Lignes directrices pour les infections à Mycobacterium non tuberculeuses

RMTC

Volume 43-1, le 5 janvier 2017 : Éclosions de maladies entériques

Communication rapide

Lignes directrices provisoires pour les analyses effectuées en laboratoire visant la détection des infections à Mycobacterium non tuberculeuses (MNT) chez les patients en phase post-opératoire exposés à des échangeurs thermiques

K Antonation (coprésidence à l’échelle fédérale)1, S Patel (coprésidence à l’échelle provinciale)2, J Trumble Waddell1, P Guillaume Poliquin1, DC Alexander3, L Hoang4, D Farrell5, R Garceau6, D Haldane7, F Jamieson2, R Marchand8, A MacKeen9, D Marcino9*, S Theriault1, GJ Tyrrell10, G Zahariadis11, N Zelyas10 au nom du Réseau des laboratoires de santé publique du Canada

Affiliations

1 Laboratoire national de microbiologie, Winnipeg (Manitoba)

2 Santé publique Ontario, Toronto (Ontario)

3 Laboratoire provincial de Cadham, Winnipeg (Manitoba)

4 Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique, Vancouver (Colombie-Britannique)

5 Laboratoire de lutte contre les maladies de la Saskatchewan, Regina (Saskatchewan)

6 Hôpital Dr-George-L.-Dumont, Moncton (Nouveau-Brunswick)

7 Centre des sciences de la santé Queen Elisabeth II, Halifax (Nouvelle-Écosse)

8 Laboratoire de santé publique du Québec, Sainte-Anne-de-Bellevue (Québec)

9 Réseau des laboratoires de santé publique du Canada, Winnipeg (Manitoba)

10 Laboratoire provincial de santé publique de l’Alberta, Edmonton (Alberta)

11 Laboratoire provincial de santé publique, Services de microbiologie Eastern Health. St. John’s (Terre-Neuve)

Correspondance

dionne.marcino@phac.aspc.gc.ca

Citation proposée

Antonation K (coprésidence à l’échelle fédérale), Patel S (coprésidence à l’échelle provinciale), Trumble Waddell J, Guillaume Poliquin P, Alexander DC, Hoang L et al. Lignes directrices provisoires pour les analyses effectuées en laboratoire visant la détection des infections à Mycobacterium non tuberculeuses (MNT) chez les patients en phase post-opératoire exposés à des échangeurs thermiques. Relevé des maladies transmissibles au Canada. 2017;43(1):27-31. https://doi.org/10.14745/ccdr.v43i01a05f

Résumé

Les conseils contenus dans le présent document devraient être lus conjointement avec les lois, les politiques et les règlements provinciaux, territoriaux et locaux pertinents. Les mesures recommandées ne devraient pas être considérées comme des normes rigides, mais plutôt comme des principes et des recommandations visant à guider l'élaboration de lignes directrices.

Les présents avis sont fondés sur les données scientifiques actuellement disponibles et reposent sur un principe de précaution lorsque les preuves sont insuffisantes ou non concluantes. Elles ont été approuvées aux fins de publication le 5 décembre 2016. Elles sont sujettes à examen et à changement à mesure que de nouveaux renseignements seront disponibles.

Les principaux changements apportés à la présente version comprennent des ajouts à ce qui suit : nombre de cas signalés à ce jour, maladies similaires à la sarcoïdose comme indicateur, travaux portant sur le séquençage du génome, liens vers les signalements des services de laboratoire provinciaux et territoriaux et de Santé Canada.

Portée

Le présent document décrit les critères applicables aux essais de laboratoire et les échantillons à prélever chez les sujets symptomatiques ayant été exposés à un échangeur thermique pendant une intervention chirurgicale à cœur ouvert réalisée depuis le 1er novembre 2011.

Contexte

Une éclosion récente de cas d'infection à Mycobacterium chimaera a été détectée à l'échelle mondiale chez des patients ayant subi une intervention chirurgicale à cœur ouvert en présence d'échangeurs thermiques contaminés. À ce jour, 52 cas ont été répertoriés en Europe et 2 au Canada Note de bas de page 11.

Il y a de nombreuses incertitudes en ce qui a trait : 1) à l'ampleur du risque d'infection et aux facteurs influant sur le risque d'infection, 2) au tableau clinique de la maladie et 3) à la meilleure façon de gérer les appareils.

À l'heure actuelle, le risque pour les patients est jugé faible. Des estimations du risque seront fournies au fur et à mesure que l'on obtiendra d'autres renseignements sur la situation.

Le Réseau des laboratoires de santé publique du Canada et ses partenaires souhaitent aider les laboratoires en leur fournissant ces recommandations provisoires.

Le présent document portera sur les points suivants : 1) définition des patients à risque, pour établir les critères applicables aux essais de laboratoire, 2) recommandations liées au prélèvement d'échantillons et au dépistage d'une infection à M. chimaera chez les patients.

Présentations cliniquesNote de bas de page * associées à l'infection à Mycobacterium non tuberculeuse post-opératoire

Dans la majorité des cas, les symptômes apparaissent de 3 mois à 5 ans (médiane : 18 mois) après la chirurgie; les symptômes sont notamment de la fièvre, de la fatigue, un essoufflement, des sueurs nocturnes, des douleurs articulaires ou musculaires et une perte de poids inexpliquée Note de bas de page 1Note de bas de page 3Note de bas de page 7. Les manifestations cardiaques sont notamment une endocardite sur prothèse valvulaire, une infection sur prothèse vasculaire, un abcès paravalvulaire, ainsi qu'un pseudo anévrisme ou un anévrisme mycotique Note de bas de page 7Note de bas de page 10. Les manifestations extracardiaques sont notamment une infection osseuse (ostéomyélite, spondylodiscite), une infection de la plaie de sternotomie, une médiastinite, une hépatite et une bactériémie Note de bas de page 3Note de bas de page 7Note de bas de page 10. Des manifestations oculaires dues à des emboles (panuvéite, choroïdite multifocale, choriorétinite) sont observées chez environ 50 % des patients Note de bas de page 3. Les manifestations immunologiques englobent notamment les suivantes : arthrite, vascularite cérébrale, pneumonite, myocardite, néphrite granulomateuse Note de bas de page 7Note de bas de page 10. Une splénomégalie est observée chez environ 80 % des cas Note de bas de page 3 de même qu'une atteinte de la moelle osseuse avec cytopénie. Des recommandations récentes ont soulevé l'attention face aux maladies granulomateuses, particulièrement celles qui s'apparent à la sarcoïdose Note de bas de page 11. Des cas de M. chimaera chez les patients qui avaient reçu un diagnostic initial de sarcoïdose ont été rapportés.

Critères d'analyse des patients

Critère 1: Exposition au risque

Les patients doivent avoir subi une chirurgie cardiothoracique dans le passé. En raison de la période d'incubation prolongée, ce critère est considéré comme étant rempli si les patients ont subi une telle intervention depuis le mois de novembre 2011.

Attention : Des cas isolés ont été observés chez des patients ayant subi un autre type d'intervention dans une salle où se trouvait un échangeur thermique en fonctionnement. Bien que l'on ne considère habituellement pas ces patients comme étant à risque, ceux-ci pourraient être soumis à un test de dépistage d'une infection à MNT s'ils présentent un syndrome clinique compatible (voir ci-dessous).

Critère 2 : Syndrome clinique compatible

Dans l'ensemble, les patients présentent des symptômes non spécifiques, ce qui complique la tâche de distinguer les infections dues à des MNT des infections dues à d'autres organismes, plus courants. À cette fin, un syndrome compatible est jugé présent dans les cas ci-dessous :

  • Signes généraux : fièvre récurrente ou prolongée, fatigue, essoufflement, perte de poids, sueurs nocturnes, douleurs articulaires ou musculaires
  • Manifestations cardiaques : endocardite sur prothèse valvulaire ou infection sur prothèse vasculaire
  • Manifestations extracardiaques : infection osseuse, infection de la plaie de sternotomie, médiastinite, hépatite, bactériémie, infection oculaire (panuvéite, choroïdite multifocale, choriorétinite)
  • Manifestations immunologiques/emboliques : splénomégalie, cytopénie
  • Nourrissons : épisodes fébriles et retard de croissance

Ces symptômes doivent 1) être apparus après l'intervention chirurgicale ou, 2) s'ils étaient présents avant l'intervention chirurgicale, ils doivent avoir empiré considérablement après l'intervention ET avoir été présents pendant trois semaines ou plus. La persistance de ces symptômes non spécifiques au-delà de la période de trois semaines permet d'éliminer les autres infections qui sont généralement diagnostiquées ou qui se résolvent habituellement au cours d'une telle période. En l'absence d'un diagnostic (de maladie infectieuse ou non infectieuse), les patients présentant des symptômes inexpliqués devraient être soumis à un test de dépistage d'une infection à M. chimaera.

Facteurs importants à prendre en considération pour ces analyses

  • À la lumière des données dont on dispose actuellement, les sujets asymptomatiques qui ont subi une intervention chirurgicale à cœur ouvert ne devraient pas subir de test de dépistage d'une infection à M. chimaera.
  • Il peut être déraisonnable d'attendre trois semaines ou plus si les symptômes du patient sont graves ou s'il serait trop compliqué d'effectuer un suivi parce que la santé du patient est trop fragile ou que l'accès est difficile pour des raisons géographiques. Dans de telles circonstances exceptionnelles, il est possible de faire subir un test de dépistage au patient sans attendre.

Échantillons

Les échantillons suivants doivent être prélevés en vue d'une culture mycobactérienne chez les patients admissibles, en fonction des recommandations concernant les essais de laboratoire :

Les échantillons cliniques prélevés de sites stériles (tableau 1), par exemple du sang, un écoulement purulent, des tissus frais, etc., doivent être envoyés en vue d'une culture mycobactérienne et d'une recherche de bacilles acido-résistants, avec la demande d'analyse (Annexe 1 : Liens vers les services de laboratoire provinciaux). Il est à noter que M. chimaera a une croissance lente et que la détection de cette bactérie par culture peut nécessiter une incubation de 6 à 8 semaines. Il est possible que M. chimaera ne soit pas détecté au cours des premiers stades de l'infection.

Les cultures positives identifiées comme étant associées à un complexe M. avium-intracellulare doivent être envoyées à un laboratoire de référence pour séquençage du gène codant l'ARNr 16S (ou des gènes hsp65/ITS), pour confirmer qu'il s'agit bien de l'espèce Mycobacterium chimaera (https://cnphi.canada.ca/gts/reference-diagnostic-test/5054?labId=1004). Pour envoyer les isolats au laboratoire de référence, il est recommandé d'utiliser une culture pure, avec un milieu solide ou liquide (minimum de 4 ml).

Les isolats potentiellement reliés à cette éclosion sont présentement soumis à un séquençage du génome dans le cadre d'un effort national de collaboration. Les résultats sont à venir.

Tableau 1 : Analyses cliniques visant la détection des cas potentiels d'infection aux mycobactéries non tuberculeuse à la suite d'une chirurgie cardiaque
Symptômes cliniques/exposition Recommandations en matière d'analyse et d'échantillon
Asymptomatique
ET

Chirurgie cardiothoracique APRÈS le 1er novembre 2011
  • Aucune
SymptomatiqueTableau 1 - Note 1
  • Signes généraux : fièvre récurrente ou prolongée, fatigue, essoufflement, perte de poids, sueurs nocturnes
  • Manifestations cardiaques : endocardite sur prothèse valvulaire ou infection sur prothèse vasculaire
  • Manifestations extracardiaques : infection osseuse, infection de la plaie de sternotomie, médiastinite, hépatite, bactériémie, infection oculaire (panuvéite, choroïdite multifocale, choriorétinite)
  • Manifestations immunologiques/ emboliques : splénomégalie, cytopénie
  • Nourrissons : épisodes fébriles et retard de croissance
ET
  • Chirurgie à cœur ouvert de 3 mois à 5 ans avant l'apparition des symptômes.
  • Sang : Demander qu'un laboratoire local, commercial ou de référence, selon le cas, effectue une culture mycobactérienne (Annexe 1)
    • On ignore à l'heure actuelle quel serait le rendement incrémental spécifique associé à la réalisation de cultures sanguines multiples. La réalisation de deux cultures, avec des prélèvements effectués à 12 h d'intervalle, constitue une option raisonnable. Des recommandations plus précises suivront au fur et à mesure que l'on obtiendra d'autres données sur le sujet. Il est fort probable que l'isolation d'une MNT d'un site stérile soit cliniquement significative Note de bas de page 12.
  • Tissus (y compris les tissus osseux) et liquides organiques : Demander qu'un laboratoire local, commercial ou de référence, selon le cas, effectue une culture bactérienne et une coloration d'organismes acido-résistants. 
    • Prélever un échantillon en respectant les règles d'asepsie et le placer dans un contenant stérile, sans agent de fixation
  • Envoyer le contenant au laboratoire avec la demande d'analyse appropriée, en indiquant les antécédents du patient.
  • Envoyer la culture au laboratoire de référence, au besoin, pour la détermination de l'espèce

Vérification des échangeurs thermiques et du milieu environnant

Santé Canada peut donner des conseils sur la mise à l'essai des échangeurs thermiques.

Déclaration des effets indésirables associés aux dispositifs médicaux

Santé Canada encourage les professionnels de la santé à signaler tout cas d'infection qui semble être associé à l'utilisation d'un dispositif médical. Le formulaire Rapport d'incident et les directives associées aux appareils médicaux peuvent être consultés sur le site Web Santé Canada.

Remerciements

Les auteurs désirent remercier les membres du groupe de travail sur la prévention et le contrôle des infections de l'Agence de la santé publique du Canada pour leurs conseils et leur contribution dans l'élaboration de ces lignes directrices provisoires.

De plus, les auteurs désirent remercier Kathleen Dunn de l'Agence de la santé publique du Canada pour sa contribution dans ce travail.

Conflits d'intérêts

Aucun

Financement

Le soutien administratif pour ce travail a été assuré par l'Agence de la santé publique du Canada.

Annexe 1 : Liens vers les services de laboratoire provinciaux

Province Liens vers les services de laboratoire provinciaux Personnes-ressources des laboratoires
Colombie-Britannique http://www.bccdc.ca/health-professionals/professional-resources/laboratory-services
  • mel.krajden@bccdc.ca
  • mabel.rodrigues@bccdc.ca
Alberta http://www.provlab.ab.ca/guide-to-services.pdf
  • greg.tyrrell@albertahealthservices.ca
  • cary.shandro@albertahealthservices.ca
Saskatchewan http://sdcl-testviewer.ehealthsask.ca/
  • paul.levett@health.gov.sk.ca
  • dfarrell@health.gov.sk.ca
Manitoba http://dsmanitoba.ca/
  • arendina@dsmanitoba.ca
  • dswidinsky@dsmanitoba.ca
Ontario http://www.publichealthontario.ca/en/ServicesAndTools/LaboratoryServices/Pages/Index.aspx
  • frances.jamieson@oahpp.ca
  • kevin.may@oahpp.ca
Québec https://www.inspq.qc.ca/lspq/repertoire-des-analyses
  • hafid.soualhine@inspq.qc.ca
Terre-Neuve www.publichealthlab.ca
  • jessica.kafka@easternhealth.ca
  • robert.needle@easternhealth.ca
Nouvelle-Écosse http://www.cdha.nshealth.ca/pathology-laboratory-medicine/laboratory-client-support-center
  • david.haldane@nshealth.ca
  • darlene.mcphee@nshealth.ca
Nouveau-Brunswick S.O.
  • hope.mackenzie@HorizonNB.ca
  • janet.reid@HorizonNB.ca
Territoires du Nord-Ouest S.O.
  • caroline_newberry@gov.nt.ca
Nunavut S.O.
  • smarchand@gov.nu.ca
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :