Nouvelle-Écosse : Terre-Neuve-Et-Labrador : Un profil des pratiques prometteuses du Canada et de l’étranger – Logements sains, projet de communauté en santé

« Le rassemblement de personnes ayant des points de vue différents pour discuter des intérêts partagés dans un format non conflictuel est avantageux pour faire tomber les barrières. »

Organisation responsable:
Association pour le développement des communautés de Chebucto (ADCC)

Partenaire principal:
Spryfield Residents' Association

Collectivité:
Spryfield (Nouvelle-Écosse)

Population de la collectivité:
4 460 (Spryfield)
372 679 (municipalité régionale de Halifax)

Milieu:
Semi-urbain

Groupe cible:
Résidents, planificateurs, aménageurs, professionnels de la santé

Élément central du projet: Application des connaissances; dialogue

Niveau de mise en œuvre:
Local et régional

Étape du développement:
En cours

Contexte

Spryfield est une banlieue de la Municipalité régionale de Halifax (MRH), bien connue pour son grand sentiment d'appartenance à la communauté et ses antécédents de participation des résidents à la vie civile. Récemment, les membres de la Spryfield Residents' Association (SRA) sont devenus préoccupés par le développement qui s'en vient dans leur collectivité. La Residents' Association a vu la nécessité de donner aux citoyens un outil afin d'évaluer les propositions de développement local pour leur incidence potentielle sur la santé de la collectivité.

Marjorie Willison, de l'Association pour le développement des communautés de Chebucto (également une résidente de la localité au sein du comité), a vu un lien entre les besoins de la SRA et le mandat de son organisation. Avec de l'expérience en santé de la population et en promotion de la santé, elle a été en mesure d'établir le premier lien entre les préoccupations de la SRA et la nécessité d'accroître la compréhension du lien fort, mais généralement non reconnu, entre la conception de la collectivité ainsi que la santé et le mieux-être du public.

En voyant que davantage de travail pourrait être fait dans ce secteur, l'ADCC a présenté une demande de financement et a lancé Logements sains, projet de communauté en santé (LS, CS) en octobre 2005. Le projet tournait autour d'un processus d'engagement généralisé avec quatre groupes qui ne se trouvent habituellement pas à la même table : planificateurs, professionnels de la santé publique, aménageurs et résidents. Ces groupes ont été réunis pour quatre tables rondes animées ainsi que des discussions en face‑à‑face. Avec la contribution de ces quatre groupes d'intervenants, et un examen détaillé de la littérature, l'ADCC a élaboré un cadre d'évaluation du développement sain convivial, ainsi que la boîte à outils des endroits sains, conçus pour aider les résidents, les professionnels de la santé et les planificateurs à évaluer les développements actuels et proposés pour déterminer à quel point ils appuient la santé de la collectivité. Le projet ne faisait pas partie d'un processus de planification particulier, mais visait plutôt à préparer les groupes pour le processus de planification.

Partenariats

Pour compléter son expérience dans la promotion de la santé publique, Willison a ajouté un planificateur environnemental à l'équipe de projet LS, CS. Ce duo a bien fonctionné, et la synergie de leur collaboration a été transmise aux participants. Leur collaboration a démontré que les personnes avec de l'expérience en santé et en planification peuvent travailler efficacement en équipe.

L'ADCC a invité les intervenants à participer simplement en identifiant les bonnes personnes et en leur demandant d'y participer. La participation aux tables rondes a été élevée.

Le fait d'amener ces groupes à la même table a été une première étape réussie, étant donné l'historique de conflit lié au développement dans la MRH. Après les tables rondes, la rétroaction de tous les côtés a été qu'ils appréciaient la chance de construire quelque chose ensemble - le cadre d'évaluation du développement sain. Les tables rondes ont amené des groupes divergents à la table pour parler de manière sensée. Au moyen d'un dialogue animé, les résidents en ont appris au sujet des difficultés auxquelles sont confrontés les aménageurs; de plus, les professionnels de la santé et les planificateurs ont fourni leur perspective sur l'incidence du logement sur la santé. De plus, de nombreuses conversations en face‑à‑face officieuses ont eu lieu.

L'équipe du projet de l'ADCC a maintenu l'engagement des participants par l'envoi de fréquentes mises à jour sur le projet, les résultats des tables rondes, et les demandes de rétroaction à toutes les étapes.

Stimuler la participation

La rétroaction précoce a démontré une certaine hésitation à donner un appui total, mais lors de la deuxième ronde d'entrevues avec les intervenants, les commentaires ont été très positifs. Maintenant à ses dernières étapes, le projet profite d'un grand soutien, et il a reçu des rapports positifs quasi universels de tous les secteurs engagés.

La philosophie du début consistait à miser sur la contribution des intervenants. Comme la boîte à outils des endroits sains était fondée dans la littérature et était ensuite précisée par les intervenants aux Tables rondes, les quatre groupes avaient un mot à dire dans son élaboration. Cela a grandement contribué à la participation et au sentiment d'appartenance au document.

Il est devenu évident durant le projet que bien que le lien entre l'environnement bâti et l'activité physique soit généralement compris, celui entre l'environnement bâti et d'autres facteurs ayant une incidence sur la santé n'est pas bien connu. Afin d'informer le public au sujet des nombreux aspects de la santé touchés par l'environnement bâti, l'ADCC est revenue à quatre stratégies de promotion de la santé:

  1. Augmenter la sensibilisation;
  2. Changer les attitudes;
  3. Changer les comportements; et
  4. Maintenir les comportements changés.

Grâce au projet LS, CS, la conscience et les attitudes changeantes prennent racine à Spryfield et dans la MRH. Le défi actuel consiste à travailler pour changer les comportements et maintenir ces comportements changés parmi les planificateurs, les aménageurs et les professionnels de la santé publique.

Aux Tables rondes, les aménageurs ont suggéré que la création d'un prix ou d'un prix d'excellence en développement sain aiderait à transmettre le message aux autres aménageurs. Un prix permettrait la reconnaissance par les pairs, ferait la publicité des développements sains et donnerait de la visibilité aux aménageurs qui s'engagent à l'égard de pratiques prometteuses dans l'aménagement d'une collectivité saine. L'ADCC travaille actuellement avec la municipalité pour élaborer des critères pour un prix.

Leçons tirées

Les leçons tirées incluent ce qui suit:

  • Il faut déterminer et inclure tous les principaux intervenants dès le début. La prochaine fois, l'ADCC aimerait inclure des financiers (banquiers) comme cinquième groupe d'intervenants;
  • Le fondement de son travail dans la littérature actuelle permet d'établir une crédibilité;
  • Le développement de relations de travail prend du temps;
  • Une vision commune réduit le conflit;
  • Les cadres supérieurs de la municipalité peuvent stimuler le changement à long terme; les conseils changent souvent avec les élections;
  • La mise en œuvre des résultats du projet prend du temps; et
  • Il faut continuer malgré les reculs.

Le besoin d'adapter son message à son auditoire a été une autre leçon tirée importante. Durant le projet, l'ADCC a travaillé pour formuler son message clé à l'intention d'auditoires différents. Pour les planificateurs, ils ont formulé la question en ce qui a trait à la planification d'une croissance intelligente et à la durabilité de l'environnement. Pour les aménageurs, ils ont mis en évidence de quelle façon les principes d'un développement sain peuvent réduire les retards liés aux conflits et améliorer les ventes. Pour les professionnels de la santé, ils se sont concentrés sur l'établissement d'un lien entre l'environnement bâti et la réduction de la pauvreté et les iniquités pour la santé. Finalement, pour les résidents, le message principal était la façon dont ils peuvent contribuer à faire de leurs collectivités de meilleurs endroits pour vivre pour eux-mêmes, leurs enfants et leurs petits-enfants.

Une retombée imprévue a été un partenariat avec un professeur de l'Université Dalhousie qui prévoit créer une carte de Spryfield avec les indicateurs du cadre à l'aide d'un système d'information géographique (SIG). Ce répertoire du SIG s'ajoutera à d'autres couches de cartographie utilisées par la municipalité. Au cours des prochaines années, les couches de la santé et de la population seront ajoutées à l'ensemble de données et, à ce moment, elles pourront commencer à voir les interconnexions parmi les indicateurs de l'environnement bâti, les renseignements sur la population et l'état de santé.

Sur le terrain à Spryfield, la prochaine étape est que les résidents utilisent les outils mis au point durant le processus de planification de Spryfield. Bien que les premiers mois du projet aient semblé avancer lentement, les derniers mois ont connu une dynamique accrue. Les choses se rassemblent, et la santé publique locale et les professionnels de la planification discutent maintenant d'occasions de formation conjointes. De plus, un aménageur de Spryfield planifie un développement à l'aide du cadre d'évaluation d'un développement sain comme guide.

Conseils aux autres collectivités

L'équipe du projet LS, CS a déjà commencé à transmettre le message à d'autres collectivités – des copies papier des résultats du projet, y compris les boîtes à outils, le cadre, la bibliographie et un CD, ont été envoyées aux maires, aux directeurs généraux et aux directeurs de la planification des 10 plus grandes villes de chaque province partout au Canada, en plus des territoires. Le graphique du cadre des endroits sains LS, CS qui a été élaboré (voir ci‑dessous) contient des indicateurs suggérés qui peuvent être adaptés ou ajoutés à ceux qui sont déjà utilisés par les villages et les villes. Les attributs d'une collectivité saine ne sont toutefois pas susceptibles de changer au fil du temps. Les conseils de l'équipe de projet consistent à commencer par établir les preuves et à rassembler les intervenants.


Graphique du cadre des endroits en santé
Source de l'image: ADCC

Graphique du cadre des endroits en santé
Figure 2 - Équivalent textuel

Texte équivalent - NOUVELLE-ÉCOSSE : Logements sains, projet de communauté en santé – Les professionnels de la santé, les résidents, les planificateurs et les aménageurs discutent à la table de manière valable

Figure 2 : Graphique du cadre des endroits en santé

Le Graphique du cadre des endroits en santé présente une illustration qui explique les catégories, les caractéristiques et les indicateurs proposés “d'un milieu de vie sain”. Les catégories incluent:

  • Accès et réseaux
  • Sociabilité
  • Nature et ressources
  • Sécurité, bien-être et identité
  • Activités et utilisations variées
  • Logements et quartiers sains

Évaluation et incidence

L'évaluation du projet incluait une évaluation du processus participatif et une évaluation de l'incidence sous la forme de deux séries d'entrevues avec les intervenants. À mi chemin du projet, la rétroaction était positive, mais provisoire. À la deuxième série d'évaluation, les examens ont été essentiellement positifs.

L'ADCC a participé au Réseau de recherche communautaire par l'intermédiaire de l'Université d'Ottawa et elle a réalisé en établissant des réseaux avec d'autres intervenants partout au pays que le travail qu'ils font est novateur. Il existe peu d'approches employées aujourd'hui qui tiennent compte précisément du lien de l'environnement bâti à l'activité physique (accès et liens), mais également de la sociabilité, de la nature, des ressources, des multiples activités et usages, des logements et des quartiers sains, de la sécurité, du confort et de l'identité.

Comme dans le cas des résultats pour la santé liés à ce projet, il est encore trop tôt pour le dire. Toutefois, comme l'Université Dalhousie analyse les données indicatrices pour Spryfield dans le SIG, il y aura bientôt une excellente base de référence pour mesurer les changements dans la santé de la population au fil du temps.

On sait cependant que les outils mis au point sont également intégrés dans la vision de la collectivité au sein de la Municipalité régionale de Halifax. D'une certaine façon, le projet a bouclé la boucle – les résidents qui ont présenté leurs préoccupations et aidé à formuler le cadre et la boîte à outils utilisent maintenant les outils et ils sont habilités à participer au processus de planification.

Bien que le projet LS, CS tire à sa fin, l'équipe de projet pense que le changement continuera de se produire. « Les planificateurs et les professionnels de la santé parlent avec les autres – ils ont commencé à parcourir cette route, et le projet a maintenant une vie en soi. »

Coordonnées

Marjorie Willison
Gestionnaire de projet, Association pour le développement des communautés de Chebucto
Spryfield Mall, 16, chemin Dentith
Halifax (Nouvelle-Écosse)  B3R 2H9
Téléphone: 902-477-0964
Courriel: ccda.willison@ns.sympatico.ca

Ressources

Visitez le site Web de l'Association pour le développement des communautés de Chebucto pour télécharger le cadre d'évaluation des développements sains ainsi que la boîte à outils des endroits en santé, en français ou en anglais

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :