Le gouvernement du Canada prend des mesures immédiates pour protéger les baleines en voie de disparition dans le cadre du Plan de protection des océans

Communiqué de presse

Le 22 juin 2018              Vancouver

Le Canada a le littoral le plus long au monde, qui abrite une biodiversité riche et de précieux écosystèmes. Le gouvernement du Canada fait fond sur son initiative historique, le Plan de protection des océans, et prend des mesures immédiates pour préserver et rétablir les écosystèmes marins en vue d’aider le rétablissement des populations de baleines.

Aujourd’hui à Vancouver, l’initiative de protection des baleines du Canada a été annoncée par l’honorable Marc Garneau, ministre des Transports, et Jonathan Wilkinson, secrétaire parlementaire de la ministre d’Environnement et Changement climatique Canada. Cette initiative de 167,4 millions de dollars dans le cadre du budget de 2018 assurera la protection et soutiendra le rétablissement des épaulards résidents du Sud, des baleines noires de l’Atlantique Nord et des bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent grâce à des mesures complètes conçues pour contrer les combinaisons uniques de menaces.

Plus particulièrement en ce qui concerne les épaulards résidents du Sud évoluant dans la mer des Salish, le gouvernement du Canada reconnaît que la survie et le rétablissement de cette espèce sont confrontés à une menace imminente, ce qui nécessite une attention immédiate. Cette initiative de protection des baleines comprend des mesures immédiates et complètes pour soutenir leur rétablissement en contrant les principales menaces auxquelles elles sont confrontées : le manque de disponibilité des proies, les perturbations attribuables aux navires, notamment les bruits sous-marins et la pollution d’origine terrestre. Les principales mesures comprennent :

Améliorer la disponibilité des proies pour les épaulards résidents du Sud en :

  • réduisant de 25 à 35 % le total autorisé des captures de saumon quinnat, et ce, pour permettre l’augmentation de la disponibilité des proies;
  • mettant en œuvre des fermetures obligatoires de la pêche dans les aires d’alimentation des baleines en les fermant à la pêche récréative et à la pêche commerciale au saumon et en explorant l’utilisation d’autres mesures réglementaires;
  • augmentant la recherche scientifique, la surveillance et le contrôle des contaminants présents dans les baleines et leurs proies et en finançant d’autres recherches sur la disponibilité des proies.

Réduire les perturbations attribuables aux bruits sous-marins des navires en :

  • imposant une nouvelle exigence obligatoire pour tous les navires maritimes (y compris les bateaux récréatifs) de rester à une distance d’au moins 200 mètres des épaulards. La nouvelle exigence entrera en vigueur le 11 juillet 2018;
  • demandant aux navires de se tenir loin des principales aires d’alimentation dans le détroit de Juan de Fuca, avec le concours de la Garde côtière américaine et en partenariat avec le programme Enhancing Cetacean Habitat and Observation (ECHO, amélioration des habitats de cétacés et de leur observation) de l’Administration portuaire Vancouver Fraser qui met en œuvre des mesures volontaires de ralentissement des navires dans le détroit de Haro à partir de juillet 2018;
  • collaborant avec BC Ferries en vue d’élaborer un plan de gestion du bruit afin de réduire les impacts des bruits sous-marins de sa flotte sur les épaulards;
  • élaborant des outils nécessaires à la mise en œuvre des mesures obligatoires, telles des mesures législatives le cas échéant, en vue de réduire le bruit du trafic maritime.

Renforcer la surveillance sous-marine et aérienne en :

  • améliorant le réseau d’hydrophones sous-marins dans la mer des Salish afin de mieux mesurer les impacts des bruits et de faire le suivi du profil sonore de chaque navire;
  • augmentant les patrouilles de surveillance aérienne dans le cadre du Programme national de surveillance aérienne de Transports Canada et du Programme national de la surveillance aérienne des pêches et de l’application de la loi de Pêches et Océans Canada pour mieux surveiller et appliquer les nouvelles mesures.

Encourager la conformité et renforcer l’application de la loi en :

  • investissant dans l’éducation et la sensibilisation des plaisanciers pour réduire leur impact sur les baleines, par exemple, en octroyant à la Cetus Research and Conservation Society un financement maximal de 415 000 $ sur une période de trois ans pour leur programme Straitwatch;
  • augmentant le nombre d’agents des pêches sur l’eau pour s’assurer du respect des dispositions réglementaires en matière des distances d’approche, de perturbations et de harcèlement et pour faire appliquer les mesures de fermeture des pêches;
  • renforçant l’application efficace des règlements environnementaux en vue de réduire les contaminants qui nuisent aux épaulards.

Des partenariats en vue d’élaborer d’autres mesures

Le gouvernement du Canada s’engage à travailler en collaboration avec les peuples autochtones, les organismes à vocation environnementale, les membres d’ECHO, les organismes de la pêche et l’industrie du transport maritime, ainsi que les autres gouvernements en vue d’élaborer d’autres mesures nécessaires pour assurer le rétablissement des épaulards résidents du Sud. Ces mesures pourraient comprendre des mesures obligatoires supplémentaires, des modifications à la loi et l’adoption de nouvelles technologies.

Pêches et Océans Canada entreprend également une initiative du Défi innovation pour les baleines en partenariat avec le Challenge Prize Centre de Nesta en vue d’élaborer des solutions visant à détecter et à localiser en temps réel des baleines. Cette initiative vise à mobiliser les développeurs de technologie au Canada et à l’international en vue de concevoir des solutions concernant les baleines pour améliorer nos connaissances sur la localisation, la quantité et les déplacements des baleines et de leurs populations. Cette initiative contribuera à la recherche scientifique sur les baleines et à l’ensemble des efforts déployés pour protéger ces mammifères en voie de disparition au Canada.

Le Plan de protection des océans de 1,5 milliard de dollars est le plus important investissement jamais fait pour protéger les côtes et les voies navigables du Canada. Dans le cadre de ce Plan, le gouvernement du Canada établit un système de sécurité maritime de classe mondiale, qui offre aujourd’hui des possibilités économiques aux Canadiens, tout en protégeant nos zones côtières et nos voies navigables pour les générations futures. Ces efforts sont déployés en partenariat avec les peuples autochtones et en étroite collaboration avec les intervenants locaux et les collectivités côtières.

Citations

« Je suis encouragé par la façon dont le gouvernement du Canada et ses partenaires ont uni leurs efforts pour aider à protéger et à rétablir les populations de baleines en voie de disparition du Canada. En ayant plus d’yeux rivés au ciel et d’oreilles dans l’eau, les épaulards résidents du Sud obtiendront une protection supplémentaire en travaillant ensemble en vue de réduire les menaces. Les menaces résultant de l’activité humaine, notamment le manque de proies, les bruits sous-marins et les contaminants, sont des éléments sur lesquels nous pouvons agir ensemble pour aider à sauver cette espèce emblématique. »

L’honorable Marc Garneau
Ministre des Transports

« Les baleines jouent un rôle très important dans nos écosystèmes marins et ces espèces emblématiques ont également une immense valeur culturelle. Nous avons la responsabilité de continuer à prendre des mesures afin de protéger nos populations de baleines. Grâce aux importants efforts déployés dans le cadre du Plan de protection des océans, l’initiative de protection des baleines de notre gouvernement permettra la prise de mesures concrètes en vue d’aider ces baleines en voie de disparition grâce à l’augmentation de nos activités scientifiques et à la réduction des répercussions des menaces résultant de l’activité humaine. »

L’honorable Dominic LeBlanc
Ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

« L’épaulard résident du Sud a capturé l’imagination des habitants de la Colombie-Britannique et s’est profondément intégré aux cultures des peuples autochtones depuis de nombreuses générations. En mettant en œuvre d’autres nouvelles mesures en partenariat avec les organismes à vocation environnementale, les peuples autochtones, les gouvernements et les intervenants, nous prenons des mesures concrètes pour contrer les menaces auxquelles ces magnifiques créatures font face. Nous protégerons cette espèce emblématique pour nous et pour les générations à venir. »

L’honorable Catherine McKenna
Ministre d’Environnement et Changement climatique Canada


Faits en bref

  • Les épaulards résidents du Sud ont été inscrits à la liste des espèces en voie de disparition de la Loi sur les espèces en péril en 2003. Aujourd’hui, on estime que leur population se limite à environ 76 épaulards.

  • L’aire de répartition connue des épaulards résidents du Sud s’étend du nord de la Colombie-Britannique au centre de la Californie. Toutefois, durant les mois d’été, ils se concentrent à l’extrémité Sud de l’île de Vancouver et sont plus souvent aperçus dans le détroit de Haro, le détroit de Georgia et le détroit de Juan de Fuca.

Liens connexes

Personnes-ressources

Delphine Denis
Attachée de presse
Cabinet de l’honorable Marc Garneau
Ministre des Transports, Ottawa
613-991-0700
Delphine.Denis@tc.gc.ca

Relations avec les médias
Transports Canada, Ottawa
613-993-0055
media@tc.gc.ca

Suivre Transports Canada sur Twitter : @Transports_gc

Transports Canada est en ligne au www.tc.gc.ca. Abonnez-vous à Nouvelles en direct et restez branchés par l’entremise des fils RSS, Twitter, Facebook et YouTube pour rester au fait des dernières nouvelles de Transports Canada.

Vincent Hughes
Attaché de presse
Cabinet du ministre des Pêches, des Océans
et de la Garde côtière canadienne
613-992-3474
Vincent.Hughes@dfo-mpo.gc.ca

Relations avec les médias
Pêches et Océans Canada
613-990-7537
Media.xncr@dfo-mpo.gc.ca

Caroline Thériault
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique
613-462-5473
caroline.theriault2@canada.ca

Relations avec les médias
Environnement et Changement climatique Canada
819-938-3338 ou 1-844-836-7799 (sans frais)
ec.media.ec@canada.ca


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :