Maladies chroniques et blessures au Canada

Volume 33 · numéro 3 · juin 2013

Fardeau économique lié aux traumatismes de la moelle épinière au Canada

H. Krueger, Ph. D. (1, 2); V. K. Noonan, Ph. D., PT (1, 3); L. M. Trenaman, B. Sc. (2); P. Joshi, Ph. D. (3); C. S. Rivers, Ph. D. (3)

Cet article a fait l'objet d'une évaluation par les pairs.

Rattachement des auteurs :

  1. Université de la Colombie-Britannique, Vancouver (Colombie-Britannique), Canada
  2. H. Krueger & Associates Inc., Delta (Colombie-Britannique), Canada
  3. Institut Rick Hansen, Vancouver (Colombie-Britannique), Canada

Correspondance : Carly Rivers, 6400 Blusson Spinal Cord Centre, 818 West 10th Avenue, Vancouver (Colombie-Britannique) V5Z 1M9; tél. : 604-707-2171; téléc. : 604-707-2121; courriel : crivers@rickhanseninstitute.org

Résumé

Introduction : Cette étude vise à mesurer, au moyen d'une approche fondée sur l'incidence, le fardeau économique à vie lié aux traumatismes de la moelle épinière (TME) au Canada du point de vue social, en incluant les coûts directs et indirects.

Méthodologie : Les ressources disponibles et l'information sur les coûts liés aux cas de tétraplégie et de paraplégie complètes et incomplètes ont été appliquées à l'incidence annuelle estimative des TME au Canada en fonction de leur gravité.

Résultats : Le fardeau économique à vie d'une personne atteinte d'un TME varie de 1,5 million de dollars pour une paraplégie incomplète à 3 millions de dollars pour une tétraplégie complète. Le fardeau économique annuel lié aux 1 389 nouveaux cas de TME où le patient a survécu à son hospitalisation est estimé à 2,67 milliards de dollars.

Conclusion : Malgré leur fréquence annuelle relativement faible au Canada, ces blessures entraînent un fardeau économique annuel important.

Mots-clés : traumatisme de la moelle épinière, fardeau économique, morbidité, mortalité

Introduction

Les traumatismes de la moelle épinière (TME) représentent un lourd fardeau pour les personnes atteintes, leur famille, leurs soignants et la société en général. Ces blessures entraînent, en plus de la souffrance physique et psychosociale, un lourd fardeau économique lié aux coûts accrus des soins de santé et aux taux élevés de morbidité et de mortalité précoce. Les données sur ce fardeau économique à vie lié à un TME sont cependant limitées, surtout au Canada.

La littérature existante sur les TME a tendance à se concentrer sur certains sous-groupes de patients (p. ex. anciens combattants Note de bas de page 1 Note de bas de page 2, patients admis dans des hôpitaux utilisant les Spinal Cord Injuries Model Systems [systèmes modèles concernant les traumatismes de la moelle épinière] des États-UnisNote de bas de page 3 Note de bas de page 4 Note de bas de page 5 et accidents de travailNote de bas de page 6), un aspect particulier du fardeau économique (p. ex. réadaptation et hospitalisation imprévuesNote de bas de page 7 Note de bas de page 8) ou une période spécifique suivant la survenue de la blessureNote de bas de page 9.

Deux groupes de recherche – l'un au CanadaNote de bas de page 9 Note de bas de page 10 Note de bas de page 11 et l'autre aux États-UnisNote de bas de page 12 Note de bas de page 13 – ont suivi une approche fondée sur la population. Pour l'étude menée en Alberta, des données sur les coûts directs ont été recueillies pendant les six premières années suivant le traumatismeNote de bas de page 9 Note de bas de page 10 Note de bas de page 11. Pour sa part, l'étude américaine a tenu compte des coûts directs et indirects assumés tout au long de la vie, mais ces données datent de 1988 et ont besoin d'une mise à jour. Les coûts directs comprennent habituellement les dépenses assumées par le système de santé et par le patient ou les soignants relativement à ces bles-suresNote de bas de page 12 Note de bas de page 13. Les coûts indirects « se rapportent à la valeur des pertes en matière de productivité potentielle résultant d'une réduction ou d'un arrêt du travail ou d'autres activités à la suite d'un TME. Ces coûts sont considérés comme des pertes entraînées par la réduction de la productivité résultant de la morbidité ou de la mortalité attribuable au TME » [traduction]Note de bas de page 12 p12.

Dans les deux études, on a constaté qu'une approche fondée sur la population donnait lieu à un ensemble de patients très différent de celui obtenu au moyen d'une approche fondée sur des établisse-mentsNote de bas de page 10 Note de bas de page 12 . Autrement dit, les personnes atteintes d'un TME soignées par l'intermédiaire du système modèle des États-Unis, par exemple, ont tendance à avoir subi des blessures beaucoup plus graves que les patients victimes de TME au sein de la population généraleNote de bas de page 12.Cette différence peut avoir des effets importants sur l'estimation du fardeau économique lié aux TME.

Par ailleurs, étant donné que la majorité de la littérature existante provient des États-Unis et que les différences entre les systèmes de soins de santé américain et canadien rendent les comparaisons difficiles, les coûts doivent être étudiés d'un point de vue canadien.

Cette étude s'appuie sur les meilleures données trouvées dans la littérature existante pour modéliser le fardeau économique à long terme actuel lié aux TME au Canada dans une perspective sociétale.

Méthodologie

Nous avons utilisé les données provenant de diverses publications pour établir notre modèle de fardeau économique à long terme lié aux TME en fonction de la gravité de la blessure et, dans la mesure du possible, nous avons utilisé des données d'études fondées sur la population canadienneNote de bas de page 9 Note de bas de page 10 Note de bas de page 11. Celles-ci reposaient en grande partie sur les données de deux études fondées sur la population américaine, l'une publiée en 1992Note de bas de page 12 Note de bas de page 13 et l'autre en 1998Note de bas de page 14 (tableau 1). Les coûts établis à l'aide de l'étude canadienne ont été ajustés en fonction de la valeur du dollar en 2011, selon la composante « santé et soins personnels » de l'Indice des prix à la consommation (IPC)Note de bas de page 15. Les coûts aux États-Unis ont été ajustés en dollars canadiens (2011) en deux temps : conversion en dollars canadiens pour l'année en question, puis augmentation en fonction de la valeur du dollar canadien en 2011.

TABLEAU 1
Hypothèses du modèle de base
Domaine d'intérêt Valeurs utilisées Analyse de sensibilité Source
Tétraplégie Paraplégie
Complète Incomplète Complète Incomplète
Coûts directs
Hospitalisation initiale (soins actifs et réadaptation)
DMS (en jours) 153,0 49,0 123,0 42,2   Dryden et collab. (2005)Note de bas de page 9
Coût (en dollars) 158 049 46 760 109 418 42 609   Dryden et collab. (2005)Note de bas de page 9
Nombre de services médicaux 53 16 38 15   Dryden et collab. (2005)Note de bas de page 9
Coût (en dollars) 10 989 3 156 7 131 3 551   Dryden et collab. (2005)Note de bas de page 9
Hospitalisations subséquentes, première année
Nombre moyen d'admissions 0,30 0,31 0,26 0,23   Dryden et collab. (2004)Note de bas de page 11
DMS par admission
(en jours)
10,1 8,6 8,7 5,2   Dryden et collab. (2004)Note de bas de page 11
Coût en soins actifs par jour (en dollars) 1 124 1 124 1 124 1 124   Initiative ontarienne de coût par casNote de bas de page 16
Coût
(en dollars)
3 416 3 036 2 545 1 321   Calculé
Hospitalisations subséquentes par année
Nombre moyen d'admissions 0,30 0,31 0,26 0,23 +/- 25 % Dryden et collab. (2004)Note de bas de page 11
DMS par admission
(en jours)
10,1 8,6 8,7 5,2 +/- 25 % Dryden et collab. (2004)Note de bas de page 11
Coût en soins actifs par jour (en dollars) 1 124 1 124 1 124 1 124   Initiative ontarienne de coût par casNote de bas de page 16
Coût
(en dollars)
3 416 3 036 2 545 1 321   Calculé
Services de professionnels de la santé par année
Nombre de visites chez le médecin 27,9 19,9 20,3 15,4 +/- 25 % Harvey et collab. (1992)Note de bas de page 13
Nombre de visites chez des professionnels de la santé non médecinsTableau 1 Note de bas de page a 88,1 82,1 34,3 17,8 +/- 25 % Harvey et collab. (1992)Note de bas de page 13
Coût par visite (en dollars) 64,31 63,80 71,33 77,81 +/- 25 % Calculé
Coût
(en dollars)
7 460 6 507 3 895 2 583   Berkowitz et collab. (1992)Note de bas de page 12
Modifications apportées au domicile
Coût ponctuel (en dollars)
Domicile actuel 31 149 29 015 24 540 25 492   Berkowitz et collab. (1998)Note de bas de page 14
Autre domicileTableau 1 Note de bas de page b 9 610 8 912 9 973 9 701   Berkowitz et collab. (1998)Note de bas de page 14
Coûts annuels (en dollars)
Médicaments sur ordonnance 791 308 278 538   Berkowitz et collab. (1992)Note de bas de page 12
Produits en vente libreTableau 1 Note de bas de page c 4 867 4 029 3 376 2 619   Berkowitz et collab. (1992)Note de bas de page 12
Équipement adapté (moins de 5 ans)Tableau 1 Note de bas de page d 9 724 6 261 4 890 3 147   Harvey et collab. (1992)Note de bas de page 13
Équipement adapté (plus de 5 ans)Tableau 1 Note de bas de page d 3 695 2 548 1 578 885   Harvey et collab. (1992)Note de bas de page 13
Modifications apportées au véhicule 1 015 1 015 1 015 1 015   Berkowitz et collab. (1998)Note de bas de page 14
Soins en établissement par année
Pourcentage de la population ayant un TME en établissement 10,1 3,7 2,1 0,7   Berkowitz et collab. (1992)Note de bas de page 12
Coût
(en dollars)
1729,4 467,4 347,1 104,5   Berkowitz et collab. (1992)Note de bas de page 12
Soins auxiliaires par année
Heures par semaine 56,3 31,9 13,5 16,9 +/- 25 % Berkowitz et collab. (1992)Note de bas de page 12
Heures par année 2928 1659 702 879   Calculé
Pourcentage des heures payéesTableau 1 Note de bas de page e 50 50 41 18   Berkowitz et collab. (1992)Note de bas de page 12
Coût estimé par heureTableau 1 Note de bas de page f(en dollars) 17,52 17,52 17,52 17,52 +/- 25 % Statistique CanadaNote de bas de page 18
CoûtTableau 1 Note de bas de page f(en dollars) 51 292 29 062 12 299 15 397   Calculé
Coûts indirects
Pourcentage de décès prématurés (entre la survenue de la blessure et le congé de l'hospitalisation initiale) 27,8   13,3     Dryden et collab. (2003)Note de bas de page 10
Facteur de pondération relatif à la perte de productivité 0,45 0,45 0,45 0,45 0,75, 0,65, 0,55, 0,45 Andresen et collab. (1999)Note de bas de page 20
Années de vie perdues (survivant d'un TME de 35 ans) 19,05 5,70 12,50 5,70 Survivant d'un TME de 25 à 45 ans Rapport statistique annuel du NSCISC , 2009Note de bas de page 21
Valeur d'une année de vie sauvéeTableau 1 Note de bas de page g
(en dollars)
47 834 47 834 47 834 47 834   Statistique Canada, Enquête sur la dynamique du travail et du revenuNote de bas de page 19
Pourcentage de la population présentant un TME ayant survécu 7,7 46,8 11,7 33,8   Dryden et collab. (2005)Note de bas de page 9
Taux d'actualisation 2,0 2,0 2,0 2,0 0 % à 4,0 %  

Abréviations : DMS, durée moyenne du séjour; IPC, indice des prix à la consommation; PS, profesionnel de la santé; SSP, santé et soins personnels; TME, traumatisme de la moelle épinière.

Tableau 1 Note de bas de page a

Physiothérapeutes, ergothérapeutes, psychologues, infirmières, chiropraticiens, etc.

Retour à la référence de le tableau 1 note de bas de page a

Tableau 1 Note de bas de page b

Modifications apportées spécifiquement aux domiciles du survivant d'un TME ainsi qu'aux domiciles d'amis ou de membres de la famille.Note de bas de page 12

Retour à la référence de le tableau 1 note de bas de page b

Tableau 1 Note de bas de page c

Analgésiques en vente libre, cathéters, pansements, laxatifs, vitamines et gants en caoutchouc, etc.

Retour à la référence de le tableau 1 note de bas de page c

Tableau 1 Note de bas de page d

Aides à la manipulation et à la respiration ( p. ex. ventilateur, pointeur optique, pointeur bucccal), aides à la mobilité ( p. ex. fauteuil roulant, orthèse, béquilles), aides au sommeil et à l'hygiène ( p. ex. lit d'hôpital, matelas spécial, soulève-lit ou élévateur de bain, fauteuil hygiénique) et articles d'exercice ou autres ( p. ex. vélo stationnaire, haltères, téléphone adapté).

Retour à la référence de le tableau 1 note de bas de page d

Tableau 1 Note de bas de page e

Proportion des heures de travail pour lesquelles le fournisseur de services a été rémunéré.

Retour à la référence de le tableau 1 note de bas de page e

Tableau 1 Note de bas de page f

Calculé en fonction du salaire horaire moyen pour la catégorie « Autre personnel de soutien des serices de santé » en 2005 (15,669 $ l'heure), ajusté pour 2011 à l'aide de la composante SSP de l'IPC(+ 11,8 %)Note de bas de page 18.

Retour à la référence de le tableau 1 note de bas de page f

Tableau 1 Note de bas de page g

Calculé en fonction du salaire moyen des travailleurs canadiens qui travaillent à plein temps pendant un an, soit 45 600 $ en 2009, (selon l'Enquête sur la dynamique du travail et du revenu), ajusté pour 2011 à l'aide de l'IPC (+ 4,9 %)Note de bas de page 19.

Retour à la référence de le tableau 1 note de bas de page g

Coûts directs

Nous avons calculé les coûts associés à l'hospitalisation initiale à partir de l'étude de Dryden et collab.Note de bas de page 9 réalisée en Alberta.

Nous avons calculé le coût quotidien pour soins actifs liés aux hospitalisations suivant l'hospitalisation initiale en fonction des coûts établis par l'Initiative ontarienne de coût par casNote de bas de page 16, et ce, en incluant les hospitalisations de patients pour maladies du système génito-urinaire (47 %), maladies de la peau et des tissus sous-cutanés (35 %) et maladies de l'appareil respiratoire (18 %)Note de bas de page 17.Cette approche a été choisie parce que la majorité des hospitalisations survenant après la blessure initiale sont associées à des complications concernant ces trois systèmes. Nous avons ensuite utilisé le coût de soins actifs ainsi déterminé pour attribuer une valeur à toutes les hospitalisations à court terme, y compris celles pour dépression, toxicomanie, etc.

Les professionnels de la santé non médecins consultés étaient des physiothérapeutes, des ergothérapeutes, des psychologues, des infirmières, des chiro-praticiens, etcNote de bas de page 13.Les modifications apportées au domicile incluent tout ce qui avait été aménagé spécialement pour la personne atteinte d'un TME à son domicile principal et dans toute demeure secondaire ainsi qu'aux domiciles de sa famille et de ses amisNote de bas de page 14.Les articles sans ordonnance sont les analgésiques en vente libre, les cathéters, les pansements, les laxatifs, les vitamines et les gants en caoutchoucNote de bas de page 12 L'équipement adapté comprend les aides à la manipulation et à la respiration (p. ex. ventilateurs), les aides à la mobilité (p. ex. fauteuil roulant, orthèse et béquilles), les aides au sommeil et à l'hygiène (p. ex. lit d'hôpital, matelas spécial, soulève-lit ou siège élévateur de bain et fauteuil hygiénique) et les articles pour exercice ou autres (p. ex. vélo stationnaire, haltères, téléphone adapté)Note de bas de page 13.

Le coût horaire des soins auxiliaires a été déterminé selon le taux horaire canadien pour « autre personnel de soutien des services de santé »Note de bas de page 18.

Coûts indirects

Nous avons suivi une approche du capital humain modifiée (selon laquelle la valeur du temps non rémunéré est mise en évidence) pour calculer les coûts indirects. De cette façon, l'année de vie ajustée en fonction de la qualité (AVAQ) a été estimée à 47 834 $ (taux salarial annuel moyen au Canada en 2011)Note de bas de page 19, sans tenir compte de l'âge de l'individu ou de sa situation relative à l'emploi. Le nombre d'années de vie perdues a été ajusté en fonction d'une qualité évaluée à 0,45 en matière d'utilité, soit le chiffre attribué aux personnes atteintes d'un TMENote de bas de page 20 Autrement dit, une année de vie d'une personne atteinte d'un TME équivaut 0,45 AVAQ. La perte de 0,55 AVAQ a donc été évaluée à 26 309 $ (0,55 6 47 834 $). Les coûts indirects s'accumulent de ce fait chez les personnes atteintes d'un TME après la survenue de leur blessure.

Le nombre d'années de vie perdues chez les patients atteins de TME a été déterminé en fonction de l'âge et de l'espérance de vie estimée selon la gravité de la blessure à l'aide du rapport statistique annuel du National Spinal Cord Injury Statistical Center (NSCISC) de 2009Note de bas de page 21, et ajusté selon l'espérance de vie au sein de la population canadienneNote de bas de page 22.Les personnes atteintes d'un TME décèdent plus tôt que si elles n'avaient pas subi leur blessure et le nombre d'années perdues augmente en fonction de la gravité de la blessure. Nous avons attribué une valeur de 47 834 $ à chacune de ces années de vie perdues.

Le fardeau économique lié aux TME au Canada a été calculé à l'aide d'une approche fondée sur l'incidence. « Une approche fondée sur l'incidence permet de mesurer les coûts (à vie) liés à toute nouvelle blessure survenant sur une période donnée (habituellement un an), alors qu'une approche fondée sur la prévalence permet de mesurer les coûts assumés par les personnes atteintes d'un TME pendant une période donnée de leur vie » [traduction]Note de bas de page 12 p14. Nous avons appliqué au nombre de patients atteints de TME survivant à l'hospitalisation au Canada par année (1 389) obtenu par Noonan et collab.Note de bas de page 23 la des blessures selon leur gravité établie par Dryden et collab.Note de bas de page 10 : 106 (7,7 %) avec tétraplégie complète, 651 (46,8 %) avec tétraplégie incomplète, 163 (11,7 %) avec paraplégie complète et 469 (33,8 %) avec paraplégie incomplète.

Tous les coûts ont été actualisés à un taux annuel de 2 %. Le taux d'actualisation « est le taux auquel nous dévaluons les coûts survenant à l'avenir » [traduction]Note de bas de page 12 p168. Nous avons fait varier ce taux entre 0 et 4 % dans l'analyse de sensibilité.

Les études économiques se servent souvent de l'analyse de sensibilité pour faire varier les hypothèses clés et déterminer si .ces changements ont un effet important sur les résultats globaux. Pour la présente à étude, nous avons appliqué des analyses de sensibilité à d'importants facteurs générateurs de coûts, notamment l'âge au moment de la blessure, le facteur de pondération relatif à l'incapacité, le taux d'actualisation, les hospitalisations, les consultations du fournisseur de soins de santé et les soins auxiliaires (tableau 1).

Résultats

Nous estimons que le fardeau économique à vie lié aux TME au Canada varie de 1,47 million de dollars chez les personnes atteintes d'une paraplégie incomplète à 3,03 millions de dollars pour les cas de tétraplégie complète (tableau 2). Les coûts directs représentent de 44 à 51 % des coûts totaux chez les patients paraplégiques, et de 56 à 66 % des coûts totaux chez les patients tétraplégiques. Parmi les coûts directs, les plus importants facteurs générateurs de coûts étaient les soins auxiliaires offerts à la suite de la blessure. À eux seuls, ces coûts variaient entre 0,29 et 1,02 million de dollars (de 38 à 60 % des coûts directs). Les frais d'hospitalisations variaient entre 0,08 et 0,23 million de dollars (de 5 à 13 % des coûts directs) alors que les frais de consultation de professionnels de la santé variaient entre 0,07 et 0,15 million de dollars (de 10 à 13 % des coûts directs).

TABLEAU 2
Fardeau économique à vie lié aux traumatismes de la moelle épinière
Blessure subie à l'âge de 35 ans en dollars canadiens de 2011, taux d'actualisation de 2 %
  Tétraplégie Paraplégie
  Complète Incomplète Complète Incomplète
  Valeur ($) % du total Valeur ($) % du total Valeur ($) % du total Valeur ($) % du total
Coûts directs
Soins de santé
Hospitalisation 226 137 7,5 130 139 6,2 170 385 9,6 78 900 5,4
PS 152 231 5,0 175 368 8,3 96 543 5,4 71 914 4,9
Médicaments sur ordonnance 15 747 0,5 8443 0,4 18 929 1,1 8 443 0,6
Sous-total, soins de santé 394 115 13,0 313 951 14,9 285 857 16,0 159 256 10,8
Équipement et modifications
Produits en vente libre 96 917 3,2 110 565 5,3 80 815 4,5 71 870 4,9
Équipement adapté 102 921 3,4 88 014 4,2 53 840 3,0 35 257 2,4
Modifications au domicile 40 759 1,3 37 927 1,8 34 513 1,9 35 193 2,4
Modifications au véhicule 20 203 0,7 27 842 1,3 24 285 1,4 27 842 1,9
Sous-total, équipement et modifications 260 801 8,6 264 348 12,6 193 453 10,9 170 162 11,6
Soins de longue durée
Soins en établissement 34 439 1,1 12 826 0,6 8 308 0,5 2 868 0,2
Soins auxiliaires 1 021 420 33,8 797 590 37,9 294 418 16,5 422 548 28,7
Sous-total, soins de longue durée 1 055 859 34,9 810 417 38,5 302 726 17,0 425 416 28,9
Total des coûts directs 1 710 776 56,5 1 388 715 65,9 782 036 43,9 754 835 51,3
Coûts indirects
Morbidité 428 655 14,2 590 746 28,1 515 279 28,9 590 746 40,1
Mortalité prématurée 886 597 29,3 126 350 6,0 485 384 27,2 126 350 8,6
Total des coûts indirects 1 315 252 43,5 717 096 34,1 1 000 662 56,1 717 096 48,7
Grand total 3 026 028 100,0 2 105 811 100,0 1 782 698 100,0 1 471 931 100,0

Abréviation : PS, professionnel de la santé.

Le fardeau économique annuel lié aux TME au Canada est estimé à 2,67 milliards de dollars (1,57 milliard de dollars en coûts directs et 1,10 milliard en coûts indirects, tableau 3). Les hospitalisations (0,17 milliard de dollars, soit 6,5 % des coûts totaux), les consultations de professionnels de la santé (0,18 milliard de dollars; 6,7 % des coûts totaux), l'équipement et les modifications apportées au domicile (0,31 milliard de dollars; 11,6 % des coûts totaux) et les soins auxiliaires (0,87 milliard de dollars; 32,7 % des coûts totaux) sont les plus importants facteurs générateurs de coûts.

TABLEAU 3
Fardeau économique annuel lié aux traumatismes de la moelle épinière au Canada
Blessure subie à l'âge de 35 ans
en dollars canadiens de 2011, taux d'actualisation de 2 %
  Tétraplégie Paraplégie Total % du total
Complète Incomplète Complète Incomplète
Nombre de personnes ayant survécuTableau 3 Note de bas de page a 106 651 163 469 1 389  
Coûts directs (en millions de dollars)
Soins de santé
Hospitalisation 24,1 84,7 27,7 37,0 173,5 6,5
PS 16,2 114,1 15,7 33,7 179,8 6,7
Médicaments sur ordonnance 1,7 5,5 3,1 4,0 14,2 0,5
Sous-total, soins de santé 41,9 204,3 46,5 74,7 367,4 13,7
Équipement et modifications
Produits en vente libre 10,3 71,9 13,1 33,7 129,1 4,8
Équipement adapté 10,9 57,3 8,8 16,5 93,5 3,5
Modifications au domicile 4,3 24,7 5,6 16,5 51,1 1,9
Modifications au véhicule 2,1 18,1 4,0 13,1 37,3 1,4
Sous-total, équipement et modifications 27,7 172,0 31,5 79,8 311,1 11,6
Soins de longue durée
Soins en établissement 3,7 8,3 1,4 1,3 14,7 0,6
Soins auxiliaires 108,6 519,0 47,9 198,3 873,8 32,7
Sous-total, soins de longue durée 112,3 527,3 49,2 199,6 888,5 33,2
Total des coûts directs 182,0 903,6 127,2 354,2 1567,0 58,6
Coûts indirects (en millions de dollars)
Morbidité 45,6 384,4 83,8 277,2 791,0 29,6
Mortalité prématurée 94,3 82,2 79,0 59,3 314,8 11,8
Total des coûts indirects 139,9 466,6 162,8 336,5 1105,8 41,4
Grand total 321,9 1370,3 290,0 690,7 2672,8 100,0

Abréviation : PS, professionnel de la santé.

Tableau 3 Note de bas de page a

1 389 patients par année survivent à leur hospitalisation initialeNote de bas de page 23.

Retour à la référence de le tableau 3 note de bas de page a

Les résultats des analyses de sensibilité sont synthétisés dans le tableau 4. Les coûts sont sensibles en premier lieu au choix du taux d'actualisation. Si l'on ne tient pas compte de l'actualisation (taux effectif de 0 %), le fardeau économique à vie augmente de 38 à 47 %. Avec un taux d'actualisation de 4 % (comparativement au taux de 2 % utilisé comme référence) le fardeau économique à vie augmente de 23 à 27 %. L'âge auquel la blessure est survenue a également un effet important. Un âge moyen de 25 ans (comparativement à l'âge de référence de 35 ans) entraîne une augmentation des coûts globaux de 10 à 14 %, alors qu'un âge moyen de 45 ans entraîne une baisse de 14 à 18 %. Le fait de faire passer le facteur de pondération relatif à la perte de productivité de 0,45 pour toutes les blessures à 0,45 pour paraplégie incomplète, 0,55 pour tétraplégie incomplète, 0,65 pour paraplégie complète et 0,75 pour tétraplégie complète entraîne une augmentation des coûts indirects de 18 à 23 %.

TABLEAU 4
Fardeau économique à vie lié aux traumatismes de la moelle épinière
Analyse de sensibilité
en dollars canadiens de 2011
  Tétraplégie Paraplégie
  Complète ($) % de changement Incomplète ($) % de changement Complète ($) % de changement Incomplète ($) % de changement
Cas de référence
Coûts directs 1 710 775   1 388 715   782 036   754 834  
Coûts indirects 1 315 251   717 096   1 000 662   717 096  
Coûts totaux 3 026 027   2 105 811   1 782 698   1 471 930  
Taux d'actualisation de 0 %
Coûts directs 2 089 080 22,1 1 931 791 39,1 990 747 26,7 1 035 128 37,1
Coûts indirects 2 093 169 59,1 1 126 491 57,1 1 596 826 59,6 1 126 491 57,1
Coûts totaux 4 182 249 38,2 3 058 282 45,2 2 587 573 45,1 2 161 619 46,9
Taux d'actualisation de 4 %
Coûts directs 1 437 892 (16,0) 1 056 393 (23,9) 643 468 (17,7) 583 277 (22,7)
Coûts indirects 890 518 (32,3) 495 242 (30,9) 679 325 (32,1) 495 243 (30,9)
Coûts totaux 2 328 411 (23,1) 1 551 636 (26,3) 1 322 789 (25,8) 1 078 520 (26,7)
Âge moyen de 25 ans
Coûts directs 2 049 089 19,8 1 569 131 13,0 896 299 14,6 847 909 12,3
Coûts indirects 1 399 792 6,4 775 979 8,2 1 065 542 6,5 775 979 8,2
Coûts totaux 3 448 881 14,0 2 345 110 11,4 1 961 841 10,0 1 623 888 10,3
Âge moyen de 45 ans
Coûts directs 1 314 480 (23,2) 1 172 657 (15,6) 661 964 (15,4) 643 373 (14,8)
Coûts indirects 1 175 364 (10,6) 618 796 (13,7) 874 421 (12,6) 618 796 (13,7)
Coûts totaux 2 489 844 (17,7) 1 791 453 (14,9) 1 536 385 (13,8) 1 262 169 (14,3)
Facteur de pondération relatif à la perte de productivitéTableau 4 Note de bas de page a
Coûts directs 1 710 776 0,0 1 388 715 (0,0) 782 036 (0,0) 754 835 -
Coûts indirects 1 601 022 21,7 848 373 18,3 1 229 675 22,9 717 096 -
Coûts totaux 3 311 798 9,4 2 237 088 6,2 2 011 711 12,8 1 471 931 -
Soins auxiliaires - heures ou taux salarial (+ 25 %)
Coûts directs 1 966 131 14,9 1 588 113 14,4 855 641 9,4 860 472 14,0
Coûts indirects 1 315 252 0,0 717 096 (0,0) 1 000 662 (0,0) 717 096 (0,0)
Coûts totaux 3 281 383 8,4 2 305 209 9,5 1 856 303 4,1 1 577 568 7,2
Soins auxiliaires - heures ou taux salarial (- 25 %)
Coûts directs 1 455 421 (14,9) 1 189 318 (14,4) 708 432 (9,4) 649 198 (14,0)
Coûts indirects 1 315 252 0,0 717 096 (0,0) 1 000 662 (0,0) 717 096 (0,0)
Coûts totaux 2 770 673 (8,4) 1 906 414 (9,5) 1 709 094 (4,1) 1 366 294 (7,2)
Soins auxiliaires - heures et taux salarial (+ 25 %)
Coûts directs 2 285 324 33,6 1 837 360 32,3 947 646 21,2 992 518 31,5
Coûts indirects 1 315 252 0,0 717 096 (0,0) 1 000 662 (0,0) 717 096 (0,0)
Coûts totaux 3 600 576 19,0 2 554 456 21,3 1 948 308 9,3 1 709 614 16,1
Soins auxiliaires - heures et taux salarial (- 25 %)
Coûts directs 1 263 904 (26,1) 1 039 769 (25,1) 653 228 (16,5) 569 970 (24,5)
Coûts indirects 1 315 252 0,0 717 096 (0,0) 1 000 662 (0,0) 717 096 (0,0)
Coûts totaux 2 579 156 (14,8) 1 756 865 (16,6) 1 653 890 (7,2) 1 287 066 (12,6)
Nombre d'hospitalisations par année ou DMS (+ 25 %)
Coûts directs 1 726 944 0,9 1 408 801 1,4 796 642 1,9 763 577 1,2
Coûts indirects 1 315 252 0,0 717 096 (0,0) 1 000 662 (0,0) 717 096 (0,0)
Coûts totaux 3 042 196 0,5 2 125 897 1,0 1 797 304 0,8 1 480 673 0,6
Nombre d'hospitalisations par année ou DMS (- 25 %)
Coûts directs 1 693 754 (1,0) 1 367 870 (1,5) 766 795 (1,9) 745 762 (1,2)
Coûts indirects 1 315 252 0,0 717 096 (0,0) 1 000 662 (0,0) 717 096 (0,0)
Coûts totaux 3 009 006 (0,6) 2 084 966 (1,0) 1 767 457 (0,9) 1 462 858 (0,6)
Nombre d'hospitalisations par année et DMS (+ 25 %)
Coûts directs 1 749 076 2,2 1 435 616 3,4 816 330 4,4 775 248 2,7
Coûts indirects 1 315 252 0,0 717 096 (0,0) 1 000 662 (0,0) 717 096 (0,0)
Coûts totaux 3 064 328 1,3 2 152 712 2,2 1 816 992 1,9 1 492 344 1,4
Nombre d'hospitalisations par année et DMS (- 25 %)
Coûts directs 1 680 987 (1,7) 1 352 237 (2,6) 755 363 (3,4) 738 957 (2,1)
Coûts indirects 1 315 252 0,0 717 096 (0,0) 1 000 662 (0,0) 717 096 (0,0)
Coûts totaux 2 996 239 (1,0) 2 069 333 (1,7) 1 756 025 (1,5) 1 456 053 (1,1)
Nombre de consultations d'un PS par année ou coût moyen par consultation (+ 25 %)
Coûts directs 1 746 086 2,1 1 431 768 3,1 804 389 2,9 771 925 2,3
Coûts indirects 1 315 252 0,0 717 096 (0,0) 1 000 662 (0,0) 717 096 (0,0)
Coûts totaux 3 061 338 1,2 2 148 864 2,0 1 805 051 1,3 1 489 021 1,2
Nombre de consultations d'un PS par année ou coût moyen par consultation (- 25 %)
Coûts directs 1 675 465 (2,1) 1 345 662 (3,1) 759 683 (2,9) 737 744 (2,3)
Coûts indirects 1 315 252 0,0 717 096 (0,0) 1 000 662 (0,0) 717 096 (0,0)
Coûts totaux 2 990 717 (1,2) 2 062 758 (2,0) 1 760 345 (1,3) 1 454 840 (1,2)
Nombre de consultations d'un PS par année et coût moyen par consultation (+ 25 %)
Coûts directs 1 790 225 4,6 1 485 584 7,0 832 330 6,4 793 289 5,1
Coûts indirects 1 315 252 0,0 717 096 (0,0) 1 000 662 (0,0) 717 096 (0,0)
Coûts totaux 3 105 477 2,6 2 202 680 4,6 1 832 992 2,8 1 510 385 2,6
Nombre de consultations d'un PS par année et coût moyen par consultation (- 25 %)
Coûts directs 1 648 982 (3,6) 1 313 372 (5,4) 742 918 (5,0) 724 926 (4,0)
Coûts indirects 1 315 252 0,0 717 096 (0,0) 1 000 662 (0,0) 717 096 (0,0)
Coûts totaux 2 964 234 (2,0) 2 030 468 (3,6) 1 743 580 (2,2) 1 442 022 (2,0)

Abréviations : DMS, durée moyenne du séjour; PS, professionnel de la santé.

Tableau 4 Note de bas de page a

Tétraplégie complète : 0,75; paraplégie complète : 0,65; tétraplégie incomplète : 0,55; paraplégie incomplète : 0,45.

Retour à la référence de le tableau 4 note de bas de page a

Les coûts des soins directs sont sensibles en premier lieu aux hypothèses concernant le nombre d'heures en soins auxiliaires reçus. Une augmentation du nombre d'heures en soins reçus par année ou du taux de rémunération moyen de 25 % entraîne une augmentation des coûts directs de 9 à 15 %. Si le nombre d'heures en soins et le taux de rémunération augmentent tous deux de 25 %, les coûts directs augmentent de 21 à 34 %.

Analyse

À notre connaissance, notre étude est la première tentative de quantification du fardeau économique à vie lié aux TME au Canada. Nous avons tenté d'être le plus exhaustifs possible dans l'inclusion des coûts.

La valeur des études sur les coûts des maladies a été remise en question, surtout du fait des approches diverses et des limites méthodologiques associées à ce genre de rechercheNote du fin du texte 24,Note du fin du texte 25,Note du fin du texte 26. Cependant, Segui-Gomez et MackenzieNote du fin du texte 27 soulignent l'importance de la variété des mesures, dont le fardeau économique, pour évaluer l'impact social des blessures, plus particulièrement des blessures non mortelles. Rice fait remarquer que les études sur les coûts de la maladie « expriment les effets indésirables des maladies et des blessures en dollars, ce qui est le langage universel des décideurs et des responsables des politiques. Ces estimations servent à : 1) définir en dollars l'ampleur de la maladie ou de la blessure; 2) justifier les programmes d'intervention; 3) faciliter l'affectation de fonds pour la recherche sur certaines maladies; 4) établir une base en matière de politiques et de planification en ce qui concerne les initiatives de prévention et de contrôle; 5) établir un cadre économique pour l'évaluation de programmes » [traduction]Note du fin du texte 28,p.178.

Malheureusement, il demeure difficile d'utiliser ces études pour élaborer des politiques. Par exemple, en 1995, le comité du Sénat américain sur les crédits a recommandé que les National Institutes of Health (NIH) préparent un rapport sur le coût social des maladies au sujet desquelles les NIH réalisent et financent de la rechercheNote de bas de page 28. Une étude effectuée en 1998 par le U.S. Institute of Medicine recommandait aux NIH d'utiliser de façon plus rigoureuse les données sur « le fardeau de la maladie et les coûts connexes » au moment d'établir l'ordre des priorités en matière de financement de la rechercheNote de bas de page 29.Malgré la production de rapports sur le coût de maladies spécifiques en 1995, en 1997 et en 2000Note de bas de page 28, il ne semble pas que ces données influencent l'affectation des fonds par les NIH pour les recherches en coursNote de bas de page 30 Note de bas de page 31.

Pour tenter de réduire l'hétérogénéité méthodologique des études sur les coûts de la maladie tout en reconnaissant la « forte demande soutenue en matière d'études d'impact économique » [traduction]Note de bas de page 32 p2, des associations comme l'Organisation mondiale de la Santé ont proposé un cadre pour la tenue d'études sur les coûts de la maladie « ayant pour but d'accroître l'uniformité et la cohérence des études d'impact économique en santé » [traduction]Note de bas de page 32 p3.

Cette analyse comporte d'importantes limites. Elle repose sur des données publiées provenant de diverses sources et périodes plutôt que sur une description détaillée des coûts d'une cohorte de patients. Les coûts moyens peuvent également cacher d'importantes variations dans les coûts individuels, même si l'on tient compte de la gravité de la blessure. Par conséquent, ces coûts ne devraient pas remplacer un plan de soins à vie préparé par des professionnels et les coûts de sa mise en œuvre. De plus, aucune tentative n'a été faite pour déterminer si ces coûts étaient associés à des soins optimaux ou même adéquats. Aux États-Unis, Webster et collab. ont constaté que « les personnes atteintes d'une tétraplégie à la suite d'un accident de travail peuvent se faire indemniser plus de frais médicaux après la première année suivant la blessure que les personnes qui n'ont pas droit à des avantages en matière d'indemnités d'accident de travail » [traduction]Note de bas de page 6 p240.

Les coûts en soins de courte durée sont calculés à partir des coûts quotidiens globaux par patient atteint d'une maladie en particulier. Une autre approche consisterait à utiliser les pondérations du volume des ressources pour chaque hospitalisation et le coût estimé pour chacune de celles-ci. Cependant, les données nécessaires concernant des hospitalisations spécifiques ne sont pas disponibles à l'heure actuelle, problèmes que l'Institut Rick Hansen espère régler.

Bien qu'une méthode d'établissement des coûts fondée sur l'incidence repose en principe sur une trajectoire de coûts estimés à vie, elle nécessite en fait une hypothèse (pour cette étude) quant à l'état fonctionnel à un moment donné. Pour déterminer les changements réels en ce qui a trait aux coûts liés à un changement d'état fonctionnel, il faut absolument avoir accès à des données à long terme pour chaque patient.

La méthode la plus souvent utilisée pour déterminer les coûts indirects est l'approche du capital humain, qui consiste à combiner les revenus moyens selon le sexe et l'âge avec les tendances en matière de productivité et les années de vie perdues en raison d'une maladie spécifique pour estimer les revenus non réalisés à vie. Une importante critique de cette méthode provient du fait qu'elle accorde plus de valeur aux années de vie perdues par des personnes ayant un potentiel de revenu plus élevé (p. ex. hommes de 35 à 55 ans) que celles ayant un potentiel moins élevé (p. ex. femmes de 75 ans et plus)Note de bas de page 33.Le travail non rémunéré et le temps de loisirs ne sont de fait pas expressément pris en compte dans l'approche du capital humainNote de bas de page 34.

Pour le calcul des coûts indirects, nous avons suivi une approche du capital humain modifiée, selon laquelle on attribue une valeur explicite au temps non rémunéré. Cette approche a consisté à attribuer une valeur de 47 834 $ (salaire annuel moyen au Canada en 2011) à chaque AVAQ perdue. Plusieurs chercheurs ont suggéré d'attribuer une valeur au temps non rémunéré dans l'approche du capital humainNote de bas de page 35 Note de bas de page 36 pour contrer la tendance inhérente de cette approche à sous-évaluer l'impact d'une maladie ou d'une blessure chez les personnes âgées à la retraite, les personnes handicapées et les personnes qui choisissent de ne pas exercer d'emploi rémunéré.

Cao et collab.Note de bas de page 4 ont récemment estimé les coûts directs (par opposition aux frais) à vie moyens aux États-Unis pour une blessure survenue à l'âge de 25 ans et selon un taux d'actualisation de 2 %. Ces coûts variaient de 1,10 million de dollars (dollars US en 2009) pour une blessure de type D selon l'échelle de déficience de l'American Spinal Injury Association (ASIA) à n'importe quel niveau à 3,41 millions de dollars pour une blessure de type A, B ou C au niveau (vertèbre) C1 à C4Note de bas de page 4. En utilisant les mêmes grandes hypothèses (blessure survenue à l'âge de 25 ans, taux d'actualisation de 2 % ), nous arrivons à une valeur actuelle des coûts directs moyens à vie qui varie de 0,85 à 2,05 milliards de dollars, soit d'environ 23 à 40 % moins élevée que l'estimation pour les États-Unis.

Cette différence peut être attribuable au coût global plus élevé des prestations de soins de santé aux États-Unis, ce qui s'explique par une combinaison de prix plus élevés, des coûts administratifs indirects, l'utilisation d'équipement très coûteux et la pratique d'une « médecine défensive » en raison du régime juridique de responsabilité délictuelle propre aux États-Unis. Il est estimé que les frais excédentaires aux États-Unis sont environ 40 % plus élevés que ceux des pays étrangers utilisés comme points de comparaisonNote de bas de page 38.

La différence peut également être attribuable à la façon de quantifier les soins auxiliaires. DeVivo et collab.Note de bas de page 5 ont estimé que les heures annuelles en soins auxiliaires à partir de la deuxième année suivant la blessure s'élevaient à 1 124 pour une blessure de type D selon l'échelle de déficience de l'ASIA à n'importe quel niveau, et à 5 453 pour les blessures de type A, B ou C au niveau C1-C4Note de bas de page 5.Chaque heure, rémunérée ou non, a été évaluée à 21,00 $ (dollars US en 2009). Le nombre d'heures par année semble avoir été déterminé « à partir d'auto-déclarations de toutes les personnes figurant dans la base de données du National Spinal Cord Injury Statistical Center (NSCISC) qui ont rempli une évaluation de suivi annuel entre 2000 et 2006 et fourni toutes les données demandées pour ce point » [traduction]Note de bas de page 5 p4. Nous avons utilisé une estimation beaucoup plus basse (de 702 à 2 928 heures par année), celle de l'étude basée sur la population de Berkowitz et collab.Note de bas de page 14, et nous avons appliqué le tarif de 17,52 $ de l'heure aux heures rémunérées et non rémunérées. Des estimations détaillées des coûts de soins auxiliaires au sein de la population canadienne atteinte d'un TME sont nécessaires, en grande partie parce que ces coûts représentent le plus grand facteur générateur de coûts directs.

En dernier lieu, il faut souligner la différence entre l'utilisation de la prévalence dans les établissements plutôt que la prévalence dans la population. Dans les études fondées sur la population menées au Canada et aux États-Unis, la proportion de personnes atteintes d'un TME avec tétraplégie complète ou paraplégie complète est similaire au sein de la population, soit respectivement de 7 à 8 % et de 10 à 12 %, alors que la prévalence de tétraplégie complète ou de paraplégie complète chez les personnes atteintes d'un TME recevant des soins offerts par le U.S. Model System a tendance à être beaucoup plus élevée, soit respectivement de 24 % et de 27 %Note de bas de page 10 Note de bas de page 12. Il est important de tenir compte de cette surpondération des blessures plus graves, surtout dans l'estimation du fardeau économique annuel lié aux TME.

Conclusion

À notre connaissance, cette étude représente la première tentative de quantification du fardeau économique lié aux TME au Canada. Malgré le nombre relativement faible de blessures par année, le fardeau économique annuel, soit 2,67 milliards de dollars, est très lourd. Il est possible d'alléger ce fardeau en prévenant certains nouveaux cas, en améliorant les capacités des patientsNote de bas de page 39 ou encore en évitant les complications secondaires (par des améliorations fonctionnelles ou par une meilleure gestion) après la survenue de la blessure.

Remerciements

L'étude a été financée par l'institut Rick Hansen et Santé Canada.

Hans Krueger et Logan Trenaman ont reçu du financement de l'institut Rick Hansen pour effectuer leur travail. Vanessa Noonan, Phalgun Joshi et Carly Rivers travaillent à l'Institut Rick Hansen.

Références

Note de bas de page 1

French DD, Campbell RR, Sabharwal S, Nelson AL, Palacios PA, Gavin-Dreschnack D. Health care costs for patients with chronic spinal cord injury in the Veterans Health Administration. J Spinal Cord Med. 2007;30(5):477.

Return to footnote 1 referrer

Note de bas de page 2

St Andre JR, Smith BM, Stroupe KT, Burns SP, Evans CT, Ripley DC et collab. A comparison of costs and health care utilization for veterans with traumatic and non-traumatic spinal cord injury. Top Spinal Cord Inj Rehabil. 2011;16(4):27-42.

Return to footnote 2 referrer

Note de bas de page 3

DeVivo MJ. Causes and costs of spinal cord injury in the United States. Spinal Cord. 1997;35(12):809-13.

Return to footnote 3 referrer

Note de bas de page 4

Cao Y, Chen Y, DeVivo M. Lifetime direct costs after spinal cord injury. Top Spinal Cord Inj Rehabil. 2011;16(4):10-6.

Return to footnote 4 referrer

Note de bas de page 5

DeVivo M, Chen Y, Mennemeyer ST, Deutsch A. Cost of care following spinal cord injury. Top Spinal Cord Inj Rehabil. 2011;16(4):1-9.

Return to footnote 5 referrer

Note de bas de page 6

Webster B, Giunti G, Young A, Pransky G, Nesathurai S. Work-related tetraplegia: cause of injury and annual medical costs. Spinal Cord. 2004;42(4):240-7.

Return to footnote 6 referrer

Note de bas de page 7

Kiekens C, Van Rie K, Peers K, Lysens R. Cost of rehabilitation care in traumatic and nontraumatic spinal cord injury in a European context. Top Spinal Cord Inj Rehabil. 2011;16(4):43-52.

Return to footnote 7 referrer

Note de bas de page 8

DeVivo M, Farris V. Causes and costs of unplanned hospitalizations among persons with spinal cord injury. Top Spinal Cord Inj Rehabil. 2011;16(4):53-61.

Return to footnote 8 referrer

Note de bas de page 9

Dryden DM, Saunders LD, Jacobs P et collab. Direct health care costs after traumatic spinal cord injury. J Trauma. 2005; 59(2):443-9.

Return to footnote 9 referrer

Note de bas de page 10

Dryden DM, Saunders LD, Rowe BH et collab. The epidemiology of traumatic spinal cord injury in Alberta, Canada. Can J Neurol Sci. 2003;30(2):113-21.

Return to footnote 10 referrer

Note de bas de page 11

Dryden DM, Saunders LD, Rowe BH et collab. Utilization of health services following spinal cord injury: a 6-year follow-up study. Spinal Cord. 2004;42(9):513-25.

Return to footnote 11 referrer

Note de bas de page 12

Berkowitz M, Harvey C, Greene CG, Wilson SE. The economic consequences of traumatic spinal cord injury. New York: Demos Medical Publishing; 1992.

Return to footnote 12 referrer

Note de bas de page 13

Harvey C, Wilson SE, Greene CG, Berkowitz M, Stripling TE. New estimates of the direct costs of traumatic spinal cord injuries: results of a nationwide survey. Paraplegia. 1992;30(12):834-50.

Return to footnote 13 referrer

Note de bas de page 14

Berkowitz M, O'Leary PK, Kruse DL, Harvey C. Spinal cord injury: an analysis of medical and social costs. New York: Demos Medical Publishing; 1998.

Return to footnote 14 referrer

Note de bas de page 15

Statistique Canada. Indice des prix à la consommation (IPC) [Internet]. Ottawa (Ont.) : Statistique Canada; 2010 [consulté le 15 novembre 2011]. Consultable à la page : http://www23.statcan.gc.ca/imdb/p2SV_f.pl?Function=getSurvey&SDDS=2301&lang=en&db=imdb&adm=8&dis=2

Return to footnote 15 referrer

Note de bas de page 16

Initiative ontarienne de coût par cas. Outil d'analyse des coûts [Internet]. Toronto (Ont.) : Initiative ontarienne de coût par cas; 2011 [consulté le 15 novembre 2011]. Consultable à partir de la page : www.occp.com/mainPage.htm

Return to footnote 16 referrer

Note de bas de page 17

Cardenas DD, Hoffman JM, Kirshblum S, McKinley W. Etiology and incidence of rehospitalization after traumatic spinal cord injury: a multicenter analysis. Arch Phys Med Rehabil. 2004;85(11):1757-63.

Return to footnote 17 referrer

Note de bas de page 18

Statistique Canada. Gains médians(1) et emploi, travailleurs à plein temps toute l'année, toutes les professions, les deux sexes, pour le Canada, les provinces et les territoires – Données-échantillon (20 %) [Internet]. Ottawa (Ont.) : Statistique Canada; 2010 [consulté le 15 novembre 2011]. Consultable à la page : http://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2006/dp-pd/hlt/97-563/T801-fra.cfm?Lang=F&T=801&GH=4&GF=0&G5=0&SC=1&SR=1&SO=99&O=A&D1=1&D2=1

Return to footnote 18 referrer

Note de bas de page 19

Statistique Canada. Le revenu au Canada [Internet]. Ottawa (Ont.) : Statistique Canada, 2011 [consulté le 25 novembre 2011]. Consultable à la page : http: //www.statcan.gc.ca/pub/75-202-x/75-202 -x2009000-fra.htm

Return to footnote 19 referrer

Note de bas de page 20

Andresen EM, Fouts BS, Romeis JC, Brownson CA. Performance of health-related quality-of-life instruments in a spinal cord injured population. Arch Phys Med Rehabil. 1999;80(8):877-84.

Return to footnote 20 referrer

Note de bas de page 21

National Spinal Cord Injury Statistical Center (NSCISC). NSCISC annual statistical report [Internet]. Birmingham (AL): NSCISC; 2009 [consulté le 15 novembre 2011]. PDF télé-chargeable à partir du lien : https://www.nscisc.uab.edu/PublicDocuments/reports/pdf/2009%20NSCISC %20Annual%20Statistical%20Report%20-%20Complete%20Public%20Version.pdf

Return to footnote 21 referrer

Note de bas de page 22

Statistique Canada. Tables de mortalité, Canada, provinces et territoires [Internet]. Ottawa (Ont.) : Statistique Canada; 2006 [consulté le 15 novembre 2011]. Consultable à la page : http://www5.statcan.gc.ca/bsolc/olc-cel/olc-cel?catno=84-537-XIF&lang=fra

Return to footnote 22 referrer

Note de bas de page 23

Noonan VK, Fingas M, Farry A et collab. Incidence and prevalence of spinal cord injury in Canada: a national perspective. Neuroepidemiology. 2012;38(4):219-26.

Return to footnote 23 referrer

Note de bas de page 24

Currie G, Kerfoot KD, Donaldson C, Macarthur C. Are cost of injury studies useful? Inj Prev. 2000 Sep;6(3):175-6.

Return to footnote 24 referrer

Note de bas de page 25

Bloom BS, Bruno DJ, Maman DY, Jayadevappa R. Usefulness of US cost-of-illness studies in healthcare decision making. Pharmacoeconomics. 2001;19(2):207-13.

Return to footnote 25 referrer

Note de bas de page 26

Clabaugh G, Ward MM. Cost-of-illness studies in the United States: a systematic review of methodologies used for direct cost. Value Health. 2008 Jan-Feb;11(1):13-21.

Return to footnote 26 referrer

Note de bas de page 27

Segui-Gomez M, MacKenzie EJ. Measuring the public health impact of injuries. Epidemiol Rev. 2003;25:3-19.

Return to footnote 27 referrer

Note de bas de page 28

Rice DP. Cost of illness studies: what is good about them? Inj Prev. 2000 Sep;6(3):177-9.

Return to footnote 28 referrer

Note de bas de page 29

Institute of Medicine (US) Committee on the NIH Research Priority-Setting Process. Scientific opportunities and public needs: improving priority setting and public input at the National Institutes of Health. Washington (DC): National Academies Press; 1998.

Return to footnote 29 referrer

Note de bas de page 30

Gross CP, Anderson GF, Powe NR. The relation between funding by the National Institutes of Health and the burden of disease. N Engl J Med. 1999 Jun 17;340(24):1881-7.

Return to footnote 30 referrer

Note de bas de page 31

Gillum LA, Gouveia C, Dorsey ER et collab. NIH disease funding levels and burden of disease. PLoS One. 2011 Feb 24;6(2):e16837.

Return to footnote 31 referrer

Note de bas de page 32

World Health Organization, Department of Health Systems. WHO guide to identifying the economic consequences of disease and injury. Geneva (CH): World Health Organization; 2009.

Return to footnote 32 referrer

Note de bas de page 33

Yabroff KR, Bradley CJ, Mariotto AB, Brown ML, Feuer EJ. Estimates and projections of value of life lost from cancer deaths in the United States. J Natl Cancer Inst. 2008 Dec 17;100(24):1755-62.

Return to footnote 33 referrer

Note de bas de page 34

Tranmer JE, Guerriere DN, Ungar WJ, Coyte PC. Valuing patient and caregiver time: a review of the literature. Pharmacoeconomics. 2005;23(5):449-59.

Return to footnote 34 referrer

Note de bas de page 35

SantéCanada, Division de la recherche sur les politiques. Le fardeau économique de la maladie au Canada, 1998 [Internet]. Ottawa (Ont.) : Santé Canada; 1998 [consulté le 15 novembre 2011]. PDF (2,31 Mo) télécharge-able à partir du lien : http://www.phac-aspc.gc.ca/ebic-femc/ebic-femc98/pdf/femc1998.pdf

Return to footnote 35 referrer

Note de bas de page 36

Krueger H, Lindsay P, Cote R, Kapral MK, Kaczorowski J, Hill MD. Cost avoidance associated with optimal stroke care in Canada. Stroke. 2012 Aug;43(8):2198-206.

Return to footnote 36 referrer

Note de bas de page 37

Reinhardt UE. Why does U.S. health care cost so much? (Part I) [Internet]. New York (NY): New York Times; 2008 [consulté le 15 novembre 2011]. Consultable à la page : http://economix.blogs.nytimes.com/2008/11/14/why-does-us-health-care-cost-so-much-part-i/

Return to footnote 37 referrer

Note de bas de page 38

Anderson GF, Reinhardt UE, Hussey PS, Petrosyan V. It's the prices, stupid: why the United States is so different from other countries. Health Aff. 2003;22(3):89-105.

Return to footnote 38 referrer

Note de bas de page 39

Fehlings MG, Vaccaro A, Wilson JR et collab. Early versus delayed decompression for traumatic cervical spinal cord injury: results of the Surgical Timing in Acute Spinal Cord Injury Study (STASCIS). PloS One. 2012;7(2):e32037.

Return to footnote 39 referrer

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :