Le Canada modifie sa norme de composition de la vodka dans le but de renforcer sa compétitivité économique, de faciliter le commerce et d'offrir plus de choix aux consommateurs

Communiqué de presse

26 juin 2019 — Ottawa (Ontario) — Agence canadienne d'inspection des aliments

La norme canadienne de composition de la vodka a été révisée en vue de permettre à l'industrie florissante des spiritueux d'être à l'avant-garde, d'offrir plus de variété aux consommateurs et de faciliter le commerce, a annoncé aujourd'hui l'honorable Marie‑Claude Bibeau, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire.

Les distilleries canadiennes peuvent désormais produire leur vodka à base d'ingrédients agricoles autres que les pommes de terre ou les grains. La fabrication de vodka à base de nouveaux ingrédients comme le miel, les pommes ou les produits laitiers offre davantage de choix aux consommateurs, en plus de mettre le Canada au diapason des normes internationales et de favoriser l'innovation et la compétitivité.

Pour aider les consommateurs à prendre des décisions éclairées, la vodka fabriquée à base d'ingrédients autres qu'uniquement les pommes de terre ou les grains doit être étiquetée en conséquence et porter la mention « Produit fabriqué avec ».

La vodka demeure une boisson alcoolisée neutre, c'est-à-dire sans caractère, ni arôme, ni goût distinctifs. La norme révisée permet désormais aux fabricants d'arriver à ce résultat à l'aide de matières ou de procédés autres que le seul charbon de bois. Le seul processus de filtration permis pour la vodka en vertu du règlement précédent était celui du charbon de bois.

Les changements apportés à la norme de composition de la vodka s'inscrivent dans le cadre des mesures fédérales visant à renforcer la compétitivité et à faciliter le commerce annoncées en novembre 2018 par le gouvernement du Canada. La norme révisée fait tomber les barrières au commerce entre les provinces et les territoires, et favorise le commerce international, puisqu'elle est mieux harmonisée aux normes de nos principaux partenaires commerciaux pour ce produit, dont les É.-U. et l'Union européenne, qui permettent la fabrication de vodka avec une vaste gamme d'ingrédients.

Il s'agit là d'un exemple supplémentaire des efforts déployés par le gouvernement canadien pour réformer notre système de réglementation afin de le rendre plus souple, plus transparent et mieux adapté. Cette réforme favorisera l'essor des entreprises et bénéficiera à l'ensemble des Canadiens.

La nouvelle exigence réglementaire entre en vigueur dès maintenant. Les distillateurs canadiens ont toutefois jusqu'au 13 décembre 2022 pour se conformer aux nouvelles règles et effectuer les changements requis en matière d'étiquetage.

Citations

« Notre gouvernement s'est engagé à moderniser la norme de composition de la vodka afin de renforcer la compétitivité économique et de faciliter le commerce. Nous avons maintenant rempli notre promesse et l'industrie des spiritueux canadiens, qui est en plein essor, pourra désormais créer de nouvelles vodkas distinctives et les vendre sur les marchés canadiens et à l'étranger. »

— Marie-Claude Bibeau, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire

Faits en bref

  • En 2016 et 2017, la vodka figurait parmi les spiritueux les plus vendus au Canada, avec des ventes de l'ordre de 1,3 G$ et une part de près de 25 % des ventes totales de spiritueux. L'Ontario était le plus grand consommateur, suivi de la Colombie-Britannique et de l'Alberta.

  • On compte 112 distilleries au Canada, dont la majorité est située en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec.

  • En 2017, les importations canadiennes de vodka ont surpassé les exportations. Les premières ont totalisé 143,9 M$, tandis que les secondes ont atteint 13,8 M$. Environ 90 % des exportations canadiennes de vodka ont été acheminées vers les É.-U., un pays qui figure aussi parmi nos principales sources d'importation.

  • Les normes sur la composition des aliments précisent les critères qui définissent un aliment particulier, souvent en regard du nom commun qui lui est associé, par exemple « bière », « confiture » ou « pain ». Le Règlement sur les aliments et drogues renferme plus de 300 normes de composition, qui sont appliquées aux produits alimentaires destinés au commerce intérieur ou à ceux qui sont importés au Canada.

Liens connexes

Personnes-ressources

Justine Lesage
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire
justine.lesage@canada.ca
Téléphone cellulaire : 613-404-1168

Relations avec les médias
Agence canadienne d’inspection des aliments
613-773-6600
cfia.media.acia@canada.ca



Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :