Le commissaire de la concurrence encourage une concurrence accrue dans le secteur de la vente de boissons alcoolisées en Ontario

Communiqué de presse

Le 13 août 2019, OTTAWA (Ontario), Bureau de la concurrence

Dans une lettre ouverte adressée à l’honorable Rod Phillips, ministre des Finances de l’Ontario, le commissaire de la concurrence Matthew Boswell affirme que l’examen récent de la politique sur les boissons alcoolisées en Ontario ouvre la porte à une concurrence accrue dans un secteur important.

La politique actuelle sur les boissons alcoolisées en Ontario limite le nombre de détaillants et nuit à la concurrence en matière de prix, tout en entravant l’entrée de certains producteurs dans de nouveaux marchés.

Le Bureau de la concurrence appuie les recommandations faites dans le rapport Plaidoyer pour un changement : Augmenter le choix et élargir les possibilités dans le secteur de l’alcool de l’Ontario qui permettraient aux détaillants d’avoir des chances égales de vendre leurs produits, qui encourageraient une concurrence en fonction des prix et qui appuieraient une tarification de vente en gros adéquate. 

Dans le même ordre d’idée que les recommandations du commissaire dans le cadre de l’amélioration de la politique sur les boissons alcoolisées en Colombie-Britannique, un système de tarification de vente en gros adéquat pour les bars et les restaurants de l’Ontario pourrait mener à un plus grand choix de produits, à des prix plus bas et à des produits nouveaux et innovateurs pour les consommateurs.

Tout en reconnaissant qu’il faille que la province trouve un point d’équilibre entre les objectifs des politiques publiques (notamment en matière de santé et de sécurité) et la concurrence, le commissaire appuie la mise en place d’un système moins limitant, qui offre aux Ontariens un plus grand choix.

Citations

« Les consommateurs et les entreprises de l’Ontario tireraient avantage d’un système moins restrictif, qui donnerait aux détaillants une chance égale de participer au marché, qui encouragerait la concurrence en fonction des prix et qui favoriserait l’accès à une plus grande sélection de produits. »
 
– Matthew Boswell, commissaire de la concurrence

Faits en bref

  • Le nombre d’épiceries détenant un permis pour vendre vins, bières et cidres en Ontario est actuellement limité à 450. Les épiciers doivent respecter certains critères d’admissibilité pour obtenir un permis, comme des exigences sur la superficie minimale.

  • Tous les détaillants détenant un permis en Ontario doivent demander le même prix pour un produit, une pratique connue comme la tarification uniforme.

  • Les bars et les restaurants doivent se procurer des boissons alcoolisées auprès de la Régie des alcools de l’Ontario (LCBO) ou du Beer Store, au même prix de détail que les consommateurs, et non à un prix de gros.

  • La capacité de distribution et d’entreposage limite la capacité des producteurs nouveaux et innovateurs de commercialiser leurs produits et restreint le choix des consommateurs.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Renseignements à l'intention des médias :
Relations avec les médias
Téléphone : 819-994-5945
Courriel : ic.media-cb-bc.ic@canada.ca

Renseignements généraux :
Centre des renseignements
Bureau de la concurrence
Téléphone : 819-997-4282
Sans frais : 1-800-348-5358
ATS (malentendants) : 1-866-694-8389
www.bureaudelaconcurrence.gc.ca
Demande de renseignements/Formulaire de plainte

Restez branchés :
Twitter | Facebook | LinkedIn | YouTube | Fil RSS | Diffusion électronique des actualités

Le Bureau de la concurrence, en tant qu'organisme d'application de la loi indépendant, veille à ce que les entreprises et les consommateurs canadiens prospèrent dans un marché concurrentiel et innovateur.

Y a-t-il des secteurs de l’économie canadienne où la concurrence ne fonctionne pas bien? Envoyez vos commentaires au moyen du Formulaire de suggestion — Promotion de la concurrence.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :