Norvège : Terre-Neuve-Et-Labrador : Un profil des pratiques prometteuses du Canada et de l’étranger – Children’s Tracks Program

« …une partie de la méthode consistait à rassembler tous les intervenants autour de la table; cela les a forcés à apprendre que la planification et l’architecture du paysage sont des volets clés de la réalisation de la vision du projet ultime. »

Organisation responsable:
Conseil du comté de Vestfold

Partenaires responsables:
Ministère des Affaires environnementales, ministère de la Planification urbaine, ministère des Parcs et de l’Environnement extérieur, ministère de l’Éducation, ombudsmen locaux pour les enfants, enseignants, infirmières de la prématernelle

Collectivité:
Comté de Vestfold

Population de la collectivité:
220 000

Milieu:
Urbain et rural

Groupe cible:
Enfants (âgés de 8 à 13 ans)

Élément central du projet: Démocratie; culture; santé; contribution à la durabilité

Niveau de mise en œuvre:
Local, régional et national

Étape du développement:
Complété

Contexte

Dans le comté de Vestfold, en Norvège, quatre-vingt-cinq pour cent des enfants vivent dans des régions urbaines à forte démographie; il y a donc un besoin immédiat de s’assurer qu’il y a des espaces extérieurs sécuritaires pour les enfants qui favorisent la santé.

Le concept pour le projet a débuté à la fin des années 1970, à une époque où les enfants ne participaient pas au processus de la planification de l’utilisation des terres. Une vague d’intérêt politique quant à l’idée a été stimulée par la proclamation par les Nations Unies de l’Année internationale de l’enfant en 1979.

En 1989, la Norvège a légiféré une « loi sur les immeubles et la planification » qui met la priorité sur les intérêts des enfants dans la planification de l’utilisation des terres locales et régionales. La loi a obligé chaque comté à nommer un représentant pour les intérêts des enfants, et les enfants ont obtenu le droit de participer au processus de planification de l’utilisation des terres.

Le comté de Vestfold a favorisé cette question au moyen de projets différents, entre autres, le programme « Children’s Tracks ». Le projet était fondé sur quatre grands principes : (1) la démocratie, (2) la culture, (3) la santé, et (4) la contribution à la durabilité. Le but était d’inviter les enfants à élaborer activement les aires de jeux extérieurs qu’ils utilisaient dans leur collectivité. On a demandé aux enfants de la localité d’indiquer sur une carte : où ils vivaient; les aires/endroits/terrains de jeux où ils allaient durant l’été, l’hiver et toute l’année; les rues/les routes/les sentiers qui étaient utilisés; ainsi que les secteurs qu’ils percevaient comme dangereux. Le but ultime était d’intégrer cette information dans la planification d’une future ville.

Partenariats

Des partenariats ont été établis aux niveaux local, régional et national. Au niveau national, quatre ministères ont participé au projet. Au niveau régional, les services des chemins publics, le gouverneur du comté et les autorités cartographiques norvégiennes (Vestfold) y ont participé.

Au niveau municipal, trois secteurs y ont participé : le ministère de la Culture, le ministère des Parcs et de l’Environnement extérieur et le ministère de l’Éducation.

Les partenaires non traditionnels qui étaient présents à la table incluaient les suivants : enfants, jeunes, ingénieurs, architectes, politiciens, enseignants d’une école élémentaire et parents, dont tous ont collaboré pour faire de ce programme unique un succès.

Au niveau régional (comté de Vestfold), Eva Almhjell, sociologue et conseillère régionale, a travaillé à temps plein sur ces projets. L’aide financière provenait des partenaires participants à tous les niveaux, mais principalement de la municipalité.

Au départ, les projets se concentraient sur la sensibilisation aux droits des enfants et à leur capacité à participer au processus de planification. Jusqu’à ce moment, peu de gens avaient donné le mérite aux enfants pour cela; la sensibilisation était donc un préalable à la mise en œuvre de programmes de cartographie locaux. Almhjell a présenté les facteurs éthiques du projet, et a entamé des discussions à savoir si, et comment, engager les enfants dans le processus de planification. Éventuellement, un consensus a découlé de discussions sur les projets avec les enfants et les adultes.

Almhjell a mis en application son contexte dans la sociologie vers l’élaboration du modèle pour ce projet. « Nous avons adapté le modèle au secteur de la planification. Une partie de la méthode a amené tous les intervenants autour de la table – cela les a forcés à apprendre que la planification et l’architecture du paysage sont des volets clés de la réalisation de la vision du projet ultime. » La contribution des partenaires a débuté à titre de processus spécial et s’est transformée en un processus structuré plus officiel.


Crédit de l’image: Gunnar Ridderström

Une carte

Stimuler la participation

Les principaux décideurs dans ce processus étaient les politiciens locaux. Quoique sceptiques au début, ils sont éventuellement devenus très favorables au projet. Bien qu’un compromis ait constitué une grande partie du processus au fil des ans, la prise en considération des intérêts des enfants dans le processus de planification est maintenant considérée comme une partie du fait de « faire de bonnes affaires ».

Leçons tirées

L’un des aspects les plus encourageants du projet était la collaboration entre les enfants qui ont participé au processus. D’autres modèles semblables à ce programme ont été mis en œuvre en Suède et au Danemark; toutefois, les enfants n’y ont pas participé au même degré, et l’étendue de l’engagement des enfants à l’endroit du programme Children’s Tracks était considérée comme une force de ce projet innovateur. Selon Mme Almhjell, l’un des seuls défis qui demeurent aujourd’hui est la politique – « la planification n’est pas une activité d’harmonie, mais un conflit d’intérêt ».

Une conséquence découlant du projet est que la sécurité routière s’est beaucoup améliorée dans le comté de Vestfold, puisque les projets d’infrastructure ont été achevés. Les cartes dessinées à la main créées par les enfants ont été compilées numériquement et elles ont inspiré le plan directeur municipal du comté de Vestfold. Le rapport final présenté aux politiciens a également été diffusé aux enfants qui ont participé à la cartographie initiale.

Une autre conséquence imprévue est l’élaboration d’un FORMLab, un atelier d’information pratique destiné aux enfants afin qu’ils en apprennent au sujet de l’architecture et du design. Le programme est élaboré par Norsk Form, une fondation financée par le ministère de la Culture de la Norvège (veuillez consulter la section « Ressources » à la fin de cette étude de cas pour de plus amples renseignements).

Conseils aux autres collectivités

Les autres collectivités qui veulent entreprendre un projet semblable sont informées de préciser aux enfants engagés dans la cartographie que la planification de l’utilisation des terres peut constituer un processus prolongé. Il y a souvent des restrictions qui peuvent donner lieu à des attentes surprenantes.

Évaluation et incidence

La réussite du programme est évidente dans les processus de planification employés aujourd’hui dans les villes norvégiennes. Les aménageurs reçoivent les résultats de l’exercice de cartographie « Children’s Tracks » et ils sont fortement encouragés à utiliser ces données dans leurs plans, et à intégrer des articles tels que des sentiers et des aires de jeux officieux pour les enfants. Aujourd’hui, en Norvège, les projets « Children's Tracks » font partie de routines de planification régulières aux niveaux local et régional.

Figur 2 : Barns aksjonsradius øker med alderen


Rayon autour de la maison augment avec l’age

Kilde: Faktaperm for Barnerepresentanten. s. 62

Source de l’image: Faktapermen for barnerepresentanten,
ministère norvégien de l’Environnement

Coordonnées

  • Eva Almhjell
    Conseillère principale
    Conseil du comté de Vestfold
    Svend Foynsgate 9
    N - 3126 Tønsberg
    Téléphone:  + 47 33 34 42 70
    Courriel: evaa@vfk.no
  • Gunnar Ridderström
    Planificateur
    Public Road Administration
    Téléphone: + 47 33 37 17 68
    Courriel: gunnar.ridderstrom@vegvesen.no

Ressources

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :