Aperçu de l'approche pancanadienne pour la transformation de la conservation des espèces en péril au Canada

Introduction

Le gouvernement fédéral, en collaboration avec les provinces et les territoires, a accepté de mettre en œuvre l’Approche pancanadienne pour la transformation de la conservation des espèces en péril au CanadaNote de bas de page 1 . Cette nouvelle approche abandonnera l’approche axée sur une seule espèce en faveur d’une approche axée sur plusieurs espèces et les écosystèmes. Nous concentrerons les efforts que nous déployons pour la conservation sur les lieux, les espèces, les secteurs et les menaces prioritaires dans tout le Canada, ce qui permettra aux partenaires en conservation de travailler de concert pour améliorer les résultats obtenus pour les espèces en péril.

Des principes importants guident le travail mené en collaboration dans le cadre de l’approche pancanadienne :

  • priorités communes et leadership partagé
  • participation des Autochtones
  • renforcement des décisions fondées sur desde décision
  • investissements harmonisés

Nous établissons les priorités à l’aide de critères définis, suivi de :

  • la planification de l’intervention concertée
  • l’investissement et la mise en œuvre des mesures
  • le suivi et la publication des résultats

Voici les résultats et les avantages des mesures prises dans le cadre de l’approche pancanadienne :

  •  amélioration des résultats en matière de conservation pour un plus grand nombre d’espèces en péril
  • amélioration du rendement des investissements
  • retombées positives accrues pour la biodiversité et les écosystèmes

Le gouvernement fédéral est déterminé à participer avec les peuples autochtones et d’autres partenaires aux initiatives prioritaires. Nous travaillerons également en étroite collaboration avec eux pour contribuer à la conception et à la mise à l’essai des outils de mise en œuvre de la Loi sur les espèces en péril (LEP) et pour déterminer de nouvelles priorités pour de futures interventions.

Nous chercherons également à renouveler les relations et à renforcer la collaboration entre nos gouvernements et les peuples autochtones au moyen de l’approche pancanadienne.

Lieux prioritaires

Un lieu prioritaire est une zone de grande valeur pour la biodiversité qui est considérée, par les gens qui y vivent et y travaillent, comme un endroit distinct avec un thème écologique commun.

À l’heure actuelle, 11 lieux ont été désignés comme prioritaires dans le cadre de l’approche pancanadienne. Les lieux choisis ont une biodiversité importante, des concentrations d’espèces en péril et présentent des possibilités de faire progresser les efforts de conservation. Ces 11 lieux prioritaires seront complétés par un ensemble de lieux prioritaires désignés par la collectivité (LPDC), qui seront identifiés dans le cadre d’un appel de candidatures ouvert.

Dans chaque lieu prioritaire, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux travailleront avec les peuples autochtones et d’autres partenaires et intervenants à l’élaboration des plans d’action en matière de conservation. En adoptant une approche de planification spécifique (comme les Normes ouvertes pour la pratique de conservation), ces plans d’action détermineront les principales mesures qui doivent être prises pour s’attaquer aux pires menaces qui pèsent sur les espèces. Les plans seront ajustés, s’il y a lieu, au fur et à mesure que nous évaluerons l’efficacité de nos mesures. Dans les lieux prioritaires, les plans d’action pour la conservation seront financés par plusieurs partenaires et intervenants gouvernementaux et non gouvernementaux, notamment au moyen de contributions dans le cadre du Fonds de la nature du Canada.

Les plans d’action en matière de conservation jetteront les fondements d’une action concertée sur le terrain. Ils seront guidés par la science, la recherche et le savoir autochtone et seront étayés par :

  • la participation de partenaires et d’intervenants dévoués à la planification et à l’exécution
  • une forte gouvernance pour garantir que les efforts déployés par chacun concordent
  • l’amélioration de la gestion des données et de l’information pour renforcer le processus décisionnel
Ces activités fondamentales permettront aux partenaires de travailler ensemble sur le terrain et d’investir conjointement dans des mesures prioritaires communes, comme :
  • l’intendance de l’habitat
  • la restauration de l’habitat
  • l’éducation et la sensibilisation
  • d’autres mesures essentielles

*Remarque : Les limites pour la Forêt Walsingham de Long Point  pourraient être élargies à l’avenir.

Description longue

Cette carte montre l’emplacement de 11 lieux prioritaires fédéraux, provinciaux et territoriaux confirmés de tout le Canada. Ces lieux prioritaires sont numérotés de manière séquentielle d’est en ouest à l’échelle de tout le pays :

  • no 1 : sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, en Nouvelle-Écosse
  • no 2 : vallée de la rivière Saint-Jean au Nouveau-Brunswick
  • no 3 : paysage forestier à l’Île-du-Prince-Édouard
  • no 4 : basses terres du Saint-Laurent au Québec
  • no 5 : forêt Walsingham de Long Point en Ontario
  • no 6 : prairie à graminées mixtes au Manitoba
  • no 7 : région au sud de la ligne de partage des eaux en Saskatchewan
  • no 8 : bassin hydrographique de la rivière Saskatchewan Sud en Alberta
  • no 9 : intérieur sec de la Colombie-Britannique
  • no 10 : sud-ouest de la Colombie-Britannique
  • no 11 : sud de la Béringie au Yukon

Cinq cartes en médaillon montrent des regroupements de ces mêmes lieux prioritaires à plus grande échelle.

Espèces prioritaires

L’approche pancanadienne axera également une grande partie de ses efforts de conservation sur les espèces prioritaires. Les espèces prioritaires communes à six gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont été cernées jusqu’à présent :

  • le Caribou boréal
  • le Caribou des montagnes du Sud
  • le Caribou de Peary
  • le Caribou de la toundra
  • le Tétras des armoises
  • le Bison des bois

Toutes ces espèces revêtent une signification particulière pour les peuples autochtones et la plupart des Canadiens. L’obtention de résultats en matière de conservation pour les espèces prioritaires ciblées peut avoir des avantages communs importants pour d’autres espèces en péril, la faune en général et les valeurs connexes de la biodiversité.

Des mesures concertées et intergouvernementales de protection et de rétablissement sont déjà en cours pour le Caribou boréal et le Caribou des montagnes du Sud, ainsi que pour les quatre autres espèces prioritaires désignées.

Les partenaires et les intervenants travailleront de concert pour désigner d’autres espèces prioritaires à l’avenir.

Secteurs et menaces prioritaires

Cette approche, qui a été adoptée à l’égard des espèces en péril, exige que nous collaborions avec les partenaires et les intervenants afin de mettre en œuvre des mesures d’atténuation et de déterminer les possibilités d’améliorer les résultats en matière de conservation des espèces en péril. Les principaux secteurs qui ont été cernés dans le cadre de l’approche pancanadienne comprennent l’agriculture, la foresterie et le développement urbain. Les principales menaces comprennent les espèces exotiques envahissantes, les maladies des espèces sauvages et le commerce illicite d’animaux sauvages.

Les activités menées en collaboration avec les partenaires du secteur peuvent comprendre :

  • la participation, la consultation et la sensibilisation
  • l’intégration des espèces en péril aux politiques, à la planification et aux pratiques sectorielles
  • la recherche en collaboration et le savoir traditionnel
  • le façonnage et la mise à l’essai des outils d’aide à la décision
  • l’évaluation d’incitatifs et de mécanismes financiers

Les initiatives prioritaires d’atténuation axées sur les menaces chercheront à réduire les risques posés par les espèces exotiques envahissantes, les maladies des espèces sauvages et le commerce illicite d’animaux sauvages. Les activités peuvent comprendre :

  • la consultation, la participation et la sensibilisation des partenaires
  • l’élaboration de politiques stratégiques et l’engagement international
  • la recherche en collaboration et le savoir traditionnel

Investir dans le partenariat, l’action et les résultats

Par l’entremise du patrimoine naturel et du Fonds de la nature du Canada (volet Espèces), le gouvernement a pris l’engagement de verser jusqu’à 155 millions de dollars sur cinq ans à l’appui de la mise en œuvre de l’approche pancanadienne pour la transformation de la conservation des espèces en péril au Canada. Ce financement sera affecté en majeure partie à des initiatives importantes portant sur les lieux, les espèces et les secteurs prioritaires.

Jusqu’à 15,6 millions de dollars des fonds seront alloués par l’entremise des LPDC. Il s’agit d’une initiative de financement fondée sur des demandes ouvertes pour des projets sur les espèces en péril qui sont menés en collaboration par plusieurs partenaires. Le Fonds de la nature du Canada s’inscrit en complément d’autres sources de financement existantes qui sont disponibles pour soutenir la conservation de la nature par les partenaires et les intervenants.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :