Inauguration du premier navire hauturier de science halieutique

Discours

Notes d’allocution à l’intention de

l’honorable Carla Qualtrough,
ministre des Services publics et de l’Approvisionnement

Inauguration du
premier navire hauturier de science halieutique

North Vancouver (Colombie-Britannique)
Le 8 décembre 2017

Le discours prononcé fait foi

Je vous remercie de cette aimable présentation, Brian [président et chef de la direction du chantier naval de Seaspan].

Bonjour. Je tiens à souligner que nous sommes sur les terres traditionnelles des peuples Salish du littoral.

Jeff Hutchinson, commissaire de la Garde côtière canadienne

Bruce Ralston, ministre de l’Emploi, des Métiers et de la Technologie de la Colombie-Britannique

Mesdames et Messieurs.

C’est un plaisir de vous rendre visite pour la première fois à titre de ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, particulièrement en cette occasion si formidable.

Tout d’abord, je veux féliciter le chantier naval de Seaspan, son équipe de direction et surtout ses travailleurs pour avoir mené à bien ce projet important de la Stratégie nationale de construction navale.

L’inauguration du tout premier grand navire au pays, le navire hauturier de science halieutique, constitue un moment de fierté pour le chantier naval de Seaspan, pour la Garde côtière canadienne et pour la population canadienne.

Plus de 1 100 travailleurs ont contribué à la construction de ce navire. On a fait appel à des ouvriers de 15 métiers spécialisés tout au long de la construction. Plus de 130 000 pièces composent le navire. On y trouve 10 kilomètres de conduites reliées à plus de 20 systèmes.

Merci de votre travail acharné, qui a permis de construire ce navire et de donner une image concrète de la Stratégie nationale de construction navale.

Pour de nombreux Canadiens et Canadiennes, les navires rouges caractéristiques de la Garde côtière représentent la sécurité. Pour d’autres, ils rappellent que les côtes du Canada sont immenses, les plus longues du monde en fait, et que nous avons la responsabilité, à titre de gardien, de protéger les si précieuses ressources côtières.

Grâce à notre stratégie de construction navale, les femmes et les hommes de la Garde côtière et des Forces armées canadiennes disposeront des outils nécessaires pour faire leur travail.

Le commissaire Hutchinson abordera le sujet plus en détail, mais je suis certaine que ce superbe navire offre tout ce qu’il faut pour mener à bien cette importante mission scientifique.

Ce navire remplit également d’autres objectifs de la stratégie de construction navale, c’est-à-dire de développer une expertise locale, en employant une main-d’œuvre canadienne.

Le chantier naval à Vancouver construit des navires pour la Garde côtière canadienne ainsi que des navires de soutien non destinés au combat pour la Marine royale canadienne.

Depuis 2012, le gouvernement a attribué 983 millions de dollars pour la construction de grands navires, en plus de 14 millions de dollars en contrats de réparation, de radoub et d’entretien au chantier naval à Vancouver, contribuant ainsi à la mise en place d’un programme de construction navale bien de chez nous.

À ce jour :

  • Deux autres navires hauturiers de science halieutique sont en construction.
  • Les négociations vont bon train pour les contrats de construction des prochaines classes de navires, soit le navire hauturier de science océanographique de la Garde côtière canadienne et le navire de soutien interarmées de la Marine royale canadienne.

L’ensemble de ces activités génèrent et continueront de générer une foule d’occasions pour les petites et moyennes entreprises et les entreprises autochtones, en plus de fournir un terrain de formation pour tous les Canadiens.

Dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale, le chantier a offert d’incroyables possibilités aux fournisseurs canadiens; en fait des contrats totalisant plus de 540 millions de dollars ont été décernés à plus de 440 entreprises canadiennes. Les petites et moyennes entreprises canadiennes ont grandement bénéficié des contrats attribués par Seaspan, qui s’élèvent à ce jour à plus de 470 millions de dollars.

En respectant son engagement contractuel envers le gouvernement du Canada, Seaspan a également investi afin d’accroître les débouchés pour les femmes, les peuples autochtones et les autres personnes souhaitant participer à ce renouvellement de l’industrie maritime au Canada.

Cela comprend des investissements :

  • pour la formation des peuples autochtones à l’Institut de technologie de la Colombie-Britannique;
  • pour soutenir les femmes se dirigeant vers des métiers spécialisés au collège Camosun;
  • pour du nouveau matériel de soudage et pour le perfectionnement professionnel des enseignants, par l’intermédiaire de la fondation de l’Association canadienne de soudage.

Des investissements ont également été consentis en soutien à l’enseignement et à la recherche dans les programmes d’architecture et de mécaniques navales de la Faculté des sciences appliquées de l’Université de la Colombie-Britannique.

Cela est important, car le développement d’une industrie navale viable et durable au Canada n’est possible que si des étudiants acquièrent les compétences et les connaissances nécessaires pour concevoir et construire de magnifiques navires comme celui-ci.

Plus généralement, il est essentiel, au chapitre de l’innovation, de la productivité et de la prospérité canadiennes, de s’assurer que nos jeunes de tous horizons obtiennent une éducation et une formation adéquates. Or, tous ces programmes nous rapprochent de cet objectif.

La Stratégie améliore réellement les possibilités économiques pour le secteur maritime au Canada et les industries connexes, crée des emplois et génère de la prospérité d’un bout à l’autre du pays. Selon les estimations, la Stratégie nationale de construction navale permettra de créer ou de maintenir à peu près 7 350 emplois par année, en moyenne.

Avant de conclure, je tiens à vous présenter d’autres avancées générales de la Stratégie nationale de construction navale.

Nous faisons des progrès dans le remplacement des bateaux de recherche et sauvetage. Plus tôt cette semaine, les premiers nouveaux bateaux ont été livrés dans la région de l’Atlantique. Onze autres suivront, ce qui renforcera la capacité de nos régions en bateaux de recherche et de sauvetage.

Aujourd’hui, au chantier naval d’Irving Shipbuilding Inc. à Halifax, le troisième mégabloc du premier navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique, le futur HMCS Harry DeWolf, sera déplacé à l’extérieur et ira rejoindre les deux premiers mégablocs qui constitueront le navire.

De plus, au cours des prochaines semaines, l’acier destiné au troisième navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique sera taillé, ce qui représente une autre étape charnière du projet.

Tout cela signifie que la stratégie donne les résultats escomptés : équiper notre Marine et notre Garde côtière, créer et maintenir des emplois et des occasions d’apprentissage pour la population canadienne et revigorer une industrie de construction navale de classe mondiale ici, au Canada.

Mon collègue le ministre des Pêches et des Océans n’a pu être des nôtres aujourd’hui, mais il m’a demandé de vous transmettre ses sincères félicitations en ce jour de l’inauguration du premier navire hauturier de science halieutique.

En tant que députée qui vient de Vancouver, je suis si fière d’être ici aujourd’hui. Je suis réellement impressionnée par ce chantier naval, par les progrès accomplis à ce jour et par la relation fructueuse entre le gouvernement du Canada et le chantier naval de Seaspan. Ensemble, continuons sur cette lancée!

Encore une fois, je vous remercie tous et toutes pour votre travail acharné, et je vous présente toutes mes félicitations en cette journée mémorable!

-30-


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Please select all that apply:

Thank you for your help!

You will not receive a reply. For enquiries, contact us.

Date de modification :