Maladies chroniques et blessures au Canada

Volume 32, supplément 1, 2012, Résumés présentés à la septième conférence mondiale de l’Alliance mondiale sur la surveillance des facteurs de risque

Maladies chroniques au Canada

Comportements sexuels, connaissances sur la sexualité et attitude envers l'éducation sexuelle des étudiants en pharmacie de l'University of Lagos

B. A. Aina, Ph. D. (1); A. O. Akanji, B. Pharm. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Department of Clinical Pharmacy and Biopharmacy, Faculty of Pharmacy, University of Lagos, Lagos, Nigeria

Correspondance : Bolajoko Ajoke Aina; courriel : baina@unilag.edu.ng

Contexte : Le terme général éducation sexuelle réfère à la transmission de connaissances sur l'anatomie sexuelle humaine, les relations sexuelles, la contraception et d'autres aspects liés aux comportements sexuels de l'être humain. Une éducation sexuelle appropriée peut contribuer à empêcher des comportements sexuels à risque.

Objectif : Étudier les comportements sexuels, les connaissances sur la sexualité et l'attitude envers l'éducation sexuelle d'étudiants en pharmacie.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude transversale descriptive.

Méthodologie : Nous avons recueilli les données à l'aide d'un questionnaire auto-administré structuré comportant des questions ouvertes et des questions fermées. Le questionnaire a été distribué à des étudiants de différents niveaux de scolarité. L'analyse statistique a été effectuée à l'aide du logiciel Epi-info.

Résultats : L'échantillon était composé de 57,9 % de femmes et de 42,1 % d'hommes. La plupart des étudiants avaient entre 20 et 25 ans, et 97,2 % d'entre eux possédaient une bonne connaissance de la définition de l'éducation sexuelle. Sur le plan des connaissances, il n'existait aucune différence statistiquement significative entre les étudiants des différents niveaux de scolarité. La majorité des étudiants (70,8 %) avaient reçu une éducation sexuelle à l'école secondaire. Environ 89,0 % des répondants étaient d'avis que l'abstinence constitue la meilleure protection contre les risques associés aux relations sexuelles, et 83,4 %, que les relations sexuelles non protégées sont nuisibles à la santé. Près de la moitié des répondants (45,5 %) avaient déjà eu une relation sexuelle. Seulement 31,0 % étaient sexuellement actifs au moment de l'enquête, la plupart (80,0 %) avec leur petit ami ou petite amie. Seuls 45,0 % des étudiants employaient habituellement un préservatif ou une autre méthode contraceptive, ce qui ne concorde pas avec leur bon niveau de connaissance de la sexualité et leur attitude envers l'éducation sexuelle.

Conclusion : Les étudiants en pharmacie possèdent de bonnes connaissances sur la sexualité; cependant, certains d'entre eux adoptent malgré tout des comportements sexuels à risque.

Mots-clés : comportements sexuels, éducation sexuelle, connaissances, attitude, étudiant en pharmacie

Connaissance, attitude et comportement sexuels des jeunes à l'égard du VIH/sida à Egbeda, Lagos, Nigeria

B. A. Aina, Ph. D. (1); C. C. Emenike, M. Sc. (2)

Rattachement des auteurs

  1. Department of Clinical Pharmacy and Biopharmacy, Faculty of Pharmacy, University of Lagos, Campus Idi Araba (Lagos), Nigeria
  2. Pharmacie CLICH, Akowonjo (Lagos), Nigeria

Correspondance : Bolajoko Ajoke Aina; courriel : baina@unilag.edu.ng

Contexte : Comme les jeunes représentent près de la moitié de la population mondiale, les comportements à risque pour la santé qu'ils adoptent peuvent se traduire par une morbidité et une mortalité élevées. L'évaluation des connaissances et du comportement des jeunes à l'égard de l'infection par le VIH est un premier pas vers l'élaboration de stratégies visant à ralentir la propagation du VIH/sida.

Objectif : Déterminer les connaissances, l'attitude et le comportement sexuels des jeunes d'Egbeda à l'égard du VIH/sida.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude transversale et descriptive.

Méthodologie : Nous avons recueilli des données à l'aide d'un questionnaire auto-administré et bien structuré. La population étudiée était des élèves provenant de quatre écoles privées. Nous avons analysé ces données au moyen du logiciel SPSS (version 10).

Résultats : Sur les 190 élèves admissibles à l'étude, 182 y ont participé, ce qui correspond à un taux de réponse d'environ 96 %. Plus de 90 % des élèves connaissaient la définition du VIH/sida. Environ 84 % connaissaient les centres de dépistage du VIH et de counseling, mais seulement la moitié connaissait la façon dont se transmet le VIH et les moyens de prévention. Plus de 70 % des élèves étaient d'accord pour dire que l'abstinence est la forme de prévention la plus fiable contre le VIH/sida; toutefois, pour environ 25 % d'entre eux, la pratique de l'abstinence était impossible ou non réaliste. Moins de 10 % des répondants avaient déjà passé un test de dépistage du VIH. La plupart des élèves n'avaient jamais eu de rapports sexuels; toutefois, une majorité de ceux qui étaient sexuellement actifs n'utilisait pas de préservatifs.

Conclusion : Seulement environ la moitié des élèves avaient une bonne connaissance de la transmission et de la prévention du VIH. Une majorité des élèves actifs sexuellement adoptaient un comportement à risque en n'utilisant pas de préservatifs. En abordant ces questions, nous pourrions prévenir la propagation de l'infection par le VIH chez les jeunes.

Mots-clés : jeunes, comportement sexuel, connaissance, VIH/sida

 

 

Données démographiques et état de santé général des personnes atteintes de diabète sucré en Thaïlande, 2007

N. Asawarat, M.A. (1); N. Petcharoen, Ph. D. (1); S. Sensathien, M. Sc. (1); S. Manosoontorn, Ph. D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Centre of NCD Behavioural Risk Factor Surveillance Information, Bureau of Non-Communicable Diseases, Department of Disease Control, Ministry of Public Health, province de Nonthaburi, Thaïlande

Correspondance : Noppawan Asawarat; courriel : noppawan@health.moph.go.th

Contexte : En Thaïlande, l'incidence du diabète progresse rapidement. Le diabète est la première et la septième cause d'années de vie corrigées de l'incapacité, respectivement, chez les femmes (9,0 %) et chez les hommes.

Objectif : Évaluer la prévalence des déterminants démographiques du diabète en Thaïlande.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude transversale basée sur la population.

Méthodologie : Les données ont été tirées de l'enquête intitulée The Survey Results of Behavioural Risk Factors of Non-Communicable Diseases and Injuries, 2007. Nous avons utilisé une méthode d'échantillonnage en grappes à trois degrés stratifié de façon à obtenir 65 542 répondants âgés de 15 à 74 ans. Les données ont été pondérées en fonction de la probabilité que le répondant soit sélectionné et en fonction du sexe, de l'âge, du niveau d'instruction, du revenu, du statut d'emploi, de l'état matrimonial et de l'état de santé général du répondant. Les poids ont été utilisés pour calculer les estimations de prévalence servant à représenter la population en entier.

Résultats : La prévalence globale du diabète s'établissait à 3,9 % (2,6 % chez les hommes, 5,3 % chez les femmes). Parmi les groupes d'âge, la prévalence du diabète était la plus élevée chez les personnes âgées de 55 à 74 ans (11,6 %). Chez les femmes de 35 à 54 ans, la prévalence était de 5,3 %, soit cinq fois plus élevée que chez les femmes de 15 à 34 ans. En ce qui a trait au niveau d'instruction, la prévalence du diabète était la plus élevée chez ceux qui n'avaient jamais fréquenté l'école (8,7 %) et la plus faible chez ceux qui avaient fait des études universitaires (1,5 %). Parmi les groupes de revenu, c'est dans le groupe de répondants qui ne touchaient aucun revenu (5,3 %) que la prévalence était la plus forte. Les résultats concernant la situation d'emploi ont révélé que la prévalence était la plus importante chez les personnes qui travaillaient sans salaire (8,3 %). Selon l'état matrimonial, la prévalence du diabète était la plus élevée chez les personnes veuves (8,5 %). Enfin, les personnes qui se percevaient comme étant en excellente santé affichaient la prévalence la plus faible (0,5 %) selon l'état de santé perçu.

Conclusion : La prévalence plus élevée de diabète chez les personnes de 35 à 54 ans est un facteur important à l'échelle macrosociale, parce qu'il s'agit en général d'un groupe d'âge productif. Les différences dans la prévalence du diabète observées entre les sexes et entre les groupes d'âge étaient spectaculaires et augmentaient avec l'âge. Les stratégies de prévention et de contrôle du diabète en Thaïlande pourraient cibler les groupes d'âge avancé, en particulier les femmes âgées, de même que les groupes à faible revenu et les groupes peu scolarisés.

Mots-clés : données démographiques, diabète sucré, prévalence, sexe

Tendances de l'exposition au soleil dans un pays où le risque de contracter un cancer de la peau est élevé

O. Baron-Epel, Ph. D. (1); L. Keinan-Boker, M.D., M.H.P. (1,2); R. Weinstien, M.H.P. (3); T. Shohat, M.D., M.H.P. (2,4)

Rattachement des auteurs

  1. School of Public Health, Faculty of Social Welfare and Health Sciences, University of Haifa, Haïfa, Israël
  2. Israel Centre for Disease Control, Ministry of Health, Tel Hashomer, Israël
  3. Health Promotion Department, Ministry of Health, Jérusalem, Israël
  4. Department of Epidemiology and Preventive Medicine, School of Public Health, Sackler Medical Faculty, University of Tel Aviv, Ramat Aviv, Israël

Correspondance : Orna Baron-Epel; courriel : ornaepel@research.haifa.ac.il

Contexte : Au cours des 20 dernières années, des efforts considérables ont été déployés pour réduire le taux de cancer de la peau en Israël, pays ensoleillé où un nombre important d'habitants à la peau claire sont très susceptibles de contracter un cancer de la peau.

Objectif : Analyser les variations des habitudes d'exposition au soleil chez la population adulte juive d'Israël entre 2004 et 2008.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Enquêtes téléphoniques.

Méthodologie : Nous avons analysé les données, recueillies par auto-déclaration, sur l'application de crème solaire, l'exposition au soleil en été entre 10 h et 16 h et le choix de rester à l'ombre en tout temps pour la période 2004-2008. Environ 6 000 répondants ont participé aux enquêtes téléphoniques. Les données ont été ajustées selon la couleur de la peau (claire ou foncée), l'âge, la scolarité et le sexe. La modification de la formulation des questions de l'enquête au cours de la période d'étude empêche tout calcul supplémentaire des tendances.

Résultats : L'emploi systématique de crème solaire a été signalé par environ 30 % de la population juive d'Israël, et environ 40 % des répondants évitaient toute exposition au soleil entre 10 h et 16 h. Davantage de femmes que d'hommes appliquaient systématiquement de la crème solaire. Le taux d'utilisation de crème solaire a diminué entre 2004 et 2008, principalement chez les jeunes (de 21 à 34 ans), et tout particulièrement chez les jeunes hommes. Aucun changement des habitudes d'exposition au soleil entre 10 h et 16 h n'a été observé.

Conclusion : En dépit de l'importance des efforts déployés en matière de sensibilisation de la population aux effets nocifs de l'exposition au soleil, aucune augmentation des comportements positifs n'a été observée. Il est donc nécessaire d'avoir recours à des stratégies d'intervention mieux planifiées et plus ciblées. Une surveillance accrue des comportements positifs s'avérera aussi nécessaire.

Mots-clés : exposition au soleil, surveillance, Israël

 

 

Facteurs familiaux et scolaires associés au tabagisme chez la population adolescente du Brésil

S. M. Barreto M.D., Ph. D. (1); L. Giatti, M.D., Ph. D. (1); L. Casado, M. Sc. (2); L. de Moura , M. Sc. (3); C. Crespo, M. Sc. (4); D. Malta, M.D., Ph. D. (3)

Rattachement des auteurs

  1. Universidade Federal de Minas Gerais, Belo Horizonte (Minas Gerais), Brésil
  2. National Cancer Institute (INCA), Rio de Janeiro (RJ), Brésil
  3. Brazilian Ministry of Health, État du Minas Gerais, Belo Horizonte (Minas Gerais), Brésil
  4. Brazilian Institute of Geography and Statistics, Rio de Janeiro (RJ), Brésil

Correspondance : Sanhi Maria Barreto; courriel : sbarreto@medicina.ufmg.br

Contexte : Très peu d'études ont examiné le rôle joué par les contextes scolaire, domestique et familial dans le tabagisme des jeunes des pays à revenus intermédiaires.

Objectif : Décrire les comportements liés au tabagisme de 59 992 élèves du secondaire et examiner les facteurs connexes.

Conception de l'étude ou de l'intervention : National Survey of School Health (Enquête nationale sur la santé en milieu scolaire), 2009, menée par le ministère de la Santé.

Méthodologie : Un fumeur régulier est défini comme une personne ayant fumé une cigarette au moins une fois au cours des 30 derniers jours. Les variables explicatives ont été regroupées en catégories (à savoir, les caractéristiques sociodémographiques, le contexte scolaire, le contexte domestique et le rapport familial), puis analysées à l'aide de plusieurs modèles de régression logistiques.

Résultats : Les filles représentaient un peu plus de la moitié (53 %) des répondants et étaient âgées de 13 à 15 ans. Près du quart (24 %) d'entre elles avaient déjà fumé des cigarettes et, parmi elles, 50 % l'avaient fait lorsqu'elles avaient moins de 12 ans. La prévalence des fumeurs réguliers était de 6,3 % (IC à 95 % : 5,87 à 6,74), et il n'y avait pas de variation en fonction du sexe. Le tabagisme n'était pas associé au niveau de scolarité de la mère ni au nombre de biens ménagers. Le fait de fréquenter une école privée, d'avoir la possibilité d'acheter des cigarettes à l'école et de manquer l'école sans le consentement des parents était associé à une augmentation du risque de tabagisme. En ce qui concerne le contexte domestique, le fait de ne pas vivre avec ses deux parents, d'avoir des parents qui fument et d'être exposé à d'autres fumeurs était associé positivement au tabagisme. En ce qui concerne le contexte familial, le risque de tabagisme augmentait lorsque les parents ignoraient ce que l'adolescent faisait, mais diminuait lorsque l'adolescent prenait ses repas avec sa mère au moins un jour par semaine et que les parents réagissaient négativement au tabagisme des adolescents.

Conclusion : Les résultats confirment le rôle important que jouent les contextes scolaire, domestique et familial dans le comportement des jeunes en matière de tabagisme. Ils aideront à améliorer les politiques en matière de santé publique visant à prévenir le tabagisme et à promouvoir la santé chez les adolescents.

Mots-clés : tabagisme chez les jeunes, comportements liés à la santé, contexte familial, contexte scolaire

Utilisation du Registre individuel de prestation de services de santé (RIPS) pour analyser le profil des maladies chroniques et les causes de morbidité, 2004 à 2009, Colombie

O. Bernal, Ph. D. (1); J. C. Forero, M.D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Faculté de médecine, Escuela de Gobierno Alberto Lieras Camargo, Universidad de los Andes, Bogotá, Colombie

Correspondance : Oscar Bernal; courriel : obernal@uniandes.edu.co

Contexte : En Colombie, les systèmes d'information sur les soins de santé qui servent à orienter les programmes de surveillance et les politiques en matière de santé publique sont fragmentés et ne permettent pas d'offrir un tableau complet de la situation.

Objectif : Déterminer la fréquence et le profil de plusieurs maladies chroniques (manifestations ischémiques, diabète et hypertension) entre 2004 et 2009, ainsi que dans quelle proportion les maladies transmissibles et les maladies non transmissibles contribuent au fardeau de la maladie.

Méthodologie : Nous avons utilisé la base de données du Registre individuel de prestation de services de santé (RIPS) pour obtenir de l'information sur les diagnostics et les causes de maladie entre 2004 et 2009, à partir des consultations chez les médecins, des services d'urgence et des hospitalisations.

Résultats : L'hypertension est associée à un nombre élevé de consultations chez le médecin. Les manifestations ischémiques et le diabète sont associés à une utilisation intensive des services d'urgence et d'hospitalisation. Les maladies transmissibles et les maladies non transmissibles coexistent, mais les maladies infectieuses sont plus fréquentes dans les groupes d'âge plus jeunes et dans les régions rurales de la Colombie. Les maladies chroniques, pour leur part, contribuent plus au fardeau de la maladie dans la région centrale et dans les groupes plus âgés.

Conclusion : Le RIPS constitue une importante source d'information qui devrait être exploitée et intégrée aux décisions stratégiques futures. En raison des répercussions du diabète sur la santé et sur l'utilisation des services hospitaliers et des services d'urgence, il est important de réaliser d'autres études visant à évaluer la prise en charge de la maladie par les médecins et les patients au cours de la période qui précède l'hospitalisation.

Mots-clés : systèmes de santé, maladie chronique, systèmes d'information, morbidité

 

 

Enquête nationale sur les comportements liés à la santé en Géorgie

M. Beruchashvili, M.D., Ph. M. (1,2,3); L. Baramidze, M.D., Ph. D. (1,2,3)

Rattachement des auteurs

  1. Non-Communicable Diseases Department, National Centre for Disease Control and Public Health, Tbilissi, Géorgie
  2. Faculty of Public Health, State Medical University, Tbilissi, Géorgie
  3. 2010–2012 Master's Program in Health Promotion, Faculty of psychology, Department of Health Promotion and Development, University of Bergen, Bergen, Norvège

Correspondance : M. Beruchashvili; tél. : +995 532 300329

Contexte : Les maladies non transmissibles représentent la plus lourde charge de morbidité et de mortalité en Géorgie, en raison de la forte prévalence des facteurs de risque comportementaux, facteurs qui n'ont pas fait l'objet de suffisamment d'études. Avec l'appui de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'Enquête nationale sur les comportements liés à la santé (STEPS) de l'OMS a été réalisée en Géorgie en 2010.

Objectif : Déterminer la prévalence et l'ampleur des facteurs de risque comportementaux des maladies non transmissibles en Géorgie.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Enquête transversale nationale.

Méthodologie : Nous avons utilisé l'approche STEPwise de l'OMS pour la surveillance des facteurs de risque comportementaux des maladies non transmissibles. À l'aide d'un échantillonnage aléatoire à plusieurs degrés, 7 629 participants des deux sexes, âgés de 19 à 64 ans, ont été sélectionnés et répartis en 243 grappes; l'échantillon représentait 6 839 ménages, et le taux de réponse était de 95 %. Les formulaires de collecte de données de l'approche STEPwise de l'OMS ont été adaptés et traduits en géorgien avant d'être utilisés.

Résultats : Chez les deux sexes, le pourcentage global de fumeurs actuels était de 30,3 %; 91,2 % des fumeurs fumaient tous les jours et 22,5 % des participants avaient consommé de l'alcool au cours des 12 derniers mois. La moyenne globale du nombre de jours de consommation était de 4,9 pour les fruits et 5,8 pour les légumes. Le taux d'activité physique totale de faible intensité par jour (< 600 équivalents métaboliques [MET]) était de 21,6 %; le nombre quotidien moyen de minutes d'activité physique totale (au travail, en voyage et durant les loisirs) était de 202,6; le nombre quotidien moyen de minutes consacrées à des activités sédentaires (à l'exception du sommeil) était de 198,9. Plus des trois-quarts (78,6 %) des répondants ne s'adonnaient à aucune activité physique vigoureuse; 89,3 % ne pratiquaient aucune activité physique durant les loisirs et 34,4 % ne faisaient aucune activité physique liée au travail.

Conclusion : La forte prévalence des facteurs de risque comportementaux des maladies non transmissibles est très répandue dans la population de la Géorgie.

Mots-clés : maladie non transmissible, facteur de risque comportemental, surveillance

Élaboration d'un cadre d'indicateurs pour la surveillance des maladies chroniques au Canada

M. T. Betancourt, M.D., M. Sc. (1); K. C. Roberts, M. Sc. (1); E. Driscoll, M. Sc. (1); T.- L. Bennett, M. Sc. (1); L. Pelletier, M.D., M.H.P., FRCPC (1)

Rattachement des auteurs

  1. Division de la surveillance et du contrôle des maladies chroniques, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada

Correspondance : Marisol T. Betancourt; courriel : marisol.betancourt@phac-aspc.gc.ca

Contexte : Comme il est reconnu que de nombreuses maladies chroniques faisant l'objet d'une surveillance par l'Agence de la santé du Canada surviennent en même temps et qu'elles présentent certains facteurs de risque communs, nous sommes en train d'élaborer un cadre d'indicateurs afin de trouver des mesures pertinentes pour la surveillance de l'ensemble des maladies chroniques au Canada.

Objectif : Jeter les assises de la production de rapports sur les maladies chroniques au Canada, fournir une base pour comparer l'état de santé de la population canadienne dans différentes régions, selon les groupes (p. ex. âge, sexe, statut socio-économique) et au fil du temps, et faire ressortir les secteurs qui nécessitent une attention et des mesures en matière de santé publique.

Conception de l'étude ou de l'intervention : À l'aide de méthodes normalisées, nous avons déterminé un ensemble d'indicateurs clés, notamment des mesures précises, pour la surveillance des maladies chroniques au Canada. De plus, nous avons identifié les sources de données nationales actuellement disponibles permettant de rendre compte de ces indicateurs et des lacunes dans les données.

Méthodologie : À partir d'une analyse exhaustive du contexte portant sur les systèmes nationaux et internationaux de surveillance de la santé et d'un classement réalisé par deux examinateurs en fonction de critères d'inclusion définis a priori, nous avons dressé une liste de mesures précises et d'indicateurs potentiellement pertinents.

Résultats : Le cadre présente un ensemble d'indicateurs, organisé selon un modèle conceptuel lié aux maladies chroniques : « déterminants démographiques, sociaux et environnementaux », « facteurs comportementaux de risque et de protection », « facteurs de risque intermédiaires », « résultats pour la santé » et « services de santés/impact économique et prévention tertiaire ».

Conclusion : L'ébauche du cadre d'indicateurs permet de dégager un ensemble équilibré d'indicateurs clés pour la surveillance des maladies chroniques au Canada. La prochaine étape consiste à entreprendre une série de consultations à l'interne et à l'externe.

Mots-clés : indicateur, maladie chronique

 

 

La surveillance de la nutrition au Québec

C. Blanchet, M. Sc. (1) ; P. Lamontagne, Dt. P., M. Sc. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Unité de surveillance des maladies chroniques et de leurs déterminants, Institut national de santé publique du Québec, Québec (Québec), Canada

Correspondance : Carole Blanchet; courriel : carole.blanchet@inspq.qc.ca

Contexte : La surveillance de la nutrition est nécessaire pour élaborer des programmes et des politiques publiques efficaces en matière de nutrition, pour vérifier les tendances concernant les habitudes alimentaires et l'accès à des aliments sains, et pour recueillir des renseignements sur les statuts nutritionnels et de santé connexes. La surveillance de la nutrition s'est progressivement développée au Québec au cours des dernières années, car elle fait partie de la surveillance des habitudes de vie, qui à leur tour, sont prises en compte dans la surveillance des maladies chroniques.

Objectif : Le développement de la surveillance nutritionnelle au Québec vise à obtenir et à fournir les données essentielles à la planification, à la mise en œuvre et à l'évaluation des programmes, des politiques et des interventions sur la nutrition.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Élaboration d'un plan de surveillance.

Méthodologie : Un plan de surveillance multithématique a récemment été élaboré pour les maladies chroniques et les habitudes de vie, incluant la nutrition. Ce plan a été présenté au Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, qui l'a approuvé.

Résultats

La surveillance en nutrition est effectuée selon un cadre conceptuel qui intègre des facteurs individuels et environnementaux comme principaux déterminants de la santé nutritionnelle. Les déterminants individuels intégrés comprennent entre autres la consommation alimentaire, les apports nutritionnels, les habitudes et les comportements. Ils concernent aussi l'état nutritionnel populationnel, vérifiable par des mesures cliniques ou biochimiques ainsi que par les mesures anthropométriques et de composition corporelle. Au regard des facteurs environnementaux, la dimension micro-environnementale réfère aux lieux physiques précis dans lesquels les individus résident, étudient, travaillent ou pratiquent leurs loisirs ainsi qu'à l'accès à une alimentation suffisante. La dimension macro-environnementale réfère aux politiques gouvernementales ou à l'industrie agroalimentaire.

Conclusion : Les initiatives québécoises en matière de surveillance de l'état de santé nutritionnelle de la population et des facteurs qui y sont associés répondent à de nombreux besoins et sont nécessaires à la lutte contre la plupart des maladies chroniques.

Mots clés : Surveillance, nutrition, poids corporel

Différences socio-économiques et inégalités quant à l'accès aux soins de santé du point de vue du système d'aide sociale, Italie, de 2007 à 2010

M. Braggion, M. Sc. (1); S. Campostini, Ph. D. (2); G. Bertin, Ph. D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Department of Economics, Université Cà Foscari, Venise, Italie
  2. Department of Environmental Sciences, Informatics and Statistics, Université Cà Foscari, Venise, Italie

Correspondance : Marco Braggion; courriel : marco.braggion@unive.it

Contexte : Les probabilités d'accès aux services de soins de santé italiens diffèrent selon le revenu (élevé ou faible) des résidents.

Objectif : Examiner les différences d'accès aux soins de santé entre des sujets italiens à revenu élevé et des sujets italiens à revenu faible profitant de différents systèmes d'aide sociale, au moyen du système de sondage italien sur la surveillance des facteurs de risque comportementaux (PASSI).

Conception de l'étude ou de l'intervention : Système de sondage PASSI de 2007 à 2010 (nombre total de sujets : 134 494).

Méthodologie : Pour définir ce qu'était un sujet à revenu élevé et un sujet à revenu faible, nous avons utilisé un indicateur permettant de déterminer la situation économique perçue. Pour ce qui est des exemples d'accès aux soins de santé, nous avons utilisé le test Pap, la mammographie de dépistage et la coloscopie ou la recherche de sang occulte dans les selles. Les sujets avaient été sélectionnés dans toutes les régions administratives de l'Italie et répartis par la suite en différents groupes en fonction des divers systèmes d'aide sociale. Pour estimer les rapports de cotes (et les IC à 95 %) corrigés en fonction de variables confusionnelles potentielles, nous avons employé des techniques de régression logistique, en tenant compte des interactions entre les résultats et les variables confusionnelles.

Résultats : La situation économique perçue est étroitement liée à l'accès aux services de soins de santé et il existe une forte interaction entre les différents systèmes d'aide sociale (RC ajusté associé au fait d'avoir subi/de ne pas avoir subi un test Pap dans la zone la plus pauvre contre la zone la plus riche : 0,5 [0,4; 0,7] [p < 0,001]). Le RC associé au fait d'avoir subi un test Pap au cours des trois dernières années (p < 0,001) était 3,5 (3,2; 4,0) fois plus élevé chez les sujets qui avaient reçu une lettre de rappel relativement aux services de soins de santé que chez les sujets qui n'avaient pas reçu une telle lettre.

Conclusion : Notre étude a révélé des différences en ce qui concerne l'accès aux soins de santé selon la catégorie de revenus et le système d'aide sociale. Elle a également montré que les communications personnelles permettent d'améliorer l'accès aux soins de santé.

Mots-clés : déterminants sociaux, système d'aide sociale, accès aux soins de santé

 

 

Le Réseau canadien de surveillance des facteurs de risque : résultats après 3 ans

G. Butt, I.A., Ph. D. (1); J. Algroy, M. Sc. (2); M. L. Decou, M. Sc. (3)

Rattachement des auteurs

  1. BC Centre for Disease Control, University of British-Columbia (Colombie-Britannique), Canada
  2. Ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l'Ontario, Toronto (Ontario), Canada
  3. Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada

Correspondance : Gail Butt; courriel : gail.butt@bccdc.ca

Contexte : En 2005, un groupe de travail pancanadien a recommandé l'adoption d'une approche coordonnée de la surveillance des facteurs de risque de maladies chroniques pour l'ensemble du Canada. Des réunions ultérieures avec des intervenants parrainés par l'Agence de santé publique du Canada ont mené à la création, en septembre 2008, de l'Alliance canadienne de surveillance régionale des facteurs de risque (ACSRFR). Ce réseau national d'intervenants en santé publique s'emploie à renforcer la capacité de surveillance coordonnée des facteurs de risque de maladies chroniques.

Objectif : Évaluer les résultats de l'ACSRFR après trois ans de fonctionnement et déterminer les futurs secteurs de développement.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude rétrospective descriptive

Méthodologie : L'examen de dossiers, les enquêtes et les entrevues ont servi à identifier les résultats. Nos analyses comprenaient une analyse de contenu pour les données qualitatives et des techniques de statistique descriptive pour les données quantitatives.

Résultats : Nous avons créé une structure de réseau regroupant le Comité de coordination canadien et cinq groupes de travail (communications, outils et ressources, adhésion des membres et publicité, formation et inventaire des analyses de la conjoncture). Le nombre de membres est passé de moins de 50 à 466. Des outils de communication ont été élaborés, notamment un site Web interactif pour les membres, un bulletin d'information, une liste de diffusion (listserv) et des rapports publiés sur tous les projets de l'ACSRFR. Parmi les stratégies pédagogiques figuraient un symposium national, des ateliers régionaux et des webinaires bimestriels. Les projets visant à appuyer les membres et à identifier les futurs secteurs d'intervention comprenaient une analyse de la conjoncture à l'échelle nationale et internationale, des études de cas modulaires, une évaluation des besoins en éducation et des entrevues avec les intervenants.

Conclusion : Les résultats ont permis d'informer les membres et les parrains du réseau sur les réalisations et les futurs secteurs d'intervention pour les trois prochaines années. Un réseau étendu est un moyen efficace pour les intervenants en santé publique de collaborer pour renforcer les capacités, en vue d'adopter une approche coordonnée de la surveillance des facteurs de risque de maladies chroniques.

Mots-clés : réseau, maladie chronique, facteur de risque, surveillance

Mise au point d'un système national de surveillance des facteurs de risque comportementaux : l'expérience de Singapour

C.-Y. Chng, M. Sc. (1); A. Prescott, M. Sc. (1); L. Yeo, M.A.P. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Health Promotion Board, Singapour

Correspondance : Chee-Yeong Chng; courriel : chng_chee_yeong@hpb.gov.sg

Contexte : Pour faire en sorte que les programmes de promotion de la santé soient guidés par des données probantes de qualité, le Health Behaviour Surveillance of Singapore (HBSS) a été mis au point. Il s'agit d'un système de surveillance des comportements liés à la santé qui permet de surveiller de façon plus étroite les facteurs de risque clés.

Objectif : Le HBSS a été créé pour permettre la collecte et l'analyse de données de façon systématique et continue, pour suivre les changements des tendances en matière de comportements liés à la santé et pour fournir des alertes.

Méthodologie : Le HBSS, qui s'inspirait du Behavioral Risk Factor Surveillance System (BRFSS) des États-Unis, a dû être adapté aux exigences locales de Singapour. Une étude sur les méthodes de collecte de données a été menée pour déterminer comment optimiser les taux de réponse et obtenir une bonne couverture de la population. Un essai cognitif du questionnaire a été réalisé pour déterminer dans quelle mesure la population multiethnique de Singapour comprenait les questions.

Résultats : L'étude sur les méthodes de collecte de données a révélé qu'un modèle séquentiel de méthodes mixtes (appel téléphonique suivi d'un entretien en personne) était le meilleur moyen d'obtenir une bonne couverture de la population et des taux de réponse raisonnables. L'essai cognitif du questionnaire a mis en évidence des problèmes de littéracie dans le domaine de la santé. Les questions ont été modifiées de manière à simplifier la construction des phrases et le vocabulaire, tandis que des explications ont été rajoutées dans le cas de concepts peu connus. Les résultats de l'étude pilote au début de 2010 ont révélé un taux de coopération de 84 % chez les répondants admissibles.

Conclusion : Une approche faisant appel à des méthodes mixtes a permis d'améliorer la couverture obtenue et de réduire le taux d'erreur lié à la non-réponse. Le choix inhérent de méthode pourrait avoir une incidence sur certaines variables, et un ajustement statistique pourrait être effectué pour tenir compte des effets liés à la méthode utilisée. Bien que le HBSS permette d'assurer une surveillance plus étroite des facteurs de risques comportementaux liés à la santé à l'échelle du pays, il devra pouvoir être adapté en fonction de l'évolution des besoins.

Mots-clés : surveillance, méthode mixte, méthodologie

 

 

Établissement de réseaux nationaux et internationaux pour améliorer la capacité en matière de surveillance des facteurs de risque liés à la santé

B. C. K. Choi, Ph. D. (1)

Rattachement de l'auteur

  1. Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada

Correspondance : Bernard Choi; courriel : bernard.choi@phac-aspc.gc.ca

Contexte : Un réseau est un groupe de personnes ou d'organisations qui sont étroitement liées et qui travaillent en collaboration. Différentes raisons peuvent motiver l'établissement de réseaux et l'adoption d'une approche multidisciplinaire, comme résoudre un problème qui existe dans le monde ou améliorer la capacité.

Objectif : Explorer différentes méthodes utilisées pour établir des réseaux et travailler en équipe.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Synthèse des connaissances.

Méthodologie : Une revue systématique et détaillée de la littérature a été effectuée.

Résultats : Il existe des différences entre les approches multidisciplinaires, interdisciplinaires et transdisciplinaires, et ces termes ne sont pas interchangeables. Pour favoriser un bon travail d'équipe, il faut prendre en compte huit éléments : l'équipe, l'enthousiasme, l'accessibilité, la motivation, le lieu de travail, l'objectivité, le rôle et les liens. Un certain nombre d'exemples proviennent des réseaux de surveillance des facteurs de risque liés à la santé, notamment le Rapid Risk Factor Surveillance System (RRFSS; système rapide de surveillance des facteurs de risque; Ontario), l'Alliance canadienne de surveillance régionale des facteurs de risque (ACSRFR; Canada), le America's Network for Chronic Disease Surveillance (AMNET; réseau panaméricain de surveillance des maladies chroniques; région des Amériques) et la World Alliance for Risk Factor Surveillance (WARFS; Alliance mondiale sur la surveillance des facteurs de risque; à l'échelle mondiale).

Conclusion : Les réseaux de surveillance nationaux et internationaux remportent davantage de succès lorsqu'ils intègrent des éléments favorisant un bon travail d'équipe.

Mots-clés : réseau, multidisciplinaire, interdisciplinaire, transdisciplinaire, travail d'équipe

Établissement d'un lien entre les systèmes de surveillance et l'élaboration et l'évaluation de politiques : exemples provenant du Canada

B. C. K. Choi, Ph. D. (1)

Rattachement de l'auteur

  1. Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada

Correspondance : Bernard Choi; courriel : bernard.choi@phac-aspc.gc.ca

Contexte : Dans le domaine de la promotion de la santé, une question clé est de savoir comment améliorer la prise de décisions efficaces et fondées sur des données probantes.

Objectif : Examiner les façons d'établir un lien plus efficace entre la surveillance de la santé publique et l'élaboration et l'évaluation de politiques et de programmes de santé publique.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Un groupe d'enquêteurs du gouvernement fédéral et d'autorités provinciales et locales de la santé au Canada a cherché à trouver des moyens d'améliorer le lien entre la surveillance et les politiques et les programmes. Les enquêteurs étaient spécialisés dans différents domaines, notamment les maladies chroniques, les maladies infectieuses, la promotion de la santé, l'hygiène de l'environnement, la sécurité des produits, la nutrition et la surveillance de la santé publique. Il s'agissait à la fois de chercheurs et de responsables de l'élaboration de politiques.

Méthodologie : Des enquêteurs de l'Agence de la santé publique du Canada, de Santé Canada et de Statistique Canada, ainsi que d'autorités provinciales et locales de la santé, ont recueilli des témoignages et des exemples tirés de leur expérience professionnelle qui, selon eux, permettaient d'améliorer l'efficacité du recours à des données de surveillance pour élaborer des mesures de santé publique. Ces exemples ont ensuite été regroupés en plusieurs grandes approches.

Résultats : Nous avons établi plusieurs approches pouvant améliorer le lien entre la surveillance et les politiques et les programmes : (1) surveillance à l'échelle locale, (2) surveillance des groupes à risque élevé, (3) surveillance visant à combler les besoins en matière de politiques, (4) surveillance dans le but d'élaborer des politiques et des programmes et (5) surveillance dans le but d'évaluer les politiques. Ces approches sont étayées de nombreux exemples.

Conclusion : De nouvelles approches novatrices pourraient établir un lien plus efficace entre la surveillance et la promotion de la santé. Ces exemples démontrent que la surveillance peut avoir un impact plus important sur l'élaboration de politiques et de programmes de santé publique.

Mots-clés : surveillance, lien, élaboration de politiques, évaluation

 

 

L'art de la SCIENCE au service de l'accroissement des capacités de surveillance, de prévention et de contrôle des maladies chroniques

B. C. K. Choi, Ph. D. (1)

Rattachement de l'auteur

  1. Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada

Correspondance : Bernard Choi; courriel : bernard.choi@phac-aspc.gc.ca

Contexte : Les maladies chroniques constituent à l'heure actuelle un problème majeur de santé publique, autant dans les pays développés que dans les pays en développement. Même si, sur le plan de la maladie, les maladies chroniques ne sont pas transmissibles, elles se transmettent aisément sur le plan de leurs facteurs de risque. Au fil des progrès humains et des avancées technologiques, la menace à la santé publique que pose l'épidémie mondiale de maladies chroniques ne fera que croître.

Objectif : Cerner sept thèmes sur lesquels fonder l'accroissement des capacités en santé publique. Bien que ces thèmes soient à l'origine déterminés en fonction des maladies chroniques, ils seront applicables à d'autres enjeux de santé publique.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Synthèse de la littérature et études de cas.

Méthodologie : La consultation de 25 experts internationaux en santé publique de même qu'une synthèse de la littérature ont permis de compiler des idées et des exemples concrets provenant de divers pays. Ces données pourraient contribuer à améliorer les capacités en matière de surveillance, de prévention et de contrôle des maladies chroniques. Une attention particulière a été portée à la recherche d'idées et de solutions non conventionnelles et novatrices.

Résultats : Des idées et exemples concrets pour aider à améliorer les capacités de surveillance, de prévention et de contrôle des maladies chroniques ont été compilés et regroupés sous sept thèmes désignés collectivement par l'acronyme SCIENCE : stratégie, collaboration, information, éducation, nouveauté, communication et évaluation.

Conclusion : Plusieurs nouvelles approches et idées qui sont actuellement examinées dans la littérature et par les experts peuvent aider à accroître la capacité de surveillance.

Mots-clés : stratégie, collaboration, information, éducation, nouveauté, communication, évaluation

L'espérance de vie et l'espérance de vie ajustée en fonction de la santé au Canada et dans plusieurs pays d'Amérique latine : un projet de collaboration internationale mené par l'AMNET et l'Agence de la santé publique du Canada

B. C. K. Choi, Ph. D. (1,2,3); R. Granero, M.D., M. Sc. S. (2,3,4); A. Lawrynowicz, M.D., M.H.P., M. Sc. (2,5); Équipe de projet EV/EVAS du comité scientifique de l'AMNET *; D. Latour-Villamil, B. Sc. (1,3); L. Loukine, M. Sc. (1); C. Waters, B. Sc. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada
  2. Americas' Network for Chronic Disease Surveillance (AMNET)
  3. University of Toronto, Toronto (Ontario), Canada
  4. Asociación Cardiovascular Centrooccidental (ASCARDIO), Barquisimeto, État de Lara, Venezuela
  5. Instituto Nacional de Epidemiología « Dr Juan H. Jara », Mar del Plata, Buenos Aires, Argentine

* Argentine : S. Bienaimé Rebec, N. González Casalegno, A. Lawrynowicz, A. Perinetti; Bolivie : F. Alcaraz, M. Vasquez Machaca; Canada : B. C. K. Choi, M. González; Colombie : O. Bernal, A. I. Delgado, C. González, F. O. Mendivelso, M. Rodríguez Bedoya; Costa Rica : R. Wong McClure; Équateur : L. Castillo, P. Mogrovejo Jaramillo; El Salvador : O. Hernández; Guatemala : D. W. Zeceña-Alarcon; Honduras : S. E. Diaz,M. G. Romero Andrade; Mexique : S. Hernandez, J. C. Medrano Rodríguez; Paraguay : G. Gamarra; Pérou : E. Nuñez; Venezuela : R. Granero, J. Chique

Correspondance : Bernard Choi; courriel : bernard.choi@phac-aspc.gc.ca

Contexte : L'espérance de vie (EV) et l'espérance de vie ajustée en fonction de la santé (EVAS) sont des indicateurs de la santé des populations. L'EV ne porte que sur la mortalité, tandis que l'EVAS intègre également des renseignements sur la morbidité. L'obtention de ces indicateurs représente un défi dans beaucoup de pays d'Amérique latine, où les systèmes d'enregistrement de l'état civil sont parfois incomplets et où les données sur la morbidité peuvent être rares.

Objectif : Évaluer l'accessibilité des données sur la mortalité et la morbidité dans plusieurs pays d'Amérique latine et produire des estimations de l'EV et de l'EVAS, de même que comparer ces estimations à celles produites par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et à celles obtenues pour le Canada.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude de collaboration internationale impliquant 12 pays d'Amérique latine et le Canada.

Méthodologie : L'EV a été calculée, pour la période allant de 2006 à 2008, à l'aide de la méthode Chiang, avec les données sur la population et sur la mortalité déclarées/estimées selon le sexe et par tranche d'âge quinquennale, pour 18 groupes d'âge. L'EVAS pour la population adulte a été calculée à l'aide de la méthode de Sullivan, avec les données déclarées selon le sexe et 13 groupes d'âge. La variable d'ajustement des poids était la prévalence de la bonne santé en 2007, obtenue à partir des données autodéclarées sur la santé.

Résultats : On a obtenu l'EV (en nombre d'années) à la naissance, pour la période allant de 2006 à 2008, pour les pays suivants : Colombie (78), Costa Rica (80), Pérou (81), Venezuela (75), Guatemala (71), Équateur (78), Argentine (75) et Canada (82). L'EVAS à l'åge de 20 ans, pour l'année 2007, a été estimée pour la Colombie (36) et le Canada (53) en fonction des données disponibles.

Conclusion : Il a été possible d'obtenir des estimations de l'EV à l'aide des données obtenues dans 7 des 12 pays d'Amérique latine participants. Pour estimer l'EVAS, il faut disposer de données précises qui sont difficiles à obtenir dans certains pays.

Mots-clés : autonomisation, surveillance, espérance de vie, espérance de vie ajustée en fonction de la santé, Amérique latine, Colombie, Pérou, Venezuela, Guatemala, Équateur, Argentine, Costa Rica, Canada

 

 

Projet de l'Agence de la santé publique du Canada sur l'espérance de vie ajustée en fonction de la santé au Canada

B. C. K. Choi, Ph. D. (1); Comité directeur de l'EVAS, ASPC* (1)

Rattachement des auteurs

  1. Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada

*Membres du comité : B. C. K. Choi (président), E. Driscoll, J. Ellison, X. Jiang, L. Loukine, R. Semenciw, F. Wang, C. Waters, R. Zhang, P. Bakshi, G. Saaltink, C. Yue, W. Luo, H. Orpana, A. Diener, A. Kwan

Correspondance : Bernard Choi; courriel : bernard.choi@phac-aspc.gc.ca

Contexte : L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) fait état de l'espérance de vie ajustée en fonction de la santé (EVAS) à la naissance et de l'EVAS selon le revenu en tant qu'indicateurs stratégiques de rendement axés sur les résultats. L'EVAS est un indicateur utile qui représente le nombre d'années pendant lesquelles une personne peut espérer vivre en bonne santé, compte tenu des profils de morbidité et de mortalité actuels.

Objectif : Calculer l'espérance de vie (EV) et l'EVAS de la population canadienne en fonction du revenu ainsi que de certaines maladies chroniques (notamment diabète, hypertension et cancer) et diffuser les résultats obtenus.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Les données employées provenaient de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes et du Système national de surveillance des maladies chroniques. L'EV a été calculée à partir d'une table de mortalité abrégée construite selon la méthode de Chiang, et l'EVAS, à l'aide de la méthode de Sullivan adaptée.

Méthodologie : L'EV et l'EVAS ont été calculées à l'aide de plusieurs approches. La méthode principale visait à comparer l'EV et l'EVAS pour des groupes mutuellement exclusifs, à savoir les sous-populations atteintes ou non d'une maladie donnée. Les autres approches consistaient entre autres à calculer l'augmentation hypothétique de l'EV et de l'EVAS de la population en cas d'éradication de certaines maladies.

Résultats : Les sous-populations atteintes de maladies et les sous-populations à faible revenu avaient une EV et une EVAS plus courte que les populations en bonne santé et à revenu élevé, respectivement. L'importance de l'écart variait selon la maladie : par exemple, les écarts étaient plus faibles en cas de diabète ou d'hypertension qu'en cas de cancer.

Conclusion : L'EVAS est un indicateur utile pour surveiller l'état de santé de la population et peut être appliqué pour diverses sous-populations. Son incidence sur l'infrastructure des données, la surveillance continue et les activités d'analyse sera abordée.

Mots-clés : espérance de vie ajustée en fonction de la santé, EVAS, maladies chroniques, espérance de vie, surveillance

Évaluation à mi-parcours des conséquences sur la santé du tremblement de terre survenu le 6 avril 2009 à L'Aquila, en Italie, selon le système PASSI de surveillance des facteurs de risque comportementaux

V. Cofini (1); V. Minardi (2); G. Diodati (3); N. Mirante (2); C. Mancini (4); A. Carbonelli (1); A. Gigantesco (2); M. O. Trinito (5); E. Tarolla (2); P. D'Argenio (2); S. Salmaso (2); C. Granchelli (3)

Rattachement des auteurs

  1. Department of Internal Medicine and Public Health (MISP), University of L'Aquila, L'Aquila, Italie
  2. National Centre for Epidemiology, Surveillance and Health Promotion (CNESPS), Istituto Superiore di Sanità (ISS), Rome, Italie
  3. Unité de santé locale « Pescara », Pescara, Italie
  4. Unité de santé locale « Avezzano-Sulmona-L'Aquila », L'Aquila, Italie
  5. Unité de santé locale « Rome C », Rome, Italie

Correspondance : Vincenza Cofini; courriel : vincenza.cofini@cc.univaq.it

Contexte : Un an après le tremblement de terre survenu à L'Aquila, les unités de santé locales d'Abruzzo, en collaboration avec l'University of L'Aquila (Université de L'Aquila), l'Istituto Superiore di Sanità (Institut national italien pour la santé) et le ministère de la Santé, ont mené une enquête à mi-parcours sur les conséquences du tremblement de terre sur la santé.

Objectif : Surveiller les comportements liés à la santé et évaluer la prévalence des symptômes de dépression, d'anxiété et de trouble de stress post-traumatique (TSPT), en vue de créer une base de connaissances visant à mieux éclairer les décisions en matière de santé publique.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Enquête téléphonique menée auprès d'adultes de 18 à 69 ans.

Méthodologie : L'analyse a été basée sur le système PASSI de surveillance des facteurs de risque comportementaux, qui est utilisé depuis 2007. Le questionnaire PASSI dûment modifié a été utilisé.

Résultats : Sur les 957 résidents interviewés (taux de réponse de 95 %), 92 % ont été confrontés au tremblement de terre. Sur ces 92 %, 5 % ont été blessés, 42 % ont perdu un être cher, 62 % ont quitté leur domicile en raison des dommages subis, 45 % ont signalé d'importantes pertes financières et seulement 52 % avaient pu réintégrer leur domicile au moment où ils ont répondu au questionnaire. Le tremblement de terre a entraîné une augmentation de 6 % de la prévalence de la dépression (de 10 % à 16 %) et une hausse de 20 % de la prévalence des comportements sédentaires (de 19 % à 39 %). La prévalence du TSPT a été estimée à 4 %. Dans le cas des autres facteurs de risque étudiés, la communauté locale semble avoir été en mesure de préserver l'état de santé dont elle jouissait avant le tremblement de terre, mais ces informations ne sont pas disponibles dans certains cas.

Conclusion : L'étude fournit une estimation des conséquences non traumatiques du tremblement de terre sur la santé, lesquelles ont, pour seule considération, fait l'objet d'une compensation financière par le Service de santé national; il s'agit d'un outil utile pour évaluer les besoins en matière de santé publique en cas de catastrophe.

Mots-clés : enquête en Italie après un tremblement de terre, conséquences du tremblement de terre sur la santé

 

 

Fardeau des maladies chroniques associé à l'obésité au Canada

S. Dai, M.D., Ph. D. (1); D. P. Rao, M. Sc. (1); A. Bienek, M. Sc. (1); C. Robitaille, M. Sc. (1); K. C. Roberts, M. Sc. (1); C. Pelletier, M. Sc. (1); F. Wang, M.D., M. Sc. (1); L. Pelletier, M.D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Centre de prévention et de contrôle des maladies chroniques, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada

Correspondance : Sulan Dai; courriel : sulan.dai@phac-aspc.gc.ca

Contexte : L'obésité est l'un des principaux facteurs contribuant aux maladies chroniques, notamment l'hypertension, le diabète et les maladies cardiovasculaires (MCV).

Objectif : Étudier le lien entre l'excès de poids corporel et les maladies chroniques au Canada.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude transversale fondée sur les données de l'Enquête canadienne sur les mesures de la santé 2007-2009.

Méthodologie : Notre étude portait sur 5 573 répondants âgés de 6 à 80 ans. L'indice de masse corporelle a été calculé pour chacun des répondants et ceux-ci ont été classés dans l'une des catégories suivantes : poids normal, embonpoint ou obésité. La prévalence mesurée ou autodéclarée de diabète de type 2, d'hypertension, de maladies respiratoires, de maladies cardiaques, de problèmes musculo-squelettiques et de cancer chez les répondants adultes a également été calculée et examinée en lien avec l'IMC par analyse de régression logistique.

Résultats : Plus de 40 % des jeunes Canadiens et Canadiennes (6 à 39 ans) interrogés avaient de l'embonpoint (24,2 %; IC à 95 % : 20,6 à 27,8) ou étaient obèses (17,2 %; IC à 95 % : 14,7 à 19,7). Parmi les répondants âgés de 40 à 80 ans, 41,3 % (IC à 95 % : 38,0 à 44,7) avaient de l'embonpoint et 27,1 % (IC à 95 % : 23,0 à 31,2) étaient obèses. De façon générale, près des deux tiers des répondants (64,6 %; IC à 95 % : 61,5 à 67,8) n'ont déclaré aucune maladie chronique; 20,9 % (IC à 95 % : 18,2 à 23,6) ont déclaré souffrir d'une maladie chronique; 9,4 % (IC à 95 % : 8,2 à 10,52) ont déclaré souffrir de deux maladies chroniques et 5,1 % (IC à 95 % : 4,6 à 7,2) ont déclaré souffrir de trois maladies chroniques ou plus. Les sujets canadiens qui étaient obèses étaient 3 fois plus susceptibles (IC à 95 % : 1,8 à 4,9) de souffrir d'au moins une maladie chronique, y compris l'hypertension (RC = 2,6; IC à 95 % : 1,9 à 3,5), le diabète de type 2 (RC = 2,5; IC à 95 % : 1,8 à 3,5) et les MCV (RC = 2,2; IC à 95 % : 1,2 à 4,0).

Conclusion : Plus du tiers de la population canadienne est atteinte d'au moins une maladie chronique. Le risque est doublé chez les membres de la population qui souffrent d'embonpoint ou d'obésité mesurés.

Mots-clés : indice de masse corporelle, embonpoint, obésité, maladie chronique, diabète de type 2, maladie cardiovasculaire, Canada

Youth Health Survey (enquête sur la santé des jeunes) du Manitoba : une collaboration provinciale pour la surveillance des facteurs de risque

T. Erickson, B. Com. (1); C. Leggett, M.H.P. (2); Groupe de travail de la Youth Health Survey (3)

Rattachement des auteurs

  1. Office régional de la santé d'Entre-les-Lacs, Gimli (Manitoba), Canada
  2. Action cancer Manitoba, Winnipeg (Manitoba), Canada
  3. Groupe de travail de la Youth Health Survey de Partners in Planning for Healthy Living, Winnipeg (Manitoba), Canada

Correspondance : Tannis Erickson; courriel : terickson@irha.mb.ca

Contexte : La province du Manitoba couvre une zone géographique aussi vaste que diversifiée.

Les collectivités étant confrontées à divers obstacles à la santé, elles ont besoin d'obtenir des données qui leur sont propres sur les facteurs de risque des maladies chroniques.

Objectif : Le groupe Partners in Planning for Healthy Living (PPHL) a mis en œuvre la Youth Health Survey (enquête sur la santé des jeunes) dans le but de fournir aux écoles, aux divisions scolaires et aux offices régionaux de la santé des données sur les facteurs de risque propres aux collectivités, pour une planification fondée sur des données probantes.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Le groupe PPHL et les offices régionaux de la santé du Manitoba ont collaboré à l'élaboration et à la mise en œuvre d'un système provincial de surveillance des facteurs de risque centré sur les jeunes.

Méthodologie : L'enquête sur la santé des jeunes (élaborée et pilotée par l'Office régional de la santé d'Entre-les-Lacs) a permis de recueillir auprès des jeunes manitobains des données sur les facteurs de risque de maladies chroniques (notamment l'activité physique, une saine alimentation, le tabagisme, la consommation d'alcool et de drogues et les liens avec l'école). L'administration de l'enquête a été appuyée par le groupe PPHL, qui a fourni des ressources humaines, un soutien financier et l'expertise de ses membres.

Résultats : L'enquête a été administrée à des élèves de la 6e à la 12e année dans plus de 400 écoles du Manitoba, notamment dans des écoles des Premières nations, des écoles francophones et des écoles indépendantes (n = 46 919). Des rapports de rétroaction ont été transmis aux écoles, aux divisions scolaires, aux régions et à la province. De plus, de nombreuses activités locales d'échange de connaissances ont vu le jour depuis la parution de ces rapports.

Conclusion : Les activités de surveillance des facteurs de risque de cette ampleur exigent un leadership à de multiples niveaux et l'appui de divers partenaires. Le fait de travailler et d'apprendre ensemble nous permet de fournir des données pertinentes au niveau communautaire de façon à orienter la planification à ce niveau. Le premier cycle de l'enquête a fait ressortir la nécessité d'établir un système durable de surveillance des facteurs de risque à l'échelle de la province.

Mots-clés : surveillance, jeunesse, facteurs de risque de maladies chroniques

 

 

Données de surveillance en Italie : le système italien PASSI

G. Ferrante, M.D., M. Sc. (1); V. Possenti, M. Sc. (1); S. Baldissera, M.D., M. Sc. (1); N. Bertozzi, M.D., M. Sc. (2); G. Carrozzi, M.D., M. Sc. (3); B. De Mei, B. Sc. (1); S. Campostrini, Ph. D. (4); P. D'Argenio, M.D. (1); A. D'Argenzio, M.D., M. Sc. (5); P. Fateh-Moghadam, M.D., M. Sc. (6); V. Minardi, B.S.C. (1); E. Quarchioni, B.S.C. (1); M. O. Trinito, M.D., M. Sc. (7); S. Vasselli, B.S.C. (8); S. Salmaso, B. Sc. (1)

Rattachement des auteurs

  1. CNESPS, Istituto Superiore di Sanità, Rome, Italie
  2. Unité de santé locale (USL) de Césène, Césène, Italie
  3. USL de Modène, Modène, Italie
  4. Ca' Foscari University, Venise, Italie
  5. USL de Caserte, Caserte, Italie
  6. USL de Trente, Trente, Italie
  7. USL Rome C, Rome, Italie
  8. Ministère de la Santé de l'Italie

Correspondance : Gianluigi Ferrante; courriel : gianluigi.ferrante@iss.it

Contexte : Il est important de surveiller les comportements de la population en matière de santé afin de cerner les secteurs où l'on pourrait mettre en œuvre des interventions de santé publique. Le système de surveillance des facteurs de risque comportementaux qui est actuellement utilisé en Italie (PASSI) recueille des données locales utiles, accroît l'utilisation des données épidémiologiques, permet d'obtenir rapidement une rétroaction et facilite les comparaisons avec les données internationales et entre les unités de santé locales (USL) ou les régions.

Objectif : Décrire les plus récents résultats des indicateurs relatifs aux modes de vie dont les autres sources italiennes ne parlent pas.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Le PASSI est une enquête téléphonique transversale qui fournit de l'information sur la qualité de vie, le tabagisme, l'activité physique, l'alimentation, la consommation d'alcool, les comportements en matière de conduite, les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire, le dépistage du cancer, la vaccination, la santé mentale, les accidents à la maison et les facteurs sociodémographiques.

Méthodologie : Le personnel des USL effectue des entrevues téléphoniques mensuelles auprès d'un échantillon aléatoire de membres de la population générale résidente âgés de 18 à 69 ans. Plus de 140 000 entrevues ont été effectuées (de 2007 à mai 2011). En 2010, 138 USL participaient aux activités de surveillance, dont le taux d'admissibilité était de 96 %, le taux de réponse, de 87 %, et le taux de substitution, de 13 %.

Résultats : En 2010, 28 % des répondants fumaient la cigarette. Parmi les personnes qui fumaient au cours des 12 mois précédant l'entrevue, 40 % avaient essayé d'arrêter; de celles-ci, 8 % avaient réussi, 9 % essayaient toujours et 83 % avaient échoué. Quinze pour cent des personnes interrogées s'étaient fait questionner au sujet de leur consommation d'alcool par un omnipraticien; parmi les consommateurs d'alcool à risque, seulement 6 % avaient déclaré s'être fait conseiller de diminuer leur consommation d'alcool. Ces deux pourcentages n'ont pas changé depuis 2007. Chez les personnes qui faisaient de l'embonpoint ou qui souffraient d'obésité, 52 % s'étaient fait recommander par un omnipraticien de perdre du poids (44 % des personnes faisant de l'embonpoint et 77 % des personnes obèses) et 39 %, de faire régulièrement de l'exercice.

Conclusion : Le PASSI procure aux autorités de la santé publique de l'information utile qui leur permet de planifier et d'évaluer les interventions visant à prévenir les maladies chroniques.

Mots-clés : santé publique, comportements, modes de vie, conseil, interventions, prévention

Facteurs de risque de maladies cardiovasculaires et chroniques dans une population de producteurs de café de Colombie

M. A. González, M.D., M. Sc. (1,2); R. J. Dennis, M.D., M. Sc. (3,4); J. H. Devia, M.D. (1); D. Echeverri, M.D. (5); G. Briceño, M.D. (3); F. Gil, Est.*, M. Sc. (4); A. Jurado (6); M. Mora, Est.* (6)

Rattachement des auteurs

  1. Colombian Coffee Growers Federation, Bogotá, Colombie
  2. Département de médecine sociale et préventive, École de santé publique, Université de Montréal, Montréal (Québec), Canada
  3. Département de recherche, Fundación Cardioinfantil-Instituto de Cardiología, Bogotá, Colombie
  4. Department of Clinical and Biostatistics Epidemiology, Javeriana University, Bogotá, Colombie
  5. Unité de cardiologie et d'hémodynamique, Fundación Cardioinfantil-Instituto de Cardiología, Bogotá, Colombie
  6. Alberto Jurado Consulting, Bogotá, Colombie

Correspondance : Miguel Antonio González; courriel : miguel.antonio.gonzalez@umontreal.ca

Objectif : Estimer la prévalence des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires et chroniques dans une population de producteurs de café de Colombie.

Conception de l'étude ou de l'intervention : étude transversale.

Méthodologie : Nous avons procédé à un échantillonnage en grappes à plusieurs degrés dans une sélection de 13 municipalités et 55 villages. Au total, 2 516 hommes et femmes âgés de 18 à 74 ans ont été interrogés en 2007. Les instruments de mesure utilisés, recommandés par l'Organisation panaméricaine de la Santé, étaient assortis de mesures anthropométriques et biochimiques. Nous avons réalisé des analyses descriptives unidimensionnelles et bidimensionnelles et comparé les résultats obtenus avec ceux d'une étude antérieure.

Résultats : Les valeurs estimées de la prévalence des facteurs de risque sont les suivantes : tabagisme actif, 21,1 % (IC à 95 % : 19,2 à 23,3); mode de vie sédentaire, 31,2 % (IC à 95 % : 27,8 à 32,6); consommation quotidienne de moins de cinq portions de fruits et de légumes, 86,3 % (IC à 95 % : 84,4 à 87,9); forte consommation d'alcool, 2,2 % (IC à 95 % : 1,6 à 3,2); hypertension artérielle, 26,2 % (IC à 95 % : 23,9 à 28,6); diabète, 4,6 % (IC à 95 % : 3,6 à 5,8); hyperlipidémie, 62,1 % (IC à 95 % : 59,5 à 64,7); excès de poids et obésité, 42,9 % (IC à 95 % : 40,4 à 45,5). Parmi les répondants, 85 % présentaient au moins deux facteurs de risque en même temps. Le mode de vie sédentaire, le diabète, l'hyperlipidémie ainsi que l'excès de poids et l'obésité ont été des facteurs plus prévalents chez les femmes (p < 0,001). Les prévalences de la consommation d'alcool et du tabagisme étaient plus élevées chez les hommes (p < 0,001). Un lien a été établi entre les facteurs de risque étudiés et l'âge, l'état matrimonial, le niveau de scolarité, le revenu et le type de système de santé.

Conclusion : Ces résultats viennent s'ajouter à la quantité limitée de renseignements dont nous disposons sur les populations rurale et agricole d'Amérique latine et pourraient contribuer à l'orientation des interventions. Nous n'avons pas constaté de réels progrès à l'égard de la diminution de la prévalence des facteurs de risque par comparaison avec les résultats de la deuxième enquête nationale sur les facteurs de risque des maladies chroniques. Nos résultats suggèrent que des déterminants sociaux, culturaux, ainsi que des déterminants du système de santé pourraient expliquer les résultats de cette étude.

Mots-clés : facteurs de risque, maladies chroniques, maladies cardiovasculaires, prévalence, population rurale

* Estadistico (grade de statisticien).

 

 

Évaluation de l'efficacité du programme « Écoles sans fumée » mis sur pied dans l'État de Lara, au Venezuela

R. Granero, M.D. (1,2); Z. Sánchez, M.D. (1,2); S. Cabré, Ph. D. (1,3)

Rattachement des auteurs

  1. Americas' Network for Chronic Disease Surveillance (AMNET) / Red de Vigilancia de Enfermedades Crónicas del Continente Americano
  2. Asociación Cardiovascular Centrooccidental (ASCARDIO), Barquisimeto, État de Lara, Venezuela
  3. Ciencias de la Salud, Universidad Centroccidental « Lisandro Alvarado », Barquisimeto, État de Lara, Venezuela

Correspondance : Ricardo Granero; tél. : +58 (251) 7194403

Objectif : Évaluer le programme « Écoles sans fumées » mis en œuvre au Venezuela pour prévenir l'usage du tabac par les jeunes dans les écoles publiques et privées.

Conception de l'étude ou de l'intervention : L'approche méthodologique était à la fois qualitative et quantitative, et comprenait l'utilisation de données tirées d'un système de surveillance épidémiologique (EMTAJOVEN).

Méthodologie : L'évaluation comportait quatre étapes : 1) une description de l'intervention; 2) une analyse interprétative exhaustive faisant appel à une systématisation de l'expérience; 3) l'analyse des données du système EMTAJOVEN; 4) une synthèse complexe de l'expérience.

Résultats : Les aspects contextuels de l'intervention nous ont permis d'examiner la vulnérabilité du milieu de la mise en œuvre du programme, élément clé de l'analyse avec les données du système EMTAJOVEN. Le programme a été lancé dans l'État de Lara avec un an de retard, et seulement une personne travaillait à temps partiel à sa mise en œuvre. Le programme n'a été mis en place que dans 9 % des 1 844 écoles admissibles, en raison de problèmes de logistique. Aucun changement notable concernant le tabagisme n'a été observé dans ce groupe d'élèves.

Conclusion : Étant donné que l'exécution du programme était sous la responsabilité d'une seule personne, l'intervention était exposée aux contraintes de temps et aux problèmes à l'égard de l'exécution de l'intervention. Le programme de lutte contre le tabagisme dans les écoles était circonstanciel, et comportait peu de suivi, voire aucun.

Mots-clés : tabac, évaluation, programmes, intervention

Consommation d'alcool et rendement scolaire chez les adolescents de Hong Kong

R. Huang, M.B. (1); S. Y. Ho, Ph. D. (1); W. S. Lo, Ph. D. (1); T. H. Lam, M.D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. School of Public Health, The University of Hong Kong, Hong Kong, Chine

Correspondance : R. Huang; courriel : rongwong@hku.hk

Contexte : Même si la consommation occasionnelle excessive d'alcool peut nuire à la capacité d'apprentissage de l'adolescent, on en sait très peu sur les effets de la consommation fréquente ou occasionnelle d'alcool.

Objectif : Examiner l'association entre la consommation d'alcool et le rendement scolaire chez des adolescents de Hong Kong.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude transversale menée dans des écoles en 2006-2007, dans le cadre du projet de surveillance de l'obésité chez les élèves de Hong Kong.

Méthodologie : Au total, 25 097 élèves de la forme 1 (équivalent de la 7e année aux États-Unis) à la forme 7, dont l'âge moyen était de 15,0 ans (écart-type : 2,0) et qui fréquentaient 42 écoles choisies de façon aléatoire, ont rempli un questionnaire auto-administré portant sur le mode de vie et le rendement scolaire. Les élèves ont classé leur rendement scolaire, par rapport aux autres, comme très faible, faible, moyen, bon ou très bon. Ils ont décrit leur fréquence hebdomadaire habituelle de consommation d'alcool comme étant nulle (groupe de référence), inférieure à une fois par semaine ou de 1 ou 2 fois par semaine (consommation occasionnelle), ou de 3 à 6 fois par jour (consommation fréquente). On a eu recours à l'analyse de régression logistique pour examiner l'association entre le rendement scolaire et la consommation d'alcool, avec ajustement pour tenir compte des caractéristiques sociodémographiques et du statut du répondant en matière de tabagisme.

Résultats : Un élève sur cinq (19,1 %) buvait de façon occasionnelle, et 7,4 % buvaient fréquemment. Environ 17,0 % des répondants ont déclaré avoir un rendement scolaire très faible ou faible. Un plus fort pourcentage d'élèves dont la consommation d'alcool était occasionnelle, soit 34,7 % (IC à 95 % : 23,2 % à 47,3 %), ou fréquente, soit 67,0 % (IC à 95 % : 48,1 % à 88,3 %), faisaient état d'un rendement scolaire très faible ou faible (comparativement à moyen, bon ou très bon), par rapport aux élèves qui ne buvaient pas en général (p pour la tendance < 0,001).

Conclusion : Chez les adolescents de Hong Kong, la consommation d'alcool est associée à un moins bon rendement scolaire, avec un effet dose-réponse. Il y a lieu de réaliser des études prospectives sur les effets indésirables de la consommation d'alcool.

Mots-clés : rendement scolaire, consommation d'alcool, adolescents

 

 

Facteurs de risque et facteurs de protection à l'égard des maladies chroniques dans la population d'adultes au Brésil selon la protection offerte par le régime d'assurance-maladie, en 2009

B. P. M. Iser, B. Sc. S. (1); R. M. Claro, Ph. D. (2); L. M. V. Sardinha, M. Sc. (1); R. T. C. Yokota, M. Sc. (1); N. N. Bandeira de Sá, M. Sc. (1); D. C. Malta, M.D., Ph. D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. General Coordination of Non Communicable Diseases and Injuries, Secretariat of Health Surveillance, Ministry of Health, Brésil
  2. Center for Epidemiological Studies in Health and Nutrition - Public Health Faculty, University of São Paulo (NUPENS-USP), São Paulo, São Paulo, Brésil

Correspondance : Betine Pinto Moehlecke Iser; courriel : betine.iser@saude.gov.br

Contexte : Environ 23 % de la population brésilienne est protégée par un régime privé d'assurance-maladie. Au Brésil, la protection par un régime d'assurance-maladie révèle les disparités sociales et influe sur le recours aux services de santé.

Objectif : Décrire les principaux facteurs de risque et facteurs de protection à l'égard des maladies chroniques chez les Brésiliens adultes selon qu'ils sont protégés ou non par un régime d'assurance-maladie.

Conception de l'étude ou de l'intervention : enquête téléphonique transversale à l'échelle du pays.

Méthodologie : Nous avons analysé les données de surveillance téléphonique (Vigitel) depuis 2009. Les entrevues téléphoniques ont été menées auprès d'un échantillon probabiliste de la population possédant une ligne téléphonique fixe dans les capitales des divers États et le district fédéral du Brésil. La prévalence (IC à 95 %) des principaux facteurs de risque et facteurs de protection à l'égard des maladies chroniques a été estimée pour les adultes de 18 ans et plus en fonction du sexe, de l'âge et du niveau de scolarité et selon qu'ils sont protégés ou non par un régime d'assurance-maladie.

Résultats : Parmi les 54 367 adultes interrogés, 42,6 % étaient protégés par un régime d'assurance-maladie et aucune différence entre les hommes et les femmes n'a été révélée. Le pourcentage le plus élevé de personnes protégées par un régime d'assurance-maladie se trouvait chez les sujets de 35 ans et plus ayant effectué au moins 12 années d'étude. Chez les personnes non protégées par une telle assurance, nous avons constaté une fréquence plus élevée de fumeurs actifs, de fumeurs passifs à la maison et au travail, de consommateurs de viandes grasses, de personnes se déclarant en mauvaise santé et de personnes déclarant souffrir d'hypertension et de maladies cardiovasculaires. La consommation de fruits et de légumes ainsi que l'activité physique récréative faisaient davantage partie du mode de vie des personnes protégées par au moins un régime d'assurance-maladie. Le pourcentage de femmes ayant subi un test Pap et une mammographie était également plus élevé chez les femmes protégées par un régime d'assurance-maladie.

Conclusion : Les adultes protégés par un régime d'assurance-maladie présentaient plus souvent des facteurs de protection et moins souvent des facteurs de risque à l'égard des maladies chroniques que ceux non couverts par un régime d'assurance-maladie.

Mots-clés : maladies chroniques, études épidémiologiques, surveillance, régime d'assurance-maladie

Facteurs de risque et facteurs de protection à l'égard des maladies chroniques, déterminés par enquête téléphonique, Brésil, 2010

B. P. M. Iser, B. Sc. S. (1); L. M. V. Sardinha, M. Sc. (1); R. T. C. Yokota, M. Sc. (1); N. N. Bandeira de Sá, M. Sc. (1); D. C. Malta, M.D., Ph. D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. General Coordination of Non Communicable Diseases and Injuries, Secretariat of Health Surveillance, Ministry of Health, Brésil

Correspondance : Betine Pinto Moehlecke Iser; courriel : betine.iser@saude.gov.br

Contexte : En 2006, un système de surveillance des facteurs de risque et des facteurs de protection à l'égard des maladies chroniques au moyen d'entrevues téléphoniques (Vigitel) a été mis en place au Brésil.

Objectif : Déterminer les facteurs de risque et les facteurs de protection à l'égard des maladies chroniques à partir des données d'une enquête téléphonique menée en 2010.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Enquête téléphonique transversale à l'échelle du pays.

Méthodologie : Des entrevues téléphoniques ont été menées auprès d'un échantillon probabiliste de la population possédant une ligne téléphonique fixe dans les capitales des États et le district fédéral du Brésil. Des estimations de la prévalence des principaux facteurs de risque et facteurs de protection à l'égard des maladies chroniques ont été calculées pour des adultes de 18 ans ou plus, regroupées selon le sexe, l'âge et le niveau d'instruction.

Résultats : Des données ont été recueillies auprès de 54 339 adultes en 2010. Les facteurs de risque comme le tabagisme (15,1 %), le surpoids (48,1 %) et la consommation de viande grasse (34,2 %) étaient plus fréquents chez les hommes et les personnes ayant un faible niveau d'instruction. La consommation de boissons gazeuses (28,1 %), la consommation occasionnelle excessive d'alcool (18,0 %) et le visionnement de la télévision pendant 3 heures ou plus par jour (28,2 %) étaient plus fréquents chez les jeunes adultes. Les hommes étaient plus actifs durant leur temps libre (18,6 %) et consommaient davantage de haricots (72,2 %) que les femmes (11,7 % et 62,0 %, respectivement), tandis que les femmes, les personnes âgées et les personnes ayant un niveau d'instruction plus élevé consommaient davantage de fruits et de légumes. Les femmes étaient plus nombreuses à se déclarer en mauvaise santé ou à déclarer souffrir d'hypertension, de diabète ou d'asthme (5,4 %, 25,5 %, 7,0 % et 7,6 %, respectivement) que les hommes (3,5 %, 20,7 %, 5,4 % et 6,0 %).

Conclusion : Les résultats ont révélé des comportements liés à la santé différents selon le sexe, l'âge et le niveau d'instruction au Brésil. Cette variabilité pourrait éclairer les mesures de promotion de la santé.

Mots-clés : maladies chroniques, études épidémiologiques, surveillance

 

 

Collecte de données probantes sur les facteurs de risque en Australie : l'Australian Health Survey

P. L. Jelfs, Ph. D. (1); D. Zago (2); J. Pettit (2); J. Baines (3)

Rattachement des auteurs

  1. Health Information Branch, Australian Bureau of Statistics, Belconnen (TCA), Australie
  2. Health Surveys Section, Health Information Branch, Australian Bureau of Statistics, Belconnen (TCA), Australie
  3. Population Health, Department of Health and Ageing, Canberra, Australie

Correspondance : Paul Jelfs; courriel : paul.jelfs@abs.gov.au

Contexte : L'Australian Health Survey (AHS; enquête sur la santé en Australie) représente un investissement important dans le domaine de l'information en santé publique. Elle permettra de recueillir, pour l'ensemble de la population australienne, des données clés sur l'état de santé, les facteurs de risque pour la santé, l'utilisation des services de santé et les répercussions d'un mauvais état de santé, ainsi que de nouvelles données sur l'activité physique, la nutrition et les mesures biomédicales.

Objectif : L'AHS vise à fournir des données importantes en matière de santé, qui permettront d'effectuer un suivi de l'état de santé de la population australienne, de présenter à tous les paliers de gouvernement des rapports sur les principaux indicateurs de suivi et d'appuyer les travaux de recherche clés.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Enquête transversale auprès d'un échantillon aléatoire par grappes. L'AHS constitue l'enquête sur la santé la plus vaste et la plus complexe en Australie.

Méthodologie : L'AHS permettra de recueillir des données auprès de 50 000 personnes parmi la population générale, les Aborigènes et les insulaires du détroit de Torres, en Australie. Elle reposera sur des interviews directes, des interviews téléphoniques assistées par ordinateur, des mesures objectives corporelles et de la pression sanguine. On aura recours au mécanisme de traitement centralisé et aux centres de prélèvement existants pour offrir, sur une base facultative, le prélèvement d'échantillons de sang et d'urine. L'enquête comprend des questions de base qui figuraient dans des enquêtes antérieures, des composantes relatives à la nutrition (australianisées) tirées de la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES), ainsi qu'un nouveau volet relatif à l'activité physique; l'enquête a en outre été spécialement adaptée aux Aborigènes et aux insulaires du détroit de Torres.

Résultats : Les résultats, qui devraient être présentés à partir d'octobre 2012, pourraient porter sur les tests cognitifs, les essais pilotes et les répétitions générales, ainsi que sur les taux de réponse pour la première moitié de l'enquête.

Conclusion : L'AHS représente un investissement public important de la part de l'Australian Bureau of Statistics (ABS), de la Heart Foundation Australia et du Department of Health and Ageing. Elle suscite des attentes élevées de la part d'un large éventail d'intervenants. L'ABS collabore étroitement avec des groupes consultatifs afin que cette enquête donne des résultats solides.

Mots-clés : Australian Health Survey, biomédical, facteurs de risque, nutrition

Hausse de l'incidence de l'adénocarcinome du poumon au Canada

X. Jiang, I.A. (1); M. de Groh, Ph. D. (1); S. Liu, M.D., Ph. D. (2); H. Morrison, Ph. D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Division de l'intégration scientifique, Centre de prévention et de contrôle des maladies chroniques, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada
  2. Division de surveillance de la santé et de l'épidémiologie, Centre de prévention et de contrôle des maladies chroniques, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada

Correspondance : XiaoHong Jiang; courriel : xiaohong.jiang@phac-aspc.gc.ca

Objectif : Cette étude a permis d'examiner les tendances temporelles de l'incidence et de la mortalité associées au cancer du poumon, les tendances temporelles concernant les types histologiques du cancer du poumon pour les provinces de l'Ontario, de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique, et les effets âge-période-cohorte sur les taux d'incidence au Canada.

Méthodologie : Nous avons obtenu les données sur l'incidence, pour la période allant de 1972 à 2006, de la base de données du Registre canadien du cancer, et les données sur la mortalité, pour la même période, de la Base canadienne de données sur les décès – Statistique de l'état civil. Les taux quinquennaux et les variations annuelles en pourcentage (VAP) ont été calculés afin de comparer les variations observées durant la période d'étude. Nous avons utilisé la modélisation âge-période-cohorte pour estimer les effets sous-jacents sur les tendances observées de l'incidence, par type histologique du cancer du poumon.

Résultats : Au Canada, les taux d'incidence et de mortalité ajustés selon l'âge ont augmenté respectivement de 160 % et de 157 % chez les femmes. Par contre, chez les hommes de plus de 34 ans, ces taux ont chuté de 21 % et de 13 %, respectivement. Les trois grands types histologiques, à savoir l'adénocarcinome (VAP : 4,4), le carcinome épidermoïde (VAP : 2,9) et le carcinome à petites cellules (VAP : 3,6), ont augmenté chez les femmes. Chez les hommes, l'adénocarcinome (VAP : 2,0) a augmenté de façon modérée, tandis que le carcinome épidermoïde (VAP : -1,5) et le carcinome à petites cellules (VAP : -0,3) ont connu une diminution entre 1972 et 2006 en Ontario, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique. C'est chez les femmes de 70 ans et plus porteuses d'un adénocarcinome que les taux d'incidence selon l'âge ont augmenté le plus rapidement (VAP : 6,4). Chez les hommes de 70 ans et plus, on a aussi observé une augmentation importante du nombre de cas d'adénocarcinome (VAP : 3,3).

Conclusion : Nos résultats laissent croire que les hausses observées de l'incidence de l'adénocarcinome correspondent aux tendances en matière de tabagisme au fil du temps, en particulier aux profils différents sur le plan de la prévalence du tabagisme chez les hommes et les femmes. L'augmentation relative de la consommation de cigarettes avec filtre et à faible teneur en goudron et l'exposition à des agents cancérogènes présents dans l'environnement pourraient avoir joué un certain rôle.

Mots-clés : cancer du poumon, adénocarcinome, tendances temporelles, tabagisme, modélisation âge-période-cohorte

 

 

La surveillance des facteurs de risque de maladies non transmissibles en Chine

Y. Jiang, M.H.P. (1); L. Wang, M.H.P. (1); M. Zhang, M.H.P. (1); Y. Li, M.H.P. (1); N. Hu, M. Sc. (1); Z. Huang, B. Sc. (1); X. Li, M.H.P. (1); P. Yin, Ph. D. (1); Z. Wang, Ph. D. (1); W. Zhao, Ph. D. (1); L. Wang, Ph. D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. National Centre for Chronic and Non-Communicable Disease Control and Prevention (NCNCD), Chinese Centre for Disease Control and Prevention, Pékin, Chine

Correspondance : Yong Jiang; courriel : jerryjiang@263.net

Contexte : Parallèlement aux changements qui s'opèrent en Chine en matière de développement socio-économique et d'habitudes de vie, on observe que les maladies non transmissibles, comme les maladies cardiovasculaires, les tumeurs malignes, les maladies pulmonaires obstructives chroniques et le diabète, ont commencé à représenter une menace pour la santé de la population chinoise.

Objectif : Déterminer le profil et les tendances épidémiologiques des facteurs de risque de maladies chroniques et des principales maladies chroniques, établir les priorités en matière de contrôle et de prévention des maladies chroniques, et fournir des renseignements pour l'évaluation des politiques nationales en matière de santé publique et des effets des stratégies de contrôle et de prévention des maladies non transmissibles.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Le système national de surveillance des facteurs de risque de la Chine a été créé par le National Centre for Chronic and Non-Communicable Disease Control and Prevention (NCNCD). Il repose sur le système national de points de surveillance du pays.

Méthodologie : Des enquêtes auprès des ménages et des collectivités ont été réalisées. Les données de surveillance sont tirées d'entrevues par questionnaire, de mesures physiques et de tests de laboratoire. Les données du questionnaire, recueillies en personne par les intervieweurs, contiennent divers renseignements : données démographiques, facteurs de risque comportementaux — comme le tabagisme, la consommation d'alcool, les mauvaises habitudes alimentaires et l'inactivité physique —, et antécédents de maladies comme l'hypertension et le diabète. Les mesures physiques suivantes ont été prises : poids, taille, tour de taille et tension artérielle. En 2010, nous avons ajouté des tests de laboratoire, notamment le dosage de la glycémie à jeun, l'épreuve d'hyperglycémie provoquée par voie orale, ainsi que le dosage de l'hémoglobine A1c et de la lipidémie. Nous avons appliqué des mesures de contrôle de la qualité afin d'assurer la qualité du travail de surveillance.

Résultats : Le système national de surveillance des facteurs de risque de la Chine est bien en place, et une foule de renseignements ont été recueillis et communiqués de façon à permettre une prise de décision éclairée. Des enquêtes exhaustives sont menées tous les trois ans depuis 2004.

Conclusion : Une surveillance représentative des facteurs de risque des maladies non transmissibles est essentielle à la prise de décision fondée sur des données probantes.

Mots-clés : Chine, maladie chronique, facteur de risque, surveillance

Le fardeau relatif de la maladie dans la population générale d'Edmonton, Alberta

C. Kontz, I.A., M.H.P. (1); S. D. Kelly, M.A., M.P.O. (1); M. Kosinski, M.A. (2)

Rattachement des auteurs

  1. Alberta Health Services, Edmonton (Alberta), Canada
  2. Quality Metric Incorporated (fait maintenant partie d'Optuminsight), Lincoln (Rhode Island), États-Unis

Correspondance : Crispin Kontz; courriel : crispin.kontz@albertahealthservices.ca

Contexte : Les mesures génériques de l'état de santé fonctionnel sont couramment utilisées pour évaluer le fardeau relatif de la maladie dans la population générale.

Objectif : Estimer le fardeau des problèmes auto-déclarés sur le plan de l'état de santé fonctionnel dans la population générale d'Edmonton, en Alberta, et compiler les données normatives qui serviront à estimer le fardeau de la maladie et à interpréter les résultats dans plusieurs programmes de gestion des soins des Alberta Health Services.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude transversale examinant les données recueillies par questionnaire auprès d'un échantillon représentatif de la population d'Edmonton.

Méthodologie : On a mesuré l'état de santé fonctionnel à l'aide de l'enquête sur la santé SF-12v2, un court questionnaire en 12 points dont le score permet de produire deux mesures récapitulatives, dérivées de la psychométrie : l'état de santé physique (PCS-12) et l'état de santé mental (MCS-12). Les répondants ont aussi rempli une liste de vérification de 24 problèmes de santé auto-déclarés. Une analyse du fardeau relatif a été effectuée à l'aide des méthodes de régression linéaire, avec le PCS-12 et le MCS-12 comme variables dépendantes, ainsi que les données démographiques et les problèmes de santé auto-déclarés comme variables indépendantes.

Résultats : Au total, 2 059 personnes ont répondu au questionnaire et l'ont retourné (taux de réponse de 42 %). L'âge moyen de l'échantillon était de 51 ans, 52 % des répondants étaient des femmes et 79 % ont fait état d'un ou de plusieurs problèmes de santé. Les problèmes auto-déclarés les plus fréquents comprenaient la lombalgie (31 %), l'arthrite (27 %), l'hypertension artérielle (24 %) et l'hypercholestérolémie (18 %). Les analyses de régression ont révélé que le fardeau le plus lourd sur le plan de l'état de santé physique, dans la population d'Edmonton, était lié à des restrictions de l'usage des bras et des jambes, à une hépatopathie, à une maladie pulmonaire obstructive chronique, à une arthrite et à une incontinence. Sur le plan de l'état de santé mental, le fardeau le plus lourd était lié à un trouble de l'humeur, un trouble alimentaire, une schizophrénie, une incontinence et une déficience auditive.

Conclusion: Les mesures génériques de l'état de santé fonctionnel donnent un aperçu inestimable du fardeau relatif des problèmes de santé au sein de la population générale.

Mots-clés : état de santé fonctionnel, fardeau de la maladie

 

 

L'expérience du Manitoba dans la création d'un système de surveillance menant à des actions concrètes

C. Leggett, M.H.P. (1); N. McPherson, M. Sc. (2); K. McGarry, M. Sc., M.A.P. (1); E. Harland, M.A. (1); J. Allan, B. Sc. inf. (3); T. Erickson, B. Com. (4); B. Kinasevych, M. Sc. (5); Groupe de travail sur la surveillance des facteurs de risque chez les adultes (6)

Rattachement des auteurs

  1. Action cancer Manitoba, Winnipeg (Manitoba), Canada
  2. Office régional de la santé de Brandon, Brandon (Manitoba), Canada
  3. Office régional de la santé d'Assiniboine, Manitoba, Canada
  4. Office régional de la santé d'Entre-les-Lacs, Manitoba, Canada
  5. Health in Common, Winnipeg, Manitoba, Canada
  6. Groupe de travail sur la surveillance des facteurs de risque chez les adultes de Partners in Planning for Healthy Living, Winnipeg, Manitoba, Canada

Correspondance : Carly Leggett; courriel : carly.leggett@cancercare.mb.ca

Contexte : Reconnaissant le besoin d'obtenir des données locales et d'adopter une approche à l'échelle provinciale, un groupe d'intervenants, Partners in Planning for Healthy Living (PPHL), a collaboré à la création d'un système de prévention primaire pour le Manitoba.

Objectif : Le but du système est d'assurer aux intervenants l'accès à des renseignements sur la surveillance des facteurs de risque propres aux collectivités, à l'évaluation de programmes à l'échelon local et à des données probantes fondées sur la pratique pour prévenir les maladies chroniques. Toutes ces données sont ensuite intégrées dans un cadre général de planification de programmes reposant sur des données probantes.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Le rôle du groupe PPHL consiste à assurer un leadership et à soutenir l'utilisation de données probantes lors de la planification d'interventions visant à promouvoir un mode de vie sain dans les collectivités du Manitoba. Les membres de PPHL ont pour mandat commun de prévenir les maladies chroniques.

Méthodologie : Jusqu'à présent, le groupe PPHL s'est concentré sur deux grandes activités : la surveillance des facteurs de risque à l'échelle locale et l'échange de connaissances.

Résultats : Le nombre de membres de PPHL a connu une progression rapide et, grâce à cette collaboration, bien des régions ont développé des capacités de surveillance des facteurs de risque. Même si plusieurs membres ont mis en œuvre des enquêtes sur la santé des adultes dans les collectivités, toutes les régions du Manitoba ont participé à une enquête sur la santé des jeunes, en partenariat avec les réseaux de santé et d'éducation. Tout récemment, le groupe PPHL a organisé une conférence couronnée de succès sur la surveillance des facteurs de risque à l'échelle provinciale.

Conclusion : Les membres de PPHL travaillent et apprennent ensemble, tout en renforçant les capacités et en utilisant des données probantes en vue d'élaborer un système de connaissances intégré dans le contexte du Manitoba. Cet esprit dynamique permet d'assurer un leadership à de multiples niveaux tout en maintenant un contrôle des données à l'échelle locale. Les régions possèdent donc des données probantes qui répondent à leurs besoins propres, tout en contribuant au système provincial. Le groupe PPHL est l'incarnation même de l'idée « de penser comme un système et d'apprendre au fur et à mesure ».

Mots-clés : surveillance, prévention primaire, maladie chronique

Profils des blessures professionnelles dans une zone côtière et une zone montagneuse du sud de la Chine

L. Li, Ph. D. (1); X. Liu, M.H.P. (1,2); B. C. K. Choi, Ph. D. (1,3); Y. Lu, M.B.B.S. (1); M. Yu, M.H.P. (4)

Rattachement des auteurs

  1. Injury Prevention Research Centre, Shantou University Medical College, Shantou (Guangdong), Chine
  2. Shenzhen Centre for Disease Prevention and Control, Shenzhen (Guangdong), Chine
  3. Département d'épidémiologie et de médecine communautaire, Université d'Ottawa, Ottawa (Ontario), Canada
  4. Zhejiang Provincial Centre for Disease Prevention and Control, Hangzhou (Zhejiang), Chine

Correspondance : Liping Li; courriel : lpli@stu.edu.cn

Contexte : Les blessures professionnelles représentent un problème grave touchant la santé des travailleurs. Un système de surveillance des blessures professionnelles a été mis en place en Chine pour établir le profil de ces blessures; ce système s'est avéré efficace dans la prévention des blessures. L'économie de la Chine est plus développée dans le sud du pays, particulièrement dans les zones côtières, qui attirent des migrants des autres provinces. Comme la majorité de ces travailleurs migrants sont jeunes et sans expérience professionnelle, un taux élevé de blessures professionnelles a été signalé et ne doit pas être négligé.

Objectif : Comparer les profils des blessures professionnelles dans une zone côtière et une zone montagneuse du sud de la Chine, afin d'obtenir des renseignements en vue d'élaborer des mesures de prévention en Chine.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Nous avons utilisé des données provenant d'un système de surveillance des blessures (SSB), données qui avaient été recueillies dans des hôpitaux du 1er avril 2006 au 31 août 2008.

Méthodologie : Aux fins de l'étude, les blessures professionnelles étaient définies comme des blessures survenues au travail. Nous avons utilisé des analyses descriptives et des tests du chi carré pour étudier la répartition des blessures entre les deux zones et les différences entre ces blessures.

Résultats : Les hommes couraient un plus grand risque de subir des blessures professionnelles, mais aucune différence n'a été relevée entre les deux zones (p = 0,112). Dans la zone côtière, les personnes de 21 à 30 ans étaient celles qui subissaient le plus de blessures professionnelles, tandis que dans la zone montagneuse, il s'agissait des personnes de 41 à 50 ans (p < 0,001). Dans les deux zones, les blessures professionnelles variaient en fonction de la ville natale, de l'éducation et de l'emploi occupé (p < 0,001 dans tous les cas). En outre, le mois où l'on observait le plus grand nombre de blessures professionnelles n'était pas le même dans les deux zones (p < 0,001). Les blessures professionnelles étaient plus fréquentes dans les domaines de la construction et de l'industrie (p < 0,001). La plupart des blessures professionnelles n'étaient ni intentionnelles ni graves, et les patients pouvaient rentrer chez eux après avoir reçu un traitement. Les causes externes et les conséquences des blessures professionnelles différaient également d'une zone à l'autre.

Conclusion : Les profils des blessures professionnelles dans les zones côtière et montagneuse du sud de la Chine étaient différents. Par conséquent, des mesures préventives différentes doivent être élaborées de manière à ce qu'elles correspondent à ces profils distincts.

Mots-clés : blessures professionnelles, mesures préventives, industriel, rural, Chine

 

 

Incidence du statut socioéconomique sur les facteurs de risque comportementaux des maladies chroniques chez les adultes chinois

Y. Li, M. Med. (1); Y. Jiang, M.H.P. (1); M. Zhang, M. Med. (1)

Rattachement des auteurs

  1. National Centre for Chronic and Non-Communicable Disease Control and Prevention (NCNCD), Chinese Centre for Disease Control and Prevention, Beijing, Chine

Correspondance : Yichong Li; tél. : +86 010 83136482

Contexte : Les maladies chroniques constituent à l'heure actuelle la principale cause de mortalité en Chine; les facteurs de risque comportementaux (FRC) associés à ces maladies ont changé considérablement au cours des dernières décennies.

Objectif : Analyser à l'échelle nationale la relation entre le statut socioéconomique (SSE) et les FRC des maladies chroniques.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Enquête transversale nationale.

Méthodologie : L'enquête 2007 sur la surveillance des maladies chroniques et de leurs facteurs de risque en Chine (2007 China Chronic Disease and Risk Factor Surveillance) a été réalisée sous forme d'entrevues en personne auprès de 49 247 adultes chinois âgés de 15 à 69 ans. Nous avons employé des méthodes de pondération de la prévalence et de régression logistique et tenu compte du plan d'échantillonnage complexe, tout en cherchant à neutraliser les facteurs de confusion potentiels, afin d'examiner l'effet du niveau de scolarité et du revenu familial sur cinq FRC, à savoir le tabagisme, la consommation excessive d'alcool, la consommation insuffisante de fruits et de légumes, l'inactivité physique et le surpoids ou l'obésité.

Résultats : Plus leur niveau de scolarité augmente, moins les adultes chinois étaient nombreux à consommer du tabac et à consommer des fruits et des légumes en quantité insuffisante; aucune association statistiquement significative n'a été observée entre le niveau de scolarité et les trois autres FRC. Le revenu familial faible (dernier quartile) était quant à lui associé à la plus faible probabilité de tabagisme, de consommation excessive d'alcool et de surpoids ou d'obésité, mais à la plus forte probabilité de faible activité physique et de consommation insuffisante de fruits et de légumes.

Conclusion : Même si certains FRC étaient inversement associés au SSE, des relations positives ou non significatives inattendues ont aussi été observées entre les FRC et le SES, ce qui implique que les populations ayant un SES élevé sont malgré tout très susceptibles de présenter des FRC. Il semble donc nécessaire de mettre sur pied en Chine des interventions ciblant des populations vastes, regroupant l'ensemble des statuts socioéconomiques.

Mots-clés : Chine, facteurs de risque comportementaux, statut socioéconomique

Infobase des maladies chroniques : l'outil de diffusion de données en ligne au Canada

H. Liang, M.D., Ph. D. (1)

Rattachement de l'auteur

  1. Division de la surveillance, Centre de prévention et de contrôle des maladies chroniques, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada

Correspondance : Hongbo Liang; courriel : hongbo.liang@phac-aspc.gc.ca

Contexte/objectif : La surveillance, la promotion de la santé et la prévention des maladies exigent des données à jour et de haute qualité, des analyses statistiques appropriées, des présentations faciles à comprendre et des renseignements facilement accessibles. L'Infobase des maladies chroniques du Canada (Infobase) et l'InfoBase mondiale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) répondent en tous points à ces exigences.

Conception de l'étude ou de l'intervention : L'Infobase a d'abord été conçue et développée au Canada à la fin des années 1990. C'est le précurseur de l'InfoBase de l'OMS.

Méthodologie : L'Infobase recueille des données sur les principales maladies non transmissibles et les principaux facteurs de risque provenant de diverses sources. Les données et les renseignements sont présentés sous une forme facilement accessible par les professionnels et le grand public. L'Infobase renferme plus de deux millions de points de données et plus de 200 groupes de sous-données sur des caractéristiques démographiques, la morbidité, la mortalité, les facteurs de risque et les services liés à la santé; toutes ces données, recueillies à l'échelle locale et nationale, couvrent une période allant des dernières décennies à aujourd'hui. Les enquêtes nationales sur la santé, les bases de données sur les naissances et les décès, ainsi que les bases de données des registres de maladies constituent les principales sources de données. La base de données SQL Server et le logiciel ASP.NET sont utilisés pour l'application l'Infobase.

Résultats : L'Infobase (OMS à l'adresse infobase.who.int (en anglais uniquement).

Conclusion : L'Infobase des maladies chroniques est une façon facile et rapide d'accéder en ligne aux données et à l'information les plus récentes en matière de santé. Elle peut servir à promouvoir et à surveiller la prévention des maladies chroniques et à améliorer les pratiques en matière de santé publique.

Mots-clés : maladie chronique, facteur de risque, indicateurs de la santé, diffusion de données, carte, cube de données

 

 

Épidémiologie de l'asthme chez les adultes aux États-Unis : examen des lacunes en matière de services de santé, fondé sur la population

M. N. Lutfiyya, Ph. D. (1); J. E. McCullough, M.D., M.H.P., M. Sc. (2); M. Lipsky, M.D., M. Sc. (3)

Rattachement des auteurs

  1. Essentia Institute of Rural Health, Research Division, Duluth (Minnesota), États-Unis
  2. Spokane Regional Health District, Spokane (Washington), États-Unis
  3. Department of Community and Family Medicine, University of Illinois–Chicago College of Medicine at Rockford, Rockford (Illinois), États-Unis

Correspondance : May Nawal Lutfiyya; courriel : mlutfiyya@eirh.org

Contexte : La prévalence de l'asthme aux États-Unis est plus élevée que dans de nombreux autres pays. La morbidité et la mortalité associées à l'asthme entraînent des dépenses importantes en soins de santé. Aux États-Unis, il y a de nombreux groupes chez qui la maladie représente un fardeau démesuré.

Objectif : Comprendre l'épidémiologie de l'asthme chez l'adulte et les lacunes en matière de soins de santé pour aider à identifier les opportunités d'améliorer les soins offerts et à gérer les ressources de façon efficace. La variable dépendante de cette étude, les « lacunes en matière de soins de santé », a été calculée à partir d'autres variables, et impliquait que les sujets manquaient d'assurance maladie, n'avaient pas de fournisseur de soins de santé, différaient des soins médicaux à cause des coûts associés et n'avaient pas reçu d'examen médical de routine.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude transversale.

Méthodologie : Nous avons réalisé une analyse à variables multiples au moyen des données de 2005 tirées du Système de surveillance des facteurs de risque comportementaux (BRFSS) pour examiner les lacunes en matière de services de santé auxquelles sont confrontés les adultes asthmatiques, en tenant compte du statut socioéconomique (SSE), de la race et de l'origine ethnique, ainsi que du lieu géographique. Pour déterminer où se situaient les lacunes les plus importantes sur le plan des services de santé, nous avons calculé les taux pour chaque État, et utilisé le logiciel de SIG pour cartographier tous les États en fonction de la variable « lacunes en matière de services de santé ».

Résultats : La population adulte hispanique (RC = 1,683; IC à 95 % : 1,677 à 1,689) et les populations adultes d'une autre origine ethnique ou multiraciales (RC = 1,454; IC à 95 % : 1,449 à 1,460) qui souffraient d'asthme étaient plus susceptibles de se heurter à des lacunes en matière de services de santé. Les adultes asthmatiques qui résidaient en milieu rural étaient plus susceptibles de se heurter à de telles lacunes (RC = 1,127; IC à 95 % : 1,124 à 1,130). Les adultes asthmatiques ayant un SSE faible (RC = 1,689; IC à 95 % : 1,684 à 1,694) ou modéré (RC = 1,329; IC à 95 % : 1,326 à 1,333) étaient plus susceptibles de se heurter à des lacunes en matière de services de santé. Le pourcentage d'adultes asthmatiques qui étaient confrontés à au moins une lacune en matière de service de santé variait de 31 points selon les États, allant de 28,5 % au Delaware à 58,8 % au Wyoming.

Conclusion : Il y a des disparités évidentes associées aux services de santé et à l'asthme parmi les états des États-Unis.

Mots-clés : surveillance de l'asthme chez les adultes aux États-Unis, lacunes en matière de services de santé aux États-Unis, disparités liées à l'asthme aux États-Unis, épidémiologie de l'asthme.

Surveillance des maladies chroniques en milieu rural et analyse à petite échelle

M. N. Lutfiyya, Ph. D. (1); M. L. Decou, I.A., M. Sc. (2,3); M. MacLeod (2); C. Hynes (4)

Rattachement des auteurs

  1. Essentia Institute of Rural Health, Research Division, Duluth (Minnesota), États-Unis
  2. Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada
  3. Alliance canadienne de surveillance régionale des facteurs de risque (ACSRFR), Windsor (Ontario), Canada
  4. Office régional de la santé de NOR-MAN, Flin Flon (Manitoba), Canada

Correspondance : May Nawal Lutfiyya; courriel : mlutfiyya@eirh.org

Contexte : La santé publique s'intéresse à la santé des populations dans leur contexte. Les départements, les ministères et les organismes de la santé des provinces ou des États ont tous besoin de données précises sur la santé des populations locales, afin de planifier les programmes et de répartir les ressources, mais ils ont du mal à les obtenir. Au Canada et aux États-Unis, il existe de nombreuses sources de données riches et diverses qui permettent une surveillance de la santé à l'échelle du pays, des provinces ou des États, sous forme de bases de données nationales et publiques (p. ex. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, Enquête auprès des peuples autochtones, Behavioral Risk Factor Surveillance Survey, National Health Interview Survey). Il existe en revanche peu de sources de données sur la santé pour les petites zones géographiques (p. ex. comté, code postal, quartier, village, aire de diffusion du recensement). L'analyse à petite échelle permet d'analyser les écarts liés à l'utilisation des soins de santé dans de petits secteurs géographiques ou démographiques.

Objectif : Définir et comparer les méthodes utilisées pour l'analyse à petite échelle, en particulier pour la surveillance de la santé en milieu rural. L'analyse à petite échelle constitue une voie intéressante pour estimer la prévalence des maladies chroniques en milieu rural et elle peut être utilisée chaque année aux fins de surveillance et de suivi.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Examen des méthodes actuelles.

Méthodologie : Nous avons examiné un certain nombre d'études qui utilisent et décrivent l'analyse à petite échelle.

Résultats : Nous avons défini trois méthodes utilisées pour l'analyse à petite échelle : méthode de synthèse, lissage spatial des données et analyse de régression. Ces méthodes constituent d'importantes solutions de rechange aux approches directes employées pour estimer la prévalence lorsque celles-ci ne peuvent pas fournir d'estimations stables pour les secteurs d'intérêt visés.

Conclusion : Les méthodes d'analyse à petite échelle sont passablement évoluées. Compte tenu de la grande utilité de ces méthodes pour les organisations régionales de la santé et les autres entités responsables de la santé, il mériterait de partager ces connaissances avec des épidémiologistes et d'autres analystes des données.

Mots-clés : analyse à petite échelle, surveillance des maladies chroniques en milieu rural

 

 

Les habitudes de vie des adolescents qui fréquentent l'école dans le département de Huila

J. M. Mahecha, M.A. (1); C. Figueroa, B.E.P. (2)

Rattachement des auteurs

  1. Docente Universidad Surcolombiana, Neiva, Huila, Colombie
  2. Colciencias, Neiva, Huila, Colombie

Correspondance : Jaime Monje Mahecha; courriel : jaime.monje@usco.edu.co

Contexte : Beaucoup d'attention a été accordée à l'étude des habitudes de vie et de leur rôle dans la prévalence accrue des maladies chroniques chez les adultes dans le département de Huila. Toutefois, la situation n'a pas été examinée chez les adolescents.

Objectif : Caractériser les habitudes de vie des adolescents qui fréquentent l'école dans le département de Huila, en Colombie, en fonction de leurs pratiques et de leurs croyances.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude transversale descriptive.

Méthodologie : Un questionnaire, fondé sur l'échelle de Likert, a été administré à un échantillon aléatoire stratifié de 916 élèves. Ce questionnaire comportait des questions sur l'activité physique, la gestion du temps libre, les soins personnels, les habitudes alimentaires, les habitudes de sommeil, le tabagisme et la consommation de substances psychoactives (alcool et drogues).

Résultats : De façon générale, les élèves de Huila ont un mode de vie sain et affichent une attitude favorable vis-à-vis de la santé. Néanmoins, on constate un écart entre ce qu'ils croient et ce qu'ils font pour ce qui est de l'activité physique et des habitudes alimentaires. Soixante-neuf pour cent des élèves ne participent à aucune activité parascolaire durant leur temps libre. Les inégalités sociales présentes dans le département n'étaient pas associées à la façon dont les élèves percevaient leur mode vie.

Conclusion : Plusieurs adolescents de Huila semblent faire peu d'activité physique et avoir de mauvaises habitudes alimentaires, indépendamment des inégalités sociales et de leurs convictions à propos de l'activité physique et le maintien de saines habitudes alimentaires.

Mots-clés : habitudes, mode de vie, activité physique

Élaboration d'indicateurs de facteurs de risque comportementaux : nécessité d'inclure plusieurs disciplines lors de l'élaboration d'indicateurs associés à l'environnement bâti

A. Mahendra, M. Sc. S (1); S. Galloway, M.D.U., M.C.I.P., U.P.C. (2); H. Chen, Ph. D. (3); J. Chow, M. Sc., CISP(C) (4); F. Cabarcas Sr., Ph. D. (5); J. Gervais, C.T.T.S.-M. (6); S. Johnson, M. Sc. (3); S. Maaten, M. Sc. (7); D. Moore, M. Sc. (6); J. Skinner, M. Sc. (8)

Rattachement des auteurs

  1. Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada
  2. City of London, London (Ontario), Canada
  3. Agence ontarienne de protection et de promotion de la santé, Toronto (Ontario), Canada
  4. Région de York, Newmarket (Ontario), Canada
  5. Région de Halton, Oakville (Ontario), Canada
  6. Santé publique – Niagara Region, Thorold (Ontario), Canada
  7. Bureau de santé de Middlesex-London, London (Ontario), Canada
  8. Haliburton, Kawartha, Pine Ridge District Health Unit, Port Hope (Ontario), Canada

Correspondance : Ahalya Mahendra; courriel : ahalya.mahendra@phac-aspc.gc.ca

Contexte : Selon les Normes de santé publique de l'Ontario, les unités ontariennes de santé publique doivent collaborer avec les municipalités pour soutenir des politiques de santé publique et pour créer et améliorer des environnements de soutien dans les milieux récréatifs et dans l'environnement bâti. Un groupe de l'Association of Public Health Epidemiologists in Ontario (APHEO) travaille donc à élaborer des indicateurs qui permettront de mesurer et de surveiller les répercussions de l'environnement bâti sur la santé de la population. Cette tâche, qui s'inscrit dans le cadre du projet « Core Indicators » de l'APHEO, a été renouvelée en janvier 2011. Le groupe de travail compte des épidémiologistes, des planificateurs municipaux et des promoteurs de la santé.

Objectif : Décrire le processus de sélection et d'élaboration d'indicateurs clés associés à l'environnement bâti utilisé par le groupe de travail de l'APHEO.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude de cas.

Méthodologie : Pour choisir des indicateurs valides et mesurables associés à l'environnement bâti, le groupe de travail a élaboré un processus qui comprend l'évaluation de la relation entre l'environnement bâti et l'activité physique, le passage en revue de la littérature sur les documents de planification et la tenue de séances de remue-méninges avec des groupes pluridisciplinaires.

Résultats : La collaboration pluridisciplinaire entre planificateurs municipaux et professionnels de la santé publique s'est révélée fructueuse pour élaborer des indicateurs associés à l'environnement bâti. Les membres du groupe, issus de diverses disciplines, apportent une expertise propre à leur domaine de travail, mais leurs observations pour décrire et mesurer les répercussions de l'environnement bâti sur la santé sont toutes équivalentes. Les indicateurs en cours d'élaboration sont notamment la densité, la connectivité des rues et une utilisation variée du terrain.

Conclusion : Grâce à la collaboration pluridisciplinaire, il est possible d'élaborer des indicateurs permettant de mesurer les effets de l'environnement bâti sur divers facteurs de risque associés à des maladies chroniques.

Mots-clés : environnement bâti, planification, santé publique, APHEO

 

 

Harmonisation de la politique d'intervention en promotion de la santé avec la surveillance des facteurs de risque comportementaux en Thaïlande

S. Manosoontorn, Ph. D. (1); N. Petcharoen, Ph. D. (1); S. Sensathien, M. Sc. (1); N. Asawarat, M.A. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Centre of NCD Behavioural Risk Factor Surveillance Information, Bureau of NonCommunicable Diseases, Department of Disease Control, Ministry of Public Health, province de Nonthaburi, Thaïlande

Correspondance : Supawan Manosoontorn; courriel : supawan@health.moph.go.th

Contexte : En Thaïlande, le Behavioural Risk Factor Surveillance System (TBRFSS; système de surveillance des facteurs de risque comportementaux) consiste en une enquête transversale, basée sur la population, qui permet de recueillir de façon continue des données sur le pays, les régions et les provinces. Il est axé sur un problème de santé publique important : les maladies cardiovasculaires. L'enquête a été réalisée à quatre reprises (en 2004, 2005, 2007 et 2010) dans le but d'appuyer le 9e National Health Development Plan (Plan national d'amélioration de la santé) (2002-2006) et le programme national « Healthy Thailand 2004 » (Pour une Thaïlande en santé – 2004).

Objectif : Examiner et surveiller la prévalence des facteurs de risque comportementaux de maladie cardiovasculaire dans la population thaïlandaise.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Enquête transversale basée sur la population avec un échantillonnage en grappes à plusieurs degrés stratifié. On a dénombré, au total, 59 109 participants en 2004 (47 provinces), 130 301 participants en 2005 (76 provinces), 65 542 participants en 2007 (38 provinces) et 131 300 participants en 2010 (76 provinces).

Méthodologie : Les données ont été recueillies dans le cadre d'entrevues individuelles auprès de Thaïlandais et de Thaïlandaises âgés de 15 à 74 ans. Une analyse multiniveau a permis de calculer la prévalence des facteurs de risque comportementaux de maladie cardiovasculaire dans la population thaïlandaise âgée de 15 à 74 ans, notamment le poids et la taille, l'activité physique, la consommation de fruits et de légumes, le tabagisme, la consommation d'alcool, le dépistage du diabète et de l'hypertension, ainsi que l'autogestion du diabète et de l'hypertension.

Résultats : Les données recueillies dans le cadre des quatre dernières enquêtes ont révélé non seulement une amélioration de l'accès aux soins (dépistage du diabète et de l'hypertension, autogestion du diabète et de l'hypertension), mais aussi une réduction de la prévalence des facteurs de risque comportementaux de maladie cardiovasculaire (tabagisme, faible consommation de fruits et de légumes, sédentarité et consommation d'alcool) dans la population thaïlandaise âgée de 15 à 74 ans. Toutefois, la prévalence de l'obésité s'est accrue.

Conclusion : Des améliorations ont été observées au niveau de la prévalence des facteurs de risque comportementaux de maladie cardiovasculaire dans la population thaïlandaise, et celles-ci pourraient être liées à la politique d'intervention visant la modification du mode de vie. Les résultats quant à l'augmentation de l'obésité pourraient éclairer le National Health Development Plan.

Mots-clés : surveillance des facteurs de risque comportementaux, facteur de risque de maladie cardiovasculaire, intervention en promotion de la santé

Améliorer la surveillance de la lutte anti-tabac, de l'activité physique et de la nutrition chez les jeunes à l'aide d'indicateurs et de mesures de base

S. Manske, Ed. D. (1); C. Kroeker, M. Sc. (1); G. Mammen, M.A. (2); D. Gleddie, Ph. D. (3); M. McKenna, Ph. D. (4)

Rattachement des auteurs

  1. Propel Centre for Population Health Impact, University of Waterloo, Waterloo (Ontario), Canada
  2. Memorial University of Newfoundland, St. John's (Terre-Neuve-et-Labrador), Canada
  3. Grant MacEwan University, Edmonton (Alberta), Canada
  4. Université du Nouveau-Brunswick, Fredericton (Nouveau-Brunswick), Canada

Correspondance : Steve Manske; courriel : manske@uwaterloo.ca

Contexte : Même si toutes les administrations canadiennes recueillent des données sur la santé des jeunes, la nature de ces données et la façon dont elles sont communiquées varient.

Objectif : Parvenir à normaliser les indicateurs et les mesures de base pour l'évaluation et la surveillance de la santé des jeunes. L'utilisation d'un ensemble de questions identiques dans diverses collectes de données et le fait de rendre des comptes sur les mêmes indicateurs constituent une approche intéressante, car elle permet de réaliser des études comparatives de politiques et de programmes au fur et à mesure que ceux-ci sont mis en œuvre dans les administrations canadiennes. La mise en commun des résultats permettra d'accélérer les améliorations dans le domaine de la santé des jeunes, grâce à des politiques et à des programmes efficaces.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Des intervenants en santé et en éducation (par l'entremise du projet « Les jeunes excellent », financé par COALITION – Connaissances et action liées pour une meilleure prévention) ont encouragé les efforts axés sur la mise en place d'un « système d'apprentissage continu » pour la santé des jeunes au Canada. Nous sommes en train de créer un système plus uniforme en intégrant des indicateurs et des mesures de base conçus pour la surveillance et l'évaluation à l'échelle provinciale et nationale.

Méthodologie : Nous avons élaboré deux ensembles d'indicateurs et de questions : un ensemble pour les jeunes répondants (de 10 à 19 ans) et un autre pour évaluer le milieu scolaire. Les secteurs prioritaires sont la lutte anti-tabac, l'activité physique et la nutrition. Chaque secteur est à une étape différente de la mise en œuvre.

Résultats : Les rapports sur les indicateurs et les mesures de base recommandent certaines questions à utiliser auprès des jeunes répondants ou dans les évaluations du milieu scolaire, donnent un aperçu des lignes directrices courantes pour rendre compte des résultats et décrivent le processus d'élaboration et son fondement. Divers intervenants de partout au Canada ont créé les indicateurs et les mesures de base. Un groupe de leaders et de bailleurs de fonds de l'initiative d'évaluation et de surveillance de la santé des jeunes a collaboré à mettre au point un plan d'action durable pour la mise en œuvre.

Conclusion : Nous voyons un avantage à réaliser un travail coopératif et collaboratif dans tout le Canada à mesure que nous renforçons notre capacité d'obtenir de l'information sur la mise en œuvre des politiques et des programmes en vue d'améliorer la santé des jeunes.

Mots-clés : jeunes, surveillance, prévention des maladies chroniques, mesures communes, évaluation

 

 

Observatoire de la santé publique de la région sanitaire de Saskatoon : une étude de cas sur la surveillance régionale des facteurs de risque

J. Marko, M.H.P. (1); D. Rasali, Ph. D. (2); T. Rac (1); M. L. Decou, I.A., M. Sc. (3)

Rattachement des auteurs

  1. Observatoire de la santé publique, région sanitaire de Saskatoon, Saskatoon (Saskatchewan), Canada
  2. Unité d'épidémiologie et de recherche, Direction de la santé de la population, ministère de la Santé de la Saskatchewan, Regina (Saskatchewan), Canada
  3. Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada

Correspondance : Josh Marko; courriel : mary.lou.decou@phac-apsc.gc.ca

Contexte : L'Observatoire de la santé publique (OSP) de la région sanitaire de Saskatoon, fondé en 2008, comporte un programme de surveillance de la santé. Il vise à améliorer la santé et à réduire les inégalités en matière de santé grâce à la surveillance, à la recherche, à l'évaluation et à l'échange des connaissances afin d'orienter la prise de décisions, les politiques et la prestation des services. La présente étude de cas sur l'OSP faisait partie de l'analyse de la conjoncture de la surveillance des facteurs de risque au Canada réalisée par l'Alliance canadienne de surveillance régionale des facteurs de risque (ACSRFR).

Objectif : Examiner certains aspects de l'OSP en tant que programme de surveillance régionale des facteurs de risque.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude de cas.

Méthodologie : Nous avons examiné divers facteurs de risque et éléments du système de l'OSP au moyen d'une analyse documentaire, de questionnaires à l'intention des répondants clés et d'une interaction en face-à-face par WebEx. L'étude était axée sur le système de surveillance des facteurs de risque et analysait les forces et les défis de ce dernier.

Résultats : Le programme de surveillance de l'OSP comprend une analyse épidémiologique descriptive de divers facteurs de risque. Un outil Web de compte-rendu, appelé Community View Collaboration, contribue à la transmission et à l'échange des connaissances. L'utilisation de multiples sources de données, la personnalisation géographique et la coopération intersectorielle constituent les principaux atouts de l'OSP. Les retards dans la communication des données administratives sur la santé constituent le principal défi que doit relever l'OSP. Les travaux de surveillance et de recherche de l'OSP ont été présentés dans des publications à comité de lecture. Ils ont contribué à la création d'un programme intitulé « Building Health Equity » et à l'établissement d'interventions communautaires efficaces.

Conclusion : Le système de surveillance de l'OSP intègre de multiples sources de données et ses activités de surveillance, de recherche et de transmission des connaissances reposent sur la collaboration intersectorielle.

Mots-clés : surveillance, recherche, transmission des connaissances, santé publique

Lien entre le soutien social et l'obésité dans la population canadienne

S. McDermott, M. Sc. S. (1); B. Jackson, Ph. D. (1); W. Luo, M. Sc. (2); M. DesMeules, M. Sc. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Direction des initiatives stratégiques et des innovations, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada
  2. Centre de prévention et de contrôle des maladies chroniques, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada

Correspondance : Sarah McDermott; courriel : sarah.mcdermott@phac-aspc.gc.ca

Contexte : L'obésité est influencée par une gamme de facteurs comportementaux, sociaux, économiques et environnementaux. Le soutien social, un déterminant social de la santé, est associé à des facteurs de risque comportementaux de l'obésité, notamment l'alimentation et l'activité physique. Il reste à examiner si ce facteur est également lié à l'obésité, à l'aide de données récentes sur la population au Canada.

Objectif : Examiner le lien entre le soutien social et l'obésité dans un sous-ensemble de la population adulte du Canada.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Une analyse secondaire des données transversales tirées de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (2009-2010) a été effectuée. Les données ont été pondérées pour représenter la répartition, selon l'âge et le sexe, de la population à domicile âgée de 18 à 64 ans dans cinq provinces canadiennes ayant choisi d'inclure des modules de soutien social.

Méthodologie : Quatre types de soutien social ont été définis : le soutien tangible, l'affection, l'interaction sociale positive et le soutien émotionnel et informationnel. Des analyses descriptives et des analyses de régression logistique multiple ont été réalisées en vue d'examiner les associations entre le type de soutien social et l'obésité.

Résultats : Un faible niveau de soutien social était associé à une probabilité élevée d'obésité chez les femmes. Les rapports de cote (et les intervalles de confiance [IC] à 95 %) pour les faibles niveaux de soutien social tangible, d'affection, d'interaction sociale positive et de soutien émotionnel et informationnel étaient de 1,38 (1,11 à 1,70), 2,35 (1,75 à 3,17), 1,94 (1,48 à 2,55) et 1,74 (1,37 à 2,20), respectivement. Après ajustement pour tenir compte de plusieurs déterminants de l'obésité, l'association entre l'affection et l'obésité chez les femmes existait toujours. Aucune association entre l'obésité et le soutien social n'a été observée chez les hommes.

Conclusion : Même après ajustement pour tenir compte de plusieurs déterminants de l'obésité, l'association entre l'affection et l'obésité chez les femmes est restée significative. Des études supplémentaires accompagnées de données longitudinales permettraient de mieux comprendre l'affection en tant que facteur de protection possible contre l'obésité chez les femmes, ainsi que les mécanismes qui entrent en jeu.

Mots-clés : obésité, soutien social, Canada, régression logistique

 

 

Raconter toute l'histoire : une étude de cas portant sur trois systèmes d'échange des connaissances

K. McGarry, M. Sc. (1); B. Bell, Ph. D. (2); L. A. Duffley, B. Sc. (3); J. Griffith, Ph. D. (1); D. Murnaghan, I. A., Ph. D. (2); W. Morrison, Ph. D. (3)

Rattachement des auteurs

  1. Action cancer Manitoba, Winnipeg (Manitoba), Canada
  2. Comprehensive School Health Research Group, University of Prince Edward Island, Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard), Canada
  3. Groupe de recherche en santé et en éducation, Université du Nouveau-Brunswick, Fredericton (Nouveau-Brunswick), Canada

Correspondance : Katherine McGarry; courriel : kate.mcgarry@cancercare.mb.ca

Contexte : Dans le cadre du projet « Les jeunes excellent » (un projet COALITION – Connaissances et action liées pour une meilleure prévention – financé par le Partenariat canadien contre le cancer), le Manitoba (Enquête sur la santé des jeunes), le Nouveau-Brunswick (Sondage sur le mieux-être des élèves) et l'Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-E.) (Système d'intervention, de planification et d'évaluation de la santé dans les écoles – Î.-P.-E.) ont chacun mené des études de cas à l'échelle de la province sur leurs initiatives de surveillance de la santé des jeunes et d'échange des connaissances.

Objectif : Mettre en commun nos expériences en essayant d'améliorer les résultats pour la santé des jeunes, en renforçant la capacité d'échange des connaissances dans les sphères de la recherche, des politiques et de la pratique.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Nous avons fait appel à des études de cas multiples pour examiner les systèmes d'échange des connaissances au Manitoba, à l'Î.-P.-E. et au Nouveau-Brunswick. Une approche axée sur l'étude de cas permet d'acquérir une meilleure compréhension des personnes, des événements et des relations qui sont solidement ancrés dans des contextes précis, mais complexes.

Méthodologie : Le recours à des entrevues, à des groupes de discussion, à des enquêtes et à un examen de la documentation nous a permis d'explorer diverses perspectives au sein des contextes locaux et provinciaux, et entre eux. Pour chaque étude de cas, nous avons procédé à une analyse thématique en vue d'examiner, de classer et de mettre en tableau les données provenant de nombreuses sources. Cette analyse a débouché sur de nouvelles données probantes. Chaque province participante a ensuite effectué des comparaisons inter-cas à l'aide de « grappes » et de thèmes, ce qui a permis d'identifier des similitudes, des différences et des résultats réalistes à partir des réseaux d'échange des connaissances.

Résultats : Grâce à une approche multicentrique, une comparaison inter-cas entre le Manitoba, le Nouveau-Brunswick et l'Î.-P.-E. a permis de tirer des leçons généralisables. Nous examinerons la perception des intervenants dans trois domaines : les difficultés et les réussites des partenariats, l'acquisition des connaissances et la mobilisation en matière d'échange des connaissances.

Conclusion : Chaque contexte provincial permet de tirer des leçons pouvant être appliquées à d'autres systèmes de surveillance locaux, provinciaux, nationaux et internationaux, en vue d'améliorer les résultats sur le plan de l'utilisation des connaissances et de la santé des jeunes.

Mots-clés : santé des jeunes, systèmes d'échange de connaissances, mobilisation des connaissances, application concrète des données probantes, capacité

Réalisations, défis et orientations futures du Système rapide de surveillance des facteurs de risque en Ontario, Canada

K. Moynagh, B. Sc. (1); M. King, M. Sc. (2); J. Phillips, B.A. (3); D. Northrup, M.A. (4); R. Elsbett-Koeppen, M. Sc. (4)

Rattachement des auteurs

  1. Service de santé de la région de Halton, Oakville (Ontario), Canada
  2. Service de santé publique de Sudbury et du district, Sudbury (Ontario), Canada
  3. Service de santé de la région de Durham, Whitby (Ontario), Canada
  4. Institute for Social Research, York University, Toronto (Ontario), Canada

Correspondance : Karen Moynagh; courriel : karen.moynagh@halton.ca

Contexte : Le Système rapide de surveillance des facteurs de risque (SRSFR) est né d'une collaboration entre plusieurs unités de santé de l'Ontario et l'Institute for Social Research (Institut de recherche sociale) de York University. Le but principal de ce système, en fonction depuis 2001, est de fournir « d'assez bonnes données, assez rapidement » pour répondre aux besoins locaux en matière d'information. Le SRSFR assure une surveillance continue des indicateurs clés de la santé publique liés aux connaissances, aux attitudes et aux comportements relatifs aux risques pour la santé. De plus, il offre suffisamment de flexibilité pour permettre de recueillir des renseignements sur les enjeux émergents.

Objectif : Décrire la structure et la fonction du SRSFR, les facteurs qui contribuent à son succès, les défis auxquels il a été confronté et les orientations futures.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Les données sont recueillies lors d'une enquête téléphonique à composition aléatoire assistée par liste, selon la méthode du prochain anniversaire, de façon à obtenir un échantillon aléatoire de répondants parmi les ménages dans les unités de santé participantes de l'Ontario. Un flux de données provinciales fait actuellement l'objet d'un projet pilote au moyen de la même méthode.

Méthodologie : Les partenaires du SRSFR ont travaillé de concert à diverses activités : créer, financer et mettre en œuvre un système local de surveillance des facteurs de risque souple, rapide et réactif; formuler et examiner les questions du sondage; sélectionner le contenu de base; normaliser et appuyer l'analyse des données par la création de dictionnaires de données, d'indicateurs et d'une syntaxe; participer à la gouvernance conjointe et à l'élaboration de politiques; soutenir une coordination centrale, notamment un poste de coordonnateur, un site Web, des ateliers et des projets spéciaux.

Résultats : Les résultats du sondage seront présentés en fonction de divers thèmes qui font ressortir les succès, les défis et les orientations futures du SRSFR.

Conclusion : Depuis une dizaine d'années, le SRSFR a permis de fournir des données pertinentes à l'échelle locale, en temps opportun et accessibles en vue d'orienter la planification et l'évaluation des programmes et de favoriser l'élaboration de politiques publiques.

Mots-clés : surveillance, sondage, SRSFR

 

 

Système de surveillance des facteurs de risque liés à la santé des jeunes : leçons tirées d'une province canadienne, de 2008 à 2011

D. Murnaghan, I.A., Ph. D. (1); B. Bell, Ph. D. (1); M. Munro-Bernard, M.A. (1); C. Laurence, M.A. (1)

Rattachement des auteurs

  1. University of Prince Edward Island, Charlottetown (Î.-P.-É.), Canada

Correspondance : Donna Murnaghan; courriel : dmurnaghan@upei.ca

Contexte : Le School Health Action, Planning, and Evaluation System—Prince Edward Island (SHAPES-PEI; système d'évaluation et de planification de la santé à l'école, et de prises de mesures dans ce domaine), mis sur pied en 2008, est un système de collecte de données propres à l'Île-du-Prince-Édouard sur la santé des étudiants et la santé à l'école. Il fournit un portrait détaillé de la santé des jeunes pouvant orienter l'élaboration de politiques et de programmes.

Objectif : Partager les expériences vécues et les leçons tirées relativement à ce système (entre 2008 et 2011) afin d'accroître les connaissances accessibles par d'autres intervenants mettant en œuvre des systèmes de surveillance des facteurs de risque et d'échange des connaissances.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Chaque cycle de l'enquête SHAPES-PEI se déroule sur deux ans. La collecte de données et la production des profils de santé en milieu scolaire destinés aux écoles, aux conseils scolaires et au gouvernement provincial sont réalisées au cours de la première année, tandis que la deuxième année est consacrée à l'échange de connaissances avec les parties intéressées et au suivi auprès des écoles.

Méthodologie : La collecte des données relatives à l'activité physique, à l'alimentation saine, à la santé mentale et au tabagisme est effectuée auprès des étudiants (de la 5e à la 12e année). Les équipes/administrateurs des écoles remplissent pour leur part un outil d'évaluation de l'environnement scolaire (politiques et programmes). On procède à l'établissement de partenariats et à la tenue de rencontres et de présentations avec les parties intéressées. Les écoles ont accès au School Health Grant Program, qui les aide à mettre en œuvre des initiatives faisant écho aux données obtenues.

Résultats : Depuis 2008, le système a été adopté à grande échelle et officialisé. Il permet de comparer, d'une année et d'une province à l'autre, les modifications des comportements des élèves et des écoles en matière de santé. Il fournit aussi aux écoles davantage de données probantes sur la santé de leurs élèves et la santé à l'école, qui peuvent orienter l'établissement des priorités et l'élaboration de programmes et d'initiatives. Grâce au système, les décideurs provinciaux disposent quant à eux de données provinciales sur la santé des élèves et sur la santé à l'école qui étaient auparavant inexistantes.

Conclusion : La mise en œuvre d'un système provincial de surveillance des facteurs de risque et d'échange des connaissances relativement à la santé dans les écoles a été bénéfique pour les intervenants des domaines de la santé et de l'éducation de l'Î.-P.-É. Nos apprentissages pourront s'avérer utiles pour les autres intervenants mettant sur pied des systèmes similaires visant à orienter les mesures de prévention des maladies et de promotion de la santé.

Mots-clés : santé des jeunes, échange des connaissances, action fondée sur des données probantes

Lier la surveillance et l'information axée sur la promotion de la santé avec l'accès aux services afin de réduire les inégalités en matière de santé dans les collectivités minoritaires

A. Ng, M.A. (1)

Rattachement de l'auteur

  1. Community Transcultural Support Services, Calgary (Alberta), Canada

Correspondance : Amy Ng; courriel : amy.ng.ctss@gmail.com

Contexte : La surveillance multiculturelle – la collecte systématique de données sur la survenue de maladies particulières au sein de communautés ethniques – s'avère précieuse dans le domaine de la promotion multiculturelle de la santé. Les liens entre les travaux de surveillance multiculturelle et la promotion de la santé ouvrent la voie à l'élaboration de stratégies visant à réduire les inégalités en matière d'information sur la santé et de services de santé dans les collectivités minoritaires.

Objectif : Comprendre la survenue des différents cancers et leur variation d'un groupe de population à un autre. Les caractéristiques des populations ethniques pourraient être une cause sous-jacente de la variation de la répartition des cancers.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude prospective de cohortes.

Méthodologie : Les pratiques en matière de dépistage pour la prévention du cancer employées en 2009 et en 2010 seront comparées chez des membres d'un groupe minoritaire asiatique, en vue de déterminer la relation entre un service de dépistage du cancer et le comportement de chacun des membres d'une minorité à l'égard du dépistage préventif du cancer.

Résultats : L'étude pourrait identifier des facteurs de risque précis associés au développement du cancer dans un milieu de santé multiculturel.

Conclusion : En attente des résultats.

Mots-clés : inégalités en matière de santé, surveillance multiculturelle

 

 

La punaise des lits, questions sanitaires émergentes et le Système rapide de surveillance des facteurs de risque (SRSFR)

D. Northrup, M.A. (1); R. Elsbett-Koeppen, M. Sc. (1); J. Phillips, B.A. (2); M. King, M. Sc. (3); K. Moynagh, B. Sc. (4)

Rattachement des auteurs

  1. Institute for Social Research, York University, Toronto (Ontario), Canada
  2. Service de santé de la région de Durham, Whitby (Ontario), Canada
  3. Service de santé publique de Sudbury et du district, Sudbury (Ontario), Canada
  4. Service de santé de la région de Halton, Oakville (Ontario), Canada

Correspondance : David Northrup; courriel : northrup@yorku.ca

Contexte : Si très peu de personnes résidant en Ontario déclarent avoir eu une infestation de punaises des lits à la maison, la crainte d'une infestation est en revanche très répandue. En janvier 2011, le gouvernement de l'Ontario a engagé 5 millions de dollars pour aider les unités sanitaires à lutter contre les punaises des lits. En utilisant le Système rapide de surveillance des facteurs de risque (SRSFR), les unités sanitaires ont entrepris de recueillir des données dans le but d'orienter et d'évaluer les initiatives d'éducation et de lutte.

Objectif : Le principal objectif était d'évaluer le degré de connaissances des Ontariens et des Ontariennes sur les infestations de punaises des lits, de même que leurs expériences et leurs craintes à cet égard.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Les données ont été recueillies lors d'une enquête téléphonique à composition aléatoire assistée par liste, selon la méthode du prochain anniversaire, de façon à obtenir un échantillon aléatoire de répondants parmi les ménages de l'Ontario.

Méthodologie : Nous avons élaboré une série de questions sur les moyens d'identifier et d'éliminer les punaises des lits et sur les moyens de prévenir une infestation, de même que sur les répercussions psychologiques associées au fait de s'inquiéter d'une éventuelle infestation de punaises des lits. Ces questions ont été ajoutées en mai 2011 au questionnaire téléphonique utilisé dans le cadre du projet pilote d'échantillon provincial pour le SRSFR.

Résultats : Les résultats n'étaient pas disponibles au moment de la publication, mais les données ont été présentées lors de la conférence. Nous examinerons deux hypothèses, à savoir 1) qu'il n'y a aucune corrélation entre les craintes relatives aux punaises des lits et les connaissances sur le sujet, et 2) que les habitants des grands centres urbains, en particulier ceux de la région du Grand Toronto, où le quotidien le plus lu appuyait une « guerre contre les punaises des lits », seront plus préoccupés par les infestations de punaises des lits que les habitants d'autres localités.

Conclusion : Aucune conclusion n'a été tirée pour le moment, mais nous avons présenté des conclusions provisoires lors de notre présentation.

Mots-clés : punaises des lits, résultats d'enquête, SRSFR

Système informatisé de surveillance des maladies chroniques (CDIMS) : une ressource en ligne pour la santé publique

S. O'Connor, Ph. D. (1); R. Schwartz, Ph. D. (1); D. Crouch, M. Sc. (2); A. Philipneri, M.H.P. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Dalla Lana School of Public Health, University of Toronto, Toronto (Ontario), Canada
  2. The CAPTURE Project, Simon Fraser University, Burnaby (Colombie-Britannique), Canada

Correspondance : Shawn O'Connor; courriel : shawn_oconnor@camh.net

Objectif : Créer un portail de données interactif en ligne pour favoriser l'utilisation d'indicateurs de facteurs de risque par les intervenants en santé publique.

Méthodologie : On a défini les exigences techniques du portail en s'inspirant de celles d'un site apparenté, le Tobacco Informatics Monitoring System (TIMS; système informatisé de surveillance du tabagisme). Tout au long du processus, les principaux intervenants ont participé à la conception du site original, qui comprenait plusieurs versions ainsi que des essais par les utilisateurs et une évaluation heuristique par des experts. L'élaboration des indicateurs de maladies chroniques a nécessité une série d'étapes, notamment des entrevues avec des intervenants clés et une revue des indicateurs établis.

Résultats : Des travaux de recherche formative ont démontré que les intervenants souhaitaient disposer d'un site Web dynamique fondé sur des bases de données, et doté d'une interface conviviale et facile à parcourir. Les entretiens et les essais par les utilisateurs ont révélé que les intervenants étaient d'avis que le portail aiderait à utiliser les mesures liées aux facteurs de risque de maladies chroniques en vue d'assurer la planification, la prise de décision et la surveillance. Pour répondre aux besoins des utilisateurs, le portail comprend les indicateurs liés à divers facteurs de risque, notamment une saine alimentation, un poids santé, la sécurité alimentaire, le tabagisme et l'activité physique. Par sa conception, le site permet aux utilisateurs de naviguer parmi des milliers d'éléments de données spécifiques, y compris les résultats selon la population (âge, sexe, niveau de scolarité, occupation et revenu), le lieu géographique (national, provincial et infraprovincial) et les enquêtes multiples qui s'étendent sur plusieurs années. L'affichage peut se faire sous forme de tableau, de diagramme à barres ou de graphique linéaire et de carte.

Conclusion : En mettant les données analysées à la disposition des intervenants, le portail pourrait donner lieu à de nouvelles découvertes liées aux questions et aux tendances émergentes. Le site facilite les liens entre les résultats pour la santé et le processus décisionnel, notamment la prise en compte des questions d'équité en matière de santé axées sur les sous-populations prioritaires et les secteurs à risque élevé. Ces renseignements pourraient servir à orienter les efforts en matière de santé publique.

Mots-clés : informatique, surveillance, indicateurs de facteurs de risque de maladies chroniques

 

 

Statut socioéconomique et facteurs de risque comportementaux liés au surpoids et à l'obésité en Thaïlande

N. Petcharoen, Ph. D. (1); G. Chernrungroj, M.D., Ph. D. (1); S. Manosoonthorn, Ph. D. (1); S. Sensathien, M. Sc. (1); N. Asawarat, M.A. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Bureau of Non-Communicable Diseases, Department of Disease Control, Ministry of Public Health, province de Nonthaburi, Thaïlande

Correspondance : Nawarat Petcharoen; courriel : nawarat@health.moph.go.th

Contexte : Dans les pays développés, les personnes ayant un faible statut socioéconomique (SSE) sont plus susceptibles de présenter un surpoids et une obésité que celles dont le SSE est plus élevé. La Thaïlande est un pays en voie de développement où le mode de vie a tendance à changer en même temps que le SSE, et le nombre de personnes obèses ou présentant un surpoids est à la hausse.

Objectif : Étudier les liens entre le surpoids ou l'obésité et le SSE et les facteurs de risque comportementaux chez les Thaïlandais.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude transversale basée sur la population.

Méthodologie : Une analyse secondaire a été effectuée à l'aide des données de l'enquête intitulée « 2007 Behavioural Risk Factors of Non-Communicable Diseases and Injuries Survey in Thailand » (enquête de 2007 sur les facteurs de risque comportementaux pour les blessures et les maladies non transmissibles en Thaïlande). Les données de cette étude ont été recueillies par le biais de la déclaration volontaire de 65 542 personnes de 15 à 74 ans ayant la citoyenneté thaïlandaise. Un indice de masse corporelle > 25 kg/m2 a été utilisé pour déterminer le surpoids et l'obésité. Des modèles de régression logistique ont permis d'examiner le lien entre le surpoids ou l'obésité et le SSE et les facteurs de risque comportementaux.

Résultats : Il ressort de l'analyse du SSE qu'il existe une association positive entre un revenu familial mensuel plus élevé et le surpoids ou l'obésité chez les sujets des deux sexes, mais une association négative entre un niveau de scolarité supérieur et le surpoids ou l'obésité chez les femmes. L'examen des facteurs de risque comportementaux a révélé que les hommes exerçant un travail associé à des activités modérées ou aucune activité physique étaient plus nombreux à présenter un surpoids ou à être obèses que ceux dont le travail était lié à une activité physique plus énergique. Les fumeurs actuels de sexe masculin étaient moins nombreux à présenter un surpoids ou à être obèses. La consommation actuelle d'alcool a été associée positivement au surpoids et à l'obésité chez les femmes.

Conclusion : Les liens entre le SSE, les facteurs de risque comportementaux et le surpoids ou l'obésité diffèrent selon le sexe. Les politiques et les stratégies doivent donc être mises en œuvre de façon appropriée dans les sous-groupes de population.

Mots-clés : surpoids et obésité, statut socioéconomique (SSE), facteurs de risque comportementaux

Système de surveillance des cas de conduite en état d'ébriété au Cambodge

S. Sann, M.B.A. (1); N. T. Tran, Ph. D. (2); A. M. Bachani, Ph. D. (2); C. Gnim, M.A. (1); P. Sem, B.A. (1); A. Ou, B.A. (1); A. A. Hyder, M.D., Ph. D. (2)

Rattachement des auteurs

  1. Handicap International (section belge), Phnom Penh, Cambodge
  2. International Injury Research Unit, Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, Baltimore (Maryland), États-Unis

Correspondance : Socheata Sann; courriel : sann.socheata@hib-cambodia.org

Contexte : Depuis 2009, pour lutter contre le problème de la conduite en état d'ébriété, les mesures d'application de la loi contre la conduite en état d'ébriété ont été renforcées et diverses campagnes de sensibilisation du public ont été mises en œuvre. La conduite en état d'ébriété a également été définie comme l'une des interventions prioritaires du National Road Safety Action Plan (plan d'action national visant à assurer la sécurité routière) pour 2011-2020. Un système de surveillance des cas de conduite en état d'ébriété a été mis au point pour s'attaquer à ces problèmes et à cette intervention.

Objectif : Évaluer le fardeau des blessures causées par des accidents de la route où la conduite en état d'ébriété est en cause et surveiller les tendances en matière de conduite en état d'ébriété au fil du temps afin d'évaluer les connaissances, les attitudes et les pratiques en matière de conduite en état d'ébriété au Cambodge.

Méthodologie : L'évaluation a été effectuée au moyen de sources de données primaires et secondaires. Les données du système d'information sur les accidents de la route et les victimes ont été analysées pour établir le fardeau des blessures causées par des accidents de la route où la conduite en état d'ébriété était en cause. Des études observationnelles ont été réalisées tous les deux mois pour mesurer la prévalence de la conduite en état d'ébriété. Des études de comportement des automobilistes ont également été effectuées pour comprendre les connaissances, les attitudes et les habitudes liées à la conduite en état d'ébriété.

Résultats : Les résultats préliminaires ont révélé que 3 % des conducteurs nocturnes avaient un taux d'alcoolémie supérieur à 0,25, et que 16 % des décès étaient liés à la conduite en état d'ébriété. De plus, 85 % des conducteurs interrogés connaissaient la limite légale d'alcoolémie au volant, et plus de 70 % des répondants connaissaient la peine prévue en cas d'infraction.

Conclusion : Reconnue comme la deuxième cause d'accidents de la route et de blessures au Cambodge, la conduite en état d'ébriété constitue une menace grave pour la santé publique. Selon les résultats de l'enquête de comportement, les attitudes irresponsables à l'égard de la conduite en état d'ébriété, et non le manque de connaissances à ce sujet, contribueraient le plus à la continuation de la conduite en état d'ébriété.

Mots-clés : conduite avec facultés affaiblies, conduite en état d'ébriété, système de surveillance, enquêtes, accidents de la route

 

 

Santé sexuelle des adolescents, National Survey of School Health (enquête nationale sur la santé en milieu scolaire), Brésil, 2009

L. M. V. Sardinha, B. Sc. S. (1); R. T. C. Yokota, B. Sc. S. (1); B. P. M. Iser, B. Sc. S. (1); N. N. Bandeira de Sá, B. Sc. S. (1); D. C. Malta, B. Sc. S. (1)

Rattachement des auteurs

1. General Coordination of Non Communicable Diseases and Injuries, Secretariat of Health Surveillance, Ministry of Health, Brésil

Correspondance : Luciana Monteiro Vasconcelos Sardinha; courriel : luciana.sardinha@saude.gov.br

Objectif : Décrire les comportements associés à la santé sexuelle des adolescents en se basant sur la National Survey of School Health (PeNSE; enquête nationale sur la santé en milieu scolaire).

Conception de l'étude ou de l'intervention : Enquête transversale nationale.

Méthodologie : L'enquête a été réalisée par l'Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE; Institut brésilien de géographie et de statistiques) en partenariat avec le ministère de la Santé. Au total, on a sondé 60 973 élèves provenant de 1 453 écoles publiques et privées des capitales des États du Brésil.

Résultats : L'analyse des données révèle que 30,5 % (IC à 95 % : 29,9 à 31,2 %) des adolescents sondés avaient déjà eu des relations sexuelles; celles-ci étaient plus fréquentes chez les garçons (43,7 %; IC à 95 % : 42,7 à 44,7 %) que chez filles (18,7 %; IC à 95 % : 18,0 à 19,4 %) et plus fréquentes chez les élèves des écoles publiques que chez ceux des écoles privées. L'âge moyen de l'initiation à la sexualité était de 14,8 ans, et 40,1 % des élèves (IC à 95 % : 38,8 à 41,4 %) ont déclaré n'avoir eu qu'un seul partenaire sexuel au cours de leur vie. Le taux d'utilisation du préservatif était élevé (75,9 %; IC à 95 % : 74,8 à 76,9 %), tout comme celui de la contraception (74,7 %; IC à 95 % : 73,6 à 75,7 %).

Conclusion : Cette étude pourrait éclairer l'adoption de mesures pour promouvoir la santé sexuelle auprès des adolescents, afin de réduire autant que possible leurs vulnérabilités.

Mots-clés : maladies chroniques, études épidémiologiques, surveillance

Situation familiale et protection contre la consommation de tabac, d'alcool et de drogues chez les adolescents, National Survey of School Health (enquête nationale sur la santé en milieu scolaire), Brésil, 2009

L. M. V. Sardinha, B. Sc. S. (1); R. T. C. Yokota, B. Sc. S. (1); B. P. M. Iser, B. Sc. S. (1); N. N. Bandeira de Sá, B. Sc. S. (1); D. C. Malta, B. Sc. S. (1)

Rattachement des auteurs

1. General Coordination of Non Communicable Diseases and Injuries, Secretariat of Health Surveillance, Ministry of Health, Brésil

Correspondance : Luciana Monteiro Vasconcelos Sardinha; courriel : luciana.sardinha@saude.gov.br

Objectif : Évaluer le lien entre la consommation de substances psychoactives (tabac, boissons alcoolisées et drogues illicites) chez les adolescents et les facteurs de protection dans leurs familles.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Enquête transversale nationale.

Méthodologie : Nous avons analysé des données tirées de la National Survey of School Health (PeNSE; enquête nationale sur la santé en milieu scolaire), dans le cadre de laquelle on a sondé 60 973 élèves de 9e année provenant d'écoles secondaires de premier cycle publiques et privées des capitales des États du Brésil.

Résultats : La majorité des adolescents sondés vivaient avec leur père et leur mère (58,3 %); environ le tiers vivaient avec leur mère uniquement (31,9 %). La moitié des parents ou des personnes responsables des enfants savaient ce que faisaient les adolescents durant leurs temps libres (55,8 %). Le fait de vivre avec ses deux parents exerçait un effet protecteur sur les habitudes de consommation de tabac, d'alcool et de drogues. En outre, la supervision familiale était un facteur important de prévention de ces comportements. La prise de repas au quotidien avec les parents ou une personne responsable (62,6 %) et le fait que les parents savaient comment les adolescents avaient occupé leurs temps libres au cours des 30 derniers jours avaient également un effet protecteur. Les élèves qui s'absentaient de l'école sans en aviser leurs parents étaient plus susceptibles de consommer du tabac, de l'alcool et des drogues.

Conclusion : La famille jouait un rôle positif dans la prévention des risques de consommation de tabac, d'alcool et de drogues chez ces adolescents.

Mots-clés : maladies chroniques, études épidémiologiques, surveillance

 

 

Surveillance des facteurs de risque et des facteurs de protection à l'égard des maladies non transmissibles chez les adolescents au Brésil, 2009

L. M. V. Sardinha, B. Sc. S. (1); R. T. C. Yokota, B. Sc. S. (1); B. P. M. Iser, B. Sc. S. (1); N. N. Bandeira de Sá, B. Sc. S. (1); D. C. Malta, B. Sc. S. (1)

Rattachement des auteurs

1. General Coordination of Non Communicable Diseases and Injuries, Secretariat of Health Surveillance, Ministry of Health, Brésil

Correspondance : Luciana Monteiro Vasconcelos Sardinha; courriel : luciana.sardinha@saude.gov.br

Contexte : L'adolescence est marquée par des transformations et par l'exposition à de multiples situations ou facteurs de risque influant sur la santé.

Objectif : Décrire les méthodes d'étude et déterminer la prévalence des principaux facteurs de risque et facteurs de protection pour la santé à l'égard des maladies non transmissibles chez les écoliers, selon la National Survey of School Health (PeNSE; enquête nationale sur la santé en milieu scolaire).

Conception de l'étude ou de l'intervention : Enquête transversale nationale.

Méthodologie : En 2009, 60 973 élèves de 9e année provenant de 1 453 écoles publiques et privées des capitales des États du Brésil ont été sondés. L'enquête a été réalisée par le Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE; Institut brésilien de géographie et de statistiques) en partenariat avec le ministère de la Santé. Nous avons analysé les données tirées de la PeNSE.

Résultats : Les résultats concernant la consommation d'aliments étaient fondés sur des aliments consommés 5 jours par semaine ou plus : 62,6 % des adolescents avaient consommé des haricots et 31,5 % des fruits. Les aliments malsains les plus consommés étaient les sucreries (58,3 %) et les boissons gazeuses (37 %). Seulement 43,1 % des élèves étaient suffisamment actifs physiquement, tandis que 79,5 % passaient plus de deux heures par jour devant la télévision. Pour ce qui est de l'usage du tabac, 6,3 % des élèves étaient des fumeurs actifs. La prévalence de la consommation actuelle de boissons alcoolisées était de 27 % chez les élèves interrogés, et 8,7 % des élèves avaient consommé des drogues illicites au moins une fois dans leur vie.

Conclusion : Les résultats fournissent des estimations de la prévalence de certains des facteurs de risque et facteurs de protection pour la santé à l'égard des maladies non transmissibles chez les adolescents au Brésil. Les données probantes qui s'en dégagent permettent ainsi d'orienter la mise en œuvre de politiques publiques.

Mots-clés : maladies chroniques, études épidémiologiques, surveillance

Données sur les congés d'hôpitaux provenant du système de santé publique et prévalence du diabète dans la province de Tucumán, Argentine, 2009

E. B. Sarrouf, M.D. (1); R. Calli, M. Sc. (2)

Rattachement des auteurs

  1. Epidemiologia de Campo aplicada a la Salud Pública, Dirección de Epidemiología de la Provincia de Tucumán, San Miguel de Tucumán, Tucumán, Argentine
  2. Dirección de Epidemiología de la Provincia de Tucumán, San Miguel de Tucumán, Tucumán, Argentine

Correspondance : Elena B. Sarrouf; courriel : direpitucuman@gmail.com

Contexte : Le diabète est responsable de 5 % des décès dans le monde, surtout dans les pays en développement.

Objectif : Déterminer la prévalence et les caractéristiques épidémiologiques du diabète chez les personnes de 18 ans et plus vivant dans la province de Tucumán, et évaluer les caractéristiques des congés d'hôpitaux liés au diabète provenant du système d'hôpitaux publics (SHP).

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude transversale portant sur la période allant de janvier à décembre 2009.

Méthodologie : Les données tirées de l'enquête nationale sur les facteurs de risque pour 2005 et 2009 (ministère national de la Santé) et les données sur les congés des patients du SHP recueillies en 2009 ont été analysées. Nous avons calculé les moyennes, l'intervalle interquartile allant du 25e percentile au 75e percentile (P25–75) et les intervalles de confiance à 95 % (IC).

Résultats : En 2009, la prévalence du diabète s'établissait à 9,88 % (IC à 95 % : 8,22 à 11,83). Elle était plus élevée qu'en 2005 (6,94; IC à 95 % : 5,66 à 8,41) et plus élevée chez les femmes, bien que la différence soit non significative dans les deux cas (p > 0,05). L'âge moyen de cette population était de 51 ans (P25-75 = 36 à 63). Trente-sept pour cent des personnes atteintes de diabète avaient utilisé les services du SHP. Au total, 1 823 diabétiques avaient reçu leur congé du SHP; de ce nombre, 1 389 (76 %) avaient reçu un diagnostic principal de complications diabétiques. Le séjour moyen à l'hôpital était de 11,39 jours (P25–75 = 2 à 14, maximum = 188), la mortalité liée au diabète s'établissait à 6 % (84) et l'âge moyen de la population hospitalisée était de 66 ans (P25–75 = 56 à 76). Au cours des 48 premières heures d'hospitalisation, 34 patients (44 %) sont décédés, la plupart dans un hôpital de recours provincial.

Conclusion : La prévalence du diabète pourrait être en hausse à Tucumán. Des complications non précisées constituaient les raisons principales des hospitalisations. Le taux de mortalité était le plus élevé dans les premières heures de l'admission et dans les hôpitaux de soins tertiaires. Il est important de souligner l'ampleur du problème pour permettre une affectation avisée des ressources dans les programmes de prévention et de traitement de cette maladie.

Mots-clés : diabète, prévalence, congés d'hôpitaux

 

 

Promotion d'une santé mentale positive : facteurs de risque et facteurs de protection chez les jeunes victimes de violence physique et sexuelle

A. Smith, M.L.A.† (1); D. Stewart, M.A. (1); C. Poon, Ph. D. (1); C. Hoogeveen, B.A. (1); E. Saewyc, I.A., Ph. D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. McCreary Centre Society, Vancouver (Colombie-Britannique), Canada

Correspondance : Annie Smith; courriel : annie@mcs.bc.ca

Contexte : La violence sexuelle et la violence physique constituent des facteurs de risque contribuant à une mauvaise santé mentale.

Objectif : Identifier les facteurs de risque et les facteurs de protection spécifiquement associés à la santé mentale chez les jeunes garçons et filles ayant été victimes de violence sexuelle et physique.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude à méthodologie mixte fondée sur les données de l'enquête de 2008 de la Colombie-Britannique intitulée « Adolescent Health Survey » (AHS; enquête sur la santé des adolescents) ainsi que sur les données recueillies auprès de 617 jeunes ayant participé à 44 groupes de discussion.

Méthodologie : Nous avons analysé les données quantitatives issues de l'AHS (à laquelle ont participé 29 400 élèves de la 7e à la 12e année) et les données qualitatives recueillies dans les groupes de discussion, qui comprenaient notamment des suggestions de stratégies à adopter afin de réduire les facteurs de risque chez les jeunes de la C.-B.

Résultats : Par rapport aux autres jeunes, ceux victimes d'une forme quelconque de violence ont obtenu des résultats inférieurs relativement à 11 indicateurs de la santé mentale. Contrairement à la violence sexuelle, la violence physique était associée à une image corporelle négative chez les garçons. Les jeunes victimes de violence physique ou sexuelle qui mentionnaient avoir un talent faisaient preuve de résultats supérieurs quant aux indicateurs de la santé mentale. Cependant, les autres facteurs de protection ne présentaient pas la même efficacité chez tous les jeunes qui étaient victimes de violence. Par exemple, l'accès à un adulte sur qui on peut compter, autre qu'un membre de la famille, protégeait tous les jeunes qui étaient victimes de violence physique contre les idées suicidaires, mais seulement les filles victimes de violence sexuelle. De plus, les filles (et non les garçons) victimes de violence qui pratiquaient une activité artistique hebdomadaire étaient plus susceptibles que les autres de manifester un désir de poursuivre des études postsecondaires. Les participants aux groupes de discussion ont exprimé le besoin d'avoir accès à des services adaptés au sexe et à l'expérience de chacun, faisant appel à des intervenants adultes sur qui on peut compter et à des pairs agissant à titre de mentors.

Conclusion : Lors de l'élaboration des programmes et des politiques, il convient de prendre en considération les associations divergentes entre les facteurs de risque et les facteurs de protection propres aux jeunes victimes de violence.

Mots-clés : jeunes, victimes de violence, facteur de risque, facteur de protection

Master of Liberal Arts (maîtrise en arts libéraux).

Essai pilote et validation d'indicateurs de santé sexuelle chez les jeunes âgés de 16 à 24 ans, au Canada

L. Smylie, Ph. D. (1); M. Doherty, Ph. D. (2); B. Clarke (1); T. Yovetich (1); J. Otis, Ph. D. (3); J. Gahagan, Ph. D. (4); G. Smith (5); A. McKay, Ph. D. (6); M. Numer (4)

Rattachement des auteurs

  1. Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada
  2. University of Alberta, Edmonton (Alberta), Canada
  3. Université du Québec à Montréal, Montréal (Québec), Canada
  4. Dalhousie University, Halifax (Nouvelle-Écosse), Canada
  5. Options for Sexual Health, Vancouver (Colombie-Britannique), Canada
  6. Sex Information and Education Council of Canada (SIECCAN), Toronto (Ontario), Canada

Correspondance : Lisa Smylie; courriel : lisa.smylie@phac-aspc.gc.ca

Contexte : Les données nationales sur la santé sexuelle que l'on recueille au Canada se limitent aux taux de tests positifs pour les trois infections transmissibles sexuellement (ITS) à déclaration obligatoire (chlamydiose, gonorrhée et syphilis infectieuse) et aux taux de grossesse. Ces mesures ont une capacité limitée de déterminer les facteurs de risque et les déterminants sociaux liés à de moins bons résultats en matière de santé, notamment les taux croissants d'ITS et d'infection par le VIH. On doit donc disposer de données plus détaillées sur la santé sexuelle des populations vulnérables, en particulier les jeunes, pour élaborer des stratégies, des politiques et des programmes de promotion de la santé sexuelle et de prévention des ITS, notamment l'infection par le VIH.

Objectif : Concevoir un ensemble complet d'indicateurs de santé sexuelle chez les jeunes Canadiens et Canadiennes âgés de 16 à 24 ans. Faire un essai pilote de ces indicateurs, puis les valider.

Conception de l'étude : Enquête sous forme d'auto-interview assistée par ordinateur.

Méthodologie : L'étude reposait sur une enquête prenant la forme d'une auto-interview assistée par ordinateur réalisée auprès d'un échantillon choisi à dessein de 1 185 participants âgés de 16 à 24 ans. Les participants pouvaient répondre à l'enquête en anglais ou en français. Les données ont été analysées à l'aide du SPSS et du SAS afin de déterminer la validité de contenu, la validité conceptuelle, la validité des critères, la fiabilité de test-retest et le coefficient d'objectivité.

Résultats : L'ensemble d'indicateurs montrait une validité de contenu, une validité conceptuelle, une validité des critères, une fiabilité de test-retest et un coefficient d'objectivité qui étaient bons. Les analyses ont corroboré la pertinence de sept échelles représentant l'auto-efficacité liée à l'utilisation des moyens de protection, l'auto-efficacité liée au dépistage des ITS et du VIH, l'établissement de limites sexuelles, l'affirmation sexuelle, l'auto-efficacité liée au fonctionnement sexuel, la victimisation associée à la violence conjugale et la coercition sexuelle.

Conclusion : L'enquête doit être légèrement modifiée, mais elle comprend un ensemble valide d'indicateurs de santé sexuelle chez les jeunes. Cet ensemble d'indicateurs validés peut servir à recueillir, à l'échelle nationale, des données sur la santé sexuelle des jeunes Canadiens et Canadiennes, qui permettront d'orienter les politiques et les programmes visant à promouvoir la santé sexuelle et à prévenir les ITS.

Mots-clés : santé sexuelle, infections transmissibles sexuellement, jeunes

 

 

Création d'une base de données probantes pour la surveillance des effets de l'environnement bâti sur la santé

C. Steensma, M. Sc. (1); M. Warr, M. Sc. (2)

Rattachement des auteurs

  1. Agence de la santé publique du Canada, Montréal (Québec), Canada
  2. Agence de la santé publique du Canada, Vancouver (Colombie-Britannique), Canada

Correspondance : Colin Steensma; courriel : colin.steensma@phac-aspc.gc.ca

Contexte : De plus en plus de données probantes établissent un lien entre l'environnement bâti et le maintien d'un mode de vie sain. Toutefois, pour bien dégager les tendances associées à la santé et à l'environnement bâti, il est primordial d'avoir une base solide de données probantes; il est nécessaire d'établir des systèmes de surveillance qui reposent sur des données d'enquêtes et des données administratives.

Objectif : L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a convié des experts clés à un atelier pancanadien intitulé « Indicateurs pour mesurer les effets de l'environnement bâti sur la santé ». Le présent document a pour but de résumer les résultats des discussions soulevées lors de l'atelier et des collaborations en cours.

Méthodologie : L'ASPC a réalisé un examen sommaire des activités relatives aux indicateurs de l'environnement bâti au Canada, qui a mis en évidence la nécessité pour les experts de partager l'information sur la création et la mise en œuvre d'indicateurs de l'environnement bâti. L'ASPC a donc organisé un atelier où les participants, en plus de présenter leurs travaux de recherche et leurs projets, ont aussi pris part à des discussions en petits groupes.

Résultats : Les participants à l'atelier ont souligné la nécessité de tenir compte des différentes réalités géographiques, démographiques et socio-économiques. Même s'ils ont identifié de nombreux indicateurs prometteurs pour mesurer les effets de l'environnement bâti sur la santé, les participants ont relevé plusieurs obstacles, notamment la disponibilité et l'applicabilité des sources de données, le risque associé au recours à des indicateurs trop normalisés, les besoins en investissement et les priorités divergentes d'un secteur à l'autre. Toutefois, les participants ont reconnu que les avantages potentiels d'un ensemble normalisé d'indicateurs l'emportent sur les difficultés possibles.

Conclusion : Les participants ont identifié plusieurs mécanismes de transfert des connaissances pour faire avancer le travail, dont certains sont même mis en œuvre actuellement en collaboration avec l'ASPC. Toutefois, le dialogue doit se poursuivre entre les participants à l'atelier et d'autres intervenants clés, afin de mieux définir les indicateurs prometteurs de l'environnement bâti et, à terme, d'orienter et d'influencer la surveillance de ce déterminant de la santé.

Mots-clés : environnement bâti, création d'indicateurs, transfert de connaissances, collaboration intersectorielle

Tendances relatives à la consommation de lait à teneur réduite en gras chez les enfants australiens, de 2006 à 2011

A. Taylor, Ph. D. (1); P. Bai, M. Sc (1); E. Dal Grande, M.H.P. (1); J. Avery, M.H.P. (1); Z. Shi, M.D., Ph. D (1); T. Gill, Ph. D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Population Research and Outcome Studies, Discipline of Medicine, Faculty of Health Sciences, The University of Adelaide, Adélaïde (Australie-Méridionale), Australie

Correspondance : Anne Taylor; courriel : anne.taylor@adelaide.edu.au

Contexte : Le South Australian Monitoring and Surveillance System (SAMSS; système de surveillance et de suivi de l'Australie-Méridionale) est un système de surveillance mensuelle par téléphone qui fournit des données démographiques de grande qualité, fiables du point de vue épidémiologique, représentatives et pertinentes sur les habitants de la communauté de tout âge. Il a été conçu pour surveiller les tendances démographiques relatives aux affections considérées comme prioritaires dans les États et à l'échelle nationale, ainsi que pour cerner les groupes cibles, les influences dans le domaine de la promotion de la santé et les facteurs de risque. Depuis janvier 2006, le SAMSS n'a régulièrement cessé de recueillir des données sur la nutrition des enfants.

Objectif : Déterminer les tendances relatives à la consommation de lait à teneur réduite en gras chez les enfants australiens.

Conception de l'étude ou de l'intervention : En 2011, le SAMSS contenait cinq ans de points de données démographiques mensuels et près de 14 000 cas relativement à cette analyse évolutive des tendances.

Méthodologie : Nous avons réalisé des graphiques à l'aide de polynômes fractionnaires en utilisant le temps comme variable continue pour examiner la consommation alimentaire chez les enfants. Nous avons également déterminé les tendances de la consommation de lait à teneur réduite en gras en fonction de facteurs tels que le sexe, la région et le statut socio-économique.

Résultats : En 2003, les lignes directrices alimentaires publiées par le National Health and Medical Research Council (conseil national de recherche en médecine et en santé) encourageaient les parents à donner du lait à teneur réduite en gras aux enfants de deux ans et plus pour leur assurer une croissance saine. Depuis 2006, la consommation de lait à teneur réduite en gras a augmenté chez les enfants d'Australie-Méridionale, tandis que la consommation de lait entier a diminué au sein du même groupe d'âge. En décembre 2010, 31,6 % des garçons et 30,8 % des filles consommaient du lait à teneur réduite en gras.

Conclusion : La politique publique à l'égard du lait à teneur réduite en gras a eu un effet positif sur les tendances de consommation de lait chez les enfants d'Australie-Méridionale.

Mots-clés : lait à teneur réduite en gras, enfants, lait entier, tendances

 

 

Tendances relatives à la fréquence de consommation de malbouffe chez les enfants d'Australie-Méridionale âgés de 1 à 17 ans, de 2002 à 2010

A. Taylor, Ph. D. (1); J. Wu, Ph. D. (1); E. Dal Grande, M.H.P. (1); T. Gill, Ph. D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Population Research and Outcome Studies, Discipline of Medicine, Faculty of Health Sciences, The University of Adelaide, Adélaïde (Australie-Méridionale), Australie

Correspondance : Anne Taylor; courriel : anne.taylor@adelaide.edu.au

Contexte : On a observé que la consommation de malbouffe avait des effets négatifs sur la qualité du régime alimentaire des enfants et qu'elle pourrait contribuer à l'obésité juvénile.

Objectif : Évaluer les tendances relatives à la fréquence annuelle de consommation de malbouffe chez les enfants de 1 à 17 ans d'Australie-Méridionale, de 2002 à 2010.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude transversale ayant permis d'analyser des données recueillies depuis 2002 par le biais du South Australian Monitoring and Surveillance System (SAMSS; système de surveillance et de suivi de l'Australie-Méridionale), un sondage mensuel par téléphone de grande qualité.

Méthodologie : Nous avons inclus les enfants de 1 à 17 ans (n = 14 102) à notre analyse. Nous avons réalisé une analyse de la variance pour déterminer la tendance globale de la fréquence annuelle de consommation de malbouffe au cours de la période de neuf ans, de même que les tendances selon le sexe, le groupe d'âge, le lieu de résidence et le niveau de revenu des ménages (faible ou élevé). La signification statistique était indiquée par une valeur p inférieure à 0,05.

Résultats : Dans l'ensemble, la fréquence de la consommation de malbouffe a diminué chez les enfants depuis 2002, passant d'une moyenne annuelle de 35,4 fois en 2002 à 32,6 fois en 2010. Entre 2002 et 2010, on a relevé une tendance à la baisse de la fréquence annuelle de consommation de malbouffe chez les garçons et les filles de 4 à 15 ans vivant dans des ménages à revenu annuel faible ou élevé, ainsi que dans la région métropolitaine d'Adélaïde. La fréquence annuelle de consommation de malbouffe est demeurée inchangée chez les enfants de 1 à 3 ans et dans les régions rurales de l'Australie-Méridionale.

Conclusion : Entre 2002 et 2010, la tendance observée était une diminution de la fréquence de consommation de malbouffe chez les enfants d'Australie-Méridionale.

Mots-clés : consommation de malbouffe, tendance, enfants, South Australian Monitoring and Surveillance System

Tendances relatives aux déterminants sociaux de la santé des Australiens, de 2002 à 2011

A. Taylor, Ph. D. (1); J. Avery, M.H.P. (1); E. Dal Grande, M.H.P. (1); P. Bai, M. Sc. (1); Z. Shi, M.D., Ph. D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Population Research and Outcome Studies, Discipline of Medicine, Faculty of Health Sciences, The University of Adelaide, Adélaïde (Australie-Méridionale), Australie

Correspondance : Anne Taylor; courriel : anne.taylor@adelaide.edu.au

Contexte : Le South Australian Monitoring and Surveillance System (SAMSS; système de surveillance et de suivi de l'Australie-Méridionale) est un système de surveillance mensuelle par téléphone qui fournit des données démographiques de grande qualité, fiables du point de vue épidémiologique, représentatives et pertinentes sur les habitants de la communauté de tout âge. Il a été conçu pour surveiller les tendances démographiques relatives aux affections considérées comme prioritaires dans les États et à l'échelle nationale, ainsi que pour cerner les groupes cibles et les facteurs de risque. Depuis juillet 2002, le SAMSS n'a régulièrement cessé de recueillir des données sur un grand nombre d'affections chroniques et de facteurs de risque.

Objectif : Déterminer les tendances relatives aux déterminants sociaux de la santé.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Analyse évolutive des tendances à partir de données de surveillance. En 2011, le SAMSS contenait neuf ans de points de données démographiques mensuels et près de 65 000 cas.

Méthodologie : Nous avons réalisé des graphiques à l'aide de polynômes fractionnaires en utilisant le temps comme variable continue de plusieurs déterminants sociaux de la santé. Ces graphiques nous ont permis d'analyser les tendances de la prévalence des facteurs de risque par déterminant, comme le statut socio-économique (SSE).

Résultats : En Australie-Méridionale, la proportion de gens suffisamment actifs sur le plan physique a augmenté au cours des neuf dernières années. Cependant, on observe toujours un écart pour ce qui est des comportements sédentaires entre les différents niveaux de SSE : le taux de comportement sédentaire était le plus élevé chez les personnes ayant le SSE le plus faible, et vice versa. Nous avons observé des relations similaires en ce qui a trait à l'hypertension artérielle, un taux de cholestérol élevé, la catégorie de tabagisme et la consommation de fruits et de légumes : plus le SSE est faible, plus les personnes correspondantes étaient susceptibles de présenter des facteurs de risque.

Conclusion : La conception originale du SAMSS respecte les normes les plus élevées en matière de surveillance démographique, ce qui facilite la réalisation de certaines analyses, comme l'analyse évolutive des tendances relatives aux déterminants sociaux de la santé.

Mots-clés : statut socio-économique, facteurs de risque, surveillance, tendances

 

 

Tendances concernant la consommation de boissons gazeuses et de jus artificiels chez des adultes sondés par téléphone au Brésil, de 2006 à 2009

G. Velasquéz-Meléndez, Ph. D. (1); L. L. Mendes, M. Sc. (1); M. C. Pessoa, M. Sc. (1); R. T. C. Yokota, M. Sc. (2); F. Lana, Ph. D. (1); D. C. Malta, Ph. D. (1,2)

Rattachement des auteurs

  1. Escola de Enfermagem, Universidade Federal de Minas Gerais, Brésil
  2. Ministry of Health, Brasília, district fédéral, Brésil

Correspondance : G. Velasquez-Melendez; courriel : guveme@enf.ufmg.br

Contexte : La consommation de boissons sucrées est devenue un problème manifeste de santé publique.

Objectif : Estimer les tendances concernant la consommation de boissons gazeuses et de jus artificiels entre 2006 et 2009 chez les adultes de 18 ans et plus au Brésil.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Les données proviennent d'une enquête téléphonique sur la surveillance des facteurs de risque (VIGITEL) (n = 54 369 en 2006; n = 54 251 en 2007; n = 54 353 en 2008; n = 54 367 en 2009) réalisée dans 27 capitales des États du Brésil, au cours de laquelle on a posé aux participants la question suivante : « À quelle fréquence consommez-vous des boissons gazeuses (ou des jus artificiels)? ».

Méthodologie : Pour estimer les variations dans les habitudes de consommation, nous avons utilisé la proportion de personnes qui consommaient des boissons gazeuses ou des jus artificiels sucrés cinq jours par semaine ou plus. Nous avons calculé les estimations annuelles en fonction du sexe, de l'âge, de l'indice de masse corporelle et de la race/l'origine ethnique, à l'aide d'une analyse multivariée par régression de Poisson.

Résultats : Le pourcentage de participants consommant des boissons gazeuses ou des jus artificiels cinq fois ou plus par semaine a grimpé, passant de 24,7 % en 2006 à 32,4 % en 2009. La fréquence de consommation variait énormément d'une capitale d'État à l'autre de 2006 à 2007, allant de 19,16 % à Natal, à 43,62 % à Porto Velho. On a observé une tendance à la hausse de la consommation de boissons gazeuses et de jus artificiels selon l'année pour toutes les variables étudiées, à l'exception du groupe d'âge de 65 ans et plus.

Conclusion : Étant donné le lien important entre les boissons sucrées et l'obésité, les estimations de l'apport en boissons gazeuses et en jus artificiels pourraient orienter une stratégie visant à promouvoir une consommation accrue de boissons plus saines.

Mots-clés : boissons gazeuses, jus artificiels, enquête téléphonique, tendances

Élaboration d'un cadre analytique spatial pour la surveillance des maladies cardiovasculaires

L. Wang, Ph. D. (1); S. Stalker, M. Sc. (2); C. I. Ardern, Ph. D. (3); S. Hoetmer, M. Sc. S. (2); W. Kou, M. Sc. S. (2); P. Simmons, B. Sc. (4); S. Cholewa, M.A. (2); D. Chen, Ph. D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Département de géographie, Queen's University, Kingston (Ontario), Canada
  2. Santé publique, Services communautaires et de santé, municipalité régionale de York, Newmarket (Ontario), Canada
  3. School of Kinesiology and Health Science, York University, Toronto (Ontario), Canada
  4. Géomatique, Services de planification et de développement, municipalité régionale de York, Newmarket (Ontario), Canada

Correspondance : Lei Wang; courriel : wanglei@queensu.ca

Contexte : Les données sur les facteurs de risque et l'issue des maladies cardiovasculaires servent à orienter la planification des programmes de santé publique.

Objectif : Évaluer la faisabilité et l'utilité de l'élaboration d'un cadre spatial visant à améliorer la surveillance des maladies cardiovasculaires dans la région de York, en Ontario.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude de cohorte.

Méthodologie : Nous avons utilisé un système d'information géographique pour intégrer les données sur l'utilisation du terrain, les données démographiques et les données sur les facteurs de risque et l'issue des maladies cardiovasculaires (congés de l'hôpital et mortalité). Nous avons eu recours à la cartographie et à l'analyse spatiale afin d'observer et d'étudier les variations spatiales des déterminants et des taux. À l'aide du rapport de Santé Canada Cadre et outils d'évaluation des systèmes de surveillance de la santé (2004), nous avons évalué l'utilité et la faisabilité du cadre spatial au moyen d'un questionnaire en ligne et d'entrevues avec des répondants clés.

Résultats : Les analyses spatiales ont révélé d'importants groupes pour les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire, indiquant une variation nord-sud. À partir des données statistiques d'un bilan spatial, nous avons pu recenser 13 groupes de mortalité (rayon : 0,13 km à 2,35 km) et 14 groupes de morbidité (rayon : 0,17 km à 1,13 km). Les analyses de régression géographiquement pondérées ont révélé que 55 % de la variance de la mortalité était attribuable à des déterminants liés à la population et au milieu physique à l'échelle communautaire. Au total, 15 des 28 évaluateurs ont rempli le questionnaire. Le cadre spatial a systématiquement reçu une très bonne cote pour les indicateurs suivants : acceptabilité, simplicité, souplesse et qualité des données. Entre 83 % et 92 % des évaluateurs ont indiqué que le cadre permettait une surveillance permanente, se sont dits satisfaits des définitions des variables et estimaient que les variables étaient recueillies dans le cadre des activités habituelles.

Conclusion : Dans le cadre de la structure et des ressources des services locaux de santé publique, il est possible d'intégrer l'information géospatiale aux données de surveillances habituellement recueillies, dans le but de déceler les variations régionales du fardeau que représentent les maladies cardiovasculaires.

Mots-clés : maladie cardiovasculaire, analyse géospatiale, surveillance, Canada

 

 

Incidence et facteurs de risque associés aux nouveaux cas d'infection (aiguë) par le virus de l'hépatite C dans la population canadienne autochtone vs non autochtone dans huit régions sanitaires du Canada, de 2004 à 2009

H.-X. Wu, M.D., Ph. D (1); A. K. Dudani, Ph. D (1); Q. Li, M. Sc. (1); A. Andonov, M.D., Ph. D (2); S. ElSaadany, Ph. D (1); K. Dinner (1); J. Wu, M.D., Ph. D (1)

Rattachement des auteurs

  1. Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada
  2. Laboratoire national de microbiologie, Agence de la santé publique du Canada, Winnipeg (Manitoba), Canada

Correspondance : Hong-Xing Wu; courriel : hong-xing.wu@phac-aspc.gc.ca

Objectif : Comparer l'incidence et les facteurs de risque associés aux nouveaux cas d'infection par le virus de l'hépatite C (VHC) dans la population autochtone et non autochtone, en utilisant des données du Système de surveillance accrue des souches de l'hépatite (SSASH) de l'Agence de la santé publique du Canada.

Méthodologie : Les nouveaux cas d'infection par le VHC ont été signalés au SSASH par huit régions sanitaires du Canada entre 2004 et 2009. Nous avons analysé les données au moyen d'un test de tendance de Cochran-Armitage et d'une régression de Poisson. Nous avons utilisé de multiples méthodes d'imputation pour tenir compte des données manquantes.

Résultats: L'incidence globale des infections par le VHC était de 14,0 pour 100 000 habitants (IC à 95 % : 12,1 à 16,2) dans la population autochtone et de 2,2 pour 100 000 habitants (IC à 95 % : 1,9 à 2,4) dans la population non autochtone. Par rapport aux cas observés dans la population non autochtone, les cas autochtones étaient plus souvent de sexe féminin (60,8 % contre 37,2 %; p < 0,01) et moins âgés (27 contre 31 ans; p < 0,01). Le taux d'incidence atteignait un pic entre 15 et 44 ans. La transmission était le plus souvent liée à l'utilisation de drogues par injection (63 % des personnes présentant un facteur de risque connu). La régression de Poisson a révélé que le taux d'incidence de l'infection à VHC était 7,1 fois plus élevé dans la population autochtone que dans la population non autochtone (IC à 95 % : 5,9 à 8,5).

Conclusion : Les résultats associés à la surveillance accrue révèlent des taux d'incidence extrêmement élevés des nouveaux cas d'infection par le VHC dans la population canadienne autochtone par rapport à la population non autochtone. Ces données pourraient être utilisées pour élaborer des interventions adéquates, pertinentes et adaptées sur le plan culturel pour la prévention de l'infection par le VHC, qui tiennent compte des questions liées au sexe et à l'origine ethnique.

Mots-clés : facteurs de risque, surveillance, hépatite C aiguë, utilisateur de drogues par injection

Antécédents familiaux et facteurs de risque environnementaux du carcinome de l'œsophage et évolution dans le temps à Linzhou, province du Henan, Chine

D. Xu (1); L. Li (1); W. Yang (2); J. Wang (1); X. Zhang (1); Q. Shi (1); G. Chang (2)

Rattachement des auteurs

  1. Department of Epidemiology, School of Public Health, Fourth Military Medical University, Xi'an, Chine
  2. Institut d'oncologie, province du Henan, Chine

Correspondance : DeZhong Xu; courriel : xudezh69@163.com

Contexte : Linzhou est une région où l'incidence du carcinome de l'œsophage est élevée. Des rapports antérieurs montrent des résultats contradictoires quant aux facteurs de risque.

Objectif : Examiner les principaux facteurs de risque et leur évolution dans le temps afin d'expliquer les résultats contradictoires observés auparavant.

Concept de l'étude ou de l'intervention : Étude cas-témoins en milieu hospitalier.

Méthodologie : Nous avons recruté des sujets à deux reprises, d'octobre 1995 à janvier 1996 et d'avril à juillet 1998. Tous les patients hospitalisés ayant reçu un diagnostic confirmé par un examen anatomopathologique dans l'un des trois grands hôpitaux de Linzhou ont été inclus comme cas. Les témoins étaient des patients non cancéreux, atteints de diverses maladies, qui avaient été admis au même moment et au même hôpital que les sujets, et appariés selon l'âge et les années de résidence.

Résultats : Dans la première et la seconde enquête, on dénombrait respectivement 67 et 118 cas de carcinome de l'œsophage, et 134 et 169 témoins. Les antécédents familiaux de carcinome de l'œsophage (rapport de cotes [RC] = 1,55-2,59) constituaient le principal facteur de risque, et la consommation de légumes marinés (RC = 1,41-2,02) était un facteur de risque important. Un lien a été établi entre le tabagisme chez les hommes et l'incidence du carcinome de l'œsophage (RC : 1,55-1,94, p = 0,07-0,09). Un revenu annuel élevé, la consommation de produits animaux et la consommation de fruits constituaient des facteurs de protection. La plupart des facteurs ont révélé de fortes relations dose-effet. De façon inattendue, comparativement aux données antérieures, l'exposition aux légumes marinés avait diminué et la force de l'association avec le carcinome de l'œsophage s'était affaiblie. Par contre, on observait maintenant une association avec le tabagisme.

Conclusion : La découverte de variations dans l'ampleur de l'effet des facteurs de risque cancérogènes pour le carcinome de l'œsophage pourrait expliquer les résultats contradictoires antérieurs et permettre de miser davantage sur les efforts de prévention.

Mots-clés : carcinome de l'œsophage; étude cas-témoins; facteurs de risque, évolution dans le temps

 

 

Facteurs de risque pour les blessures causées par des accidents de vélo chez les élèves des écoles intermédiaires en Chine rurale : une étude cas-témoins

J. Yan-Hu, M.M.S. (1); L. Li-Ping, M.D. (1); L. Yao-Gui, M.M.S. (1); Z. Ming-Zhi, M.D. (2); G. Yang, M.D. (2); S. Griffiths, M.D. (3)

Rattachement des auteurs

  1. Injury Prevention Research Centre, Shantou University Medical College, Shantou, Chine
  2. Joint Shantou International Eye Centre of Shantou University and the Chinese University of Hong Kong, Shantou, Chine
  3. School of Public Health and Primary Care, Chinese University of Hong Kong, Hong Kong, Chine

Correspondance : Ji Yan-Hu; courriel : xiaohu123596@163.com

Contexte : Le vélo est un mode de transport très populaire en Chine, où l'on dénombre au moins 400 millions d'unités en utilisation, en particulier dans les zones rurales. Les décès causés par des accidents de vélo sont à l'origine de 30 % de tous les décès liés aux accidents de la circulation. Dans les zones rurales du Chaoshan, où 87,5 % des élèves se déplacent quotidiennement à vélo pour se rendre à l'école, peu d'études ont été menées pour examiner les facteurs associés aux blessures et aux décès liés au vélo.

Objectif : Examiner les facteurs de risque pour les blessures causées par des accidents de vélo chez les élèves des écoles intermédiaires dans les zones rurales du Chaoshan, en Chine.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude cas-témoins.

Méthodologie : À l'aide d'une méthode d'échantillonnage en grappes stratifié, nous avons inclus à notre recherche 3 475 élèves provenant de six écoles intermédiaires du comté de Liangying, dans la région de Chaoshan. Nous avons réalisé un appariement individuel (1:3) de 502 élèves ayant subi des blessures à la suite d'un accident de vélo et de 1 506 témoins en bonne santé. Nous avons également réalisé des analyses de régression logistique unidimensionnelles et multidimensionnelles.

Résultats : Plusieurs facteurs augmentaient le risque de blessure causée par un accident de vélo : cyclistes entrant en contact avec d'autres véhicules (RC = 1,603), cyclistes transportant des passagers (RC = 1,395), passagers entrant en contact avec d'autres véhicules (RC = 1,776), passagers jouant avec des cyclistes (RC = 1,594), avoir un père travaillant à l'extérieur ou dans une entreprise (RC = 1,500) et revenu familial annuel inférieur à 5 000 yuans par habitant (RC = 3,320). Il a été démontré qu'un revenu familial annuel supérieur à 5 000 yuans par habitant représentait un facteur de protection (RC = 0,257).

Conclusion : Les mauvais comportements à vélo et un revenu familial faible représentaient des facteurs de risque majeurs de blessures causées par des accidents de vélo chez les élèves des écoles intermédiaires de la Chine rurale.

Mots-clés : écoles intermédiaires rurales, blessures causées par des accidents de vélo, facteurs de risque, étude cas-témoin

Évolution à court terme du tabagisme au Brésil entre 2006 et 2010

R. T. C. Yokota, M. Sc. (1); L. M. V. Sardinha, M. Sc. (1); B. P. M. Iser, B. Sc. S. (1); N. N. B. Sá (1); D. C. Malta, Ph. D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. General Coordination of Non-Communicable Diseases and Injuries, Ministry of Health, Brésil

Correspondance : Renta Tiene de Carvalho Yokota; courriel : renata.yokota@saude.gov.br

Contexte : Selon les données issues d'enquêtes nationales, la prévalence du tabagisme chez les adultes brésiliens a chuté de façon spectaculaire entre 1989 et 2003, passant de 34,8 % à 22,4 %.

Objectif : Analyser l'évolution à court terme du tabagisme chez les adultes brésiliens entre 2006 et 2010.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Enquête téléphonique (VIGITEL) réalisée annuellement auprès de la population des 26 capitales des États brésiliens et du district fédéral, entre 2006 et 2010.

Méthodologie : Les tendances linéaires à court terme ont été établies à l'aide de modèles de régression linéaire employant l'année de l'enquête en tant que variable indépendante et la prévalence du tabagisme en tant que variable dépendante. Une stratification a été effectuée selon le sexe, le groupe d'âge et le niveau de scolarité.

Résultats : Au Brésil, la prévalence du tabagisme était de 16,2 % (IC à 95 % : 15,4 à 16,9 %) en 2006 et de 15,1 % (IC à 95 % : 14,2 à 16,0 %) en 2010, ce qui représente une diminution significative moyenne de la prévalence de 0,3 % par année. Chez les hommes, la prévalence était de 20,2 % (IC à 95 % : 18,8 à 21,6 %) en 2006 et de 17,9 % (IC à 95 % : 16,4 à 19,4 %) en 2010, soit une diminution moyenne de 0,7 % par année. Une diminution significative moyenne de la prévalence de 1 % par année a été observée chez les adultes de 35 à 44 ans (2006 : 18,8 %; 2010 : 15,2 %). Une diminution moyenne de la prévalence de 0,5 % par année a été observée chez les adultes présentant un niveau supérieur de scolarité (≥ 9 ans) (2006 : 12,7 %; 2010 : 11,1 %).

Conclusion : En raison de la diminution significative du tabagisme observée au Brésil chez les hommes, les adultes de 35 à 54 ans et les adultes présentant un niveau de scolarité supérieur, les stratégies de prévention devraient être axées sur les groupes où la prévalence du tabagisme est élevée et ne présente pas une tendance à la baisse.

Mots-clés : tabagisme, tendances, enquête téléphonique, Brésil

 

 

Participation des membres de l'AMNET (Americas Network for Chronic Disease Surveillance [réseau de surveillance des maladies chroniques des Amériques]) à des activités liées aux maladies chroniques dans les pays des Amériques et des Caraïbes

J. C. Zevallos, M.D. (1); C. López-Campos, M.D. (1); A. Alasino, M.D. (1); J. Vélez, M.H.P. (1); Z. Sánchez, M.D. (1); R. Granero, M.D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Conseil d'administration de l'AMNET, San Juan, Porto Rico

Correspondance : Juan Carlos Zevallos; courriel : juan.zevallos@upr.edu

Contexte : L'AMNET (Americas Network for Chronic Disease Surveillance [réseau de surveillance des maladies chroniques des Amériques]) est le premier réseau international créé pour mettre en œuvre et améliorer les stratégies de surveillance des maladies chroniques (MC).

Objectif : Examiner la participation des membres de l'AMNET, les activités d'enseignement et les mécanismes de financement liés à la surveillance des MC dans les pays des Amériques et des Caraïbes.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude rétrospective.

Méthodologie : Nous avons étudié la participation des membres de l'AMNET à des enquêtes sur les facteurs de risques de MC, à l'analyse des dossiers de sortie d'hôpital et à des analyses de la mortalité, en vue d'assurer la mise en œuvre et l'amélioration des activités de surveillance recensées au secrétariat de l'AMNET. Nous avons également examiné les mécanismes de soutien financier utilisés depuis la création de l'AMNET.

Résultats : Les 484 membres de l'AMNET issus de 23 pays ont participé à des activités liées aux MC qui se sont déroulées en Argentine, en Colombie, au Costa Rica, au Salvador, au Honduras, au Mexique, au Pérou, au Venezuela et dans six pays anglophones des Caraïbes. Ces activités comprenaient l'élaboration/la planification de stratégies de surveillance, l'analyse de données ou la diffusion de résultats. Sept conférences d'enseignement ont été tenues à Montevideo, en Uruguay (2003 et 2005), à Tegucigalpa, au Honduras (2006), à Torreón, au Mexique (2007), à San Salvador, au Salvador (2008), à Mar del Plata, en Argentine (2009), et à Cali, en Colombie (2010). Ces conférences ont été financées par de prestigieux organismes universitaires et de santé publique, notamment les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, l'Agence de la santé publique du Canada, l'Organisation panaméricaine de la santé et le National Institute for Health and Welfare de Finlande. Tous les professeurs participant aux conférences internationales paient leurs frais de voyage et d'inscription aux conférences.

Conclusion : Les membres de l'AMNET travaillent pour des gouvernements, des universités, des organismes sans but lucratif et des organisations professionnelles, mais ils ne représentent pas ces entités. Cette façon de faire et le mode de financement innovateur de chaque conférence ont permis de créer un modèle international efficace pour mettre en œuvre et améliorer les activités de surveillance des maladies chroniques dans les Amériques et les Caraïbes.

Mots-clés : surveillance des maladies chroniques, surveillance des facteurs de risque dans les populations, pays d'Amérique latine et des Caraïbes

Utilisation des dossiers médicaux pour la surveillance des maladies cardiovasculaires à Porto Rico

J. C. Zevallos, M.D. (1); J. Yarzebski, M.D., M.H.P. (2); J. A. González-Sánchez, M.D. (1); H. Mattei, Ph. D. (1); H. Banchs, M.D. (1); R. J. Goldberg, Ph. D. (2); V. Torres, M.D. (1); M. González, M.D. (1); M. C. González, M.H.P. (1); M. Colón, M.U. (1); L. R. Pericchi, Ph. D. (3); M. R. Garcia-Palmieri, M.D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Medical Sciences Campus, Universidad de Puerto Rico, San Juan, Porto Rico
  2. University of Massachusetts Medical School, Worcester (Massachusetts), É.-U.
  3. Rio Piedras Campus, University of Puerto Rico, San Juan, Porto Rico

Correspondance : Juan Carlos Zevallos; courriel : juan.zevallos@upr.edu

Contexte : Les maladies cardiovasculaires (MCV) sont la principale cause de décès dans la plupart des pays d'Amérique latine et des Caraïbes. Étonnamment, on dispose de peu de données sur les caractéristiques démographiques de cette population, de même que sur les facteurs de risque et la prise en charge médicale de ces patients.

Objectif : Étudier la possibilité d'utiliser les dossiers médicaux pour appuyer la surveillance des MCV.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude rétrospective.

Méthodologie : En utilisant un système informatique en temps réel, nous avons recueilli des données figurant dans les dossiers médicaux de patients ayant reçu un diagnostic d'infarctus du myocarde, d'accident vasculaire cérébral ou d'insuffisance cardiaque, et qui étaient hospitalisés dans 12 hôpitaux de Porto Rico au cours des deux premières années de l'étude.

Résultats : La distribution des dossiers médicaux par diagnostic était la suivante : 1 415 cas d'infarctus du myocarde, 915 cas d'accident vasculaire cérébral et 520 cas d'insuffisance cardiaque. En 2007 et en 2009, respectivement, l'âge moyen des patients était de 68 et de 69 ans, et le pourcentage d'hommes était de 47 % et de 46 %. Les taux de prévalence associés à divers facteurs de risque en 2007 et en 2009, respectivement, étaient les suivants : antécédents de diabète, 54 % et 55 %; antécédents d'hypertension artérielle, 81 % et 81 %; antécédents d'insuffisance cardiaque, 7 % et 6 %; antécédents d'accident vasculaire cérébral, 5 % et 5 %; tabagisme actuel, 15 % et 14 %. Les stratégies de prévention secondaires au cours des mêmes années visaient l'abandon du tabagisme (3 %, 6 %) et la médication optimale au moment du congé de l'hôpital (45 %, 48 %).

Conclusion : Les dossiers médicaux constituent une source accessible de données valables pouvant être utilisées dans le cadre des activités de surveillance des MCV à Porto Rico. La plupart des patients hospitalisés étaient des femmes âgées atteintes d'hypertension et de diabète. L'utilisation limitée des stratégies de prévention secondaires pourrait offrir une occasion de sensibiliser le personnel médical.

Mots-clés : surveillance, maladie cardiovasculaire, dossiers médicaux, Hispaniques

 

 

Étude des facteurs de risque de transmission intra-utérine du virus de l'hépatite B en Chine

J.-X. Zhang (1); D.-Z. Xu, M.H.P. (1); Y.-P. Yan, Ph. D. (1); Z.-J. Shao, Ph. D. (1); J.-Q. Xu (2)

Rattachement des auteurs

  1. Department of Epidemiology, School of Public Health, Fourth Military Medical University, Xi'an, Chine
  2. Shaanxi Maternal and Neonatal Health Hospital, Xi'an, Chine

Correspondance : DeZhong Xu; courriel : xudezh69@163.com

Contexte : La plupart des nourrissons touchés par la transmission intra-utérine du virus de l'hépatite B (VHB) deviendront des porteurs chroniques, ce qu'on ne peut prévenir de façon efficace.

Objectif : Déterminer le mécanisme moléculaire et les facteurs de risque de l'infection intra-utérine par le VHB.

Conception de l'étude ou de l'intervention : Étude cas-témoin.

Méthodologie : De septembre 1996 à octobre 2004, nous avons recruté 660 femmes enceintes positives pour l'AgHBs et leurs nouveau-nés au Shaanxi Maternal and Neonatal Health Hospital, à Xi'an, en Chine. Nous avons recueilli les données relatives aux facteurs de risque au moyen d'une interview directe réalisée par un enquêteur spécialement formé. Les marqueurs du VHB (AgHBs, AgHBc, AgHBe et ADN du VHB) dans les tissus placentaires maternels ont été détectés par immunohistochimie. Les nouveau-nés qui étaient positifs pour l'AgHBs (détecté par la méthode ELISA) et qui le demeuraient plus d'un mois étaient considérés comme des cas d'infection intra-utérine. Ces nouveau-nés et leur mère ont formé le groupe des cas, tandis que les nouveau-nés non infectés et leur mère ont formé le groupe témoin.

Résultats : Nous avons découvert que le contact sexuel au deuxième trimestre, la séropositivité de la mère pour l'AgHBe et la menace d'accouchement prématuré représentaient des facteurs de risque indépendants de l'infection intra-utérine par le VHB. Nous avons observé une association significative entre la transmission intra-utérine du VHB et la séropositivité des marqueurs du VHB dans les cellules endothéliales des capillaires des villosités placentaires (RC = 18,46; p = 0,0002).

Conclusion : L'infection intra-utérine par le VHB est le plus souvent causée par le contact sexuel au second trimestre, la séropositivité de la mère pour l'AgHBe et la menace d'accouchement prématuré. Le VHB peut atteindre le nouveau-né par l'intermédiaire du placenta, ce qui pourrait constituer le mécanisme moléculaire de transmission intra-utérine du VHB.

Mots-clés : hépatite B, transmission intra-utérine, facteur de risque, mécanisme moléculaire

Surveillance des invalidités en Chine

X. Zheng, Ph. D. (1): G. Chen, Ph. D. (1); X. Song, Ph. D. (1)

Rattachement des auteurs

  1. Institute of Population Research/WHO Collaborating Centre, Peking University, Beijing, Chine

Correspondance : Xiaoying Zheng; courriel : hch@pku.edu.cn

Contexte : En Chine, la croissance démographique et économique a entraîné une augmentation de la prévalence des invalidités.

Objectif : Décrire la population de personnes handicapées en fonction de leur âge, sexe, état civil, emploi, niveau de scolarité et province, et évaluer la couverture et l'utilisation des services de santé, pour faciliter l'élaboration de politiques et la prestation de programmes efficaces en matière de santé.

Méthodologie : La National Sample Survey on Disability (enquête nationale sur les invalidités) de 2006 a été menée sur un échantillon de 2,6 millions d'habitants provenant de 734 comtés et de 2 980 agglomérations des 31 provinces. On a constaté que 80 millions de personnes présentaient une ou plusieurs invalidités. Au total, 2 526 145 personnes issues de 771 797 ménages ont été incluses dans l'enquête (taux d'échantillonnage de 1,93 pour 1 000). L'enquête portait sur la qualité de vie, l'utilisation des services de santé, le taux de mortalité et le taux de morbidité associés aux personnes handicapées. De plus, depuis 2006, on effectue une surveillance annuelle continue de 25 000 ménages comptant au moins une personne handicapée, par l'entremise du réseau de la China Disabled Persons' Federation (fédération des personnes handicapées de Chine).

Résultats : Les données recueillies concernaient la santé de la population, l'année et le mois de décès, le niveau de scolarité, le niveau de scolarité des enfants handicapés, l'état civil, l'emploi et la sécurité sociale, les revenus du ménage, l'aide et les services reçus, ainsi que le milieu de vie. Bien que le taux global d'invalidité au sein de la population chinoise soit de 6 %, les taux de prévalence varient grandement selon les caractéristiques de la population.

Conclusion : Étant donné les taux de maladies chroniques croissants observés dans la population chinoise, le risque d'invalidité est également à la hausse. Les soins de santé en Chine pourraient être davantage axés sur les personnes handicapées et la réadaptation, en particulier dans les milieux ruraux et défavorisés.

Mots-clés : enquête sur les invalidités, surveillance, Chine

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :