Chapitre 4 : Incidence du cancer au Canada : tendances et projections (1983-2032) – Cancer de la prostate - PSPMC: Volume 35, supplément 1, Printemps 2015

Chapitre 4: Projections par siège de cancer

14. Cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est la forme de cancer la plus courante et la troisième cause de décès attribuable à un cancer chez les hommes canadiens. Un homme sur sept est susceptible de recevoir un diagnostic de cancer de la prostate au cours de sa vie, et la probabilité que les hommes atteints en meurent est de 1 sur 28.Note du fin du texte 1 Le nombre annuel moyen de nouveaux cas, pour la période 2003-2007, s'élevait à 21 460, ce qui représentait 13,8 % de tous les nouveaux cas de cancer au Canada et 26,6 % de ceux décelés chez les hommes (tableau 4.14.1, figure 3.9). Au cours de la période 2001-2007, les TINA du cancer de la prostate sont demeurés stables (figure 3.1).

TABLEAU 4.14.1
Nombre annuel moyen de nouveaux cas observés (2003-2007) et projetés, selon l'âge et la province ou les territoires combinés (TC), cancer de la prostate, Canada, 2003–2032
Période Âge Nouveaux cas
Can. C.-B. Alb. Sask. Man. Ont. Qc N.-B. N.-É. Î.-P.-É. T.-N.-L. TC

Abréviations : Can. = Canada, C.-B. = Colombie-Britannique, Alb. = Alberta, Sask. = Saskatchewan, Man. = Manitoba, Ont. = Ontario, Qc = Québec, N.-B. = Nouveau-Brunswick, N.-É. = Nouvelle-Écosse, Î.-P.-É. = Île-du-Prince-Édouard, T.-N.-L. = Terre-Neuve-et-Labrador, TC = Tous les territoires (Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut).

Remarque : Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.

2003–07 <45 75 5 10 5 0 35 10 0 5 0 0 0
45–54 1570 170 190 50 45 670 295 45 65 10 30 5
55–64 6170 745 620 200 165 2560 1305 190 230 40 105 10
65–74 7935 1060 740 325 245 3385 1435 250 300 55 135 10
75–84 4515 700 395 215 160 1835 840 130 160 25 55 5
85+ 1195 175 105 60 50 390 340 25 35 5 10 0
Total 21 460 2860 2055 850 665 8875 4225 645 790 135 335 25
2008–12 <45 100 5 10 0 0 35 10 0 0 0 0 0
45–54 2160 170 245 65 50 1025 405 55 85 15 30 5
55–64 8275 875 755 295 195 3650 1680 285 340 60 160 15
65–74 9130 1200 660 345 230 4070 1695 325 370 65 165 10
75–84 4460 710 330 175 115 1900 850 130 160 25 55 5
85+ 1370 205 105 45 40 475 430 25 35 5 10 0
Total 25 495 3170 2100 930 630 11 155 5065 825 990 170 420 35
2013–17 <45 95 5 10 0 0 35 10 0 0 0 0 0
45–54 2205 175 245 65 50 1085 400 55 85 15 25 5
55–64 9455 990 915 340 225 4225 1875 305 365 65 170 15
65–74 11 510 1525 880 415 285 5130 2080 415 465 85 210 20
75–84 4920 785 365 175 120 2085 950 155 185 25 65 10
85+ 1740 260 140 50 45 625 560 30 40 5 10 0
Total 29 930 3740 2560 1050 730 13 180 5870 960 1140 200 480 45
2018–22 <45 100 5 10 5 0 35 10 0 0 0 0 0
45–54 2025 165 235 55 45 1005 350 50 70 10 25 5
55–64 10 465 1085 1020 365 245 4830 2020 320 390 70 170 15
65–74 13 830 1855 1135 515 350 6190 2410 490 540 100 245 25
75–84 5975 950 450 200 140 2510 1155 195 225 35 85 10
85+ 2065 305 170 55 50 740 675 35 45 5 15 0
Total 34 460 4375 3025 1190 830 15 310 6620 1085 1280 225 535 55
2023–27 <45 110 10 10 5 0 35 10 0 0 0 0 0
45–54 2000 165 245 55 45 980 350 45 70 10 20 5
55–64 10 480 1120 1020 350 240 4980 1945 305 375 70 165 15
65–74 15 960 2120 1380 595 405 7250 2720 530 600 110 255 30
75–84 7735 1240 615 250 185 3250 1470 260 295 45 110 15
85+ 2400 355 200 60 55 855 800 40 55 10 15 0
Total 38 690 5010 3465 1315 930 17 350 7290 1180 1395 245 570 65
2028–32 <45 115 10 10 5 0 40 10 0 0 0 0 0
45–54 2110 180 260 60 50 1025 375 45 65 10 20 5
55–64 9810 1080 995 315 225 4690 1760 275 335 65 145 15
65–74 17 645 2340 1530 635 435 8285 2910 550 640 120 265 30
75–84 9475 1520 810 315 225 3970 1760 305 350 50 135 25
85+ 3065 450 260 70 70 1075 1040 55 70 10 20 5
Total 42 225 5580 3865 1400 1010 19 085 7855 1230 1465 260 585 75

Le risque de développer la maladie augmente avec l'âge, et ce, dans une plus forte proportion que toute autre forme de cancer (tableau 4.14.2). En 2003-2007, 66 % de tous les cas de cancer avaient été diagnostiqués chez les hommes de 55 à 74 ans, et seulement 8 % des hommes de moins de 55 ans en étaient atteints. Le taux de survie relative à cinq ans s'établissait à 96 % en 2006-2008.Note du fin du texte 1

TABLEAU 4.14.2
Taux d'incidence normalisés selon l'âge (TINA) observés (2003–2007) et projetés, selon l'âge et la province ou les territoires combinés (TC), cancer de la prostate, Canada, 2003–2032
Période Âge TINA
Can. C.-B. Alb. Sask. Man. Ont. Qc N.-B. N.-É. Î.-P.-É. T.-N.-L. TC

Abréviations : Can. = Canada, C.-B. = Colombie-Britannique, Alb. = Alberta, Sask. = Saskatchewan, Man. = Manitoba, Ont. = Ontario, Qc = Québec, N.-B. = Nouveau-Brunswick, N.-É. = Nouvelle-Écosse, Î.-P.-É. = Île-du-Prince-Édouard, T.-N.-L. = Terre-Neuve-et-Labrador, TC = Tous les territoires (Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut).

2003–07 <45 0,6 0,5 0,7 0,9 0,3 0,8 0,4 0,3 0,8 2,0 0,8 0,6
45–54 62,2 50,1 73,3 67,8 51,0 70,9 47,6 76,3 82,8 108,5 63,1 34,9
55–64 365,2 321,5 412,1 419,6 287,8 408,1 301,5 436,3 420,0 525,9 331,7 225,9
65–74 741,6 700,8 818,2 947,9 655,0 834,9 541,2 945,8 875,5 1041,4 719,0 529,2
75–84 728,5 780,1 773,4 919,9 667,0 764,1 580,0 872,2 858,3 902,1 581,0 753,3
85+ 781,8 728,6 797,7 787,9 681,6 693,4 1067,4 592,6 667,3 717,3 402,0 725,7
Total 123,3 116,6 135,6 149,7 106,0 134,7 100,0 147,8 142,9 169,1 109,9 94,1
2008–12 <45 0,9 0,5 0,7 0,9 0,3 0,8 0,4 0,3 0,8 2,0 0,8 0,6
45–54 76,6 45,8 79,6 80,1 51,6 94,6 60,1 87,8 104,7 108,5 63,1 34,9
55–64 402,7 305,7 376,1 496,1 276,7 478,7 332,0 542,5 522,0 638,1 423,4 225,9
65–74 734,0 680,4 625,8 947,5 545,7 876,2 533,2 1009,2 918,4 1110,4 723,2 529,2
75–84 643,7 700,9 561,0 763,6 465,6 714,5 503,5 826,0 785,7 746,6 542,9 753,3
85+ 652,1 628,4 607,3 547,1 469,8 588,3 933,3 466,5 554,1 582,5 344,1 725,7
Total 123,3 109,5 110,5 149,6 88,3 143,3 99,3 159,6 153,3 176,5 116,1 94,1
2013–17 <45 0,9 0,5 0,7 0,9 0,3 0,8 0,4 0,3 0,8 2,0 0,8 0,6
45–54 76,6 45,8 79,6 80,1 51,6 94,6 60,1 87,8 104,7 108,5 63,1 34,9
55–64 402,7 305,7 376,1 496,1 276,7 478,7 332,0 542,5 522,0 638,1 423,4 225,9
65–74 734,0 680,4 625,8 947,5 545,7 876,2 533,2 1009,2 918,4 1110,4 723,2 529,2
75–84 643,7 700,9 561,0 763,6 465,6 714,5 503,5 826,0 785,7 746,6 542,9 753,3
85+ 652,1 628,4 607,3 547,1 469,8 588,3 933,3 466,5 554,1 582,5 344,1 725,7
Total 123,3 109,5 110,5 149,6 88,3 143,3 99,3 159,6 153,3 176,5 116,1 94,1
2018–22 <45 0,9 0,5 0,7 0,9 0,3 0,8 0,4 0,3 0,8 2,0 0,8 0,6
45–54 76,6 45,8 79,6 80,1 51,6 94,6 60,1 87,8 104,7 108,5 63,1 34,9
55–64 402,7 305,7 376,1 496,1 276,7 478,7 332,0 542,5 522,0 638,1 423,4 225,9
65–74 734,0 680,4 625,8 947,5 545,7 876,2 533,2 1009,2 918,4 1110,4 723,2 529,2
75–84 643,7 700,9 561,0 763,6 465,6 714,5 503,5 826,0 785,7 746,6 542,9 753,3
85+ 652,1 628,4 607,3 547,1 469,8 588,3 933,3 466,5 554,1 582,5 344,1 725,7
Total 123,3 109,5 110,5 149,6 88,3 143,3 99,3 159,6 153,3 176,5 116,1 94,1
2023–27 <45 0,9 0,5 0,7 0,9 0,3 0,8 0,4 0,3 0,8 2,0 0,8 0,6
45–54 76,6 45,8 79,6 80,1 51,6 94,6 60,1 87,8 104,7 108,5 63,1 34,9
55–64 402,7 305,7 376,1 496,1 276,7 478,7 332,0 542,5 522,0 638,1 423,4 225,9
65–74 734,0 680,4 625,8 947,5 545,7 876,2 533,2 1009,2 918,4 1110,4 723,2 529,2
75–84 643,7 700,9 561,0 763,6 465,6 714,5 503,5 826,0 785,7 746,6 542,9 753,3
85+ 652,1 628,4 607,3 547,1 469,8 588,3 933,3 466,5 554,1 582,5 344,1 725,7
Total 123,3 109,5 110,5 149,6 88,3 143,3 99,3 159,6 153,3 176,5 116,1 94,1
2028–32 <45 0,9 0,5 0,7 0,9 0,3 0,8 0,4 0,3 0,8 2,0 0,8 0,6
45–54 76,6 45,8 79,6 80,1 51,6 94,6 60,1 87,8 104,7 108,5 63,1 34,9
55–64 402,7 305,7 376,1 496,1 276,7 478,7 332,0 542,5 522,0 638,1 423,4 225,9
65–74 734,0 680,4 625,8 947,5 545,7 876,2 533,2 1009,2 918,4 1110,4 723,2 529,2
75–84 643,7 700,9 561,0 763,6 465,6 714,5 503,5 826,0 785,7 746,6 542,9 753,3
85+ 652,1 628,4 607,3 547,1 469,8 588,3 933,3 466,5 554,1 582,5 344,1 725,7
Total 123,3 109,5 110,5 149,6 88,3 143,3 99,3 159,6 153,3 176,5 116,1 94,1

Les taux d'incidence globaux du cancer de la prostate se sont accrus de façon constante jusqu'à 1993-1997, puis plus faiblement jusqu'en 1998-2002 avant de stabiliser (figure 4.14.1). Cette tendance était observable dans les Prairies, la région de l'Atlantique et l'Ontario. Les taux enregistrés en Colombie-Britannique ont atteint leur point culminant une période plus tôt que dans d'autres régions, pour ensuite se stabiliser graduellement et décroître.

FIGURE 4.14.1
Taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) par région, cancer de la prostate, 1983–2032

Taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) par région, cancer de la  prostate, 1983–2032

[Agrandir la Figure 4.14.1]

[FIGURE 4.14.1, Texte équivalent]

Promotion de la santé et prévention des maladies chroniques au Canada - Volume 35, numéro 1, mars 2015

FIGURE 4.14.1
Taux d'incidence normalisés selon l'âge (TINA) par région, cancer de la prostate, 1983-2032

En adoptant une méthode en deux étapes, soit un modèle de projection à court terme suivi d'un modèle à taux constant pour la projection à long terme, la Colombie-Britannique et les Prairies sont susceptibles de voir chuter leurs taux d'incidence du cancer de la prostate, alors que l'Ontario et la région de l'Atlantique connaîtront une hausse de leurs taux. Les taux pour le Québec et l'ensemble du Canada demeureront stables au cours des cinq premières années de prédiction. Les taux de chacune des régions demeureront inchangés par la suite.

Le Québec a affiché des taux beaucoup plus bas au cours des 10 dernières années d'observation comparativement aux autres régions. Les tendances liées aux TINA selon l'âge indiquent que les taux d'incidence du cancer de la prostate récemment observés au Canada ont augmenté au sein des groupes plus jeunes (< 75 ans) et ont diminué dans les groupes plus âgés (75 et plus) (figure 4.14.2).

FIGURE 4.14.2
Taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) pour le cancer de la prostate, par groupe d’âge, Canada, 1983–2032

Taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) pour le cancer de la  prostate, par groupe d’âge, Canada, 1983–2032

[Agrandir la Figure 4.14.2]

[FIGURE 4.14.2, Texte équivalent]

Promotion de la santé et prévention des maladies chroniques au Canada - Volume 35, numéro 1, mars 2015

FIGURE 4.14.2
Taux d'incidence normalisés selon l'âge (TINA) pour le cancer de la prostate, par groupe d'âge, Canada, 1983-2032

Selon les tendances liées aux TINA selon l'âge, les taux d'incidence du cancer de la prostate récemment observés au Canada ont augmenté au sein des groupes plus jeunes (< 75 ans) et ont diminué dans les groupes plus âgés (75 ans et plus). En adoptant une méthode en deux étapes, soit un modèle de projection à court terme suivi d'un modèle à taux constant pour la projection à long terme, ces tendances observées devraient demeurer stables au cours des cinq premières années de prédiction. Les taux de chaque groupe d'âge demeureront inchangés par la suite.

Comme la méthode Nordpred produit des augmentations extrêmes des taux d'incidence et du nombre de nouveaux cas de cancer de la prostate, nous avons adopté une méthode en deux étapes, soit un modèle de projection à court terme suivi d'un modèle à taux constant pour la projection à long terme (méthodes ADa + AVG, voir les définitions dans le chapitre 2). Par conséquent, la Colombie-Britannique et les Prairies sont susceptibles de voir chuter leurs taux d'incidence du cancer de la prostate, alors que l'Ontario et la région de l'Atlantique connaîtront une hausse de leurs taux. Les taux pour le Québec et l'ensemble du Canada demeureront stables au cours des cinq premières années de prédiction (figure 4.14.1). Les taux de chacune des régions demeureront inchangés par la suite.

Entre 2003-2007 et 2028-2032, on prévoit que les TINA du cancer de la prostate au Canada demeureront stables, s'établissant à environ 123,3 pour 100 000 (tableau 4.14.2). Malgré cette tendance sur le plan des TINA et compte tenu de la croissance et du vieillissement de la population, on prévoit que le nombre annuel de nouveaux cas augmentera de 97 %, passant de 21 460 à 42 225 (tableau 4.14.1).

Observations

Il est probable que les taux d'incidence inférieurs du cancer de la prostate observés au Québec soient artificiels et causés par une possible sous-déclaration de cas (voir le chapitre 5 sur la qualité des données pour plus de détails).

Un éventail d'examens médicaux, en particulier le toucher rectal, l'échographie transrectale, la détection du taux d'APS, la ponction à l'aiguille fine (FNAB) et l'imagerie par résonnance magnétique, a été mis en place pour assurer la détection précoce du cancer de la prostate.Note du fin du texte 195 La hausse de l'incidence survenue au cours des deux décennies précédant 1990 est attribuable, en partie, à la détection de cas de cancer par suite d'une résection transurétrale de la prostate chez des hommes ayant présenté une hypertrophie bénigne de la prostate.Note du fin du texte 196 Les pics d'incidence observés en 1993 et en 2001 reflètent deux vagues d'intensification du dépistage par dosage de l'APS.Note du fin du texte 1 En 2003, le pourcentage d'hommes ayant déclaré avoir subi un test de dépistage par dosage de l'APS au cours des 12 derniers mois était le plus élevé dans le groupe des 60 à 69 ans, soit un peu plus de 35 %.Note du fin du texte 197

Lorsqu'un cancer à évolution lente est détecté par le biais d'un test de dépistage, on peut parler de surdiagnostic. Cela s'expliquerait par le fait que ces formes de cancer sont plus fréquentes à un âge avancé, où les causes de décès concurrentes sont plus fréquentes.Note du fin du texte 198 La hausse observée des taux d'incidence du cancer de la prostate peut être faussée par un surdiagnostic découlant du dépistage par dosage de l'APS. Les avantages et les risques du dépistage du cancer de la prostate par dosage de l'APS ne font pas encore l'unanimité,Note du fin du texte 199 et il est important que les hommes en connaissent les arguments, de façon à décider s'ils veulent ou non subir ce test.

À l'instar de l'Angleterre, les taux d'incidence du cancer de la prostate observés récemment au Canada ont connu une hausse au sein des groupes plus jeunes (< 75 ans) en raison du nombre accru de tests de dépistage par dosage de l'APS subis et une baisse au sein des groupes plus âgés (75 ans et plus) grâce à l'administration de plus en plus fréquente du traitement pharmacologique de l'uropathie obstructive causée par une hypertrophie bénigne de la prostate et, par conséquent, au recours moins fréquent à la résection transurétrale de la prostate, qui menait au dépistage de nombreux cas de cancer de la prostate (figure 4.14.2).Note du fin du texte 28, Note du fin du texte 200 Cette tendance a conduit à une stabilisation relative des taux bruts au cours des deux dernières périodes d'observation. Par conséquent, les tendances récemment observées sont utilisables dans un modèle de projection à court terme, mais ce modèle serait moins adapté aux projections à long terme car on s'attend à ce que la prévalence du dépistage se stabilise dans le futur. La figure 4.14.3 illustre les TINA projetés au cours des dix premières années de projection obtenues grâce à la méthode actuelle en deux étapes (ADa + AVG) et à l'utilisation du modèle d'établissement des tendances selon l'âge (ADa) seulement pour les premiers dix ans de projection. La projection sur dix ans ne semble conférer aucun avantage important justifiant l'utilisation du modèle ADa seulement. La similitude des TINA estimés à l'échelle nationale entre la méthode ADa + AVG et la méthode ADa utilisée seule peut s'expliquer par l'annulation partielle des baisses de taux dans les groupes plus âgés par les hausses observées dans les groupes plus jeunes. Cette similarité est aussi être attribuable à la compensation des différences provinciales. Les hausses projetées des taux d'incidence sur dix ans dans la région de l'Atlantique et en Ontario, obtenues par la méthode ADa seulement, semblent moins probables. C'est pourquoi les tendances actuelles ont été dégagées seulement pour les cinq premières années de projection par la méthode Ada, en utilisant les données annuelles. On a ensuite présumé que les taux moyens selon l'âge obtenus grâce aux données d'incidence prévues sur cinq ans demeureraient constants au cours des années suivantes. Les projections actuelles des taux du cancer de la prostate seront surestimées si les baisses de taux récemment observées (selon les plus récentes données obtenues, qui n'étaient pas disponibles au moment où la présente étude a été réalisée) se poursuivent.Note du fin du texte 1

FIGURE 4.14.3
Comparaison des taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) projetés, dérivés des deux modèles, par région, cancer de la prostate, 2008–2017

Comparaison des taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) projetés,  dérivés des deux modèles, par région, cancer de la prostate, 2008–2017

[Agrandir la Figure 4.14.2]

[FIGURE 4.14.2, Texte équivalent]

Promotion de la santé et prévention des maladies chroniques au Canada - Volume 35, numéro 1, mars 2015

FIGURE 4.14.3
Comparaison des taux d'incidence normalisés selon l'âge (TINA) projetés, dérivés des deux modèles, par région, cancer de la prostate, 2008-2017

La figure 4.14.3 illustre les TINA projetés au cours des dix premières années de projection obtenues grâce à la méthode actuelle en deux étapes (ADa + AVG) et à l'utilisation du modèle d'établissement des tendances selon l'âge (ADa) seulement aux fins des projections sur toute la période de dix ans. La projection sur dix ans ne semble conférer aucun avantage important pour justifier l'utilisation du modèle ADa seulement. La similitude des TINA estimés à l'échelle nationale entre la méthode ADa + AVG et la méthode ADa utilisée seule peut s'expliquer par l'annulation partielle des baisses de taux dans les groupes plus âgés par les hausses observées dans les groupes plus jeunes. Cette similitude peut aussi être attribuable à la compensation des différences provinciales. Les hausses projetées des taux d'incidence sur dix ans dans la région de l'Atlantique et en Ontario, obtenues par le biais de la méthode ADa seulement, semblent moins probables. Ainsi, les tendances actuelles ont seulement été dégagées pour les cinq premières années de projection par le biais de la méthode ADa, en fonction de données annuelles. On a ensuite présumé que les taux moyens selon l'âge obtenus grâce aux données d'incidence prévues sur cinq ans demeureraient constants au cours des prochaines années.

Les facteurs de risque établis, qui ne sont pas tous modifiables, sont l'âge, les antécédents familiaux et l'ethnie. Le risque de développer une tumeur est plus du double chez les hommes dont un parent du premier degré est ou a été atteint du cancer de la prostate.Note du fin du texte 201, Note du fin du texte 202, Note du fin du texte 203, Note du fin du texte 204 Les risques semblent moins élevés chez les fils que chez les frères. Le risque est encore plus grand lorsque le cancer s'est développé à un âge précoce chez un parent et lorsque plusieurs membres de la famille en sont atteints.Note du fin du texte 201 Un certain nombre d'études laissent entrevoir une contribution globale des gènes héréditaires ou d'un environnement commun dans le développement de cette maladie.Note du fin du texte 201, Note du fin du texte 202, Note du fin du texte 203, Note du fin du texte 204 Les gènes et les antécédents familiaux comptent pour environ 5 à 9 % de tous les cas de cancer de la prostate.Note du fin du texte 205 À l'échelle mondiale, les hommes blancs courent un risque plus faible d'être atteint du cancer de la prostate que les hommes noirs, mais plus élevé que celui auquel s'exposent les Asiatiques.Note du fin du texte 56, Note du fin du texte 206, Note du fin du texte 207 Le risque auquel s'exposent les Américains d'origine asiatique est cependant plus élevé que celui présenté par les hommes vivant en Asie dans un contexte similaire.Note du fin du texte 208 L'ethnie peut être un facteur de substitution aux facteurs génétiques, environnementaux et socio-économiques.Note du fin du texte 208

Bien qu'aucun facteur de risque modifiable sûr n'ait été identifié, un certain nombre de facteurs ont été mis en cause dans l'apparition du cancer de la prostate. Les facteurs de prévention possibles sont l'activité physique et la consommation fréquente de soya et d'aliments contenant du lycopène.Note du fin du texte 209 En effet, le lycopène est susceptible de réduire le risque de cancer de la prostate car il prévient les lésions oxydatives de l'ADN dans le tissu prostatique en atténuant l'exposition du tissu aux radicaux libres cellulaires.Note du fin du texte 209, Note du fin du texte 210 D'après une méta-analyse, une forte consommation de soya réduit le risque de 26 %, quoique cette association inverse semble se limiter à la population asiatique .Note du fin du texte 211 Cela pourrait s'expliquer, notamment, par la consommation de types différents de produits de soya dans les sociétés asiatiques et occidentales ou par une différence dans les quantités précises consommées.

Parmi les facteurs pouvant augmenter le risque de cancer de la prostate, on compte un apport élevé en produits laitiers et en viande.Note du fin du texte 209 En effet, un apport élevé en calcium a été associé à un risque accru de 39 %,Note du fin du texte 212 probablement en raison de l'élimination de la 1,25-dihydroxyvitamine D, qui peut inhiber la dissémination des cellules cancéreuses.Note du fin du texte 213 Selon le CIRC, les preuves étayant un risque accru de développer un cancer de la prostate en lien avec une exposition au thorium-232 et à ses produits de désintégration sont limitées, à l'instar de celles d'une exposition aux rayons X et gamma, de l'utilisation de stéroïdes anabolisants-androgéniques, d'une exposition au cadmium et à ses composés, d'une exposition à l'arsenic et à des composés inorganiques de l'arsenic et à une exposition au sein d'une industrie de production de caoutchouc.Note du fin du texte 47

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :