Le gouvernement du Canada annonce le lancement du Programme national de données génétiques pour les personnes disparues de la GRC

Déclaration

OTTAWA – le 12 mars 2018 – Aujourd’hui, l’honorable Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, a fait la déclaration qui suit.

« Même si la grande majorité des personnes disparues sont retrouvées après quelques jours, d’autres ne le sont pas. Ces disparitions bouleversent leur famille et leurs amis, et peuvent s’avérer dangereuses lorsqu’il s’agit d’actes criminels.

C’est la raison pour laquelle je suis heureux d’annoncer que le nouveau Programme national de données génétiques pour les personnes disparues de la GRC est maintenant opérationnel et qu’il accepte les échantillons biologiques et les profils génétiques. Le lancement du programme est le fruit de plus de quatre années de planification, de consultations et de préparation et met à la disposition de tous les services policiers canadiens un nouvel outil qui pourrait aider à faire progresser les enquêtes sur les personnes disparues et les restes non identifiés dans l’ensemble du Canada.

Les modifications législatives (« Loi de Lindsey ») apportées à la Loi sur l’identification par les empreintes génétiques ont permis à la GRC d’accroître l’utilisation nationale de l’analyse génétique par la création de trois nouveaux fichiers de profils génétiques d’application humanitaire au sein de la Banque nationale de données génétiques (BNDG) de la GRC :

  • Le fichier des personnes disparues – Profils génétiques des personnes disparues établis à partir de leurs effets personnels comme une brosse à dents ou un vêtement.
  • Le fichier des restes humains – Profils génétiques provenant de restes humains trouvés.
  • Le fichier des parents de personnes disparues – Profils génétiques soumis volontairement par les proches de la personne disparue et qui sont utilisés pour aider à identifier la personne disparue ou pour les comparer aux profils génétiques du fichier des restes humains.

Deux nouveaux fichiers à l’appui des enquêtes criminelles seront aussi créés :

  • Le fichier des victimes – Profils génétiques volontairement soumis par des victimes d’actes criminels qui pourraient aider les services policiers à identifier des récidivistes et à établir des liens avec des scènes de crime.
  • Le fichier des donneurs volontaires – Profils génétiques soumis par n’importe quelle personne, autre que la victime, pour faire avancer une enquête sur un crime, des personnes disparues ou des restes humains non identifiés.

En travaillant avec le Centre national pour les personnes disparues et les restes non identifiés de la GRC, des échantillons biologiques et des profils génétiques en lien avec des enquêtes sur des personnes disparues et des restes humains seront soumis par les services policiers, les coroners et les médecins légistes dans l’ensemble du Canada au laboratoire de la BNDG de la GRC à Ottawa aux fins d’analyse.

Certes, le Programme national de données génétiques pour les personnes disparues ne permettra pas de résoudre tous les cas, mais il sera un outil précieux à la disposition des services policiers pour qu’ils puissent aider les proches à tourner la page. »

Lien connexe

Renseignements :

Scott Bardsley
Attaché de presse
Cabinet du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
613-998-5681
scott.bardsley@canada.ca

Relations avec les médias
Sécurité publique Canada
613-991-0657


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :