Enquête sur les personnes ayant une maladie chronique au Canada, 2014 – Composante des troubles de l’humeur et d’anxiété - PSPMC: Volume 36-12, décembre 2016

Volume 36 · numéro 12 · décembre 2016

Introduction
Enquête sur les personnes ayant une maladie chronique au Canada, 2014 – Composante des troubles de l’humeur et d’anxiété

J. Toews, B.A.; L. McRae, B. Sc.; S. O’Donnell, M. Sc.

https://doi.org/10.24095/hpcdp.36.12.01f

Rattachement des auteurs :

Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada

Correspondance : Jennette Toews, Division de la surveillance et de l’épidémiologie, Centre de prévention des maladies chroniques, Direction générale de la promotion de la santé et de la prévention des maladies chroniques, Agence de la santé publique du Canada, 785, avenue Carling, IA 6807B, Ottawa (Ontario)  K1A 0K9; tél. : 613-355-1658; téléc. : 613-941-2057; courriel : jennette.toews@phac-aspc.gc.ca

Bien que les troubles de l’humeur et d’anxiété soient parmi les types de troubles mentaux les plus répandus au Canada, on manque de données à jour sur leurs répercussions et sur les approches adoptées pour les gérer. Pour combler ces lacunes, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), en collaboration avec Statistique Canada et d’autres experts, a réalisé en 2014 l’Enquête sur les personnes ayant une maladie chronique au Canada – Composante des troubles de l’humeur et d’anxiété (EPMCC-THA)Note de bas de page 1.

L’EPMCC-THA de 2014 est la seule enquête nationale visant à recueillir des renseignements sur les expériences des Canadiens ayant reçu un diagnostic de trouble de l’humeur ou d’anxiété par un professionnel de la santé. Elle fournit de l’information détaillée sur une grande variété de sujets en lien avec les troubles de l’humeur et d’anxiété, notamment les répercussions attribuables à ces troubles sur les activités courantes et professionnelles, les approches médicales et individuelles adoptées pour les gérer ainsi que les obstacles aux soins et à l’autogestion. De plus, comme il s’agit d’une enquête transversale menée à titre de suivi de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) de 2013, les réponses ont été liées à celles de l’ESCC pour créer un ensemble de données encore plus riche, intégrant de l’information supplémentaire en matière de santé comme les affections concomitantes, les comportements liés au mode de vie et les déterminants de la santé.

C’est avec plaisir que nous publions, dans ce numéro spécial sur les troubles de l’humeur et d’anxiété, trois articles originaux que l’ASPC, en collaboration avec des experts externes, a rédigés à l’aide des données tirées de l’EPMCC-THA de 2014. Ces articles fournissent de nouvelles données sur les expériences des adultes canadiens ayant reçu un diagnostic de trouble de l’humeur ou d’anxiété par un professionnel de la santé, en mettant l’accent sur les principaux facteurs sociodémographiques dont on sait qu’ils ont une influence sur les résultats en santé.

Dans leur article « Enquête sur les personnes ayant une maladie chronique au Canada – Composante des troubles de l’humeur et d’anxiété, 2014 : aperçu de la méthodologie »Note de bas de page 2, O’Donnell et ses collaborateurs offrent un aperçu méthodologique de l’EPMCC-THA de 2014. Ils fournissent une description des divers éléments de l’enquête : objectifs, élaboration du contenu, évaluation qualitative, population cible, stratégie d’échantillonnage, collecte et traitement des données, qualité des données, confidentialité et considérations d’ordre éthique. Ils prévoient en outre une analyse des caractéristiques sociodémographiques de l’échantillon final. L’information présentée permet au lecteur de mieux comprendre et d’interpréter les résultats obtenus dans les autres articles faisant appel aux données de l’EPMCC-THA de 2014.

L’article de Loukine et ses collaborateurs, « État de santé, limitations d’activité, restrictions liées au travail et degré d’invalidité chez les Canadiens atteints d’un trouble de l’humeur ou d'anxiété » Note de bas de page 3, fournit une vue d’ensemble de l’état de santé générale et mentale, des activités courantes et professionnelles ainsi que du degré d’incapacité des adultes canadiens ayant des troubles de l’humeur ou d’anxiété. Les auteurs soulignent l’ampleur des effets de ces troubles sur la santé et repèrent les sous-populations les plus susceptibles de présenter une incapacité grave. Par ailleurs, leurs résultats confirment le rôle des politiques et des programmes de santé publique dans l’amélioration de la vie des personnes atteintes de ces troubles, en insistant sur celles qui présentent à la fois des troubles de l’humeur et des troubles d'anxiété.

Dans « Corrélats du bien-être chez les Canadiens présentant des troubles de l’humeur ou d'anxiété »Note de bas de page 4, Orpana et ses collaborateurs examinent les facteurs associés au bien-être (mesurés par l’autoévaluation de la santé mentale et de la satisfaction à l’égard de la vie) chez les adultes canadiens atteints de troubles de l’humeur ou d’anxiété. Leurs résultats permettent de mieux comprendre ces facteurs et font la preuve qu’atteindre le bien-être est possible même en présence d’un trouble de l’humeur ou d’anxiété. Des stratégies d’adaptation saines et un réseau solide de soutien social perçu sont les corrélats importants d’un bien-être positif.

D’autres analyses permettront d’aborder la gestion des troubles de l’humeur et d’anxiété, notamment le délai jusqu’au diagnostic, l’autogestion par l’exercice ou l’activité physique et le recours à des médicaments d’ordonnance et à des services de counseling psychologique. Le choix des thèmes pour ce numéro comme pour les études à venir a été orienté par les priorités de l’ASPC en matière de surveillance et par les priorités stratégiques du Canada décrites dans Changer les orientations, changer des vies : stratégie en matière de santé mentale pour le CanadaNote de bas de page 5.

L’EPMCC-THA de 2014 est la première enquête à fournir, à l’aide d’un échantillon de ménages tirés de la population, des données sur les expériences des adultes canadiens ayant reçu un diagnostic de trouble de l’humeur ou d’anxiété par un professionnel de la santé. Nous sommes persuadés que les articles de ce numéro spécial intéresseront un vaste public, que ce soit les responsables des politiques et les décideurs, les professionnels de la santé mentale et des maladies mentales, les organisations non gouvernementales, les membres du grand public ou les personnes atteintes d’un trouble de l’humeur et d’anxiété, leurs familles et leurs soignants. En outre, les conclusions de ces articles ouvrent sur des pistes à suivre dans des domaines où un soutien et des interventions accrus pourraient être nécessaires et fournissent de nouvelles données au service de la recherche en santé publique dans le domaine des maladies mentales.

Références

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :