Chapitre 4 : Incidence du cancer au Canada : tendances et projections (1983-2032) – Cancer du testicule - PSPMC: Volume 35, supplément 1, Printemps 2015

Chapitre 4: Projections par siège de cancer

15. Cancer du testicule

Le cancer du testicule est responsable de 1,0 % de tous les nouveaux cas de cancer chez les hommes canadiens, pour une moyenne annuelle de 825 nouveaux cas de cancer au cours de la période 2003-2007 (tableau 4.15.1). Cette forme de cancer a principalement été diagnostiquée chez les jeunes hommes et les hommes d'âge moyen, avec une proportion d'un peu plus de 80 % des cas décelés chez les moins de 45 ans.

TABLEAU 4.15.1
Nombre annuel moyen de nouveaux cas observés (2003-2007) et projetés, selon l'âge et la province ou les territoires combinés (TC), cancer du testicule, Canada, 2003–2032
Période Âge Nouveaux cas
Can. C.-B. Alb. Sask. Man. Ont. Qc N.-B. N.-É. Î.-P.-É. T.-N.-L. TC

Abréviations : Can. = Canada, C.-B. = Colombie-Britannique, Alb. = Alberta, Sask. = Saskatchewan, Man. = Manitoba, Ont. = Ontario, Qc = Québec, N.-B. = Nouveau-Brunswick, N.-É. = Nouvelle-Écosse, Î.-P.-É. = Île-du-Prince-Édouard, T.-N.-L. = Terre-Neuve-et-Labrador, TC = Tous les territoires (Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut).

Remarque : Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.

2003–07 <45 665 85 80 20 25 260 145 10 25 0 10 0
45–54 110 15 15 5 5 45 20 5 5 0 0 0
55–64 30 5 5 0 0 10 5 0 0 0 0 0
65–74 10 0 0 0 0 5 0 0 0 0 0 0
75–84 5 0 0 0 0 5 0 0 0 0 0 0
85+ 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total 825 105 100 25 30 325 175 15 25 5 10 0
2008–12 <45 710 95 100 20 25 270 155 10 20 5 10 0
45–54 135 15 20 5 5 55 30 5 5 0 0 0
55–64 40 5 5 0 0 15 10 0 0 0 0 0
65–74 10 0 0 0 0 5 0 0 0 0 0 0
75–84 5 0 0 0 0 5 0 0 0 0 0 0
85+ 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total 905 120 125 25 35 350 195 15 30 5 10 0
2013–17 <45 770 110 105 20 25 295 165 10 25 5 10 0
45–54 130 15 15 5 5 55 30 5 5 0 0 0
55–64 55 10 5 0 5 20 10 0 0 0 0 0
65–74 15 0 0 0 0 10 5 0 0 0 0 0
75–84 5 0 0 0 0 5 0 0 0 0 0 0
85+ 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total 985 135 130 30 35 385 210 15 35 5 10 0
2018–22 <45 805 125 100 20 30 315 170 15 25 5 10 0
45–54 135 15 15 5 5 55 30 5 5 0 0 0
55–64 65 10 5 0 5 25 15 0 0 0 0 0
65–74 20 0 0 0 0 10 5 0 0 0 0 0
75–84 10 0 0 0 0 5 0 0 0 0 0 0
85+ 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total 1 040 150 125 25 40 415 225 20 35 5 10 0
2023–27 <45 795 135 95 20 30 320 170 15 25 5 10 0
45–54 155 20 15 5 5 65 35 5 5 0 0 0
55–64 65 10 5 0 5 30 15 0 0 0 0 0
65–74 30 5 0 0 0 15 5 0 0 0 0 0
75–84 10 0 0 0 0 5 0 0 0 0 0 0
85+ 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total 1 065 165 120 25 40 435 230 20 35 5 10 0
2028–32 <45 760 140 100 20 30 320 165 15 30 5 5 0
45–54 185 25 15 5 5 70 40 5 5 0 0 0
55–64 70 10 5 0 5 30 20 0 0 0 0 0
65–74 40 5 0 0 0 20 10 0 5 0 0 0
75–84 15 0 0 0 0 5 5 0 0 0 0 0
85+ 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total 1 070 175 125 25 40 450 240 20 40 5 10 0

Le cancer du testicule constituait le cancer le plus souvent diagnostiqué chez les hommes de moins de 45 ans, représentant 14,1 % des cas de cancer chez les hommes de ce groupe d'âge en 2003-2007 (figure 3.9, figure 4.15.1). Durant cette période, le taux d'incidence montait en flèche chez les garçons de 10 à 14 ans, atteignait son point culminant chez les 25 à 34 ans pour ensuite diminuer rapidement (figure 4.15.1). Le taux de survie relative à cinq ans est élevé, s'établissant à 97% en 2006-2008.Note du fin du texte 1

FIGURE 4.15.1
Taux d’incidence du cancer du testicule selon l’âge, Canada, 2003–2007 (tirés du nombre de cas annuel moyen)

Taux d’incidence du cancer du testicule selon l’âge, Canada, 2003–2007 (tirés du nombre de cas annuel moyen)

[Agrandir la Figure 4.15.1]

[FIGURE 4.15.1, Texte équivalent]

Promotion de la santé et prévention des maladies chroniques au Canada - Volume 35, numéro 1, mars 2015

FIGURE 4.15.1
Taux d'incidence du cancer du testicule selon l'âge, Canada, 2003-2007 (tirés du nombre de cas annuel moyen)

Le cancer du testicule constituait le cancer le plus souvent diagnostiqué chez les hommes de moins de 45 ans, représentant 14,1 % des cas de cancer chez les hommes de ce groupe d'âge entre 2003 et 2007. Au cours de cette période, le taux d'incidence est monté en flèche chez les garçons de 10 à 14 ans, a atteint son point culminant chez les 25 à 34 ans, pour ensuite diminuer rapidement.

Au Canada, le taux d'incidence global du cancer du testicule a connu une hausse constante de l'ordre de 39 % : il est passé de 4,0 pour 100 000 en 1983-1987 à 5,6 pour 100 000 en 2003-2007 (figure 4.15.2). Toutefois, l'augmentation s'est atténuée légèrement depuis 1993-1997. Entre 1998 et 2007, les TINA du cancer du testicule ont connu une hausse importante, de 1,4% par année (figure 3.1). Les tendances fondamentales associées aux TINA dans chacune des régions sont à la hausse. Les TINA étaient plus élevés dans l'Ouest canadien et plus faibles dans l'Est.

FIGURE 4.15.2
Taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) par région, cancer du testicule, 1983–2032

Taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) par région, cancer du testicule, 1983–2032

[Agrandir la Figure 4.15.2]

[FIGURE 4.15.2, Texte équivalent]

Promotion de la santé et prévention des maladies chroniques au Canada - Volume 35, numéro 1, mars 2015

FIGURE 4.15.2
Taux d'incidence normalisés selon l'âge (TINA) par région, cancer du testicule, 1983-2032

Les taux d'incidence globaux du cancer du testicule devraient augmenter graduellement jusqu'à la période 2018-2022, pour ensuite se stabiliser. Une tendance similaire devrait être observée en Ontario et dans la région de l'Atlantique, mais le tournant surviendra cinq ans plus tard. Les taux affichés dans les Prairies devraient culminer cinq années plus tôt que dans le reste du pays, pour ensuite diminuer graduellement; l'incidence la plus faible devrait être observée au cours des deux dernières périodes de projection. Par opposition, les taux affichés en Colombie-Britannique et au Québec connaîtront une hausse persistante tout au long de la période de prédiction. La Colombie-Britannique devrait afficher les plus forts taux d'incidence à compter de la période 2018-2022.

D'après l'analyse selon l'âge, les TINA au Canada ont connu une hausse constante chez les hommes de moins de 55 ans alors que des tendances opposées ont été observées chez les hommes de 55 ans et plus (figure 4.15.3).

FIGURE 4.15.3
Taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) pour le cancer du testicule, par groupe d’âge, Canada, 1983–2032

Taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) pour le cancer du testicule, par groupe d’âge, Canada, 1983–2032

[Agrandir la Figure 4.15.3]

[FIGURE 4.15.3, Texte équivalent]

Promotion de la santé et prévention des maladies chroniques au Canada - Volume 35, numéro 1, mars 2015

FIGURE 4.15.3
Taux d'incidence normalisés selon l'âge (TINA) pour le cancer du testicule, par groupe d'âge, Canada, 1983-2032

Au cours de la période d'observation (1983-2007), les TINA de cancer du testicule au Canada ont connu une hausse constante chez les hommes de moins de 55 ans et des tendances opposées ont été observées chez les hommes âgés de plus de 55 ans. Selon les projections, ces taux devraient augmenter dans tous les groupes de moins de 75 ans, mais à divers degrés. Les taux liés au groupe le plus jeune atteindront presque leur point culminant au cours de la période 2018-2022, puis afficheront une tendance à la baisse. Les taux liés aux hommes de 75 ans et plus devraient se stabiliser ou diminuer légèrement.

Les taux d'incidence globaux du cancer du testicule devraient augmenter graduellement jusqu'en 2018-2022 pour ensuite se stabiliser (figure 4.15.2). Une tendance similaire devrait être observée en Ontario et dans la région de l'Atlantique, mais le point tournant surviendra cinq ans plus tard. Les taux affichés dans les Prairies devraient culminer cinq ans plus tôt que dans le reste du pays, pour ensuite diminuer graduellement, l'incidence la plus faible devant être observée au cours des deux dernières périodes de projection. À l'opposé, les taux affichés en Colombie-Britannique et au Québec connaîtront une hausse persistante tout au long de la période de prédiction. La Colombie-Britannique devrait afficher les plus forts taux d'incidence à compter de 2018-2022. La figure 4.15.3 montre que ces taux devraient augmenter dans tous les groupes de moins de 75 ans, mais à des degrés divers. Les taux liés au groupe le plus jeune atteindront presque leur point culminant en 2018-2022, puis afficheront une tendance à la baisse. Les taux liés aux hommes de 75 ans et plus devraient se stabiliser ou diminuer légèrement.

Entre 2003-2007 et 2028-2032, on prévoit que les TINA du cancer du testicule augmenteront de 8 %, passant de 5,6 à 6,0 pour 100 000 (tableau 4.15.2). Le nombre annuel de nouveaux cas devrait connaître une hausse de 30 %, passant de 825 à 1 070 nouveaux cas (tableau 4.15.1).

TABLEAU 4.15.2
Taux d'incidence normalisés selon l'âge (TINA) observés (2003–2007) et projetés, selon l'âge et la province ou les territoires combinés (TC), cancer du testicule, Canada, 2003–2032
Période Âge TINA
Can. C.-B. Alb. Sask. Man. Ont. Qc N.-B. N.-É. Î.-P.-É. T.-N.-L. TC

Abréviations : Can. = Canada, C.-B. = Colombie-Britannique, Alb. = Alberta, Sask. = Saskatchewan, Man. = Manitoba, Ont. = Ontario, Qc = Québec, N.-B. = Nouveau-Brunswick, N.-É. = Nouvelle-Écosse, Î.-P.-É. = Île-du-Prince-Édouard, T.-N.-L. = Terre-Neuve-et-Labrador, TC = Tous les territoires (Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut).

2003–07 <45 6,9 6,9 7,3 7,3 6,9 7,0 6,6 5,7 8,8 6,5 6,2 4,6
45–54 4,5 4,3 5,6 4,7 5,6 4,9 3,4 5,2 3,8 3,9 1,8 7,7
55–64 1,7 2,3 2,3 1,6 1,0 1,7 1,3 0,8 0,6 2,8 1,2 0,0
65–74 1,0 0,9 1,1 0,0 2,7 1,1 0,6 0,0 1,8 4,0 2,1 0,0
75–84 1,1 1,1 1,2 0,8 0,9 1,2 0,8 0,0 1,1 7,6 4,2 0,0
85+ 1,8 0,8 0,0 2,7 8,3 1,1 1,3 9,7 7,5 0,0 0,0 0,0
Total 5,6 5,6 6,0 5,8 5,8 5,7 5,2 4,7 6,8 5,7 4,9 4,0
2008–12 <45 7,3 7,4 8,0 7,4 7,1 7,2 6,9 5,9 9,2 7,6 6,4 5,3
45–54 5,0 4,9 6,2 5,7 5,1 5,3 4,7 5,5 5,2 5,3 4,4 3,7
55–64 1,9 2,2 2,2 1,7 3,2 2,1 1,6 0,9 2,1 2,0 1,7 1,4
65–74 1,0 0,6 1,3 0,7 1,9 1,4 0,6 1,3 2,8 1,0 0,9 0,7
75–84 1,0 1,0 1,3 0,8 2,1 1,0 0,7 0,0 0,8 1,0 0,9 0,7
85+ 1,5 1,0 3,0 2,3 3,4 1,1 1,4 5,2 6,1 1,6 1,3 1,1
Total 5,9 5,9 6,6 6,0 6,0 5,9 5,5 4,9 7,4 6,1 5,1 4,3
2013–17 <45 7,6 8,0 8,2 7,4 7,3 7,5 7,3 6,3 10,0 7,9 6,7 5,6
45–54 5,1 4,7 5,4 5,7 5,3 5,4 5,3 6,0 5,8 5,4 4,5 3,8
55–64 2,2 2,4 2,4 1,8 3,4 2,4 1,9 1,0 2,4 2,3 1,9 1,6
65–74 1,0 0,7 1,1 0,6 2,0 1,5 0,7 1,4 3,2 1,1 0,9 0,8
75–84 0,9 0,7 1,6 0,5 2,2 0,9 0,7 0,0 1,0 0,9 0,8 0,7
85+ 1,3 0,7 1,8 1,5 3,5 1,1 0,9 5,6 6,9 1,3 1,1 0,9
Total 6,1 6,4 6,6 6,0 6,2 6,1 5,8 5,2 8,1 6,4 5,4 4,5
2018–22 <45 7,7 8,6 8,0 7,3 7,5 7,6 7,4 6,5 10,6 8,0 6,7 5,6
45–54 5,6 4,9 5,7 4,9 5,4 5,6 6,0 6,3 6,3 5,9 4,9 4,1
55–64 2,5 2,4 2,5 2,1 3,4 2,7 2,6 1,1 2,6 2,6 2,2 1,8
65–74 1,2 0,8 1,1 0,5 2,1 1,7 0,9 1,5 3,5 1,2 1,0 0,9
75–84 0,8 0,5 1,4 0,4 2,3 1,0 0,6 0,0 1,1 0,9 0,7 0,6
85+ 1,2 0,9 1,8 1,2 3,6 0,9 0,8 5,9 7,4 1,2 1,0 0,9
Total 6,3 6,8 6,5 5,8 6,3 6,3 6,1 5,4 8,6 6,6 5,5 4,6
2023–27 <45 7,5 9,0 7,7 7,1 7,5 7,6 7,5 6,6 11,0 7,8 6,6 5,5
45–54 6,4 5,5 5,7 4,5 5,5 6,6 6,6 6,4 6,5 6,7 5,6 4,7
55–64 2,6 2,4 1,8 1,9 3,5 2,8 3,0 1,1 2,7 2,7 2,3 1,9
65–74 1,4 0,9 1,0 0,4 2,1 1,9 1,2 1,6 3,6 1,5 1,2 1,0
75–84 0,9 0,7 1,1 0,3 2,3 1,1 0,6 0,0 1,1 0,9 0,8 0,7
85+ 1,1 0,4 2,0 0,6 3,7 0,9 0,8 6,0 7,6 1,2 1,0 0,8
Total 6,2 7,1 6,2 5,6 6,4 6,4 6,3 5,5 8,9 6,5 5,5 4,6
2028–32 <45 7,0 9,1 7,8 7,1 7,6 7,3 7,4 6,7 11,3 7,4 6,2 5,2
45–54 7,0 6,6 5,1 4,6 5,5 6,9 7,2 6,6 6,8 7,3 6,2 5,1
55–64 2,9 2,5 1,7 1,5 3,5 2,9 3,5 1,2 2,8 3,0 2,5 2,1
65–74 1,6 0,9 0,9 0,5 2,2 2,2 1,6 1,6 3,8 1,7 1,4 1,2
75–84 1,0 0,8 0,9 0,2 2,3 1,3 0,8 0,0 1,2 1,1 0,9 0,8
85+ 1,1 0,5 1,2 0,5 3,7 1,0 0,6 6,2 7,9 1,1 0,9 0,8
Total 6,0 7,3 6,2 5,6 6,4 6,3 6,3 5,6 9,2 6,3 5,3 4,4

Observations

À l'instar des tendances observées au Canada, d'importantes hausses de l'incidence du cancer du testicule ont été enregistrées au cours des quatre dernières décennies dans de nombreux pays, dont les États-Unis,Note du fin du texte 214 certains pays de l'EuropeNote du fin du texte 215, Note du fin du texte 216 et l'Australie.Note du fin du texte 217 Des hausses sont également prévues en IrlandeNote du fin du texte 2, en AngleterreNote du fin du texte 218 et dans des pays nordiques Note du fin du texte 3, Note du fin du texte 35 Aucune explication n'a été trouvée concernant ces tendances à la hausse.

Le taux de cancer du testicule chez les hommes de moins de 45 ans est en hausse, mais il connaîtra un déclin sur la tendance à long terme. Ce résultat relève sans doute d'une limite de la méthode Nordpred quant à la prédiction de cancers rares, surtout dans le cas d'un siège se situant au testicule, siège pour lequel les taux sont plus élevés chez les hommes relativement jeunes. Le modèle révèle que les coefficients correspondant aux cohortes les plus jeunes étaient positifs pour ce cancer au Canada. Par conséquent, le fait de présumer que la valeur correspondant aux cohortes de naissance plus âgées est de zéro peut entraîner la projection de taux plus faibles à plus long terme.

L'étiologie du cancer du testicule demeure incertaine, probablement en raison de la petite taille des échantillons utilisés dans la plupart des études. Le principal facteur de risque lié au cancer du testicule serait peut-être à une exposition excessive à certaines hormones. Une exposition prénatale excessiveà l'oestrogène, une exposition à l'adolescence à des taux élevés d'hormones sexuelles masculines et une exposition à des perturbateurs endocriniens environnementaux ont toutes été associées à un risque élevé.Note du fin du texte 86 On sait que des syndromes associés au développement anormal des testicules et de l'appareil urogénital sont en partie responsables de l'augmentation du risque. Les tumeurs germinales comptent pour 95 % des néoplasmes testiculaires. La cryptorchidie cause approximativement entre 5 % et 10 % des cas de tumeurs germinales et augmente le risque relatif de 2,5 à 15 fois.Note du fin du texte 52, Note du fin du texte 53, Note du fin du texte 219 Un taux d'hormones sexuelles plus bas (oestrogènes/androgènes) peut être associé à une diminution du risque de tumeur germinale.Note du fin du texte 220 Une exposition accrue de la population à des composés oestrogéniques ou à d'autres composés ayant une activité hormonale (p. ex. antiandrogène) peut être en partie responsable de la hausse observée de l'incidence du cancer du testicule.Note du fin du texte 221, Note du fin du texte 222

Environ 2 % des cas de cancer du testicule peuvent s'expliquer par des facteurs génétiques héréditaires.Note du fin du texte 86 Les hommes dont le père a reçu un diagnostic de cancer du testicule présentent un risque 3,8 fois plus élevé, alors que les hommes dont un frère a reçu un diagnostic de la maladie voient leur risque augmenter de 7,6 fois.Note du fin du texte 223

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :