Fiche d’information sur le VIH : Dépistage et test

Le contenu de ce produit a été mis à jour. Veuillez prendre note qu'il peut y avoir de légères différences dans les versions imprimées.

Télécharger le format de rechange
(Format PDF, 160 Ko, 2 pages)

Organisation : Agence de la santé publique du Canada

Date de publication : novembre 2019

Recommandation

Proposer un test du VIH comme mesure de routine. Les personnes qui ont des rapports à risque élevé devraient se soumettre à un test de dépistage du VIH au moins une fois par an.

Facteurs de risque d'infection par le VIH

Les risques de contracter le VIH sont principalement liés au comportement. Parmi les personnes à plus haut risque, mentionnons celles qui :

Les personnes visées pour un test de dépistage

Au moment de proposer un test de dépistage du VIH, il n'est pas nécessaire de procéder à une évaluation complète du risque comportemental lié au VIH. Envisagez de faire un test de dépistage dans les cas suivants :

Au moment d'administrer des soins médicaux de routine et de discuter avec le patient, les fournisseurs de soins de santé devraient considérer s'il y a lieu de faire subir un test de dépistage du VIH. Ils devraient adopter une approche active au test du VIH, en proposant le test du VIH aux patients. Ils devraient aussi fournir un test à la demande du patient.

Considération

Les fournisseurs de soins de santé devraient proposer le test du VIH au cours du dépistage d'autres infections transmissibles sexuellement et par le sang (c.-à.-d. la syphilis, la chlamydia, la gonorrhée et l'hépatite B ou C).

Saviez-vous que?

Le Canada appuie les objectifs 90-90-90 de l'ONUSIDA visant à éliminer le sida en tant que menace pour la santé publique d'ici 2030. Selon les estimations, 14 % des Canadiens ayant le VIH ne sont pas au courant de leur infection. L'on a établi comme premier objectif que 90 % de toutes les personnes ayant le VIH doivent être au courant de leur état sérologique d'ici 2020.

Signes et symptômes

Les patients peuvent développer des symptômes légers ressemblant à ceux de la grippe 2 à 4 semaines après avoir été infectés par le VIH. Pendant la période de latence sérologique, les anticorps ne peuvent pas être détectés et il y a des taux élevés de VIH dans le sang et les sécrétions génitales. Un diagnostic précoce et les liens établis avec les services de soins représentent des étapes importantes dans la prévention de la transmission ultérieure. Un traitement devrait être proposé au moment d'obtenir un diagnostic.

Infection primaire aiguë par le VIH

Plus de la moitié des personnes atteintes d'une infection à VIH aiguë peuvent présenter des symptômes non spécifiques tels que fièvre, fatigue, douleurs musculaires et maux de tête. Les erreurs de diagnostic d'infection aiguë sont courantes.

L'infection à VIH aiguë ou précoce peut représenter environ la moitié des infections secondaires (c.-à.-d. nouveaux cas).

Un test de quatrième génération permet de détecter l'infection par le VIH dans 15 à 20 jours.

Facteurs à considérer

Les cliniciens devraient maintenir un fort soupçon clinique d'infection par le VIH et proposer un test de dépistage du VIH aux personnes ayant une maladie fébrile non spécifique et/ou des antécédents de comportement à risque élevé.

Infection chronique par le VIH

L'infection chronique par le VIH est souvent asymptomatique pendant des années.

Au cours de cette étape, la réplication virale se poursuit, mais plus lentement. Les personnes qui ignorent la présence d'infection courent un risque accru d'effets négatifs sur la santé et sont plus susceptibles de transmettre le VIH à autrui.

Diagnostic tardif de l'infection par le VIH

Selon les estimations, 25 à 50 % des personnes reçoivent un diagnostic tardif au cours de la période d'infection par le VIH.

Parmi les symptômes d'infection dont le diagnostic est tardif, mentionnons la perte de poids rapide, une pneumonie, une diarrhée grave et persistante.

De nombreuses personnes chez qui on a diagnostiqué une infection tardive par le VIH ont consulté plusieurs professionnels du système de santé et, au cours de cette période, elles n'ont pas subi de tests de dépistage du VIH. En profitant des opportunités de dépistage du VIH, cela permet le diagnostic précoce, d'établir rapidement des liens avec les services de soins, et le traitement, ce qui améliore les résultats pour la santé et réduit la transmission du VIH par la suite.

Autres ressources

Note de bas de page

Note de bas de page *

Il n'y a effectivement aucun risque de transmission sexuelle du VIH quand la charge virale est < 200 copies/ml.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :