussions dans le cadre du Plan d’action quinquennal du gouvernement du Canada sur les infections transmissibles sexuellement et par le sang, dans le but d’accélérer la prévention, le diagnostic et le traitement afin de réduire les répercussions sur la santé des ITSS au Canada d’ici 2030.

Remerciements

L’Agence de la santé publique remercie les autorités de santé publique des provinces et des territoires et d’autres ministères de leur contribution aux estimations nationales de l’incidence et de la prévalence du VIH, et des progrès réalisés quant aux cibles 90-90-90.

L’Agence de la santé publique remercie les partenaires des Premières Nations de leurs efforts dans la prévention des infections au VIH, dans les soins prodigués aux personnes vivant avec le VIH, et dans leur contribution à l’estimation des indicateurs de VIH pour les Premières Nations dans les réserves en Saskatchewan.

Introduction

Le présent rapport fournit une mise à jour pour 2018 sur les estimations de l’incidence et de la prévalence du VIH à l’échelle nationale et sur les progrès réalisés par le Canada pour atteindre les cibles 90-90-90 de l’ONUSIDA. Les rapports sur ces cibles appuient un plan d’action multisectoriel pancanadien pour la lutte contre le VIH/sida dans le cadre duquel les renseignements peuvent être utilisés de nouvelles façons pour mieux comprendre l’efficacité des interventions actuelles concernant le VIH au Canada et pour cerner les points à améliorer pour mieux orienter la prévention du VIH et les soins.

Pourquoi est-il important de suivre les progrès?

Le Canada appuie le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) et la stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH établie par l’Organisation mondiale de la Santé qui comprend des objectifs mondiaux qui créeront un élan pour éliminer la menace de santé publique que constitue le sida d’ici 2030Note de bas de page 1. Les cibles 90-90-90 veulent que d’ici 2020, 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur état, 90 % des personnes ayant reçu un diagnostic de VIH suivent un traitement antirétroviral, et 90 % des personnes suivant un traitement présentent des niveaux indétectables du virus. Lorsque ces trois objectifs auront été atteints, au moins 73 % (90 % x 90 % x 90 %) de toutes les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) auront une charge virale supprimée. La modélisation de l’ONUSIDA suggère que la réalisation de ces cibles d’ici à 2020 permettra à la communauté mondiale de mettre fin à l’épidémie du sida d’ici à 2030Note de bas de page 1.

Le continuum des soins du VIH est un cadre utile pour évaluer les progrès par rapport aux cibles 90-90-90. La nature séquentielle des étapes du continuum peut révéler où concentrer les efforts et quels sont les secteurs qui doivent être améliorés. L’estimation de la prévalence du VIH (le nombre de personnes vivant avec le VIH – à la fois diagnostiquées et non diagnostiquées) est la première étape du continuum de soins et constitue un élément essentiel pour guider la planification et les investissements dans le traitement, les soins et le soutien continu pour les personnes vivant avec le VIH ou qui en sont touchées. En outre, la compréhension de l’incidence du VIH (le nombre de nouvelles infections survenant au cours d’une période donnée) est primordiale pour comprendre les changements des modes de transmission avec le temps, et aide les décideurs de la santé publique à surveiller les actions multisectorielles de santé publique, à les renforcer et en évaluer l’impact.

À l’échelle mondiale, l’estimation de l’incidence du VIH, de sa prévalence et des progrès réalisés par rapport aux cibles 90-90-90 est entreprise pour surveiller les épidémies de VIH et orienter les programmes de prévention et de contrôle. Ces estimations aident tous les partenaires et intervenants à mieux comprendre les populations clés où des mesures sont nécessaires pour réduire l’impact du VIH et du sida sur la santé publique.

Comment suivons-nous les progrès au Canada?

En février 2018, l’ASPC a convoqué un groupe de travail d’experts pour discuter des mesures dans le continuum de soins du VIH au Canada. En se fondant sur un examen des mesures utilisées à l’échelle internationale, le groupe d’experts de l’ASPC a recommandé de surveiller un continuum en quatre étapes : Étape 1 – le nombre estimé de toutes les personnes vivant avec le VIH (PVVIH); étape 2 – le nombre de toutes les personnes vivant avec le VIH qui ont été diagnostiquées; étape 3 – le nombre de personnes vivant avec le VIH qui ont été diagnostiquées et qui suivent un traitement antirétroviral; et étape 4 – le nombre de personnes vivant avec le VIH qui suivent un traitement antirétroviral et ont une charge virale indétectable (figure 1).

Figure 1. Cadre du continuum de soins du VIH en quatre étapes au Canada
Figure 1. La version textuelle suit.
Figure 1 - Équivalent textuel

Ce diagramme illustre le continuum en quatre étapes que le Canada utilise pour mesurer le continuum de soins du VIH :

Étape 1 – le nombre estimé de personnes vivant avec le VIH (PVVIH);
Étape 2 – le nombre de personnes vivant avec le VIH qui ont été diagnostiquées;
Étape 3 – le nombre de personnes vivant avec le VIH qui ont été diagnostiquées et qui suivent un traitement antirétroviral;
Étape 4 – le nombre de personnes vivant avec le VIH qui suivent un traitement antirétroviral et dont la charge virale est supprimée.

L’Agence de la santé publique du Canada a travaillé en étroite collaboration avec les provinces, les territoires et d’autres ministères pour mettre au point les estimations nationales de l’incidence et de la prévalence du VIH et les mesures 90-90-90 en utilisant des méthodes de modélisation statistique et les renseignements disponibles dans chaque province et territoire. Les mesures ont été peaufinées dans le cadre d’un processus itératif avec les provinces et les territoires, en particulier là où il fallait procéder à des ajustements pour prendre en compte l’incertitude due à des données incomplètes ou au manque de données représentatives. Les estimations nationales ont été obtenues en pondérant et en répercutant des estimations consensuelles de chaque province ou territoire.

Des définitions normalisées pour chacune des mesures ont été élaborées et utilisées dans la mesure du possible (tableau 1). Ces définitions, qui ont été acceptées par le groupe de travail d’experts appuyant le suivi pancanadien des progrès à l’échelle nationale, sont alignées sur les définitions utilisées par les Centres européens de lutte contre la maladie, les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, le Kirby Institute (Australie) et Public Health England (Royaume-Uni). Dans certains cas, des définitions ont été adaptées par les provinces ou territoires pour tenir compte des différences entre les définitions de « personnes suivant un traitement » et de « charge virale supprimée ».

Tableau 1. Définitions utilisées dans les estimations nationales des mesures 90-90-90 du Canada en 2018
Mesure Définition

Nombre total estimé de personnes vivant avec le VIH

Le nombre total estimé de personnes vivant avec le VIH à la fin de 2018 selon une approche de modélisation adaptée à l’aide de l’Outil canadien de modélisation du VIHNote de bas de page 2. L’estimation comprend les personnes diagnostiquées et non diagnostiquées.

Nombre/pourcentage de cas diagnostiqués

Première cible 90-90-90

Des personnes que l’on a estimé vivre avec le VIH au Canada à la fin de 2018, la proportion (%) qui a reçu un diagnostic

Numérateur : Nombre de personnes vivant avec un diagnostic de VIH

Dénominateur : Nombre de personnes vivant avec le VIH (cas diagnostiqués ou non diagnostiqués)

Nombre/pourcentage de personnes qui suivent actuellement un traitement antirétroviral

Deuxième cible 90-90-90

Des personnes vivant avec un diagnostic de VIH, la proportion (%) de personnes ayant suivi ≥ 1 traitement antirétroviral (ARV) en 2018 (prescrit, délivré ou inscrit sur les formulaires du patient)

Numérateur : Nombre de personnes suivant un traitement (≥1 traitement antirétroviral en 2018)

Dénominateur : Nombre de personnes vivant avec un diagnostic de VIH

Nombre/pourcentage de personnes ayant une charge virale indétectable

Troisième cible 90-90-90

Des personnes suivant un traitement, la proportion (%) de personnes dont la dernière mesure du taux d’ARN du VIH en 2018 était de < 200 copies/ml

Numérateur : Nombre de personnes avec < 200 copies/ml au dernier test de leur charge virale en 2018

Dénominateur : Nombre de personnes suivant un traitement

Sources des données

Les estimations du VIH en matière d’incidence et de prévalence et liées à la première cible 90-90-90 ont été élaborées à l’aide de données de surveillance du VIH communiquées par les provinces et les territoires, de l’estimation du nombre de décès chez les personnes vivant avec le VIH, et de méthodes de modélisation statistique par rétrocalcul. Des détails supplémentaires sur ces méthodes sont fournis à l’annexe 1.

La production d’estimations pour les deuxième et troisième cibles 90-90-90 a nécessité des renseignements supplémentaires de la part des provinces et des territoires, notamment les éléments suivants lorsqu’ils étaient disponibles :

  • les données centralisées du programme de soins liés au VIH, y compris les données connexes sur les traitements et les données de laboratoire sur la charge virale;
  • les données sur les ordonnances de médicaments à l’échelle provinciale liées aux données de laboratoire sur le VIH;
  • les données non liées provenant des bases de données sur les ordonnances de médicaments, des laboratoires et des cliniques de traitement du VIH;
  • les cohortes de personnes ayant reçu un diagnostic qui reçoivent des soins liés au VIH.

Limites et restrictions relatives au données

Les systèmes de données, le type de données disponibles et la capacité à relier les renseignements des différentes sources varient selon les provinces et les territoires. Les mesures réalisées dans le cadre de ce processus devraient donc être interprétées dans le contexte des fourchettes plausibles pour chaque estimation, qui reflètent l’incertitude inhérente due à ces défis et limitations.

Les estimations sont publiées pour 2018, puisque c’est l’année la plus récente pour laquelle des données complètes de surveillance du VIH sont disponibles. Les données de surveillance complètes de 2019 seront disponibles en 2021.

Les estimations publiées dans le présent rapport remplacent toutes les estimations précédentes publiées par l’Agence au sujet de la prévalence et de l’incidence du VIH et des cibles 90-90-90 au Canada. Les hypothèses, les méthodes et les données primaires peuvent avoir changé pour certaines provinces parce que nous avons une meilleure connaissance de l’épidémie et que les données primaires fournies par les provinces et les territoires aux fins du modèle ont été précisées Les révisions apportées aux méthodes et aux données signifient que les estimations des années précédentes du rapport peuvent être différentes des estimations publiées précédemment, et que les comparaisons des estimations pour 2018 avec les années précédentes doivent être faites seulement avec les estimations présentées dans le rapport.

Progrès réalisés par le Canada en ce qui concerne l’atteinte des cibles 90-90-90 pour le VIH

Au Canada, à la fin de 2018, on estimait que 62 050 personnes vivaient avec le VIH (fourchette plausible de 54 600 à 70 500). Parmi les personnes vivant avec le VIH, on a estimé que 87 % (fourchette plausible de 81 à 93 %) avaient reçu un diagnostic. Des personnes ayant reçu un diagnostic, on a estimé que 85 % suivaient un traitement (fourchette plausible de 81 % à 89 %) et le Canada a atteint la troisième cible 90-90-90 puisqu’on a estimé que 94 % des personnes suivant un traitement ont une charge virale indétectable (fourchette plausible de 92 % à 96 %) (figure 2).

Les estimations des mesures 90-90-90 du Canada pour 2018 se situent dans les fourchettes de valeurs fournies par d’autres pays développés comme les États-Unis, l’Australie, l’Allemagne et la Finlande.

Figure 2. Nombre et pourcentage estimés de personnes vivant avec le VIH, ayant reçu un diagnostic, suivant un traitement et ayant des niveaux indétectables du virus au Canada à la fin de 2018 (les barres verticales représentant les fourchettes plausibles).
Figure 2. La version textuelle suit.
Figure 2 - Équivalent textuel

Ce graphique montre le nombre estimé de personnes au Canada qui vivaient avec le VIH à la fin de 2018, qui avaient été diagnostiquées, qui suivaient un traitement et dont la charge virale était supprimée. L’axe horizontal montre les quatre composantes qui ont été estimées (personnes vivant avec le VIH, diagnostiquées avec le VIH, sous traitement, charge virale était supprimée). L’axe vertical indique le nombre estimé de personnes, avec les fourchettes associées à chaque composant.

Ce graphique montre également l’estimation ponctuelle et la fourchette plausible associée à chacune des trois cibles 90-90-90. La première cible est le pourcentage de personnes vivant avec le VIH qui ont été diagnostiquées. La deuxième cible est le pourcentage de personnes diagnostiquées qui suivent un traitement. La troisième cible est le pourcentage de personnes qui suivent un traitement et dont la charge virale est supprimée.

Le nombre estimé de personnes qui vivaient avec le VIH, qui avaient été diagnostiquées, qui suivaient un traitement, et dont la charge virale était supprimée, Canada, 2018
Estimé Estimation basse Estimation ponctuelle Estimation élevée
Nombre estimé de personnes
Vivant avec le VIH 54,600 62,050 70,500
Diagnostic de VIH 50,260 53,750 57,710
Sous traitement 43,540 45,910 47,840
Charge virale supprimée 42,240 43,350 44,070
Estimations des mesures 90-90-90
Pourcentage de personnes vivant avec le VIH ayant reçu un diagnostic 81% 87% 93%
Pourcentage de personnes diagnostiquées qui suivaient un traitement 81% 85% 89%
Pourcentage de personnes qui suivaient un traitement et dont la charge virale était supprimée 92% 94% 96%
Tableau 2. Nombre et pourcentage estimés de personnes vivant avec le VIH, ayant reçu un diagnostic, suivant un traitement et ayant des niveaux indétectables du virus, avec les fourchettes plausibles, Canada, 2018
Mesure Personnes vivant avec le VIH Personnes vivant avec le VIH qui ont été diagnostiquées Personnes vivant avec un diagnostic de VIH qui suivent un traitement Personnes qui suivent un traitement et ont une charge virale indétectable
Estimation (%) s/o 87% 85% 94%
Fourchette plausible (%) s/o 81%-93% 81%-89% 92%-96%
Estimation (nombre) 62,050 53,750 45,910 43,350
Fourchette plausible (n) 54,600 – 70,500 50,260 – 57,710 43,540 – 47,840 42,240 – 44,070

Depuis 2016, le Canada a réalisé des progrès vers l’atteinte des trois cibles 90-90-90. En utilisant les méthodes et les données actuelles pour réviser les estimations antérieures, on a estimé qu’en 2016, 86 % (80-92 %) de toutes les personnes vivant avec le VIH connaissaient leur statut sérologique, 84 % (80-88 %) des personnes ayant reçu un diagnostic suivaient un traitement et 92 % (90-94 %) des personnes suivant un traitement avaient une charge virale supprimée.

L’atteinte des cibles 90–90 –90 et la cascade de dépistage et de traitement du VIH (ou continuum de soins) sont deux façons d’examiner les mêmes données. Lorsque nous rendons compte des progrès réalisés vers l’atteinte des cibles 90-90-90, le dénominateur de chacune des cibles est différent (décrit dans le tableau 1). La valeur de la première cible 90-90-90 (p. ex., 53 750 pour le Canada en 2018) est le dénominateur de la deuxième cible, et la valeur de la deuxième cible (p. ex., 45 910 pour le Canada en 2018) est le dénominateur de la troisième cible 90-90-90.

Si nous examinons les données différemment, dans l’ensemble du continuum de soins, le dénominateur de chaque étape demeure le même – toutes les personnes vivant avec le VIH (p. ex., 62 050 pour le Canada en 2018). Dans cette approche, lorsque les trois objectifs 90-90-90 seront atteints, 81 % de toutes les personnes vivant avec le VIH seront sous traitement antirétroviral (90 % x 90 %), et 73 % de toutes les personnes vivant avec le VIH auront une charge virale indétectable (81 % x 90 %)Note de bas de page 3.

En tant que pays, le Canada n’a pas atteint chacune des trois cibles 90-90-90. Toutefois, en utilisant l’approche de mesure basée sur le continuum de soins, on a estimé que 70 % (87 % x 85 % x 94 %) des personnes vivant avec le VIH au Canada en 2018 avaient une charge virale indétectable et ne pouvaient donc pas transmettre l’infection. De ce point de vue, l’écart pour atteindre l’objectif global de charge virale indétectable chez 73 % des personnes vivant avec le VIH est relativement faible pour le Canada (figure 3).

Figure 3. Continuum de soins du Canada et écart pour atteindre les cibles mondiales d’élimination, 2018
Figure 3. La version textuelle suit.
Figure 3 - Équivalent textuel

Ce graphique montre le continuum de soins du Canada et l’écart pour atteindre les cibles mondiales d’élimination, 2018.

Progrès du Canada en matière de continuum de soins du VIH, et l’écart pour atteindre les cibles mondiales d’élimination, 2018
Estimations 90-90-90 Cible mondiale d’élimination Canada
Pourcentage de personnes vivant avec le VIH ayant reçu un diagnostic 90% 87%
Pourcentage de personnes vivant avec le VIH qui suivaient un traitement 81% 74%
Pourcentage de personnes vivant avec le VIH dont la charge virale était supprimée 73% 70%

Le Canada comble l’écart, mais les progrès sont lents et il reste du travail à faire pour atteindre les cibles 90-90-90. Habituellement, nous nous concentrons sur la proportion de personnes qui ont reçu un diagnostic et qui connaissent leur état, la proportion de personnes qui suivent un traitement et la proportion de personnes sous traitement qui ont une charge virale supprimée. En utilisant les données pour mieux comprendre qui n’a pas été rejoint (par exemple, les personnes qui n’ont pas reçu de diagnostic ou qui ne suivent pas de traitement), il est possible d’ajuster les programmes de santé communautaire et de santé publique de façon à améliorer leur portée et à aider le Canada à atteindre ses cibles.

On estime que 18 700 personnes au Canada ont échappé aux soins, ce qui comprend celles qui n’ont pas reçu de diagnostic, n’ont pas suivi de traitement, ou qui suivent un traitement, mais qui ont encore une charge virale détectable. Il s’agit là d’une occasion importante d’intervenir pour réduire le nombre de personnes qui peuvent potentiellement transmettre l’infection et qui bénéficieraient d’une participation aux soins et à l’appui en matière de VIH (figure 4). Les données de 2018 montrent que les écarts les plus importants ont été observés chez les personnes non diagnostiquées (8 300), et chez celles qui ont été diagnostiquées, mais ne reçoivent pas de traitement (7 840), ce qui laisse entendre qu’il faut effectuer des dépistages ciblés et aiguiller les personnes vers les services de soins.

Figure 4. Composition des 18 700 personnes estimées qui n’ont pas été diagnostiquées, qui ont reçu un diagnostic de VIH, mais qui n’ont pas suivi de traitement, ou qui suivent un traitement, mais qui ont encore une charge virale détectable, Canada, 2018
Figure 4. La version textuelle suit.
Figure 4 - Équivalent textuel

Ce diagramme circulaire montre le nombre de personnes non diagnostiquées, diagnostiquées, mais qui ne suivaient pas de traitement, ou sous traitement, mais dont la charge virale n’était pas supprimée à la fin de 2018.

Le nombre de personnes estimée non diagnostiquées, diagnostiquées, mais qui ne suivaient pas de traitement, ou sous traitement, mais dont la charge virale n’était pas supprimée, Canada, 2018
Groupe Nombre
Non diagnostiquées 8,300
Ayant reçu un diagnostic, mais ne suivaient pas de traitement 7,840
Suivant un traitement, mais dont la charge virale n’était pas supprimée 2,560

Plusieurs facteurs jouent un rôle, en facilitant l’accès aux soins ou en créant des obstacles, dans l’atteinte de chacune des cibles 90-90-90. Étant donné que le dépistage et le diagnostic sont le point d’entrée du traitement du VIH, des soins et du soutien pour les personnes vivant avec le VIH, il est probable que les personnes qui ne sont pas diagnostiquées, et donc qui ne connaissent pas leur état, ne cherchent pas à avoir accès à des services en matière de VIH ou cessent d’y recourir. À ce titre, des approches novatrices en matière de dépistage du VIH sont nécessaires pour surmonter les obstacles qui empêchent les personnes d’accéder au dépistage des ITSS et aux soins, comme la stigmatisationNote de bas de page 4.

Bien que le Guide canadien pour le dépistage et le diagnostic de l’infection par le VIH insiste sur la nécessité d’envisager les possibilités d’intégrer le dépistage du VIH aux services de dépistage d’infections ayant des modes de transmission similairesNote de bas de page 5, cela ne se produit pas toujours. Une récente enquête sur Internet a révélé que moins des deux tiers (62,5 %) des hommes gais, bisexuels ou ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (gbHARSAH) au Canada s’étaient soumis à des tests de dépistage du VIH au cours de l’année précédente et que seulement un quart d’entre eux avaient déclaré avoir subi un dépistage complet des ITS au cours des 12 derniers moisNote de bas de page 6.

Bien que le dépistage, l’aiguillage vers les soins et le traitement du VIH dans les contextes cliniques traditionnels demeurent fondamentaux pour les programmes de soins du VIH, d’autres stratégies émergentes qui utilisent les services communautaires et l’autodépistage du VIH pourraient aider le Canada à atteindre les personnes non diagnostiquées. L’Organisation mondiale de la Santé considère l’autodépistage du VIH comme un aspect important de la stratégie mondiale de lutte contre le VIH. Le 2 novembre 2020, Santé Canada a approuvé l’autotest INSTI VIH de bioLytical, qui élargit la gamme de méthodes de dépistage disponibles au Canada. Comme il s’agit de la nouvelle approche de dépistage disponible au Canada, l’autodépistage du VIH pourrait permettre d’atteindre les personnes qui ne participent pas aux services de dépistage du VIH ou ne sont pas actuellement en mesure d’y participer, y compris les personnes qui peuvent éviter de se soumettre à un dépistage dans un contexte de soins de santé parce que la stigmatisation et la discrimination les inquiètentNote de bas de page 7. Il convient toutefois de noter que l’autodépistage ne remplace pas le dépistage conventionnel du VIH, car les personnes qui ont un résultat positif à un test d’autodépistage du VIH doivent passer des tests de confirmation en laboratoire. Par conséquent, la mise à profit des stratégies communautaires sera une étape complémentaire importante pour rejoindre les personnes non diagnostiquées au Canada, mais il sera essentiel de veiller à ce que les personnes qui se soumettent à des tests d’autodépistage soient en mesure d’accéder pleinement au traitement, aux soins et au soutien.

Malgré les progrès réalisés, l’estimation nationale quant à la deuxième cible 90-90-90 (proportion des personnes ayant reçu un diagnostic qui suivent un traitement) demeure la plus basse des trois cibles. Comme les pays du monde entier ont commencé à traiter toutes les PVVIH aussi rapidement que possible suite au diagnostic, il est essentiel de comprendre les raisons pour lesquelles il n’est pas entamé, puisque les personnes qui ne suivent pas encore de traitement sont plus à risque de morbidité et de mortalité liées à l’infection par le VIH et qu’elles peuvent transmettre le virus. Un examen systématique des raisons pour lesquelles le traitement n’est pas entamé a montré que les caractéristiques socio-économiques, l’état de santé, les facteurs émotionnels tels que la stigmatisation et l’anxiété liées au VIH, ainsi que les croyances au sujet du VIH et du traitement étaient tous liés à la décision de ne pas commencer le traitement contre le VIHNote de bas de page 8. Il est possible que les personnes vivant avec le VIH qui se sentent bien ou qui n’ont pas de symptômes ne se sentent pas prêtes à commencer à suivre un traitement pour le reste de leur vie, ou qu’elles aient l’impression que la prise de médicaments aggravera leur état. De nombreuses études ont fait état de fardeaux financiers comme le coût des médicaments, le coût du transport et la situation de logement précaire. Dans toutes les études examinées, la stigmatisation liée au VIH était mentionnée comme un obstacle majeur à la décision d’entreprendre de traitementNote de bas de page 8. Ces résultats démontrent le besoin de conseils et de soutien précoces et d’une sensibilisation accrue aux bienfaits d’un traitement rapide sur la santé. Les résultats de l’enquête Tracks sur les utilisateurs de drogues par injection au CanadaNote de bas de page 9 ont démontré que les obstacles structurels et sociaux existants dans tout le continuum des soins au Canada posent des défis pour l’accès aux soins et le début du traitement du VIH. Près de la moitié des participants qui avaient connaissance de leur statut de séropositivité pour le VIH ont déclaré éviter les services liés au VIH en raison d’antécédents de stigmatisation et de discrimination au cours des douze derniers mois précédant l’entrevue.

Depuis le milieu des années 1990, la disponibilité du traitement antirétroviral (ARV) a permis de réduire la mortalité et la morbidité liées au VIH. Pour les personnes vivant avec le VIH qui connaissent leur statut de séropositivité pour le VIH et qui peuvent accéder au traitement antirétroviral et y adhérer, le VIH est passé d’une maladie mortelle à une maladie chronique gérable. Après avoir entamé un traitement, de nombreux patients continuent de recevoir des soins continus pour le VIH et utilisent des services de suivi pour surveiller l’efficacité du traitement. L’efficacité d’un tel suivi peut expliquer pourquoi la troisième cible 90-90-90 est supérieure aux deux autres cibles, ce que l’on observe également dans d’autres pays occidentaux. L’atteinte et le maintien d’une charge virale supprimé peuvent améliorer les résultats en matière de santé et limiter la transmission à d’autres personnesNote de bas de page 10Note de bas de page 11. Cela fait de la surveillance de la suppression de la charge virale un aspect important des soins du VIH ainsi que des efforts de prévention de la maladie. L’identification des prédicteurs et des groupes à risque accru de ne pas atteindre la suppression de la charge virale peut aider à améliorer les efforts d’interventionNote de bas de page 12. Des répondants qui étaient au courant de leur séropositivité au VIH dans l’enquête Track auprès des utilisateurs de drogues injectables au CanadaNote de bas de page 9, presque tous (97,2 %) avaient suivi un traitement antirétroviral à un moment donné, mais moins de 90 % (87,7 %) suivaient un traitement antirétroviral au moment de l’entrevue. L’observance du traitement au sein de cette population (mesurée comme aucune dose manquée au cours du mois précédant l’entrevue) était inférieure à 50 % (42,5 %). Parmi les participants qui suivaient un traitement antirétroviral au moment de l’entrevue, les deux tiers (62,8 %) ont déclaré une charge virale indétectable du HIVNote de bas de page 9. En comparaison, parmi les répondants canadiens de la communauté gbHARSAH de l’Enquête européenne en ligne sur la sexualité entre hommes (EMIS), 99,1 % des participants séropositifs ont déclaré suivre des thérapies antirétrovirales au moment de leur participation à l’enquête et 96,7 % d’entre eux ont déclaré une charge virale indétectableNote de bas de page 6. Ces différences, ainsi que la proportion plus élevée de personnes qui ont été diagnostiquées, mais qui ne suivent pas de traitement, portent à croire qu’il existe des facteurs sociaux, économiques et environnementaux comme l’expérience de la stigmatisation et de la discrimination, la pauvreté, la situation de logement précaire, ou l’isolement social qui peut influencer le fait qu’une personne atteigne ou non une charge virale supprimée.

Plutôt que de se concentrer sur un seul nombre, comme le nombre de personnes recevant un traitement contre le VIH, les cibles 90-90-90 reconnaissent la nécessité de se concentrer plus largement sur le dépistage, sur la qualité et les résultats du traitement antirétroviral, et sur la mesure dans laquelle les programmes atteignent leur objectif ultime de suppression de la charge virale. Les données sur le continuum des soins du VIH déclarées pour 2018 soulignent la nécessité de déployer davantage d’efforts si le Canada veut atteindre les cibles 90-90-90 et des taux de suppression de la charge virale supérieurs à 73 %. De plus, ces données montrent que des personnes échappent aux soins à toutes les étapes du continuum et soulignent la nécessité d’utiliser les données du continuum pour déterminer quand ces pertes se produisent et prendre des mesures pour les minimiser. On peut arriver à une amélioration des mesures 90-90-90 en comprenant mieux les connaissances, les comportements, les attitudes et les expériences liés à la stigmatisation, à la discrimination et aux obstacles aux services, et en examinant les politiques qui influent sur les déterminants de la santé.

Estimations des cibles 90-90-90 dans les établissements correctionnels fédéraux

Tous les détenus

On offre à tous les détenus des établissements correctionnels fédéraux une évaluation de la santé au moment de leur admission, et les détenus peuvent également demander de passer un test de dépistage du VIH ou être orientés pour en passer un à n’importe quel moment au cours de l’incarcération. À la fin de 2018, 88 % de tous les détenus connaissaient leur état sérologiqueNote de bas de page a. Cela comprend les personnes qui ont fait l’objet d’un test de dépistage du VIH avant leur incarcération, celles qui ont accepté de passer un test volontaire au moment de leur admission et celles qui ont été orientées pour en passer un ou qui en ont fait la demande pendant leur incarcération. Parmi les 141 détenus vivant avec un diagnostic de VIH à la fin de 2018, 94 % suivaient un traitement, et 93 % de ceux qui suivaient un traitement avaient une charge virale supprimée (figure 5).

Figure 5. Pourcentage estimé de détenus connaissant leur état sérologique, suivant un traitement et ayant une charge virale supprimée dans des établissements correctionnels fédéraux, décembre 2018
Figure 5. La version textuelle suit.
Figure 5 - Équivalent textuel

Ce graphique montre le pourcentage estimé de détenus ayant subi un test de dépistage du VIH à leur admission, le pourcentage de détenus ayant reçu un diagnostic qui suivaient un traitement, et le pourcentage de détenus suivant un traitement qui avaient des niveaux indétectables du virus dans les établissements correctionnels en décembre 2018.

Le pourcentage estimé de détenus qui connaissant leur état sérologique, suivaient un traitement, et avaient une charge virale supprimée, établissements correctionnels fédéraux, 2018
Indicateurs Estimation ponctuelle
Pourcentage de détenus testés pour le VIH à leur admission 88%
Pourcentage de détenus ayant reçu un diagnostic de VIH qui suivaient un traitement 94%
Pourcentage de détenus sous traitement et dont la charge virale est supprimée 93%

Ascendance autochtone parmi les détenus

En 2018, 43 % des détenus séropositifs étaient d’ascendance autochtone. La prévalence du VIH était plus élevée chez les personnes d’ascendance autochtone que chez les personnes d’autres ascendances (1,48 % comparativement à 0,82 %). En décembre 2018, 90 % des détenus d’ascendance autochtone connaissaient leur état sérologiqueNote de bas de page a. Parmi les détenus autochtones qui vivaient avec le VIH, 94 % suivaient un traitement, et 92 % de ceux qui suivaient un traitement avaient une charge virale supprimée (figure 6).

Figure 6. Proportion estimative de détenus d’origine autochtone qui connaissaient leur état sérologique, qui suivaient un traitement et qui avaient une charge virale supprimée, établissements correctionnels fédéraux, décembre 2018
Figure 6. La version textuelle suit.
Figure 6 - Équivalent textuel

Ce graphique montre le pourcentage estimé de détenus autochtones nouvellement admis qui étaient au courant de leur séropositivité, le pourcentage de détenus diagnostiqués qui suivaient un traitement et le pourcentage de détenus sous traitement et dont la charge virale était supprimée dans les établissements correctionnels fédéraux en décembre 2018.

Le pourcentage estimé de détenus d’origine autochtone qui connaissaient leur état sérologique, suivaient un traitement, et avaient une charge virale supprimée, établissements correctionnels fédéraux, 2018
Indicateurs Estimation ponctuelle
Pourcentage de détenus autochtones qui connaissent leur statut sérologique 90%
Pourcentage de détenus autochtones vivant avec un diagnostic de VIH qui suivaient un traitement 94%
Pourcentage de détenus autochtones sous traitement et dont la charge virale était supprimée 92%

Estimations des cibles 90-90-90 pour les collectivités des Premières Nations vivant dans des réserves en Saskatchewan

L’ASPC collabore avec les provinces, les territoires et les groupes communautaires pour tenter de fournir des mesures plus précises des progrès réalisés à l’égard des cibles 90-90-90, et un exemple de la Saskatchewan est présenté ci-dessous.

Les données de toutes les collectivités des Premières Nations vivant dans les réserves de la Saskatchewan, ce qui représente 82 collectivités, montrent qu’à la fin de 2018, parmi les personnes dont on sait qu’elles vivent avec un diagnostic de VIH, 79 % suivaient un traitement et 81 % des personnes qui suivaient un traitement avaient atteint une charge virale indétectable (figure 7).

Ces pourcentages représentent une légère amélioration depuis 2016, puisqu’on estimait alors que 77 % des personnes ayant reçu un diagnostic de VIH suivaient un traitement, et que 75 % des personnes qui suivaient un traitement avaient une charge virale supprimée.

Figure 7. Proportion estimée de personnes vivant avec un diagnostic de VIH qui suivaient un traitement et présentaient une charge virale supprimée, collectivités des Premières Nations vivant dans des réserves, Saskatchewan, 2018
Figure 7. La version textuelle suit.
Figure 7 - Équivalent textuel

Ce graphique montre la proportion estimée de personnes vivant avec un diagnostic de VIH qui suivaient un traitement et qui avaient une charge virale supprimée dans les collectivités des Premières Nations vivant dans les réserves, Saskatchewan, 2018.

Le pourcentage estimé de personnes vivant avec un diagnostic de VIH qui suivaient un traitement et présentaient une charge virale supprimée, collectivités des Premières Nations vivant dans des réserves, Saskatchewan, 2018
Indicateurs Estimations ponctuelles
Pourcentage des membres des Premières Nations vivant dans une réserve qui ont reçu un diagnostic de VIH et qui suivaient un traitement 79%
Pourcentage des membres des Premières Nations vivant dans une réserve qui ont reçu un traitement et dont la charge virale est supprimée 81%

Nombre estimé de nouvelles infections du VIH

L’Agence estime que 2 242 nouvelles infections (entre 1 080 et 3 850) ont été contractées au Canada en 2018. Cette estimation est légèrement supérieure à celle de l’année 2016 (1 960; fourchette de 1 160 à 2 770) (tableau 3, figure 8).

Le taux d’incidence estimé au Canada pour 2018 était de 6,0 pour 100 000 habitants (de 2,9 à 10,4 pour 100 000 habitants), ce qui représente une légère augmentation par rapport à l’estimation de 2016 (5,4 pour 100 000 habitants; de 3,2 à 7,7 pour 100 000 habitants).

Figure 8. Incidence du VIH : Nombre annuel estimé de nouvelles infections au VIH au Canada (y compris les fourchettes plausibles)
Figure 8. La version textuelle suit.
Figure 8 - Équivalent textuel

Ce graphique montre les estimations ponctuelles des nouvelles infections au VIH selon les années, et leurs fourchettes plausibles L’axe vertical montre le nombre estimé de nouvelles infections au VIH par an, avec des estimations basse et élevée. L’axe horizontal indique les années civiles.

Le nombre annuel estimé de nouvelles infections au VIH au Canada
Année Estimation basse Estimation ponctuelle Estimation élevée
1975 0 0 0
1976 0 3 30
1977 1 58 119
1978 30 167 283
1979 53 243 536
1980 224 572 1083
1981 992 1858 2636
1982 2416 3836 5140
1983 3284 5077 7260
1984 2846 5042 7540
1985 2496 4394 6412
1986 2047 3732 5701
1987 1776 3267 5072
1988 1820 2971 4381
1989 1837 2738 3903
1990 1570 2523 3963
1991 1288 2321 4219
1992 973 2134 3982
1993 840 1993 3677
1994 722 1900 3416
1995 644 1830 3373
1996 650 1790 3073
1997 726 1795 2935
1998 971 1842 2882
1999 1214 1953 3028
2000 1479 2119 3104
2001 1656 2301 3158
2002 1621 2447 3383
2003 1646 2520 3488
2004 1548 2529 3658
2005 1525 2496 3764
2006 1447 2428 3508
2007 1360 2344 3312
2008 1301 2256 3172
2009 1249 2136 3087
2010 1170 2054 2816
2011 1125 1888 2616
2012 1020 1771 2430
2013 985 1714 2429
2014 1000 1742 2412
2015 1093 1853 2596
2016 1160 1960 2770
2017 1134 2122 3170
2018 1080 2242 3850
Figure 9. Proportion de nouvelles infections au VIH par population clé, Canada, 2018 (n = 2 242) (voir les définitions à l’annexe 2)
Figure 9. La version textuelle suit.
Figure 9 - Équivalent textuel

Ce diagramme circulaire montre le pourcentage estimé de nouvelles infections au VIH par population clé en 2018.

La pourcentage de nouvelles infections au VIH par population clé, Canada, 2018
Population Clé Pourcentage
Gais, bisexuels et autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (gbHARSAH) 49.5%
Utilisateurs de drogues par injection (UDI) 13.9%
Hétérosexuels 34.0%
gbHARSAH – UDI 2.7%

Parmi les taux estimés de nouveaux cas d’infection en 2018, environ 1 109 nouvelles infections ont été attribuées aux hommes gais, bisexuels et autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (gbHARSAH), représentant près de la moitié (49,5 %) de toutes les nouvelles infections au VIH en 2018, même si cela ne représente qu’environ 3 % ou 4 % de la population adulte masculine au Canada. Bien que la population gbHARSAH continue d’être surreprésentée dans les nouvelles infections au VIH au Canada, la proportion de nouvelles infections parmi cette population a diminué par rapport à 2016. (Tableau 3 et figure 9).

Trois cent douze (312) des nouvelles infections estimées en 2018 concernaient des utilisateurs de drogues par injection (UDI), représentant 13,9 % des nouvelles infections. La proportion de nouvelles infections attribuées aux hétérosexuels a légèrement augmenté, passant de 31,7 % en 2016 à 34,0 %.

On estime à 314 le nombre de nouvelles infections au VIH chez les Autochtones en 2018 (tableau 3), ce qui représentait 14,0 % de toutes les nouvelles infections en 2018, alors que les Autochtones représentaient 4,9 % de la population canadienne totale (selon le recensement de 2016). Il s’agit d’une augmentation par rapport à 2016, alors qu’on estimait que 12,3 % des nouvelles infections touchaient les peuples autochtones. On a estimé que le quart des nouvelles infections touchaient les femmes, ce qui représente une légère augmentation par rapport à l’estimation de 22,2 % de 2016.

Tableau 3. Incidence du VIH : Nombre estimé de nouvelles infections au VIH et fourchettes plausibles au Canada en 2018 et en 2016, selon la population clé, le sexe et l’origine Autochtone.
Catégorie 2018 2016
Estimation ponctuelle FourchetteNote de bas de page * Pourcentage Estimation ponctuelle FourchetteNote de bas de page * Pourcentage
Population clé
gbHARSAH 1,109 540‑1,900            49.5% 1,036 610‑1,470            52.9%
gbHARSAH – UDI 60 30-100 2.7% 59 30-90 3.0%
UDI 312 150-540 13.9% 243 140-350 12.4%
Hétérosexuels 761 370-1,300 34.0% 622 360-880 31.7%
Autres <5 0-10 <0.2% <5 0-10 <0.2%
Sexe
Femmes 566 270-970 25.2% 435 250-620 22.2%
Hommes 1,676 810-2,870 74.8% 1,525 900-2,160 77.8%
Origine Autochtone
Autochtones 314 150-540 14.0% 241 140-340 12.3%
Non autochtones 1,928 930-3,310 86.0% 1,719 1,010-2,440 87.7%
Total 2,242 1,080-3,850 100% 1,960 1,160-2,770 100%
Note de bas de page *

Les fourchettes plausibles sont arrondies à la dizaine près.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Nombre estimé de personnes vivant avec le VIH à la fin de 2018

L’Agence estime qu’environ 62 050 personnes vivaient avec le VIH (y compris le sida) à la fin de 2018 (fourchette entre 54 600 et 70 500). Cette estimation représente une augmentation de 3 % par rapport à l’estimation de 58 291 (entre 51 700 et 65 900) à la fin de 2016 (tableau 4, figure 10).

Le taux de prévalence estimé au Canada à la fin de 2018 était de 167 pour 100 000 habitants (de 147 à 189 pour 100 000 habitants).

Figure 10. Prévalence du VIH : Nombre estimé de personnes vivant avec le VIH au Canada (y compris la fourchette plausible)
Figure 10. La version textuelle suit.
Figure 10 - Équivalent textuel

Ce graphique montre le nombre estimé de personnes vivant avec le VIH par année. L’axe vertical présente des estimations ponctuelles du nombre de personnes vivant avec le VIH, ainsi que la fourchette plausible de valeurs L’axe horizontal indique les années civiles.

Le nombre annuel estimé de personnes vivant avec le VIH au Canada
Année Estimation faible Estimation ponctuelle Estimation élevée
1975 0 0 0
1976 0 0 30
1977 0 60 120
1978 70 220 350
1979 210 450 770
1980 580 1,000 1,520
1981 1,960 2,780 3,700
1982 5,120 6,450 7,920
1983 8,980 11,290 13,720
1984 12,770 16,050 19,540
1985 15,440 20,090 24,920
1986 18,150 23,330 28,800
1987 20,250 25,900 31,880
1988 22,120 28,000 34,590
1989 23,220 29,660 36,480
1990 24,250 30,940 37,480
1991 25,260 31,770 38,260
1992 26,210 32,230 38,310
1993 26,670 32,300 37,890
1994 26,650 32,140 37,580
1995 26,310 31,780 37,600
1996 26,360 31,870 37,950
1997 26,760 32,560 39,150
1998 27,090 33,670 40,570
1999 28,400 34,860 41,750
2000 29,330 36,170 43,370
2001 30,650 37,770 45,390
2002 32,470 39,500 47,040
2003 34,180 41,270 48,230
2004 35,820 43,030 49,930
2005 38,070 44,760 51,640
2006 40,260 46,440 53,610
2007 41,860 48,010 55,330
2008 43,310 49,430 57,160
2009 44,780 50,750 58,530
2010 45,890 52,020 59,610
2011 46,500 53,140 61,010
2012 47,270 54,100 61,910
2013 48,310 55,040 62,380
2014 49,310 56,030 63,440
2015 50,360 57,080 64,830
2016 51,700 58,290 65,900
2017 53,410 60,160 68,060
2018 54,600 62,050 70,500

Des quelque 62 050 personnes vivant avec le VIH (PVVIH) au Canada à la fin de 2018 :

  • Près de la moitié (48,9 %) étaient des hommes gais, bisexuels et autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. (Figure 11).
  • 14,0 % étaient des utilisateurs de drogues injectables et 33,4 % étaient des hétérosexuels.
  • Environ une PVVIH sur quatre était une femme (23,4 %), et cette proportion est demeurée constante au cours des six dernières années.
  • Une personne sur dix (10,0 %) était autochtone. Cette proportion est demeurée stable par rapport aux estimations de 2016.
Figure 11. Proportion de personnes vivant avec le VIH, selon la population clé, Canada, 2018 (n = 62 050) (voir les définitions à l’annexe 2)
Figure 3. La version textuelle suit.
Figure 11 - Équivalent textuel

Ce diagramme circulaire montre le pourcentage estimé de personnes vivant avec une infection au VIH par groupe de risque à la fin de 2018.

La pourcentage de personnes vivant avec le VIH, selon la population clé, Canada, 2018
Groupe de risque Pourcentage
Gais, bisexuels et autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (gbHARSAH) 48.9%
Utilisateurs de drogues par injection (UDI) 14.0%
Contacts hétérosexuels 33.4%
gbHARSAH – UDI 2.8%
Autres 0.9%
Tableau 4. Prévalence du VIH : Nombre estimé de personnes vivant avec le VIH et fourchettes plausibles au Canada à la fin de 2018 et de 2016, selon la population clé, le sexe et l’ethnicité/origine.
Catégorie 2018 2016
Estimation ponctuelle FourchetteNote de bas de page * Pourcentage Estimation ponctuelle FourchetteNote de bas de page * Pourcentage
Population clé
gbHARSAH 30,316 26,500‑34,600            48.9% 28,409 25,000‑32,300            48.7%
gbHARSAH- UDI 1,728 1,500-2,000 2.8% 1,628 1,430-1,850 2.8%
UDI 8,690 7,600-9,920 14.0% 8,328 7,340-9,460 14.3%
Hétérosexuels 20,750 18,200-23,600 33.4% 19,355 17,050-22,000 33.2%
Autre 566 490-650 0.9% 571 500-650 1.0%
Sexe
Femmes 14,545 12,700-16,600 23.4% 13,647 12,000-15,500 23.4%
Hommes 47,505 41,500-54,200 76.6% 44,644 39,400-50,700 76.6%
Origine Autochtone
Autochtones 6,180 5,400-7,050 10.0% 5,742 5,050-6,550 9.9%
Non autochtone 55,870 48,900-63,700 90.0% 52,549 46,300-59,700 90.1%
Total 62,050 54,600-70,500 100% 58,291 51,700-65,900 100%
Note de bas de page *

Les fourchettes plausibles sont arrondies à la dizaine ou à la centaine près.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Conclusion

Ce rapport sur les estimations nationales concernant le VIH pour l’année 2018 fournit des données à jour sur les tendances liées au VIH au Canada. À la fin de 2018, quelque 62 050 Canadiens vivaient avec le VIH. Comme les traitements du VIH ont diminué la mortalité liée au VIH, et puisque les nouvelles infections surviennent à un taux supérieur au nombre de décès, le nombre total de Canadiens vivant avec le VIH continuera vraisemblablement d’augmenter. Cela fera en sorte d’augmenter la demande en soins et en traitements liés au VIH.

Il reste des défis à relever pour atteindre les personnes les plus marginalisées touchées par les ITSS. Sur les 62 050 personnes vivant avec le VIH au Canada, on estime que 18 700 personnes ont été perdues dans le continuum des soins, soit parce qu’elles n’ont pas été diagnostiquées (13 % ou 8 300 personnes), qu’elles ont reçu un diagnostic, mais qu’elles ne suivent pas de traitement (7 840), ou parce qu’elles suivent un traitement, mais n’ont pas atteint la suppression de la charge virale (2 560). Ces groupes représentent des occasions d’élargir la prestation de soins contre le VIH et de soutien efficaces et de réduire la transmission continue de l’infection. Les stratégies de dépistage communautaires, comme l’autodépistage, offrent de nouvelles possibilités de rejoindre les personnes non diagnostiquées, ce qui peut mener à de meilleurs résultats pour la santé et à une baisse de la transmission du VIH à d’autres personnes. Toutefois, le lien avec les services de prévention et de soins de santé sera un facteur important pour garantir que ceux qui utilisent un test d’autodépistage ont accès à des services de prévention (pour ceux qui ont un résultat négatif) et ont accès à des traitements, à des soins et à du soutien (pour ceux qui ont un résultat positif). La lenteur des progrès vers l’atteinte des 2e et 3e cibles 90-90-90 peut être liée aux défis sanitaires qui se recoupent comme les caractéristiques socio-économiques, l’état de santé, les aspects émotionnels comme la stigmatisation et l’anxiété liées au VIH ainsi que les croyances sur le VIH et le traitement, qui demeurent des obstacles à l’accès au traitement du VIH et à son observance. Des interventions complexes seront nécessaires pour avoir la possibilité de combler ces écarts, notamment une plus grande réduction des obstacles à l’accès au traitement (comme l’amélioration de la couverture du traitement, des mécanismes d’aiguillage ou de connexion aux services de santé et de soutien), et la lutte contre la stigmatisation et la discrimination (y compris parmi les professionnels de la santé), et devraient aboutir à des mesures 90-90-90 améliorées.

L’incidence estimée du VIH au Canada a légèrement augmenté depuis 2014. Des années de données supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si cela représente une hausse réelle de l’incidence du VIH (compte tenu des fourchettes plausibles importantes entourant l’estimation pour la période la plus récente). L’augmentation possible de l’incidence estimative du VIH pourrait aussi être un artifice causé en partie par une récente hausse des tests de dépistage du VIH dans le cadre des initiatives de dépistage notamment « Know Your Status » (Connaissez votre état sérologique). Cela s’explique par le fait que le dépistage fréquent du VIH fait augmenter le nombre de nouveaux diagnostics de VIH, lesquels peuvent influencer l’estimation modélisée de l’incidence du VIH.

La considération la plus importante est que la tendance récente de l’incidence du VIH ne semble pas diminuer. Cela a également été démontré pour d’autres ITSS, comme l’hépatite C, où le nombre de cas déclarés est passé de 10 553 en 2010 à 12 447 en 2018, avec une augmentation correspondante du taux pour 100 000 habitants (de 31,0 à 33,6)Note de bas de page 13. De plus, on commence à observer un changement dans la distribution des nouvelles infections au VIH au Canada, la proportion de cas parmi les hommes gais, bisexuels et autres qui ont des rapports sexuels avec des hommes diminuant légèrement depuis 2016 alors que la proportion de nouvelles infections chez les Autochtones, les hétérosexuels et les femmes augmente légèrement. Des constatations semblables ont également été notées parmi les cas de syphilis signalés, avec une augmentation de la proportion de cas chez les femmes et les personnes déclarant des rapports sexuels hétérosexuels en 2018. Parmi les cas déclarés de syphilis, la proportion de cas chez les femmes a doublé au Canada depuis 2014Note de bas de page 14. Ces données indiquent un chevauchement entre d’autres ITSS et le VIH, ce qui pourrait contribuer à alourdir le fardeau sanitaire pour les personnes ou les collectivitésNote de bas de page 15, puisque les mêmes comportements et circonstances qui exposent une personne à d’autres ITSS augmentent également le risque de contracter le VIH. Cela souligne également la nécessité de mettre l’accent sur les populations clés qui sont touchées par les épidémies qui se chevauchent afin de s’attaquer aux aspects uniques de ces populations et de ces collectivitésNote de bas de page 16.

La prophylaxie pré-exposition (PPrE) est une intervention biomédicale relativement récente qui peut réduire le risque de transmission sexuelle du VIH chez les personnes à haut risque d’infection par le VIH, et son utilisation plus répandue peut aider à réduire l’incidence du VIH au niveau de la populationNote de bas de page 17Note de bas de page 18Note de bas de page 19. Santé Canada a approuvé la PPrE en février 2016, et une analyse récente des données pharmaceutiques canadiennes a révélé une tendance à la hausse du nombre estimé de personnes qui ont obtenu une ordonnance pour la PPrE de 2014 à 2018Note de bas de page 20. Cependant, la connaissance de la PPrE et son adoption ou son utilisation varient selon les populations clés et au sein de celles-ci. Parmi les participants au sondage Track – UDI, moins de 15 % connaissaient la PPrE, mais moins de 1 % des participants séronégatifs prenaient la PPrENote de bas de page 9. Quatre-vingt-six pour cent des participants canadiens à l’EMIS avaient entendu parler de la PPrE, mais moins de 10 % l’avaient déjà utilisée ou la prenaient au moment de leur participation à l’enquêteNote de bas de page 6. Plus de la moitié des participants canadiens à l’EMIS ont déclaré qu’ils étaient susceptibles d’utiliser la PPrE si elle était disponible et abordable, ce qui est conforme à d’autres études antérieures et suggère que l’abordabilité et l’accessibilité sont des obstacles à l’utilisationNote de bas de page 6.

Malgré les efforts actuels, le Canada n’a pas constaté de diminution des nouvelles infections au VIH au cours des dernières années, et d’autres travaux sont nécessaires pour atteindre l’ensemble des cibles 90-90-90. L’Agence de la santé publique du Canada continuera de travailler de près avec les provinces et les territoires afin de peaufiner la méthodologie et d’améliorer les sources de données, de sorte à augmenter la capacité à mesurer et à évaluer les progrès réalisés en regard des cibles 90-90-90. En particulier, l’Agence travaillera avec les provinces, les territoires et les groupes communautaires sur la faisabilité de produire des estimations pour des populations clés comme la population gbHARSAH, les personnes handicapées et les communautés racialisées comme les communautés africaines, caribéennes et noires, ce qui contribuerait à améliorer les programmes destinés à ces populations.

Ces estimations serviront à appuyer l’engagement relatif à la mesure des répercussions dans le cadre du Plan d’action quinquennal du gouvernement du Canada sur les infections transmissibles sexuellement et par le sang, dans le but d’accélérer la prévention, le diagnostic et le traitement afin de réduire les répercussions sur la santé des ITSS au Canada d’ici 2030.

Annexe 1. Détails supplémentaires liés à la méthode de modélisation du Canada

Référence : Yan, Ping; Zhang, Fan; and Wand, Handan (2011). Using HIV Diagnostic Data to Estimate HIV Incidence: Method and Simulation. Statistical Communications in Infectious Diseases: Vol. 3 : Iss. 1, Article 6.

La méthode de modélisation statistique qui a été utilisée pour estimer le nombre de nouvelles infections au VIH au Canada est fondée sur une méthode de rétrocalcul qui combine les données de diagnostic sur le VIH et le sida (tirées de la surveillance nationale habituelle du VIH/sida) et les données sur les proportions d’infections récentes parmi les personnes ayant récemment reçu un diagnostic de séropositivité (tirées d’algorithmes spécialisés de dépistage en laboratoire des infections récemment diagnostiquées). Comme les données de surveillance peuvent seulement indiquer la date du diagnostic et non la date de l’infection (qui est antérieure au diagnostic), un modèle est nécessaire pour estimer la tendance en matière de temps du nombre d’infections au VIH antérieures, jusqu’à aujourd’hui (2018 dans ce cas). À partir de cette tendance quant aux infections au VIH antérieures, le modèle fait une projection et calcule le nombre prévu de diagnostics de VIH (au moyen d’une formule mathématique calculant le temps entre l’infection au VIH et le diagnostic en fonction des données de l’algorithme des infections récentes et des hypothèses du modèle). La méthode de rétrocalcul utilisée pour l’estimation de l’incidence au Canada est semblable aux méthodes utilisées dans l’Union européenne, aux États-Unis et en Australie.

Une fois que la tendance de temps liée aux infections au VIH antérieures a été estimée, l’incidence cumulative du VIH est calculée en additionnant les estimations d’incidence pour toutes les années jusqu’à l’année la plus récente et incluant cette dernière (2018 dans ce cas). La prévalence pour l’année la plus récente est alors calculée comme étant l’incidence cumulative moins la mortalité totale estimée chez les personnes infectées par le VIH. Pour cela, la mortalité totale doit être estimée (à partir de données de Statistique Canada, de statistiques sur l’état civil dans les provinces et les territoires, de rapports nationaux sur les décès attribuables au sida, et d’études de recherche canadienne), étant donné que les données statistiques sur l’état civil n’enregistrent que la mortalité chez les personnes qui sont décédées de causes liées au VIH. Veuillez noter que des renseignements supplémentaires ne sont pas discutés ici, comme le fait de tenir compte des personnes n’ayant pas reçu précédemment un diagnostic d’infection au VIH ou des personnes qui ont probablement été infectées dans une autre province, un autre territoire ou un autre pays, ou encore qui ont déménagé dans une autre province ou un autre territoire.

Annexe 2. Populations clés utilisées dans les estimations nationales de l’incidence et de la prévalence du VIH

Population clé Type d’exposition
Gais, bisexuels et autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (gbHARSAH) Exposition durant un contact sexuel entre hommes
Utilisateurs de drogues injectables (UDI) Exposition pendant l’utilisation de drogues injectables
gbHARSAH – UDI Exposition pendant les contacts sexuels entre hommes ou utilisation de drogues injectables (pour les personnes ayant été soumises aux deux catégories d’exposition)
Hétérosexuels Exposition pendant les contacts hétérosexuels
Autre Exposition attribuée à une transfusion de sang ou à l’administration de facteurs de coagulation, exposition périnatale ou exposition professionnelle

Dans les rapports précédents, la catégorie hétérosexuelle était séparée en un groupe « région endémique » (les personnes nées dans un pays où le VIH est soi-disant endémique, principalement l’Afrique subsaharienne et les Caraïbes) et un groupe « région non endémique » (nées ailleurs). Cette séparation n’est plus considérée comme appropriée, en raison de l’augmentation du caractère incomplet des données. L’Agence de la santé publique du Canada travaille avec les collectivités, les provinces et les territoires pour trouver des façons de mieux refléter la situation du VIH dans ces collectivités.

Bibliographie

Note de bas de page a

Cette mesure est utilisée pour remplacer la première cible 90-90-90 pour les établissements correctionnels fédéraux à partir des données actuellement disponibles. On considère qu’une personne est au courant de son état si elle a passé un test de dépistage du VIH avant son incarcération, si elle a accepté de se soumettre à un test volontaire à son admission, ou si elle a été orientée pour en passer un ou en a fait la demande pendant son incarcération.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Note de bas de page 1

ONUSIDA. 90-90-90 Une cible ambitieuse de traitement pour aider à mettre fin à l’épidémie du sida. Genève, Suisse : Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida; 2014

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Yan, Ping; Zhang, Fan; et Wand, Handan (2011). Using HIV Diagnostic Data to Estimate HIV Incidence: Method and Simulation. Statistical Communications in Infectious Diseases: Vol. 3: Iss. 1, Article 6.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

ONUSIDA. Comprendre les mesures des progrès vers l’atteinte des cibles 90-90-90 (en anglais). https://www.unaids.org/sites/default/files/measures-progress-90-90-90.pdf

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Wong V, Jenkins E, Ford N, Ingold H. To thine own test be true: HIV self-testing and the global reach for the undiagnosed. J Int AIDS Soc. 2019;22 Suppl 1(Suppl 1):e25256. doi:10.1002/jia2.25256

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Agence de la santé publique du Canada (2012). Virus de l’immunodéficience humaine - Guide pour le dépistage et le diagnostic de l’infection par le VIH. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/vih-sida/guide-depistage-diagnostic-infection-vih.html

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Brogan N, Paquette DM, Lachowsky NJ, Blais M, Brennan DJ, Hart TA, Adam B. Canadian results from the European Men-who-have-sex-with-men Internet survey (EMIS-2017). Can Commun Dis Rep 2019;45(11):271–82. https://doi.org/10.14745/ccdr.v45i11a01

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Sharma M, Ying R, Tarr G, Barnabas R. Systematic review and meta-analysis of community and facility-based HIV testing to address linkage to care gaps in sub-Saharan Africa. Nature 2015; 528:S77–S85.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Ahmed S, Autrey J, Katz IT, Fox MP, Rosen S, Onoya D, Bärnighausen T, Mayer KH, Bor J. Why do people living with HIV not initiate treatment? A systematic review of qualitative evidence from low- and middle-income countries. Soc Sci Med. 2018 Sep;213:72-84. doi: 10.1016/j.socscimed.2018.05.048, Publication électronique le 30 mai 2018 PMID: 30059900; PMCID : PMC6813776.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Tarasuk, J., Zhang, J., Lemyre, A., Cholette, F., Bryson, M., Paquette, D. Résultats nationaux de l’enquête Track auprès des utilisateurs de drogues injectables au Canada, phase 4, 2017 à 2019. Relevé des maladies transmissibles au Canada 2020 Oct;46(5):138-48. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/rapports-publications/releve-maladies-transmissibles-canada-rmtc/numero-mensuel/2020-46/numero-5-7-mai-2020/rapport-enquete-utilisateurs-drogues-injection-canada-2017-2019.html

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Cohen MS, Chen YQ, McCauley M, Gamble T, Hosseinipour MC, Kumarasamy N et coll. HPTN 052 Study Team. Antiretroviral therapy for the prevention of HIV-1 transmission. N Engl J Med. 2016;375:830-9. [PMID : 27424812] doi:10.1056/NEJMoa1600693

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Rodger, A.J., Cambiano, V., Bruun, T., Vernazza, P., Collins, S., van Lunzen, J., et coll. PARTNER Study Group. Sexual activity without condoms and risk of HIV transmission in serodifferent couples when the HIV-positive partner is using suppressive antiretroviral therapy. JAMA. 2016;316:171-81. [PMID : 27404185] doi:10.1001/jama.2016.5148

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

J.A. Chris Delaney, Jane M. Simoni, Ira B. Wilson, et coll. HIV Viral Suppression Trends Over Time Among HIV-Infected Patients Receiving Care in the United States, 1997 to 2015: A Cohort Study. Annals of Internal Medicine 2018;169:376-384. [Publication électronique avant impression 21 août 2018]. doi:https://doi.org/10.7326/M17-2242

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Agence de la santé publique du Canada. Maladies à déclaration obligatoire en direct

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Agence de la santé publique du Canada. Infographie Cas de syphilis infectieuse signalés au Canada, 2018. Relevé des maladies transmissibles au Canada : Volume 45–11, 7 novembre 2019 : Infections transmissibles sexuellement chez les hommes HARSAH

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Singer M. Introducing Syndemics: A Critical Systems Approach to Public and Community Health. Wiley : Jossey-Bass. 2009. 304 p. www.wiley.com/en-us/Introduction+to+Syndemics%3A+A+Critical+Systems+Approach+to+Public+and+Community+Health-p-9780470472033

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Murti M, Wong J, Whelan M, Renda C, Hohenadel K, Macdonald L, Parry D. Nécessité d’une surveillance intégrée en matière de santé publique pour aborder les syndémies d’infections transmissibles sexuellement et par le sang. Relevé des maladies transmissibles au Canada 2019 Oct;2(3):63-6. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/rapports-publications/releve-maladies-transmissibles-canada-rmtc/numero-mensuel/2019-45/numero-2-7-fevrier-2019/article-3-avons-nous-besoin-une-surveillance-integree-evaluer-syndemies-transmises-sexuellement-ang.html

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Dawn K Smith, Patrick S Sullivan, Betsy Cadwell, Lance A Waller, Azfar Siddiqi, Robertino Mera-Giler, Xiaohong Hu, Karen W Hoover, Norma S Harris, Scott McCallister, Evidence of an Association of Increases in Pre-exposure Prophylaxis Coverage With Decreases in Human Immunodeficiency Virus Diagnosis Rates in the United States, 2012–2016, Clinical Infectious Diseases, ciz1229, https://doi.org/10.1093/cid/ciz1229

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

Grulich AE et al., Population-level effectiveness of rapid, targeted, high-coverage roll-out of HIV pre-exposure prophylaxis in men who have sex with men: the EPIC-NSW prospective cohort study. Lancet HIV 2018 Nov;5(11):e629-e637.

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

Public Health England. HIV in the United Kingdom: Towards Zero HIV transmissions by 2030; 2019 report; Data to end of December 2018

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

Popovic, N; Yang, Q; Archibald, C (2019). Trends in HIV Pre-exposure Prophylaxis (PrEP) use in Canada, 2014–Poster Presentation, Canadian Conference on HIV/AIDS Research (CAHR) 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :