Le gouvernement du Canada investit pour l’adoption de pratiques durables et de technologies propres en agriculture

Communiqué de presse

Le 1er avril 2022 – Saint-Hyacinthe (Québec) – Agriculture et Agroalimentaire Canada

Le gouvernement du Canada reconnaît le rôle clé que jouent les productrices et producteurs agricoles dans l’atteinte des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, c’est pourquoi il investit pour les aider à adopter des technologies propres et des pratiques agricoles durables.

Lors de leur visite à la Ferme Roflamme Inc. de Saint-Hyacinthe, l’honorable Marie‑Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, l’honorable Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique, et l’honorable Pascale St‑Onge, ministre des Sports et ministre responsable de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, ont souligné les investissements proposés par le gouvernement du Canada pour aider les exploitations agricoles du Québec à améliorer la résilience aux changements climatiques et permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

La ministre Bibeau a mis en lumière le partenariat fédéral avec trois organisations pour distribuer, au Québec, l’enveloppe du Fonds d’action à la ferme pour le climat.

  • L’Union des producteurs agricoles (UPA), en collaboration avec les Producteurs de grains du Québec gérera une somme de jusqu’à 19 millions de dollars qui sera partagée entre les producteurs et productrices agricoles du Québec pour les aider à adopter des pratiques de gestion bénéfiques en matière de cultures de couverture et de gestion de l’azote.
  • L’Association canadienne pour les plantes fourragères (en anglais seulement) gérera une somme de jusqu’à 10 millions de dollars qui sera versée aux producteurs et productrices agricoles du Québec, de la Colombie-Britannique, de l’Alberta et de la Saskatchewan pour planifier et mettre en œuvre des pratiques de rotation des pâturages.
  • ECOCERT Canada gérera une somme de jusqu’à 4,5 millions de dollars qui sera versée aux producteurs et productrices biologiques certifiés du Québec et du Canada pour l’adoption de pratiques de gestion bénéfiques en matière de cultures de couverture et de gestion de l’azote.

Ces administrateurs distribueront les sommes aux productrices et producteurs au terme d’un appel de candidatures individuelles. Les activités soutenues par le Fonds devraient permettre de réduire jusqu’à 2 millions de tonnes d’émissions de GES d’ici 2024, tout en améliorant la santé et la résilience des sols agricoles.

De plus, le gouvernement du Canada investira 1,9 million de dollars pour appuyer neuf projets à l’échelle du Québec, dont un à la Ferme Roflamme, dans le cadre de la première phase du Programme des technologies propres en agriculture. L’initiative encourage le développement et l’adoption de technologiques propres et aide les producteurs et productrices agricoles à renforcer leur compétitivité à long terme. Ce financement est concentré sur trois domaines prioritaires, soit l’énergie verte et l’efficacité énergétique, l’agriculture de précision et la bioéconomie.

Dans le cadre du Plan de réduction des émissions lancé en début de semaine, le gouvernement du Canada s’est engagé à verser plus d’un milliard de dollars en nouveaux fonds afin d’accélérer les progrès du secteur agricole pour réduire les émissions et maintenir une position de chef de file mondial en matière d’agriculture durable.

Avec toutes ces nouvelles mesures, notre objectif est de renverser l’augmentation des émissions du secteur depuis 2005, et de réduire les émissions nettes des prochaines années. Ces efforts devraient représenter environ 13 Mt en moins pour passer en-deçà du 72 Mt de 2005.

Le Canada se place à l’avant-garde pour nourrir de façon durable la population mondiale croissante en investissant dans la recherche et l’innovation, en incitant le plus de productrices et de producteurs agricoles possible à adopter des pratiques de gestion bénéfiques et en facilitant l’accès à des technologies propres.

Citations

« Les changements climatiques ont de fortes répercussions sur les productrices et producteurs agricoles, et ces derniers sont déterminés à faire ce qu’il faut pour en atténuer les effets. Notre gouvernement investit d’importantes sommes dans divers programmes agroenvironnementaux pour les aider à être plus résilients et à réduire leur empreinte environnementale. En les appuyant financièrement dans l’adoption de bonnes pratiques et l’acquisition d’équipements qui permettent de réduire les émissions, nous nous donnons les moyens d’atteindre nos objectifs d’ici 2030. »

- L’honorable Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire

« Les producteurs agricoles sont aux premières lignes des changements climatiques, et nous investissons à un niveau record pour assurer un avenir résolument écologique. Les nouvelles pratiques durables et les programmes de technologies propres que nous mettons en place donneront aux producteurs agricoles québécois le coup de pouce dont ils ont besoin pour rendre leurs exploitations plus compétitives et plus efficaces sur le plan énergétique, tout en réduisant les émissions polluantes. Notre gouvernement a toujours appuyé les producteurs agricoles du Québec, et nous continuerons de collaborer avec eux pour stimuler la durabilité environnementale dans le secteur. »

- L’honorable Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

« Ici, au Québec, nous continuons de travailler en étroite collaboration avec les producteurs pour mettre au point et mettre en œuvre des pratiques agricoles visant à séquestrer le carbone et à lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Grâce à des investissements dans des projets locaux, comme le nouveau séchoir à grains à la Ferme Roflamme, nous continuons de favoriser l’adoption de pratiques qui permettront d’accélérer la réduction des émissions dans le secteur agricole. Il est essentiel de prendre des mesures immédiates pour lutter contre les changements climatiques afin de dépasser la cible de réduction des émissions de 2030 et de jeter les bases d’une économie canadienne carboneutre d’ici 2050. »

- L’honorable Pascale St‑Onge, ministre des Sports et ministre responsable de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

« L’investissement annoncé aujourd’hui confirme le rôle stratégique de l’agriculture dans la lutte contre les changements climatiques. Il va aussi dans le sens du soutien accru que réclament les agriculteurs québécois et canadiens depuis de nombreuses années pour assurer la compétitivité des entreprises agricoles et pour répondre aux attentes sociétales de plus en plus élevées. »

- Martin Caron, président, Union des producteurs agricoles

« Depuis longtemps, l’Association canadienne pour les plantes fourragères plaide en faveur de la reconnaissance de la possibilité pour le secteur agricole du Canada de fournir des solutions naturelles aux changements climatiques. Les objectifs du Fonds d’action à la ferme pour le climat sont en harmonie avec les résultats des travaux scientifiques et de vulgarisation ciblés que l’association a entrepris au cours des cinq dernières années. L’investissement d’Agriculture et Agroalimentaire Canada donnera aux producteurs fourragers de tout le pays les moyens d’accorder la priorité aux pratiques de gestion adaptées au climat et de les mettre en œuvre afin de renforcer la résilience des exploitations agricoles et de travailler au nom de tous les Canadiens pour freiner les effets des changements climatiques. Notre organisation, qui œuvre dans de multiples secteurs et écorégions, croit que l’exécution du programme selon des approches axées sur la collaboration aura les meilleurs résultats et générera des avantages durables. »

- Chris Martin, Président du Conseil d’administration, Association canadienne pour les plantes fourragères

« Les fermes qui pratiquent l’agriculture biologique à travers le pays sont engagées avec conviction dans un mode de production qui prône la santé des sols et une gestion responsable des ressources de la planète. ECOCERT Canada est heureuse que le Gouvernement du Canada reconnaisse ces efforts en offrant au secteur de la production biologique un soutien financier par l’intermédiaire du Fonds d’action à la ferme pour le climat. ECOCERT Canada se réjouit d’accompagner les fermes qui participeront au programme dans l’amélioration de leur bilan carbone, par la formation et l’introduction à de nouvelles pratiques agronomiques reconnues par le programme. »

- Sébastien Houle, Directeur général, ECOCERT Canada

Faits en bref

  • Publié le 29 mars 2022, le Plan de réduction des émissions pour 2030 : prochaines mesures du Canada pour de l’air pur et une économie forte comprend un investissement fédéral supplémentaire de 1 milliard de dollars dans le secteur de l’agriculture pour accélérer la transition vers une économie à faibles émissions de carbone. 

  • Le Fonds d’action à la ferme pour le climat fait partie du programme des Solutions agricoles pour le climat du gouvernement du Canada qui vise à aider les producteurs et productrices agricoles à lutter contre les changements climatiques. Il s’inscrit dans le Fonds des solutions climatiques naturelles de 4 milliards de dollars qui est géré par Ressources naturelles Canada, Environnement et Changement climatique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada. 

  • L’annonce d’aujourd’hui concernant le Programme des technologies propres en agriculture fait partie de la première vague des projets approuvés dans le cadre de ce programme, lesquels aideront les producteurs et productrices agricoles à renforcer leur compétitivité à long terme, tout en réduisant les émissions de GES. 

  • En plus du Fonds d’action à la ferme pour le climat et du Programme des technologies propres en agriculture, Agriculture et Agroalimentaire Canada a lancé le volet des laboratoires vivants des Solutions agricoles pour le climat (185 millions de dollars) en 2021 pour soutenir la séquestration du carbone et la réduction des émissions de GES. 

  • Les projets et le financement définitif sont tributaires de la négociation d’une entente de contribution.

  • Le Canada s’est joint à plus de 120 autres pays pour atteindre la carboneutralité d’ici 2050, y compris tous les autres pays du G7 (Royaume‑Uni, États‑Unis, Allemagne, Italie, France et Japon).

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Marianne Dandurand
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire
marianne.dandurand@agr.gc.ca
343-541-9229

Les Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Ottawa (Ontario)
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@agr.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter, Facebook, Instagram, et LinkedIn
Site Web : Agriculture et Agroalimentaire Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :