À propos du Centre d'excellence en évaluation

Le Centre d'excellence en évaluation (CEE) assume la responsabilité conférée au Secrétariat en vertu de la Politique sur l'évaluation de 2009 d'exercer un leadership fonctionnel en matière d'évaluation à l'échelle du gouvernement fédéral en fournissant des conseils et des orientations sur la mise en œuvre, l'utilisation et le développement des pratiques d'évaluation.

Le CEE s'acquitte de sa responsabilité principalement en collaborant directement avec les unités d'évaluation et les évaluateurs des ministères, ainsi qu'en offrant du soutien sur l'utilisation des conclusions des évaluations au sein des organismes centraux et à l'échelle du gouvernement. Dans son rôle de chef fonctionnel de l'évaluation, le CEE collabore avec divers partenaires et intervenants internes et externes.

Pour remplir son rôle, le CEE mène de nombreuses activités, dont les suivantes :

  • élaborer des documents d'orientation et des outils visant à appuyer la mise en œuvre de la Politique au sein des ministères et organismes, ainsi qu'à promouvoir les pratiques d'évaluation;
  • surveiller la capacité d'évaluation et la mise en œuvre de la Politique au sein des ministères;
  • favoriser le développement de la communauté et des capacités afin d'appuyer l'amélioration des capacités et des compétences des unités d'évaluation à l'échelle du gouvernement du Canada.

Évolution de l'évaluation au gouvernement fédéral

L'évaluation a officiellement été introduite au gouvernement fédéral à la fin des années 1970 afin d'améliorer les pratiques de gestion et les contrôles. La Politique sur l'évaluation de 1977 exigeait que l'évaluation soit un volet de la gestion de chaque ministère et organisme. Elle reconnaissait que l'évaluation des programmes faisait partie intégrante des responsabilités de gestion des administrateurs généraux des ministères et organismes. Les administrateurs généraux devaient utiliser les constatations et les recommandations des évaluations pour prendre des décisions plus éclairées, rendre compte des programmes qui relevaient d'eux et prodiguer des conseils de qualité aux ministres.

En 1981, le Bureau du contrôleur général (BCG) a publié le Guide sur la fonction d'évaluation des programmes pour aider les ministères et organismes à établir et à maintenir une fonction d'évaluation des programmes. Un document d'accompagnement intitulé Principes pour l'évaluation des programmes par les ministères et organismes fédéraux a également été publié pour fournir une orientation et des suggestions sur la façon d'effectuer des évaluations. Ces documents ont été suivis, en 1989, par la publication des Normes d'évaluation des programmes dans les ministères et organismes fédéraux.

Par suite des efforts continus qui ont été déployés pour fournir aux gestionnaires les bons outils pour pratiquer une gestion axée sur les résultats, en 1994, le BCG a élaboré une politique d'examen cadre qui a réuni la vérification interne et l'évaluation. Cette politique regroupait diverses exigences du Conseil du Trésor sur la mesure et l'examen du rendement. Elle visait à appuyer les principes de gestion axée sur les résultats en mettant l'accent sur la responsabilité des gestionnaires hiérarchiques de rendre compte du rendement et d'agir en fonction des renseignements sur le rendement, ainsi qu'à établir une alliance productive entre les gestionnaires et les professionnels de l'examen.

Une étude de la fonction d'évaluation a été effectuée en 2000 afin de réexaminer la Politique d'examen dans un environnement de gestion moderne. Elle a fait ressortir la nécessité de faire une distinction claire entre la vérification interne et l'évaluation pour mieux satisfaire les besoins des gestionnaires.

En février 2001, le Conseil du Trésor a approuvé une Politique sur l'évaluation, ainsi que des normes d'évaluation pour le gouvernement du Canada. La Politique faisait la distinction entre les fonctions d'évaluation et de vérification interne et élargissait la portée de l'évaluation pour inclure les programmes, les politiques et les initiatives. La Politique ciblait la gestion axée sur les résultats et visait l'intégration de l'évaluation aux pratiques de gestion.

La nouvelle Politique sur l'évaluation (1er avril 2009) ainsi que la Directive sur la fonction d'évaluation et les Normes d'évaluation pour le gouvernement du Canada favorisent un renforcement de la fonction d'évaluation en appuyant le Système de gestion des dépenses (SGD). De nouvelles exigences stratégiques visant l'élargissement de la portée des évaluations répondent à un besoin grandissant d'obtenir des informations probantes neutres et crédibles sur l'optimisation des ressources dans toutes les dépenses directes liées aux programmes du gouvernement, et ce dans le but d'éclairer les décisions sur la gestion des dépenses et sur l'amélioration des politiques et des programmes, ainsi que les décisions du Cabinet et les rapports destinés au public. En plus des exigences visant à élargir la portée de l'évaluation des programmes, la Politique, la Directive et les Normes instaurent des mesures pour assurer la qualité, l'impartialité et l'utilisation des évaluations au sein du gouvernement du Canada.

Pour plus d'informations sur l'historique de la fonction d'évaluation au gouvernement du Canada, veuillez consulter :

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :